Navigation – Plan du site

AccueilQui sommes-nous?AnnoncesCFP: Congrès annuel de la Société...

CFP: Congrès annuel de la Société Française Shakespeare 2023, « Folio & co : le théâtre du livre »

23-25 mars 2023 à la Fondation Deutsch de la Meurthe, Cité Internationale, Paris 14e

« I would argue that literature exists only and always in its materializations, and that these are the conditions of its meaning rather than merely the containers of it »

David Scott Kastan, Shakespeare and the Book

Image 10000000000003EA0000031476EF393BC3A00CAD.jpg

A l’occasion du quatrième centenaire de la parution du premier Folio de William Shakespeare, la Société Française Shakespeare propose pour le congrès de 2023 d’étudier non pas seulement l’un des plus célèbres (et des plus chers) livres du monde, mais de l’intégrer à une réflexion plus large autour des enjeux liés au format in-folio dans l’histoire du livre, de la littérature et des idées.

Plus qu’un gros livre, l’in-folio est un format qui porte en soi un sens particulier que n’ont pas, à ce degré, les autres formats plus petits. On notera évidemment que le Folio de 1623 n’est pas le premier. Deux illustres prédécesseurs parurent en 1616 : The Workes of Beniamin Jonson et The Workes of… Iames du roi Jacques VI d’Écosse / Ier d’Angleterre (voir Meskill). Contrairement à celui que Heminge et Condell publient, ils portent le titre d’« Œuvres », ce qui n’est pas anodin (voir Brooks). L’autre grand in-folio dans le domaine dramatique est celui des Comedies and Tragedies de Beaumont et Fletcher, paru en 1647, 15 ans après la réédition du Folio de Shakespeare. En Europe, on pensera également au De humani corporis fabrica de Vésale (1543).

Image 1000020100000272000001E1993EF34E47548EB6.png

Traditionnellement utilisé pour les livres d’histoire – The vnion of the two noble and illustre famelies of Lancastre and Yorke d’Edward Hall (1548), le Book of Martyrs (Acts and Monuments, 1563) de John Foxe, les Chroniques (1577) de Raphael Holinshed – le format in-folio, excepté l’in-plano, est le plus grand format d’impression des livres sans être entièrement normalisé.

Généralement, parce qu’il s’agit d’une publication luxueuse, l’in-folio se caractérise par la présence d’un paratexte très élaboré et très riche, qui fait intervenir un nombre conséquent d’auteurs / artistes et met en lumière le talent de l’imprimeur: titre, frontispice, sommaire / table des matières, épîtres dédicatoires plus ou moins nombreuses, poèmes d’hommage, index, illustrations et, bien sûr, attributions d’auteur. Ce paratexte contribue aussi à faire du livre un monument : celui de Shakespeare est présenté comme tel par les éditeurs et élevé à ce statut par les poèmes liminaires, celui de Foxe est « un juste tombeau » élevé aux mânes des martyrs, telle une châsse (voir le texte liminaire de Thomas Ridley).

En tant que tel, le format in-folio pose la question du statut de l’auteur ou des auteurs, comme cela apparaît nettement dans le cas de Shakespeare, mais aussi, dans un autre domaine, de George Chapman, qui publie ses traductions de l’Iliade (1609, 1611), de l’Odyssée (1614) et des Œuvres complètes d’Homère (1616, 1624) dans ce format. À ce titre, il pourrait être intéressant d’étudier les rapports entre l’in-folio et l’in-quarto, format de publication du théâtre à la Renaissance. En ce qu’il implique un investissement considérable (en argent, en temps, en main d’œuvre qualifiée), ce format prestigieux oblige aussi à considérer avec attention le rôle des imprimeurs et des libraires au sein d’un marché du livre en plein développement. La publication de ce type d’ouvrages est toujours une entreprise financière considérable : John Day faillit se ruiner pour le Book of Martyrs, à cause du coût du papier, et Heminge et Condell insistent lourdement auprès des lecteurs sur la nécessité d’acheter le livre avant toute chose (le nom de certains acheteurs d’in-folios est d’ailleurs documenté). Avant même la fabrication du Folio de 1623, il a fallu des tractations commerciales pour que les pièces détenues par les troupes puissent être rachetées afin d’être publiées.

Enfin, le terme même de « folio » incite également à envisager l’élément constitutif du livre qu’est la feuille et ses apparitions sur scène comme accessoires, sous forme de papier, de pages, de livres etc.

On invitera des communications sur les thèmes suivants :

l’in-folio et la question générique

l’histoire de l’in-folio

l’in-folio et l’évolution et la signification du paratexte

l’in-folio et le marché du livre

l’in-folio et la question de l’auctorialité

sociologie de l’in-folio

l’in-folio dans les bibliothèques des XVIe et XVIIe siècles

l’in-folio et la culture matérielle (encre, papier, techniques d’impression, etc)

le « folio » comme objet théâtral

la circulation des in-folios

etc.

Merci de faire parvenir pour le 1er octobre 2022 votre proposition de communication (titre de la communication, mots-clés et résumé d’environ 300 mots) accompagnée d’une courte notice biobibliographique, à l’adresse suivante : 

 [congres2023@societefrancaiseshakespeare.org]  

Les réponses seront données le 15 novembre 2022. Les communications seront d’une durée de 20 minutes.

Comité scientifique:

Gilles Bertheau (Tours)

Claire M. L. Bourne (Penn State)

Jean-Jacques Chardin (Strasbourg)

Louise Fang (Sorbonne Paris Nord)

Claire Guéron (Dijon)

François Laroque (Sorbonne Nouvelle)

Sophie Lemercier-Goddard (ENS Lyon)

Jean-Christophe Mayer (Montpellier 3)

Anne-Marie Miller-Blaise (Sorbonne Nouvelle)

Eric Rasmussen (Nevada)

Cathy Shrank (Sheffield)

Christine Sukic (Reims)

Bibliographie:

Peter W. M. Blayney, The First Folio of Shakespeare, Washington DC, The Folger Library Publications, 1991.

Douglas A. Brooks, From Playhouse to Printing House: Drama and Authorship in Early Modern England, Cambridge Studies in Renaissance Literature and Culture 36, CUP, 2000.

Roger Chartier, La Main de l’auteur et l’esprit de l’imprimeur : XVIe XVIIIe siècles, Paris, Gallimard.

Charles Connell, They Gave Us Shakespeare: John Heminge and Henry Condell, London, Oriel Press, 1982.

Francis X. Connor, Literary Folios and Ideas of the Book in Early Modern England, New York, Palgrave Macmillan, 2014.

Line Cottegnies et Jean-Christophe Mayer, dir. « New perspectives on Shakespeare’s First Folio, Cahiers élisabéthains 91,1 (2017).

Margreta de Grazia and Peter Stallybrass, « The Materiality of the Shakespearean Text, » Shakespeare Quarterly 44 (1993), 255-83.

Lukas Erne, Shakespeare as Literary Dramatist, CUP, 2003.

—, Shakespeare and the Book Trade, CUP, 2013.

Philip Gaskell, A New Introduction to Bibliography, New York & Oxford, OUP, 1972.

Anthony Grafton, The Culture of Correction in Renaissance Europe, London, 2011.

Walter Wilson Greg, The Shakespeare first folio : its bibliographical and textual history, Clarendon Press, 1955.

David Scott Kastan, Shakespeare and the Book, CUP, 2001.

Jeffrey Masten, Textual Intercourse: Collaboration, authorship, and sexualities in Renaissance Drama, Cambridge Studies in Renaissance Literature and Culture 14, Cambridge, CUP, 1997.

Lynn Sermin Meskill, “Ben Jonson’s Folio: A Revolution in Print?”, Études Épistémè 14 (2008).

Emma Smith, The Making of Shakespeare’s First Folio, Oxford, Bodleian Library, 2015.

—, Portable Magic: a History of Books and their Readers, Allen Lane, 2022.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search