Navigation – Plan du site

AccueilActes des colloques41Introduction

Texte intégral

  • 1 Juliet Dusinberre, Shakespeare and the Nature of Women, Londres, Macmillan, 1975. L’ouvrage a été e (...)

1La Société française Shakespeare a été fondée en 1975. La même année, Juliet Dusinberre publiait son ouvrage Shakespeare and the Nature of Women1. Dans son sillage, des critiques ont commencé à interroger la notion de genre dans l’œuvre de Shakespeare et de ses contemporains, mettant en lumière ses aspects poétiques, discursifs, politiques et performatifs, qui contribuent à faire encore et toujours de Shakespeare notre contemporain.

  • 2 Lisa Jardine, Still Harping on Daughters. Women and Drama in the Age of Shakespeare, Brighton, Harv (...)
  • 3 On mentionnera, entre autres, Penny Gay, As She Likes It: Shakespeare’s Unruly Women, Londres, Rout (...)

2La liste d’ouvrages qui ont marqué les études shakespeariennes au cours des dernières décennies est longue, faisant dialoguer plusieurs courants critiques. Ainsi, des pionnières comme Lisa Jardine, Dympna Callaghan ou Janet Adelman ont, dans les années 80 et au début des années 90, examiné les grandes tragédies shakespeariennes en se penchant sur la question du genre, exploitant, pour la première, une lecture historiciste du canon, rejetant à la fois les lectures faisant de Shakespeare un chantre du chauvinisme ou, a contrario, du féminisme militant ; la deuxième mit en évidence les liens problématiques longtemps associés aux questions de genre littéraire et de genre sexué (gender) ; et la troisième s’appuya sur les apports de la psychanalyse afin de proposer des relectures convaincantes des grandes tragédies du corpus2. Ces études furent suivies de nombreuses autres, intégrant à leur tour les apports des Performance studies ou du « présentisme », par exemple, continuant de faire dialoguer l’époque de Shakespeare et la nôtre par le truchement de concepts critiques d’aujourd’hui, de découvertes en archives, ou par l’étude des adaptations et mises en scènes des XXe et XXIe siècles3.

  • 4 Angela Davis, Femmes, race et classe, traduit par Dominique Taffin-Jouhaud, Paris, Des femmes, 1983 (...)
  • 5 Eléonore Lépinard et Sarah Mazouz, Pour l’intersectionnalité, Paris, Anamosa, 2021.
  • 6 Nina Lykke, Feminist Studies: A Guide to Intersectional Theory, Methodology and Writing, New York, (...)
  • 7 Ainsi, plus récemment, les approches intersectionnelles qui s’intéressent au genre associent égalem (...)

3Ce dialogue entre des travaux « historicistes », ancrés dans le monde et l’esthétique de l’époque élisabéthaine, et le temps présent s’inscrit également dans un mouvement politique, actif dans les universités anglo-américaines, visant à rendre visible les problématiques touchant les populations historiquement marginalisées, à commencer par les femmes et les Noirs américains. Des figures publiques comme Angela Davis ont ainsi publié au début des années 1980, sous la présidence de Ronald Reagan aux États-Unis (alors que son alliée dans la Guerre Froide, Margaret Thatcher, était à la tête du gouvernement au Royaume-Uni), des ouvrages liant explicitement le féminisme aux questions de race et de classe4. Cette approche, aujourd’hui reconnue comme « intersectionnelle », établit l’impossibilité d’étudier une catégorie isolément5. Étudier le genre, c’est poser les bases permettant d’étudier d’autres catégories minorisées : les déclassés, les minorités religieuses ou ethniques, etc6. Étudier le genre est donc potentiellement un acte politique de résistance, démontant les catégories et concepts dominants tels que le patriarcat, la binarité masculin/féminin, ou l’hétérosexualité7.

  • 8 En France, l’usage de la langue oppose ceux et celles utilisant l’orthographe inclusive aux traditi (...)
  • 9 La critique du travestissement est illustré notamment par le brûlot anonyme, Muld sacke : or The ap (...)
  • 10 António Guterres, « Secretary-General’s address to the General Assembly », 19 septembre 2023, https (...)

4Aujourd’hui, il est apparu plus que jamais nécessaire de se ressaisir de la question du genre dans les œuvres de Shakespeare et de ses contemporains, qui exploraient déjà des sujets comme la domination, les violences sexuelles, et la guerres des sexes, en particulier à la suite des scandales #MeToo et de son pendant français, #BalanceTonPorc, dans un climat tendu où des politiques et des commentateurs nous alertent sur le danger posé par les études de genre, et voudraient légiférer pour les interdire. En France, les polémiques autour des « culture wars » importées des Etats-Unis opposent politiques et médias de droite et d’extrême droite à ceux de gauche et d’extrême gauche, soucieux de part et d’autre d’associer les études sur le genre ou leur censure, respectivement, aux extrémistes de l’autre bord. Pour leurs opposants, les études de genre et les mouvances qui s’en réclament posent un enjeu de civilisation, menacée par la culture « woke », censurée par la « cancel culture », qui représentent des dangers existentiels pour la société et sa mémoire. Pour les partisans des études de genre, cette civilisation, invariablement occidentale, blanche, hétéronormée, et dominatrice, n’a rien de civilisée et doit être transformée. Les dénonciations liées aux études de genre se traduisent ainsi par des polémiques affectant des domaines aussi variés que la langue et l’orthographe8, la politique, ou les habitudes vestimentaires, rappelant, mutatis mutandis, les critiques de ceux qui, à l’époque de Shakespeare, dénonçaient la pratique du travestissement, en particulier au théâtre, qui brouillait, à leurs yeux, des distinctions divinement instituées9. Comme l’a rappelé récemment le Secrétaire Général de l’ONU, dans de nombreux pays encore aujourd’hui, les pouvoirs estiment encore que les jeunes filles portent soit trop, soit pas assez de vêtements10. Aux Etats-Unis, des « school boards » conservateurs visent à interdire les toilettes mixtes ou la participation d’athlètes transgenres dans les compétitions sportives, en venant même à vouloir inspecter le corps des mineur(e)s incriminé(e)s en cas de suspicion. De telles paniques morales, auxquelles s’ajoutent de nombreuses mesures punitives et discriminantes contre les populations LGBTQI+, témoignent de l’urgence de continuer d’étudier les questions de genre au XXIe siècle.

  • 11 Judith Butler, Gender Trouble: Feminism and the Subversion of Identity, New York, Routledge, 1990.
  • 12 Valerie Traub, Desire and Anxiety: Circulations of Sexuality in Shakespearean Drama, Londres & New (...)

5Si la notion de genre est politique et culturelle, l’œuvre des dramaturges élisabéthains et jacobéens l’est tout autant. Près d’un demi-siècle après les travaux pionniers sur Shakespeare et le genre, la question reste bien d’une brûlante actualité. Shakespeare n’a de cesse d’interroger cette notion complexe et mouvante. La scène est à la fois un lieu de confrontation de différents modèles et représentations des genres portés par des personnages, et celui, par excellence, d’une mise en jeu et d’une réinvention du / des genre(s). Par le biais de jeux de travestissement (La Nuit des rois, Comme il vous plaira), ou de discours misogynes (Hamlet, La Mégère apprivoisée, Othello), en passant par des tragédies matricielles (Le Roi Lear, Macbeth, Le Conte d’hiver), Shakespeare a montré la porosité des différences genrées et interrogé leur rôle dans la construction d’une identité sur la scène, anticipant en cela l’idée de genre « performatif » défini par Judith Butler11. La pratique du théâtre élisabéthain elle-même invitait les spectateurs à concevoir la performativité du genre, puisque tous les rôles étaient joués par des hommes ou des garçons, et les jeux de mots grivois que l’on retrouve dans de nombreuses pièces montrent combien les dramaturges de l’époque pouvaient exploiter l’homo-érotisme latent dans l’action dramatique12.

  • 13 Queering the Renaissance, éd. Jonathan Goldberg, Durham, Duke University Press, 1994 ; Queer Shakes (...)

6La labilité du genre est également présente dans les poèmes de Shakespeare : les Sonnets semblent s’adresser tantôt à un homme, tantôt à une femme, avec une réversibilité et/ou une confusion entre ce qui paraît correspondre culturellement au masculin ou au féminin ; dans Vénus et Adonis, le poète dépeint un désir féminin conquérant, agressif. Dans les poèmes comme dans certaines pièces apparaissent des figures d’hermaphrodites et d’androgynes (ainsi Ganymède dans Comme il vous plaira), alors répandues à travers l’Europe. L’œuvre de Shakespeare semble ainsi fréquemment remettre en cause l’hétéronormativité, et préfigurer la notion de « queer »13.

  • 14 La proclamation royale veut mettre fin aux abus liés au travestissement : « [F]or as much as many p (...)

7À bien des égards, le jeu de Shakespeare avec les questions de genre deviendra illisible quelques décennies plus tard pour les spectateurs de la Restauration, inspirés par une poétique venue du Continent. Après 1660, la monarchie en Angleterre impose même des comédiennes pour assurer les rôles féminins, et promeut l’adoption d’une esthétique et morale néo-classique, censée garantir les bonnes mœurs en séparant ce qui a trait au masculin et au féminin (deux notions que l’on commence alors à essentialiser). C’est le sens de la proclamation royale de Charles II en 1662, qui avait vu du théâtre continental au cours de son exil où les rôles féminins étaient joués par des actrices, et pour qui l’interdiction du travestissement obéissait à un impératif moral, condition sine qua non de la réouverture des théâtres à Londres14.

8Enfin, la confusion des genres sur le mode du monde à l’envers, évoquée par la référence à Hercule et Omphale dans Antoine et Cléopâtre, est aussi à l’origine d’une redéfinition de la masculinité. Dans Henri V et Coriolan, où la guerre prend des connotations homo-érotiques, le héros masculin se trouve mis à mal lorsqu’il est confronté à des femmes. Plus généralement, nombre de personnages peinent à se conformer aux attentes d’épouses, de pères et de mères qui leur transmettent une certaine idée de leur identité et font ainsi obstacle à son appropriation par les principaux intéressés (Henri V, Coriolan, mais aussi Juliette, Héro dans Beaucoup de bruit pour rien, la « mégère » Katherine, Lady Macbeth provoquant son mari trop peu « masculin » …). Si Shakespeare brouille les frontières entre les genres, il décline aussi autant de formes de masculinité et de féminité, de virilité et d’efféminement, qui peuvent être liées à l’âge aussi bien qu’au sexe, suggérant que les identités genrées se déclinent au fil du temps et d’une vie.

  • 15 « Écrire pour elles. Dramaturges et spectatrices en Europe », éd. Véronique Lochert, Clotilde Thour (...)
  • 16 Sophie Duncan, Shakespeare’s Women and the Fin de Siècle, Oxford, Oxford University Press, 2016.
  • 17 Le film, disponible en ligne (https://globalshakespeares.mit.edu/hamlet-gade-svend-1920/) fut chois (...)
  • 18 On pense aussi bien aux critiques de la « féminité » dans Hamlet qu’aux interprétations de pièces o (...)
  • 19 Miranda Fay Thomas, « Re-defining the Shakespearean Actor: Casting and Diversity at Shakespeare’s G (...)
  • 20 À l’occasion des festivités autour du congrès Shakespeare 450, c’est précisément cette œuvre qui fu (...)

9Certains auteurs ont estimé que Shakespeare et ses contemporains, qui ne faisaient pourtant jouer que des hommes, pouvaient écrire pour les femmes, et leur « parlaient », suscitant l’émotion. Ces stéréotypes n’ont pas manqué d’être remis en cause15. Au Royaume-Uni, les femmes actrices établissent des liens entre leurs rôles et les débats politiques et culturels de leur temps16. En France, la question intrigue également, et les femmes s’emparent de Shakespeare, notamment après que Sarah Bernhardt a incarné Hamlet à la fin du XIXe siècle, suivie en cela par d’autres actrices célèbres comme Asta Nielsen dans le film muet réalisé par Sven Gade en 192117. Dans le dernier quart du XXe siècle, une metteuse en scène comme Ariane Mnouchkine expérimente également avec le genre dans ses Shakespeare (Richard II, La Nuit des rois, Henri IV…), jouant notamment avec une esthétique orientale où le travestissement féminin joue un rôle structurant ; au cours des dernières décennies, de nombreuses représentations théâtrales ou adaptations cinématographiques ne manquent pas de questionner les distinctions genrées traditionnelles18. Ainsi, Outre-Manche, les troupes et les théâtres produisant des œuvres de Shakespeare se sont volontairement saisis de la question du genre, la Royal Shakespeare Company ou le théâtre du Globe distribuant par exemple les rôles sans prendre en compte le genre des comédiens et des comédiennes dans de nombreuses productions récentes19. Les Roméo joués par des femmes et les Juliette par des hommes se sont multipliés, renouant non seulement avec certains aspects de la pratique élisabéthaine, mais aussi faisant écho à d’autres traditions, notamment les nombreuses adaptations de Shakespeare à l’opéra, comme dans I Capuleti e i Montecchi de Vincenzo Bellini (1830), où le rôle de Roméo est joué par une mezzo-soprano travestie, remplaçant les castrats du XVIIIe siècle désormais interdits20.

  • 21 John Knox, The first blast of the trumpet against the monstruous regiment of women, [Imprimé à Genè (...)

10Naturellement, Shakespeare n’est pas le seul à s’intéresser à la question du genre dans la littérature de la première modernité. Nombreux sont ses contemporains qui mettent en scène le dialogue et le conflit entre les sexes, comme John Ford dans Dommage qu’elle soit une putain, John Webster dans La Duchesse d’Amalfi ou Le Démon blanc ; Elizabeth Cary dans La Tragédie de Mariam ; ou encore Thomas Dekker et Thomas Middleton dans Moll Cutpurse, parmi tant d’autres. Dans ce contexte culturel, ces œuvres entrent en résonance, s’éclairant mutuellement, à l’instar du jeu intertextuel entre Antonius de Mary Sidney et Antoine et Cléopâtre de Shakespeare. Plus généralement, ces œuvres prolongent et commentent la querelle des femmes tout en soulignant le contexte particulier des îles britanniques, où plusieurs reines se sont succédé sur les trônes d’Écosse et d’Angleterre, suscitant l’ire de pamphlétaires misogynes comme John Knox, père fondateur de l’Église réformée écossaise, qui publia en 1558 un brûlot contre le règne au féminin21.

11Ainsi, le congrès organisé en 2022 s’est intéressé à ce que Shakespeare et ces auteurs de la première modernité anglaise ont pu apporter à notre réflexion sur le genre, et comment leurs œuvres, mais aussi leurs diverses mises en scènes et leurs adaptations à travers les âges, continuent d’alimenter les recherches d’aujourd’hui.

La langue et la place des femmes

12L’attrait de la censure et des problèmes posés par la « cancel culture » est abordé frontalement dans ce volume par Dympna Callaghan dans son article sur la parole des femmes. Elle montre combien la violence faite aux femmes dans le théâtre ou la poésie de Shakespeare et leur silence forcé se révèle, paradoxalement, d’une grande éloquence. À ce titre, rien ne saurait « annuler » ou nier l’apport des œuvres les plus problématiques de Shakespeare aux débats sur ces questions. Dans leur article, Aurélie Griffin et Sophie Lemercier-Goddard nouent un dialogue avec l’analyse de D. Callaghan tout en abordant des corpus distincts, légèrement plus tardifs, ceux de John Webster et d’Élisabeth Cary au premier XVIIe siècle, en plus de l’Othello de Shakespeare. Elles décrivent comment, dans La Duchesse d’Amalfi et La Tragédie de Mariam, ces dramaturges de l’époque Stuart utilisent la rhétorique, la grammaire et les effets syntaxiques pour façonner la tragédie qui frappe leurs héroïnes, inspirées d’une esthétique stoïcienne. Enfin, Sue Wiseman aborde, comme D. Callaghan, le cas extrême de La Mégère apprivoisée, pour resituer la pièce dans le cadre des ouvrages contemporains de Shakespeare destinés à l’éducation, notamment des filles. En s’appuyant sur ces traités de pédagogie genrée, elle montre combien cette éducation, ou plutôt ce « dressage », était entièrement tournée vers la préparation au mariage. L’épouse se devait de servir son futur mari.

Le jeu et le transgenre

13Historiquement, bien sûr, ces constructions genrées étaient une fiction sur la scène élisabéthaine, peuplée d’acteurs masculins. Alison Findlay revient sur les distributions transgenre d’aujourd’hui, et les parallélismes que l’on peut établir avec les pratiques de l’époque élisabéthaine. En s’intéressant aux jeunes comédiens d’antan, elle retrouve dans les pièces des témoignages de ce que cela signifie de jouer le rôle d’une femme, et de ce que les jeunes comédiens perdent lorsqu’ils n’ont plus l’âge de les jouer. Cette réflexion qui établit des ponts entre le passé et le présent se poursuit dans la retranscription d’une rencontre avec Perry Mills, directeur artistique de la compagnie de jeunes acteurs de l’école King Edward VI à Stratford-upon-Avon, qui revient sur les aspects pratiques liés aux choix de mise en scène de la troupe composée uniquement de garçons qu’il dirige. Dans sa conversation à bâtons rompus et richement illustrée par des clichés de productions de sa compagnie, il évoque ainsi les effets produits par les choix de costumes, par le jeu sur l’âge et le genre, et par les références culturelles du XXIe siècle qui ont pu être intégrées aux pièces de l’époque élisabéthaine pour un public d’aujourd’hui. Cette rencontre avec un praticien de la scène s’ajouta à celle organisée par la Société française Shakespeare avec François Rostain, maître d’armes et spécialiste de chorégraphies de combat. Si la question du genre ne faisait pas partie de son sujet, prévu pour le congrès 2021 mais reporté à la suite du COVID, son expérience de près d’un demi-siècle remet en question certains présupposés quant à l’emploi de l’épée sur scène, un accessoire traditionnellement masculin.

Décentrement et marginalisation

14Le genre, on l’a vu, n’est pas un concept fixe, et le théâtre du monde élisabéthain et jacobéen était déjà en prise avec les discours essentialistes pour mieux les subvertir. C’est ce que Chantal Schütz met au jour avec son analyse des comédies citadines de Thomas Middleton qui remet en question les distinctions de genre au travers de personnages au genre mouvant et problématique comme Moll Cutpurse dans The Roaring Girl (L’Enragée) ou Mistress Low-water ou encore Dick Follywit dans d’autres pièces. Dans un même esprit ludique, dans une contribution écrite à quatre mains, Ladan Niayesh et Louise Roszak se penchent sur un jeu vidéo, Elsinore, sorti en 2019 et produit par Golden Glitch, qui permet aux joueurs et joueuses de vivre dans le monde de Hamlet au travers du personnage d’Ophélie, triplement marginale et marginalisée. Dans ce jeu vidéo, Ophélie est non seulement une femme dans un monde patriarcal et misogyne, elle y est représentée comme métisse et bisexuelle, doublant sa marginalité genrée d’une marginalité raciale et sexuelle, rappelant la notion d’intersectionnalité abordée en début de cette introduction. L’analyse des deux contributrices examine alors les effets produits par la possibilité de donner à ce personnage de la tragédie shakespearienne, souvent réduite au rôle de victime passive d’un monde masculiniste et toxique, une agentivité nouvelle.

Traditions étrangères et étrangetés du genre

15La nouveauté peut aussi se découvrir par un décentrement géographique et culturel. Ainsi, plusieurs contributions dans ce volume s’intéressent aux différences culturelles des questions de genre dans d’autres pays du monde. Ainsi, Madalina Nicolaescu et Oana-Alis Zaharia examinent le cas d’une artiste roumaine, Aristizza Romanescu, célèbre au XIXe siècle et qui sut jouer avec l’héritage de Shakespeare et du théâtre occidental dans ses adaptations de l’œuvre du dramaturge. Murat Öğütcü, pour sa part, présente un riche panorama d’actrices shakespeariennes en Turquie, largement méconnues par la critique occidentale, pour souligner leur influence sur toute la tradition théâtrale de leur pays. Enfin, en nous déplaçant jusqu’à l’Extrême Orient, Roweena Yip revient sur deux adaptations contemporaines d’Othello et Macbeth, la première au Japon, avec une Desdémone fantomatique, la seconde en Corée du Sud, représentant Lady Macbeth au travers de ses souvenirs. L’analyse tire parti de ces adaptations pour porter un regard différent, non-occidental, sur les constructions et les discours sur le genre, proposant des façons novatrices et « interculturelles » d’incarner, au sens fort du terme, le « féminin » sur scène.

  • 22 Morgan Lloyd Malcolm, Emilia, éd. Elizabeth Schafer, Londres, Methuen Drama, 2023, (« Student editi (...)
  • 23 Kate Wilkinson, « Girls and boys : The Royal Shakespeare Company’s 2014 summer season », Shakespear (...)
  • 24 Accessible en ligne sur : https://www.rsc.org.uk/miss-littlewood/.
  • 25 Arifa Akbar, « Hamnet review – slick adaptation captures Shakespeare’s horrified unravelling », The (...)

16Ce volume montre ainsi toute la vitalité de la critique autour de l’œuvre de Shakespeare et de ses contemporains. Cette vitalité continue de produire également des œuvres artistiques. En effet, si Shakespeare peut sembler incarner le canon et une autorité « masculine », son œuvre a aussi donné lieu à nombre de réécritures qui ont remis en question l’opposition binaire entre « masculin » et « féminin », comme dans Emilia, une pièce sur l’autrice Aemilia Lanyer écrite en 2018 par Morgan Lloyd Malcolm, et créée par une troupe exclusivement composée de comédiennes au théâtre du Globe la même année22. La Royal Shakespeare Company (RSC) a également mis en avant des pièces proto-féministes de l’époque élisabéthaine et jacobéenne, notamment en 2013 dans une série intitulée « Roaring Girls » sous la responsabilité d’Erica Whyman, alors nouvelle directrice adjointe de la RSC, avec des pièces de Thomas Dekker, Thomas Middleton, John Webster, et une œuvre anonyme, Arden of Faversham23 ; quelques années plus tard, la RSC a mis en scène des créations contemporaines soulignant l’inventivité des femmes au théâtre, comme dans la comédie musicale Miss Littlewood (2018), écrite par Sam Kenyon24. Plus récemment encore, le roman Hamnet de Maggie O’Farrell (2020) a été adapté par Lolita Chakrabarti et mis en scène par Erica Whyman, encore, en 202325. On y examine le rôle de l’épouse du dramaturge dans la vie du couple ; non sans malice, le nom de poète est soigneusement évité, uniquement mentionné par des circonlocutions… Une belle revanche pour celle qui est à peine mentionnée par les historiens du théâtre. Le théâtre de Shakespeare et de ses contemporain(e)s est, en effet, bien plus divers qu’on le croit.

Haut de page

Notes

1 Juliet Dusinberre, Shakespeare and the Nature of Women, Londres, Macmillan, 1975. L’ouvrage a été ensuite revu et augmenté deux décennies plus tard, en 1996. L’auteur souhaite remercier vivement Aurélie Griffin qui a participé à la rédaction de l’appel à communications pour le congrès sur « Shakespeare et le genre » dont cette introduction est le prolongement, ainsi que les relectrices et relecteurs pour leurs commentaires.

2 Lisa Jardine, Still Harping on Daughters. Women and Drama in the Age of Shakespeare, Brighton, Harvester Press, 1983 ; Dympna Callaghan, Woman and Gender in Renaissance Tragedy: A study of King Lear, Othello, The Duchess of Malfi, and The White Devil, Atlantic Highlands, NJ, Humanities Press International, 1989 ; Janet Adelman, Suffocating Mothers: Fantasies of Maternal Origin in Shakespeare’s Plays, Hamlet to The Tempest, New York, Routledge, 1992.

3 On mentionnera, entre autres, Penny Gay, As She Likes It: Shakespeare’s Unruly Women, Londres, Routledge, 1994 ; Stephen Orgel, Impersonations : The Performance of Gender in Shakespeare’s England, Cambridge, Cambridge University Press, 1996 ; Jean E. Howard et Phyllis Rackin, Engendering a Nation: A Feminist Account of Shakespeare’s English Histories, Londres et New York, Routledge, 1997 ; Dympna Callaghan, Shakespeare Without Women: Representing Gender and Race on the Renaissance Stage, Londres & New York, Routledge, 2000 ; Shakespeare, Feminism and Gender, éd. Kate Chedgzoy, Bloomsbury Publishing, 2000 (« New Casebooks ») ; Carol Chillington Rutter, Enter The Body: Women and Representation on Shakespeare’s Stage, Londres & New York, Routledge, 2001 ; Phyllis Rackin, Shakespeare and Women, Oxford, Oxford University Press, 2005 ; Tony Howard, Women as Hamlet: Performance and Interpretation in Theatre, Film and Fiction, Cambridge, Cambridge University Press, 2007 ; Presentism, Gender, and Sexuality in Shakespeare, éd. Evelyn Gajowski, New York, Palgrave Macmillan, 2009 ; Alison Findlay, Women in Shakespeare: A Dictionary, Women in Shakespeare : A Dictionary, Londres, Continuum, 2010 ; Women Making Shakespeare, éds. Gordon Mcmullan, Lena Cowen Orlin et Virginia Mason Vaughan, Londres et New York, Bloomsbury Arden Shakespeare, 2013 ; Kate Aughterson et Ailsa Grant Ferguson, Shakespeare and Gender: Sex and Sexuality in Shakespeare’s Drama, Londres, The Arden Shakespeare, 2020.

4 Angela Davis, Femmes, race et classe, traduit par Dominique Taffin-Jouhaud, Paris, Des femmes, 1983. Dans le domaine des études shakespeariennes, on citera les travaux pionniers (et féministes) de Kim F. Hall, Things of Darkness: Economies of Race and Gender in Early Modern England, Ithaca, Cornell University Press, 1995, ou la collection dirigée par Margo Hendricks et Patricia Parker, Women, ‘Race’ and Writing in the Early Modern Period, Londres & New York, Routledge, 1994.

5 Eléonore Lépinard et Sarah Mazouz, Pour l’intersectionnalité, Paris, Anamosa, 2021.

6 Nina Lykke, Feminist Studies: A Guide to Intersectional Theory, Methodology and Writing, New York, Routledge, 2010, p. 67.

7 Ainsi, plus récemment, les approches intersectionnelles qui s’intéressent au genre associent également des études sur la sexualité, le queer, les Disability studies, l’éco-critique, la religion, etc. On peut mentionner quelques ouvrages et collections récents comme Terri Power, Shakespeare and Gender in Practice, Londres, Bloomsbury Publishing, 2015 ; Valerie Traub (ed.), The Oxford Handbook of Shakespeare and Embodiment : Gender, Sexuality, and Race, Oxford, Oxford University Press, 2016 ; ou Jennifer Drouin (ed.), Shakespeare / Sex : Contemporary Readings in Gender and Sexuality, Londres, Bloomsbury Publishing, 2020.

8 En France, l’usage de la langue oppose ceux et celles utilisant l’orthographe inclusive aux traditionnalistes. La question, plus large, de la modernisation de la langue française a donné lieu à la publication récente d’un collectif de linguistes, Les linguistes atterrées, Le Français va très bien, merci, Paris, Gallimard, 2023 (« Tracts »). Voir https://www.tract-linguistes.org/. On a pu également souligner les risques à ne pas prendre en compte les effets inconscients produits par le genre grammatical en critique littéraire. Sur le genre grammatical et la critique shakespearienne, voir par exemple Yan Brailowsky, « La nuit genrée, ou l’obscure clarté des scènes anglaises », Scènes de nuit dans les arts du spectacle vivant (France-Angleterre, XVIe-XVIIIe siècles), Arrêt sur scène / Scene Focus, 2015, no 4, p. 60-61.

9 La critique du travestissement est illustré notamment par le brûlot anonyme, Muld sacke : or The apologie of Hic Mulier […], Londres, Printed [by William Stansby] for Richard Meighen, 1620.

10 António Guterres, « Secretary-General’s address to the General Assembly », 19 septembre 2023, https://www.un.org/sg/en/content/sg/speeches/2023-09-19/secretary-generals-address-the-general-assembly.

11 Judith Butler, Gender Trouble: Feminism and the Subversion of Identity, New York, Routledge, 1990.

12 Valerie Traub, Desire and Anxiety: Circulations of Sexuality in Shakespearean Drama, Londres & New York, Routledge, 1992, p. 117–144 ; Peter Stallybrass, « Transvestism and the ‘body beneath’: Speculating on the boy actor », in Erotic Politics: The Dynamics of Desire in the Renaissance Theatre, éd. Susan Zimmerman, New York, Routledge, 1992, p. 64–83.

13 Queering the Renaissance, éd. Jonathan Goldberg, Durham, Duke University Press, 1994 ; Queer Shakespeare: Desire and Sexuality, éd. Goran Stanivukovic, Londres & New York, Bloomsbury Publishing, 2017 (« The Arden Shakespeare ») ; Coppélia Kahn, « Family Quarrels : Feminist Criticism, Queer Studies, and Shakespeare in the Twenty-First Century », in Rethinking Feminism in Early Modern Studies: Gender, Race, and Sexuality, éds. Ania Loomba et Melissa E. Sanchez, Londres & New York, Routledge, 2016, p. 43–57 ; Melissa E. Sanchez, Shakespeare and Queer Theory, Londres, Bloomsbury Publishing, 2019, (« The Arden Shakespeare »).

14 La proclamation royale veut mettre fin aux abus liés au travestissement : « [F]or as much as many plays formerly acted do contain several profane, obscene and scurrilous passages, and the women’s parts therein have been acted by men in the habit of women, at which some have taken offence, for the preventing of these abuses for the future… », Killingrew’s patent, 25 avril 1662, cité in Restoration and Georgian England, 1660-1788, éd. David Thomas, Cambridge, Cambridge University Press, 1989, p. 17.

15 « Écrire pour elles. Dramaturges et spectatrices en Europe », éd. Véronique Lochert, Clotilde Thouret, Florence d’Artois, Lise Michel et Patrizia de Capitani, Études Épistémè 42, décembre 2022 (accessible en ligne sur DOI: 10.4000/episteme.15230, consulté le 2 octobre 2023).

16 Sophie Duncan, Shakespeare’s Women and the Fin de Siècle, Oxford, Oxford University Press, 2016.

17 Le film, disponible en ligne (https://globalshakespeares.mit.edu/hamlet-gade-svend-1920/) fut choisi par la Société française Shakespeare pour le congrès Shakespeare 450 organisé en avril 2014, à l’occasion duquel une bande originale fut composée par Robin Harris pour la Société, accessible en ligne sur http://www.shakespeareanniversary.org/shake450/cultural-events/#hamlet .

18 On pense aussi bien aux critiques de la « féminité » dans Hamlet qu’aux interprétations de pièces où des personnages masculins sont joués par des comédiennes ; voir Evelyn Gajowski, « “Frailty, thy name is woman” : Hamlet’s repudiation of the “feminine” », in Hamlet in the Twenty-First Century, éds. Victoria Bladen et Yan Brailowsky, Paris, Belin éducation / CNED, 2022, (« Agrégation d’anglais »), p. 165–175. Katharine Goodland, « From Prospero to Prospera: transforming gender and magic on stage and screen », in Shakespeare and the Supernatural, éds. Victoria Bladen et Yan Brailowsky, Manchester, Manchester University Press, 2020, p. 218–241.

19 Miranda Fay Thomas, « Re-defining the Shakespearean Actor: Casting and Diversity at Shakespeare’s Globe under Emma Rice and Michelle Terry », « Shakespeare et les acteurs / Shakespeare and Actors », Actes des congrès de la Société française Shakespeare 39, janvier 2021 (accessible en ligne sur DOI: 10.4000/shakespeare.6048, consulté le 2 octobre 2023).

20 À l’occasion des festivités autour du congrès Shakespeare 450, c’est précisément cette œuvre qui fut choisie par l’Opéra de Paris pour commémorer l’anniversaire de la naissance de Shakespeare. Voir : http://www.shakespeareanniversary.org/shake450/cultural-events/#opera .

21 John Knox, The first blast of the trumpet against the monstruous regiment of women, [Imprimé à Genève : J. Poullain et A. Rebul], 1558, (« Early English Books Online, 1475-1640 / 253:09 »). Armel Dubois-Nayt, « “La différence des sexes” : construction et fonction du « genre » dans la pensée politique de John Knox », Cités, vol. 34 / 2, septembre 2008, p. 157–169.

22 Morgan Lloyd Malcolm, Emilia, éd. Elizabeth Schafer, Londres, Methuen Drama, 2023, (« Student editions »).

23 Kate Wilkinson, « Girls and boys : The Royal Shakespeare Company’s 2014 summer season », Shakespeare, vol. 11 / 3, juillet 2015, p. 241-246. Voir également le communiqué de presse de l’époque, qui souligne la place réservée aux femmes en cette année anniversaire : https://web.archive.org/web/20141212101514/http://www.rsc.org.uk/about-us/press/releases/summer-14-season.aspx (la mise à jour technique du site du RSC a depuis, non sans ironie, supprimé toute trace de ce communiqué).

24 Accessible en ligne sur : https://www.rsc.org.uk/miss-littlewood/.

25 Arifa Akbar, « Hamnet review – slick adaptation captures Shakespeare’s horrified unravelling », The Guardian, 13 avril 2023.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yan Brailowsky, « Introduction »Actes des congrès de la Société française Shakespeare [En ligne], 41 | 2023, mis en ligne le 19 décembre 2023, consulté le 05 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/shakespeare/8454 ; DOI : https://doi.org/10.4000/shakespeare.8454

Haut de page

Auteur

Yan Brailowsky

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search