Navigation – Plan du site
Varia

Violence et lascivité : représentation de la femme et de l’homme africain et asiatique dans l’illustration érotique française de la première moitié du XXe siècle

Violence and Lasciviousness: Representations of African and Asian Women and Men in French Erotic Illustrations, Early to Mid-20th Century
Alexandre Page

Résumés

L’ailleurs géographique a largement nourri la littérature et l’illustration érotiques dans la première moitié du XXe siècle en France. Dans ce contexte, les populations d’Afrique et d’Asie inspirèrent particulièrement les écrivains et les artistes. Cette étude cherche spécialement à comprendre les modalités de représentation de ces populations par les illustrateurs occidentaux, et surtout à voir si elles assurent la pérennité de formulations anciennes ou si elles sont le fruit de réflexions nouvelles. Si le contexte de la première moitié du XXe siècle voit en effet apparaître des motifs nouveaux en matière d’illustration érotique, un diptyque classique entre violence et volupté continue d’encadrer la représentation de l’homme africain et asiatique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Le lecteur des Lettres persanes ne peut s’empêcher de supposer, de la part de Montesquieu, quelqu (...)
  • 2 Catherine Gallouët, « La Topique de l’Orient, selon les Lettres persanes et les Lettres d’une Péruv (...)
  • 3 Nous renvoyons à ce sujet à l’ouvrage d’Edward Saïd, L’Orientalisme : l’Orient crée par l’Occident, (...)

1Depuis le XVIIIe siècle, l’érotisme a été associé à la notion d’exotisme dans l’imaginaire occidental, et donc, par extension, à l’étranger géographique. Jean Starobinski, dans une étude sur Montesquieu, rappelle cette association exotisme-érotisme dans les Lettres persanes, dans lesquelles l’Orient était lié aux bains, aux fessées, aux images voluptueuses1, par contraste avec les vertus européennes2. Ce topos de l’étranger aux mœurs légères a couru tant dans l’art que dans la littérature durant tout le XIXe siècle3. Traversant les courants picturaux, on ne donnera pour exemple que les fantaisies exotiques, les peintures de harems d’Ingres, de Gérôme ou de Delacroix.

  • 4 La majorité des études sur le sujet prend en effet pour point de rupture, la Première Guerre mondia (...)
  • 5 Charles Carrington, fameux éditeur érotique, sera notamment accusé de « pornographie » lors d’un pr (...)

2Cette association érotisme-exotisme ne disparaît pas au XXe siècle, malgré le fait que peu d’études en aient poursuivi l’analyse pour cette période4. Elle gagne même en importance avec l’émergence dès les années 1900-1910 de nombreux éditeurs « licencieux » en France, en dépit de la censure qui s’exerce contre eux5. Charles Carrington, Roberts et Dardaillon, Jules Chevrel, la Librairie franco-anglaise, Jean Fort, les Briffaut sont autant de noms d’éditeurs qui parviennent à faire leur place, essentiellement dans le domaine du livre illustré érotique de luxe. Si ces publications se nourrissent alors souvent d’un ailleurs temporel fantasmé, elles se nourrissent non moins d’un ailleurs géographique, les deux pouvant être étroitement liés.

  • 6 Susanne Greilich, « Les Figures de l’exotisme dans les almanachs populaires européens aux XVIIIe-XI (...)

3Cette étude prendra pour grille d’analyse le diptyque que rappelait Susanne Greilich lorsqu’elle présentait les deux caractéristiques dominantes de la perception occidentale de l’homme oriental qui, pour les XVIIIe et XIXe siècles, reposait essentiellement sur un mélange de violence et de lascivité6. Il s’agira d’étudier la postérité de cette perception binaire de l’homme africain et asiatique dans l’illustration érotique française de la première moitié du XXe siècle. Cette période longue jusqu’au début des années 1950 conserve néanmoins une cohérence compte tenu du contexte colonial et de la longévité des artistes étudiés. Il conviendra tout d’abord d’analyser la question de la violence et de la perversité, avant d’étudier la question de la sensualité et de la lascivité que l’on retrouve communément comme une des caractéristiques les plus notables de la femme « exotique », et que les illustrateurs érotiques reprirent largement à leur compte.

Violence et perversité : pérennité et succès d’un motif

4De manière générale, la violence est, dans la vision occidentale, une caractéristique des cultures africaines et asiatiques, même s’il y a des différences de degré entre l’Afrique noire, l’Extrême-Orient, le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord. Tandis que la violence « brute » est davantage attribuée à l’homme africain, la violence de l’homme asiatique est plus ritualisée, tandis que l’homme moyen-oriental dégage une image autoritaire, implacable, et parfois de perversité. Trois perceptions qu’il s’agira ici d’analyser.

  • 7 Rana Kabbani, Europe’s Myths of Orient: Devise and Rule, Londres, Pandora, 1988, p. 6. Nous préciso (...)
  • 8 Le terme a été défini par Jean-Marie Seillan dans « La (Para)littérature (pré)coloniale à la fin du (...)
  • 9 La Librairie franco-anglaise s’était en effet fait une spécialité des ouvrages sur la flagellation, (...)
  • 10 Jean de Villiot, Le Fouet au harem, Paris, Charles Carrington, 1906 ; G. de Saint Vallier, Le Harem (...)
  • 11 Gaston Smit, autrement connu sous les noms de Georges Topfer et de James Barclay, fit en effet esse (...)

5Rana Kabbani évoque la récurrence de la violence dans les textes orientalistes du XIXe siècle7, et tout spécialement dans la littérature coloniale8. Si le succès de ce motif ne s’est pas démenti au XIXe siècle, il trouve un élan nouveau au début du XXe siècle en profitant de la vague de la littérature sadomasochiste, dont la mode est importée en France depuis l’Angleterre. L’installation à Paris, en 1895, de l’éditeur Carrington qui fuit Londres et la justice, puis la fondation à Paris de la Librairie du Temple en 1908 et de la Librairie franco-anglaise vers 1910, spécialisées dans la « littérature du fouet9 » témoignent entre autre du succès de ce sous-genre. Si les espaces clos et mystérieux, ceux des couvents et des châteaux d’aristocrates, si l’ailleurs temporel, et notamment le XVIIIe siècle, deviennent des lieux privilégiés pour cette littérature, l’ailleurs géographique est principalement concerné. Les titres des ouvrages qui paraissent sont évocateurs et témoignent de la pérennité du motif ancien du harem. Parmi d’autres exemples, il est possible de citer Le Fouet au harem, Le Harem sanglant, Le Harem de l’épouvante10. Un des classiques de cette littérature qui entretint cette mode de l’ailleurs géographique est Esclaves modernes, sous-titré La Traite et la flagellation des blanches dans le sud-Afrique. Il s’agit d’un ouvrage écrit par Jean de Virgans, illustré par un spécialiste du genre, Gaston Smit11, et paru en 1910 avant d’être réédité en 1920 et 1931 par la Librairie franco-anglaise. Le livre est un exemple marquant de la pérennité du motif de la violence dans la représentation de l’homme africain, et il incarne l’usage qui peut être fait de ce topos en matière de littérature et d’illustrations érotiques, surtout en pleine période coloniale. L’intrigue se passe en Afrique du Sud et décrit comment les Africains enlèvent et torturent les femmes blanches dans ce pays.

6Les illustrations de Smit (voir illustration 1), font ainsi la part belle à la représentation de scènes où des hommes noirs donnent le fouet ou le sjambok, sorte de chicotte typiquement sud-africaine, à des femmes blanches.

Gaston Smit (Georges Topfer), illustration pour Esclaves modernes. La Traite et la flagellation des blanches dans le Sud-Afrique

Gaston Smit (Georges Topfer), illustration pour Esclaves modernes. La Traite et la flagellation des blanches dans le Sud-Afrique

Paris, Librairie franco-anglaise, 1920.

7Si l’ouvrage est empli de stéréotypes racistes – les illustrations de Smit montrent les tortionnaires noirs se réjouissant volontiers de leurs méfaits, témoignant de la sauvagerie que Virgans leur attribue dans son livre –, il faut relever la manière dont il présente aussi les blancs vivant dans cette colonie sud-africaine. Virgans les montre comme les complices, voire les initiateurs de ces tortures, et Smit en rend compte dans certaines de ses œuvres, où l’homme noir se livre à la torture sous la conduite d’un colon qui commande. La couverture de la réédition de 1920 montrait d’ailleurs une femme blanche attachée à un poteau, fouettée par un homme noir, tandis qu’un colon à cheval regardait la scène impassiblement.

  • 12 Romain Bertrand, État colonial, noblesse et nationalisme à Java : la tradition parfaite, Paris, Kar (...)

8On peut voir dans cette manière d’associer le colon blanc et l’habitant autochtone dans une pratique mutuelle de la violence barbare, deux aspects qui taraudent alors la société coloniale. Il y a la crainte d’une perte possible de « l’européanité » du colon, d’un ensauvagement de celui-ci au contact des populations locales12. La différence entre un homme européen installé en Afrique et un Africain de naissance semble alors ne plus exister dans l’esprit de Virgans et de son illustrateur. On est aussi à une époque, dans les années 1920, où une génération d’occidentaux naît dans les colonies sans rien connaître de la métropole. La question de la perte de « l’européanité » de ces hommes se pose alors plus que jamais, autant que celle de leur complicité dans les pratiques « violentes » des populations locales.

9Par ailleurs, le sud-Afrique est, en 1920, un assemblage de colonies étrangères, anglaises et allemandes. Selon une pratique commune dans la littérature érotique, on renvoie les mœurs et les coutumes les plus « sauvages » aux rivaux coloniaux, alors que les colonies françaises, elles, ne sont pas affectées. La sauvagerie, la barbarie, sont, nécessairement, des caractéristiques de l’autre, que ce soit l’aïeul, l’ancêtre ou, en l’occurrence, le voisin.

10En fait, il faut voir dans cette manière de faire, une double raison, qui est avant tout commerciale. La littérature érotique illustrée s’adresse alors à une population aisée, à une bourgeoisie métropolitaine française qui, pour partie, vit du système colonial, et ne veut pas se voir en héros d’aventures barbares, dussent-elles être de la fiction. Parallèlement, en plaçant chez l’autre les mœurs les plus dégradantes, sous couvert de pseudo-études scientifiques et ethnologiques comme le livre de Jean de Virgans, le risque d’être victime de la censure est moindre, et celui d’une condamnation encore davantage.

11À la perte de l’européanité des colons, peut s’opposer un phénomène inverse. L’homme noir devient, au contact du colon, l’esclavagiste, adoptant donc ses pratiques et ses outils de domination, dont la fameuse chicotte, outil récurent dans le volume. L’ouvrage serait donc le reflet de problématiques spécifiques à la société coloniale. Il faut toutefois aussi trouver dans ce genre de renversements de situations, un homme noir devenant le tortionnaire d’une femme blanche devenue esclave, un aspect transgressif, typique du genre érotique, et ici porté à son paroxysme en matière de représentation sadomasochiste. Ce motif de l’homme noir, pouvant déchainer sa « nature violente » sur des femmes blanches esclaves eut un grand succès pendant toute la première moitié du XXe siècle. Gaston Smit en donna d’autres exemples, notamment dans Les Mystères du harem en 1922 et, tardivement, en 1946, pour une édition d’Ardance ou la Vallée d’automne, l’illustrateur Gaston Hoffmann, parmi d’autres compositions, montrait une femme noire fouettant une femme blanche nue et ligotée.

12Malgré cela il convient encore de ne pas omettre l’opposition entre nations coloniales. Montrer la sauvagerie dans les colonies étrangères est une récurrence chez les auteurs et illustrateurs érotiques.

  • 13 Au sujet de ce livre nous renvoyons à l’étude de Régis Tettamanzi, « Le Brésil érotique et provocat (...)
  • 14 À l’image par exemple de l’album au titre sans ambages, Viols, d’André Collot, paru clandestinement (...)

13Il faut toutefois souligner que la représentation de la violence associée aux pratiques de l’homme africain, blanc ou noir, ne va guère plus loin que les topoï communs de la flagellation ou de la fessée, dans le domaine de l’illustration. Si cela est légitime en matière d’art sadomasochiste, on peut s’étonner qu’au-delà de ce domaine, l’illustration érotique ne s’aligne pas sur la littérature correspondante qu’elle accompagne, laquelle se montre volontiers beaucoup plus incisive, à l’instar des images développées dans Le Beau nègre d’Hector France, ouvrage qui narre notamment les trois viols d’une femme blanche par le personnage éponyme13. S’il est difficile, faute de synthèse existante sur le sujet, d’expliquer ce fait, on peut sans doute considérer que la censure a joué un rôle non négligeable. À l’appui de cette hypothèse, on peut souligner que le viol, qu’il implique des hommes africains ou asiatiques, apparaît peu dans des albums et des ouvrages clandestins14, ou dans des illustrations « allégoriques », à l’image d’un exemple plus tardif. Ainsi en 1953, en pleine période de censure intense qui fit interdire de nombreux ouvrages pourtant autorisés antérieurement, a paru le livre de René Roques sobrement intitulé Viol et qui montre en couverture le corps d’une femme blanche entre des mains noires.

  • 15 On soulignera encore une fois le cadre anglais de l’intrigue. Les colonies britanniques apparaissen (...)
  • 16 Émilienne Baneth, « La Veuve, la guerrière et la divorcée : images du féminin en Inde, fantasme et (...)
  • 17 On citera notamment la révolte des cipayes en 1857. Henri Gaultier de Saint-Amand écrivit ainsi Nan (...)

14L’Asie n’est pas épargnée non plus par ce stéréotype de la violence, qui touche spécialement le sous-continent indien. En témoigne un ouvrage comme Le Temple des tortures, de Jean de La Beuque, publié en 192715, et sa couverture dessinée par Stick, un artiste dont le vrai nom est inconnu mais qui collabora à divers volumes sadomasochistes, dont Le Harem sanglant. Cette couverture montre des femmes blanches à moitié nues attachées sur des croix, s’apprêtant à être brulées par un Indien chauffant un tisonnier dans un brasero devant une statue de la déesse aux six bras, Kali. Cette œuvre traduit tout à fait le fantasme qui animait la vision occidentale de l’Inde depuis le XIXe siècle. Émilienne Baneth souligne ainsi, dans une étude sur le sujet16, la manière dont la littérature occidentale associait presque continuellement, au sujet de l’Inde, les rites religieux et l’érotisme. Elle explique ainsi que l’immolation était généralement érotisée dans les descriptions qui en étaient données. Le rituel du thuggee, sacrifice en l’honneur de la déesse Kali, est particulièrement sollicité, et offre, comme dans le cas du Temple des tortures, un terrain privilégié pour les illustrateurs érotiques. La violence qui s’exprime n’est toutefois pas comparable à celle présentée pour l’homme africain. Pour l’Inde, cette violence est ritualisée, et ce qui nourrit ce fantasme tient dans les mystères des rites, des castes, et la pérennité au XXe siècle du mythe plus ou moins avéré des Thugs, membres de la secte des étrangleurs. Tout cela entretint dans la pensée occidentale l’idée d’un territoire et d’une population sauvage et violente, a fortiori avec les épisodes violents et traumatisants qui émaillèrent l’histoire de l’Inde coloniale17. L’ouvrage sadomasochiste de Gaultier de Saint-Amand, Nana-Sahib, épisodes sanglants de l’insurrection des cipayes, publié en 1909, puisait précisément dans cette histoire.

  • 18 La dimension historique n’est pas sans incidence sur les tendances apparaissant dans la littérature (...)
  • 19 Il s’agit très probablement d’un pseudonyme à consonance arménienne en relation avec le thème de l’ (...)
  • 20 Anonyme, Catalogue de la Librairie artistique et Édition Parisienne réunies, Paris, Librairie artis (...)

15La troisième catégorie qui se démarque quelque peu de l’une et de l’autre concerne le Moyen-Orient, espace qui a largement contribué à faire émerger cette vision de l’Orient entre violence et volupté chez de nombreux écrivains et artistes occidentaux. On peut toutefois noter une légère évolution dans la première moitié du XXe siècle dans la perception de l’espace moyen-oriental, en tous les cas en matière de représentations érotisées. S’il est toujours question d’une vision voluptueuse et lascive dans laquelle la violence transparaît implicitement, comme dans les images de harems et des odalisques-esclaves, pour autant se répand, à un degré nouveau, une représentation beaucoup plus violente de l’homme moyen-oriental, et notamment de l’homme turc. Même si le thème n’est pas inédit, l’exacerbation qui apparaît dans les années 1920-1930 n’est pas indépendante de phénomènes historiques plus récents18. Ainsi dans les années 1920-1930 plusieurs ouvrages érotiques se déroulent en Turquie, à l’instar de La Troublante Odyssée d’une caravane édité vers 1930 et illustré par Gaston Smit. Cet ouvrage narre les méfaits des soldats turcs à l’égard des populations chrétiennes d’Arménie et en particulier à l’égard des femmes. Sous des dehors de dénonciation politique, relatant le massacre des Arméniens commencé en 1915 par l’Empire ottoman, l’auteur, Dagirian19, s’attardait en fait sur les mésaventures, principalement sexuelles, d’une colonne de femmes esclaves. Gaston Smit rendait alors compte dans ses illustrations des divers sévices dont elles étaient victimes : fouet, marche nues dans le désert, humiliations diverses. La courte phrase assurant la promotion du volume dans le Catalogue de la Librairie artistique et Édition Parisienne réunies était sans détour sur le propos du livre et évoquait « un mélange de salacité, de sauvagerie et de fantasme, la manifestation la plus étrange du sadisme des oppresseurs de la population chrétienne d’Arménie20 ».

16Reprenant à son compte une vision assez ancienne de la violence chez l’homme turc, la littérature érotique de l’entre-deux-guerres a abusé de ce motif classique, en le liant à l’actualité trouble des années 1900-1920.

  • 21 Pierre-Jean-George Cabanis, Rapport du physique et du moral de l’homme, Paris, Chez Crapart, 1802, (...)

17Aussi, la violence est bien un fait récurrent dès qu’il est question de décrire les agissements des hommes orientaux et africains, et son recours trouve plusieurs justifications, dont les plus originales sont historiques. On peut aussi trouver une raison plus générale qui relève de la théorie des climats de Pierre Cabanis21. Établie à la fin du XVIIIe siècle, elle affirmait l’idée que dans les pays chauds le climat favorise l’indolence, la paresse, mais aussi la perversité des mœurs, la violence ; une théorie des climats bien commode pour expliquer la violence des hommes vivant sous des climats tropicaux, mais qui entendait expliquer aussi, parallèlement, la volupté charnelle des femmes africaines et orientales

Lascivité consciente et inconsciente chez la femme africaine et asiatique

  • 22 Rappelons à cet effet le passage d’Une nuit de Cléopâtre, ouvrage publié par Théophile Gautier en 1 (...)

18La lascivité féminine est un autre aspect caractéristique de la vision de l’Orient par les Européens. L’Orient lascif, sensuel, voluptueux, celui des Sappho, des Hérodiade, celui des hétaïres du Levant qui inspirèrent d’ailleurs à la Belle-Époque la Bilitis de Pierre Louÿs, la femme africaine exposant son corps nu à tous les yeux sans pudeur apparente, tout cela suscite l’imagination des artistes. Les peintres et illustrateurs, en lien avec les écrivains, en dehors du sous-genre particulier de la littérature sadomasochiste, accordent la plus grande place à cette vision plutôt suave des pays exotiques. Il y a deux manières de présenter cette lascivité dans la littérature et dans l’illustration érotiques. D’une part, on trouve les représentations de femmes lascives à l’image des odalisques, d’autre part, de femmes libres, voluptueuses, jouant en toute impunité de leurs charmes pour corrompre et faire courir l’homme à sa perte dans l’esprit des Hérodiade, Cléopâtre et autres Salomé. Des modèles dont l’image devint, dans la tradition littéraire occidentale, celle d’une femme luxurieuse n’exposant pas innocemment ses charmes mais en usant volontiers pour tromper les hommes et les conduire à la mort22. Dans ce cas, il n’est plus tant question d’un état de nudité « primitif » ou passif, la femme étant consciente d’être objet de tentation et agissant dans ce but.

19Le premier cas de figure reste le plus prégnant dans les représentations qui sont données de la femme orientale dans l’illustration érotique en France dans la première moitié du XXe siècle. L’explication est notamment à trouver dans le fait qu’il s’agit d’une formulation classique, presque académique, de la représentation de la femme orientale dans l’art occidental, et qu’ainsi elle est depuis longtemps rentrée dans les mœurs et ne tend plus à avoir une charge transgressive. De fait, de nombreux éditeurs d’ouvrages galants, licencieux, vont utiliser cette formule pour traduire un érotisme acceptable, fréquentable, et par ailleurs artistique. L’odalisque, par exemple, alanguie dans des intérieurs orientalisants, ne relève pas seulement du cliché, mais appartient aussi aux canons artistiques de la représentation féminine issus des beaux-arts. Montrer une odalisque c’est aussi convoquer le souvenir d’artistes comme Ingres ou Delacroix, et revendiquer une tradition glorieuse qui valorise d’autant l’ouvrage qui s’en inspire. Ainsi l’éditeur Piazza recourut souvent dans ses publications de textes galants à des canons très classiques pour ses illustrations érotiques. On peut prendre pour exemple Histoire de Minoutchehr, traduction d’un texte moyen-oriental, illustré par un certain Michel Simonidy qui s’attacha notamment à montrer des femmes à demi-nues, alanguies sur des coussins, exposant leurs charmes à l’instar des odalisques ingresques23.

  • 24 Le nom exact de la maison était d’ailleurs L’Édition d’art Henri Piazza. La maison faisait de surcr (...)
  • 25 Il s’agit d’une pratique assez récurrente dans la première moitié du XXe siècle. Outre le cas de Da (...)

20Piazza, bien qu’il ait publié beaucoup d’ouvrages galants souvent issus de traductions d’ouvrages orientaux, ne se considérait pas comme un éditeur d’ouvrages érotiques mais comme un éditeur de livres d’art24. Aussi, si la charge érotique est sensible dans les illustrations, elle n’est que démonstrative, passive, et puise son inspiration dans des modèles qui depuis longtemps sont considérés avant tout comme artistiques. De la même manière, en 1912, un éditeur qui n’a pas la réputation d’être spécialisé dans l’érotisme, Charpentier et Fasquelle, publia un ouvrage de Félicien Champsaur intitulé Poupée japonaise. L’ouvrage, qui célèbre la femme japonaise, était très richement illustré par deux artistes européens, Raphael Kirchner et Fabius Lorenzi, qui adoptèrent pour l’occasion les pseudonymes japonais d’Hanafusa Ittcho et d’Haru Kawa25. S’attachant notamment à traduire la sensualité des femmes japonaises, ils parsemèrent l’ouvrage de scènes érotiques, montrant des femmes nues mais en reprenant presque à chaque fois des sujets depuis longtemps bien installés dans l’art européen. Se côtoient ainsi les scènes de bain et de toilettes (voir illustration 2), ou encore cette femme debout, cachant son intimité de ses longs cheveux. Seule se distingue une scène saphique, présentant deux femmes nues s’enlaçant dans un lit.

Hanafusa Ittcho [Raphael Kirchner], illustration pour le livre de Félicien Champsaur, Poupée japonaise

Hanafusa Ittcho [Raphael Kirchner], illustration pour le livre de Félicien Champsaur, Poupée japonaise

Paris, Charpentier et Fasquelle, 1912 : la toilette et le bain.

21L’ouvrage s’inscrit moins dans la catégorie des volumes érotiques, relevant de la curiosa pour client fortuné, que dans la catégorie des livres d’art, que la formulation très soignée des images, s’inspirant de l’estampe japonaise, renforce encore davantage. Dans ces œuvres il n’est pas question d’une sensualité séductrice incitant, volontairement tout du moins, au plaisir charnel. La femme représentée est placée dans la situation d’une personne inconsciente de ses charmes, innocente, et le spectateur dans celle du voyeur, à l’image d’une illustration d’Édouard Chimot pour Sirocco ou le récit nocturne en 1933, montrant une femme noire se promenant nue. Cette nudité ne cherche pas à éveiller les sens, n’a pas de but corrupteur, n’incite pas à la débauche et se présente comme une forme d’état primordial, renvoyant en l’occurrence à l’image du « bon sauvage ». La beauté de la femme, dans ce cas-là, est objet du désir, mais l’illustrateur fait en sorte que cela ne vienne pas d’elle mais du ressenti du spectateur.

22Toutefois, en parfait antagonisme de cette vision de la femme orientale, à cette lascivité inconsciente répond à l’inverse une lascivité consciente, luxurieuse, la nudité s’offrant volontairement aux regards, spécialement masculins. Louis Icart en donne un bon exemple dans sa série d’illustrations pour une édition du Sopha parue en 1935 chez Le Vasseur, ouvrage de Crébillon à tonalité orientaliste et tout à fait érotisant. Le Vasseur est un éditeur érotique renommé et revendiqué, et Louis Icart s’attache beaucoup moins aux formulations académiques du nu oriental (voir illustration 3). Lorsque son odalisque s’expose, elle le fait sous les yeux d’un homme qui l’admire, dansant entièrement nue devant lui. Icart insiste sur les attributs sexuels de la jeune femme, et le voile qui la couvrait tombe négligemment en dessous des cuisses, révélant sa poitrine et son sexe. Icart va même plus loin, montrant ensuite de véritables jeux amoureux, la nudité s’exposant, échauffant les esprits et, à l’innocente nudité succède une sensualité séductrice conduisant à des pratiques luxurieuses.

Louis Icart, illustration pour Le Sopha

Louis Icart, illustration pour Le Sopha

Paris, Le Vasseur, 1935 (D.R.). Cliché Daniel Grandjean (Librairie La France Galante, Saint-Martin-sur-Lavezon).

  • 26 Catalogue de la Librairie artistique et Édition Parisienne réunies, op. cit., p. 4.

23Cette beauté orientale qui s’expose au regard des hommes, sans honte, peut le corrompre ou lui nuire. Ainsi en 1925 paraît Khritia, la vierge éperdue, en deux volumes, ouvrage de Max des Vignons illustré par Charles Hirlemann. Une des illustrations du volume est très significative de la menace que peut représenter la sensualité de la femme orientale, notamment pour l’homme européen. Elle montre la fameuse Khritia, nue, debout, la taille seulement ceinte d’un bandeau, apparaissant au milieu des fumées qui s’échappent d’un encensoir. En arrière-plan émergent un décor de temple indien et la figure d’un homme âgé, probablement un prêtre, tandis qu’aux pieds de la jeune femme, agenouillé, se trouve un homme européen. S’inspirant encore une fois des rites mystérieux de l’Inde, cette œuvre est aussi très caractéristique du modèle de cette femme orientale usant de ses charmes comme d’une arme. La phrase d’accroche de l’ouvrage dans le Catalogue de la Librairie artistique et Édition Parisienne réunies résume d’ailleurs très bien ses intentions en parlant de la « divulgation des secrets des prêtres hindous, de leurs procédés inconnus dans nos contrées pour éveiller la passion voluptueuse26 ». L’ouvrage narre ainsi la manière dont les brahmes hindous utilisent la princesse Khritia pour vaincre l’envahisseur blanc en le noyant dans la débauche et les délices de la chair. L’homme de l’illustration est victime de cette fameuse Khritia qui lui apparaît dans toute sa beauté vénéneuse.

  • 27 Isabelle Gadoin, « Quelques orientations sur l’Orient des femmes », dans Rêver d’Orient, connaître (...)

24Ainsi on peut considérer qu’il y a deux manières de présenter la lascivité de la femme orientale, deux aspects que souligne Isabelle Gadoin dans L’Orient des femmes27. Elle est d’abord passive, et la femme est alors seulement un objet de fantasme masculin. C’est la vision de la femme soumise, victime, celle des harems destinée à servir le sultan. Un aspect qui tient aussi beaucoup de l’innocence primordiale qui lui est parfois attachée, notamment à la femme d’Afrique noire. De façon totalement antagoniste, la femme orientale est aussi celle qui, dans l’image qui en est donnée, peut utiliser son corps comme une arme, exerçant une emprise perverse sur les hommes, les incitant à la luxure et à la débauche, et pouvant les conduire à leur perte.

Conclusion

  • 28 Le cinéma s’empare aussi de ce thème. Tandis que l’Amérique voit Theda Bara s’affirmer comme le mod (...)

25On peut donc affirmer que la première moitié du XXe siècle voit, dans le domaine de l’illustration érotique, la pérennité d’un diptyque ancien au travers duquel est perçu l’homme africain et asiatique, plus généralement extra-européen au sens large : celui de la violence et de la lascivité, la première caractéristique étant davantage associée à l’homme à proprement parler, et la seconde à la femme. La situation coloniale fait émerger de nouveaux sujets de représentations, et on peut par exemple considérer que les femmes européennes plus présentes dans les colonies au XXe siècle nourrissent davantage les fantasmes de la littérature érotique qui s’empare des exactions que suscite leur présence. En revanche, le regard sur l’Orient n’évolue guère. Il est toujours perçu comme un espace de sensualité parfois débridée et dangereuse, et un espace hostile, où la violence, la sauvagerie, nourrissent les rapports humains28. Une perception qui, comme nous l’avons vu, puise aussi bien dans les mythes, les pratiques rituelles, que dans des faits plus historiques, à l’image du massacre des Arméniens par les Turcs. Un contexte historique d’autant plus important que l’illustration érotique reflète aussi une certaine opposition entre puissances coloniales. Si la sauvagerie s’exprime en Afrique ou en Asie, c’est, dans les ouvrages français, d’abord dans les colonies anglaises, là où le colonisé ne bénéficie pas de la « bonne gestion » des colons, où il n’est pas éduqué. Pourtant, il ne faut pas voir, ni dans l’usage des faits historiques, ni dans cette manifestation des rivalités coloniales, un véritable engagement de la littérature et de l’illustration érotiques. Le génocide arménien n’est qu’un moyen commode de maintenir, dans l’imaginaire, le stéréotype du Turc violent et cruel. Attribuer des mœurs barbares aux colonies étrangères et non françaises est moins une manière de valoriser l’action française dans ses territoires, que d’échapper plus aisément à la censure et de s’assurer le regard bienveillant de ses souscripteurs. Dans le contexte commercial très concurrentiel qui touche la littérature érotique de luxe dans l’entre-deux-guerres, ce ne sont pas de moindres atouts.

26Il ne faut toutefois pas omettre que si ce mélange de violence et de sensualité caractérise l’autre géographique, il s’applique aussi, à la même époque, à l’autre temporel. L’ancêtre est très souvent représentatif de mœurs jugées primitives, libertines, image entretenue par tant de textes largement relayés et réédités au XXe siècle, de Pétrone au marquis de Sade en passant par l’Arétin.

Haut de page

Notes

1 « Le lecteur des Lettres persanes ne peut s’empêcher de supposer, de la part de Montesquieu, quelque plaisir complice et être spectateur des événements du harem – bain, déshabillages, fessées, larmes, etc. », cf. Jean Starobinski, Montesquieu, Paris, Seuil, 1989, p. 60.

2 Catherine Gallouët, « La Topique de l’Orient, selon les Lettres persanes et les Lettres d’une Péruvienne » dans Max Vernet (dir.), Étrange topos étranger, Québec, Presses de l’Université Laval, 2006, p. 237.

3 Nous renvoyons à ce sujet à l’ouvrage d’Edward Saïd, L’Orientalisme : l’Orient crée par l’Occident, Paris, Le Seuil, 1980.

4 La majorité des études sur le sujet prend en effet pour point de rupture, la Première Guerre mondiale. Dans son Histoire du visuel au XXe siècle, Paris, Le Seuil, 2003, p. 88, Laurent Gervereau écrit ainsi que le « fantasme exotique », basé sur trois axes (violence – érotisme – étrangeté), a inspiré les illustrateurs jusqu’en 1914. De son côté, Bernard Hue, dans Littératures de la péninsule indochinoise, Paris, Karthala, 1999, p. 155, indique que le mélange érotisme-exotisme séduisait le lecteur européen au début du XXe siècle, sans poursuivre plus avant sa réflexion. Parmi les rares études sur le lien exotisme-érotisme au-delà des années 1910 auxquelles nous pouvons renvoyer, nous citerons celle de Clémentine Deliss, « Notes pour Documents. Quelques réflexions sur l’exotisme et l’érotisme en France pendant les années trente », Gradhiva, no 2, 1987, p. 68-73.

5 Charles Carrington, fameux éditeur érotique, sera notamment accusé de « pornographie » lors d’un procès qui le contraindra à l’exil en Belgique en 1907.

6 Susanne Greilich, « Les Figures de l’exotisme dans les almanachs populaires européens aux XVIIIe-XIXe siècles » dans Hans-Jürgen Lüsebrink, Jean-Yves Mollier, York-Gothart Mix (dir.), Les Lectures du peuple en Europe et dans les Amériques du XVIIe au XXe siècle, Bruxelles, Éditions Complexe, 2003, p. 271.

7 Rana Kabbani, Europe’s Myths of Orient: Devise and Rule, Londres, Pandora, 1988, p. 6. Nous précisons que l’auteure entend ici, par le terme « Orient », l’Afrique autant que l’Asie dans les exemples qu’elle donne.

8 Le terme a été défini par Jean-Marie Seillan dans « La (Para)littérature (pré)coloniale à la fin du XIXe siècle », Romantisme, no 139, 2008, p. 33. Il sépare la « littérature exotique » de la « littérature coloniale » proprement dite. Selon lui, la première inclue les récits « purement esthétiques » sur l’ailleurs. La seconde, qu’il juge plus « interventionniste », inclut l’Occidental, le colon, le fait colonial. Dans le premier cas, l’auteur est un « exote » fasciné par une terre lointaine, tandis que dans le second, il n’envisage l’ailleurs qu’à l’aune d’une présence occidentale.

9 La Librairie franco-anglaise s’était en effet fait une spécialité des ouvrages sur la flagellation, à l’image de Flagellées. La flagellation des femmes dans la Rome antique par Jean de Virgans, publié en 1922.

10 Jean de Villiot, Le Fouet au harem, Paris, Charles Carrington, 1906 ; G. de Saint Vallier, Le Harem sanglant, Paris, Amateur-Biblio, 1927 ; Jack Emmen, Le Harem de l’épouvante, Paris, Librairie générale, 1930.

11 Gaston Smit, autrement connu sous les noms de Georges Topfer et de James Barclay, fit en effet essentiellement carrière auprès d’éditeurs spécialisés en littérature sadomasochiste, illustrant des titres explicites comme L’École du fouet (v. 1925), Le Fouet au couvent (v. 1920) ou Visites fantastiques au pays du fouet (1922).

12 Romain Bertrand, État colonial, noblesse et nationalisme à Java : la tradition parfaite, Paris, Karthala, 2005, p. 600.

13 Au sujet de ce livre nous renvoyons à l’étude de Régis Tettamanzi, « Le Brésil érotique et provocateur d’Hector France : hospitalité et esclavage dans Le Beau nègre (1902) » dans Bernadette Bertrandias (dir.), L’Étranger dans la maison : figures romanesques de l’hôte, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2003, p. 65-76.

14 À l’image par exemple de l’album au titre sans ambages, Viols, d’André Collot, paru clandestinement en 1927, sans nom d’éditeur, à seulement cent dix exemplaires, et qui présentait sept viols en sept eaux-fortes, une d’entre elles impliquant un homme noir et une femme blanche.

15 On soulignera encore une fois le cadre anglais de l’intrigue. Les colonies britanniques apparaissent alors comme des lieux de dépravations, de luxure et de sauvagerie pour les auteurs érotiques français.

16 Émilienne Baneth, « La Veuve, la guerrière et la divorcée : images du féminin en Inde, fantasme et idéologie » dans Isabelle Gadoin, Marie-Élise Palmier-Chatelain (dir.), Rêver d’Orient, connaître l’Orient : visions de l’Orient dans l’art et la littérature britanniques, Lyon, ENS, 2008, p. 341-354.

17 On citera notamment la révolte des cipayes en 1857. Henri Gaultier de Saint-Amand écrivit ainsi Nana-Sahib, Paris, Librairie du Temple, 1909, qu’il présentait par un sous-titre comme « le martyrologe des femmes anglaises pendant l’Insurrection des Cipayes en 1857 ».

18 La dimension historique n’est pas sans incidence sur les tendances apparaissant dans la littérature et l’illustration érotique. Ainsi, au lendemain de la Révolution russe apparaissent des ouvrages comme En Russie rouge de Maurice d’Apinac, en 1925, sur les tortures sous les bolcheviks. D’autres ouvrages viseront l’Allemagne après la Première Guerre mondiale.

19 Il s’agit très probablement d’un pseudonyme à consonance arménienne en relation avec le thème de l’ouvrage. Aucun autre ouvrage ne fut d’ailleurs publié sous ce nom.

20 Anonyme, Catalogue de la Librairie artistique et Édition Parisienne réunies, Paris, Librairie artistique et Édition Parisienne réunies 1935, p. 39.

21 Pierre-Jean-George Cabanis, Rapport du physique et du moral de l’homme, Paris, Chez Crapart, 1802, vol. II, p. 234-355.

22 Rappelons à cet effet le passage d’Une nuit de Cléopâtre, ouvrage publié par Théophile Gautier en 1838, lequel expliquait comment Cléopâtre, passant la nuit avec un homme, Meïamoun, l’empoisonna au petit matin.

23 Voir l’ouvrage en ligne, en particulier p. 89.

24 Le nom exact de la maison était d’ailleurs L’Édition d’art Henri Piazza. La maison faisait de surcroît appel essentiellement à des artistes installés et reconnus au-delà de leurs éventuels travaux licencieux, à l’instar d’Étienne Dinet, Edmund Dulac ou Arthur Rackham, ce qui garantissait d’autant la dimension artistique des volumes publiés.

25 Il s’agit d’une pratique assez récurrente dans la première moitié du XXe siècle. Outre le cas de Dargirian déjà évoqué, on pourra aussi citer le nom de cet écrivain français, Yves Gandon, qui utilisa le pseudonyme de Tsing Pann Yang pour faire croire que Le Pavillon des délices regrettés qu’il publia en 1946 chez Lubineau était bien un ouvrage asiatique.

26 Catalogue de la Librairie artistique et Édition Parisienne réunies, op. cit., p. 4.

27 Isabelle Gadoin, « Quelques orientations sur l’Orient des femmes », dans Rêver d’Orient, connaître l’Orient […], op. cit., p. 7.

28 Le cinéma s’empare aussi de ce thème. Tandis que l’Amérique voit Theda Bara s’affirmer comme le modèle de la femme fatale en jouant notamment les rôles de Cléopâtre et de Salomé, en France Viviane Romance est, en 1939, dans L’Esclave blanche, la victime d’un cruel sultan turc.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Gaston Smit (Georges Topfer), illustration pour Esclaves modernes. La Traite et la flagellation des blanches dans le Sud-Afrique
Légende Paris, Librairie franco-anglaise, 1920.
URL http://journals.openedition.org/siecles/docannexe/image/3325/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Hanafusa Ittcho [Raphael Kirchner], illustration pour le livre de Félicien Champsaur, Poupée japonaise
Légende Paris, Charpentier et Fasquelle, 1912 : la toilette et le bain.
URL http://journals.openedition.org/siecles/docannexe/image/3325/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 836k
Titre Louis Icart, illustration pour Le Sopha
Légende Paris, Le Vasseur, 1935 (D.R.). Cliché Daniel Grandjean (Librairie La France Galante, Saint-Martin-sur-Lavezon).
URL http://journals.openedition.org/siecles/docannexe/image/3325/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Page, « Violence et lascivité : représentation de la femme et de l’homme africain et asiatique dans l’illustration érotique française de la première moitié du XXe siècle », Siècles [En ligne], 44 | 2018, mis en ligne le 31 janvier 2018, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/siecles/3325

Haut de page

Auteur

Alexandre Page

Docteur en histoire de l’art contemporain
Centre d’Histoire « Espaces et Cultures » (CHEC), Université Clermont-Auvergne, EA 1001

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • OpenEdition Journals