Skip to navigation – Site map

HomeAbout usAnnouncementsIn Memoriam : Jean-Marie Maguin

In Memoriam : Jean-Marie Maguin

Après le regretté Armand Himy qui nous a quittés l’année dernière, c’est au tour de Jean-Marie Maguin de nous laisser orphelins, orphelins de sa grande compétence scientifique, de son soutien amical et de ses conseils éclairés.

À titre personnel, je dois beaucoup à Jean-Marie Maguin. Si c’est grâce à Jean Fuzier que j’ai pu être recruté à l’université Paul-Valéry (en 1973), c’est en effet lui qui m’a mis le pied à l’étrier et aidé à devenir un spécialiste de Shakespeare et de l’Angleterre élisabéthaine.

Florence March a rappelé le parcours de celui qui, sans compter son temps ni ses efforts, aura beaucoup compté pour faire de cette aire de recherches encore quelque peu poussiéreuse à l’époque, une terre d’innovation et d’aventures qui n’en reposait pas moins solidement sur d’indispensables connaissances historiques et bibliographiques. Avec les Cahiers élisabéthains, il avait, aux côtés Antoine Demadre et Jean Fuzier et avec l’aide précieuse de son épouse Angela, lancé une revue qui, après des débuts modestes, allait conquérir ses lettres de noblesse et une réputation internationale, en partie grâce à ses nombreux comptes rendus de mise en scène en France et à l’étranger. Une fois devenu URA et rattaché au CNRS, le CERRE, le Centre d’Études et de Recherches Élisabéthaines a pris de l’importance et de la visibilité et a permis de former un nombre significatif de chercheurs, dont certains enseignent aujourd’hui à l’Université.

Les ouvrages reçus pour compte rendu dans la revue et les achats de livres d’occasion en Angleterre et chargés dans le coffre de sa voiture ont permis de constituer le noyau d’une bibliothèque qui a, elle aussi, beaucoup grandi aujourd’hui et qui offre aux étudiants une base de documentation sérieuse. Les liens très tôt instaurés avec l’université de Birmingham, où Jean-Marie avait été lecteur, ont donné naissance au séminaire annuel Montpellier-Stratford, organisé au Shakespeare Institute de Stratford-Upon-Avon et permis aux étudiants de Montpellier occupant des postes de lecteur en Angleterre d’assister à des cours intensifs en présentiel ainsi qu’à des conférences de professeurs rattachés à cette institution et, le soir, à des représentations shakespeariennes dans les différents théâtres de la ville. Une formation complète en quelque sorte, à laquelle j’aurai eu la chance et le privilège d’apporter ma pierre.

Toutes ces idées Jean-Marie les avait eues, et mises en œuvre en collaboration avec ses deux collègues. Mais c’est essentiellement lui qui, par une forme de ténacité placide, avait véritablement contribué à les inscrire dans la durée en dépit des fluctuations et des tempêtes qui ont pu affecter les universités des deux côtés de la Manche.

Pour mettre en place une telle formation et faire en sorte qu’elle traverse le temps (Florence March l’a justement souligné dans son texte d’hommage), il aura fallu beaucoup d’endurance et d’opiniâtreté, le tout conjugué à du sang-froid et à un sens aigu de la diplomatie. Or Jean-Marie possédait tout cela de façon éminente. L’homme avait ces qualités rares qui permettaient de conjuguer un réel esprit d’entreprise avec un vrai réalisme, de sorte qu’avec lui il ne s’agissait pas simplement d’être, mais bien de faire, et de faire dans l’intérêt de tous avec un entrain dont il était l’exemple vivant. On ne s’ennuyait jamais avec lui tant il aimait à partager ce qui le passionnait, ses lectures, les spectacles auxquels il avait assisté, mais aussi l’actualité qui donnait souvent lieu à des commentaires parfois sans filtre, mais toujours bien pesés. Nos longues conversations étaient pour moi de vraies sources d’inspiration.

Comme je le disais plus haut, je dois beaucoup à titre personnel à Jean-Marie qui aura été pour moi un exemple, sinon un modèle. Je me souviens par exemple que, dans les affres que furent les derniers moments de mise au point de ma thèse, un violent orage s’est abattu sur Montpellier et un éclair avait effacé ma bibliographie sur la disquette du petit MacIntosh dont nous disposions à l’époque. Quand je l’ai appelé au téléphone pour lui dire mon désarroi, il n’avait pas hésité à laisser en plan son travail personnel pour venir me donner un coup de main et, à nous deux, nous avons progressivement réussi à reconstituer l’essentiel de ce qui avait disparu sous mes yeux navrés.

Jean-Marie était un passeur animé de la passion de transmettre et il savait encourager, soutenir, faire naître et vivre la pensée, sans jamais hésiter à donner des conseils qui se révélaient souvent des plus fructueux. Je suis certain que toutes celles et ceux qui ont pu bénéficier de son aide à la fois généreuse et désintéressée ne manqueront pas de s’en souvenir.

Il est donc peu à peu devenu un ami et si, depuis son départ en retraite, nous nous voyions évidemment moins souvent qu’auparavant, nous échangions néanmoins régulièrement au téléphone.

Merci mon cher Jean-Marie de tout ce que tu auras fait pour moi comme pour beaucoup d’autres, pour tous ceux que tu as approchés et formés et qui, n’en doute pas là où tu te trouves aujourd’hui, t’en sont profondément redevables. Ni eux ni moi ne t’oublierons.

Aujourd’hui mes pensées affectueuses et bien attristées vont évidemment en priorité à Angela, à Élisabeth et Teddy ainsi qu’ à leurs enfants.

François Laroque

*******

Jean-Marie Maguin nous a quittés samedi 14 mai 2022 au matin. Né le 31 janvier 1943, il était Professeur émérite en études élisabéthaines à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, où il avait été recruté en 1967, et membre de l’Institut de recherche sur la Renaissance, l’âge Classique et les Lumières (IRCL, UMR 5186 du CNRS). Agrégé d’anglais, il avait soutenu en 1977 une thèse d’état sur « La Nuit dans le théâtre de Shakespeare et de ses prédécesseurs », publiée en 1980.

Dès 1970, Jean-Marie Maguin a co-fondé à l’Université Paul-Valéry, avec Antoine Demadre et Jean Fuzier, le Centre d’Études et de Recherches Élisabéthaines (CÉRÉ), au moment de l’efflorescence des centres de recherche dans l’université française. Pugnace et déterminé, il a œuvré sans relâche pour que le CÉRÉ devienne officiellement associé au CNRS à partir de 1980. Le CÉRÉ devint en 1994 le Centre d’Études et de Recherche sur la Renaissance Anglaise (CERRA), avant de fusionner en 2003 avec le Centre d’Études du XVIIIe siècle (CEDIM), également associé au CNRS, pour devenir l’IRCL.

Ayant été lecteur à l’Université de Birmingham pendant un an, il avait tissé des liens étroits avec le Shakespeare Institute et a co-créé avec Jean Fuzier, l’année même de la fondation du CÉRÉ, le séminaire annuel « Montpellier-Stratford » qui continue depuis cinquante-deux ans, à faire découvrir à des générations d’étudiants montpelliérains le théâtre élisabéthain in performance et le travail de la Royal Shakespeare Company, à les initier à la pratique théâtrale par des ateliers avec des artistes de la RSC, et à l’exercice particulier de l’écriture de recensions de spectacles. Les membres du CÉRÉ, puis du CERRA, se souviennent de la légendaire Renault 16 bleue dans laquelle il emmenait les étudiants de l’Université Paul-Valéry au séminaire le printemps venu, et dont il remplissait le coffre de cartons de livres chinés chez les bouquinistes de Stratford pour la bibliothèque du centre de recherche montpelliérain. À l’IRCL trône toujours, dans une vitrine, la magnifique maquette de théâtre élisabéthain réalisée par des étudiants du séminaire de maîtrise qu’il dispensait avec Jean Fuzier.

Parallèlement à ce séminaire de printemps, Jean-Marie Maguin a monté et organisé entre 1990 et 1997 au Shakespeare Centre de Stratford un programme de cours ERASMUS de dix jours au mois de janvier, avec un consortium de neuf universités européennes coordonné par l’Université Paul-Valéry. Ce programme a ouvert la voie à une convention ERASMUS historique entre l’Université Paul-Valéry et l’Université de Birmingham, échange resté florissant jusqu’à ce jour, malgré le Brexit.

Ainsi, son dévouement au service des étudiants était exemplaire. Intervenant à tous les niveaux de formation dans les domaines de la littérature et de la version, il était très investi dans la préparation à l’Agrégation. Ses séminaires qui, il y a une trentaine d’années, accueillaient ses collègues au milieu de ses étudiants, étaient des lieux de découverte, d’investigation, d’innovation et de transmission, où les échanges étaient d’une grande richesse.

Jean-Marie Maguin a longtemps co-dirigé la revue Cahiers Élisabéthains, fondée en 1972 par Antoine Demadre, d’abord avec Jean Fuzier de 1989 à 1994, puis avec Charles Whitworth de 1994 à 2001. Il s’est investi sans compter dans la vie de la Société française Shakespeare, fondée en 1975, dont il a été trésorier pendant dix ans avant de la présider de 1997 à 2003.

Parmi les très nombreux travaux de ce chercheur passionné et prolixe, on peut citer la biographie de Shakespeare co-écrite avec son épouse Angela et publiée chez Fayard en 1996, ainsi que les deux volumes Théâtre élisabéthain co-dirigés avec Line Cottegnies et François Laroque parus dans la collection « La Pléiade » chez Gallimard en 2009. Il avait récemment publié, en 2017, Shakespeare and the Rhetoric of Elocution. Jean-Marie Maguin s’intéressait tout particulièrement à la relation du corpus dramatique élisabéthain à la scène, à sa dimension sémiotique, poétique et rhétorique.

Il avait pris sa retraite très tôt, en 2001, en même temps que son épouse Angela, mais tous deux continuaient de porter beaucoup d’intérêt aux activités de l’IRCL. Jean-Marie avait ainsi participé au colloque-festival « Scènes de nuit » en 2014, dont les travaux ont été publiés dans la revue Arrêt sur Scène / Scene Focus (OpenEdition) l’année suivante ; au programme Science et Société « A Year with Shakespeare » lors du quadricentenaire de la mort de Shakespeare en 2016. Il s’était prêté de bonne grâce aux entretiens que nous avions sollicités entre 2019 et 2021 sur l’histoire du CÉRÉ, puis du CERRA, dans le cadre du projet Hépistéa porté par nos collègues Anne Page et Sophie Vallas du LERMA à Aix-Marseille Université.

Son exigence et sa rigueur intellectuelles, son érudition remarquable, son imagination visionnaire, sa force de travail et son énergie hors du commun forçaient l’admiration. Sa convivialité, son humour, parfois caustique, son sens de l’hospitalité et son désir de transmission nous manqueront.

Nos pensées affectueuses vont à son épouse et complice Angela, ses enfants et petits-enfants.

Florence March

  • Logo Société Française Shakespeare
  • Logo Shakespeare 450
  • Logo Shakespeare Anniversary
  • Logo La SFS sur Facebook
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search