Navigation – Plan du site

Avant-propos

Pierre Kapitaniak
p. 3-5

Texte intégral

1En ces temps où une nouvelle Europe se constitue, le concept même de « civilisation européenne » devient problématique, car il est facile d’y voir une construction a posteriori qui pose une unité culturelle des pays d’Europe, développée à l’aide d’icônes nationales comme Érasme ou Shakespeare, dont on fait des représentants d’une « culture européenne » homogène, élitiste et ethnocentrique.

  • 1  John Hale, La civilisation de l’Europe à la Renaissance, Paris, Perrin, 2003, p. 7.
  • 2  The generall historie of the Turkes from the first beginning of that nation to the rising of the O (...)

2Dès le début du second millénaire, l’Europe occidentale prend conscience de sa singularité, tout d’abord en opposition à l’Asie et à l’Afrique. Au fil des croisades, son identité se forge dans l’adversité, en prenant appui sur la foi chrétienne. De l’effervescence humaniste du Quattrocento aux changements politiques, économiques et religieux tout au long du xvie siècle, cet Occident chrétien subit de profondes transformations, qui affectent la perception de son identité. La découverte du Nouveau Monde et l’exploitation des richesses qu’il recèle sonnent le glas d’une économie qui, encore féodale au xve siècle, est désormais régie par une tendance inflationniste et voit émerger une nouvelle classe de riches marchands. Les foyers de Réforme religieuse allumés par Luther à Wittenberg, par Zwingli à Zurich et par Calvin à Genève, entraînent une riposte catholique concrétisée tout d’abord par la création de la compagnie de Jésus, puis par les décisions du Concile de Trente, et plongent l’Europe dans une longue période de guerres de religion. Ces déchirements internes ne doivent pas faire oublier la menace ottomane qui se fait de plus en plus présente et pressante. Ainsi, les profonds bouleversements qu’apporte le xvie siècle esquissent un mouvement de sécularisation qui fait glisser l’unité identitaire des nations occidentales de « chrétienté » vers « Europe », glissement que John Hale rapproche notamment de la présence turque en Europe1. Cette nouvelle réalité se perçoit ainsi au tournant du siècle dans l’apparition aux côtés du substantif « Europe », de l’adjectif « européen », et ce n’est sans doute pas une coïncidence si son premier emploi attesté en langue anglaise revient à Richard Knolles à propos de « Europian Tartars2 ».

3Étudier les rapports entre Shakespeare et l’Europe de son temps soulève d’emblée la question de la place de l’Angleterre au sein de cet espace européen, tant du point de vue géographique que politique ou encore religieux. Son insularité en fait tout d’abord une région en périphérie et, depuis la perte de Calais, en retrait des conflits sur le sol européen. Du point de vue anglais, il y a également une distance vis-à-vis du Continent, et ce dernier suscite autant la curiosité que la méfiance. Cette « exception » anglaise apparaît clairement sous la plume de Sir John Smythe lorsque celui-ci oppose la paix qui règne en Angleterre (« Nation of a singular gift of God ») aux guerres qui font rage outre-mer :

  • 3  Certaine discourses, Londres, Richard Johnes, 1590, f° 27 r°-v°.

they had and haue continual practise and exercise, by reason that they are in the continent, where euerie kingdome and state doth ioyne one to another without anie partition of sea, and therefore driuen to keepe continuall garrisons and exercises of warre3

4Cette différence géographique et politique se retrouve également dans la particularité de sa Réforme qui, après les années mouvementées entre la mort d’Henri viii et les premières années du règne d’Élisabeth, adopte une position modérée, résistant aux pressions catholiques et puritaines.

5L’isolement insulaire de l’Angleterre n’empêche pas la circulation des biens, des hommes et des idées. Comme ailleurs, même si cela se fait parfois avec un certain retard, on y accueille, assimile et transforme tant les avancées scientifiques que les idéaux de la Renaissance italienne dans les domaines d’architecture, de peinture, de poésie ou de musique. On y accueille aussi des hommes de sciences et de lettres pour qui Londres et Oxford deviennent des centres culturels incontournables, mais aussi parfois des lieux de refuge. On y traduit à profusion et tous domaines confondus, même si en matière de théologie la préférence est donnée aux œuvres protestantes, en raison d’une censure exercée par l’État.

6À l’instar de celle de ses contemporains, l’œuvre de Shakespeare, qui ne puise pas uniquement dans la culture britannique, mais s’inscrit bien plus largement dans un contexte européen, reflète cette circulation foisonnante de textes et d’idées. Les communications réunies dans ce volume en explorent les différentes facettes. L’une des manifestations les plus visibles de ces échanges est la représentation des autres pays européens dans des pièces dont l’action se déroule en Espagne, en Italie, en Autriche ou en France, et les stéréotypes nationaux qui s’y attachent. D’autres articles jaugent les œuvres de Shakespeare à l’aune des mouvements d’idées politiques et religieux et des courants artistiques, qu’ils soient architecturaux, philosophiques, poétiques ou musicaux. Parfois ces enquêtes mettent à jour l’assimilation et la transformation par Shakespeare d’œuvres précises et identifiables, permettant ainsi de retracer dans le détail le cheminement de tel ou tel texte ou illustration.

Haut de page

Notes

1  John Hale, La civilisation de l’Europe à la Renaissance, Paris, Perrin, 2003, p. 7.

2  The generall historie of the Turkes from the first beginning of that nation to the rising of the Othoman familie, Londres, Adam [?], 1603, stc 15051.

3  Certaine discourses, Londres, Richard Johnes, 1590, f° 27 r°-v°.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Kapitaniak, « Avant-propos », Actes des congrès de la Société française Shakespeare, 22 | 2005, 3-5.

Référence électronique

Pierre Kapitaniak, « Avant-propos », Actes des congrès de la Société française Shakespeare [En ligne], 22 | 2005, mis en ligne le 01 janvier 2007, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/shakespeare/736 ; DOI : 10.4000/shakespeare.736

Haut de page

Auteur

Pierre Kapitaniak

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SFS

Haut de page
  • Logo Société Française Shakespeare
  • Logo Shakespeare 450
  • Logo Shakespeare Anniversary
  • Logo La SFS sur Facebook
  • OpenEdition Journals