Navigation – Plan du site

AccueilQui sommes-nous?AnnoncesIn Memoriam : Jean-Pierre Maquerlot

In Memoriam : Jean-Pierre Maquerlot

J’ai la grande tristesse d’annoncer le décès de Jean-Pierre Maquerlot, professeur émérite à l’université de Rouen, le 4 octobre, à l’âge de 79 ans.

            Après des études brillantes à Lille, il fut nommé comme jeune agrégé au Lycée Corneille de Rouen d’où il fut rapidement recruté comme assistant à l’université qui venait d’être créée. Il resta attaché jusqu’à sa retraite en 2001, au département d’anglais qu’il avait contribué à mettre sur pied. Les nombreux étudiants qu’il a formés se souviennent de ses cours à la fois exigeants et divertissants, et toujours lumineux, et ses collègues de sa présence active dans la plupart des instances de notre université pluridisciplinaire où ses interventions étaient très écoutées. Il savait capter son auditoire grâce à sa maîtrise de la langue et à ses talents d’orateur. Ses collègues et amis de la Société française Shakespeare (SFS) où ses communications ont marqué nombre de congrès, gardent le souvenir de son intelligence et de son érudition et aussi de son humour et de la chaleur de son amitié.

             Il n’est pas étonnant que ce personnage volontiers flamboyant et original, imitateur hilarant en privé et qui aurait sans doute aimé être acteur, ait choisi comme domaine de recherche le théâtre élisabéthain et le Maniérisme en particulier. Sa thèse, publiée en anglais par Cambridge University Press, s’intitule : Shakespeare and the Mannerist Tradition, a reading of five problem plays. Travel and Drama in Shakespeare’s Time, l’autre ouvrage publié par la même prestigieuse maison, est une co-édition qui témoigne de son activité au sein du Centre du Théâtre anglo-saxon (le CETAS, maintenant disparu comme tous les petits centres de recherche), qu’il contribua à développer et à animer. Nos recherches et nos publications, alors pionnières, sur Shakespeare à la télévision, bénéficièrent grandement de son don de la conceptualisation qui s’enrichissait d’échappées vers la linguistique et la sémiologie. On retrouve la richesse et la rigueur de ses analyses, nourries par une connaissance fine de la langue élisabéthaine, dans ses contributions à l’édition de la Pléiade des Œuvres de Shakespeare : la présentation et les notes de Mesure pour Mesure et la traduction de Troilus et Cressida présenté et annoté. Il avait précédemment traduit Disowning Knowledge in Six Plays of Shakespeare (Le déni de savoir dans six pièces de Shakespeare) de Stanley Cavell, ouvrage maintenant épuisé, qu’il essayait en vain de faire re-publier avec une mise à jour.

            En dépit des épreuves que la vie ne lui a pas épargnées, en particulier la disparition précoce de Françoise, son épouse et collègue, qui l’affecta profondément, et la maladie qu’il affronta avec une grande force de caractère, Jean-Pierre resta jusqu’à ses derniers jours ce maître de la parole et de l’écriture (il écrivait un roman qu’il n’a pas pu terminer), toujours curieux de tout et attentif aux autres, et pour nous l’ami chaleureux et complice, fidèle depuis 60 ans. Nos affectueuses pensées vont à Lucie et Denis qui perdent maintenant un père aimant qu’ils ont accompagné jusqu’à la fin.

Michèle Willems

 ***

Nous avions l'habitude de nous téléphoner au moment de Noël et pour la première fois cette année je n'avais pu joindre Jean-Pierre. Je ne pensais pas que son silence était dû à cette terrible maladie. Je trouvais toujours chez Jean-Pierre une grande chaleur humaine, un humour aussi qui permettait de relativiser les problèmes qu'on se confiait.  Il savait relier sensibilité et pensée et sa pensée avait toujours un fondement sensible qui la rendait originale et passionnante. Jean-Pierre était un merveilleux conférencier, véritable orateur qui donnait aux mots couleur et force. Pour reprendre le poème de Coleridge, il n'utilisait jamais de ces "unfelt words"  qui paralysent et détruisent les relations et toujours on pouvait retrouver la passion de son inspiration qui lui permit d'écrire des ouvrages et des textes qu'on aime relire pour la profondeur de leur réflexion.

Jean-Pierre avait fait un très émouvant discours lors de la messe des obsèques de ma mère qui l'appréciait infiniment et avec qui il existait une véritable complicité lorsqu'il travaillait avec elle pour la Société Française Shakespeare. Cette relation allégeait le poids des responsabilités et des corvées administratives. 

Je n'oublie pas que Jean-Pierre et Françoise invitèrent mon fils  à Rouen quelques jours pour partager avec lui leur vie familiale avec Denis et Lucie. La générosité l'habitait. Il réagissait toujours avec une immense humanité.

Sa disparition est tragique pour notre société d'anglicistes. 

Mon fils et moi-même perdons un véritable ami.

Margaret Jones-Davies

***

Michèle Willems, qui nous a annoncé la triste nouvelle du décès de Jean-Pierre Maquerlot, a su trouver les mots justes pour rendre hommage à sa mémoire.

Pour tous ceux qui le connaissaient, Jean Pierre, avec son visage poupin et ses cheveux bouclés, dissimulait derrière son apparence bonhomme et faussement naïve une redoutable machine intellectuelle alliée à beaucoup de finesse et de malice.

A titre personnel, j’ai toujours admiré en lui cet à-propos et cette éloquence qui, s’il avait choisi une autre voie que les études shakespeariennes, aurait pu faire de lui un ténor du barreau.

C’était aussi quelqu’un d’amical et de bienveillant même si, à l’occasion, son esprit et son sens de la répartie pouvaient lui inspirer sur le moment une saillie qui pouvait être cocasse, ironique ou cinglante. Mais l’homme était généreux et jamais blessant.

Si ses travaux sur le maniérisme ont été salués par Cambridge University Press, où il a été publié, et s’il a par ailleurs contribué à l’édition bilingue de Shakespeare dans la Bibliothèque de la Pléiade, c’était aussi par ses interventions brillantes qu’il se distinguait à mes yeux. Ses étudiants, je l’imagine aisément, ne pouvaient qu’être séduits et admiratifs. C’était un grand professeur.

Je le croisais, quant à moi, essentiellement dans des colloques, où il apportait toujours énormément aux différents débats par sa culture et son sens de l’interdisciplinarité, au carrefour de la littérature, des études théâtrales et des beaux-arts.

Une personnalité aussi attachante et un esprit de cette envergure ne se rencontrent pas tous les jours et il va nous donc beaucoup nous manquer.

Ma tristesse est grande ce soir et j’adresse toutes mes sincères condoléances à ses deux enfants ainsi qu’à ses proches.

François Laroque

 

***

Très cher, très regretté Jean-Pierre, je n'avais qu'un coup de fil à donner et tu acceptais de participer à un jury de thèse, d'en assurer spontanément la présidence, disponible, chaleureux, donnant à la séance le tour d'un jury entre égaux, y partageant généreusement ton savoir pionnier sur les esthétiques maniéristes et baroques de Shakespeare ou de tel de ses contemporains… toi qui avais pris tous les risques en soutenant en 1989 une thèse d'État dont les jeunes chercheurs actuels ne peuvent mesurer ce qu'elle avait d'audacieux dans le contexte des années 1980. Sous un titre tout simple mais iconoclaste, Shakespeare maniériste, tu proposais de réévaluer cinq œuvres dramatiques de Shakespeare si incommodes à classer selon les catégories habituelles des genres littéraires qu'elles avaient été déclarées inclassables sous le vocable de « problem plays » depuis les années 1940 - des pièces toutes écrites entre 1600 et 1604 – Hamlet, Troilus et Cressida, Tout est bien qui finit bien, Mesure pour Mesure et Othello. Pour ce faire, tu empruntais non à la traditionnelle quête des modèles sur le sol national, mais allais chercher hors des frontières de l'Angleterre – et qui plus est, en Italie - un modèle esthétique qui s'articule « autour des deux figures structurales de la disparité et du décentrement » - comme tu les nommais. Ces « figures » - mot que tu aurais pu emprunter à Genette - tu les apparentais aux déséquilibres ou aux irrégularités de ces « pièces problématiques ».  Conjuguant humour et audace pour un projet si nouveau, tu allais découvrir des parentés inédites entre ce nouveau Shakespeare, dont on cherchait encore les sources médiévales, et ces peintres italiens d'avant-garde -- Michel-Ange, Pontormo, Bronzino, le Parmesan, Tintoret –, moins inquiets de peindre selon la tradition qu'à leur « manière », créant déséquilibres et distorsions jusque dans les règles les plus prescriptives des « proportions » et de la « perspective », « manière » qui les fit dire « maniéristes ». Tu sus reconnaître, Jean-Pierre, une « maniera » de même valeur d'avant-garde dans le théâtre shakespearien à la pliure du siècle, dans ces pièces aux esthétiques méconnaissables qu'inaugure la première d'entre elle, la plus déconcertante, Hamlet, mais dont tu déniais presque à la dernière, Othello, l'appartenance à « cette esthétique narcissique et joueuse, incapable de susciter les émotions fortes qu'on attend de la tragédie » (je te cite à nouveau, de ton percutant résumé de thèse) tant le sentiment tragique qu'elle génère pétrifie.  

Très cher, si amical Jean-Pierre, tu étais encore avec nous, en 2005, participant avec notre groupe Epistémè, en pleine tornade anti-baroque, à un colloque au titre provocateur - « Baroque/s et Maniérisme/s, tonner contre ? », y posant la judicieuse question qui fait le titre de ta communication, au moment même où Jean Rousset, après avoir tant écrit sur le baroque littéraire, semblait se renier : « Baroque et maniérisme : pertinence d'une approche par les arts visuels ? L'itinéraire de Jean Rousset ». Mais je me souviens aussi d'un merveilleux colloque à Rouen, tout de bonheur, « sur tes terres », où nous avions sans fin épilogué sur le maniérisme et le baroque dans le Songe d'une nuit d'été. Quelle amitié dans ces débats à la fois si rieurs et, je crois, si sérieux… avec le ton dogmatique dont tu faisais un jeu de plus… tongue in cheek… 

C'est ta présence encore de critique shakespearien, mais aussi de remarquable traducteur, qui marquera « nos années Pléiade », ces quinze années passées à mettre en forme l'édition bilingue des œuvres de Shakespeare chez Gallimard. Et mon premier réflexe, en apprenant que tu venais de mourir, a été d'appeler Jean-Michel Déprats, pour partager d'abord ce deuil avec lui. Nous avons tout de suite, spontanément, évoqué ta traduction de Troilus et Cressida, et l'humour jamais plus adéquat que dans les commentaires que tu fais de cette pièce grinçante entre toutes – un humour qui t'inspire jusque dans ta « manière » d'aborder les scènes les plus sinistres de Mesure pour mesure, toujours dans cette édition de la Pléiade qui te doit tant. 

Ce qui ne t'empêchait pas, au sortir de ces séances, de me raccompagner amicalement jusqu'à une gare, de m'y tenir longtemps compagnie jusqu'à l'arrivée d'un de ces trains de banlieue si sinistres aux heures tardives… à partager aussi nos deuils respectifs… et tu savais encore faire rire au bord des larmes… mes plus chers souvenirs…

Gisèle Venet

 

  • Logo Société Française Shakespeare
  • Logo Shakespeare 450
  • Logo Shakespeare Anniversary
  • Logo La SFS sur Facebook
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search