Navigation – Plan du site

Supplément du Monde  du 16 janvier 2019 : Communiqué de presse de la Société Française Shakespeare

17 janvier 2019

La Société Française Shakespeare s’étonne qu’un journal réputé sérieux comme Le Monde réserve à nouveau*, dans son supplément « Science et médecine » daté du 16 janvier 2019, un accueil complaisant à des théories dénuées de fondement scientifique, à savoir la théorie selon laquelle Shakespeare était, en fait, un prête-nom pour John Florio, linguiste, lexicographe et traducteur anglais d’ascendance italienne. De nombreux spécialistes de l’histoire et de la littérature élisabéthaine ont déjà examiné ces théories qui ne résistent pas à une étude rigoureuse des documents historiques et littéraires disponibles.

Dans un apparent souci d’équité, quelques propos de spécialistes de Shakespeare sont cités verbatim dans l’article, détournés de leur contexte, et insérés dans un discours semblant confirmer les arguments de non-spécialistes qui militent inlassablement pour attribuer à Florio les œuvres de Shakespeare. Ces arguments sont ignorants ou fallacieux, et ont déjà été maintes fois réfutés. Les nouveaux sont encore plus ténus. Ainsi la présence de deux mots « planet Sol » dans Troilus et Cressida (1603) leur suffit à faire de Shakespeare un géo-héliocentriste averti, donc « prouve » à l’évidence qu’il ne peut être que Florio, alors qu’une autre pièce, Cymbeline (1610), utilise d’autres termes allant dans le sens, non pas d’une théorie « géo-héliocentrique », mais bel et bien d’une théorie copernicienne. L’expression « Planet Sol » se trouvait déjà dans l’édition A Worlde of Wordes de 1598, ainsi que dans plusieurs autres ouvrages et pamphlets d’auteurs antérieurs à Florio (comme John Harvey, Robert Copland, ou Richard Harvey), où Shakespeare a parfaitement pu la trouver et en faire usage dans ses pièces.

Pour quiconque est spécialiste du théâtre, il est clair que l’œuvre de Shakespeare ne comporte aucun « message » particulier. Le caractère « indécidable » de son texte ayant été amplement démontré dans la mesure où, en matière politique, religieuse et nécessairement « scientifique », les positions varient d’une pièce à l’autre, au gré des intrigues et des personnages. Contrairement à Shakespeare, Florio n’était pas un homme de théâtre, art dont il ignorait visiblement tous les mécanismes, ignorance qui apparaît clairement pour peu que l’on examine son œuvre. Les prétendus « indices » voulant lui attribuer la paternité de l’œuvre de Shakespeare ne résistent pas à l’examen, tout comme on peine à expliquer les surprenantes erreurs de Shakespeare s’il avait été un Italo-anglais, qu’il s’agisse de la géographie ou de la langue italienne elle-même. Comment Florio aurait-il pu commettre de telles bévues ? Parce qu’il voulait, selon les pro-Florio, dissimuler sa véritable identité. Pourquoi ? Les pro-Florio ne l’expliquent pas, ni ne disent comment un secret que devaient connaître des centaines de personnes a pu être si bien gardé. La théorie de Florio auteur de Shakespeare doit se ranger avec les théories tout aussi farfelues des dizaines d’autres pseudo-prétendants mises en avant depuis le XIXe siècle.

L’utilisation de la « science » par les pro-Florio ressemble à s’y méprendre aux contorsions de ceux qui prétendent que le changement climatique est un canular. Le Monde compte-t-il consacrer sa « Une » et deux pleines pages pour colporter les arguments de ceux qui prétendent qu’il n’y a pas de réchauffement climatique ?

*Voir le Monde daté du 22 janvier 2016

Note :

La Société Française Shakespeare a déjà fourni en 2016 plusieurs ressources rappelant les origines et les limites de querelles d’attribution et des théories concernant l’identité de Shakespeare : https://journals.openedition.org/shakespeare/1681

  • Logo Société Française Shakespeare
  • Logo Shakespeare 450
  • Logo Shakespeare Anniversary
  • Logo La SFS sur Facebook
  • OpenEdition Journals