Navigation – Plan du site

« Étrangers au pays, individuellement inconnus » ? Les carlistes en France pendant la Seconde guerre carliste (1872-1876)

“Foreigners in the Country, Individually Unknown?”: Carlists in France during the Second Carlist War, 1872-1876”
« Extranjeros en el país, individualmente desconocidos » ? Los carlistas en Francia durante la Segunda guerra carlista (1872-1876)
Alexandre Dupont

Résumés

La présence carliste en France pendant la Seconde guerre carliste (1872-1876) s’inscrit dans une longue tradition d’exil politique en France pour les Européens et les Espagnols en particulier. Pour autant, la guerre civile que mènent leurs coreligionnaires contre le gouvernement de Madrid les place dans une situation particulière sur le sol français. Si le gouvernement français tente de les contrôler par différents moyens encore balbutiants, les carlistes s’efforcent de s’intégrer, avec difficulté, dans une société où ils peuvent compter sur le soutien des légitimistes. C’est près de la frontière avec l’Espagne qu’ils y parviennent le mieux, là où la sociabilité transfrontalière traditionnelle interroge la pertinence de la catégorie d’étrangers pour les qualifier.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gérard Noiriel, Le Creuset français. Histoire de l’immigration, XIXe-XXe siècles, Paris, Seuil, 198 (...)
  • 2 Jordi Canal (ed), Exilios. Los éxodos políticos en España, siglos XV-XX, Madrid, Sílex, 2007 ; Juan (...)

1La présence espagnole en France au XIXe siècle, si elle est numériquement bien plus faible que celle qui découle des grandes vagues de migration économique du tournant du XXe siècle1, est un phénomène continu de 1814 à 1880 environ, concernant au maximum quelques dizaines de milliers de personnes à la fois. Cette présence espagnole n’est pas liée à des motifs économiques, mais à des raisons politiques. La France est, dès la fin des guerres napoléoniennes, le refuge principal des Espagnols fuyant la répression politique. Terre d’exil, elle accueille tout au long des décennies centrales du XIXe siècle, les opposants au régime en place à Madrid, au gré des très nombreux changements de gouvernements qui rythment la vie politique de l’autre côté des Pyrénées : afrancesados et libéraux en 1814-1815, royalistes ultras en 1820, libéraux en 1823, carlistes en 1840 et 1876, républicains en 1874, pour ne citer que les épisodes de départs massifs. À ces exils numériquement conséquents, il faudrait ajouter ceux constants de quelques dizaines ou centaines de personnes, consécutifs à des renversements de majorité, à des complots déjoués ou à des départs volontaires2.

  • 3 Delphine Diaz, Un asile pour tous les peuples ? Exilés et réfugiés étrangers dans la France du prem (...)

2Les exilés espagnols ne sont pas les seuls étrangers présents sur le sol français. Bien plus, ils appartiennent à la grande famille des exilés politiques qui font de la France une destination privilégiée des proscrits. Italiens partisans du Risorgimento, Polonais chassés après l’insurrection ratée de 1830-1831 ou libéraux des États allemands ne sont que quelques exemples de ces multiples émigrations politiques qui rejoignent notamment Paris, qui devient avec Londres une capitale de l’exil européen3.

  • 4 Rafael Serrano García (coord.), España (1868-1874). Nuevos enfoques sobre el Sexenio Democrático, V (...)
  • 5 Claude Morange, Una conspiración fallida y una Constitución nonnata (1819), Madrid, Centro de Estud (...)

3En 1868, une révolution progressiste et libérale renverse à Madrid la reine Isabelle II et ouvre la voie au Sexennat démocratique4. Les potentialités introduites par cet événement n’échappent pas aux différents acteurs de la vie politique espagnole. Tandis que les responsables libéraux et démocrates en exil reprennent le chemin de leur pays pour y mener à bien le changement révolutionnaire, conservateurs partisans d’Isabelle II et carlistes contre-révolutionnaires, partisans de Carlos de Bourbon, partent pour la France, d’où ils espèrent bien reprendre le pouvoir. Une phase de manigances et de complots depuis l’étranger se referme au moment même où une autre commence – selon une tradition bien ancrée5.

  • 6 Alexandre Dupont, « Entre exil et emprisonnement, l’originale expérience des carlistes en France (1 (...)
  • 7 Sur ces questions, je me permets de renvoyer à mon travail de doctorat : Alexandre Dupont, « Une In (...)

4Ainsi, la présence carliste en France dans les années 1870 n’est, à certains titres, qu’un nouvel épisode de l’exil espagnol au XIXe siècle, ce dernier n’étant lui-même qu’une occurrence particulière d’un phénomène plus large d’émigrations politiques multiples en France. Pourtant, le déclenchement, en 1872, d’une insurrection carliste dans le nord de l’Espagne, insurrection qui se transforme en une guerre civile de quatre ans en Catalogne, Navarre et Pays basque, donne une dimension toute particulière à la présence de carlistes sur le sol français6 puisque Paris doit gérer une émigration politique en guerre contre le gouvernement d’un pays limitrophe. À cela s’ajoute l’instabilité politique en France, due à la présence d’une majorité monarchiste dans un régime républicain, qui fait soupçonner aux autorités espagnoles une collusion entre les carlistes et le gouvernement français, et qui pèse en tout cas sur les marges de manœuvre de ce dernier. De l’autre côté des Pyrénées, les multiples changements de régime et de gouvernements qui marquent l’Espagne du Sexenio compliquent également la mise en place d’une politique répressive efficace contre le carlisme7.

5Cette étrange situation, qui prévaut de 1872 à 1876, est l’occasion d’observer comment la guerre influence la situation des carlistes en France à plusieurs niveaux. Leur statut d’insurgés contre un gouvernement reconnu, au moins officieusement, par la France et leur appartenance à une famille politique – les légitimistes – minoritaire mais encore puissante dans les deux pays les distingue, par exemple, des réfugiés polonais, provenant d’un pays lointain sous le joug du despotisme russe. En somme, il s’agit d’examiner la condition d’étranger en France dans un moment de tension belliqueuse.

6L’État cherche à préserver ses relations avec Madrid en réprimant les carlistes sur son territoire ; cet objectif, loin d’être évident, dépend de techniques de contrôle des populations et du territoire qui sont encore balbutiantes. Dans le même temps, on observe une politisation – dans un sens légitimiste – et une polarisation de l’intégration, qui dépend du capital socio-culturel des exilés. Près de la frontière en revanche, le brouillage est total entre carlistes, travailleurs saisonniers, Espagnols installés de longue date et populations frontalières ; ces ambiguïtés dans le statut des individus interrogent la pertinence de la définition contemporaine de l’étranger pour ces espaces de confins.

Identifier, contrôler, réprimer les étrangers : des objectifs problématiques

  • 8 Archives nationales [désormais AN], F7 12576.
  • 9 Voir Julio Salom, España en la Europa de Bismarck. La política exterior de Cánovas 1871-1881, Madri (...)
  • 10 Alexandre Dupont « Une Internationale blanche… ».

7En 1874, alors que la guerre carliste se poursuit et que l’armée libérale se montre incapable de prendre l’avantage, une crise diplomatique éclate entre Paris et Madrid. L’ambassadeur espagnol, le duc de La Vega de Armijo, s’émeut, dans un mémorandum adressé au duc Decazes, ministre des Affaires Étrangères, de « l’anomalie de ce fait en vertu duquel nous voyons la France libérale faire, contre son gré, je n’en doute pas, cause commune avec les protecteurs de l’absolutisme en Espagne8 ». L’accusation grave de soutien du gouvernement français à l’insurrection carliste témoigne de la dégradation continue des relations entre les deux pays9. Elle reflète aussi une réalité : la présence massive de carlistes sur le territoire français, et l’utilisation de la France comme base arrière par l’insurrection10.

  • 11 AN F7 12576.
  • 12 Sophie Firmino, « Les réfugiés carlistes en France, les exemples de la Haute-Garonne et de l’Indre (...)

8Pour autant, les reproches de l’ambassadeur espagnol contre l’État français ne sont pas justifiés. Comme le souligne à juste titre le duc Decazes dans sa réponse à La Vega de Armijo11, le gouvernement français n’a pas varié dans son hostilité au carlisme tout au long de la guerre. Bien plus, la continuité, sur ce plan, entre l’Empire et la République, est remarquable. Elle s’inscrit aussi dans le droit fil du traitement de la question carliste par les autorités tout au long du siècle : dans les années 1830, alors que la Première guerre carliste (1833-1840) opposait la jeune reine Isabelle à son oncle don Carlos, la France de Louis-Philippe s’était résolument rangée derrière les libéraux espagnols12.

9Si l’on suppose que l’ambassadeur et le ministre sont tous deux de bonne foi, cela signifie qu’il existe un décalage entre la position proclamée du gouvernement, hostile au carlisme, et son expression dans les faits, puisque les carlistes prospèrent sur le territoire français. Or, ce décalage permet d’interroger un certain nombre de processus relatifs à l’attitude de l’État à l’égard des étrangers. Le défi posé par la répression des carlistes pendant la Seconde guerre carliste illustre la fragilité des instruments de contrôle et de répression des étrangers dont l’État dispose. Si ces instruments existent légalement, leur utilisation sur le terrain reste sujette à de nombreux obstacles.

  • 13 Eugen Weber, La Fin des terroirs. La modernisation de la France rurale 1870-1914, Paris, Fayard, 19 (...)
  • 14 La question du passeport sera abordée plus loin. Sur la question de la frontière comme territoire, (...)

10L’État français est encore un État en construction, un État qui ne contrôle son territoire et la population que de façon imparfaite. Cela est d’autant plus vrai lorsque l’on s’éloigne des centres de pouvoir et que l’on se penche sur les marges du territoire13. Plus encore, on peut poser l’hypothèse que cet épisode prend sa place dans une généalogie diffuse du renforcement de l’emprise de l’État en France : peut-être la guerre carliste a-t-elle été l’occasion d’expérimenter de nouveaux moyens de contrôle et de répression des étrangers. Deux dispositifs vont dans le sens d’une telle socio-histoire des formes de pouvoir : l’internement des étrangers et la mise en place du passeport14.

  • 15 France. Conseil d’État, Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements et avis du C (...)
  • 16 D. Diaz, Un asile […], p. 305. On se réfèrera à cet ouvrage pour une analyse de la genèse du contrô (...)

11L’internement des carlistes pendant la Seconde guerre carliste s’inscrit dans une double généalogie. Il s’agit d’une pratique permettant le contrôle des réfugiés sur le sol français qui consiste en une assignation à résidence d’un étranger dans une ville donnée. L’étranger y est laissé libre mais n’a pas le droit de quitter la ville sans autorisation. L’octroi par les autorités de subsides quotidiens qu’il doit retirer auprès des autorités locales permet un contrôle journalier a priori efficace. Cette pratique est codifiée en France depuis la loi du 21 avril 183215 – même si la loi n’avait vocation à s’appliquer que pendant un an – et renforcée par la loi du 3 décembre 184916 qui autorise l’expulsion de l’étranger qui ne se conformerait pas aux décisions des autorités.

  • 17 Emmanuel Tronco, Les Carlistes […].

12À ces cadres législatifs progressivement définis, s’ajoute dans le cas des carlistes l’expérience acquise par les autorités à l’occasion de la Première guerre carliste. L’internement des carlistes avait déjà été mis en place à cette occasion, notamment à la fin de la guerre pour faire face à l’afflux de réfugiés. Les principales mesures prises alors consistaient à interdire aux réfugiés carlistes la résidence dans le Sud-Ouest de la France, proche de l’Espagne, et dans un grand Ouest où l’influence du légitimisme faisait craindre des collusions politiques transnationales17.

  • 18 Archivo del Ministerio de Asuntos Exteriores y de Cooperación [AMAEC], H 1519, Annexe à la lettre d (...)
  • 19 AMAEC H 1519, Lettre de l’ambassadeur au ministre, 3 juin 1872.

13Ces précédents permettent au gouvernement français de réagir promptement dès le déclenchement de la guerre carliste. Les instructions envoyées par le général Lefort, commandant le XVIe corps d’infanterie, aux chefs de détachement sur la frontière espagnole le 25 avril 1872 sont très claires : les réfugiés carlistes (article 4) tout comme les troupes carlistes passées en France (article 8) ont vocation à être arrêtés, désarmés le cas échéant et internés18. Un mois plus tard, l’ambassadeur espagnol à Paris ne peut que souligner le zèle des autorités françaises dans l’internement des carlistes19.

  • 20 Archives départementales des Pyrénées-Orientales [désormais ADPyOr], 4 M 652, « État nominatif des (...)
  • 21 Sur cet espace comme région d’immigration, voir Sylvie Aprile, Hélène Bertheleu et Pierre Billion ( (...)
  • 22 Voir aussi ADPyOr, 4 M 652, « État nominatif des Espagnols internés par ordre de M. le Préfet des P (...)

14De fait, à l’autre bout de la frontière, le préfet des Pyrénées-Orientales peut se targuer d’avoir fait interner, pour la seule année 1872, quatre-vingt-huit carlistes20. Les lieux d’internement indiqués dans les différents états nominatifs qui nous sont parvenus confirment l’impression de « professionnalisme » des autorités centrales et locales quant à l’internement des étrangers. Comme lors de la Première guerre carliste, les combattants espagnols sont envoyés dans des villes du centre de la France (Périgueux, Limoges, Bourges, etc.)21, éloignées aussi bien du théâtre des combats que de l’Ouest légitimiste22.

  • 23 AN F7, 12576.

15Ce zèle et cette mise en place précoce de mesures de répression contre les carlistes présents sur le territoire français n’empêchent pas le marquis de La Vega de Armijo de réclamer deux ans plus tard « que la frontière soit sérieusement gardée par la force publique ; que les Espagnols favorisant et encourageant la cause carliste soient internés23 », signe de l’inanité relative de ces mesures.

  • 24 Archives du Ministère des Affaires étrangères [désormais AMAE], 18 MD 353, Rapport du baron Pierlot (...)
  • 25 Voir infra.
  • 26 AMAE, 18 MD 353, Rapport du baron Pierlot, fol. 5ro.
  • 27 Id., fol. 8.
  • 28 Cuerpo de Estado Mayor del Ejército, Narración militar de la Guerra Carlista de 1869 a 1876, Madrid (...)

16Pour partie, elles s’avèrent inefficaces parce que l’État ne dispose pas des moyens lui permettant de les faire réellement appliquer. De nombreux facteurs expliquent cette relative impuissance. Tout d’abord, elle procède de l’incapacité des forces de l’ordre de surveiller la frontière dans son ensemble et donc d’arrêter tous les carlistes qui la franchissent24. Ensuite, elle résulte de la très grande latence qui est en fait accordée aux autorités locales pour mettre en place la répression, ce qui conduit à une atomisation de l’action étatique25. Elle est aussi le produit de la progressive affirmation d’un État de droit, qui préfère une procédure judiciaire à une mesure administrative dans le traitement des réfugiés26. Enfin, elle découle également, en partie, de la mauvaise volonté des autorités françaises, qui n’acceptent pas de se faire dicter leur conduite par Madrid27 et rechignent devant le sacrifice économique que représente l’entretien des carlistes internés28.

17Dès lors, la politique étatique est avant tout le résultat de contingences et d’improvisations sur le terrain, malgré l’émergence de lignes de conduite codifiées par la loi. En cela, la situation des carlistes en France dans les années 1870 révèle que la puissance étatique connaît des limites sur le terrain jusque tard dans le XIXe siècle. Dans le même temps, l’incomplétude de cette puissance laisse aux acteurs des marges de manœuvre qu’ils mettent à profit pour échapper à la répression et s’intégrer dans la société d’accueil.

Politisation et polarisation de l’intégration

  • 29 Edward Palmer Thompson, La Formation de la classe ouvrière anglaise, Paris, Seuil, 2012 [1963].

18L’internement ne constitue pas seulement un bon observatoire de l’évolution de la politique de l’État à l’égard des étrangers au XIXe siècle ; il offre aussi un point de vue intéressant sur la façon dont les acteurs ne sont pas dans un rapport de soumission et de subordination à l’égard des institutions. Il met en scène leur inventivité et leur capacité – E. P. Thompson aurait parlé de leur agency29 – à échapper aux autorités, à subvertir les mesures étatiques. Dans le cas des carlistes, cette attitude illustre leur capacité en tant qu’étrangers à évoluer dans un espace dont ils ne maîtrisent pourtant pas tous les codes.

  • 30 Voir AN F7, 12693, Lettre du sous-préfet de Bayonne au préfet, 2 décembre 1875.

19Plusieurs solutions s’offrent en effet aux carlistes pour éviter l’internement ou pour s’y soustraire une fois internés. On trouve ainsi de nombreux cas d’« évasion » de carlistes internés, les autorités s’apercevant de leur disparition lorsqu’ils ne viennent plus chercher leurs subsides. De véritables filières s’organisent d’ailleurs pour acheminer ces évadés vers la frontière espagnole, notamment via Bayonne, pour qu’ils puissent reprendre le combat30.

  • 31 Archives départementales de la Loire-Atlantique [désormais ADLAtl], 200 J 9, Lettre du 27 août 1875

20Qu’ils soient évadés ou simplement présents en France et désireux de ne pas se faire arrêter, les carlistes peuvent compter sur un certain nombre de Français qui leur sont favorables et qui acceptent de les cacher et de leur venir en aide, ou qui intercèdent en leur faveur. En août 1875, le baron de Gijon s’adresse ainsi à Olivier Le Gonidec du Traissan, un ancien zouave pontifical membre de la noblesse nantaise31. Il lui explique qu’avec quatre compagnons, il a été arrêté en France alors qu’il menait une mission pour tenter d’intercepter des canons destinés à l’armée libérale. Internés à Lille, ils sont parvenus à s’échapper mais sont à présent bloqués à Blois, d’où ils espèrent repartir pour l’Espagne, raison pour laquelle ils sollicitent de l’argent auprès de Le Gonidec, qui est prié de leur en envoyer sous pli secret, pour ne pas compromettre le plan d’évasion.

  • 32 L’Union, 21 avril 1872.
  • 33 L’Univers, 22 avril 1872.

21D’autres fois, les carlistes en appellent directement aux autorités de France ou d’Espagne, ou encore utilisent la presse contre-révolutionnaire pour obtenir la clémence des unes ou l’indignation du lectorat de l’autre pays. L’ancien député carliste Cruz Ochoa, arrêté à la mi-avril dans les Basses-Pyrénées et emprisonné à Bayonne, joue même sur les deux tableaux : la lettre indignée qu’il adresse au consul d’Espagne à Bayonne pour réclamer sa libération immédiate est également transmise au Courrier de Bayonne, puis reproduite par des journaux nationaux aussi importants que L’Union, dans son édition du 21 avril32, et L’Univers, dans celle du 22, qui « dénonce ces faits à l’indignation de tous les honnêtes gens33 ».

22Ces quelques cas représentatifs et ce bref récapitulatif des moyens pour les carlistes de se soustraire à l’internement constituent un bon point de départ pour examiner la façon dont se fait l’intégration de ces étrangers en guerre contre leur gouvernement dans la France des débuts de la IIIe République.

  • 34 Delphine Diaz, Un asile […], op. cit.
  • 35 Voir par exemple Victor Cherbuliez, L’Espagne politique, 1868-1873, Paris, Hachette, 1874, p. 164 o (...)

23Traditionnellement, et depuis le début du siècle, les Français réservaient plutôt bon accueil aux réfugiés politiques34. La dimension nationale du combat des Italiens ou des Polonais n’était sans doute pas étrangère à cette sympathie générale : les uns et les autres affrontaient des puissances qui les opprimaient, ce qui occultait la dimension politique de leur combat. Le cas des carlistes n’entre résolument pas dans cette catégorie. Si certains observateurs de l’époque veulent y voir l’expression d’un sentiment indépendantiste basque35, la majeure partie de l’opinion française a conscience que le conflit qui se déroule outre Pyrénées met aux prises tenants et opposants du libéralisme, selon un clivage assez classique dans l’Europe méditerranéenne au XIXe siècle.

  • 36 Alexandre Dupont, « Une Internationale blanche… ».
  • 37 L’Union, 11 mars 1873.
  • 38 Nous avons réalisé ce travail à partir du dépouillement systématique de L’Union et L’Univers entre  (...)

24Cette politisation évidente de la guerre carliste clive l’opinion française selon des fractures politiques assez proches. Alors que la majeure partie du spectre politique – et jusqu’à une partie du légitimisme français – réprouve l’insurrection menée par don Carlos, le prétendant trouve parmi les plus radicaux des légitimistes et les plus intransigeants des catholiques de fervents soutiens36. Ce sont ces catégories de la population française qui viennent en aide aux carlistes et favorisent leur intégration dans la société française. Sur une initiative du Comité carliste de Londres, la presse lance au printemps 1873 une « souscription pour les carlistes réfugiés et persécutés », arguant que « c’est le premier mouvement de l’hospitalité française d’accueillir et de secourir ceux qui souffrent, quelle que soit la cause de leurs maux37 ». En réalité, les journaux qui lancent cette souscription tout comme l’identité des souscripteurs révèlent que c’est la société contre-révolutionnaire française qui se lance dans l’aide aux carlistes38.

  • 39 Sur Algarra, voir notamment Carlos de Borbón, Memorias y diario de Carlos VII, Madrid, impr. Europa (...)
  • 40 Joan Pujol i Ros, Ramon Nolla i Martí : dietari de guerra d’un metge carlí (1872-1876), Barcelone, (...)

25La présence de carlistes anciennement installés en France joue également un rôle très important dans l’intégration de ceux qui sont nouvellement arrivés. L’exemple le plus évident est celui de Carlos Algarra, ancien combattant de la Première guerre carliste, arrivé en France en 1839 et qui a fait fortune à Paris dans la publicité et grâce à un mariage dans la noblesse française. Dès 1868 et la renaissance d’une agitation carliste, il est au centre des manœuvres contre-révolutionnaires espagnoles en France et fait profiter de son entregent dans la bonne société parisienne les responsables carlistes en exil39. Ce cas exceptionnel ne doit pas cacher d’autres cas de collaboration plus ponctuels entre anciens carlistes installés en France et combattants récemment réfugiés dans l’Hexagone. C’est ainsi que lors de son premier passage en France, le médecin catalan Ramon Nolla i Marti, interné à Limoges, peut compter, avant de repartir pour l’Espagne, sur l’hospitalité d’Esteban Palleja, installé à Limoges depuis plusieurs décennies40.

  • 41 Id.

26L’analyse du journal de Ramon Nolla i Marti révèle un autre élément intéressant : au cours des quelques mois qu’il passe en France, toutes ses relations sont espagnoles41. Cela signale sans doute la non-maîtrise du français de la part du médecin catalan, et invite à lire l’intégration des carlistes en France au prisme du capital socio-culturel mobilisable. La polarisation de l’intégration devient alors criante.

27Les différents exemples examinés jusqu’ici concernent tous des carlistes d’extraction relativement élevée. De façon quasi-systématique, ils sont au moins sous-officiers. L’absence de carlistes d’origine populaire s’explique par plusieurs facteurs : la non-maîtrise du français ; la méconnaissance des codes sociaux propres à les faire entrer dans la société légitimiste française ; l’impossibilité pour eux de s’intégrer rapidement à la société française, qui les pousse à repartir au plus vite en Espagne.

  • 42 Pour ce qui suit : ADLAtl, 200 J 9.
  • 43 Voir Matthieu Brejon de Lavergnée, « Culture blanche et œuvres de charité. Le faubourg Saint-Germai (...)

28La correspondance passive d’Olivier Le Gonidec du Traissan montre que cette polarisation de l’intégration va même plus loin42. Tous les correspondants de Le Gonidec écrivent bon gré mal gré le français, ce qui est le signe d’un capital culturel assez élevé. Pour autant, le contenu des lettres dévoile un rapport paternaliste évident entre un noble légitimiste de l’Ouest vendéen et des carlistes réduits à faire appel à la charité pour survivre43, même quand leur nom signale leur appartenance à la noblesse ; l’un d’eux prend même le soin de se faire recommander par une légitimiste parisienne investie dans l’aide aux réfugiés, Marie de Kergorlay.

29Dès lors, seule une minorité très bien dotée en capital social et culturel peut espérer s’intégrer dans la société française, la grande majorité étant condamnée à survivre dans les villes d’internement et à attendre la possibilité de rentrer en Espagne. La politisation de l’opinion française sur le conflit carliste, et le soutien majoritairement apporté au gouvernement madrilène, n’aident pas ces réfugiés partisans du trône et de l’autel, confrontés par ailleurs à tous les obstacles inhérents à l’exil. Seuls les départements frontaliers, qui leur sont théoriquement interdits, semblent faire exception à ce constat.

Être étranger : ambiguïtés frontalières

  • 44 AMAE, 18 MD 354, Lettre du ministre de la Guerre au sous-préfet de Bayonne, 13 avril 1873.
  • 45 AMAEC, H 1833, despacho 88.

30Malgré l’internement systématique des carlistes dans des villes du centre de la France, malgré l’interdiction pour les Espagnols de résider dans une vingtaine de villes des Basses-Pyrénées, prise en avril 1873 et destinée à empêcher les carlistes de bénéficier d’une base arrière dans ce département44, le consul d’Espagne à Bayonne dresse un constat accablant en août 1874 : plus de cinq cents carlistes résident encore dans son district consulaire, dont plusieurs chefs particulièrement connus45.

31Cette incapacité à sanctuariser le territoire national et à empêcher les carlistes d’y résider ou de s’y organiser procède pour partie de l’incapacité de l’État à contrôler les déplacements de personnes. La question des passeports à la frontière franco-espagnole est révélatrice des insuffisances de l’État à cet égard.

  • 46 Tratados de España. Documentos internacionales del reinado de Doña Isabel desde 1842 a 1868, Madrid (...)
  • 47 G. Noiriel, « Surveiller les déplacements ou identifier les personnes ? Contribution à l’histoire d (...)

32Aux termes des articles 1 et 3 de la convention consulaire passée entre les deux gouvernements en 1862, la libre circulation était accordée aux ressortissants des deux pays. En revanche, l’installation dans le pays voisin était subordonnée à la possession d’un document attestant de la nationalité du porteur, qui devait être visé par les autorités de la ville où l’étranger établissait sa résidence. En somme, on ne saurait parler d’un passeport ; il s’agit plutôt d’un document d’identité, voire d’un document de nationalité46. Gérard Noiriel rappelle, dans un article fondamental, combien la deuxième moitié du XIXe siècle est le moment d’une « crise des passeports » qui, en pratique, ne sont plus demandés aux étrangers entrant en France47. Noiriel explique que deux raisons président à cette crise des passeports : la lourdeur des procédures de contrôle et la diffusion d’un esprit libéral défendant la libre circulation des personnes. On comprend dès lors que toute velléité de rétablir un tel contrôle des individus entrant en France constitue un choc pour les contemporains. C’est pourtant la décision prise très tôt par les autorités françaises pour tenter d’éviter une importation du conflit carliste sur le territoire français.

  • 48 AMAEC, H 2014, despacho 23.
  • 49 AMAEC, H 2014, despacho 25.
  • 50 AMAEC, H 1519, Lettre du 26 juillet 1872.
  • 51 L’Union, 4 mai 1872.

33Dès le 30 avril 1872, le préfet des Pyrénées-Orientales, Adrien Cantonnet, envoie aux autorités locales des instructions très claires : « Ces instructions […] obligent tout étranger voyageant en France à être porteur d’un passeport délivré par les autorités de son pays et revêtu du visa de l’un de nos agents diplomatiques ou consulaires à l’étranger48. » La volonté de contrôler les Espagnols sur le territoire français est indéniable. Elle provoque en retour l’inquiétude d’un commissaire de police d’une petite ville du département, Bourg-Madame, qui avertit le préfet : « Par des mesures de sûreté trop rigoureuses, inopportunément appliquées, [on] susciterait dans un pays jusqu’à présent tranquille, des mécontentements qui, à un moment donné, pourraient se traduire par des actes49. » L’inquiétude du commissaire de voir des troubles se produire dans les zones frontalières en réaction à ces mesures n’est pas infondée. À de nombreuses reprises, les Français habitant près de la frontière font part de leur mauvaise humeur face au traitement que réserve leur gouvernement aux carlistes, et plus généralement aux Espagnols. C’est ainsi que le 26 juillet 1872, le consul de Bayonne rapporte au ministre les protestations d’une partie de la population de la ville contre les mesures d’internement des Espagnols prévues par le gouvernement français et précise qu’ils ont le soutien des autorités locales50. Ces protestations prennent la suite de celles exprimées en mai par la population de Saint-Jean-de-Luz pour les mêmes raisons, protestations là aussi appuyées par les autorités locales51.

  • 52 AMAEC, H 2014, despacho 25.

34Les raisons sont multiples qui expliquent une telle hostilité des habitants de la frontière franco-espagnole aux mesures de contrôle et de répression des étrangers sur le sol français, et il ne s’agit pas de les aborder toutes ici. Mais on peut repartir des inquiétudes du commissaire de Bourg-Madame pour comprendre ce qui se joue à l’égard des étrangers. Le commissaire Agel appuie son argumentation sur le fait qu’« il existe entre Français et Espagnols des frontières, des liens […] intimes, […] nombreux de parenté52 ». C’est dès lors la catégorisation même de ces Espagnols comme étrangers dans les départements frontaliers qui mérite d’être interrogée.

  • 53 Laurent Dornel, « La frontière (le voisin) et l’étranger. Les enjeux identitaires d’un conflit fron (...)

35Plusieurs études de référence ont montré combien l’établissement et l’affermissement progressif de la frontière franco-espagnole entre les XVIIe et XIXe siècles avaient constitué un élément de séparation mais aussi de liaison approprié par les acteurs qui s’en servaient en fonction de leurs intérêts du moment53. La définition de la frontière aurait joué un rôle dans l’affirmation d’identités nationales et aurait fait des individus résidant de l’autre côté de cette ligne séparatrice des étrangers pour les populations frontalières.

  • 54 Simona Cerutti, Étrangers. Étude d’une condition d’incertitude dans une société d’Ancien Régime, Pa (...)

36Ceci est, bien sûr, en partie vrai. Pour autant, on peut repenser cette situation d’un monde de confins à partir de la réflexion proposée par Simona Cerutti sur le concept d’étranger à l’époque moderne54. La thèse de l’auteure consiste à considérer que l’étranger dans les sociétés d’Ancien Régime ne se définit pas à partir de sa provenance géographique, mais à partir de l’incertitude de son existence au sein d’une communauté qui ne le reconnaît dès lors plus comme l’un des siens. Cerutti s’efforce donc de retrouver ce que signifiait être étranger pour les acteurs du temps, plutôt que de partir de la catégorie contemporaine de l’étranger.

  • 55 Voir l’affaire dans ADPyOr, 4 M 398.
  • 56 AMAEC, H 1519.
  • 57 AMAEC, 18 MD 360, Annexe à la lettre du ministre de l’Intérieur au ministre des Affaires Étrangères (...)

37Ce passage de l’etic à l’emic est une clé d’interprétation précieuse pour comprendre la situation des Espagnols dans les départements frontaliers. Prenons quelques cas. En juillet 1872, Miguel Soler, professeur de musique à Céret, est interné, accusé d’avoir aidé un prêtre carliste à s’évader. Son beau-frère, médecin à Amélie-les-Bains, et le maire de Céret, interviennent en sa faveur et soulignent la stabilité de sa position sociale55. Le mois suivant, le comte de Fuentes, qui présidait pourtant la Junte carliste de Paris au début du Sexenio et qui avait été interné en avril 1872, est autorisé à rentrer à Biarritz après qu’il a fait valoir la stabilité de sa situation familiale et la fragilité de sa santé56. En juillet 1875, Francisco Manresa, installé à Céret depuis 1835 et menacé d’internement, voit se mobiliser la population de la ville qui envoie un certificat aux autorités signalant qu’il « jouit de l’estime et de la considération publique57 ».

  • 58 AMAEC, H 2014, despacho 25.

38Tous ces cas révèlent la persistance, parallèlement à une définition de l’étranger désormais fondée sur la provenance géographique, d’une conception traditionnelle du statut d’étranger comme celui n’ayant pas de liens dans le tissu social local. Ces trois Espagnols, qu’ils soient carlistes ou non, bénéficient de l’appui de Français ou de la mansuétude des autorités car ils peuvent exciper de leur insertion dans le tissu social local et de la stabilité de leur situation. Dans un espace frontalier où les processus de socialisation ne s’arrêtent pas à la frontière, la définition « moderne » de l’étranger, quoiqu’appropriée par les acteurs, se heurte à une définition traditionnelle où celui qui est connu de tous n’est pas vraiment un étranger, même s’il est originaire de l’autre côté de la frontière. C’est le sens de l’avertissement du commissaire Agel : « Il faut être sur les lieux pour se rendre bien compte de ces difficultés58. »

39À cet égard, le contexte de guerre civile de l’autre côté de la frontière joue indéniablement un rôle de déstabilisation de cet équilibre local. Les nécessités qui s’imposent à l’État de contrôler son territoire et les étrangers qui y sont présents tranchent avec une sociabilité traditionnelle de la frontière dans laquelle la provenance géographique n’est qu’une composante parmi d’autres dans la définition de l’étranger. La guerre agit comme un révélateur de ce choc entre un monde ancien et les réalités nouvelles de l’administration étatique. À l’inverse, la persistance de ces structures anciennes favorise les carlistes dans leur menée de la guerre, voire la rend possible, en leur fournissant une base arrière relativement sûre, puisqu’elle repose sur une sociabilité transfrontalière persistante et sur une relative impuissance de l’État à y imposer ses règles.

Conclusion

  • 59 Voir la fameuse thèse d’Arno Mayer, La Persistance de l’Ancien Régime : l’Europe de 1848 à la Grand (...)

40Dès lors, la situation des carlistes en France pendant la Seconde guerre carliste va au-delà de la simple étude de cas d’une émigration politique. Le contexte guerrier qui l’accompagne oblige l’État à changer ses méthodes de contrôle et de répression des étrangers et oblige les carlistes à recourir à des stratagèmes pour échapper à ce contrôle. À une intégration difficile pour les carlistes dans l’ensemble du territoire, car reposant sur la proximité politique et le statut socio-culturel, se superpose une insertion facile dans la sociabilité traditionnelle et transfrontalière de la zone pyrénéenne. La situation des carlistes en France offre ainsi un observatoire privilégié sur une société en mouvement, entre un monde ancien qui disparaît peu à peu malgré des persistances réelles59 et une organisation nouvelle de l’État qui impose de nouveaux paradigmes aux relations sociales, cependant que, peut-être, la guerre carliste et l’utilisation du territoire français par les contre-révolutionnaires espagnols constituent aussi un catalyseur de ce changement.

Haut de page

Notes

1 Gérard Noiriel, Le Creuset français. Histoire de l’immigration, XIXe-XXe siècles, Paris, Seuil, 1988.

2 Jordi Canal (ed), Exilios. Los éxodos políticos en España, siglos XV-XX, Madrid, Sílex, 2007 ; Juan Luis Simal, Emigrados. España y el exilio internacional, 1814-1834, Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 2012.

3 Delphine Diaz, Un asile pour tous les peuples ? Exilés et réfugiés étrangers dans la France du premier XIXe siècle, Paris, Armand Colin, 2014.

4 Rafael Serrano García (coord.), España (1868-1874). Nuevos enfoques sobre el Sexenio Democrático, Valladolid, Consejería de Educación y Cultura de la Junta de Castilla y León, 2002.

5 Claude Morange, Una conspiración fallida y una Constitución nonnata (1819), Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 2006.

6 Alexandre Dupont, « Entre exil et emprisonnement, l’originale expérience des carlistes en France (1868-1876) » dans Nicolas Beaupré et Karine Rance (dir.), Arrachés et déplacés. Réfugiés politiques, prisonniers de guerre et déportés (1789-1918), Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2016, p. 145-164.

7 Sur ces questions, je me permets de renvoyer à mon travail de doctorat : Alexandre Dupont, « Une Internationale blanche. Les légitimistes français au secours des carlistes, 1868-1883 », thèse de doctorat en histoire contemporaine, Université Paris-1 et Universidad de Zaragoza, 2015.

8 Archives nationales [désormais AN], F7 12576.

9 Voir Julio Salom, España en la Europa de Bismarck. La política exterior de Cánovas 1871-1881, Madrid, CSIC, 1967.

10 Alexandre Dupont « Une Internationale blanche… ».

11 AN F7 12576.

12 Sophie Firmino, « Les réfugiés carlistes en France, les exemples de la Haute-Garonne et de l’Indre (1833-1843) » dans Jordi Canal, Anne Charlon et Phryné Pigenet (dir), Les Exils catalans en France, Paris, PUPS, 2005, p. 65-78 ; Emmanuel Tronco, Les Carlistes espagnols dans l’Ouest de la France, 1833-1883, Rennes, PUR, 2010.

13 Eugen Weber, La Fin des terroirs. La modernisation de la France rurale 1870-1914, Paris, Fayard, 1983.

14 La question du passeport sera abordée plus loin. Sur la question de la frontière comme territoire, voir Sabine Dullin, La Frontière épaisse. Aux origines des politiques soviétiques (1920-1940), Paris, EHESS, 2014 et Michel Bertrand et Natividad Planas (dir.), Les Sociétés de frontière de la Méditerranée à l’Atlantique, XVIe-XVIIIe siècles, Madrid, Casa de Velázquez, 2011.

15 France. Conseil d’État, Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements et avis du Conseil d'État, Paris, Impr. de Pommeret et Guénot, 1838, p. 167.

16 D. Diaz, Un asile […], p. 305. On se réfèrera à cet ouvrage pour une analyse de la genèse du contrôle des étrangers dans la France du XIXe siècle.

17 Emmanuel Tronco, Les Carlistes […].

18 Archivo del Ministerio de Asuntos Exteriores y de Cooperación [AMAEC], H 1519, Annexe à la lettre de l’ambassadeur au ministre, 4 mai 1872.

19 AMAEC H 1519, Lettre de l’ambassadeur au ministre, 3 juin 1872.

20 Archives départementales des Pyrénées-Orientales [désormais ADPyOr], 4 M 652, « État nominatif des Espagnols internés par ordre de M. le Préfet des Pyrénées-Orientales soit d’office sans l’intervention du Consulat, soit sur la demande de M. le Consul. 1872 ». Il faut noter que l’état nominatif recense aussi vingt-cinq déserteurs espagnols, ce qui invite à réfléchir à la catégorisation opérée par les autorités.

21 Sur cet espace comme région d’immigration, voir Sylvie Aprile, Hélène Bertheleu et Pierre Billion (dir.), Étrangers dans le berceau de la France ? L’immigration de la région Centre du XIXe siècle à nos jours, Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, 2013.

22 Voir aussi ADPyOr, 4 M 652, « État nominatif des Espagnols internés par ordre de M. le Préfet des Pyrénées-Orientales soit d’office sans l’intervention du Consulat, soit sur la demande de M. le Consul. 1873 et 1874 ».

23 AN F7, 12576.

24 Archives du Ministère des Affaires étrangères [désormais AMAE], 18 MD 353, Rapport du baron Pierlot, fol. 23.

25 Voir infra.

26 AMAE, 18 MD 353, Rapport du baron Pierlot, fol. 5ro.

27 Id., fol. 8.

28 Cuerpo de Estado Mayor del Ejército, Narración militar de la Guerra Carlista de 1869 a 1876, Madrid, Depósito de la Guerra, 1883-1889, vol. 5, p. 258-260.

29 Edward Palmer Thompson, La Formation de la classe ouvrière anglaise, Paris, Seuil, 2012 [1963].

30 Voir AN F7, 12693, Lettre du sous-préfet de Bayonne au préfet, 2 décembre 1875.

31 Archives départementales de la Loire-Atlantique [désormais ADLAtl], 200 J 9, Lettre du 27 août 1875.

32 L’Union, 21 avril 1872.

33 L’Univers, 22 avril 1872.

34 Delphine Diaz, Un asile […], op. cit.

35 Voir par exemple Victor Cherbuliez, L’Espagne politique, 1868-1873, Paris, Hachette, 1874, p. 164 ou Lucien-Louis Lande, Basques et Navarrais, souvenirs d’un voyage dans le nord de l’Espagne, Paris, Didier, 1878, p. II.

36 Alexandre Dupont, « Une Internationale blanche… ».

37 L’Union, 11 mars 1873.

38 Nous avons réalisé ce travail à partir du dépouillement systématique de L’Union et L’Univers entre 1873 et 1876.

39 Sur Algarra, voir notamment Carlos de Borbón, Memorias y diario de Carlos VII, Madrid, impr. Europa, 1957, p. 472 et Francisco Melgar, Veinte años con Don Carlos, Madrid, Espasa-Calpe, 1940, chapitre 6.

40 Joan Pujol i Ros, Ramon Nolla i Martí : dietari de guerra d’un metge carlí (1872-1876), Barcelone, s. e., 2011, p. 83.

41 Id.

42 Pour ce qui suit : ADLAtl, 200 J 9.

43 Voir Matthieu Brejon de Lavergnée, « Culture blanche et œuvres de charité. Le faubourg Saint-Germain à Paris au XIXe siècle », dans Bruno Dumons et Hilaire Multon (dir.), Blancs et contre-révolutionnaires. Espaces, réseaux, cultures et mémoires (fin XVIIIe-début XXe siècle) : France, Italie, Espagne, Portugal, Rome, École française de Rome, 2011, p. 133-160.

44 AMAE, 18 MD 354, Lettre du ministre de la Guerre au sous-préfet de Bayonne, 13 avril 1873.

45 AMAEC, H 1833, despacho 88.

46 Tratados de España. Documentos internacionales del reinado de Doña Isabel desde 1842 a 1868, Madrid, imprenta de Miguel Ginesta, 1869, p. 257-258.

47 G. Noiriel, « Surveiller les déplacements ou identifier les personnes ? Contribution à l’histoire du passeport en France de la Ie à la IIIe République », Genèses, 30, 1998, p. 77-100.

48 AMAEC, H 2014, despacho 23.

49 AMAEC, H 2014, despacho 25.

50 AMAEC, H 1519, Lettre du 26 juillet 1872.

51 L’Union, 4 mai 1872.

52 AMAEC, H 2014, despacho 25.

53 Laurent Dornel, « La frontière (le voisin) et l’étranger. Les enjeux identitaires d’un conflit frontalier », Revue d’Histoire du XIXe siècle, 24, 2002, p. 111-124 ; Peter Sahlins, Boundaries: the Making of France and Spain in the Pyrenees, Berkeley, University of California Press, 1991.

54 Simona Cerutti, Étrangers. Étude d’une condition d’incertitude dans une société d’Ancien Régime, Paris, Bayard, 2012.

55 Voir l’affaire dans ADPyOr, 4 M 398.

56 AMAEC, H 1519.

57 AMAEC, 18 MD 360, Annexe à la lettre du ministre de l’Intérieur au ministre des Affaires Étrangères, 3 août 1875.

58 AMAEC, H 2014, despacho 25.

59 Voir la fameuse thèse d’Arno Mayer, La Persistance de l’Ancien Régime : l’Europe de 1848 à la Grande Guerre, Paris, Flammarion, 2010 [1981].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Dupont, « « Étrangers au pays, individuellement inconnus » ? Les carlistes en France pendant la Seconde guerre carliste (1872-1876) », Siècles [En ligne], 44 | 2018, mis en ligne le 31 janvier 2018, consulté le 23 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/siecles/3293

Haut de page

Auteur

Alexandre Dupont

Maître de conférences en histoire contemporaine, Université de Strasbourg
ARCHE (Arts, civilisation et histoire de l’Europe), EA 3400

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • OpenEdition Journals