Navigation – Plan du site

AccueilQui sommes-nous?AnnoncesIn Memoriam : Jerzy Limon (1950-2...

In Memoriam : Jerzy Limon (1950-2021)

Image 10000000000000C6000000FE015A0C95440B3480.jpg

Jerzy Limon nous a quittés prématurément le 3 mars dernier, victime de cette terrible pandémie qui nous prive aujourd’hui d’une personnalité attachante et d’un éminent collègue, professeur à l’Université de Gdansk, historien du théâtre, traducteur, récipiendaire de nombreux prix et décoré de titres prestigieux, dont l’« Order of the British Empire ». Ses travaux sur les compagnies d’acteurs anglais en Europe et sur le Masque Stuart ont fait date, mais il est surtout connu pour avoir été à l’origine de la reconstruction moderne du théâtre de Gdansk, le Teatr Szekspirowski inauguré en 2014, théâtre dont il était aussi le très actif directeur artistique. Ajoutons à cela la création du festival du théâtre de rue de cette même ville, où furent données de nombreuses représentations shakespeariennes et élisabéthaines, ainsi que son rôle dans la naissance et la participation au comité de direction d’ESRA, l’Association européenne de recherches sur Shakespeare dont il accueillit le congrès à Gdansk en 2017.

Nous avions invité Jerzy à participer au congrès de 2011 de la SFS sur « Shakespeare et la Cité », où il était venu donner une conférence plénière intitulée « The city and the “problem” of theatre reconstructions: “Shakespearean” theatres in London and Gdańsk » https://journals.openedition.org/shakespeare/1624. Qui d’autre mieux que lui, si actif au service de sa propre ville, si résolu à donner au théâtre sa place au cœur de la cité, aurait pu partager avec nous une expérience vécue de notre thème ? L’inspiration élisabéthaine a joué un rôle majeur, à la fois dans le répertoire du festival annuel qu’il a fait vivre à partir de 1997 en y conviant des troupes étrangères, et dans la forme du lieu, ses galeries et son ouverture sur le ciel, que des acrobates ont franchie lors de l’inauguration, traçant des constellations nouvelles dans la nuit à cent mètres d’altitude.

Le trajet de Londres à Stratford, souvent un parcours d’obstacles, offre parfois des moments privilégiés comme cette fois, au retour de l’un de ces mémorables congrès d’été du Shakespeare Institute, il doit bien y avoir une trentaine d’années de cela. Le trajet en car lui avait donné le temps d’exposer en détail à ses compagnons de voyage son projet de reconstruction du théâtre de Gdansk, où des acteurs anglais étaient venus jouer au XVIIe siècle, ainsi que de ses conditions de travail dans la Pologne communiste, où il devait cumuler deux emplois pour réussir à joindre les deux bouts. Grâce à son opiniâtreté et à sa persévérance (il bénéficia de plusieurs importantes subventions européennes ainsi que de l’appui du prince Charles, très attaché au rayonnement de Shakespeare), il réussit à faire aboutir son projet qui fut inauguré en grande pompe en 2014, l’année où nous célébrions à Paris le 450e anniversaire de la naissance du poète et dramaturge.

Nos souvenirs communs remontent au moins à 1998, lors d’un congrès de l’IAUPE à Durham, marqué par la visite du ravissant théâtre georgien de Richmond, alors que Jerzy avait créé quelques années auparavant sa Theatrum Gedanense Foundation, et par des images de l’école d’escrime de Gdansk (Dantzig à l’époque, construite, expliquait-il, sur le modèle du théâtre de la Fortune de Londres). Bien d’autres rencontres ont eu lieu ensuite, lorsqu’il est venu à Montpellier en 2013 à l’invitation de l’IRCL donner une des conférences plénières intitulée « Jan Klata’s H[amlet]: Questioning the Myth of Solidarity », lors du congrès ESRA « Shakespeare and Myth ». Nous gardons de lui nombre d’autres souvenirs, comme ses conférences données au « Kingston Seminar » de Richard Wilson, à la « Stratford conference », et bien sûr à Gdansk où son théâtre obtint le double parrainage du Prince Charles et du grand cinéaste polonais Andrzej Wajda.

Formidable et inlassable entrepreneur, Jerzy était aussi un homme chaleureux et amical qui bénéficiait en Pologne, mais aussi dans de nombreux pays européens, d’un fort charisme personnel qui le faisaient apprécier des plus hautes personnalités comme du commun des mortels. Il arborait toujours ce petit sourire plein de charme qui était à la fois une politesse pour les autres et une forme de séduction discrète.

Il se trouve que nous avons tous deux partagé un épisode de sa vie qui l’honore et que sa discrétion a laissé dans l’ombre : non content d’admirer ses ouvrages, un maître de conférence français avait emprunté mot pour mot à un de ses livres la matière d’un article publié dans The Journal of Theological Studies. Quand l’une des doctorantes de Jerzy travaillant sur un sujet connexe a signalé le plagiat, l’article a été aussitôt supprimé des annales de la revue en question et le plagiat dûment signalé avec les excuses du directeur de la revue. Jerzy nous avait chargés d’enquêter en France et de relayer sa plainte auprès des autorités universitaires, mais en apprenant que le président de l’université où enseignait le plagiaire était prêt à prendre des sanctions rigoureuses, il nous a priés d’arrêter la procédure et a aussitôt généreusement abandonné toute demande de réparation.

Car Jerzy Limon était bien plus qu’un brillant universitaire doublé d’un homme d’action, c’était aussi un être très humain. Son flegme, sa douce ironie, sa grande élégance n’ont pas fini de nous manquer.

Dominique Goy-Blanquet et François Laroque

Image 100000000000056C0000039D922219C7248C65F1.jpg

Le théâtre de Gdansk et son toit ouvrant, photographie de Bronwen Sharp

© droits réservés)

  • Logo Société Française Shakespeare
  • Logo Shakespeare 450
  • Logo Shakespeare Anniversary
  • Logo La SFS sur Facebook
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search