Navigation – Plan du site

AccueilActes des colloques40Shakespeare et l’esthétique, XVII...« From Italy, back to Britain » M...

Shakespeare et l’esthétique, XVIIIe-XIXe siècles

« From Italy, back to Britain » Martin Sherlock et la circulation européenne du modèle shakespearien à la fin du XVIIIe siècle

Jean-Louis Haquette

Résumés

Auteur cosmopolite aujourd’hui oublié, Martin Sherlock (1750-1797) connut par ses ouvrages une large diffusion européenne. L’itinéraire des idées de Sherlock sur Shakespeare, de l’Italie à la Grande-Bretagne, ne témoigne pas seulement de la diffusion progressive, et bien connue, de la connaissance et de l’appréciation de Shakespeare dans l’Europe de la fin du siècle des Lumières. Outre le fait que le passage des écrits d’un pays à l’autre éclaire les horizons d’attente différenciés, l’expérience viatique italienne du révérend irlandais enrichit son regard et lui fait trouver de nouveaux moyens d’exprimer, notamment par le détour du paysage du golfe de Naples, une esthétique alternative à celle que prônait Voltaire. Ces textes témoignent clairement d’un changement esthétique majeur, que les romantismes européens théoriseront dans leurs manifestes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour le Royaume-Uni, les essais sur Shakespeare à cette période ont de longue date été rassemblés. (...)

1Au XVIIIe siècle, Shakespeare devint, comme on le sait, un auteur canonique au Royaume-Uni, mais aussi le sujet d’un large débat littéraire européen, bien au-delà des rivages britanniques. Si Voltaire en fut un des protagonistes majeurs, toute une série d’auteurs aujourd’hui assez oubliés contribua à l’alimenter et à former une véritable bibliothèque shakespearienne1. Le chanoine irlandais Martin Sherlock (1750- 1797) fait partie de ceux-là. Son enthousiasme pour le « barde de Stratford » est spectaculaire :

  • 2 Martin Sherlock, New letters from an English traveller, London, Nichols, 1781, p. 164-165.

Come then my adored Shakespeare, dear object of my idolatry, I am going to speak of thee. Let a ray of thy genius enlighten my understanding; let a spark of thy fire infuse itself in my soul; lend me thy clearness, thy nobleness, thy force that, if it may be possible, the elevation of my style may equal the dignity of my subject2.

  • 3 On peut penser à l’invocation miltonienne du Livre III de Paradise Lost.
  • 4 On se souvient du Jubilée de Stratford de 1769, et, la même année, de la représentation d’Hamlet, a (...)

2Cette invocation, qui reprend la rhétorique de l’épopée3, place Sherlock parmi les adorateurs de Shakespeare, aux côtés de Garrick en Angleterre ou de Jean-François Ducis en France4. Elle pourrait n’avoir qu’une portée anecdotique et n’être que le témoignage suranné d’une époque encline à l’expression hyperbolique des sentiments. Mais les écrits que Sherlock consacra au dramaturge élisabéthain possèdent la particularité d’avoir été d’abord destinés à un public italien, avant de se voir ensuite traduits successivement en français puis en anglais, ce qui les soumit à une triple réception, dans des contextes littéraires fort différents. Le parcours du révérend Sherlock est ainsi intéressant en ce qu’il témoigne de façon originale de la circulation européenne du modèle shakespearien, à partir de l’Italie et par effet de retour vers la Grande-Bretagne, en passant par la France.

Martin Sherlock, un « phénomène littéraire » oublié

  • 5 Consiglio ad un giovane poeta, Naples, s.n., 1779 ; Lettres d’un voyageur anglais, Genève, 1779 (tr (...)

3Il convient d’abord de présenter brièvement le parcours littéraire de Martin Sherlock Chanoine irlandais né vers 1750, il voyagea en Europe entre 1776 et 1780, dans la suite de Frederick Hervey (1730-1803). Ce prélat anglican accomplit un Grand Tour, qui le conduisit de la Hollande à la Campanie, en passant par la France. Sherlock rencontra Voltaire en avril 1776 et Frédéric de Prusse en juillet 1779, mais ce ne sont là que les plus célèbres de ses interlocuteurs. Pendant ces quatre années, il fréquenta des milieux littéraires et culturels très variés et découvrit des usages bien différents de ceux de son île natale. Cette expérience viatique le conduisit à prendre la plume, et, sous la forme épistolaire, à rendre compte de ses découvertes et des réflexions qu’elles suscitèrent chez lui. Plusieurs ouvrages, en italien, puis en français, et enfin en anglais, ponctuèrent une brève période de grande fécondité, entre 1779 et 17865. Rentré en Irlande, Sherlock cessa complètement de publier, et ce jusqu’à sa mort en 1797.

4L’éditeur anglais de Sherlock, conscient de la singularité de son parcours, jugea utile, pour le présenter au public britannique, de s’appuyer sur sa réputation continentale :

  • 6 Martin Sherlock, Letters from an English traveller, Londres, Nichols et alii, 1780, « Postcript », (...)

The author of these letters may be considered as a kind of literary phaenomenon. Mr Sherlock travels through Italy, and publishes a book at Rome in Italian. He publishes another in French at Paris. And it may not be unpleasing to the purchasers of this work to see accounts of the author’s merits, given by the journalists and reviewers of France and Italy6.

5S’ensuit une série de huit extraits d’articles de périodiques, tirés du Journal de Littérature, des sciences et de arts, du Journal de Paris, du Journal Encyclopédique, du Mercure de France et des Efemeridi letterarie di Roma. On voit, à la lecture de cette liste, qui n’est qu’une sélection de comptes rendus critiques, que les ouvrages de Sherlock, aujourd’hui très oubliés, connurent en leur temps une très large diffusion.

6Au-delà de son plurilinguisme, notre auteur se singularisait par un style assez flamboyant, dont on vient de lire un échantillon et dont témoignent les contemporains. C’est ainsi que Sherlock est décrit par le journaliste anonyme de la Critical Review, qui signale à ses lecteurs la parution en anglais du Fragment sur Shakespeare, publié à Paris en 1780, mais initialement écrit en italien :

  • 7 Critical review, 1786, p. 349 (sur la traduction anglaise du Fragment sur Shakespeare).

Our readers are already acquainted with Mr. Sherlock, who publishes in French at Paris, in Italian at Rome, and in English at London; who, with a happy fluency, often expresses, in striking language, the brilliant effusions of a cultivated mind; who can rise to the top of the scale, at the moment when he is going to sink in trifling remarks, sounding nothings, or ineffectual humour. Such is Mr. Sherlock, always unequal, frequently in error; but brilliant, lively, entertaining, and instructive7.

7C’est aussi sous le signe du contraste que se place le portrait donné par Horace Walpole dans sa correspondance, dans les années où Sherlock jouit d’une renommée littéraire certaine en Europe :

  • 8 Horace Walpole, Correspondence, Yale edition, vol. 2, To Cole, 15/2/1782, p. 323-24.

He is a very amiable good-natured man, and wants judgment not parts. […] having been admired and cried up to the skies by foreign writers of reviews, [he] was on the contrary too severely treated by our own. […] He has no gall; on the contrary too much benevolence in his indiscriminate praise – but he has made many very ingenious criticisms. He is a just, a due enthusiast to Shakespeare – but alas! he scarce likes Richardson less8.

8L’ensemble du jugement, quand on connaît la causticité de Walpole, demeure favorable, et la pique finale vise autant Richardson que Sherlock. Walpole souligne le rapport de Sherlock à Shakespeare, mais sans rappeler que c’est d’abord auprès du public italien que son enthousiasme s’était exprimé.

Le chantre de Shakespeare en Italie

  • 9 Naples, s.n., 1779. L’ouvrage se retrouve, en italien, à Londres dès 1780, avec la mention « 4e édi (...)
  • 10 Voir à ce sujet Ana Nacinovich, « Il sogno incantatore della filosofia » L’Arcadia di Gioacchino Pi (...)
  • 11 Martin Sherlock, Consiglio, Londres, 1780, p. 3.
  • 12 Sur les phases et les acteurs de la polémique, voir Jean-Louis Haquette et Adelaide Pagano, « Du dé (...)
  • 13 Voir l’étude classique de Michèle Willems, La Genèse du mythe shakespearien : 1660-1780, Paris, PUF (...)
  • 14 Il s’agissait de deux articles du Journal Encyclopédique, rédigés en français par une main anglaise (...)
  • 15 En 1776, il fit lire à l’Académie, le jour de séance solennelle de la Saint Louis, une lettre tout (...)
  • 16 Voir notamment la synthèse récente de Corrado Viola, « Approcci all’opera di Shakespeare nel settec (...)
  • 17 Voir la préface de Thedodore Besterman à Voltaire on Shakespeare, Institut et Musée Voltaire, Genèv (...)

9C’est en effet en Italie que la carrière littéraire de Sherlock commença. En 1779 il publia, à Naples, un ouvrage à visée pédagogique et polémique, intitulé Consiglio ad un giovane poeta9 et qui témoigne déjà de son enthousiasme shakespearien. Bien que publié dans la capitale de la Campanie, l’ouvrage s’inscrivait dans le milieu littéraire romain de l’académie de l’Arcadie10. Une de ses particularités est le jugement critique porté sur l’état de la poésie italienne – celle-ci serait encore dans l’enfance11 –, qui s’accompagne de la proposition de modèles littéraires étrangers. Parmi ces modèles figure en bonne place William Shakespeare. Cela ne manqua pas de soulever en Italie une vive polémique12. C’est bien sûr ce statut de modèle donné au dramaturge élisabéthain qui retient l’attention ici, à une époque où, comme on le sait, la stature littéraire de Shakespeare change en Grande-Bretagne13, mais aussi en Europe continentale, non sans débats critiques animés. Le plus célèbre polémiste fut Voltaire : il répondit d’abord aux productions anglaises qui établissaient un parallèle entre Corneille et Shakespeare14, puis à l’entreprise de traduction de Le Tourneur15. Il fut à son tour pris à parti, notamment par Giuseppe Baretti du côté italien16. Si les écrits anglais tournent autour de la question du poète national et de son rapport aux valeurs de l’« Augustan age », sur le continent le débat concerne la possibilité de faire de Shakespeare un modèle au même titre que les auteurs de l’Antiquité17.

  • 18 Sherlock, Fragment sur Shakespeare, op. cit., p. 20.

10C’est ce que Sherlock n’hésite pas à faire, en considérant même que Shakespeare l’emporte sur Homère : « Homère fut le premier des hommes, mais tu es plus qu’humain18 ». On ne s’étonnera pas qu’il l’emporte aussi sur la plupart des écrivains et des artistes italiens :

  • 19 Ibid.

Dire que Shakespeare eut l’imagination du Dante et la profondeur de Machiavel, ce serait un éloge faible ; il les avait et encore plus. Dire qu’il possédait les grâces terribles de Michel-Ange et les grâces aimables du Corrège, ce serait un éloge faible ; il les avait et plus encore […] Mais jamais, direz-vous, nous n’avons vu un être semblable. Vous aurez raison, la nature le fit et en brisa le moule19.

11Tout aussi appuyé est l’éloge dans l’adresse initiale à l’auteur anglais. On y trouve l’association, devenue canonique dans le discours critique, de la nature et de Shakespeare :

  • 20 Ibid. Il est à noter que dans cette édition, comme dans l’édition anglaise ultérieure, l’épithète « (...)

Étudiez donc toujours la nature ; c'est elle qui fut ton livre, ô Shakespeare, c’est elle que tu as étudiée jour et nuit ; c’est chez elle que tu as puisé ces beautés qui font à la fois la gloire et les délices de ta nation. Tu fus le fils aîné l'enfant chéri de la nature et semblable à ta mère enchanteur, étonnant, sublime, gracieux, ta variété est inépuisable. Toujours neuf, toujours vrai, tu es le seul prodige qu’ait enfanté la nature20.

  • 21 Voir la synthèse Shakespeare and the Classics, Charles Martindale, éd., Cambridge, Cambridge Univer (...)
  • 22 The Works of Shakespeare in six volumes, éd. Alexander Pope, Londres, 1725, vol. 1, p. ii.
  • 23 Ibid.

12Dans le contexte anglais, l’image du « fils de la nature » permettait aux critiques de contourner la question épineuse de la culture antique de Shakespeare21 et de le placer en dehors du système néo-classique de l’imitation. On se rappellera la célèbre formule d’Alexander Pope : « [Shakespeare] is not so much an imitator as an instrument of Nature22. » Et si la supériorité proclamée du dramaturge anglais sur Homère étonne, on se souviendra aussi que Pope établissait la même hiérarchie : « Homer himself drew not his art so immediately from the fountains of Nature23. »

  • 24 Il y a là un sujet en soi, car la polémique créée par le Consiglio enflamma une bonne partie des ce (...)

13Ce statut accordé à Shakespeare, largement répandu en Grande-Bretagne à l’époque de Sherlock, ne manqua pas de choquer les Italiens24 et de surprendre encore certains Français. Les horizons d’attente des différents publics successifs contribuèrent à des réceptions contrastées des mêmes textes.

14Le journaliste du Mercure de France, qui rend compte du Consiglio ad un giovane poeta, alors même que celui-ci n’est pas traduit en français, s’étonne en effet de voir Shakespeare mis au rang des modèles littéraires :

  • 25 Mercure de France, février 1780, p. 117 (sur le Consiglio, qui n’est pas traduit en français mais s (...)

Le croirait-on, monsieur de Sherlock qui dans tout son ouvrage ne propose pour modèles que les poètes du goût le plus pur et le plus parfait, qui ne parle pas des anciens sans enthousiasme, et qui regarde Boileau comme le guide le plus sûr pour les jeunes poètes, monsieur de Sherlock termine son ouvrage par un morceau sur Shakespeare, où il place ce poète au-dessus des plus beaux génies anciens et modernes. Jusqu’à présent on eût pris monsieur de Sherlock, à ses opinions pour un Français, et à son style, pour un Italien : à peine est-il question de Shakespeare, qu’on ne peut s’empêcher de lui dire : Ah monsieur de Sherlock vous êtes anglais25 !

  • 26 Cf. supra n. 18 et 20.

15On n’est pas loin du fameux « Comment peut-on être persan ? » des Lettres persanes. Si les Italiens avaient surtout réagi à la critique de leur tradition poétique, les Français applaudissent le fait que Boileau soit proposé en modèle, mais certains refusent, dans la lignée de Voltaire, que l’auteur anglais reçoive le même statut. Voilà Sherlock le cosmopolite renvoyé à son identité britannique, jugée excentrique. L’enthousiasme de Martin Sherlock l’inscrit dans le parti littéraire auquel Voltaire s’opposa de toutes ses forces à la fin de sa vie, de l’Appel à toutes les nations de l’Europe de 1761 à la Lettre à l’Académie de 177626. Et c’est bien contre Voltaire, ou du moins contre la diffusion de ses idées, que le révérend Irlandais prend fait et cause, dans un style martial :

  • 27 Sherlock, New Letters…, op. cit., p. 202.

But why did M. de Voltaire satirize Shakespeare? Why did he stab me a thousand times in my travels, by the repetition of his criticisms, which I heard in every corner of Europe? The passion of revenge is unknown to me, but the glory of our letters injured and the love of justice forced me to draw the sword27.

16La circulation des idées de Sherlock dans trois champs littéraires différents suscita des réactions qui demeurent encore à étudier dans le détail. Elles éclairent les spécificités des horizons d’attente des publics européens et donc la structuration des champs littéraires à cette époque. Les mêmes discours s’inscrivent dans des configurations critiques très variables : en Italie, ils provoquent la contestation car ils remettent en cause le canon national, en promouvant celui qui à bien des égards demeure un intrus inacceptable (sauf pour une partie minoritaire de la critique, anglophile, comme Giuseppe Baretti ou Alessandro Verri). En France ils sont marqués par une étrangeté qui divise le public, entre partisans de Voltaire, opposés au statut canonique de Shakespeare, et soutiens de Le Tourneur, qui œuvrent à sa reconnaissance. Ils relèvent enfin en Grande-Bretagne d’une doxa critique répandue, même si le style hyperbolique de Sherlock se fait remarquer.

17Cette circulation, de l’Italie jusqu’à la Grande-Bretagne, en passant par la France, n’est pas sans provoquer des distorsions inattendues. De façon assez étonnante, alors même que le Consiglio avait été publié en italien à Londres dès 1780, c’est la traduction partielle française qui servit de source pour la version anglaise, en 1786. Les Anglais ne lurent donc dans leur langue qu’une version partielle, adaptée par le traducteur français à son public. Si l’on peut comprendre que la suppression des développements sur la poésie italienne effectuée pour le public français puisse aussi convenir aux lecteurs anglais, on est plus étonné de voir que la préface du traducteur français est maintenue telle quelle, ce qui provoque un étrange effet :

  • 28 Martin Sherlock, A Fragment on Shakespeare extracted from Advice to a young poet by the Rev. Martin (...)

For some years past, the English literature has been esteemed amongst us; and the name of Shakespeare at first little known in France [has] become more familiar to us. M. de Voltaire himself, by writing against him has contributed perhaps without design to extend his reputation. He has inflamed the curiosity of his readers and he has excited in many a desire of knowing a writer, who, notwithstanding great faults has captivated, for two centuries, a whole enlightened nation. Some have read his works and have mentioned them, others have mentioned them without having read them. Dissertations have been made on his beauties and on his faults and Shakespeare has at length begun to engage part of the attention of those who cultivate literature28.

  • 29 « In perusing the work from which I have taken this extract, I found some such striking proofs of t (...)

18Le maintien de cette préface peut s’expliquer de façon purement contingente : c’est une solution de facilité, qui évite de solliciter un nouveau texte, adapté au nouveau public. Mais ce maintien permet de montrer aux lecteurs anglais la connaissance et l’appréciation grandissantes de Shakespeare en France, d’autant que le préfacier français affirme fortement qu’il considère l’auteur irlandais comme parfaitement impartial29… Le texte liminaire français, conçu comme réponse au parti voltairien, devient alors une confirmation de l’opinion critique anglaise dominante sur Shakespeare.

19Attribuées, comme on l’a vu, tour à tour à un Anglais excentrique ou à un critique impartial, les idées de Sherlock, rencontrent ainsi au fil des publications des paysages littéraires spécifiques, qu’ils contribuent à mettre en perspective. Le discours de Martin Sherlock reflète, et parfois exacerbe, ce qui en Angleterre est en train de devenir une doxa critique, mais qui en Italie et en France ne va pas sans contestations.

Le paradigme italien

20On peut cependant se demander, pour le public britannique, habitué depuis Garrick à l’enthousiasme des partisans de Shakespeare, quelle spécificité peuvent représenter finalement les ouvrages de Sherlock, lorsqu’ils sont traduits en anglais. Il me semble qu’une réponse se trouve dans le registre métaphorique que fournissent à Sherlock les réalités italiennes. Celles-ci se trouvent convoquées pour faire sentir, souvent par contraste, une particularité de l’esthétique shakespearienne, celle du sublime.

  • 30 Sherlock, New letters…, op. cit., p. 63.

21Le parallélisme entre l’Italie et Shakespeare s’exprime au détour de la plume, en exorde à une des lettres consacrées à l’Italie dans les Nouvelles lettres d’un voyageur anglais, comme s’il s’agissait d’une évidence, qui se passe de justification : « Italiam! Italiam! I never knew a being who saw it without being enchanted nor who could speak of it without enthusiasm. Like Shakespeare it is inexhaustible in riches and like him it has beauties to captivate the whole human race30. »

22Si c’est ici Shakespeare qui sert de comparant à l’Italie, c’est le contraire qui se produit souvent sous la plume de Sherlock : l’Italie permet de comprendre Shakespeare. Ces réflexions sont présentées comme des idées suscitées par la contemplation directe des réalités italiennes, au sein donc du récit de voyage, en prolongement des choses vues. Une visite à Saint Pierre de Rome va ainsi fournir une pierre de touche pour le sublime shakespearien :

  • 31 Sherlock, Letters from an English traveller, op. cit., p. 140.

The best pieces of Shakespeare have faults; but each of his good ones seems to me to resemble the church of St Peter; this temple, the most wonderful in the world, has a thousand faults, a thousand bad things in sculpture, painting, etc, etc, but I pity the man who thinks of looking for them: when a fault presents itself, let him advance a step farther, a sublime beauty expects him.
These ideas struck me this morning while I was walking in this church
31.

23Le passage répond en fait à une topique critique britannique, qui regrette chez Shakespeare le mélange de l’élévation sublime et des fautes de goût, selon les critères néo-classiques de l’époque. C’est par exemple ce que constate Edward Taylor :

  • 32 Edward Taylor, Cursory remarks on Tragedy…, « On Shakespeare », Londres, W. Owen, 1774, p. 42.

It must be acknowledged that Shakespeare abounds in the true sublime; but it must be allowed that he abounds likewise in the low and vulgar. And who is there, that after soaring on eagle wings to unknown regions and empyreal heights, is not most sensibly mortified to be compelled the next moment to grovel in dirt and ordure32 ?

24Pour Sherlock, il y a bien mélange de sublime et de mauvais goût chez Shakespeare, mais le génie créatif du dramaturge dépasse, et sublime, au sens propre, les « fautes ». L’expérience esthétique de la basilique Saint-Pierre offre un paradigme qui permet de saisir, selon Sherlock, la vraie force de l’auteur anglais.

  • 33 Sur la description de Naples par Sherlock, voir Vincenzo de Santis, « Napoli nelle Lettres d’un voy (...)

25Mais c’est surtout le paysage naturel du golfe de Naples33 qui permet à l’auteur irlandais de faire comprendre le talent de Shakespeare, au sein au champ littéraire européen, et non seulement anglo-saxon. On se souviendra que le dernier tiers du XVIIIe siècle voit la Campanie entrer plus nettement dans l’imaginaire paysager de l’Europe cultivée, grâce par exemple à l’enthousiasme de l’ambassadeur de Grande-Bretagne, Lord Hamilton (1731-1800), aux tableaux de Pierre-Jacques Volaire (1729-1799), au Voyage pittoresque de l’abbé de Saint-Non (publié à partir de 1781). C’est à la fois sur son expérience personnelle et sur cet engouement que s’appuie Sherlock, pour donner un équivalent visuel de deux esthétiques littéraires, celle de beau et celle du sublime :

  • 34 Sherlock, Letters from an English traveller, op. cit., p. 92.

On the right is the hill of Posilipo, whose form is most agreeable; it is semi-circular, and adorned to the summit with tree and pleasure-houses; from its point, which loses itself in the sea, this mountain increases insensibly till it arrives behind the centre of Naples, and on its summit is seen a vast tower, which over-looks the city, and crowns the scene.
On the left appears a chain of very high mountains which surround the other side of the gulph, and whose rugged boldness forms a most happy contrast with the elegant and cultivated beauties of Posillipo; — Shakespeare and Corneille would always have looked on the side of Vesuvius; Racine and Pope on the side of Posillipo
34.

  • 35 Il faut rappeler cependant que chez Burke, c’est Milton qui est l’exemple du sublime littéraire. L’ (...)
  • 36 Sur cette question voir par exemple l’édition par Baldine Saint-Girons (Paris, Vrin, 1990) de A Phi (...)
  • 37 Voir Malcolm Andrews, The Search for the Picturesque. Landscape Aesthetics and Tourism in Britain, (...)
  • 38 Alain Roger, Court Traité du paysage [1997], Paris, Gallimard, Folio, 2017.
  • 39 Le procédé est le même dans l’emploi du monument gothique pour faire accepter l’irrégularité shakes (...)

26Sherlock semble proposer de concilier deux modèles esthétiques, celui du beau classique et celui du sublime. Il déclare que l’« agrément » et les « beautés cultivées » de Racine et Pope forment un « heureux contraste » avec l’« audace irrégulière » de Shakespeare et de Corneille. Cependant, sous l’apparence d’une conciliation des deux paradigmes, il s’agit en fait de rendre acceptables de nouvelles valeurs esthétiques, de faire accepter le Vésuve à côté du Pausilippe. Sherlock s’inscrit ici dans le sillage de Burke35 : il ne fait plus du sublime le degré supérieur du beau, mais il lui donne un statut autonome36. On peut penser aussi que l’esthétique du pittoresque, tel qu’un Gilpin et ses sectateurs l’ont développée, à propos des beautés naturelles, est un relais implicite, qui facilite la tâche de Sherlock. Comme on le sait37, ce courant, lié aux débats anglais sur l’art des jardins et l’appréciation des paysages, a contribué à promouvoir un paradigme esthétique qui s’éloigne du beau classique, et valorise l’irrégularité des formes et des matières, la dissymétrie, le contraste accusé entre ombre et lumière. Le modèle hollandais de la peinture de paysage vient contester l’école italienne, et ses successeurs français, comme Poussin et Claude Lorrain. Le golfe de Naples, avec son paysage volcanique, peut facilement s’inscrire dans ce modèle. « Rugged boldness » est d’ailleurs une expression typique de ce courant. L’irrégularité paysagère, déjà « artialisée », pour reprendre l’expression chère à Alain Roger38, permet de faire accepter l’irrégularité littéraire39.

  • 40 Une étiquette créée comme on le sait a posteriori par les romantiques dans une perspective polémiqu (...)
  • 41 Dans la Dramaturgie de Hambourg, Lessing, dans une perspective polémique mais assez clairvoyante, a (...)

27On notera au passage l’association de Shakespeare à Corneille, qui a de quoi surprendre au premier abord, pour le public français, habitué à enrôler cet auteur aux côtés de Racine sous la bannière du « classicisme »40. Elle peut cependant être suggestive à bien des égards, du côté des valeurs morales comme de la liberté dramatique41.

  • 42 Sherlock, Letters from an English traveller, op. cit., p. 93.

28Le parallèle des deux côtés du golfe, le côté du Pausilippe et le côté du Vésuve, n’est donc équilibré qu’en apparence : c’est bien le volcan, à la fois beau et effrayant – et donc sublime, même si le mot est absent, qui l’emporte : « The Volcano is the most interesting of those mountains by its form which is a very beautiful cone, by its height, and above all by its vicinity to the city; it smokes incessantly and seems always to threaten Naples with the fate of Sodom, to consume it with fire and brimstone42. »

  • 43 Marc-Mathieu Munch, Le Pluriel du beau. Genèse du relativisme esthétique en littérature, Metz, Pres (...)

29Cette perspective, qui relève de ce que Marc-Mathieu Munch a appelé le pluriel du beau43, se retrouve dans le seul ouvrage que Sherlock écrivit directement en anglais, pour un public britannique (et non plus français). Il y reprend la topique rhétorique du parallèle pour comparer cette fois Voltaire et Shakespeare d’un côté, les jardins des Tuileries et le golfe de Naples de l’autre. Le développement s’étend sur plusieurs pages ; il faut citer un peu longuement le texte, pour en saisir la dynamique : le déploiement de la longue métaphore paysagère tourne finalement, on s’en doutait, à l’avantage de Shakespeare :

  • 44 Martin Sherlock, Letters on several subjects, 1781, vol. 2, p. 64-66.

Far from wishing to depreciate Voltaire as a dramatic writer, I confess that I admire him much. […] I admire the garden of the Tuileries, but the bay of Naples transports me. Shakespeare’s writings resemble this bay, Voltaire’s pieces resemble that garden […] The one is uniform, noble and beautiful. […] The other has defects. If you look into it minutely, you shall here discover a field of bramble and there a frightful precipice. But it defies you to examine it minutely, without allowing yourself to be destitute of soul and sense. Sublimity is its characteristic; and grandeur is everywhere blended with beauty. Its variety is endless; its treasures are inexhaustible […] The luxuriancy of these beauties is enchanting, the grandeur of the scene exceeds belief. A boundless sea, a range of mountains, and an awful volcano fill not only the eye, but the soul and the imagination44.

  • 45 Voltaire est tout à fait sensible au génie dramatique de Shakespeare, qu’il a imité à plusieurs rep (...)
  • 46 Voir la synthèse de Marcus Walsh, « Editing Shakespeare » in Fiona Ritchie, Peter Sabor, éd., Shake (...)
  • 47 On remarquera au passage qu’aucun souvenir antique ne ponctue la description, si ce n’est, à la fin (...)

30Alors même que Voltaire apparaît au long des écrits de Sherlock comme l’opposant majeur, parce qu’il dénigre Shakespeare avec, il faut bien le reconnaître, une mauvaise foi qui n’appartient qu’à lui45, le révérend irlandais affirme clairement ici son admiration pour lui. Mais, dans le même temps, il établit, bien plus clairement que précédemment, une hiérarchie entre le dramaturge français et son prédécesseur britannique. C’est la grandeur et le sublime qui sont les critères discriminants, et non plus la perfection formelle. Sans projeter les manifestes romantiques sur ce texte, publié dix-huit ans avant les premiers fragments de l’Athenaeum des frères Schlegel, on ne peut que constater que l’intégration du « défaut » dans l’appréciation esthétique du paysage et/ou de l’œuvre d’art marque bien un point de rupture avec la doxa néo-classique, qui déplorait les « fautes » du dramaturge anglais, et s’efforçait, dans les éditions, de les atténuer46. On va aussi plus loin que le goût du pittoresque, puisque ce sont le sublime et la grandeur qui dominent. Le lexique du dépassement et de l’excès sature le passage, et ouvre la voie à une nouvelle appréciation de Shakespeare. Voltaire se trouve rejeté du côté des Tuileries et d’une culture de cour, face à l’énergie de la nature47, qui s’exprime autant dans le golfe de Naples que dans l’œuvre dramatique britannique.

31Ainsi l’itinéraire des idées de Sherlock sur Shakespeare, de l’Italie à la Grande-Bretagne ne témoigne-t-il pas seulement de la diffusion progressive, et bien connue, de la connaissance et de l’appréciation de Shakespeare dans l’Europe de la fin du siècle des Lumières. Outre le fait que le passage des écrits d’un pays à l’autre éclaire les horizons d’attente différenciés des publics nationaux, l’expérience viatique italienne du révérend irlandais enrichit son regard et lui fait trouver de nouveaux moyens d’exprimer, notamment par le détour du paysage du golfe de Naples, une esthétique alternative à celle que prônait le patriarche de Ferney. Cette esthétique passe ici plus par l’image que par le concept, mais c’est bien celle qui mettra, dans les écrits des romantiques, Shakespeare au premier rang des génies dramatiques européens.

Haut de page

Notes

1 Pour le Royaume-Uni, les essais sur Shakespeare à cette période ont de longue date été rassemblés. Voir D. Nichol Smith, éd., Eighteenth Century Essays on Shakespeare, Glasgow, James MacLehose and Sons, 1903 et Brian Vickers, éd., dans Shakespeare: The Critical Heritage, Londres, Routledge and Keagan, 1981, vol. 5 et 6. En revanche, les contributions européennes demeurent dispersées.

2 Martin Sherlock, New letters from an English traveller, London, Nichols, 1781, p. 164-165.

3 On peut penser à l’invocation miltonienne du Livre III de Paradise Lost.

4 On se souvient du Jubilée de Stratford de 1769, et, la même année, de la représentation d’Hamlet, adapté par Ducis, sur la scène du théâtre français. Sur le Jubilé voir Vanessa Cunningham, Shakespeare and Garrick, Cambridge, Cambridge University Press, 2008 et Jean-Louis Haquette, « Le mûrier de Shakespeare ou la gloire en débat : le jubilé de Stratford-upon-Avon (1769) et ses répercussions polémiques », Bulletin de l’Association Guillaume Budé 2, 2004, 56-69.

5 Consiglio ad un giovane poeta, Naples, s.n., 1779 ; Lettres d’un voyageur anglais, Genève, 1779 (traduction anglaise : Londres, 1780, et allemande : Leipzig, 1780) ; Nouvelles lettres d’un voyageur anglais, Paris et Londres, 1780 (auto-traduction en anglais : Londres, 1781) ; Fragment sur Shakespeare, tiré des Conseils à un jeune poète, Paris, 1780 (traduction anglaise : Londres, 1786) ; Letters on several subjects, 2 vol., Londres, 1781).

6 Martin Sherlock, Letters from an English traveller, Londres, Nichols et alii, 1780, « Postcript », p. 175.

7 Critical review, 1786, p. 349 (sur la traduction anglaise du Fragment sur Shakespeare).

8 Horace Walpole, Correspondence, Yale edition, vol. 2, To Cole, 15/2/1782, p. 323-24.

9 Naples, s.n., 1779. L’ouvrage se retrouve, en italien, à Londres dès 1780, avec la mention « 4e édition » (J. Nichols, P. Elmsly, 1780). La série de ces éditions demeure à établir.

10 Voir à ce sujet Ana Nacinovich, « Il sogno incantatore della filosofia » L’Arcadia di Gioacchino Pizzi (1772- 1790), Florence, Leo Olschki, 2003, p. 177 sqq.

11 Martin Sherlock, Consiglio, Londres, 1780, p. 3.

12 Sur les phases et les acteurs de la polémique, voir Jean-Louis Haquette et Adelaide Pagano, « Du débat italien à la médiatisation européenne : les périodiques littéraires et le Consiglio ad un giovane poeta de Martin Sherlock dans les années 1780 », Italiano LinguaDue 13.1, 2021, 851-862, particulièrement p. 852-855.

13 Voir l’étude classique de Michèle Willems, La Genèse du mythe shakespearien : 1660-1780, Paris, PUF, 1979. (L’étude, qui s’arrête en 1780, ne mentionne pas Martin Sherlock). Pour la période qui nous concerne, voir les documents réunis par Vickers, William Shakespeare : the Critical Heritage, op. cit., vol. 6, 1774-1801.

14 Il s’agissait de deux articles du Journal Encyclopédique, rédigés en français par une main anglaise, dont l’un s’intitulait « Parallèle entre Shakespeare et Corneille » (15 octobre 1760). Voltaire rédigea son Appel à toutes les nations de l’Europe des jugements d’un écrivain anglais (publiée en mars 1761) en réponse à ce qu’il considérait comme une injustice flagrante.

15 En 1776, il fit lire à l’Académie, le jour de séance solennelle de la Saint Louis, une lettre tout entière centrée sur Shakespeare (publiée ensuite sous le titre Lettre à l’Académie). Giuseppe Baretti y répondit en français l’année suivante : Discours sur Shakespeare et sur M. de Voltaire, Londres et Paris, 1777.

16 Voir notamment la synthèse récente de Corrado Viola, « Approcci all’opera di Shakespeare nel settecento italiano », in Raffaella Bertolazzi, Cecilia Gibellini, dir., Shakespeare : un romantico italiano, Firenze, Franco Cesati Editore, 2017, p. 73-99.

17 Voir la préface de Thedodore Besterman à Voltaire on Shakespeare, Institut et Musée Voltaire, Genève, 1967 et Mara Fazio, Voltaire contro Shakespeare, Roma, Laterza, 2020.

18 Sherlock, Fragment sur Shakespeare, op. cit., p. 20.

19 Ibid.

20 Ibid. Il est à noter que dans cette édition, comme dans l’édition anglaise ultérieure, l’épithète « adorato » accolée au nom de Shakespeare a été supprimée…

21 Voir la synthèse Shakespeare and the Classics, Charles Martindale, éd., Cambridge, Cambridge University Press, 2004.

22 The Works of Shakespeare in six volumes, éd. Alexander Pope, Londres, 1725, vol. 1, p. ii.

23 Ibid.

24 Il y a là un sujet en soi, car la polémique créée par le Consiglio enflamma une bonne partie des centres littéraires de la péninsule. Le premier compte rendu hostile, celui des Novelle letterarie di Firenze, en avril 1779, passe sous silence l’éloge de Shakespeare ; en revanche, les autres contradicteurs de Sherlock lui en firent grief (notamment Alessandro Zorzi).

25 Mercure de France, février 1780, p. 117 (sur le Consiglio, qui n’est pas traduit en français mais suscite l’intérêt de la presse française).

26 Cf. supra n. 18 et 20.

27 Sherlock, New Letters…, op. cit., p. 202.

28 Martin Sherlock, A Fragment on Shakespeare extracted from Advice to a young poet by the Rev. Martin Sherlock translated from the French, Londres, J. Robinson, 1786, p. i (l’identité du traducteur anglais n’est pas mentionnée dans le volume et demeure à ce jour inconnue). Une note à la préface indique qu’on peut trouver l’ouvrage italien chez le même éditeur et chez Elmsly. Cela indique que le public visé incluait les Anglais italophones, donc un public cultivé et cosmopolite.

29 « In perusing the work from which I have taken this extract, I found some such striking proofs of the taste and impartiality of the author, that I think myself obliged to present them to the public », idem, p. vi.

30 Sherlock, New letters…, op. cit., p. 63.

31 Sherlock, Letters from an English traveller, op. cit., p. 140.

32 Edward Taylor, Cursory remarks on Tragedy…, « On Shakespeare », Londres, W. Owen, 1774, p. 42.

33 Sur la description de Naples par Sherlock, voir Vincenzo de Santis, « Napoli nelle Lettres d’un voyageur anglois (1779) di Martin Sherlock e nell’editoria di viaggio in Francia nel secondo Settecento » in Rosanna Cioffi et alii, éd., La Campania e il Grand Tour. Immagini, luoghi e racconti di viaggio tra Settecento e Ottocento Rome, L’Erma di Bretschneider, 2015, p. 87-104.

34 Sherlock, Letters from an English traveller, op. cit., p. 92.

35 Il faut rappeler cependant que chez Burke, c’est Milton qui est l’exemple du sublime littéraire. L’élévation du sujet, notamment sa dimension cosmique, et l’appartenance au genre épique expliquent ce choix. Voir Paddy Bullard, « Edmund Burke Among the Poets: Milton, Lucretius and the Philosophical Enquiry » in Koen Vermeir, Michael Funk Deckard, éd., The Science of Sensibility: Reading Burke's Philosophical Enquiry, Dordrecht, New York, Springer, 2012, p. 247-263.

36 Sur cette question voir par exemple l’édition par Baldine Saint-Girons (Paris, Vrin, 1990) de A Philosophical Enquiry into the Origin of Our Ideas of the Sublime and Beautiful [1757].

37 Voir Malcolm Andrews, The Search for the Picturesque. Landscape Aesthetics and Tourism in Britain, 1760-1800, Aldershot (Grande-Bretagne), Scholar Press, 1889 et Laurent Chatel, « ‘Getting the Picture’ of the Picturesque: Some Thoughts on the Greatest British Aesthetic Muddle of the Eighteenth and Nineteenth Centuries », XVII-XVIII. Revue de la Société d'études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles 51, 2000, 229-248.

38 Alain Roger, Court Traité du paysage [1997], Paris, Gallimard, Folio, 2017.

39 Le procédé est le même dans l’emploi du monument gothique pour faire accepter l’irrégularité shakespearienne. Alexander Pope est un des premiers à recourir à cette stratégie. Voir Jerrold E. Hogle, « Afterword: The ‘grounds’ of the Shakespeare-Gothic relationship », in John Drakakis, Dale Townshend, éd., Gothic Shakespeares, Londres, New York, Routledge, 2008, p. 201-220.

40 Une étiquette créée comme on le sait a posteriori par les romantiques dans une perspective polémique, et reprise ensuite par l’institution scolaire française.

41 Dans la Dramaturgie de Hambourg, Lessing, dans une perspective polémique mais assez clairvoyante, accuse Corneille de se parer du manteau d’Aristote alors que son théâtre serait en fait très éloigné de la dramaturgie aristotélicienne. Voir la traduction de Jean-Marie Valentin (Paris, Klinsksieck, 2010).

42 Sherlock, Letters from an English traveller, op. cit., p. 93.

43 Marc-Mathieu Munch, Le Pluriel du beau. Genèse du relativisme esthétique en littérature, Metz, Presses Universitaires, 1991.

44 Martin Sherlock, Letters on several subjects, 1781, vol. 2, p. 64-66.

45 Voltaire est tout à fait sensible au génie dramatique de Shakespeare, qu’il a imité à plusieurs reprises (dans Jules César et Sémiramis notamment), mais il refuse absolument d’en faire un modèle esthétique, le pire côtoyant selon lui le meilleur dans son œuvre. À la fin de sa vie, le premier dramaturge de l’Europe supporte aussi assez mal de voir son autorité littéraire, et le modèle classique qu’il défend, mis en cause.

46 Voir la synthèse de Marcus Walsh, « Editing Shakespeare » in Fiona Ritchie, Peter Sabor, éd., Shakespeare in the 18th Century, Cambridge, Cambridge University Press, 2008, p. 21-40.

47 On remarquera au passage qu’aucun souvenir antique ne ponctue la description, si ce n’est, à la fin du passage, Pompéi, Stabies et Herculanum, mentionnées uniquement comme les témoins de la puissance du volcan qui les a détruites (Sherlock, Letters on several subjects, op. cit., p. 67).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Haquette, « « From Italy, back to Britain » Martin Sherlock et la circulation européenne du modèle shakespearien à la fin du XVIIIe siècle », Actes des congrès de la Société française Shakespeare [En ligne], 40 | 2022, mis en ligne le 13 juin 2022, consulté le 19 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/shakespeare/6753 ; DOI : https://doi.org/10.4000/shakespeare.6753

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Haquette

Université de Reims – CRIMEL

Haut de page

Droits d’auteur

© SFS

Haut de page
  • Logo Société Française Shakespeare
  • Logo Shakespeare 450
  • Logo Shakespeare Anniversary
  • Logo La SFS sur Facebook
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search