Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36DélivrerLa non-parentalité au XXIe siècle

Délivrer

La non-parentalité au XXIe siècle

Étude des childfree
Non-Parenthood in the 21st Century. A Study of the Childfree
Zöé Dubus et Yvonne Knibiehler
p. 191-208

Résumés

La légalisation de la contraception et de l’avortement dans les années 1970 en France permet pour la première fois aux couples de penser sereinement une vie commune sexuellement active sans enfant. Le féminisme de la deuxième vague avait évincé les questions de maternité pour permettre aux femmes de s’émanciper de leur unique statut de mères potentielles. Les femmes des années 1980 qui refusaient la maternité avaient donc tendance à expliquer ce choix par l’envie de mener une carrière, qui aurait été entravée par la venue d’enfants. Nous souhaitons, dans notre article, questionner le vécu des générations actuelles revendiquant la non-parentalité. Pour ce faire, nous avons réalisé en 2017 une étude portant sur 737 personnes se déclarant « childfree » via un questionnaire diffusé notamment sur les réseaux sociaux. Près de 80% des personnes ayant répondu à notre enquête sont des femmes, et plus de la moitié (59%) ont moins de 29 ans. Notre article vise donc à proposer un compte rendu de cette étude en y apportant des éléments issus de la littérature scientifique sur le sujet. Ce travail permettra d’éclairer les problématiques contemporaines de la non-parentalité choisie, via ses permanences (notamment la stigmatisation des femmes ou le difficile accès à la stérilisation) et ses ruptures (par exemple le recours aux réseaux sociaux comme espace d’entraide ou la revendication de l’absence de désir d’être parent comme raison principale de ce choix de vie).

Haut de page

Texte intégral

  • 1  L’association DEMETER-CORE, fondée en 2009 par Yvonne Knibiehler et Francesca Arena, s’est donné p (...)

1L’association DEMETER-CORE1, espace de recherche et de réflexions sur le féminisme et la maternité, détermine chaque année un thème de recherche. Percevant à travers la presse et les réseaux sociaux une certaine mise en visibilité de la revendication du non-désir de parentalité parmi les nouvelles générations, nous avons choisi d’étudier en 2017 les problématiques liées à ce sujet pour les nouvelles générations ainsi que les éventuelles mutations en cours. Chez celles-ci, les réseaux sociaux constituent un nouvel espace de réflexion et d’échange mais aussi de soutien pour les personnes qui affirment ne pas vouloir devenir parent un jour et qui s’auto-désignent childfree. Ainsi, des groupes de discussions spécialisés aux noms évocateurs (« Non, je ne veux pas d’enfant », « Être childfree : réflexion et débats » ou encore « Groupe de Support pour Childfree ») émergent-ils sur le réseau Facebook depuis quelques années, et permettent à leurs membres de sortir de leur isolement et de lutter contre certaines formes de stigmatisation. Nous avons ainsi souhaité que notre questionnaire concernant le non-désir d’enfant soit diffusé largement sur internet et notamment sur les réseaux sociaux de manière à toucher un public large et principalement jeune. Ce questionnaire créé en ligne sur la plateforme « Google Forms » se proposait de mieux connaitre les personnes déclarant ne pas souhaiter devenir parents un jour et leur donner un espace d’expression. Celui-ci a été largement mobilisé puisque nous avons eu la surprise de recueillir 737 réponses. Outre les différents groupes de discussions dédiés, nous avons également partagé ce questionnaire dans les commentaires de tout article publié en ligne dans la presse populaire traitant de cette question, mais également sur des forums de tout type abordant la question de la non-parentalité (deux exemples opposés : le site féministe Madmoizelle et le site de jeu « ma-bimbo.com »). Enfin, le questionnaire a également circulé via la méthode « boule de neige », les personnes ayant répondu partageant elles aussi le questionnaire. Diffusé entre juin et août 2017, les réponses étaient ouvertes aux francophones en général. Chaque question, à choix multiple, était suivie d’un espace libre de manière à recueillir les remarques des répondant·e·s. L’objectif de cette étude était donc de donner la parole à des individus jeunes affirmant leur refus de la parentalité et d’évaluer leur homogénéité ou au contraire leur hétérogénéité concernant leurs origines sociales, leur niveau d’études, leurs expériences et leurs arguments.

  • 2  Ch. Debest, Le choix d’une vie sans enfant, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014. Voir a (...)

2En France, les données de l’enquête Fécondité, contraception et dysfonctions sexuelles (Fecond), menée en 2010 auprès de 8648 répondant·e·s entre 15 ans et 49 ans, menée par l’INSERM et l’INED, permettent d’évaluer à 4,3% le nombre de femmes et à 6,3% d’hommes n’ayant et ne voulant pas d’enfants en France. Les quelques études existant en France concernant la non-parentalité sont rares, et comportent des biais. Un de ceux-ci concerne l’âge des personnes étudiées, souvent des personnes ne pouvant plus avoir d’enfant, nées aux alentours des années 1960. Elles ne questionnent donc pas les mutations en cours actuellement, ni le positionnement des nouvelles générations à ce sujet. D’autre part, ces études se basent sur des personnes n’ayant pas eu d’enfant, et n’étudient souvent pas le choix d’en avoir ou pas : certaines personnes ne peuvent pas ou plus en avoir, pour de nombreuses raisons qui peuvent être médicales ou personnelles, et ces personnes ne doivent donc pas être considérées de manière automatique comme étant childfree. La sociologue Charlotte Debest est l’une des références françaises sur cette question. Or son enquête, publiée en 2014 dans l’un des premiers livres en France à aborder cette question, ne concerne que 51 personnes, entre 30 ans et 63 ans, la plupart diplômées de l’enseignement supérieur2.

3Plus de la moitié des répondant·e·s à notre questionnaire (59,8%) ont moins de trente ans. Notre panel est relativement divers puisque les personnes ayant souhaité répondre sont de catégories socio-professionnelles et de niveaux d’études variés. Ainsi, 13% de leurs pères sont des ouvriers, 31% de leurs mères des employées. Dans notre panel, 30% des répondant·es ne sont pas passé.es par l’université. En revanche une très large majorité de femmes ont répondu, peu d’hommes ayant été intéressés par le questionnaire bien qu’ils aient été largement sollicités par de nombreux appels spécifiques. Nous avons voulu proposer un questionnaire inclusif permettant aux personnes ne se définissant pas par un genre spécifique de se sentir incluses en se signalant comme « non binaire ». Ce point a été apprécié mais difficile à traiter dans les résultats : nous allons le voir, avoir été assignée femme à la naissance a un impact déterminant sur l’expérience des childfree et nous n’avions pas prévu de question concernant l’assignation des personnes non binaires. Leurs réponses n’apparaissent donc pas dans la suite des analyses.

Tableau 1. Caractéristiques des répondant·e·s

Nombre de répondant·e·s

N= 737

Pourcentage

%

Genre

Femme

573

77,7

Homme

115

15,6

Non binaire

47

6,4

Âge 

17-19

59

8,4

20-25

241

32,8

26-29

137

18,6

30-35

181

24,6

36-39

58

7,9

40-49

51

6,9

50-60

7

0,9

Le couple

En couple hétérosexuel

387

52,5

En couple homosexuel

23

3,1

En couple hétérosexuel libre

32

4,3

En couple homosexuel libre

2

0,3

En couple non hétérocisnormatif

24

3,3

En couple hétérosexuel poly amoureux

23

3,1

En couple homosexuel poly amoureux

3

0,4

Célibataire

181

24,6

Ne souhaite pas être en couple

31

8,3

Source : enquête Childfree, DEMETER, 2017.

Tableau 2. Niveau d’études des répondant·e·s

Tableau 2. Niveau d’études des répondant·e·s

Source : enquête Childfree 2017

4La plupart des childfree de notre enquête sont en couple avec une personne elle-même childfree. Il n’y a cependant pas de consensus : certain·e·s ont un·e conjoint·e ayant déjà des enfants, d’autres sont en couple avec une personne désirant en avoir. Ce dernier cas est l’objet de tensions importantes dans le couple, qui se résolvent souvent par une rupture, comme le révèlent les nombreux témoignages sur les réseaux sociaux. La situation de « beau-parentalité » des personnes childfree serait une étude à mener.

Tableau 3. Les childfree et leurs conjoint·e·s

Tableau 3. Les childfree et leurs conjoint·e·s

Source : enquête Childfree 2017

5Nous n’avons pas la prétention d’établir avec cet article des statistiques nationales, ni de produire un « portrait type » de la personne childfree. Il s’agira plutôt pour nous de donner à voir un phénomène d’une ampleur relative mais toutefois d’un intérêt important, et d’en questionner les problématiques tout en soulignant les points d’entrées pertinents pour de nouvelles enquêtes avec un protocole méthodologique plus élaboré. Le travail présenté ici n’est pas une étude qualitative mais quantitative. Son analyse s’accompagnera d’un va et vient systématique entre les données et des hypothèses interprétatives, auxquelles s’ajouteront des données issues d’autres études. Cet article analysera le concept de « childfree » et mettra en lumière les mutations liées à la parentalité depuis la normalisation de la contraception. Nous insisterons sur le poids et l’injonction que représente la maternité pour les femmes. Nous traiterons du faisceau d’arguments avancés par les childfree pour justifier leur non-parentalité et montrerons comment les réseaux sociaux permettent à une parole de se libérer des conventions. Enfin, nous aborderons le « parcours du combattant » que représente l’accès à la stérilisation des non-parents en France. En guise de conclusion, cet article se terminera par des réflexions de l’historienne Yvonne Knibiehler sur le phénomène des childfree.

« Childfree » ?

  • 3  D. Eribon, Réflexions sur la question gay, Paris, Fayard, 1999, p. 30-31.
  • 4  Nullipare ; « SEnVol » = Sans enfants volontaires (Charlotte Debest) ; Stérilité volontaire ; Sans (...)

6Jusqu’à une période récente, aucun terme spécifique ne désignait le fait de demeurer sans enfant. Or un concept n’ayant pas de nom n’a pas d’existence concrète dans l’imaginaire collectif et l’emploi d’un mot nouveau représente donc une rupture, un enrichissement, un approfondissement. Comme l’explique le sociologue Didier Eribon : « La “nomination” produit une prise de conscience de soi-même comme un “autre” »3. Le mot childfree, sans enfant, s’oppose au terme childless, dont le suffixe indique une privation, et se calque sur les tournures comme gluten-free qui indiquent une absence positive. A cela s’ajoute la notion de liberté (free) induite par ce choix de vie, avoir un enfant étant compris comme une contrainte. Ce terme a été introduit par le magazine Time en 1972 lors de la création de la National Organization for Non-Parents qui avait pour but de soutenir les personnes qui ne voulaient pas d’enfant et de lutter contre le pro-natalisme. En France, il faut attendre 2014 pour qu’une association, l’Union des childfree francophones, soit créée. L’utilisation d’un anglicisme permet de constater l’invisibilisation du choix de rester sans enfant en France. En effet, les premières études françaises sur la question, qui datent du milieu des années 1990, ont plus de vingt ans de retard sur celles provenant des pays anglo-saxons. Il y a donc une certaine réticence française pour penser ce phénomène. Ainsi, si plusieurs mots ont été proposés ces dernières années pour tenter de trouver un terme définissant les personnes faisant le choix de rester sans enfants4, le terme « childfree » semble rester le plus utilisé et le plus efficace. Son abréviation « CF » est particulièrement utilisée sur les réseaux sociaux.

Les mutations actuelles des nouvelles générations face à la procréation

  • 5  Ce chiffre est en augmentation depuis la « crise de la pilule » ces dernières années : il était en (...)
  • 6  Santé publique France, « Baromètre santé 2016, contraception », INPES, en ligne : http://inpes.san (...)
  • 7  L. Bodson, « De plus en plus de femmes sans enfant », Les cahiers du CEPS/INSTEAD, avril 2010, p.  (...)

7Pour les générations actuelles, l’accès libre à la contraception s’est généralisé puisque seulement 8%5 des femmes qui ne souhaitent pas être enceinte n’utilisent aucun contraceptif6. Dans ce contexte, avoir un enfant relève le plus souvent d’un acte intentionnel : les couples qui souhaitent devenir parents doivent décider l’arrêt de la contraception. Le nombre de femmes qui n’auront pas d’enfants à l’issue de leur vie fertile est ainsi en augmentation dans tous les pays occidentaux7 . Un changement important dans la fécondité des Français s’est produit il y a seulement 40 ans, au milieu des années 1970. Or si les études ne se basent presque que sur des personnes nées dans les années 1960, comment comprendre les mutations actuelles de générations nées à partir des années 1980, durant lesquelles la contraception est véritablement devenue banale et universelle ? L’invention d’internet est également centrale dans la question du choix de ne pas avoir d’enfant puisque les childfree, population qui s’écarte de la norme, peuvent s’y retrouver, échanger, se soutenir.

L’« infécondité », un concept féminin ?

8Dans l’immense majorité des études, « l’infécondité » est pensée comme concernant surtout les femmes. Il est établi qu’en France, la charge de la contraception pèse presque uniquement sur elles au sein du couple. L’enquête de la sociologue Charlotte Debest met ainsi en évidence le fait que les femmes sont tenues pour seules responsables de la charge de procréer. C’est ce que nous avons pu constater dans notre propre enquête : une majorité de femmes ont répondu (15% d’hommes seulement ont rempli le questionnaire) et plus de 91% des femmes ont dit leur volonté de voir commercialisée la pilule contraceptive masculine, notamment pour responsabiliser les hommes au sujet de la procréation et plus largement de la question de la sexualité protégée du risque d’une grossesse.

  • 8  Par exemple : « Heureuses et sans enfants », Elle, 2007 ; « Childfree : Ces femmes qui ne veulent (...)
  • 9  I. Tilmant, EpanouiE avec ou sans enfant, Paris, Éditions Anne Carriere, 2008 ; E. Vallée, Pas d’e (...)

9La presse semble également unanime lorsqu’il s’agit de traiter des childfree puisque presque toutes les publications sont centrées sur « ces femmes » qui ne veulent pas d’enfant8. Ceci n’est pas le seul fait de la presse générale puisque le dernier numéro de la revue Travail, Genre et Sociétés a pour thème : « Sans enfant. Le point de vue des femmes ». Les livres dédiés sont presque systématiquement écrits par des femmes, concernant des femmes9. De même, les commentaires en ligne liés aux articles sur les childfree ne prennent souvent en compte que les femmes comme si elles étaient les seules engagées dans le processus de procréation.

10L’injonction à la maternité n’a donc toujours pas aujourd’hui d’équivalent masculin selon la formule de Charlotte Debest, et même si l’on constate que la presse, de manière générale, publie des articles positifs au sujet des childfree, cette fixation sur les femmes pose problème.

11En effet, il est significatif que la question de la parentalité, lorsqu’elle est posée à un homme, soit systématiquement renvoyée à un projet de couple et non à un choix personnel. Charlotte Debest le montre bien : pour la société, un homme ne fait jamais vraiment le choix de la paternité, c’est la femme qui la lui impose.

  • 10  Ch. Debest, « Carrières déviantes. Stratégies et conséquences du choix d’une vie sans enfant », Mo (...)

Leur entourage considère d’ailleurs la plupart du temps que quoi qu’ils disent aujourd’hui, le jour où leur compagne désirera un enfant, ils se rangeront à ce projet d’enfant. Cela rappelle ainsi avec force que les enfants – qu’ils soient désirés, fantasmés, présents, absents, retardés, avortés, procréés avec l’aide de l’assistance médicale – sont pensés comme une affaire de femmes10.

  • 11  Le principal groupe de childfree sur les réseaux sociaux, « childfree francophones », compte ainsi (...)

12Le fait qu’ils aient moins besoin de se retrouver sur des groupes childfree sur les réseaux sociaux11, et qu’ils ne soient que 15% à avoir souhaité répondre à notre questionnaire soulève une autre problématique : les femmes sont confrontées à une plus forte stigmatisation que les hommes lorsqu’elles affirment leur volonté de ne pas avoir d’enfant. En effet, celles-ci ressentent plus fortement le discours normatif qu’on leur assène, et qui porte principalement sur le fait que tôt ou tard leurs « hormones » finiront bien par se réveiller. Cette argumentation, qui suppose que les femmes seraient incapables de faire un tel choix, considéré comme trop extrême, évolue avec l’âge : autour de 20 ans, l’attitude n’est pas prise au sérieux (« moi aussi à ton âge je n’en voulais pas ») ; passé 30 ans, les interlocuteurs semblent insister davantage sur les regrets qu’auront nécessairement ces femmes lorsque leur corps ne sera plus en mesure de procréer. On le voit sur ce graphique, issu de notre étude, trois fois plus d’hommes que de femmes n’ont jamais subi aucune remarque négative concernant leur choix. Inversement, trois fois plus de femmes ont subi des remarques concernant un problème de féminité lié à ce choix, quant à l’horloge biologique, elle semble ne devoir sonner que chez celles-ci. De même, les femmes sont plus susceptibles de ne pas pouvoir se réaliser « en tant que femme » sans devenir mères. En revanche le fait de n’être « pas normal·e » et d’être immature en affirmant ne pas vouloir d’enfant est presque également partagé.

Tableau 4. Remarques subies selon le genre (en %)

Tableau 4. Remarques subies selon le genre (en %)

Source : enquête Childfree 2017

  • 12  Ch. Debest, « Carrières déviantes. Stratégies et conséquences du choix d’une vie sans enfant », lo (...)

13Comme l’analyse Charlotte Debest, « la construction d’une vie sans enfant en France s’inscrit en effet dans le modèle de “carrière déviante” » théorisée par le sociologue Howard Becker dans son fameux livre Outsider en 1985 : « ne pas vouloir d’enfant, c’est bien s’écarter de la norme dominante, de l’injonction à constituer une famille »12. Le désir d’enfant étant perçu comme une évidence, ne pas en vouloir c’est se confronter à cette norme. On regrettera tout de même que des remarques parfois si agressives et humiliantes puissent être, encore aujourd’hui, si souvent adressées aux intéressé·e·s, remarques qui sont d’ailleurs en relation étroite avec le genre de la personne childfree.

Tableau 5. « Avez-vous subi des remarques désobligeantes concernant votre choix ? », enquête Childfree 2017

Tableau 5. « Avez-vous subi des remarques désobligeantes concernant votre choix ? », enquête Childfree 2017

Source : enquête Childfree 2017

Le poids de la maternité

  • 13  « Les femmes passent deux fois plus de temps que les hommes à faire le ménage et à s’occuper des e (...)
  • 14  Il faut bien faire attention à ce dernier chiffre, puisque des mouvements masculinistes tentent de (...)

14Nous l’avons dit, une majorité de femmes ont répondu à notre questionnaire. Elles ont souvent conscience que la maternité constituerait encore pour elles une charge bien plus lourde quant aux soins de l’enfant et du ménage. Les études le montrent : ce sont les femmes qui s’occupent des tâches ménagères, les femmes qui prennent en charge les soins les plus rébarbatifs, les moins valorisées liés aux enfants13, les femmes qui touchent un salaire inférieur et à qui la situation familiale impose les temps partiels, les femmes encore qui, lors d’un divorce, se voient confier la garde des enfants à 80%14. Le fait de devenir parent pèse donc toujours considérablement plus sur les femmes que sur les hommes et cette donnée est parfaitement intégrée par les femmes qui ne souhaitent pas avoir d’enfant. Nous avons vu qu’environ 20% des participant·e·s avaient déclaré que les mauvaises relations familiales qu’ils avaient vécues étaient la cause de leur choix, de leur prise de conscience. Revenons sur cette donnée : en épluchant les témoignages, nombreux sont ceux qui décrivent des situations dans lesquelles la mère s’épuisait seule dans les tâches domestiques et liées aux enfants, que le père soit présent (mais inactif) ou non.

15Ainsi :

16Homme, 42 ans, n°143 : « un père absent car au travail pour faire vivre 3 enfants, sa femme et lui-même. »

17Femme, 27 ans, n°252 : « Peut-être que si le poids de la maternité était moins lourd (mieux reparti avec celui de la paternité) mon avis serait différent. »

18Femme, 22 ans, n°477 : « Je suis très critique vis-à-vis de la répartition au sein du couple, notamment du travail domestique/affectif/émotionnel. »

19Femme, 39 ans, n°621 : « [Les enfants] sont de vrais boulets pour les femmes. »

20Homme, 29 ans, n°658 : « Un père peu impliqué dans l’éducation et la relation avec ses enfants. »

21Homme, 27 ans, n°714 : « C’est en voyant ma mère m’élevant seul et de tous les sacrifices qu’elle faisait pour moi que j’ai su que je ne voulais pas me sacrifier autant pour un enfant. »

22Pour la philosophe et professeure de science politique Camille Froidevaux-Metterie, le choix de ne pas faire d’enfant serait, pour les femmes, l’émancipation ultime :

  • 15  C. Froidevaux-Metterie, « La non-maternité, ultime liberté », Philosophie magazine, 2015.

Ce n’est que depuis peu que l’on demande aux femmes ce qu’elles « font dans la vie » ; avant la rupture de la révolution féministe, la question ne se posait pas : elles faisaient des enfants. Elles n’y sont plus contraintes désormais et peuvent même le refuser, c’est là le summum de l’émancipation15.

Nécessité de justifier ce choix aux yeux de la société

23Affirmer que l’on ne veut pas avoir d’enfant, en particulier lorsqu’on est une femme, soumet donc à la stigmatisation et à l’incompréhension. Mais alors, pourquoi ne pas vouloir d’enfant ?

  • 16  M. Mazuy, Ch. Debest, l’équipe de l’enquête Fecond, « Rester sans enfant : un choix de vie à contr (...)

24Deux réponses sont majoritaires : il y a tout d’abord l’absence de désir d’être parent, qui est souvent notée comme une raison suffisante. Vient ensuite la représentation de la maternité (ou de la parentalité) comme aliénante. Les personnes ayant répondu souhaitent conserver un certain mode de vie, rester libres autant que possible, point également souligné par les résultats de l’article « Rester sans enfant, un choix de vie à contre-courant » publié en 201416.

25Les childfree s’interrogent également sur le bien-être, sur le bonheur, sur l’existence générale de l’enfant et refusent d’imposer une vie qui sera sûrement de plus en plus difficile dans un monde dont l’avenir est perçu comme incertain.

26Plus de femmes que d’hommes souhaitent privilégier leur carrière, et cela doit être mis en relation avec la perturbation que constitue actuellement la naissance d’un enfant, qui pèse bien plus sur la carrière des femmes que sur celle des hommes. Les questions de l’écologie, de la surpopulation, d’un avenir perçu comme anxiogène, de la société dans laquelle l’enfant naitrait sont des problèmes relevés chez une personne sur deux. La peur ou le dégoût de la grossesse et de l’accouchement sont présents chez la moitié des femmes mais ne semblent pas être importants du côté des hommes. L’élargissement de la diffusion de la parole des femmes et des mères sur internet a permis de multiplier les témoignages de maltraitance médicale, et de nombreuses études médiatisées ont questionné la pratique de l’épisiotomie ou la césarienne systématique dans certaines cliniques. Certaines participantes regrettent au contraire de ne pas pouvoir expérimenter la grossesse. Les problèmes psychologiques ou les mauvaises relations dans l’enfance comptent dans la décision pour 2 participant·e·s sur 10.

Tableau 6. Les arguments des childfree

Tableau 6. Les arguments des childfree

Source : enquête Childfree 2017

27Les participant·e·s ont souvent évoqué plusieurs raisons pour justifier leur non-désir de parentalité. Or, nous sommes devant une nouvelle problématique : si les jeunes générations ne veulent pas d’enfant, c’est d’abord par leur volonté de ne pas être parent. Ils et elles se réalisent autrement que dans la parentalité. Nombreuses sont les personnes qui ont précisé, à la suite du questionnaire à choix multiple présenté, qu’elles avaient coché des cases qui ne représentaient pas les arguments principaux de leur choix. En fait, bien souvent, les childfree ont été habitués à devoir trouver des raisons « valables » pour justifier leur choix et persuader leur interlocuteur du sérieux de leur décision.

28En voici quelques exemples :

29Femme, 31 ans, n° 43 : « J’ai tendance à dire que j’ai cinq-cent raisons de ne pas en avoir. De base, je ne vois juste pas de bonne raison d’en avoir. »

30Femme, 24 ans, n° 178 : « Aucune affinité pour “tout ça”. »

31Femme, 25 ans, n° 182 : « Je n’ai tout simplement jamais eu aucune attirance à l’idée d’élever un enfant, malgré que je m’entende généralement très bien avec les enfants, comme je le disais précédemment, ce non-désir fait partie intégrante de moi-même et de mon caractère, c’est limite comme si c’était un point génétique inchangeable ! Je n’ai aucune envie, tout comme certaines personnes justement ressentent dès leur plus jeune âge l’envie d’être parent, de façon viscérale, comme une évidence. »

32Femme, 29 ans, n° 416 : « D’abord et avant tout le fait que je ne veux pas être mère. Beaucoup du reste est valable : surpopulation, problème de société, pas envie de ce genre de responsabilité, etc. mais reste juste un bonus. Si on souhaite des enfants, si on en a le désir réel, c’est pas d’avoir moins de grasse mat qui fait mettre une croix sur ce désir. »

33Nous pourrions ainsi multiplier les exemples. Beaucoup soulignent le fait qu’ils n’ont aucun désir de faire des enfants, que cette idée leur est parfaitement étrangère, que la vie de parent n’est pas pour eux. D’ailleurs, une bonne partie d’entre eux déclarent ne pas avoir fait de choix : il s’agit à la rigueur d’une prise de conscience. Pour mieux comprendre, il est possible de faire une analogie avec les végétariens : certains détestent manger de la viande depuis l’enfance quand d’autres, prenant conscience de l’impact écologique et de la torture animale, prennent la décision de ne plus manger de viande. Entre ces deux pôles, il existe une multitude de positions, de la même manière que pour les childfree : certains ont des raisons, d’autres pas.

34Les femmes affirment avoir pris cette décision durant l’enfance tandis que pour les hommes, c’est à l’adolescence qu’ils ont pris conscience de cette volonté de ne pas avoir d’enfant. Là encore, cette donnée se comprend parfaitement au regard de la société actuelle dans laquelle les petites filles sont très vite assignées à la maternité, par exemple dans les jouets qu’on leur propose. La question se pose donc plus tôt chez celles-ci. C’est un choix, une prise en conscience qui se fait progressivement lorsque l’individu se projette dans son futur. Cela pose donc la question de la pertinence des remarques du type « tu changeras d’avis », si souvent entendues et combattues par les participant·e·s à l’étude.

Tableau 7. Période de prise de décision

Tableau 7. Période de prise de décision

Source : enquête Childfree 2017

Les réseaux sociaux, nouveaux espaces de légitimation

  • 17  Il existe un groupe childfree nommé spécialement « le défouloir des childfree » mais on retrouve d (...)

35Les réseaux sociaux et notamment les groupes destinés aux childfree doivent également être étudiés : une partie importante de leurs membres expriment parfois très durement leurs ressentis envers des parents « trop laxistes », la gêne que représente pour eux la présence d’enfants dans les lieux publics (notamment à cause du bruit). Ils et elles trouvent parfois abusive la part du budget de l’État allouée à l’éducation, rechignent à payer des impôts qui financeront les congés parentaux, s’insurgent contre le congé paternité. Ainsi, certains childfree utilisent ces groupes à la manière d’un « défouloir »17 contre une société nataliste et stigmatisante, et opèrent une stigmatisation à rebours. La parentalité, disent-ils, est « un choix de vie » qui implique des sacrifices. Ceux qui font ce choix n’ont pas à se plaindre des conséquences : ni des souffrances subies par les femmes durant la grossesse et l’accouchement, ni de la fatigue qu’impose le fait d’élever des enfants, ni de la brièveté du congé paternel. à l’inverse, des groupes spécifiques se sont créés n’autorisant pas ce type de commentaires, à l’image des « childfree safe ». Dans plusieurs autres groupes, un message d’introduction insiste sur le respect dû à tout individu, qu’il soit ou non childfree, et des modérateur·ice·s veillent à faire observer cette règle.

  • 18  – « Non, je ne veux pas d’enfant », créé le 25 février 2008, 295 membres
    – « VHEMT francophone », (...)

36Au 18 avril 2019, on dénombrait seize groupes de parole sur Facebook destinés aux childfree. Certains excluent systématiquement les parents, d’autres les acceptent en tant qu’« alliés ». Une même personne peut s’inscrire dans plusieurs groupes. On constate ces dernières années une augmentation et une diversification des thèmes abordés spécifiquement, certains childfree se constituant ainsi en tant que communauté bien spécifique dans la société18.

37On peut ajouter à ces références le groupe « Stérilisation Volontaire (Ligature, Essure, Vasectomie) », créé en 2015 et disposant de 7845 membres, non spécifiquement dédié aux childfree mais où ceux-ci peuvent trouver des informations, des conseils et du soutien. En effet, comme nous allons le voir, l’accès à la stérilisation est loin d’être facilitée pour les childfree.

La stérilisation volontaire, « parcours du combattant »

  • 19  30% des femmes y ont eu recours en 2013 (ONU, World Contraceptive Patterns, 2013).
  • 20  N. Bajos et al., « La contraception en France : nouveau contexte, nouvelles pratiques ? », loc. ci (...)
  • 21  ONU, World Contraceptive Patterns, 2013.
  • 22  O. Donath, Regretting Motherhood. A study, Berkeley, North Atlantic Books, 2017.

38Cette option contraceptive est la plus répandue au monde19, particulièrement pour des femmes ayant déjà eu des enfants. La stérilisation à visée contraceptive est autorisée en France depuis 2001 à partir de 18 ans, sous réserve d’un délai de réflexion de 4 mois, et remboursée par la Sécurité sociale. Pourtant, les Françaises sont très peu nombreuses à y avoir accès : 3,9% des femmes et 0,3% des hommes ont eu recours à cette méthode de contraception définitive en France20, contre 11,3% des Espagnoles, 22% des Britanniques, 37% des Américaines et 56% des Brésiliennes21. En France, la culture nataliste est très prégnante, nous l’avons vu. Les différentes mesures politiques de l’État français, visant à accroitre les naissances, associées au paternalisme d’un corps médical largement masculin jusqu’à ces dernières décennies, et à l’influence toujours sensible des courants religieux, la stérilisation volontaire est un tabou bien plus important qu’ailleurs dans le monde, de même que la question du regret d’avoir eu des enfants22.

  • 23  Même au sein de Centres de Planning Familial (Femme, 23 ans, n°326 ; Femme, 30 ans, n°312 ; Femme, (...)

39Les femmes et les hommes, que ce soit dans notre enquête, sur les réseaux sociaux, dans des études ou des documentaires, témoignent de cette difficulté de faire entendre leur choix de disposer librement et selon la loi de leur fertilité. Moqué·e·s et ridiculisé·e·s, infantilisé·e·s voire pathologisé·e·s, les requérant·e·s voient presque systématiquement leur projet refusé par les médecins23 et certains n’hésitent pas à conseiller à leurs patient·e·s d’entamer un suivi psychiatrique. Dans notre étude, une majorité des personnes ont répondu qu’elles souhaitaient se faire stériliser ou qu’elles l’étaient déjà. La plupart expliquent le « parcours du combattant » qu’il leur a fallu traverser et font part des humiliations parfois infligées par des médecins. Plusieurs personnes disent avoir abandonné après avoir consulté plus de quatre gynécologues ou urologues.

40Ainsi :

41Femme, 37 ans, n° 265 : « On m’a toujours ri au nez et refusé la stérilisation à cause de mon âge et du fait que j’étais nullipare ».

42Femme, 25 ans, n° 303 : « C’est une horreur. Personne ne veut le faire ! Il y a des jugements même de la part des médecins !! Et ils nous sortent les mêmes arguments que la population lambda... C’est l’incompréhension totale. Pas plus tard qu’hier, la secrétaire médicale m’a ri au nez quand je lui ai expliqué la raison de mon appel ! »

43Femme, 26 ans, n° 39 : « J’en ai parlé à un médecin qui m’a balancé que “c’est un crime et que de toute façon je vais changer d’avis parce qu’avoir des enfants c’est la plus belle chose au monde.” »

44Femme, 31 ans, n° 82 : « Question abordée aussi avec mon ex gynécologue qui a eu un petit sourire narquois et m’a laissé entendre que c’est une décision qui se prend quand on est en couple. »

Tableau 8. Attitude face à la stérilisation (« Seriez-vous prêt·e à vous faire stériliser ? »)

Tableau 8. Attitude face à la stérilisation (« Seriez-vous prêt·e à vous faire stériliser ? »)

Source : enquête Childfree 2017

  • 24  La peur du déni de grossesse chez les femmes childfree est omniprésente dans les témoignages sur l (...)

45Beaucoup de gynécologues refusent d’opérer des patientes sans enfant, ou des femmes trop jeunes, au motif qu’il y a bien assez de méthodes contraceptives permettant de ne pas avoir recours à la stérilisation. Or, quid des effets secondaires, du prix des contraceptifs (car non, ils ne sont pas tous remboursés), et du stress des retards de règles ou du déni de grossesse24 ? Voici ce que nous en dit une des participantes : « Même si je prends diane35, je fais un test de grossesse par mois en attendant l’opération. C’est des cauchemars la nuit, le déni de grossesse est ma plus grande terreur personnelle » (Femme, 27 ans, n° 134). Enfin et surtout pourquoi devoir utiliser une contraception toute sa vie si l’on sait que l’on ne souhaite pas procréer ?

  • 25  P. Panel, S. Jost et al., « Contraception des femmes françaises de 15 ans à 45 ans : enquête natio (...)

46Un argument important concerne le regret supposé que ces personnes stérilisées ressentiraient au moment où leur « horloge biologique » se manifesterait de manière inévitable, opinion qui va à l’encontre de toutes les études depuis les années 1970 sur l’inexistence d’un instinct maternel… Cette représentation est fausse : les femmes qui font le choix de la stérilisation le font en pleine conscience, et ne demandent une chirurgie réparatrice ou une fécondation in vitro que dans 0,3% des cas selon une étude menée à l’hôpital Bicêtre à Paris, entre 2006 et 2010, et portant sur près de 6 000 femmes25.

  • 26  ONU, World Contraceptive Patterns, 2013

47Nous avons montré que la parentalité est, en France, toujours considérée comme une question de femmes. La non-parentalité aussi. En effet, et comme dernier comparatif, les Français sont encore moins nombreux que leurs compagnes à réaliser une vasectomie. Dans d’autres pays, cette méthode est pourtant considérée comme un mode normal de contraception masculine. Ainsi, si chaque année 1 500 vasectomies (stérilisation masculine) sont réalisées en France, aux Pays-Bas le nombre de ces opérations s’élève à 25 000 tous les ans, 18 000 au Québec, 60 000 au Royaume Uni26.

Conclusion

48En conclusion, on constate qu’une nouvelle génération est née. Dans une société où la contraception et l’avortement sont banalisés, la question de la parentalité se pose en termes inédits.

49Les mammifères humains ont toujours voulu maitriser leur fécondité, limiter leur reproduction ; ceux qui procréent ont rarement des familles nombreuses. Il y a là une permanence troublante. De quoi ont-ils peur ? De manquer de ressources ? Toutes les espèces vivantes limitent leur reproduction quand leur espace vital se réduit. Les pères de l’église trouvaient déjà le monde romain trop plein. Or notre planète est polluée, nos océans aussi.

50Toutefois, le refus de procréer, ne serait-ce qu’un seul rejeton, ne relève pas de la simple prudence : il suppose une position de principe, au même titre que la vocation religieuse. C’est là ce qui mérite attention. Il serait utile d’étudier méthodiquement les arguments qu’avancent, au fil des siècles, ceux qui ne veulent pas devenir parents. Là, on trouverait sans doute des variables significatives. Les raisons peuvent être très diverses : chaque individu a les siennes. Quelles sont celles qu’avancent les childfree ? Dans quelle mesure sont-elles vraiment nouvelles ? Que nous apprennent-elles sur le présent et l’avenir de l’Occident ?

51« Il n’est pas nécessaire de devenir mère ou père pour être heureux, se réaliser en tant qu’individu, mener une vie normale et épanouissante » disent les non-parents. On peut voir là une réaction contre l’idéalisation de la famille étroite, qui date des Lumières, et qui a caractérisé la culture bourgeoise. Cette dernière est effectivement en obsolescence. Une autre exigence des childfree confirme cette obsolescence : l’émancipation des femmes. Devenir mère reste pour les femmes une charge très importante qui impactera leur corps, leur relation de couple, leur liberté, leur travail, leur revenu. Le féminisme est certes un mouvement social déjà ancien, mais la proclamation du refus d’enfanter apparait encore comme une insolence. Autre innovation scandaleuse : le refus de donner des raisons. Certaines personnes ne désirent simplement pas devenir parent : ce ne sera pas pour privilégier leur carrière, ni pour sauver la planète, ni parce qu’ils ont souffert dans leur propre famille, ni parce qu’ils pourraient transmettre une maladie héréditaire. C’est une simple décision personnelle, individuelle. L’individualisme date, lui aussi des Lumières. Mais il ne s’était jamais exprimé avec une telle désinvolture, au mépris du natalisme et du familialisme officiel. Ce choix choque encore énormément la société française, mais les réseaux sociaux favorisent la liberté de parole, d’échange d’expérience, de conseils, etc.

52Notre enquête a mis aussi en lumière le fait que les childfree ont envie de s’exprimer. Ils veulent dénoncer la forte stigmatisation sociale qu’ils endurent. Ils ont besoin d’être mieux accompagnés et compris par le monde médical. Les lois concernant la stérilisation doivent également être respectées et permettre à toute personne, childfree ou non, de mettre un terme à sa fertilité.

  • 27  C. Bailly, Sage-femme et non-désir d’enfant : une ambivalence ? Etude des personnalités profession (...)

53Il n’existe pas un type unique de childfree. Certains aiment les enfants, peuvent d’ailleurs appartenir à l’éducation nationale, d’autres pas. Certaines craignent si fort la grossesse et l’accouchement qu’elles refusent de devenir mères, d’autres sont sages-femmes et trouvent ce moment « magnifique »27. Certains ont subi de graves difficultés relationnelles ou matérielles dans leur enfance et ne souhaitent pas reproduire ou risquer de reproduire ce schéma. D’autres au contraire ont eu une enfance heureuse.

54Ce qui caractérise le mieux le message quelque peu révolutionnaire des childfree, c’est peut-être son articulation avec l’écologie. Une remise en question de la croissance à tout prix, de la consommation sans mesure, du gaspillage, de la destruction. Elles, ils construisent à leur manière une réflexion sur l’avenir de notre espèce.

Haut de page

Bibliographie

Bailly C., Sage-femme et non-désir d’enfant : une ambivalence ? Etude des personnalités professionnelles et individuelles des sages-femmes n’ayant pas de désir d’enfant au travers de neuf entretiens semi-dirigés, Mémoire, École Régionale de sages-femmes, Tours, 2019.

Bajos N. et al., « La contraception en France : nouveau contexte, nouvelles pratiques ? », Population et Sociétés, n° 492, septembre 2012.

Bodson L., « De plus en plus de femmes sans enfant », Les cahiers du CEPS/INSTEAD, avril 2010.

Debest Ch., « Carrières déviantes. Stratégies et conséquences du choix d’une vie sans enfant », Mouvements, n° 82, 2015, p. 111-122.

Debest Ch., Le choix d’une vie sans enfant, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014.

Eribon D., Réflexions sur la question gay, Paris, Fayard, 1999.

Froidevaux-Metterie C., « La non-maternité, ultime liberté », Philosophie magazine, 2015.

Mazuy M., Debest Ch. et l’équipe de l’enquête Fecond, « Rester sans enfant : un choix de vie à contre-courant », Population et Sociétés, n° 508, février 2014.

ONU, World Contraceptive Patterns, 2013.

Panel P., Jost S., et al., « Contraception des femmes françaises de 15 à 45 ans : enquête nationale sur un échantillon représentatif de 5963 femmes », European Journal of Obstetrics & Gynecology and Reproductive Biology, vol. 42/6, 2014, p. 415-421.

Tilmant I., EpanouiE avec ou sans enfant, Paris, Éditions Anne Carriere, 2008.

Vallée E., Pas d’enfants pour Athéna, Paris, MJW Féditions, 2014.

Haut de page

Notes

1  L’association DEMETER-CORE, fondée en 2009 par Yvonne Knibiehler et Francesca Arena, s’est donné pour objectif d’harmoniser les relations entre féminisme et maternité, plus spécialement dans l’aire méditerranéenne. Elle a organisé des rencontres-débats et des colloques (2011 : La maternité à l’épreuve du genre ; 2013 : Travail et maternité dans l’aire méditerranéenne). En 2017 et en 2018, elle a lancé des enquêtes sur le désir et le non-désir d’enfant.

2  Ch. Debest, Le choix d’une vie sans enfant, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014. Voir aussi analyses quantitatives : https://www.ined.fr/fr/publications/population-et-societes/rester-sans-enfant-choix-vie/.

3  D. Eribon, Réflexions sur la question gay, Paris, Fayard, 1999, p. 30-31.

4  Nullipare ; « SEnVol » = Sans enfants volontaires (Charlotte Debest) ; Stérilité volontaire ; Sans enfant par choix (SEC) ; « Anti-pare » ; « No-kid ».

5  Ce chiffre est en augmentation depuis la « crise de la pilule » ces dernières années : il était encore de 3% en 2012 (N. Bajos et al., « La contraception en France : nouveau contexte, nouvelles pratiques ? », Population et Sociétés, n° 492, septembre 2012).

6  Santé publique France, « Baromètre santé 2016, contraception », INPES, en ligne : http://inpes.santepubliquefrance.fr/CFESBases/catalogue/pdf/1806.pdf

7  L. Bodson, « De plus en plus de femmes sans enfant », Les cahiers du CEPS/INSTEAD, avril 2010, p. 7.

8  Par exemple : « Heureuses et sans enfants », Elle, 2007 ; « Childfree : Ces femmes qui ne veulent pas d’enfants », Grazia, 2011 ; « Femmes sans enfant, c’est pas la mère à boire », Libération, 2014 ; « Toute la vérité sur les femmes sans enfant », Le Huffington Post, 2014 ; « Heureuses sans enfants, et alors ? », Le Monde, 2014 ; « Les femmes sans enfant doivent-elles encore se justifier ? », Marie-Claire, 2015 ; « “J’ai décidé d’être stérile” – Le webdocumentaire sur la stérilisation volontaire des femmes qui ne veulent pas être mères », Les Inrocks, 2015.

9  I. Tilmant, EpanouiE avec ou sans enfant, Paris, Éditions Anne Carriere, 2008 ; E. Vallée, Pas d’enfants pour Athéna, Paris, MJW Féditions, 2014.

10  Ch. Debest, « Carrières déviantes. Stratégies et conséquences du choix d’une vie sans enfant », Mouvements, n° 82, 2015, p. 117.

11  Le principal groupe de childfree sur les réseaux sociaux, « childfree francophones », compte ainsi 77,7% de femmes, 85% dans le groupe « Le défouloir des childfree ». Ce dernier groupe n’existait plus lors de la finalisation de notre article.

12  Ch. Debest, « Carrières déviantes. Stratégies et conséquences du choix d’une vie sans enfant », loc. cit., p. 116.

13  « Les femmes passent deux fois plus de temps que les hommes à faire le ménage et à s’occuper des enfants à la maison », Insee, 2010.

14  Il faut bien faire attention à ce dernier chiffre, puisque des mouvements masculinistes tentent de faire croire que les hommes sont spoliés dans les jugements rendus à la faveur des femmes : il n’en est rien puisque dans 82% des cas il n’y a pas de conflit sur ce choix : Divorces, ministère de la justice, 2003.

15  C. Froidevaux-Metterie, « La non-maternité, ultime liberté », Philosophie magazine, 2015.

16  M. Mazuy, Ch. Debest, l’équipe de l’enquête Fecond, « Rester sans enfant : un choix de vie à contre-courant », Population et Sociétés, n° 508, février 2014.

17  Il existe un groupe childfree nommé spécialement « le défouloir des childfree » mais on retrouve dans tous les groupes des publications « anti-enfants/anti-parents ».

18  – « Non, je ne veux pas d’enfant », créé le 25 février 2008, 295 membres
– « VHEMT francophone », [Mouvement pour l’Extinction Volontaire de l’Humanité], créé le 20 avril 2012, 700 membres
– « Les CF et leurs animaux », créé le 13 février 2013, 450 membres
– « Culture Childfree », créé le 6 septembre /2013, 150 membres
– « Expressions de Childfree », créé le 23 décembre 2014, 668 membres
– « Être Childfree: réflexion et débats », créé le 25 avril 2015, 474 membres
– « Les childfree safe », créé le 26 novembre 2015, 131 membres
– « Childfree Only. Stérilisation volontaire. Démarches et témoignages », créé le 9 décembre 2015, 552 membres
– « Childfree Francophone », créé le 10 mai 2016, 1209 membres
– « Childfree Francophone Et Vegan », créé le 27 janvier 2017, 581 membres
– « Groupe de Support pour Childfree », créé le 20 août 2017, 588 membres
– « Childfree à bord », créé le 11 février 2018, 315 membres
– « Quotidien CF », créé le 30 avril 2018, 376 membres
– « CF ONLY – Stérilisation Volontaire non inclusif houlala surtout pas », créé le 11 mai 2018, 53 membres
– « Childfree copinette sans enfants par choix communautée heureuse Francophone », créé le 17 mai 2018, 222 membres
– « Les loisirs des Childfree », créé le 5 décembre 2018, 224 membres

19  30% des femmes y ont eu recours en 2013 (ONU, World Contraceptive Patterns, 2013).

20  N. Bajos et al., « La contraception en France : nouveau contexte, nouvelles pratiques ? », loc. cit, p. 2.

21  ONU, World Contraceptive Patterns, 2013.

22  O. Donath, Regretting Motherhood. A study, Berkeley, North Atlantic Books, 2017.

23  Même au sein de Centres de Planning Familial (Femme, 23 ans, n°326 ; Femme, 30 ans, n°312 ; Femme, 26 ans, n°733).

24  La peur du déni de grossesse chez les femmes childfree est omniprésente dans les témoignages sur les réseaux sociaux.

25  P. Panel, S. Jost et al., « Contraception des femmes françaises de 15 ans à 45 ans : enquête nationale sur un échantillon représentatif de 5963 femmes », European Journal of Obstetrics & Gynecology and Reproductive Biology, vol. 42/6, 2014, p. 415-421.

26  ONU, World Contraceptive Patterns, 2013

27  C. Bailly, Sage-femme et non-désir d’enfant : une ambivalence ? Etude des personnalités professionnelles et individuelles des sages-femmes n’ayant pas de désir d’enfant au travers de neuf entretiens semi-dirigés, Mémoire, École Régionale de sages-femmes, Tours, 2019.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 2. Niveau d’études des répondant·e·s
Crédits Source : enquête Childfree 2017
URL http://journals.openedition.org/sextant/docannexe/image/417/img-1.png
Fichier image/png, 77k
Titre Tableau 3. Les childfree et leurs conjoint·e·s
Crédits Source : enquête Childfree 2017
URL http://journals.openedition.org/sextant/docannexe/image/417/img-2.png
Fichier image/png, 98k
Titre Tableau 4. Remarques subies selon le genre (en %)
Crédits Source : enquête Childfree 2017
URL http://journals.openedition.org/sextant/docannexe/image/417/img-3.png
Fichier image/png, 97k
Titre Tableau 5. « Avez-vous subi des remarques désobligeantes concernant votre choix ? », enquête Childfree 2017
Crédits Source : enquête Childfree 2017
URL http://journals.openedition.org/sextant/docannexe/image/417/img-4.png
Fichier image/png, 97k
Titre Tableau 6. Les arguments des childfree
Crédits Source : enquête Childfree 2017
URL http://journals.openedition.org/sextant/docannexe/image/417/img-5.png
Fichier image/png, 114k
Titre Tableau 7. Période de prise de décision
Crédits Source : enquête Childfree 2017
URL http://journals.openedition.org/sextant/docannexe/image/417/img-6.png
Fichier image/png, 169k
Titre Tableau 8. Attitude face à la stérilisation (« Seriez-vous prêt·e à vous faire stériliser ? »)
Crédits Source : enquête Childfree 2017
URL http://journals.openedition.org/sextant/docannexe/image/417/img-7.png
Fichier image/png, 58k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Zöé Dubus et Yvonne Knibiehler, « La non-parentalité au XXIe siècle »Sextant, 36 | 2019, 191-208.

Référence électronique

Zöé Dubus et Yvonne Knibiehler, « La non-parentalité au XXIe siècle »Sextant [En ligne], 36 | 2019, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/sextant/417 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sextant.417

Haut de page

Auteurs

Zöé Dubus

Zöé Dubus est doctorante en histoire contemporaine en co-direction, à l’Université d’Aix-Marseille, dans le laboratoire TELEMMe (Aix-Marseille Université, CNRS, Aix-en-Provence, France), sous la direction d’Anne Carol, ainsi qu’à l’Université de Lausanne, où elle est chercheuse associée à l’Institut des Humanités en Médecine (CHUV | Centre hospitalier universitaire vaudois, Lausanne, Suisse), sous la direction de Vincent Barras. Sa recherche actuelle – « Médicament ou poison ? Médecins, médecine et psychotropes de la fin du XIXe siècle à nos jours en France » – traite des transformations des pratiques médicales ainsi que des politiques de santé en lien avec l’utilisation de psychotropes. Elle est également membre du GeFeM, groupe de recherche universitaire sur le genre et de l’association Demeter-Core, fondée par Yvonne Knibiehler.

Yvonne Knibiehler

Yvonne Knibiehler est professeure émérite à l’Université d’Aix-Marseille. Elle a fondé en 1975 une Unité d’enseignement et de recherche sur l’Histoire des femmes et de la maternité dans cette université (unité développée à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme). Autrice ou directrice d’une vingtaine d’ouvrages sur le genre et la maternité, elle est la fondatrice et la présidente de l’association Demeter-Core, groupe de travail sur les femmes, le féminisme et la maternité à Aix-en-Provence depuis 2009. Son dernier ouvrage, Réformer les congés parentaux. Un choix décisif pour une société plus égalitaire, est paru en janvier 2019.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search