Navigation – Plan du site

L’étranger à Rome dans les sources littéraires du Ier siècle avant J.-C. : au miroir de la conquête

Foreigners in Rome in First Century B.C. Literary Sources: Mirrors of the Conquest
Marine Miquel

Résumés

Dans les sources littéraires du Ier siècle av. J.-C., à Rome, la catégorie sociale de l’étranger recouvre une multiplicité de termes. Chacun d’eux contribue à forger une représentation liée au degré d’implication de l’étranger dans la vie politique et juridique de la cité, davantage qu’à son origine ethnique ou géographique. Les mots de l’étranger peuvent alors prendre des valeurs diverses, déterminées par une vision externe de l’étranger qui s’élabore durant la conquête romaine mais aussi et surtout au cours des guerres civiles. L’étranger, pour des auteurs qui appartiennent à une élite romano-centrée, figure dès lors moins le non-Romain ou le non-citoyen que l’anti-Romain, qui menace la cohésion de la cité en ne respectant pas son jeu politique, moral et juridique, ou qui, sur un mode mineur, disloque l’espace amoureux.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Claude Nicolet, L’Inventaire du Monde. Géographie et politique aux origines de l’Empire romain(...)

1La majorité des sources littéraires de la fin du Ier siècle avant J.-C. proclame l’achèvement de la conquête du monde connu1. Elles affirment que le pouvoir romain s’étend désormais sur toute la surface de la terre, l’orbis terrarum, et Rome y est présentée comme une ville capitale. Dans les écrits des contemporains, elle semble ainsi à la fois dominer l’univers et le concentrer en ses murs, ce qu’indique la fameuse paronomase Vrbis/Orbis qui identifie Rome et le monde, comme dans les Fastes d’Ovide :

  • 2 Ovide, Fastes, 688-689, texte établi et traduit par Robert Schilling, Paris, Les Belles Lettres, 19 (...)

« Gentibus est aliis tellus data limite certo : /Romanae spatium est Orbis et Vrbis idem. »
« Aux autres peuples a été donné un territoire limité : l’étendue du monde et de la ville de Rome est la même2. »

  • 3 David Noy, Foreigners at Rome, Citizens and Strangers, Londres, Duckworth, 2000; John Percy Vyvian (...)
  • 4 Pol Trousset, « La frontière romaine et ses contradictions », Travaux de la Maison de l’Orient, vol (...)

2Centre politique et administratif, mais aussi économique et culturel, la ville de Rome attire à elle de nombreux étrangers, comme en témoignent les épitaphes retrouvées sur certaines tombes. Certains de ces étrangers sont de passage, d’autres participent à la vie de la cité et viennent en grossir le nombre d’habitants. Ce sont des esclaves, des soldats, mais aussi des civils, qu’ils soient marchands, artistes, intellectuels, artisans, gladiateurs, ou saisonniers travaillant dans les ports, le bâtiment et les transports3... L’étranger, de ce fait, n’est pas « l’autre » absolu. Il relève d’une catégorie sociale qui fait l’objet d’une représentation dans les sources littéraires de l’époque. Étudier les caractéristiques et les enjeux de cette représentation se heurte néanmoins à deux écueils : le risque de l’anachronisme et le manque d’occurrence des termes dans nos sources. Il nous faut en effet d’abord nous extraire de la vision nationale et territorialisée qui est la nôtre, mais qui ne coïncide guère avec les conceptions romaines4 : dans un empire qui se fond avec l’oikoumène, le territoire et la frontière deviennent des catégories floues et polysémiques et il en est de même pour l’étranger. En témoigne la pluralité des noms ou adjectifs latins qui renvoient à cette catégorie et la chargent de significations diverses. S’ajoute un second écueil : le manque d’occurrences de ces termes. Les sources littéraires évoquent en effet fort peu les étrangers, leurs communautés ou les relations qu’ils entretiennent avec les autres habitants de Rome.

3Pour autant, tout en gardant à l’esprit ces deux écueils, nous nous efforcerons de comprendre quelle caractérisation de l’étranger construisent les sources littéraires du Ier siècle av. J.-C.. Il nous semble en effet que la représentation de l’étranger est l’occasion pour Rome de se définir elle-même, de construire un portrait en miroir de sa propre identité et de ce qui fait sa cohésion. La représentation de l’étranger vivant à Rome paraît dès lors façonnée par une représentation externe, élaborée parallèlement au processus de la conquête romaine et de l’affirmation de l’imperium Romanum sur le pourtour méditerranéen. Nous nous attacherons d’abord à une étude détaillée des termes relatifs à la catégorie sociale de l’étranger, ainsi que des valeurs sémantiques dont ils se chargent. Puis nous montrerons comment ces valeurs sont déterminées par la vision externe de l’étranger et essaierons d’en déceler les ressorts idéologiques et historiques. Enfin, nous tâcherons d’inscrire cette représentation de nos sources dans leur contexte d’écriture de la fin de la République et de l’instauration du principat.

Les mots de l’étranger à Rome : quelles valeurs sémantiques ?

4Les noms ou adjectifs renvoyant à la catégorie de l’étranger sont multiples. Toutefois, l’analyse des différentes acceptions de l’étranger et des valeurs qui leur sont attribuées dans les textes littéraires nous permet de distinguer, derrière cette pluralité des termes, deux pôles : celui que forment hospes, peregrinus et aduena, et celui que constituent externus, alienigena et surtout barbarus.

Aduena, hospes, peregrinus : un pôle plutôt positif

5Le terme aduena, lié au verbe aduenio, qui signifie « venir auprès, arriver », renvoie à celui qui arrive dans un endroit donné, l’immigré qui s’installe à Rome. Le terme est ainsi utilisé pour désigner un immigré fameux de l’histoire des origines de Rome, Lucumon, futur Tarquin l’Ancien, dont Tite-Live rapporte l’arrivée dans l’Vrbs :

  • 5 Tite-Live, Histoire romaine, I, 34-5, texte établi par Jean Bayet, traduit par Gaston Baillet, Pari (...)

« Anco regnante Lucumo, uir impiger ac diuitiis potens, Romam commigrauit cupidine maxime ac spe magni honoris, cuius adipiscendi Tarquiniis, nam ibi quoque peregrina stirpe oriundus erat, facultas non fuerat […] Spernentibus Etruscis Lucumonem exsule aduena ortum, ferre indignitatem non potuit. »
« Sous le règne d’Ancus, un personnage entreprenant et puissamment riche, Lucumon, vint s’établir à Rome, poussé surtout par le désir et l’espoir d’y occuper un poste important auquel il ne lui avait pas été permis de prétendre à Tarquinies ; car là aussi il n’était qu’un étranger. […] Le dédain des Étrusques pour Lucumon, fils d’un exilé, d’un réfugié, était [pour son épouse Tanaquil] une honte insupportable5. »

6Il est également employé, de façon neutre, pour désigner les apports culturels, notamment religieux, venus de l’extérieur, comme dans cette loi citée par un des personnages du Traité des Lois de Cicéron :

  • 6 Cicéron, Traité des Lois, II, 19, 411, texte établi et traduit par Georges de Plinval, Paris, Les B (...)

« Separatim nemo habessit deos ; neue nouos, neue aduenas, nisi publice adscitos, priuatim colunto. »
« Que nul n’ait de dieux à part ; et qu’on ne rende pas à part un culte ni aux dieux nouveaux, ni aux dieux étrangers, s’ils n’ont pas été admis officiellement6. »

7À cette acception plutôt neutre s’ajoutent les termes hospes et pereginus, qui peuvent apparaître, selon le contexte, comme mélioratifs ou légèrement péjoratifs. Hospes, qui renvoie à la très archaïque relation d’hospitalité, désigne tout autant celui qui passe par Rome, sans y rester, et n’a donc aucun droit civique, que celui qui le reçoit. Les institutions romaines lui confèrent un statut interne, ainsi qu’un rôle bien défini dans la cité, et cela même s’il n’y est présent que pour un temps défini, puisque, durant sa présence à Rome, il est placé sous la protection d’un citoyen romain qui lui sert d’intermédiaire et de garant, devant les tribunaux par exemple. Dans les textes littéraires, l’hospes est l’interlocuteur idéal que le poète prend à témoin, à l’occasion du topos que constitue la description de Rome, comme chez Properce :

  • 7 Properce, Élégies, IV, 1, texte établi, traduit et commenté par Simone Viarre, Paris, Les Belles Le (...)

« Hoc, quodcumque uides, hospes, qua maxima Roma est,/ ante Phrygem Aenean collis et herba fuit. »
« Tout ce que tu vois ici, étranger, là où s’étend Rome la très grande, avant le Phrygien Enée, n’était qu’herbe et colline7. »

8Le terme est alors chargé d’une valeur méliorative. Il peut toutefois prendre également une signification neutre, voire péjorative, pour indiquer une personne romaine peu au fait du jeu politique et juridique qui se déroule à Rome. Ainsi, Cicéron, dans le De Oratore, cherchant à définir les qualités du meilleur orateur, le caractérise par défaut, par opposition à l’hospes :

  • 8 Cicéron, De Oratore, I, 218, texte établi et traduit par Edmond Courbaud, Paris, Les Belles Lettres (...)

« Fateor enim callidum quendam hunc et nulla in re tironem ac rudem nec peregrinum atque hospitem in agendo esse debere. »
« Car je l’avoue, c’est un homme vraiment exercé qui sur aucun point ne soit novice ou ignorant, ni semblable au provincial emprunté ou à l’hôte de passage, c’est un homme ainsi fait que je veux, lorsqu’il plaide, pouvoir trouver en lui8. »

9Un peu plus loin, il oppose de même l’hospes et l’homme averti :

  • 9 Cicéron, De Oratore, II, 131, texte établi et traduit par E. Courbaud, Paris, Les Belles Lettres, 1 (...)

« Nam si tu mihi quamuis eruditum hominem adduxeris, quamuis acrem et acutum in cogitando, quamuis ad pronuntiandum expeditum, si erit idem in consuetudine ciuitatis, in exemplis, in institutis, in moribus ac uoluntatibus ciuium suorum hospes, non multum ei loci proderunt illi, ex quibus argumenta promuntur. »
« Car vous aurez beau m’amener l’homme le plus instruit, doué de la pensée la plus vive et la plus pénétrante, de l’élocution la plus facile ; s’il est tout de même étranger à nos coutumes, à notre histoire, à nos institutions, aux mœurs et à l’esprit public, ces lieux où l’on puise les arguments ne lui seront pas d’un grand secours9. »

10Ce passage du De Oratore fait intervenir un autre terme désignant l’étranger, qui se charge de la même valeur un peu péjorative : peregrinus. Développé à partir de l’adverbe peregre qui signifie « à l’étranger », c’est le terme juridique et administratif qui désigne le Romain expatrié ou l’étranger immigré, domicilié sur le sol romain mais dépourvu de droits civils. En cas de litige, cet étranger a ainsi recours au préteur pérégrin. Il détient en général les droits qui existaient dans sa cité avant la domination romaine. La peregrinitas est généralement neutre, désignant simplement le non-citoyen, comme dans cette adresse de Cicéron dans les Philippiques :

  • 10 Cicéron, Philippiques, XIII, 45, 171, texte établi et traduit par Pierre Wuillemier, Paris, Les Bel (...)

« Non enim tibi cum Pompeianis, sed cum uniuersa re publica bellum est. Omnes te di homines, summi medii infimi, ciues peregrini, uiri mulieres, liberi serui oderunt. »
« En effet, tu n’es pas en guerre avec les Pompéiens, mais avec l’État tout entier. L’ensemble des dieux et des hommes, ceux des plus hautes, des moyennes et dernières classes, citoyens et pérégrins, hommes et femmes, libres et esclaves, te détestent10. »

  • 11 Hervé Inglebert, « Citoyenneté romaine, romanités et identités romaines sous l’empire », Idéologies (...)

11L’Arpinate oppose ici Antoine à Rome, qui se confond avec l’univers tout entier, constituant une synthèse harmonieuse entre hommes et dieux, citoyens et non-citoyens. Dans une société où l’individu se définit avant tout comme appartenant à une communauté civique, la dénomination de l’étranger reflète avant tout son statut juridique de non-citoyen, soit, non pas le parangon de l’altérité radicale, mais celui qui ne bénéficie pas de tous les droits du citoyen romain. L’origine géographique importe alors moins que son statut d’étranger dans la cité. Le terme peut toutefois, en raison de ce non-accès à la citoyenneté et donc à la vie politique et juridique romaine, se charger de valeurs négatives. En effet, comme l’a montré Hervé Inglebert dans Idéologies et valeurs civiques dans le monde romain11, la citoyenneté n’est pas tant un droit qu’un ensemble de pratiques à mettre en œuvre, qu’il s’agisse de l’accomplissement des rituels religieux ou de l’adoption d’une conduite sociale. Celui qui ne dispose pas de ces droits n’est pas non plus par conséquent impliqué dans ces pratiques civiques. Peregrinus et hospes caractérisent dès lors l’étranger peu au fait du jeu politique, dans une lettre de Cicéron à Atticus :

  • 12 Cicéron, Lettres à Atticus, VI, 3, 4, texte établi et traduit par Léopold-Albert Constans et Jean B (...)

« Formam igitur mihi totius rei publicae, si iam es Romae aut cum eris, uelim mittas quae mihi obuiam ueniat ex qua me fingere possim et praemeditari quo animo accedam ad urbem. Est enim quiddam aduenientem non esse peregrinum atque hospitem. »
« Aussi désirerais-je un tableau complet de la situation politique ; que tu sois déjà à Rome ou dès que tu y seras, envoie-le à ma rencontre, pour que je puisse me modeler d’après lui et me mettre dans les dispositions d’esprit convenables avant d’approcher de la Ville ; c’est quelque chose, quand on arrive, de ne faire figure ni d’étranger ni de passant12. »

12De même, chez Horace, le peregrinus apparaît comme un benêt :

  • 13 Horace, Épîtres, I, 17, 58, texte établi et traduit par François Villeneuve, Paris, Les Belles Lett (...)

« Nec semel irrisus triuiis attollere curat/ fracto crure planum, licet illi plurima manet/ lacrima, per sanctum iuratus dicat Osirim/ credite, non ludo : crudeles, tollite claudum/ quaere peregrinum, uicinia rauca reclamat. »
« Attrapé une fois, on ne se soucie plus de ramasser dans les carrefours le bateleur qui s’est cassé la jambe ; il a beau répandre des larmes abondantes et dire, jurant par le nom sacré d’Osiris : “Croyez-moi, ce n’est pas un jeu ; cruels, emportez un blesséˮ. – “Cherche quelqu’un qui ne soit pas d’iciˮ lui crie, à s’enrouer, le voisinage13. »

13Le pôle d’hospes, peregrinus et aduena façonne donc une représentation de l’étranger sinon neutre, du moins dépourvue d’hostilité, le présentant comme un élément de la société romaine, parfois destiné à l’intégrer pleinement pour y jouer un rôle en prenant le statut de citoyen.

Externus, alienigena et barbarus : le pôle de l’exclusion

14Un autre pôle se dessine toutefois, renvoyant au contraire à une vision très négative de l’étranger qui, en tant qu’élément exogène, n’a pas sa place dans la romanité. Ainsi exter, externus, extrarius et extraneus, formés sur le préverbe et préposition ex, qui marque l’idée de sortie, désignent ceux qui sont situés au-dehors de la cité, hors du territoire. Dans les textes, les auteurs y recourent pour qualifier des importations culturelles ou religieuses, souvent d’un point de vue négatif, pour désigner par exemple le luxe venu d’outre-mer, comme dans l’élégie de Tibulle évoquant la nostalgie du temps de l’âge d’or, lorsque nul ne partait au loin en quête de marchandises étrangères :

  • 14 Tibulle, Élégies, I, 3, 35-40, texte établi et traduit par Max Ponchont, Paris, Les Belles Lettres, (...)

« Nondum caeruleas pinus contempserat undas,/effusum uentis praebueratque sinum,/nec uagus ignotis repetens compendia terris/presserat externa nauita merce ratem. »
« Qu’on vivait heureux sous le règne de Saturne, avant le temps où de longues routes se sont ouvertes sur la terre ! Le pin n’avait pas encore bravé les ondes azurées ni présenté aux vents le gonflement de la voile déployée ; errant à la poursuite du gain en des terres inconnues, un nautonnier n’avait pas encore chargé son vaisseau de marchandises étrangères14. »

15Il se rapporte aussi souvent à un ennemi, un peuple ou un roi étranger ; le terme désigne donc moins celui qui vient du dehors que celui qui est au-dehors, à l’extérieur de Rome ou dans ses marges. Chez Cicéron, dans les Verrines, l’externus est ainsi mêlé aux exclus et parias du monde romain :

  • 15 Cicéron, Verrines, II, 5, 144, texte établi et traduit par Henri de La Ville de Mirmont, Paris, Les (...)

« In externorum hominum maleficorum sceleratorumque, in praedonum hostiumque custodias tu tantum numerum ciuium Romanorum includere ausus es? »
« Dans une prison destinée aux étrangers, aux malfaiteurs, aux criminels, dans une prison réservée aux brigands et aux ennemis, tu as osé enfermer un si grand nombre de citoyens romains15 ? »

  • 16 Jacques André, « Les composés de -gena, -genus », Rph 47 (1), 1973, p. 7-30.

16Le terme alienigena, formé sur indigena, du verbe ingignere, « engendrer dans », et qui semble avoir, ainsi que l’a montré Jacques André16, une valeur purement locale, désignant celui qui est né dans un pays étranger, semble être un synonyme d’externus : il désigne le non-Romain et par conséquent se charge également de connotations négatives. Cicéron l’utilise ainsi, dans le cadre d’un procès, pour décrédibiliser l’accusation portée par des Gaulois contre le préteur Fontéius, dans le Pro M. Fonteius oratio :

  • 17 Cicéron, Pro M. Fonteio oratio, XLIX, 47, 13, texte établi et traduit par André Boulanger, Paris, L (...)

« Curate, ut nostris testibus plus quam alienigenis credidisse uideamini, plus saluti ciuium quam hostium lubidini consuluisse. »
« Ayez à cœur de paraître accorder plus de créance à mes témoins qu’à des étrangers, et de délibérer plus pour le salut de vos concitoyens que pour le plaisir de vos ennemis17. »

  • 18 Emilia Ndiaye, « L’étranger “barbareˮ à Rome. Essai d’analyse sémique », L’Antiquité classique, no  (...)
  • 19 Yves-Albert Dauge, Le Barbare, recherches sur la conception romaine de la barbarie et de la civilis (...)

17Lorsqu’il s’agit de dénigrer l’adversaire, un terme l’emporte toutefois : barbarus, terme grec dont l’emploi, comme l’a montré Emilia Ndiaye18, relève toujours d’un choix volontaire et conscient. Si les termes dont nous avons fait jusqu’à présent l’inventaire peuvent en effet être connotés négativement, celui de barbarus, comme l’a analysé Yves-Albert Dauge19, renvoie directement à deux caractères qui le placent en-dehors du monde romain : la cruauté, feritas, et l’inconsistance, uanitas. Lorsqu’il ne désigne pas l’ennemi combattu par Rome aux frontières de l’empire, il est utilisé pour caractériser le Romain qui se place en dehors du monde civique, en ne respectant pas les usages ancestraux, le mos maiorum, et en se laissant corrompre par le luxe étranger. C’est le cas du préteur qui supplante le poète auprès de Cynthie et se voit qualifié par Properce de barbarus, comme si les terres d’Illyrie dont il revient l’avaient transformé dans sa nature même :

  • 20 Properce, Élégies, II, 16, 27-28.

« Barbarus exclusis agitat uestigia lumbis,/ et subito felix nunc mea regna tenet. »
« Un barbare presse le pas, et soudain heureux il occupe maintenant mon royaume20. »

18On retrouve le même basculement chez Cicéron, qu’il s’agisse de susciter la vindicte publique contre Marc-Antoine :

  • 21 Cicéron, Philippiques, III, 15, 61, texte établi et traduit par A. Boulanger et P. Wuillemier, Pari (...)

« At quam contumeliosus in edictis, quam barbarus, quam rudis ! »
« Mais, dans ses édits, comme il s’est montré offensant, barbare, grossier21 ! »

ou de soulever l’indignation contre Verrès :

  • 22 Cicéron, Verrines, II, 4, 122.

« Quae ab isto sic spoliata atque direpta est, non ut ab hoste aliquo qui tamen in bello religionem et consuetudinis iura retineret, sed ut a barbaris praedonibus uexata esse uideatur. »
« Verres le pilla et dépouilla si bien qu’il semble saccagé non par quelque ennemi qui n’eût pas manqué d’observer même en guerre quelque scrupule religieux et le droit des gens, mais par de barbares corsaires22. »

19Les termes analysés et les valeurs diverses qui leur sont attribuées construisent ainsi une représentation polysémique de la catégorie sociale de l’étranger à Rome. Certains termes sont utilisés de façon élastique, mais leur emploi peut se charger de valeurs très différentes. Le premier pôle distingué, autour des termes hospes, peregrinus et aduena, prend des valeurs plutôt neutres, quand le second autour d’externus, alienigena et surtout barbarus, renvoie en revanche à ceux qui sont rejetés hors de Rome et de la citoyenneté, constituant un pôle d’exclusion.

Des termes déterminés par une vision externe de l’étranger

20Cette double caractérisation est avant tout tributaire d’une vision externe complexe qui est liée à un double mouvement : une inscription de l’étranger au cœur même de l’identité de l’Vrbs, mise en avant dans les textes pour défendre Rome et sa domination sur le monde, et une représentation plus négative de l’étranger, liée à la fois à la justification de la conquête et aux débats suscités dans la société romaine autour de l’idée d’une décadence.

L’étranger comme élément constitutif de la cité

21La représentation externe de l’étranger est en effet très ambivalente : l’étranger comme élément extérieur est considéré comme constitutif de Rome, puisqu’il est attaché à la légende de la fondation de l’Vrbs et que Rome s’est avant tout façonnée dans son rapport à l’extérieur. L’étranger ainsi est présent dès les débuts de Rome, avec le personnage d’Énée, qualifié d’aduena dans la tradition historiographique latine. Plus encore, la légende de l’Asylum, lieu d’asile ouvert par Romulus pour assurer le peuplement de la cité qu’il vient de fonder, fait de la Rome primitive un agrégat d’éléments étrangers, selon la tradition rapportée par Salluste dans le préambule du Bellum Catilinae :

  • 23 Salluste, La conjuration de Catilina, VI, 3, texte établi et traduit par Alfred Ernout, Paris, Les (...)

« Hi postquam in una moenia conuenere, dispari genere, dissimili lingua, alius alio more uiuentes, incredibile memoratu est quam facile coaluerint. »
« Après s’être réunis dans une même enceinte, tous ces hommes d’ethnies différentes, ne parlant pas la même langue, n’ayant pas le même genre de vie, se fondirent avec une incroyable rapidité23. »

  • 24 Tite-Live, Histoire romaine, I, 8, 5.
  • 25 Voir Nicole Loraux, Né de la terre. Mythe et politique à Athènes, Paris, Le Seuil, 1976 ; Dominique (...)
  • 26 Voir Jean-Louis Ferrary, « À la recherche d’une historiographie anti-romaine perdue », Philhellénis (...)

22La même tradition est aussi présente chez Tite-Live, au livre I de l’Histoire romaine24. Si elle correspond bien aux processus de peuplements très mobiles de l’Italie archaïque, cette particularité de la fondation de Rome est largement mise en avant par les auteurs anciens pour louer l’ouverture de Rome et expliquer par son modèle spécifique de coalescence l’origine de sa supériorité, en l’opposant aux cités grecques et notamment à Athènes, qui se veut autochtone, « née de la terre »25. Ils combattent ainsi une historiographie grecque hostile à Rome26 qui se développe durant la seconde guerre punique puis pendant le conflit qui oppose les Romains à Mithridate IV Eupator. Cette historiographie anti-romaine s’attache à contester la légitimité de la suprématie de Rome en mettant en avant ses origines peu glorieuses et en assimilant les Romains à des barbares. Aujourd’hui perdue, cette tradition historiographique reste présente en creux dans les textes latins et grecs qui y répondent par une défense et illustration de Rome et de sa vocation à dominer le monde. La mise en avant de la place de l’étranger dans la cité romaine dès son origine est donc un trait caractéristique de l’historiographie, voire de la pensée romaine, qui s’est constituée dans un rapport ambigu d’opposition et d’imitation avec l’hellénisme.

  • 27 Tite-Live, Histoire romaine, IV, 13, 3, texte établi par Jean Bayet, traduit par Gaston Baillet, Pa (...)

23L’étranger externe, dont la tradition enseigne qu’il a mis sa uirtus au service de Rome, devient dès lors un étranger interne au rôle positif pour la cité ; en témoigne le rôle joué dans l’histoire de Rome par des rois ou des familles venus de l’étranger, comme le rappelle chez Tite-Live le plébéien Canuléius27. Ce rôle est d’ailleurs mis en avant à chaque fois que se pose la question de l’ouverture du corps civique, constituant un leitmotiv des discours prononcés sur le forum. L’étranger a ainsi dès les premiers temps été intégré dans la cité, mais aussi à sa périphérie, à travers l’instauration d’institutions juridiques liées au respect des principes de la « guerre juste » et du « droit des peuples », qui créent sur le plan diplomatique un espace commun d’interaction entre les Romains et les étrangers.

Une représentation plus négative de l’étranger

  • 28 Poids dont témoigne l’emploi du verbe onerare : Tite-Live, Histoire romaine, VI, 7-9 ; XXII, 2, 8 ; (...)

24Cette promotion d’une Rome ouverte est toutefois battue en brèche par une autre vision, qui voit en Rome une cité à l’équilibre fragile, menacée par la présence d’éléments trop hétérogènes qui pèsent sur sa suprématie future. Les textes historiques mettent en avant quelques situations particulières, où la présence d’étrangers dans l’Vrbs se manifeste par un trop plein : ainsi des passages de l’Histoire romaine de Tite-Live laissent entrevoir les débats provoqués par la présence en trop grand nombre, à Rome, de populations étrangères, c’est-à-dire non-citoyennes. Si la controverse est souvent suscitée par les alliés latins qui se rendent à Rome pour se plaindre d’un exode de leur population, il n’en reste pas moins que cet afflux vers Rome est représenté comme un poids28.

  • 29 Voir Tite-Live, Histoire romaine, XXXIX, 8-19 ; Jean-Marie Pailler, « Les Bacchanales : du scandale (...)

25La menace représentée par l’étranger affleure aussi dans certains moments de crise, liés à des cultes particuliers, comme par exemple l’affaire des Bacchanales. À travers le récit de la répression d’une secte bachique se déploie en effet la représentation d’une Rome menacée dans son intégrité morale et politique par des éléments étrangers qui agissent en secret, formant un autre peuple, alter populus, qui s’est placé par ses sacrilèges en-dehors de la romanité29.

  • 30 Voir Jacques-Emmanuel Bernard, « Ideological aspects: Portraits of peoples », A Companion to Livy, (...)

26Il convient enfin de rappeler que la vision téléologique de l’histoire romaine, qui met en avant la vocation de Rome à dominer la totalité du monde connu, conduit à développer, dans le cadre de la conquête, des représentations dévalorisées des peuples étrangers qui seraient par nature voués à la défaite. C’est dans ce cadre que l’on peut comprendre la mise en avant de clichés péjoratifs attachés à chaque population étrangère : férocité gauloise, jactance grecque, tromperie punique30. Ces représentations externes, qu’elles soient positives ou négatives, concourent à l’élaboration d’une représentation interne de l’étranger et définissent, en creux, l’identité romaine. Remarquons toutefois qu’à la fin du Ier siècle av. J.-C., la stratégie augustéenne de mise en avant de l’unité de l’Italie contribue à intégrer dans l’identité romaine les étrangers venus de cités italiennes, dont les histoires et géographies locales sont regroupées derrière l’image de la tota Italia. L’étranger est donc représenté à la fois comme participant au développement de la cité, mais aussi comme une menace de dislocation, en tant qu’il peut créer un espace non-romain au cœur même de Rome. Il convient, pour comprendre cette dualité, d’inscrire cette double représentation dans son contexte d’écriture.

Une représentation inscrite dans le contexte d’écriture de la fin de la République et du début du Principat

Au cœur des guerres civiles, la crainte de perdre Rome

  • 31 Paul Jal, La Guerre civile à Rome. Étude littéraire et morale, Paris, PUF, 1963.

27Cette représentation de l’étranger n’est en rien innocente : comme l’a montré Paul Jal31, le contexte des guerres civiles du Ier siècle av. J.-C. a largement influencé la littérature de l’époque. Les textes littéraires que nous avons cités sont en effet pour la plupart rédigés par une élite romano-centrée, même si – ou plutôt parce que – nombre de ses membres sont nés hors de Rome, et possèdent donc, suivant la distinction cicéronienne, deux patries, « une patrie géographique », patria loci, et « une patrie de citoyenneté », patria iuris, qui l’emporte sur la première :

  • 32 Voir Cicéron, De Legibus, II, 2, 5, texte établi et traduit par G. de Plinval, Paris, Les Belles Le (...)

« Sed necesse est caritate eam praestare e qua rei publicae nomen uniuersae ciuitatis est, pro qua mori et cui nos totos dedere et in qua nostra omnia ponere et quasi consecrare debemus. »
« Mais il est nécessaire que celle-là l’emporte dans notre affection par laquelle le nom de “républiqueˮ est le bien commun de la cité entière. C’est pour elle que nous devons mourir ; c’est à elle qu’il faut nous donner tout entiers, en elle qu’il faut déposer et pour ainsi dire sanctifier tout ce qui nous appartient32. »

  • 33 Voir Yan Thomas, “Origineˮ et « “Commune Patrieˮ. Étude de droit public romain (89 av. J.-C.-212 ap (...)

28Aux yeux de ces auteurs, l’Italie est identifiée, voire réduite, à Rome même, ce qui explique le peu de mentions dans ces textes de l’acception incola pour renvoyer à l’étranger non-citoyen résidant dans une cité de droit latin, ou encore du concept juridique de domicilium33. Cette élite s’avère de plus profondément marquée par les divisions fratricides qui ont ensanglanté l’Italie et menacé l’empire de dislocation. Il n’est dès lors pas étonnant que les textes soient empreints d’une vision ambivalente de l’étranger, liée aux risques subis par la cité. Un texte de Cicéron s’avère à ce titre paradigmatique : Cicéron s’y plaint des duumvirs Lucius Considius et Sextus Saltius qui l’avaient accueilli à Capoue comme s’il était un étranger, alors qu’il se trouvait sur une colonie romaine.

  • 34 Cicéron, Sur la loi agraire, II, 34, 9, texte établi et traduit par A. Boulanger, Paris, Les Belles (...)

« Nos autem, hinc Roma qui ueneramus, iam non hospites, sed peregrini atque aduenae nominabamur. »
« Quant à nous, qui venions de Rome, ils ne nous donnaient plus le nom d’hôtes, mais ceux de pérégrins et d’étrangers34. »

29Alors que le Romain devient un étranger sur un sol conquis, Rome est menacée de disparition ; le monde devient étranger et la capitale qui se confondait avec lui risque d’être remplacée par une autre Rome, Capoue. À travers cette dissociation de l’Vrbs et de l’orbis, l’empire lui-même est voué à sa perte.

Avec le Principat, une représentation sous la forme de variations poétiques

30Il est d’autant plus intéressant de constater, dans les textes poétiques du début du Principat qui met fin aux guerres civiles, l’apparition d’un emploi particulier des termes utilisés pour nommer l’étranger. Dans les poèmes de Properce, aduena ou peregrinus désignent ainsi non pas celui qui provient d’un autre lieu ou d’une autre culture, mais celui ou celle qui vient briser la stabilité du couple d’amants que le « je » poétique forme avec Cynthie.

31C’est le cas par exemple au livre I des Élégies :

  • 35 Properce, Élégies, I, 3, 43-44.

« […] interdum leuiter mecum deserta querebar/ externo longas saepe in amore moras. »
« […] tantôt doucement je regrettai en moi-même, dans mon abandon, les longues attentes qu’engendre souvent un amour étranger35. » 

32Il en va encore de même au livre II :

  • 36 Properce, Élégies, II, 19, 15-16.

« […] protinus et nuda choreas imitabere sura,/ omnia ab externo sint modo tuta uiro. »
« [… ] et aussitôt, le mollet nu, tu imiteras les danses des chœurs, pourvu que tout soit à l’abri de l’homme étranger36. »

33Nous retrouvons par ailleurs le même emploi chez Tibulle :

  • 37 Tibulle, Élégies, I, 9, 50.

« At te, qui puerum donis corrumpere es ausus,/ Rideat adsiduis uxor inulta dolis,/ […] Semper sint externa tuo uestigia lecto. »
« Quant à toi, qui osas corrompre un enfant par des cadeaux, que ta femme se joue de toi impunément en te trompant sans cesse ! […] Puisses-tu trouver toujours dans ta couche les traces d’un étranger37 ! »

  • 38 Ovide, Les Amours, I, 9, texte établi et traduit par Henri Bornecque, Paris, Les Belles Lettres, 19 (...)

34Ce trait est loin d’être anecdotique, pour peu qu’on le replace dans le contexte de l’histoire littéraire et du retournement opéré par les élégiaques des débuts du principat. Les poètes y développent en effet un nouveau type de représentation, où le « je » poétique se fait soldat : Militat omnis amans, « Tout amant est soldat » proclame Ovide dans Les Amours38. L’amoureux y entreprend un service militaire, la militia, qui n’est plus voué à la sauvegarde de Rome ni aux combats menés par le princeps aux confins de l’empire, mais à la conquête de sa belle. L’idéal du citoyen-soldat cède alors la place au seul enjeu amoureux. De la sorte, les poètes de la période augustéenne, tout en s’inscrivant dans le cadre de la politique officielle du Principat, en subvertissent le discours idéologique. Or il nous semble qu’il convient de lire cet emploi du mot « étranger » dans les textes poétiques à la lumière du retournement opéré pour les termes militia ou miles. De même que le rival heureux n’appartient pas au monde privé formé par le couple des amants, les étrangers ne font pas véritablement partie du même univers que les Romains. Ils sont l’ennemi, celui qui menace d’envahir l’espace amoureux, dans un jeu littéraire qui en fait un personnage hostile mais toujours tenu à distance par l’écriture. Alors que le chaos des guerres civiles semble s’éloigner, l’image de l’étranger porteur de dislocation subsiste, même dans le monde plus léger de l’élégie.

Conclusion

  • 39 Voir Paul Jal, « Expansionnisme ou stabilisation ? De l’ambiguïté d’un certain vocabulaire politiqu (...)

35L’étranger à Rome est d’abord une catégorie juridique, celle du peregrinus. Dans les textes littéraires, l’étude détaillée de cette catégorie révèle un emploi élastique, qui ne relève pas seulement du domaine du droit, mais aussi de représentations politiques et idéologiques, forgées sous l’influence de la représentation externe de l’étranger dans le cadre de la conquête. Le terme peregrinus y est ainsi mêlé à d’autres termes chargés de valeurs diverses, liées pour la plupart au degré d’implication dans la cité. Dans un empire qui se veut universel, l’extranéité perd de son acuité et suggère plutôt la non-citoyenneté, voire l’anti-romanité. À ce titre, elle renvoie bien souvent au Romain lui-même et caractérise le mauvais citoyen qui œuvre à la perte de Rome. Pour l’élite romano-centrée, la catégorie de l’étranger incarne dès lors, dans un contexte de guerres civiles, le risque de l’éclatement et de la destruction de la cité. Avec la stabilisation proclamée par le Principat, l’étranger peut devenir l’objet d’un jeu littéraire, mais dans un contexte de débat autour de la poursuite de la conquête romaine et de l’extension de l’empire39, son ambivalence reste posée.

Haut de page

Notes

1 Voir Claude Nicolet, L’Inventaire du Monde. Géographie et politique aux origines de l’Empire romain, Paris, Fayard, 1988, en particulier les chapitres I et II, p. 27-68.

2 Ovide, Fastes, 688-689, texte établi et traduit par Robert Schilling, Paris, Les Belles Lettres, 1992.

3 David Noy, Foreigners at Rome, Citizens and Strangers, Londres, Duckworth, 2000; John Percy Vyvian Dacre Balsdon, Romans and Aliens, Londres, Duckworth, 1979.

4 Pol Trousset, « La frontière romaine et ses contradictions », Travaux de la Maison de l’Orient, vol. 21, no 1, 1993, p. 25-33 ; Claudia Moatti, « La terre de personne », Medium, no 24-25, 2010, p. 51-69.

5 Tite-Live, Histoire romaine, I, 34-5, texte établi par Jean Bayet, traduit par Gaston Baillet, Paris, Les Belles Lettres, 1940.

6 Cicéron, Traité des Lois, II, 19, 411, texte établi et traduit par Georges de Plinval, Paris, Les Belles Lettres, 1959.

7 Properce, Élégies, IV, 1, texte établi, traduit et commenté par Simone Viarre, Paris, Les Belles Lettres, 1985.

8 Cicéron, De Oratore, I, 218, texte établi et traduit par Edmond Courbaud, Paris, Les Belles Lettres, 1922.

9 Cicéron, De Oratore, II, 131, texte établi et traduit par E. Courbaud, Paris, Les Belles Lettres, 1927.

10 Cicéron, Philippiques, XIII, 45, 171, texte établi et traduit par Pierre Wuillemier, Paris, Les Belles Lettres, 1960.

11 Hervé Inglebert, « Citoyenneté romaine, romanités et identités romaines sous l’empire », Idéologies et valeurs civiques dans le monde romain. Hommage à Claude Lepelley, Paris, Picard, 2002, p. 241-260.

12 Cicéron, Lettres à Atticus, VI, 3, 4, texte établi et traduit par Léopold-Albert Constans et Jean Bayet, Paris, Les Belles Lettres, 1950.

13 Horace, Épîtres, I, 17, 58, texte établi et traduit par François Villeneuve, Paris, Les Belles Lettres, 1934.

14 Tibulle, Élégies, I, 3, 35-40, texte établi et traduit par Max Ponchont, Paris, Les Belles Lettres, 1924.

15 Cicéron, Verrines, II, 5, 144, texte établi et traduit par Henri de La Ville de Mirmont, Paris, Les Belles Lettres, 1922.

16 Jacques André, « Les composés de -gena, -genus », Rph 47 (1), 1973, p. 7-30.

17 Cicéron, Pro M. Fonteio oratio, XLIX, 47, 13, texte établi et traduit par André Boulanger, Paris, Les Belles Lettres, 1929.

18 Emilia Ndiaye, « L’étranger “barbareˮ à Rome. Essai d’analyse sémique », L’Antiquité classique, no 74, 2005, p. 119-135.

19 Yves-Albert Dauge, Le Barbare, recherches sur la conception romaine de la barbarie et de la civilisation, Bruxelles, Latomus, 1981, p. 379-676.

20 Properce, Élégies, II, 16, 27-28.

21 Cicéron, Philippiques, III, 15, 61, texte établi et traduit par A. Boulanger et P. Wuillemier, Paris, Les Belles Lettres, 1959.

22 Cicéron, Verrines, II, 4, 122.

23 Salluste, La conjuration de Catilina, VI, 3, texte établi et traduit par Alfred Ernout, Paris, Les Belles Lettres, 1946.

24 Tite-Live, Histoire romaine, I, 8, 5.

25 Voir Nicole Loraux, Né de la terre. Mythe et politique à Athènes, Paris, Le Seuil, 1976 ; Dominique Briquel, « Les Romains ne sont pas des autochtones », Présence de Tite-Live, Caesarodunum, no 27 bis, 1994, p. 67-78.

26 Voir Jean-Louis Ferrary, « À la recherche d’une historiographie anti-romaine perdue », Philhellénisme et impérialisme. Aspects idéologiques de la conquête romaine du monde hellénistique, Paris, 1988 ; Dominique Briquel, Le Regard des autres. Les origines de Rome vues par ses ennemis, Dijon, Annales littéraires de l’Université de Franche-Comté, 1997.

27 Tite-Live, Histoire romaine, IV, 13, 3, texte établi par Jean Bayet, traduit par Gaston Baillet, Paris, Les Belles Lettres, 1946.

28 Poids dont témoigne l’emploi du verbe onerare : Tite-Live, Histoire romaine, VI, 7-9 ; XXII, 2, 8 ; XXV, 2, 8 ; XXXIX, 3, 4-6 ; XLIV, 18, 8.

29 Voir Tite-Live, Histoire romaine, XXXIX, 8-19 ; Jean-Marie Pailler, « Les Bacchanales : du scandale domestique à l’affaire d’État et au modèle pour les temps à venir », Politix, no 71, 2005, p. 39-59.

30 Voir Jacques-Emmanuel Bernard, « Ideological aspects: Portraits of peoples », A Companion to Livy, édité par Bernard Mineo, Wiley-Blackwell, Hoboken, 2014, p. 39-51.

31 Paul Jal, La Guerre civile à Rome. Étude littéraire et morale, Paris, PUF, 1963.

32 Voir Cicéron, De Legibus, II, 2, 5, texte établi et traduit par G. de Plinval, Paris, Les Belles Lettres, 1959 et, pour une étude de cette mise au point cicéronienne, Madeleine Bonjour, Terre natale. Études sur une composante affective du patriotisme romain, Paris, Les Belles Lettres, 1975, p. 78-86.

33 Voir Yan Thomas, “Origineˮ et « “Commune Patrieˮ. Étude de droit public romain (89 av. J.-C.-212 ap. J.-C.), Rome, École Française de Rome, 1996, chapitre II, « Le domicile », p. 25-43.

34 Cicéron, Sur la loi agraire, II, 34, 9, texte établi et traduit par A. Boulanger, Paris, Les Belles Lettres, 1960.

35 Properce, Élégies, I, 3, 43-44.

36 Properce, Élégies, II, 19, 15-16.

37 Tibulle, Élégies, I, 9, 50.

38 Ovide, Les Amours, I, 9, texte établi et traduit par Henri Bornecque, Paris, Les Belles Lettres, 1930.

39 Voir Paul Jal, « Expansionnisme ou stabilisation ? De l’ambiguïté d’un certain vocabulaire politique » dans Colloque Histoire et Historiographie Clio, Paris, Les Belles Lettres, 1980, p. 135-142.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marine Miquel, « L’étranger à Rome dans les sources littéraires du Ier siècle avant J.-C. : au miroir de la conquête », Siècles [En ligne], 44 | 2018, mis en ligne le 31 janvier 2018, consulté le 15 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/siecles/3269

Haut de page

Auteur

Marine Miquel

Doctorante en lettres classiques
ArScAn, « Archéologie et Sciences de l’Antiquité » – THEMAM « Textes, histoire et monuments de l’Antiquité au Moyen Âge », Université Paris-Ouest Nanterre La Défense, UMR 7041

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • OpenEdition Journals