Navigation – Plan du site

AccueilQui sommes-nous?AnnoncesIn Memoriam : Christian Biet

In Memoriam : Christian Biet

Christian Biet, Professeur en Histoire et Esthétique du théâtre à l’Institut d’tudes Théâtrales de l’Université de Nanterre depuis 1995 nous a soudainement quittés le 13 juillet 2020 suite à une chute de vélo mortelle. Il avait apporté un soutien financier et moral substantiel et généreux à la Société Française Shakespeare pour les Congrès de 2007, 2008 et 2009 et avait aussi, bien avant, présenté une communication remarquée sur Antoine de La Place - premier traducteur français du théâtre anglais, et plus particulièrement de Shakespeare - lors du Congrès de l’an 2000 intitulé Shakespeare et la France.

En fin de journée le vendredi 10 juillet 2020, Christian Biet circulait à vélo sur une route de campagne dans un paysage qui lui était familier depuis son enfance. Un automobiliste l’a vu vaciller, puis tomber sur le bord du trottoir et dans sa chute, l’arrière de sa tête a violemment heurté le sol : perte de connaissance, traumatisme crânien. Les soins intensifs qui lui ont été prodigués à l’Hôpital de Poitiers, une intervention chirurgicale destinée à stopper et résorber l’hémorragie, n’ont pu empêcher que l’hématome produise des lésions graves et irréversibles. Christian s’apprêtait à prendre sa retraite quelques jours plus tard. Il fourmillait de projets de vacances, de randonnées et de voyages mais aussi de projets de livres et d’articles.

  • 1 Christian Biet a donné de nombreuses conférences et participé à de nombreux colloques aux Etats-Uni (...)
  • 2 Professeur de sociologie politique, Université Paris Nanterre, UFR PHILLIA, Co-directeur du Départe (...)

Ce grand dix-septièmiste, spécialiste entre autres de Corneille (Moi, Pierre Corneille, Gallimard, 2005) a beaucoup écrit sur nombre de sujets variés ; sa curiosité était inlassable et tous azimuts. Il avait au pied levé organisé il y a une quinzaine d’années au Théâtre des Amandiers de Nanterre une rencontre entre gens de théâtre et universitaires sur Howard Barker, me remplaçant avantageusement dans cette tâche que des raisons de santé m’empêchaient d’assumer. Depuis plusieurs saisons il dirigeait les travaux les plus divers pour la revue Théâtre/ Public sur, entre autres : le théâtre coréen ou le théâtre chinois (Scènes chinoises contemporaines). Sans trop entrer dans le détail du repérage, son œuvre est considérable : pas moins de 125 ressources sur data.bnf.fr. Un recensement détaillé n’a pas encore été effectué, sinon, en partie, par Christian lui-même dans ses dossiers. Il faudrait citer tous les ouvrages publiés sous son nom, dirigés ou codirigés, les dossiers de revue coordonnés, les conférences et cours à l’étranger – depuis longtemps il commençait l’automne par un séjour à New York University mais il a enseigné et/ou communiqué dans près d’une dizaine de pays1 et, dans chacun de ces pays, dans nombre d’universités. Ajoutons les recueils de textes commentés, les actes de colloque, la gargantuesque liste des articles, la collection dirigée aux classiques Garnier. S’il fallait ne donner qu’un seul titre, significatif, il faudrait citer, (après Moi, Pierre Corneille) l’ouvrage co-écrit avec son collègue de Nanterre Christophe Triau : Qu’est-ce que le théâtre ? À cette question à la fois faussement naïve et complexe, Christian Biet a répondu avec son collègue dans un volume de plus de mille pages (Folio Essais, 2006, traduit en japonais, en cours de traduction en portugais du Brésil). Ce livre est dense, plein d’esprit mais aussi abordable par le style et par le prix. Cette enquête de référence est comme une « bible profane » – selon le mot de son collègue Emmanuel Wallon2 – « que les étudiants et les amoureux de la scène n’ont pas fini de consulter ». Pour citer encore Emmanuel Wallon analysant l’ouvrage, « Le fil conducteur de cet opus, le motif qui court dans tout son travail, qu’il s’agisse d’étudier les rapports du théâtre du grand siècle et des suivants à la loi, à la justice, à l'argent, à la guerre, de collecter les Tragédies et récits de martyre (France, fin XVIe-début XVIIe siècle avec Marie-Madeleine Fragonard, (Classiques Garnier, 2009) ou bien de rassembler, faire traduire et présenter les écrits de Richard Schechner, praticien et théoricien de la performance (Performance, Expérimentation et théorie du théâtre aux USA, Théâtrales, 2008), [ce motif qui court], c’est la conviction éprouvée par l’expérience et vérifiée par les archives que le théâtre ne se réduit jamais à un texte ni même aux formes d’une mise en scène, mais qu’il est d’abord l’événement de la représentation, de la « séance » comme [Christian Biet] prit habitude de le dire, dont chaque occurrence, appréhendée dans son époque, son contexte et son moment singulier, implique autant celles et ceux qui jouent ou « performent » – que leurs spectateurs dans la salle (ou sur le champ de foire) ». 

Ce trop bref hommage que je rends à Christian Biet, que je tiens à rendre à ce collègue éminent et talentueux serait coupablement incomplet et injuste si je n’évoquais ses immenses qualités humaines, en dernier lieu certes mais parce que c’est à mes yeux le plus important. Je pense à lui comme à un ami, un frère en amour du théâtre, lien commun entre nous plus encore que l’université. On ne résistait pas à son humour, à son charme, à sa voix grave bien timbrée dont il savait sans doute le pouvoir de la séduction, à sa chaleur humaine, à sa vraie camaraderie. Christian était infiniment aimé de ses étudiants et de ses chercheurs ainsi que de ses proches collègues auxquels il savait dire son attachement et sa reconnaissance. D’aucuns lui attribuaient un caractère entier, une volonté tenace, un tempérament batailleur dans la défense d’une cause à laquelle il tenait, d’une université qu’il aimait. Ainsi s’était-il résolument engagé dans les mouvements contre les lois Pécresse et Fioraso, et cette année contre la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), dans laquelle il voyait une volonté de mise sous tutelle des espaces de savoir et de critique qui importaient tellement à ses yeux. Grâces lui soient rendues. Nous maudissons le sort tragique qui nous l’enlève avant terme.

Jean-Michel Déprats, Paris, dimanche 4 octobre 2020.

Notes

1 Christian Biet a donné de nombreuses conférences et participé à de nombreux colloques aux Etats-Unis : NYU, Princeton, MIT, Madison, Georgetown, Columbia, Harvard, Yale, Duke, Berkeley, UCSB Santa Barbara, UCLA, University of Chicago, Tulane (New-Orleans), South Carolina, Middlebury, Maryland...au Canada : UDM, UQAM, Concordia (Montréal), UBC (Vancouver), Queens (Ontario), Victoria...au Japon : Todaï, Sophia, Waseda (Tokyo), Kyoto, en Chine : Shanghaï (Fudan univ., Académie du Théâtre), Pékin (Académie Centrale du Théâtre, Université de Communication, Université des Beaux-Arts), au Royaume-Uni (Angleterre : Cambridge, Oxford, Sussex, Manchester/Écosse : Saint-Andrews, Glasgow (programme ANR AHRC)/ Irlande : Dublin (Trinity college), en Allemagne : Bochüm UCD, en Espagne : Festival d’Almagro, Valencia Allemagne : Francfort, en Italie : Bologne, Rome, Milan : en Belgique ULB (Bruxelles), RITS.

2 Professeur de sociologie politique, Université Paris Nanterre, UFR PHILLIA, Co-directeur du Département des arts du spectacle. Extrait du courrier envoyé aux collègues de Nanterre à l’annonce du décès de Christian. Mardi 14 juil. 2020.

Haut de page
  • Logo Société Française Shakespeare
  • Logo Shakespeare 450
  • Logo Shakespeare Anniversary
  • Logo La SFS sur Facebook
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search