Navigation – Plan du site

AccueilActes des colloques40Shakespeare et l’esthétique, XVII...Femmes et jeunes filles de Shakes...

Shakespeare et l’esthétique, XVIIIe-XIXe siècles

Femmes et jeunes filles de Shakespeare (1838) de Heinrich Heine : keepsake bourgeois et ‘carquois d’or’

Christine Roger

Résumés

En 1836 fut publié à Londres sous la direction de Charles Heath un keepsake de quarante-cinq gravures sur acier destiné à un public international de lectrices et de lecteurs : The Shakspeare Gallery: Containing the Principal Female Characters in the Plays of the Great Poet. Des licences d’éditeur furent accordées à Appleton & Co. (New York, Philadelphie), Asher (Berlin) et Delloye (Paris). L’éditeur parisien Henri-Louis Delloye fit paraître simultanément trois éditions différentes de cette Galerie, deux destinées au marché français, et une au marché allemand. L’édition allemande (1838), intitulée Shakspeares Mädchen und Frauen (Femmes et jeunes filles de Shakespeare), fut confiée au poète Heinrich Heine. Heine qualifiera sa contribution à l’exégèse shakespearienne de « médiocre ». Cette auto-critique permet d’expliquer en partie l’indifférence de la recherche heinéenne et shakespearienne à l’égard de l’album. En usant du collage et du montage, Heine se joue pourtant des écoles de pensée (anglaise, allemande et française) sur Shakespeare et détourne la fonction principale du luxueux livre-objet, celle de témoigner de la distinction et du bon goût de son acquéreur. Heine se sert ainsi des portraits de personnages féminins pour mettre à nu les déchirures de la société moderne, exprimer l’espoir d’une émancipation à la fois sociale et religieuse, et lancer, depuis sa position excentrée d’exilé à Paris, un plaidoyer au nom des « affinités électives » qui unissent, affirme-t-il, Juifs et Allemands.

Haut de page

Texte intégral

1Au cours des années 1820, alors que l’image s’impose progressivement au sein de la production imprimée pour devenir parfois le contenu premier, les almanachs illustrés et les Galeries constituent de nouveaux modes de diffusion des œuvres de Shakespeare sur le continent européen : à destination d’un lectorat élargi et aisé, lettré mais pas nécessairement savant, et surtout largement féminisé. Gustave Flaubert peint ainsi la jeune pensionnaire Emma Bovary en lectrice de keepsakes :

  • 1 Gustave Flaubert, Madame Bovary : mœurs de province, édition définitive, Paris, Charpentier, 1877, (...)

Quelques-unes de ses camarades apportaient au couvent les keepsakes qu’elles avaient reçus en étrennes. Il les fallait cacher, c’était une affaire ; on les lisait au dortoir. Maniant délicatement leurs belles reliures de satin, Emma fixait ses regards éblouis sur le nom des auteurs inconnus qui avaient signé, le plus souvent, comtes ou vicomtes, au bas de leurs pièces.
Elle frémissait, en soulevant de son haleine le papier de soie des gravures, qui se levait à demi plié et retombait doucement contre la page1.

  • 2 Frédéric Barbier, L’Empire du livre : le livre imprimé et la construction de l’Allemagne contempora (...)

2Ces livres-objets se distinguent par la qualité des matériaux utilisés (papier et reliure), la typographie, la réalisation soignée des illustrations, le tirage limité. En tant que produits de consommation culturelle à la mode, ils sont souvent destinés au marché international du livre, puisque les innovations techniques facilitent leur reproduction en plusieurs langues à échelle industrielle2.

  • 3 A Collection of Prints from Pictures Painted For The Purpose Of Illustrating The Dramatic Works Of (...)
  • 4 Roger Laufer, « L’espace graphique du livre au xixe siècle », Romantisme 43, 1984 : 63-72, p. 71.

3Dans ces objets éditoriaux, gravures et textes sont mis en regard pour proposer une expérience visuelle différente de celle offerte par la représentation théâtrale ou le tableau, à vocation à la fois divertissante et didactique, dans la tradition de la Boydell Shakespeare Gallery3. Des « morceaux choisis » sont mis en relief en un album qui s’anime au fil des pages, comme autant de scènes saisies sur le vif qui « défilent » devant les yeux du lecteur qui les contemple4. Le sens ne découle pas seulement des textes et des illustrations, mais du livre tout entier qui offre une expérience de lecture nouvelle, tout en étant aussi un objet décoratif.

Shakespeare mis en images

4La « galerie », que l’on lit, que l’on regarde et que l’on touche, témoigne ainsi de l’expansion du marché du livre et des pratiques modernes de lecture au sein du foyer. Elle atteste de l’apparition de nouvelles formes de sociabilité féminine dans les milieux aisés, où le beau livre, exposé par exemple sur un guéridon à la vue des visiteurs, devient signe de distinction et de raffinement de l’hôtesse. Le critique Henri Blaze de Bury s’insurge en 1843 dans la Revue des Deux Mondes contre l’esprit mercantile qui a gagné la librairie de son temps :

  • 5 Henri Blaze de Bury (pseudonyme : F. de Lagenevais), « La littérature illustrée », Revue des Deux M (...)

La gravure n’a donc qu’un but, celui de rendre les ouvrages littéraires plus coûteux, d’assimiler des livres à des œuvres de luxe, à des curiosités banales, de leur donner rang parmi les coquillages transatlantiques et les vases de Chine. Or, nous ne croyons pas que les livres soient faits uniquement pour être dorés sur tranche, reliés en maroquin et relégués ensuite sur des tablettes5.

5Dix ans auparavant, Alfred de Musset témoignait de l’apparition des keepsakes dans la même revue :

  • 6 Alfred de Vigny, « Chronique de la Quinzaine », Revue des Deux Mondes, deuxième série, 1.1, 1er jan (...)

De même qu’il gèle, de même qu’il fait du brouillard en décembre, en décembre il pleut inévitablement aussi des almanachs et des keepsakes. C’est la température littéraire de la saison. Prenons donc la littérature et le temps comme ils viennent. Prenons les almanachs et les keepsakes comme on nous les donne.
Les keepsakes sont nés en Angleterre. En France, ce sont des étrangers arrivés tout récemment ; aussi leur condition est-elle bien différente dans les deux pays. Ainsi, chez nos voisins, les poètes de keepsakes sont des poètes aristocrates, des poètes grands seigneurs. Ils envoient leur poésie telle quelle, et ce sont les graveurs qui sont chargés de l’illustrer par de magnifiques vignettes. Chez nous, le procédé est fort différent. Les poètes de nos keepsakes sont de pauvres petits poètes bourgeois et citoyens, avec lesquels on en use tout-à-fait familièrement et sans façon ! Voici par exemple comment on s’y prend avec eux. L’éditeur fait venir de Londres un certain nombre de vignettes empruntées à des almanachs anglais. Alors il convoque ses poètes, et les poètes venus, il leur dit : Illustrez-moi ces vignettes avec votre poésie. Et les poètes se mettent à l’œuvre, et illustrent les vignettes de leur mieux6.

6C’est donc en Angleterre qu’apparaît dans de nombreuses chrestomathies, almanachs et galeries un principe nouveau d’organisation et de présentation des moments denses et saillants du théâtre de Shakespeare qui se propage rapidement sur le continent. Goethe raconte ainsi dans Poésie et Vérité sa découverte de Shakespeare en 1766 grâce à la célèbre anthologie de William Dodd :

  • 7 Johann Wolfgang Goethe, Aus meinem Leben. Dichtung und Wahrheit, [livre onzième], in J. W. Goethe, (...)

Pour le moment, je me bornerai à raconter comment je fis connaissance avec lui. C’était il y a fort longtemps à Leipzig, à la lecture des Beauties of Shakspeare de Dodd. Quoiqu’on puisse penser de pareils recueils qui présentent les auteurs en lambeaux, ils produisent néanmoins quelques bons effets. Nous ne sommes pas toujours suffisamment préparés ni intelligents pour pouvoir assimiler une œuvre tout entière, dans toute son ampleur. Ne soulignons-nous pas dans un livre les passages qui se rapportent directement à nous ? Les jeunes gens surtout, dont la culture est lacunaire, reçoivent des morceaux de bravoure une heureuse impulsion, et je considère comme une des plus belles époques de ma vie celle que ce livre marqua chez moi. Ces originalités sublimes, ces grandes maximes, ces peintures saisissantes de justesse, ces traits d’humour, tout cela frappa singulièrement et fortement mon esprit7.

  • 8 The Shakspeare Gallery: Containing the Principal Female Characters in the Plays of the Great Poet. (...)
  • 9 Galerie des Femmes de Shakspeare. Collection de quarante-cinq portraits gravés par les premiers art (...)
  • 10 Shakspeares Mädchen und Frauen mit Erläuterungen von Heinrich Heine, Paris, H. Delloye ; Leipzig, B (...)
  • 11 Shakspeare’s dramatische Werke. Uebersetzt von August Wilhelm von Schlegel, ergänzt und erläutert v (...)
  • 12 Das Buch über Shakespeare. Handschriftliche Aufzeichnungen von Ludwig Tieck. Aus seinem Nachlaß her (...)
  • 13 Roger Paulin, The Critical Reception of Shakespeare in Germany 1682-1914. Native Literature and For (...)

7À l’hiver 1836/37, Charles Heath, graveur, illustrateur et éditeur à Londres, spécialisé dans les ouvrages illustrés, fait paraître une Galerie des héroïnes de Shakespeare rassemblant quarante-cinq gravures sur acier de pleine-page, portant le titre The Shakspeare Gallery : Containing the Principal Female Characters in the Plays of the Great Poet8. Ce keepsake, commercialisé en plusieurs livraisons, était conçu pour le marché international du livre et des licences furent accordées à Appleton & Co. (New York et Philadelphie), Adolf Asher (Berlin) et Henri-Louis Delloye (Paris). Ce dernier confectionna trois éditions différentes : deux étaient destinées au marché français et comportaient des notices critiques et littéraires de Casimir Delavigne, Abel François Villemain, Philarète Chasles, Georges Sand et d’autres9, la troisième en coopération avec le libraire-commissionnaire Brockhaus de Leipzig au marché allemand10. Pour cette dernière, proposée au prix élevé de 8 thalers, soit l’équivalent du salaire mensuel moyen d’un apprenti artisan, Delloye fit appel au poète Heinrich Heine. La renommée littéraire, de part et d’autre du Rhin, de l’auteur des Tableaux de voyage (Reisebilder, 1826-1831) et du Livre des Chants (Buch der Lieder, 1827) était déjà considérable. Pourtant, l’éditeur parisien avait d’abord envisagé de confier le projet à Ludwig Tieck qui était alors – avec August Wilhelm Schlegel – le plus grand connaisseur de Shakespeare en Allemagne. Célèbre pour sa participation à la traduction dite de « Schlegel-Tieck » des œuvres de Shakespeare11, Tieck était aussi l’auteur de textes érudits et de fiction sur le dramaturge et avait – sur une période de trente ans – mûri le projet de rédiger un « Livre sur Shakespeare » (« Buch über Shakespeare »12) qu’il concevait comme la somme de toutes les connaissances sur Shakespeare de son époque, allant bien au-delà de la simple compilation de l’exégèse existante. C’est Tieck qui porta à son paroxysme l’idée d’une nouvelle herméneutique aux ambitions totalisantes qui se développa avec l’idéalisme allemand, et en particulier avec les théories de Karl Philipp Moritz : pour les Romantiques, dont il fut l’un des grands représentants, Shakespeare devait être représenté sous la forme d’un monument dont la densité serait révélée par une approche inédite et proprement « allemande » de l’homme et de l’œuvre. L’objectif était de faire concourir Shakespeare à la construction d’un grand canon littéraire national13. Des commentateurs français comme Alfred Mézières observent avec attention ce processus d’appropriation, où politique, morale et esthétique sont intimement mêlées :

  • 14 Alfred Mézières, Shakspeare. Ses œuvres et ses critiques, Paris, Charpentier, 1865, p. VIII-IX.

En Allemagne, depuis Schlegel, Shakspeare a servi de prétexte aux rêves les plus bizarres. Les Allemands ont fait un Shakspeare à leur image, obscur, énigmatique, et toujours occupé à ramener ses conceptions à des formulations abstraites ; ils l’ont armé d’avance de la science raffinée de la critique moderne, ils lui attribuent la connaissance préalable de tous les systèmes qu’eux-mêmes ont tirés, après coup, de ses pièces, et ils transforment ainsi son œuvre en une vaste synthèse qui embrasse les aspirations infinies de l’humanité. En interprétant habilement sa pensée, les différentes écoles de l’Allemagne, spiritualistes, panthéistes, réalistes, retrouvent en lui un de leurs ancêtres, et puisent dans ses drames des arguments en faveur des doctrines les plus opposées […]. Shakspeare est tout et tout est dans Shakspeare ; l’homme n’a rien pensé, rien inventé, rien rêvé que ce puissant génie n’ait pressenti […]. Au milieu de ce déluge d’hypothèses, personne ne s’avise de songer que, si Shakspeare avait été aussi savant qu’on le dit, et s’il avait voulu démontrer tant de vérités philosophiques, il aurait écrit non des drames, mais des traités14.

Le keepsake détourné

  • 15 Manfred Windfuhr (éd.), Düsseldorfer Heinrich Heine-Ausgabe. Historisch-kritische Gesamtausgabe der (...)
  • 16 Selon Jacques Grandjonc, il y avait environ 15000 réfugiés politiques allemands en 1815, 62000 en 1 (...)

8Heine, ce « romantique défroqué »15, avait étudié certaines pièces auprès d’August Wilhelm Schlegel à l’université de Bonn. Durant son séjour berlinois entre 1821 et 1824, il avait vu sur scène les grands interprètes allemands de Shakespeare (Ludwig Devrient, Pius Alexander Wolff, Auguste Crelinger, Sophie Müller) et, lors de son séjour à Londres en mai et juin en 1827, il avait admiré le grand Kean dans les rôles d’Othello, de Shylock, de Richard III et de Macbeth. La notoriété dont il jouissait en Allemagne et en France offrait à Henri-Louis Delloye des garanties pour espérer un succès de librairie. Heine s’était installé à Paris en 1831, devenu sa nouvelle patrie à la suite de son exil politique16. Il y fréquentait le beau monde des cercles érudits, salons littéraires et lieux de divertissement et il compte ainsi parmi les témoins importants de la France sous la Monarchie de Juillet : Dumas, Musset, Gautier (qui trouva dans De l’Allemagne une source d’inspiration pour le livret de Giselle), Sand, Nerval, Balzac (la nouvelle Un prince de la Bohème est dédicacée à Heine), mais aussi des éditeurs, directeurs de théâtre, critiques littéraires, comédiens et musiciens. Il avait été choisi par Berlioz pour être le témoin de son union le 3 octobre 1833 avec la comédienne Harriet Smithson.

  • 17 DHA 10, p. 354-355.
  • 18 Les extraits traduits des pièces sont issus de : Shakspeare’s dramatische Werke. In metrischen Verd (...)
  • 19 DHA 10, p. 365.

9Delloye et Heine firent donc affaire en avril 1838. Le montant des honoraires était très élevé – l’accord final portait sur une somme de 4000 francs – soit l’équivalent des revenus moyens que Heine percevait en une année pour l’ensemble de ses écrits17. Après avoir consulté, selon ses dires, « tout Shakespeare » et d’autres sources au printemps 1838 à la bibliothèque royale, dans une bibliothèque de prêt et grâce à des ouvrages prêtés par des proches18, le poète, souffrant d’une maladie des yeux, dicta son texte d’un trait à un secrétaire en juillet 1838. Le manuscrit fut livré à l’éditeur le 31 juillet et la Galerie parut fin novembre. Le tirage s’élevait à un millier d’exemplaires qui furent, selon les dires de Julius Campe, l’éditeur allemand de Heine, rapidement écoulés19.

  • 20 DHA 10, p. 387. Voir également Gerhard Höhn, Heine-Handbuch. Zeit, Person, Werk, Stuttgart, Weimar, (...)
  • 21 DHA 10, p. 366-369.

10Avec Femmes et jeunes filles de Shakespeare, Heine s’engage dans un projet commercial pour lequel il ne s’embarrasse guère de questions d’ordre philologique : le résultat final avait les apparences d’un coffee table book pour lectrices shakespearomanes. C’est sans doute ce qui explique l’indifférence de l’exégèse heinéenne20 à l’égard de ce livre curieux, à la croisée entre le commentaire, la poésie, la critique politique et sociale et l’objet de décoration, rédigé dans un style oralisé. Femmes et jeunes filles de Shakespeare est l’un des rares livres de Heine qui n’a pas été soumis à une double censure – celle qui s’appliquait à tout ouvrage publié à l’étranger et destiné au marché du livre allemand et celle exercée par la commission de censure du ministère de l’Intérieur du royaume de Prusse21.

11Le Larousse (1875) consacre une notice entière au « livre singulier » du poète allemand, mais n’en relève que les saillies à l’encontre des mondanités parisiennes :

  • 22 « Shakspeare (Les Héroïnes de), par Henri Heine », Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle fran (...)

L’auteur des Reisebilder n’est rien moins qu’anglomane ; Shakspeare seul trouve grâce à ses yeux, et il consacre un volume à étudier ses héroïnes. L’humour de l’auteur ne se renferme pas d’ailleurs dans le sujet qu’il a entrepris de traiter ce n’est là qu’un cadre, qu’un prétexte choisi par ce railleur pour se moquer plus à l’aise des préjugés et des hommes. Ophélie, Desdémone ne sont là que pour servir de thème, et les variations qu’il brode à chaque instant sont parfois assez plaisantes. […] Le plus souvent, il ne se contient pas dans les limites de la plaisanterie spirituelle ; ainsi, il s’exprime en ces termes sur le compte de la duchesse de Berry. Une certaine Mme Caroline, qui, il y a quelques années, rôdait en province et particulièrement en Vendée, ne manquait ni de talent ni de passion, mais elle avait un trop gros ventre, ce qui nuit toujours à une actrice chargée de représenter les héroïques veuves de rois22.

12En apparence, les textes ont l’allure d’une causerie cultivée, spirituelle, et même frivole par endroits. Le lecteur qui se contente de feuilleter la galerie découvre quarante-cinq gravures à connotation parfois légèrement érotique des héroïnes des tragédies antiques, historiques, légendaires et des comédies. S’il reste simple contemplateur, alors il se laisse duper par Heine qui adopte la posture du « gardien » de la galerie :

  • 23 DHA 10, p. 24 : « Ich bin der Pförtner, der Euch diese Gallerie aufschließt, und was Ihr bis jetzt (...)

Je suis le gardien qui vous ouvre cette galerie, et ce que vous avez entendu jusqu’à présent n’est qu’un vain cliquetis de clés. Tout en vous guidant à travers elle, je m’autoriserai parfois à glisser un petit mot au milieu de votre contemplation à la façon de ces cicérones qui interdisent qu’on soit absorbé avec trop d’enthousiasme dans la contemplation d’un chef-d’œuvre et qui, par quelque remarque anodine, savent vous arracher à votre ravissement23.

  • 24 L’expression est empruntée à Louis Dépret, Les Jubilés de Shakespeare, Lille, L. Danel, p. 34.
  • 25 Heine avait probablement lu Bug-Jargal (1826) de Victor Hugo.

13Le lecteur attentif, en revanche, ne manquera pas de s’interroger sur l’avertissement, c’est-à-dire sur ce « petit mot » qui fera irruption dans le texte et qui le forcera à emprunter des détours inattendus. Heine saisit l’occasion pour disséminer par petites touches des pensées subversives et équivoques dans ce luxueux livre-objet. C’est dans ces mouvements d’écart où la pensée se laisse aller à des vagabondages que le lecteur est appelé à appréhender la vérité profonde et plurielle des pièces présentées. Le passage d’un personnage féminin à un autre n’est donc pas accompagné du commentaire à la fois léger et divertissant que l’on attendrait pourtant pour un keepsake. Femmes et jeunes filles de Shakespeare est l’occasion pour Heine, historien et chroniqueur lucide du temps présent, de dégainer les flèches de son carquois d’or24 : on lit ainsi une charge contre l’Angleterre industrielle des années 1830 dominée par une nouvelle aristocratie de l’argent, un fléau moderne qui contamine progressivement, selon Heine (qui cite Michelet), tout le continent européen. On y retrouve aussi son intérêt pour les mouvements communistes néo-babouvistes et les soulèvements républicains, une défense de la religion de l’amour, de la sensualité et une réflexion sur les oppresseurs et les opprimés dans laquelle le peuple juif et les esclaves noirs de Saint-Domingue ont intériorisé les mêmes maux : l’aliénation et la servitude, l’antisémitisme et le racisme25.

  • 26 Shakspeare’s Schauspiele, erläutert von Franz Horn, 5 volumes, Leipzig, Brockhaus, 1823-1831.
  • 27 Anna Brownell Jameson, Shakspeare’s Heroines. Characteristics of Women, Moral, Poetical, and Histor (...)
  • 28 Idem, p. 270 : « […] but even at last, when disappointed of the sanguinary revenge with which he ha (...)
  • 29 Idem, vol. 5, p. 98.

14Ce qui différencie fondamentalement Femmes et jeunes filles de Shakespeare des autres Galeries, c’est l’usage qui y est fait de l’intertextualité. On trouve ainsi des emprunts textuels implicites et explicites aux ouvrages d’August Wilhelm Schlegel (Cours sur l’art et la littérature dramatiques, Heidelberg, 1809-1811), de Ludwig Tieck (Feuilles dramaturgiques, Breslau, 1825-1826), de Franz Horn, auteur de la première monographie en langue allemande sur Shakespeare26, d’Anna Brownell Jameson27 et de l’édition dite de Johnson et Steevens des œuvres de Shakespeare (Londres, 1773). Chez William Hazlitt, Heine avait relevé des appréciations positives sur le personnage de Shylock28, chez Franz Horn des remarques sur la psychologie des personnages féminins29.

  • 30 Theodor W. Adorno, Der Essay als Form (1958). Ludwig Rohner, Deutsche Essays. Prosa aus zwei Jahrhu (...)

15Le livre se présente sous la forme d’une « galerie » encadrée par deux essais relativement longs qui correspondent à la définition qu’Adorno donnera bien plus tard de ce genre dans L’Essai comme forme. L’auteur d’essais, écrit-il, « réfléchit sur ce qu’il aime et sur ce qu’il hait, au lieu de présenter l’esprit comme une création ex nihilo, sur le modèle de la morale du travail illimité. Le bonheur et le jeu lui sont essentiels. Il ne remonte pas à Adam et Ève, mais part de ce dont il veut parler […]30. »

  • 31 DHA 10, p. 9.
  • 32 DHA 10, p. 9.
  • 33 Heine avait lu les sonnets dans la traduction de Karl Lachmann. Shakespeare’s Sonnette, übersetzt v (...)
  • 34 DHA 10, p. 18.
  • 35 DHA 10, p. 18.

16Le premier essai s’ouvre sur une violente diatribe contre les Anglais. Heine dit avoir le « vertige » à l’idée que le théâtre de Shakespeare, « évangile profane »31 des temps modernes, ait pu naître d’un peuple qu’il qualifie de « monstre gris et bâillant, qui exhale autour de lui un air suffocant, un ennui mortel et qui finira assurément par se pendre avec un énorme cordage de marin »32. Il se lance ensuite dans des considérations aux accents herdériens sur la conscience historique de Shakespeare qui serait parvenu à une vérité totale précisément parce qu’il ignorait tout du principe d’objectivité. S’ensuivent des réflexions sur la place du romanesque dans tout travail biographique sur Shakespeare. Heine renvoie ses lecteurs aux sonnets, car, affirme-t-il, eux seuls recèlent en creux quelque chose de la vérité de l’homme33. L’essai s’achève par une mise au pilori des commentateurs anglo-saxons, accusés d’ergoter sur de « misérables vétilles » (« Kleinigkeitskrämerey »)34, alors que la compréhension de Shakespeare doit passer par la mise au jour des forces unificatrices à l’œuvre dans la création. L’influence de l’esthétique romantique allemande sur Heine ressort ici clairement, lorsqu’il fustige la spécialisation de la connaissance sur Shakespeare et soumet, à l’exception de William Hazlitt35, auteur de Characters of Shakespeare’s Plays (Londres, C. H. Reynell, 1817), l’ensemble des commentateurs anglo-saxons à une lecture polémique. Ils sont, selon lui, incapables de comprendre le théâtre de Shakespeare, car ils observent leur poète national avec des œillères. Seuls les commentateurs, traducteurs et hommes de théâtre de l’espace germanique ont su appliquer la catégorie de la totalité pour penser la création shakespearienne.

  • 36 DHA 10, p. 22 : « Lichtenberg, in seinen Briefen aus England, giebt uns einige bedeutsame Nachricht (...)

Lichtenberg, dans ses Lettres d’Angleterre, nous livre de précieuses informations sur la grande virtuosité avec laquelle les personnages du théâtre de Shakespeare furent joués sur les scènes londoniennes vers le milieu du siècle dernier. Je parle bien des personnages, et non des œuvres dans leur totalité, car jusqu’à aujourd’hui, les comédiens britanniques n’ont saisi dans Shakespeare que la peinture des caractères, nullement la poésie, et encore moins l’art. Cette étroitesse de vue est encore plus répandue chez les commentateurs, qui, à travers la petite lorgnette de leur érudition, furent incapables de voir dans les drames de Shakespeare les choses les plus simples, les plus évidentes, leur vraie nature36.

17Le deuxième essai qui clôture la galerie est consacré à un survol de la réception de Shakespeare en Espagne, en Italie et en France. Heine évoque Voltaire, Hugo, Alexandre Dumas père, Alfred de Vigny, Alfred de Musset, puis cite longuement François Guizot qui avait fait paraître en 1822 un essai intitulé De Shakspeare et de la Poésie dramatique (Paris, Ladvocat, 1822).

  • 37 Christian Dietrich Grabbe, Dramatische Dichtungen. Nebst einer Abhandlung über die Shakspearo-Manie(...)

18Au vu des nombreuses références intertextuelles explicites et implicites qui émaillent les textes, le travail de Heine ressemble à une compilation de textes existants : outre François Guizot et August Wilhelm Schlegel, il s’inspire également de l’Histoire de France (t. 3, Paris, 1837) de Jules Michelet, de l’essai sur la « Shakespearomanie » du dramaturge Christian Dietrich Grabbe37 et il réutilise également ses propres écrits comme l’attestent huit feuillets intitulés « De l’Allemagne depuis Luther » (« Ueber Deutschland seit Luther »), prélevés du manuscrit Histoire de la religion et de la philosophie en Allemagne (Zur Geschichte der Religion und Philosophie in Deutschland, 1834) et intégrés au portrait de Constance. Ce passage présente, sous la forme d’une « parabole des souris », trois modèles philosophiques qui permettent de penser l’histoire : les modèles organiciste, sceptique et spiritualiste. Heine cherche à démontrer que chacune de ces écoles de pensée ne permet à l’historien d’accéder qu’à des vérités partielles et que toute quête de vérité totale panthéiste est vaine.

19Les passages les plus intéressants de la galerie de portraits concernent l’appel au dialogue renouvelé entre Juifs et Allemands qui occupe une place centrale dans le livre. Heine, rappelons-le, s’était converti au protestantisme en 1825 et ne révélera ses origines juives qu’un quart de siècle plus tard, en 1849. Les portraits de Jessica et de Portia montrent à quel point l’écriture est centrée sur quelque chose qui ne peut se lire qu’en creux. Le Juif Heine, installé à Paris au moment où la présence judéo-allemande y est particulièrement forte, exprime à travers une longue méditation sur les personnages du Marchand de Venise, son espoir d’une destinée commune des Juifs et des Allemands.

Plaidoyer pour la tolérance

20Les vues très personnelles sur les personnages de Jessica, Portia et Shylock donnent lieu à un tête-à-tête avec le lecteur et ouvrent un espace à la réflexion visant à éclairer et à dénoncer les discriminations et ségrégations :

  • 38 DHA 10, p. 119.

Lorsque je vis cette pièce à Drury Lane, il y avait, assise derrière moi dans la loge, une belle Anglaise au teint d’albâtre, qui se mit à pleurer à chaudes larmes à la fin du quatrième acte, en s’écriant à plusieurs reprises : comme on est injuste envers ce pauvre homme ! Elle avait des traits nobles et de grands yeux noirs. Je n’ai jamais pu les oublier, ces grands yeux noirs qui pleuraient Shylock38.

  • 39 DHA 10, p. 126. 
  • 40 DHA 10, p. 122-123.
  • 41 DHA 10, p. 125 : « Wahlverwandtschaft ».
  • 42 DHA 10, p. 126-127.
  • 43 DHA 10, p. 124.

21Le profond antisémitisme de la communauté nationale allemande à l’égard des Juifs aurait son origine, selon Heine, dans les fléaux de l’époque moderne, à savoir dans la finance et dans l’industrie, et non dans les conflits entre religions. Au nom d’un cosmopolitisme commun à tous les Européens et qui aurait pour matrice la terre de Judée39, Heine lance un appel à la tolérance entre Juifs et Chrétiens allemands. Dans la lecture qu’il propose du Marchand de Venise, Shylock devient ainsi le personnage le plus respectable de la pièce aux côtés de l’autre « création enchanteresse » de Shakespeare, Portia. Certes, le marchand pratique le commerce de l’argent, il a le génie des affaires et il en tire quelque fierté jusqu’à être « terrible et impitoyable », mais « plus que tous les diamants et les ducats », il aime sa fille Jessica et son destin doit nous inspirer une « immense pitié »40. Ce faisant, Heine rejette avec force toute configuration spécifiquement juive-chrétienne du conflit qui oppose depuis le Moyen Âge des communautés pourtant unies par une « affinité élective » morale et culturelle41. Shakespeare, explique-t-il, est à la fois poète et historien, lorsqu’il représente ses personnages. Shylock est dans le commerce par obligation, puisque les Juifs furent exclus depuis le Moyen Âge de toutes les autres branches de l’industrie42. Mais il est avant tout un père aimant, et Jessica une « fille d’Ève, un de ces beaux oiseaux qui, dès qu’ils ont des plumes, s’envolent du nid paternel vers le petit homme qu’ils aiment43 ».

  • 44 DHA 10, p. 127 : « Nur abgefeimte Heuchler geben noch heute ihrem Haß eine religiöse Färbung und ve (...)

Seuls les hypocrites perfides persistent à donner une connotation religieuse à leur haine et persécutent les Juifs au nom du Christ ; la grande majorité des gens avoue ouvertement que la profonde discorde trouve ses origines dans des conflits d’intérêts, et cherche par tous les moyens d’interdire aux Juifs d’exercer leurs capacités industrieuses44.

22En établissant un état des lieux accablant du fonctionnement de la société de son temps marquée par des propos et actes antisémites, Heine invite depuis son exil parisien à repenser ensemble tolérance, justice et assimilation en se faisant le porte-voix, à travers les portraits de Jessica et de Portia, des persécutés :

  • 45 DHA 10, p. 134-135.

J’eus beau regarder de tous les côtés dans la synagogue de Venise, je ne vis nulle part le visage de Shylock. Et pourtant il me semblait qu’il devait être là, dissimulé sous un des châles blancs, priant avec plus de ferveur que ses coreligionnaires [...] Je ne le vis pas. Mais, au crépuscule, à l’heure où, selon la croyance des Juifs, les portes du ciel se ferment et ne laissent plus entrer aucune prière, j’entendis une voix dans laquelle il y avait des larmes, comme aucun œil n’en a jamais versé... C’était une douleur qui ne pouvait venir que du cœur, une lamentation qui portait en elle tout le martyre subi par un peuple tourmenté pendant mille huit-cent ans45.

  • 46 Michel Espagne, Les Transferts culturels franco-allemands, Paris, PUF, 1999, p. 231.

23Sous les apparences trompeuses d’une jolie Galerie des héroïnes de Shakespeare, retentit de manière inattendue un appel à briser les « ghettos symboliques »46. L’objet-livre décoratif est détourné pour distiller un message d’espoir, celui de la réconciliation future entre Juifs et Allemands, et la lectrice est invitée à jouer un rôle de premier ordre dans sa circulation. Libéré du poids de la théologie, le judaïsme sécularisé pourrait, dans l’esprit de Heine, s’intégrer dans les ensembles plus vastes qui composent la société allemande de son temps.

24Femmes et jeunes filles de Shakespeare peut dès lors être compté parmi les tactiques déguisées choisies Heine pour mettre au jour les vulnérabilités des opprimés :

  • 47 DHA 10, p. 119 : « Shakspear hegte vielleicht die Absicht, zur Ergötzung des großen Haufens einen g (...)

Shakespeare voulut peut-être, pour amuser la fosse, lui présenter un loup-garou savant, une odieuse créature fantastique assoiffée de sang à qui sa cruauté fait perdre sa fille et ses ducats et qui, de surcroît, subit les pires moqueries. Mais le génie du poète, l’esprit universel qui règne en lui, est toujours plus fort que sa volonté particulière, et c’est ainsi qu’il exprima dans Shylock, par-delà le grotesque exacerbé du personnage, la justification d’une malheureuse secte que la Providence a, pour des raisons mystérieuses, chargée de la haine de la haute et basse populace, et qui ne voulut pas toujours transformer cette haine en amour. Mais que dis-je ? Le génie de Shakespeare plane bien au-dessus des querelles de deux religions, et sa pièce nous montre, à vrai dire, ni des Juifs ni des Chrétiens, mais des oppresseurs et des opprimés qui, fous de douleur, poussent un cri de joie lorsqu’ils parviennent en pratiquant l’usure à rendre à leurs bourreaux les peines infligées47.

Haut de page

Notes

1 Gustave Flaubert, Madame Bovary : mœurs de province, édition définitive, Paris, Charpentier, 1877, p. 40.

2 Frédéric Barbier, L’Empire du livre : le livre imprimé et la construction de l’Allemagne contemporaine (1815-1914), préface de Henri-Jean Martin, Paris, Cerf, 1995. Voir également : F. Barbier, Histoire des médias, de Diderot à Internet, en collaboration avec Catherine Bertho-Lavenir, Paris, Armand Colin, 2000.

3 A Collection of Prints from Pictures Painted For The Purpose Of Illustrating The Dramatic Works Of Shakspeare, By The Artists of Great-Britain, 2 volumes, Londres, John et Josiah Boydell, 1803 ; 1805.

N. B. : l’orthographe du nom « Shakespeare » est donnée conformément aux éditions citées.

4 Roger Laufer, « L’espace graphique du livre au xixe siècle », Romantisme 43, 1984 : 63-72, p. 71.

5 Henri Blaze de Bury (pseudonyme : F. de Lagenevais), « La littérature illustrée », Revue des Deux Mondes 1, février 1843, p. 650.

6 Alfred de Vigny, « Chronique de la Quinzaine », Revue des Deux Mondes, deuxième série, 1.1, 1er janvier 1833, p. 69.

7 Johann Wolfgang Goethe, Aus meinem Leben. Dichtung und Wahrheit, [livre onzième], in J. W. Goethe, Sämtliche Werke nach Epochen seines Schaffens (« édition de Munich »), éd. Karl Richter et al., vol. 16, Munich, Hanser, 1985, p. 525-526 : « Gegenwärtig will ich nur die Art, wie ich mit ihm bekannt geworden, näher anzeigen. Es geschah ziemlich früh, in Leipzig, durch Dodd’s Beauties of Shakspeare. Was man auch gegen solche Sammlungen sagen kann, welche die Autoren zerstückelt mitteilen, sie bringen doch manche gute Wirkung hervor. Sind wir doch nicht immer so gefaßt und so geistreich, daß wir ein ganzes Werk nach seinem Wert in uns aufzunehmen vermöchten. Streichen wir nicht in einem Buche Stellen an, die sich unmittelbar auf uns beziehen. Junge Leute besonders, denen es an durchgreifender Bildung fehlt, werden von glänzenden Stellen gar löblich aufgeregt, und so erinnere ich mich noch als einer der schönsten Epochen meines Lebens derjenigen, welche gedachtes Werk bei mir bezeichnete. Jene herrlichen Eigenheiten, die großen Sprüche, die treffenden Schilderungen, die humoristischen Züge, alles traf mich einzeln und gewaltig. »

8 The Shakspeare Gallery: Containing the Principal Female Characters in the Plays of the Great Poet. Engraved, in the most highly-finished manner, from the drawings by the first artists, under the direction and superintendence of C[harles] H[eath], Londres, [Charles Tilt], [1836-1837].

9 Galerie des Femmes de Shakspeare. Collection de quarante-cinq portraits gravés par les premiers artistes de Londres, enrichis de notices critiques et littéraires, Paris, H. Delloye, s. d. [1838].

10 Shakspeares Mädchen und Frauen mit Erläuterungen von Heinrich Heine, Paris, H. Delloye ; Leipzig, Brockhaus et Avenarius, 1839. Traduction française : Henri Heine, Œuvres complètes : De l’Angleterre [Les Héroïnes de Shakspeare], Paris, Calmann Lévy, 1867.

11 Shakspeare’s dramatische Werke. Uebersetzt von August Wilhelm von Schlegel, ergänzt und erläutert von Ludwig Tieck, Berlin, G. Reimer, 1825-1833.

12 Das Buch über Shakespeare. Handschriftliche Aufzeichnungen von Ludwig Tieck. Aus seinem Nachlaß herausgegeben von Henry Lüdeke, Halle, Niemeyer, 1920.

13 Roger Paulin, The Critical Reception of Shakespeare in Germany 1682-1914. Native Literature and Foreign Genius, Hildesheim, Olms, 2003 ; Christine Roger, La Réception de Shakespeare en Allemagne de 1815 à 1850. Propagation et assimilation de la référence étrangère, avec une préface de R. Paulin, Berne, Peter Lang, 2008 ; Christa Jansohn (éd.), Shakespeare unter den Deutschen, Stuttgart, Steiner, 2015.

14 Alfred Mézières, Shakspeare. Ses œuvres et ses critiques, Paris, Charpentier, 1865, p. VIII-IX.

15 Manfred Windfuhr (éd.), Düsseldorfer Heinrich Heine-Ausgabe. Historisch-kritische Gesamtausgabe der Werke, vol. 15 : Geständnisse, Memoiren und Kleinere autobiographische Schriften Hambourg, Hoffmann et Campe, 1982, p. 13 (désormais DHA suivi du numéro du volume).

16 Selon Jacques Grandjonc, il y avait environ 15000 réfugiés politiques allemands en 1815, 62000 en 1848. J. Grandjonc, Marx et les communistes allemands à Paris, Vorwärts 1844, Paris, Maspéro, 1974, p. 12.

17 DHA 10, p. 354-355.

18 Les extraits traduits des pièces sont issus de : Shakspeare’s dramatische Werke. In metrischen Verdeutschungen von A. W. Schlegel, L. Tieck, Heinrich und Abraham Voß, J. W. O. Benda und Wolf Grafen Baudissin, Stuttgart, A. F. Macklot, 1828-1830 et de W. Shakspeare’s sämmtliche Werke in Einem Bande. Im Verein mit Mehreren übersetzt, und herausgegeben von Julius Körner. Mit Shakspeare’s Bildniß. Schneeberg, Carl Schumann, 1836.

19 DHA 10, p. 365.

20 DHA 10, p. 387. Voir également Gerhard Höhn, Heine-Handbuch. Zeit, Person, Werk, Stuttgart, Weimar, J. B. Metzler, 2004, p. 394 sqq., ainsi que la postface de Jan-Christoph Hauschild à Shakespeares Mädchen und Frauen, Hambourg, Hoffmann und Campe, 2014.

21 DHA 10, p. 366-369.

22 « Shakspeare (Les Héroïnes de), par Henri Heine », Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle français, historique, géographique, etc. par Pierre Larousse, tome quatorzième, Paris, Administration du Grand Dictionnaire universel, 1875, p. 661.

23 DHA 10, p. 24 : « Ich bin der Pförtner, der Euch diese Gallerie aufschließt, und was Ihr bis jetzt gehört, war nur eitel Schlüsselgerassel. Indem ich Euch umherführe, werde ich manchmal ein kurzes Wort in Eure Betrachtungen hineinschwatzen; ich werde manchmal jene Cicerone nachahmen, die nie erlauben, daß man sich in der Betrachtung irgend eines Bildes allzu begeisterungsvoll versenkt [...]. »

24 L’expression est empruntée à Louis Dépret, Les Jubilés de Shakespeare, Lille, L. Danel, p. 34.

25 Heine avait probablement lu Bug-Jargal (1826) de Victor Hugo.

26 Shakspeare’s Schauspiele, erläutert von Franz Horn, 5 volumes, Leipzig, Brockhaus, 1823-1831.

27 Anna Brownell Jameson, Shakspeare’s Heroines. Characteristics of Women, Moral, Poetical, and Historical, 2 volumes, Londres, Saunders & Otley, 1832. Traduction allemande: Frauenbilder oder Charakteristik der vorzüglichsten Frauen in Shakspeares Dramen von Mrs. Jameson. Deutsch von Dr. Adolph Wagner, Leipzig, Barth 1834.

28 Idem, p. 270 : « […] but even at last, when disappointed of the sanguinary revenge with which he had glutted his hopes, and exposed to beggary and contempt by the letter of the law on which he had insisted with so little remorse, we pity him, and think him hardly dealt with by his judges. »

29 Idem, vol. 5, p. 98.

30 Theodor W. Adorno, Der Essay als Form (1958). Ludwig Rohner, Deutsche Essays. Prosa aus zwei Jahrhunderten, vol. 1 : Essays avant la lettre, Munich, DTV, 1972, p. 62.

31 DHA 10, p. 9.

32 DHA 10, p. 9.

33 Heine avait lu les sonnets dans la traduction de Karl Lachmann. Shakespeare’s Sonnette, übersetzt von Karl Lachmann. Berlin, G. Reimer, 1820. L’édition ne comporte pas les sonnets 135, 136 (soit deux des trois « Will Sonnets ») et 151, jugés trop licencieux.

34 DHA 10, p. 18.

35 DHA 10, p. 18.

36 DHA 10, p. 22 : « Lichtenberg, in seinen Briefen aus England, giebt uns einige bedeutsame Nachrichten über die Meisterschaft, womit, in der Mitte des vorigen Jahrhunderts, auf der Londoner Bühne die Shakspearschen Charaktere dargestellt wurden. Ich sage Charaktere, nicht die Werke in ihrer Ganzheit; denn bis auf heutiger Stunde haben die brittischen Schauspieler im Shakspear nur die Charakteristik begriffen, keineswegs die Poesie, und noch weniger die Kunst. Solche Einseitigkeit der Auffassung findet sich aber jedenfalls in weit bornirterem Grade bey den Commentatoren, die durch die bestäubte Brille der Gelehrsamkeit nimmermehr im Stande waren, das Allereinfachste, das Zunächstliegende, die Natur, in Shakspears Dramen zu sehen ».

37 Christian Dietrich Grabbe, Dramatische Dichtungen. Nebst einer Abhandlung über die Shakspearo-Manie, 2 volumes, Francfort-sur-le-Main, G. F. Kettembeil, 1827.

38 DHA 10, p. 119.

39 DHA 10, p. 126. 

40 DHA 10, p. 122-123.

41 DHA 10, p. 125 : « Wahlverwandtschaft ».

42 DHA 10, p. 126-127.

43 DHA 10, p. 124.

44 DHA 10, p. 127 : « Nur abgefeimte Heuchler geben noch heute ihrem Haß eine religiöse Färbung und verfolgen die Juden um Christi Willen ; die große Menge gesteht offenherzig, daß hier materielle Interessen zu Grunde liegen, und sie will den Juden durch alle möglichen Mittel die Ausübung ihrer industriellen Fähigkeiten erschweren. »

45 DHA 10, p. 134-135.

46 Michel Espagne, Les Transferts culturels franco-allemands, Paris, PUF, 1999, p. 231.

47 DHA 10, p. 119 : « Shakspear hegte vielleicht die Absicht, zur Ergötzung des großen Haufens einen gedrillten Währwolf darzustellen, ein verhaßtes Fabelgeschöpf, das nach Blut lechzt, und dabey seine Tochter und seine Dukaten einbüßt und obendrein verspottet wird. Aber der Genius des Dichters, der Weltgeist, der in ihm waltet, steht immer höher als sein Privatwille, und so geschah es, daß er in Shylok, trotz der grellen Fratzenhaftigkeit, die Justifikazion einer unglücklichen Sekte aussprach, welche von der Vorsehung aus geheimnißvollen Gründen, mit dem Haß des niedern und vornehmen Pöbels belastet worden, und diesen Haß nicht immer mit Liebe vergelten wollte.
Aber was sag ich? der Genius des Shakspear erhebt sich noch über den Kleinhader zweyer Glaubenspartheyen, und sein Drama zeigt uns eigentlich weder Juden noch Christen, sondern Unterdrücker und Unterdrückte, und das wahnsinnig schmerzliche Aufjauchzen dieser letztern, wenn sie ihren übermüthigen Quälern die zugefügten Kränkungen mit Zinsen zurückzahlen können. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Roger, « Femmes et jeunes filles de Shakespeare (1838) de Heinrich Heine : keepsake bourgeois et ‘carquois d’or’ », Actes des congrès de la Société française Shakespeare [En ligne], 40 | 2022, mis en ligne le 13 juin 2022, consulté le 19 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/shakespeare/6824 ; DOI : https://doi.org/10.4000/shakespeare.6824

Haut de page

Auteur

Christine Roger

Université de Picardie Jules Verne

Haut de page

Droits d’auteur

© SFS

Haut de page
  • Logo Société Française Shakespeare
  • Logo Shakespeare 450
  • Logo Shakespeare Anniversary
  • Logo La SFS sur Facebook
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search