Navigation – Plan du site

Autour du cognomen Advena (« l’Étranger »). L’extranéité comme creuset d’une identité servile dans l’onomastique du monde romain

The Advena (Foreigner) Cognomen: Foreignness and Servile Identity in Roman Onomastics
Marianne Béraud

Résumés

L’étude identifie les mécanismes qui président à l’attribution du nom Aduena. Socialement connoté, l’anthroponyme Aduena a surtout été attribué à des esclaves et des affranchis. Il situe le porteur du nom comme étranger à l’espace civique romain et aux droits et prérogatives qui en découlent. L’exclusion de la citoyenneté se manifeste par une onomastique qui exclut verbalement de la cité. L’extranéité civique qui frappe les individus entachés de la macule servile doit être aussi rapprochée de la catégorie d’étranger géographique, en lien avec les réseaux de marchés d’esclaves.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ladislav Vidman, « Voyage épigraphique à Elbasan », Lisly fîlologické, 85, 1962, p. 57-62.
  • 2 Ulrike Ehmig et Rudolf Haensch, Die Lateinischen Inschriften aus Albanien (LIA), Bonn, R. Habelt, 2 (...)
  • 3 L’anthroponyme a été retenu aussi bien lorsqu’il est en position de nomen unicus que lorsqu’il est (...)

1En 1962, dans son Voyage épigraphique à Elbasan1, en Albanie, le savant tchèque Ladislav Vidman commente une épitaphe conservée dans le village de Scampa, au monastère Saint-Jean-Vladimir (Shin Jon ou Shěnjon). Ce monument – gravé à la fin du Ier siècle av. J.-C. – est référencé sous le numéro CIL, III, 627 ( = CIL, III, 7322). Situé sur l’architrave d’un petit édicule, ce document a fait l’objet de plusieurs lectures. Selon Ladislas Vidman, qui examine à nouveaux frais l’inscription, il faudrait lire M(arcus) Licinius M(arci) l(ibertus) Plator h(ic) s(itus) e(st) / Aduena sib{e}i et co(n)iug{e}i. Plutôt qu’un nom illyrien (Aburia, Abudia, Apudia), il propose de déchiffrer ADUENA au début de la deuxième ligne. En 2012, Ulrike Ehmig et Rudolf Haensch ont rectifié l’interprétation dans Die Lateinischen Inschriften aus Albanien, en établissant fermement la lecture d’un B plutôt que celle d’un D. Le nom proposé dans la notice no 171 des LIA est ABURIA2. En dépit de la lecture fautive de Ladislav Vidman, c’est une autre remarque de l’érudit qui attire l’attention. À propos du nom Advena qu’il croit pouvoir lire, il explique en effet : « Ainsi, nous lisons Aduena, ce qui est un nom banal dans toutes les provinces romaines et par lequel viennent désignés souvent les pérégrins autochtones. Même si elle portait un nom latin, la femme était sans doute d’origine illyrienne. » Pourtant, l’élaboration du corpus et l’inventaire des individus porteurs de ce nom contredisent ouvertement le propos de l’épigraphiste. En fait de « pérégrins autochtones », aucun n’apparaît dans le corpus, résolument italien du reste. Sur les trente-deux occurrences3 recensées, quatorze proviennent en effet de Rome (annexe [1-14]), neuf des régions de l’Italie (annexe [15-23]), quatre d’Afrique proconsulaire (annexe [25-28]), quatre de Gaule Narbonnaise (annexe [29-32]) et une de Norique (annexe no 24). L’anthroponyme Advena – dérivé du nom commun aduena, ae, m. et f., « [l’]étranger » – invite à reconsidérer l’interprétation fantaisiste de Vidman pour en proposer une autre : celle du prisme servile. L’étude de ce nom permet en effet de montrer d’une part que l’extranéité est pensée comme le ferment d’une identité sociale servile et d’autre part qu’il existe une fabrique onomastique de l’esclave comme un étranger.

Aduena et la macule servile, un cognomen socialement connoté

Un inventaire du surnom : le tropisme des affranchis

  • 4 Aduena est porté par un homme : CIL, III, 6500 ( = CIL, III, 11531) (Virunum) ; CIL, VI, 2212, 5308 (...)
  • 5 L’anthroponyme Advena désigne une femme : CIL, VI, 3936, 4998, 9640, 10575, 13704 ( = CIL, XI, 259, (...)
  • 6 CIL, VI, 2212, 5308, 9640, 38752 ; CIL, V, 2335, 3474, 5986, IIAdria 27 ; CIL, XI, 6548 ; CIL, XII, (...)

2Le passage au crible du corpus permet de dénombrer trente-deux individus porteurs du nom. Anthroponyme épicène, Aduena désigne aussi bien des hommes4 que des femmes5 (seize cas pour chaque sexe). Dans douze cas, le lien de libertinitas est textuellement indiqué et s’applique à la personne nommée Advena6. Découvert sur la via Appia, un petit autel (37 × 31 × 25 cm) accosté d’acrotères sur son couronnement et décoré par des motifs végétaux (tresse de lierre, rosa, corona) est conservé au Museo des Thermes de Dioclétien (inv. V.C. 28). Dans le champ épigraphique mouluré, on lit (CIL, VI, 5308) :

« D(is) M(anibus) / Aeli(i) Aug(usti) lib(erti) / Aduenae / qui uixit / annis XLII / Aelia Aug(usti) lib(erta) / Extricata coniu/gi bene merenti. »
« Aux dieux Mânes d’Aelius Advena, affranchi de l’empereur, qui a vécu quarante-deux ans. Aelia Extricata, affranchie de l’empereur, à son époux qui l’a bien mérité. »

  • 7 Sur cette inscription, voir Andreas Faßbender, Untersuchungen zur Topographie von Grabstätten in Ro (...)
  • 8 Le commentaire de cette inscription est donné par Antonio Giannetti, Spigolature di varia antichità (...)
  • 9 CIL, VI, 10902 : Aelia Festa est dédicante pour son frère Advena. CIL, VI, 14623 ( = CIL, VI, 14624 (...)
  • 10 CIL, VI, 3936, 5308, 10902.
  • 11 CIL, VI, 4998, 5757, 13704, 17168, 19828, 37317 ; CIL, VIII, 23522 ; CIL, XII, 3704.
  • 12 Parmi les trois ingénus portant le cognomen Advena, deux proviennent d’Afrique Proconsulaire : le p (...)

3Gravée entre 117 et 150 ap. J.-C.7, cette inscription mentionne deux affranchis impériaux de la dynastie des Antonins. Ils sont tous les deux ostensiblement des anciens esclaves impériaux. Aduena est ici porté en surnom par l’homme du couple. De même, la ministra Advena est dite liberta (CIL, VI, 9640, annexe no 5) et Valeria Advena est l’affranchie de Lucius et d’une femme, indiquée par le symbole du C inversé (CIL, VI, 28162, annexe no 12). À Fabrateria Nova (actuelle Arce), dans le Latium, P. Valgius Philargyrus est le dédicant d’une stèle pour ses affranchies Secunda et Liberalis, et pour C. Attius Advena, lui aussi affranchi d’une femme (AE, 1988, 283, annexe no 16)8. À Mediolanum, la basilica di S. Vittore al Corpo a livré l’épitaphe de P. Cassius Calceus, affranchi de Publius et inscrit dans la tribu Palatina, et d’Advena, son affranchie (CIL, V, 5986, annexe no 22). Dans quatre cas, le statut d’affranchi n’est pas précisé mais un large faisceau d’indices converge vers cette présomption9. L’anthroponyme se retrouve tout à la fois chez des esclaves et des affranchis ayant exercé dans le cadre de la domesticité privée (quatorze cas), et chez des serviteurs de la maison impériale (trois cas)10. On constate donc a priori une faible propension à donner ce nom dans la maison de l’empereur. En l’absence de filiation ou de tribu, il est impossible de se prononcer sur le statut de huit individus pourvus des tria nomina11. Seuls trois Aduenae sont, de façon absolument certaine, des ingénus12. Au total, 56 % au moins des porteurs du nom sont entachés de la macule servile [document no 1]. De ce tropisme onomastique autour de la sphère des affranchis, il est possible de déduire qu’Aduena est un anthroponyme socialement connoté.

Les statuts des porteurs de l’anthroponyme Advena

Les statuts des porteurs de l’anthroponyme Advena

Marianne Béraud, 2015.

Advena, nomen unicus chez les esclaves

4Après recension du corpus, il apparaît que deux esclaves portent cet anthroponyme en guise de nom unique à Rome. Découvert dans le Monumentum Liviae, sur la via Appia, le premier monument (annexe no 2) est une plaque de marbre (13 × 40 × 1 cm) conservée au musée du Capitole (inv. NCE 1833) qui porte l’inscription suivante (CIL, VI, 3936) :

  • 13 Michael Hewson Crawford (ed.), Imagines Italicae. A corpus of Italic inscriptions, Rome, 2011, I, n(...)

« Secundio Iuliae Aug(ustae) / aquarius dat olla(m) / Aduenae coniugi piae13. »
« Secundio, esclave d’Iulia Augusta, attaché au service des eaux, donne cette urne cinéraire pour Advena, sa compagne pieuse. »

5Mentionnée par le titre Iulia Augusta, l’impératrice Livie permet de dater la confection de l’épitaphe après 14 ap. J.-C., date à laquelle elle est adoptée par Auguste. Secundio étant esclave, il y a fort à parier que sa compagne Advena, qui porte elle aussi un nom unique, soit une esclave. Dans la réserve lapidaire du Vatican (inv. 25799) figure la seconde tabula (annexe no 6) dont le titulus (CIL, VI, 10575) affirme :

  • 14 Ibid., I, no 1274.

« Aduenae / C(aii) Iuli Pythionis / ancillai (sic)14. »
« Pour Advena, servante de C. Iulius Pythio. »

6Datée entre 14 et 68 après J.-C., Aduena est l’esclave d’un certain C. Iulius Pytho. Son maître porte un surnom grécisant qui pourrait être l’indice du fait qu’il a lui-même été affranchi. Il faut toutefois noter que l’anthroponyme est bien moins attesté que dans le milieu des affranchis. Les débats historiographiques actuels posent la question d’un possible changement de nom – abandon de l’ancien nomen unicus qui, dans certains cas exceptionnels, ne deviendrait pas le cognomen – au moment de l’affranchissement qui pourrait expliquer, sans que cela puisse être étayé de preuves certaines, cette répartition statutaire du nom. Plus vraisemblablement, la surreprésentation du milieu des liberti doit être imputée à leur plus haut niveau de fortune. Il n’est dès lors pas étonnant de les trouver en plus grand nombre que les esclaves dans le corpus épigraphique.

Un idionyme « ethnique » : le dossier des Sexti Lartidii à Rome

L’épitaphe de S. Lartidius Advena, dit l’« étranger »

7Découvert à Rome, le dossier des Sexti Lartidii permet de démontrer qu’Advena peut aussi être délibérément utilisé comme idionyme ethnique ou cognomen géographique. Conservé au Museo archeologico nazionale de Naples (inv. 2975), l’épitaphe de S. Lartidius Advena (annexe no 1) a été découverte sur la via Salaria, au croisement du corso d’Italia et de la via Po. Elle provient vraisemblablement du colombarium des esclaves et des affranchis du légat Sex. Lartidius. Elle figure sur une plaque de marbre (9 × 15 × 2 cm) et se situe à l’intérieur d’un champ épigraphique délimité par un liseré rectangulaire évidé. L’inscription (CIL, VI, 2212), parsemée d’interponctions triangulaires, indique

« Sex(tus) Lartidius / Sex(ti) l(ibertus) Aduena / aed(ituus) mag(ister). »
« Sextus Lartidius Advena, affranchi de Sextus, serviteur du temple. »

  • 15 Sur cette inscription, voir Franz Bömer, Untersuchungen über die Religion der Sklaven in Griechenla (...)
  • 16 G. Alföldy, « Ein aedituus magister in Comum », ZPE, 47, 1982, p. 135 compare cette inscription ave (...)

8Datée du Ier siècle ap. J.-C.15, sa pierre tombale nous apprend qu’il exerce la fonction d’aedituus magister. Ce titre, équivalent du magister aedituorum, indique qu’il travaille pour un temple16, soit comme intendant, soit comme administrateur. Aedituus est la forme la plus courante pour cette activité sous la République et sous l’Empire. À l’époque impériale, les formes anciennes aeditumus et aeditimus tendent en effet à disparaître. S. Lartidius Advena est à la tête d’un collège d’aeditui qu’il contrôle et encadre. Il pourrait être l’affranchi de Sextus Lartidius, légat du proconsul C. Asinius Gallus en Asie en 5 av. J.-C.

Au prisme des cognomina des colliberti : des Cimbres et des Thraces

  • 17 Wilcox Museum (Lawrence, États-Unis), inv. KS.LAWR.UK.L.TMP96.12.2

9Mise au jour au même endroit, une plaque funéraire (10 × 35 × 4,5 cm), entreposée au Wilcox Museum (Lawrence, États-Unis)17, livre un texte (AJA, 1955, 160 a) organisé sur deux colonnes dans un champ épigraphique non mouluré. Le bon état général de conservation permet de lire :

  • 18 Sur cette inscription: John Bodel J. et Stephen Tracy, Greek and Latin inscriptions in the USA: a c (...)

« Sex(tus) Lartidius / Sex(ti) l(ibertus) / Cimber // Lartidia / Sex(ti) l(iberta) Stacte / Philargyri l(iberta). »
« Sextus Lartidius Cimber, affranchi de Sextus ; Lartidia Stacte, affranchie de Sextus pour Phylagyrus18. »

10La datation proposée par Lucio Benedetti et Antonella Ferraro, auteurs de la notice de cette inscription sur la base de données de Manfred Clauss, cible la première moitié du Ier siècle ap. J.-C. Elle se justifie par l’archéologie, la paléographie et les noms des individus, à quoi l’on peut ajouter le formulaire au nominatif et la relative concision de l’inscription. Cette datation est donc parfaitement compatible avec l’épitaphe d’Advena. Notons que le surnom Cimber, littéralement « le Cimbre », s’inscrit dans la même tonalité géographique qu’Aduena. À Rome, toujours près du Monumentum Lartidiorum, l’inscription CIL, VI, 10372 fait connaître

« Sex(tus) Lartidius / Sex(ti) l(ibertus) Thamyrus / decurio // Iulia Primilla / Valenti filio suo. »
« Sextus Lartidius Thamyrus, affranchi de Sextus, décurion. Iulia Primilla pour Valens, son fils. »

  • 19 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, VII, 207 précise que le poète thrace Thamyris est l’inventeur d (...)
  • 20 Tibulle, Élégies, III, 7, 135

11Thamyrus, dans sa forme grecque Thamyris, est un surnom qui renvoie à la Thrace : c’est un poète thrace19 et Thamyris est la reine des Massagètes20.

12À partir des tituli qui précèdent, on restitue le stemma des liens de dépendance ci-dessous [document no 2].

Les « cognomina ethniques » dans la domesticité de S. Lartidius

Les « cognomina ethniques » dans la domesticité de S. Lartidius

Marianne Béraud, 2015.

13Dans les trois cas, le légat Sex. Lartidius a donné aux esclaves de sa familia un anthroponyme « ethnique » qu’ils ont gardé en guise de cognomen au moment de leur affranchissement. À la lumière des cognomina de ses co-affranchis, le surnom Advena prend une connotation nettement géographique. Dénommés par un surnom ethnique, leurs surnoms renseignent sur leur provenance réelle ou fictive. La question qui se pose consiste à se demander si le choix d’un anthroponyme de ce type a été motivé par la provenance des esclaves. Il est par ailleurs établi que l’attribution de noms orientaux à des esclaves relève davantage du fait culturel que de leurs origines réelles. Par mimétisme avec ses compagnons de servitude, l’affranchi de Sextus a reçu un nom qui trahit son extranéité à la maisonnée. Ce dossier est un exemple de « jeux de mots » opéré par un maître pour nommer un ensemble d’esclaves appartenant à sa familia : Aduena y figure au même titre que des noms uniques formés sur des ethniques (Cimber, « Le Cimbre », ou Thomyris, « Le Thrace »).

L’extranéité ou la fabrique de l’esclave : d’aduena à Advena

Aduena dans l’abécédaire de l’extranéité : l’« étranger géographique de passage »

  • 21 Dans la bibliographie abondante sur le sujet, on retiendra Eugen Cizek, « L’image de l’autre et les (...)
  • 22 Ulpien, Digeste, L, 16, « De la signification des termes » : « Aduena’ est, quem Graeci ἄποικον, i (...)
  • 23 Isidore de Séville, Étymologies, 43 : « Advena, eo quod aliunde adveniat. »
  • 24 Pierre-Jacques Dehon, « Horace et la chasse », Latomus, 47, 4, 1988, p. 831 commente l’emploi du mo (...)
  • 25 André Chastagnol, « Coloni et incolae. Note sur les différenciations sociales à l’intérieur des col (...)

14Parmi la multiplicité des realia que peut recouvrir la notion d’étranger dans le monde romain21, il importe de saisir qui est, dans la littérature, celui qui est ainsi nommé. Dans son sens de substantif, « aduena » c’est d’abord l’individu qui n’est pas né dans la cité et qui, de préférence, vient de loin : on est étranger parce que l’on est originaire d’une autre contrée. Pour le juriste Ulpien, « le terme aduena signifie ce que les Grecs appellent apoïcon, c’est-à-dire un étranger qui vient faire son établissement dans un autre pays que le sien22 ». Cette définition est aussi celle qui est proposée par Isidore de Séville dans ses Étymologies : « Aduena, se dit de quelqu’un qui vient d’ailleurs23. » Toutefois, venir de loin ne suffit pas pour être dit aduena, il faut aussi ne pas s’installer durablement dans le lieu d’accueil. Aussi faut-il souligner qu’aduena, en sus d’être un « étranger géographique », est surtout l’étranger de passage. Dans la littérature cynégétique, le mot désigne un animal de passage dans la région du chasseur. À ce titre, Horace, dans l’épode qu’il dédie à Alphius, chante la saison hivernale pendant laquelle le chasseur attrape « le lièvre timide et la grue voyageuse (aduenam)24 ». Dans les textes, la catégorie des aduenae est souvent mentionnée à côté de celle des incolae dont elle se différencie résolument. Il faut en effet bien distinguer l’étranger de passage de l’étranger résident. L’incola désigne deux réalités juridiques : d’une part, le terme peut faire référence à des autochtones qui résidaient sur le lieu de fondation d’une colonie à l’époque républicaine, qui y sont restés mais qui n’ont pas été intégrés dans le ius civile romain en vigueur dans la colonie. D’autre part, sont désignés comme tels les individus qui ont obtenu, au bout de dix ans de résidence – c’est la durée légale fixée à l’époque d’Hadrien –, la reconnaissance du statut « d’étranger résident » de la part des curies municipales. C’est ce statut qui implique certains privilèges et certaines obligations (munera) et qui leur permet de participer à la vie publique. Contrairement au statut d’incola, le mot aduena ne recouvre pas un statut juridique collectif qui s’applique au niveau de la cité indépendamment de l’origine et de la « nationalité25 ». Dans sa pièce La Marmite, Plaute établit une distinction nette entre l’étranger aduena et les incolae. Le cuisinier Congrion, sortant de chez Euclion, le barbon, s’exclame :

  • 26 Plaute, Aulularia, acte III, scène 1, 406-408 : Attatae, cives, populares, incolae, advenae omnes, (...)

« Au secours ! Citoyens, concitoyens, habitants de la ville et du voisinage (incolae), étrangers (aduenae), tous, tant que vous êtes, place, place, que je me sauve ! Laissez-moi le champ libre ! Jamais jusqu’à aujourd’hui je n’ai été faire la cuisine chez des forcenés comme ceux-là26 ! »

15Cicéron, dans ses Verrines, distingue, dans la même veine, l’étranger en transit et celui qui est domicilié. Alors qu’il accuse Verrès de s’être approprié indûment une statue de Jupiter qui appartenait à l’origine au temple du dieu à Syracuse, il déclare :

  • 27 Cicéron, Verrines, IV, 130 : Hoc tertium, quod erat Syracusis, quod M- Marcellus armatus et uictor (...)

« La troisième qui était à Syracuse, que Marcellus, les armes à la main et victorieux, y avait vue, qu’il avait laissée à la religion du pays, que les citoyens [romains] et les étrangers domiciliés [incolae] avaient coutume d’honorer d’un culte, les voyageurs [aduenae] de visiter et même de révérer, cette statue, Verrès l’a soustraite du temple de Jupiter27. »

  • 28 Rita Compatangelo-Soussignan, « Étrangers à la cité romaine : introduction à l’étude », dans R. Com (...)

16Cicéron fait bien la différence entre les habitants de la cité, ciues atque incolae, auxquels sont réservés les actes du culte au simulacre des divinités de la cité, et les étrangers qui ne sont que de passage et qui ne participent pas aux cultes civiques. Toutefois, ces derniers peuvent visiter les temples et contempler les statues cultuelles. Contrairement aux étrangers dits « inquilini » qui ont émigré dans une autre cité où ils résident un certain temps, mais qui n’ont pas vocation à y rester28, les aduenae restent un laps de temps minimal dans le lieu d’accueil. La catégorie des gens de passage peut être appréhendée par les textes littéraires qui, dans bien des cas, mentionnent des voyageurs faisant étape dans une ville dans laquelle bains publics, jeux ou distribution de nourriture leurs sont offerts. Dans la loi de la colonie d’Urso, à l’époque césarienne, c’est ainsi le même classement qui est opéré. C’est le mot aduentor qui est employé comme synonyme d’aduena, le premier insistant davantage sur la notion de mobilité :

  • 29 Claudia Moatti, « Le contrôle des gens de passage à Rome aux trois premiers siècles de notre ère », (...)

« Que celui qui organise les jeux publics théâtraux fasse asseoir, attribue et assigne une place aux colons, ainsi qu’aux résidents [incolae], aux hôtes et aux gens de passage [hospitesque aduentores], selon ce que les décurions auront décrété à ce sujet29. »

Comme un étranger : le seruus Advena et son « identité assignée »

  • 30 Yan Thomas, « Origine » et « commune patrie ». Étude de droit public romain (89 av. J.-C.-212 apr.  (...)
  • 31 Christer Bruun, « Greek or Latin? The owner’s choice of names for uernae in Rome » dans Michel Geor (...)

17Parce qu’il est étranger au droit, l’esclave reçoit la dénomination d’étranger, par mimétisme avec le nom commun géographique. Cet anthroponyme performatif situe d’emblée le porteur du nom comme étranger à l’espace civique romain et aux droits et prérogatives qui en découlent. L’exclusion de la citoyenneté se manifeste dès lors par une onomastique qui met à l’écart verbalement de la cité. L’extranéité civique qui frappe de la sorte les individus entachés de la macule servile doit aussi être rapprochée de la catégorie d’étranger géographique, en lien avec les réseaux de marchés d’esclaves. Notons que le corpus ne livre aucun cas d’un individu qui réunirait les deux critères : être à la fois nommé Aduena et se disant – ou étant dit – uerna. L’esclave qui est ainsi désigné n’est pas né dans la maison, à l’inverse de ce que l’anthroponyme Domesticus sous-entend. En matière de trajectoire personnelle, l’attribution de cet anthroponyme doit être reliée à l’extranéité de la domus et à la familia du maître. Si on poursuit cette logique jusqu’au bout, Advena serait d’abord, dans ce cas, l’esclave acheté, par opposition à la reproduction du cheptel servile qui se fait à l’intérieur des murs de la maison. On se heurte ici, bien sûr, à des pratiques culturelles impalpables dont, de toute évidence, la démonstration est compliquée. Le nom Aduena est l’expression d’un lien de non intégration tissé entre l’individu et la cité. Exclu du corps civique et dépourvu d’origo30, l’esclave est condamné à être un éternel étranger. Cette interaction fondée sur l’exclusion est ainsi destinée à se pérenniser dans le temps puisque les affranchis conservent cette identité d’étranger en transformant leur nom unique d’esclave en surnom. En dépit de l’acquisition des droits civiques au moment de la manumission, l’affranchi demeure, au moins en partie, par son surnom un étranger culturel. Le fait même que les porteurs soient entachés de la macula servitutis permet de convoquer la notion d’« identité assignée ». En attribuant ce nom, les domini font preuve d’une volonté délibérée d’ancrer un individu dans une catégorie sociale en le nommant « l’étranger ». En donnant cet anthroponyme, ils ont pensé « fabriquer » de toutes pièces un esclave. Pourtant ce nom réunit en lui le paradoxe d’être un cognomen latin et d’être un marqueur de la sphère servile. Nombre d’études ont en effet montré que le surnom grécisant est pensé comme un stigmate traduisant nominalement la macule servile31.

Conclusion : l’esclave Aduena, un « triple étranger »

18Idionyme socialement connoté, Advena renvoie à la construction d’un « triple étranger » : l’esclave qui provient réellement ou culturellement de contrées géographiques éloignées, l’esclave né hors de la domus, l’esclave étranger au droit. Ce conditionnement onomastique du monde de la domesticité participe d’un rite de « délégitimation » sociale. De cette étude, il ressort que l’onomastique est le support d’une manifestation de la catégorie d’étranger qui fonctionne de façon double. L’extranéité procède d’une part d’une « identité assignée » par le maître qui fabrique son esclave. Elle fait d’autre part l’objet d’une intériorisation par l’individu au point d’appartenir pleinement à son identité. Les individus qui portent dans leur onomastique l’anthroponyme Aduena constituent la première étape du processus de construction sémantique de la catégorie d’étranger. L’anthroponymie apparaît ainsi comme le lieu de sédimentation de la catégorie – géographique et civique – d’étranger. L’extranéité, ainsi corrélée à l’identité, est pensée dans la mentalité des Romains comme l’outil de catégorisation d’un statut social.

Haut de page

Annexe

Annexe : Corpus épigraphique

[1] CIL, VI, 2212, Rome, colombarium de Sex. Lartidius.
Sex(tus) Lartidius / Sex(ti) l(ibertus) Aduena / aed(ituus) mag(ister).

[2] CIL, VI, 3936, Rome, via Appia, Monument de Livie.
Secundio Iuliae Aug(ustae) / aquarius dat olla(m) / Aduenae coniugi piae.

[3] CIL, VI, 4998, Rome, colombarium de la via Appia.
Pampilena / Aduena.

[4] CIL, VI, 5308, Rome.
D(is) M(anibus) / Aeli(i) Aug(usti) lib(erti) / Aduenae / qui uixit / annis XLII / Aelia Aug(usti) lib(erta) / Extricata coniu/gi bene merenti.

[5] CIL, VI, 9640, Rome.
Aduena l(iberta) / ministra.

[6] CIL, VI, 10575, Rome.
Aduenae / C(aii) Iuli Pythionis / ancillai (sic).

[7] CIL, VI, 10902, Rome.
D(is) M(anibus) / Aelia Festa Ad/uenae fratri / bene merenti / qui uixit an/nis XXIII / mensibus VI / (d)i(e)bus XV ho(ra) I.

[8] CIL, VI, 13704 = CIL, XI, 259, 16, Rome.
Cn(aeus) Caecilius / Aduena.

[9] CIL, VI, 14623 = CIL, VI, 14624, Rome.
Causinia C(aii) l(iberta) Tertia / Causinia Aduena u(ixit) a(nnos) XII / Sex(tus) Palpellius Sex(ti) l(ibertus) Prothymus.

[10] CIL, VI, 17168, Rome.
D(is) M(anibus) / Enni(a)e Aduen(a)e ; Venno/nius Herculanu(s) coniugi / dulcissim(a)e bene merenti fecit.

[11] CIL, VI, 19828, Rome.
T(itus) Iulius Anicetus sibi et suis / Claudia Aduena uix(it) a(nnos) XLIIX.

[12] CIL, VI, 28162, Rome.
Valeria / L(uci) et |(mulieris) l(iberta) Aduena.

[13] CIL, VI, 37317 = AE, 1911, 192, Rome.
D(is) M(anibus) / Caesiae Daphnes / Ti(berius) Caesius Aduena / coniugi sanctissimae et / fidelissimae cum qua uixit / incomparabili dulcitudine / annis XXVII sine ulla animi ei{i}us / offensa quae uix(it) ann(is) XXXXII / mens(ibus) IIII die I hor(is) III / haec sine ulla corporis sui / uexatione die VII flente super se / marito cui{i}us manus super oculos / suos tenebat debitum naturae soluit.

[14] CIL, VI, 38752 = AE, 1997, 102, Rome.
C(aius) Plotius C(aii) l(ibertus) / Saluius / Paccia T(iti) l(iberta) Nice / C(aius) Plotius C(aii) l(ibertus) / Aduenas (sic).

[15] CIL, X, 5757, Latium et Campania / Regio I, Sora.
Vertuleiae M(arci) l(ibertae) / Artimisiae / [D]ecia Aduena / [V]ertuleia Chrysar(ia).

[16] AE, 1988, 283, Latium et Campania / Regio I, Arce / Fabrateria Nova.
P(ubli) Valgi / Philargy(ri) / sibi et suis / in f(ronte) p(edes) XIIX in a(gro) p(edes) X / Valgiae Secundae l(ibertae) / Liberali l(ibertae) et / C(aii) Atti Aduenae / |(mulieris) l(iberti).

[17] CIL, XI, 6548, Umbria / Regio VI, Sarsina / Sassina.
Antellae / L(uci) f(iliae) Priscae / et L(ucio) Tasurcio / uiro eius / Antella l(iberta) Aduena / et L(ucius) Heluius Valens.

[18] AE, 2005, 474, Umbria / Regio VI, Urbino / Uruinum Mataurense.
Vttiediae / Syntrophidi ; / Vttiedia / Aduena mater.

[19] CIL, V, 2335, Venetia et Histria / Regio X, Adria / Atria.
Domitia / Q(uinti) l(iberta) Adue/na f(ilius ?) p(osuit).

[20] IIAdria 27, Venetia et Histria / Regio X, Adria / Atria.
Silia Aduena.

[21] CIL, V, 3474, Venetia et Histria / Regio X, Verona.
M(arco) Acilio M(arci) lib(erto) / Aduenae / L(ucio) Valerio Mai lib(erto) / Atimeto / Aciliae Veneriae / delicatae / ann(orum) XXVI.

[22] CIL, V, 5986, Transpadana / Regio XI, Milan / Mediolanum.
P(ublius) Cassius / P(ubli) l(ibertus) Palatin(a) / Calceus / et Aduenae / libertae.

[23] CIL, V, 6424, Transpadana / Regio XI, Pavia / Ticinum.
Dis Manibus / Sal(ui) Visci Sal(ui) f(ilii) Aduenae viri / Sal(i) Visci Sal(ui) f(ilii) Paulini f(ilii) / optimi piissimi milit(is) / c(o)hor(tis) VIIII pr(aetoriae) uixit ann(os) XIX / mens(es) XI milit(auit) annum mens(es) VI / Visciae Sal(ui) f(iliae) Proculae f(iliae) / Cassia Q(uinti) f(ilia) Paula / infelicissima mater / u(iua) f(ecit) et / Q(uinti) Cassi Optati patris / Cassiae Lantienusae matr(is).

[24] CIL, III, 6500 = CIL, III, 11531, Noricum, Magdalensberg / Virunum.
C(aius) Fabius [---] / Aduena / Fabia, C(aii) l(iberta) Buxa / u(iui) f(ecerunt) s(ibi) et s(uis).

[25] CIL, VIII, 11954, Africa proconsularis, El Ksour / Uzappa.
Optata Adu[e]/nae fil(ia) pia / uixit an(nos) [---.

[26] CIL, VIII, 23522, Africa proconsularis, Makthar / Mactaris.
Cn(aeus) Seruilius Adue/na pius u(ixit) a(nnos) LXXX / Cn(aeus) Seruilius Roma/nus pius u(ixit) a(nnos) L / h(ic) s(itus) e(st).

[27] AE, 1950, 57 = AE, 2008, 16, Africa proconsularis, Ksour-Dzemda / Vicus Annaeus.
Q(uinto) Geminio / Q(uinti) fil(io) Arn(ensi) Sa/bino |(centurioni) leg(ionis) VII Gem(i)n(ae) / |(centurioni) leg(ionis) VII Fer(ratae) |(centurioni) leg(ionis) XIV / Marc(iae) Gem(inae) Victr(icis) |(centurioni) leg(ionis) / X Gem(i)n(ae) P(iae) F(elicis) |(centurioni) leg(ionis) III Aug(ustae) / |(centurioni) leg(ionis) VII Gem(i)n(ae) hast(ato) pri/ori leg(ionis) I Adiut(ricis) p(rimo) p(ilo) et prin/cipi peregrinor(um) d(onis) d(onato) ab Imp(eratore) / Caes(are) Traiano Aug(usto) Germani/co corona uallari torqui/bus et armillis et phaleris / bello Germanico praef(ecto) / leg(ionis) X Fretensis / uicani uici Annaei quam idem / Geminius Sabinus ab iis tes/tamento suo fieri iussit / posuerunt idemque dedica/uerunt anno mag(istri) D(ecimi) Annaei Arn(ensi) / Aduenae.

[28] BCTH-1934/35-278, Africa proconsularis, Dhomda.
Dis Mani/bus sac(rum) / L(ucius) Corneli/us L(uci) f(ilius) Arne(nsi) Aduena pius / uixit an/nis LI men/ses( !) VII die/bus XIX / h(ic) s(itus) e(st).

[29] CIL, XII, 3704, Gallia Narbonensis, Nimes / Nemausus.
Diis(!) Manib(us) / [Li]ciniae M(arci) f(iliae) Marcellae / Sex(ti) Coelii Aduenae / uxori / M(arcus) Licinius Cosmio / libertus.

[30] CIL, XII, 5920 (add.), Gallia Narbonensis, Nimes / Nemausus.
D(is) M(anibus) / Eroti seruo / optimo / Iulia / Aduena p(osuit).

[31] CIL, XII, 4513, Gallia Narbonensis, Narbonne / Narbo.
Pap(iria) Rufo / [--- tabern]aclario et / [---]raia(e) Siluana(e) uxori / [3 Lu]crio l(ibertus) fecit // V(iuit) / Antonia T(iti) [f(ilia) Ad]/uena T(iti) l(iberta) pi[entissima(?)].

[32] CIL, XII, 4547, Gallia Narbonensis, Narbonne / Narbo.
A]duena mater D[---.

Haut de page

Notes

1 Ladislav Vidman, « Voyage épigraphique à Elbasan », Lisly fîlologické, 85, 1962, p. 57-62.

2 Ulrike Ehmig et Rudolf Haensch, Die Lateinischen Inschriften aus Albanien (LIA), Bonn, R. Habelt, 2012, no 171.

3 L’anthroponyme a été retenu aussi bien lorsqu’il est en position de nomen unicus que lorsqu’il est intégré en tant que cognomen à la nomenclature des tria nomina. L’abréviation ADV n’a toutefois pas été prise en compte, celle-ci pouvant renvoyer aussi bien au nom Aduena qu’à l’anthroponyme Aduentus.

4 Aduena est porté par un homme : CIL, III, 6500 ( = CIL, III, 11531) (Virunum) ; CIL, VI, 2212, 5308, 10902, 37317 ( = AE, 1911, 192), 38752 ; CIL, V, 3474 (Verona), 5986 (Mediolanum), 6424 (Ticinum) ; AE, 1988, 283 (Arce, Fabrateria Noua) ; CIL, X, 5757 (Sora) ; CIL, XII, 3704 (Nemausus) ; CIL, VIII, 11954 (Uzappa), 23522 (Mactaris) ; AE, 1950, 57 ( = AE, 2008, 16) (Ksour-Dzemda, Vicus Annaeus). La seizième a été recensée par Louis Poinssot, « Sur une inscription d’Henchir Ksour Zemda (Vicus Annaeus) », BCTH, 1939, p. 9-10 (Dhomda).

5 L’anthroponyme Advena désigne une femme : CIL, VI, 3936, 4998, 9640, 10575, 13704 ( = CIL, XI, 259, 16), 14623 ( = CIL, VI, 14624), 17168, 19828, 28162 ; CIL, V, 2335, (Atria), IIAdria 27 (Atria) ; CIL, XI, 6548 (Sassina) ; CIL, XII, 4513 (Narbo), 4547 (Narbo), 5920 (Nemausus) ; AE, 2005, 474 (Vruinum Mataurense).

6 CIL, VI, 2212, 5308, 9640, 38752 ; CIL, V, 2335, 3474, 5986, IIAdria 27 ; CIL, XI, 6548 ; CIL, XII, 4513, 5920 ; AE, 1988, 283.

7 Sur cette inscription, voir Andreas Faßbender, Untersuchungen zur Topographie von Grabstätten in Rom von der späten Republik bis in die Spätantike, Cologne, Hundt Druck, 2005, p. 231, no 343, 17. Rodolfo Lanciani, Storia degli scavi di Roma e notizie intorno le collezioni romane di antichità. Volume Sesto : Dalla elezione di Clemente XI alla morte di Pio IX (23 novembre 1700 – 7 febbraio 1878), Rome, Quasar, 2000, p. 325. Friederike Sinn, Stadtrömische Marmorurnen, Mainz am Rhein, P. von Zabern, 1987, no 650.

8 Le commentaire de cette inscription est donné par Antonio Giannetti, Spigolature di varia antichità nell settore del medio Liri, Cassino, Banca Popolare, 1986, p. 272, no 29, fig. 12.

9 CIL, VI, 10902 : Aelia Festa est dédicante pour son frère Advena. CIL, VI, 14623 ( = CIL, VI, 14624) : Causinia Advena est dédicataire de l’inscription aux côtés de Causinia Tertia, affranchie de Caius. AE, 2005, 474 : sur cette urne cinéraire quadrangulaire, Uttiedia Advena s’adresse à sa fille Uttiedia Synthrophys. Sur l’hypothèse de deux libertae, voir Walter Monnacchi, « Schede per località : Frontino », Picus, 25, 2005, p. 329. CIL, XII, 5920 : Iulia Advena fait ériger la stèle de l’esclave Eros.

10 CIL, VI, 3936, 5308, 10902.

11 CIL, VI, 4998, 5757, 13704, 17168, 19828, 37317 ; CIL, VIII, 23522 ; CIL, XII, 3704.

12 Parmi les trois ingénus portant le cognomen Advena, deux proviennent d’Afrique Proconsulaire : le premier cas apparaît dans AE, 1950, 57 = AE, 2008, 16 (annexe no 27) qui mentionne le magister uici D. Annaeus Advena. Voir pour cette inscription Brian Dobson, Die Primipilares. Entwicklung und Bedeutung, Laufbahnen und Persönlichkeiten eines römischen Offiziersranges, Cologne, Rheinland-Verlag, 1978, p. 222, mais aussi Olivier Richier, Centuriones ad Rhenum. Les centurions légionnaires des armées romaines du Rhin, Paris, de Boccard, 2004, no 147. Le second cas est L. Cornelius Advena, fils de Lucius, de la tribu Arnensis, c’est-à-dire celle de Carthage : BCTH-1934/35-278 (annexe no 28). Le troisième cas figure dans l’inscription de Pavie CIL, V, 6424 (annexe no 23) commentée dans Dagmar Dexheimer, Oberitalische Grabaltäre. Ein Beitrag zur Sepulkralkunst der römischen Kaiserzeit, Oxford, British Archaeological Reports, 1998, no 237; Claudio Franzoni, Habitus atque habitudo militis. Monumenti funerari di militari nella Cisalpina romana, Rome, L’Erma di Bretschneider, 1987, no 61. Henning Wrede, Consecratio in formam deorum. Vergöttlichte Privatpersonen in der römischen Kaiserzeit, Mainz, Zabern, 1981, p. 252, no 156.

13 Michael Hewson Crawford (ed.), Imagines Italicae. A corpus of Italic inscriptions, Rome, 2011, I, no 127.

14 Ibid., I, no 1274.

15 Sur cette inscription, voir Franz Bömer, Untersuchungen über die Religion der Sklaven in Griechenland und Rom. Erster Teil : Die wichtigsten Kulte und Religionen in Rom und im lateinischen Westen, Wiesbaden, F. Steiner, 1981, p. 297 ; Franco Cavazza, « Latin adjectives in -itimus and the relationship between aedituus and aeditumus », Latomus, 54, 1995, p. 58-61 ; Giuseppe Camodeca, Catalogo delle iscrizioni latine del Museo Nazionale di Napoli (ILMN), I, Roma e Latium, Naples, Loffredo, 2000, p. 80, no 57, photo p. 284 ; Michael Hewson Crawford (ed.), Imagines Italicae. A corpus of Italic inscriptions, Londres, Institute of classical studies, IV, 2011, no 4369. Sur le gentilice Lartidius, surtout attesté dans les régions adriatiques, Géza Alföldy, Die Personennamen in der röm. Prov. Dalmatia, Heidelberg, 1969, p. 92.

16 G. Alföldy, « Ein aedituus magister in Comum », ZPE, 47, 1982, p. 135 compare cette inscription avec l’épitaphe de L. Verginius Macrinus à Côme (CIL, V, 5306). Macrinus a exercé la fonction d’aedituus magister pour le compte du sanctuaire de Mars quarante-cinq ans durant. Le CIL restitue pour le titulus de S. Lartidius Advena : aed(ituus et) mag(ister) colegii nescio cuius. C’est aussi l’interprétation de Theodor Mommsen, Römische Staatsrecht, I, Leipzig, Verl. von S. Hirzel, 1887, p. 330.

17 Wilcox Museum (Lawrence, États-Unis), inv. KS.LAWR.UK.L.TMP96.12.2

18 Sur cette inscription: John Bodel J. et Stephen Tracy, Greek and Latin inscriptions in the USA: a checklist, New-York, American Academy in Rome, 1997, p. 31; Lennart Lind, « Nine Inscriptions and a Roman Brick Stamp in Kansas », AJA, 59, 1955, p. 160, B.

19 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, VII, 207 précise que le poète thrace Thamyris est l’inventeur du mode dorien et qu’il fut le premier à jouer de la lyre en ne s’accompagnant pas de performances vocales. Concourant avec les Muses, il fut privé de la vue et de la voix.

20 Tibulle, Élégies, III, 7, 135

21 Dans la bibliographie abondante sur le sujet, on retiendra Eugen Cizek, « L’image de l’autre et les mentalités romaines du Ier au IVe siècle de notre ère », Latomus, 48, 2, 1989, p. 360-371 ; Michel Dubuisson, « La vision romaine de l’étranger : stéréotypes, idéologie et mentalités », Cahiers de Clio, 81, 1985, p. 82-98 ; Florence Dupont, « Rome ou l’altérité incluse », Rue Descartes, 2002, no 37, p. 41-54 ; Claudia Moatti, « Intégration et accueil des étrangers en Occident de l’Antiquité à l’époque moderne » dans Claude Gauvard, Danielle Lochak et Theodor Zeldin, L’Étranger, Les Rendez-vous de l’histoire, Blois 2002 / Nantes, Pleins feux, 2003, p. 91-112 ; Claudia Moatti, Wolfgang Kaiser et Christophe Pébarthe, Le Monde de l’itinérance en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne : procédures de contrôle et d’identification, Bordeaux, Ausonius, 2009 ; Emilia Ndiaye, « L’image du barbare à Rome : analyse sémique de barbarus (Tacite-Annales), Graecus, Romanus, barbarus », dans Robert Bedon et Michel Polfer (dir.), Être romain, Hommages in memoriam Charles Marie Ternes, Remshalden, BAG-Verlag, 2007, p. 83-94 ; Yves Perrin, « À propos de Sénèque. Modernité de la question de l’étranger à Rome au Ier siècle », dans Didier Nourrisson et Yves Perrin (dir.), Le Barbare, l’étranger : images de l’autre, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2005, p. 123-136 ; Mathilde Simon, Identités romaines : conscience de soi et représentations de l’autre dans la Rome antique (IVe siècle av. J.-C.-VIIIe siècle apr. J.-C.), Paris, Ed. Rue d’Ulm, 2011 ; William Van Andringa, « Cités et communautés d’expatriés installées dans l’Empire romain : le cas des cives Romani consistentes », dans Nicole Belayche et Simon Mimouni (éd.), Les Communautés religieuses dans le monde gréco-romain. Essais de définition, Turnhout, Brépols, 2003, p. 49-60 ; Lothar Wierschowski, Die regionale Mobilität in Gallien nach den Inschriften des 1. bis 3. Jahrhunderts n. Chr., Stuttgart, Fr. Steiner, 1995.

22 Ulpien, Digeste, L, 16, « De la signification des termes » : « Aduena’ est, quem Graeci ἄποικον, id est, domo profugum, colonum adunientem, appellant. »

23 Isidore de Séville, Étymologies, 43 : « Advena, eo quod aliunde adveniat. »

24 Pierre-Jacques Dehon, « Horace et la chasse », Latomus, 47, 4, 1988, p. 831 commente l’emploi du mot aduena dans Horace, Épodes, II, v. 35. L’expression se retrouve chez Varron, Économie rurale, V, 7.

25 André Chastagnol, « Coloni et incolae. Note sur les différenciations sociales à l’intérieur des colonies romaines de peuplement dans les provinces de l’Occident », dans André Chastagnol, Ségolène Demougin et Claude Lepelley (dir.), Splendidissima civitas. Études d’histoire romaine en hommage à F. Jacques, Paris, Publications de la Sorbonne, 1996, p. 23. Gabriella Poma, « Incolae : alcune osservazioni », RSAnt., 28, 1998, p. 135-147. Stanislaw Mrozek, « Quelques observations sur les incolae d’Italie », Epigraphica, XLVI, 1984, p. 20. Orazio Licandro, « Domicilium e incolae tra repubblica e principato », dans Rita Compatangelo-Soussignan et Christian-Georges Schwentzel, Étrangers dans la cité romaine, Habiter une autre patrie : des incolae de la République aux peuples fédérés du Bas-Empire, Actes du Colloque de Valenciennes, 14-15 octobre 2005, Rennes, PUR, 2007, p. 60.

26 Plaute, Aulularia, acte III, scène 1, 406-408 : Attatae, cives, populares, incolae, advenae omnes, date viam qua fugere liceat, facite totae plateae pateant.

27 Cicéron, Verrines, IV, 130 : Hoc tertium, quod erat Syracusis, quod M- Marcellus armatus et uictor uiderat, quod religioni concesserat, quod ciues atque incolae colere, aduenae non solum uisere uerum etiam uenerari solebant, id C- Verres ex templo Iouis sustulit.

28 Rita Compatangelo-Soussignan, « Étrangers à la cité romaine : introduction à l’étude », dans R. Compatangelo-Soussignan et C.-G. Schwentzel, Étrangers dans la cité romaine […], p. 13.

29 Claudia Moatti, « Le contrôle des gens de passage à Rome aux trois premiers siècles de notre ère », dans Claudia Moatti et Wolfgang Kaiser (dir.), Gens de passage en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne, Paris, Maisonneuve et Larose, 2007, p. 80.

30 Yan Thomas, « Origine » et « commune patrie ». Étude de droit public romain (89 av. J.-C.-212 apr. J.-C.), Rome, EFR, 1996, p. 67.

31 Christer Bruun, « Greek or Latin? The owner’s choice of names for uernae in Rome » dans Michel George, Roman Slavery and Roman material culture, Toronto, University of Toronto press, 2013, p. 23, montre que la proportion de cognomina grecs désignant les uernae à Rome est inversement proportionnelle à celle de la population générale des esclaves et affranchis (respectivement 43 % et 69 %). Il remarque que les uernae, plus que tous les autres esclaves, ont été exemptés de ce type de dénomination. L’auteur en vient à s’interroger sur les mécanismes qui président, à sa naissance, au choix de l’anthroponyme du uerna (choix du dominus, du uilicus ou des parents de l’esclave).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Les statuts des porteurs de l’anthroponyme Advena
Légende Marianne Béraud, 2015.
URL http://journals.openedition.org/siecles/docannexe/image/3279/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre Les « cognomina ethniques » dans la domesticité de S. Lartidius
Légende Marianne Béraud, 2015.
URL http://journals.openedition.org/siecles/docannexe/image/3279/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Béraud, « Autour du cognomen Advena (« l’Étranger »). L’extranéité comme creuset d’une identité servile dans l’onomastique du monde romain », Siècles [En ligne], 44 | 2016, mis en ligne le 31 janvier 2018, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/siecles/3279

Haut de page

Auteur

Marianne Béraud

Doctorante en histoire romaine
LUHCIE (Laboratoire Universitaire Histoire, Cultures, Italie, Europe), Université Grenoble Alpes, EA 7421

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • OpenEdition Journals