Navigation – Plan du site

Les enfants de chœur de 1790. Quel avenir pour une génération sacrifiée ?

Choirboys of 1790: What Future for a Sacrificed Generation?
Bastien Mailhot

Résumés

Jusqu’à leur suppression en 1790, les maîtrises capitulaires, institutions d’éducation liées aux chapitres de chanoines, sont demeurées les uniques lieux d’apprentissage de la musique. Ainsi, la question des reconversions sociales et professionnelles des musiciens des chapitres supprimés amène inévitablement à celle du devenir des enfants qui y étaient élevés et éduqués. Cet article se propose, à partir des sources disponibles et en s’appuyant principalement sur l’exemple des maîtrises du Puy-de-Dôme, d’apporter un éclairage sur cette génération sacrifiée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 A.D. Puy-de-Dôme, L 2612, Supplique des enfants de chœur de la collégiale Saint-Genès de Thiers à l (...)

« Aujourd’hui, messieurs, que la réalité et les espérances se sont évanouis pour nous1… »

  • 2 François Henri Joseph Blaze, Dictionnaire de musique moderne, Bruxelles, Académie de musique, 1828, (...)
  • 3 Dans son acception la plus large, la maîtrise peut désigner, au même titre que la « chapelle musica (...)
  • 4 Bernard Dompnier, « Les maîtrises capitulaires et l’apprentissage du métier de musicien dans la Fra (...)

1Jusqu’à la suppression des communautés religieuses en 1790, les maîtrises capitulaires constituent les uniques lieux d’apprentissage de la musique et, pour reprendre la formule d’un auteur du XIXe siècle, « la seule voie pour être initié dans ses prétendus mystères2 ». Ces institutions éducatives3, composantes « du bas chœur pour le chant des offices et l’apparat des cérémonies »4, sont le fruit d’une longue évolution depuis le Moyen Âge, mais elles occupent encore une place prépondérante et conservent une importance fondamentale dans le paysage musical de la fin de l’Ancien Régime.

  • 5 Voir à ce propos Bastien Mailhot, Les Enfants de chœur des églises du centre de la France. Les inst (...)
  • 6 À la fin de l’Ancien Régime, ces gratifications se montent à une centaine de livres dans les chapit (...)

2Si l’on se pose la question du devenir des musiciens en fonction dans les collégiales et les cathédrales après les fermetures de ces dernières, il est nécessaire de s’interroger également sur celui des enfants qui composaient ces maîtrises : d’abord parce que l’apport fondamental de ces institutions dans l’enseignement de la musique en France a déjà été établi par des travaux antérieurs5, ensuite parce que leur disparition n’a sans doute pas été sans conséquences sur nombre de familles, compte tenu du rôle social qu’elles jouaient. En effet, sous l’Ancien Régime, placer l’un de ses enfants dans une maîtrise revient à s’assurer qu’il sera nourri, logé et éduqué pendant plusieurs années, entre sept et dix dans la plupart des cas. Les maîtrises sont aussi une opportunité pour ces enfants d’envisager l’avenir plus sereinement dans la mesure où l’accompagnement des chapitres s’étend bien au-delà du temps de service. Jusqu’en 1790, chaque enfant ayant accompli son temps de service reçoit une gratification de sortie. Variant en fonction de l’importance du chapitre, celle-ci permet de financer tout ou partie d’un apprentissage6.

  • 7 La base de données prosopographique Muséfrem recense les musiciens d’Église en France sous l’Ancien (...)

3Pourquoi, dès lors, parler d’une génération sacrifiée ? Dans quelle mesure ces enfants ont-ils eu un destin différent de celui des générations précédentes et comment ces derniers ont-ils ressenti ces changements ? Les recherches sur le devenir des enfants nécessitant des investigations approfondies, cet article cherchera avant tout à ouvrir quelques pistes de réflexion dans l’attente d’une étude de plus grande ampleur – à partir de la base Muséfrem, par exemple7.

  • 8 Département issu de l’ancien diocèse de Clermont, le Puy-de-Dôme compte trente chapitres d’importan (...)

4Ce travail a été effectué, pour l’essentiel, à partir des données disponibles pour le Puy-de-Dôme, un département particulièrement riche en chapitres8 et donc en enfants de chœur, puisque 75 y sont actifs en 1790. Il s’agit là d’un échantillon intéressant pour faire quelques hypothèses qui pourront être confirmées ou infirmées par la suite à partir de recherches plus larges.

  • 9 À propos des musiciens d’Église qui intègrent le concert, voir, par exemple, l’article de Jean-Fran (...)
  • 10 Il existe de nombreux exemples de reconversion de musiciens dans le milieu éducatif, notamment dans (...)

5La principale difficulté concernant les enfants réside dans la reconstitution de leur parcours après la fermeture des chapitres. Tandis que l’on retrouve parfois les musiciens adultes dans les sources d’autres institutions, comme le concert9 ou le milieu scolaire10, on perd vite la trace d’enfants qui ont généralement rejoint le domicile familial à partir de la fin de l’année 1790, compte tenu de leur jeune âge. Il reste évidemment les sources de l’administration révolutionnaire. La correspondance des enfants est moins riche que celle des adultes, mais elle n’est pas pour autant absente et les suppliques individuelles et collectives demeurent en nombre. En second lieu, il y a évidemment l’État civil, qui permet, à travers les actes de naissance ou de baptême, de mariage et de décès, d’en savoir plus sur le métier qu’ils ont exercé une fois adultes, mais aussi d’observer, par exemple, leur capacité à signer, ce que l’on peut considérer comme un savoir reçu à la maîtrise. Bien qu’extrêmement long, ce travail est apparu indispensable pour donner corps à cette recherche. Enfin, quelques éléments ont pu être rassemblés à partir de la bibliographie sur la Révolution française dans le Puy-de-Dôme, qui a permis d’identifier des enfants de chœur de la cathédrale quelques années après leur sortie de l’institution.

6Après avoir observé l’état des maîtrises à la fin de l’Ancien Régime, et notamment ce qu’elles pouvaient apporter aux enfants comme à leurs familles sur un plan éducatif et social, nous nous intéresserons au profil socioprofessionnel de cette génération durant la Révolution et l’Empire, puis nous analyserons, à partir de quelques exemples, le ressenti de ces enfants sur leur sort.

Le rôle éducatif et social de la maîtrise

Une institution éducative hétérogène

  • 11 On peut citer à ce propos l’exemple de la collégiale Saint-Martin de Cournon qui n’entretient, tout (...)
  • 12 B. Mailhot, Les Enfants de chœur […], p. 121-130. Pour ce qui est de la génération de 1790, on peut (...)
  • 13 Notre-Dame-du-Port est une église à la fois collégiale et paroissiale.
  • 14 L’assistance d’enfants aux enterrements est également observée à Aurillac. Jean-Baptiste Lakairie, (...)
  • 15 L’âge de ces enfants doit également être considéré, car l’écriture n’est pas enseignée dès l’entrée (...)

7Une maîtrise capitulaire sous l’Ancien Régime, c’est d’abord une institution qui forme des enfants. Ces derniers y reçoivent un enseignement à la fois général et musical, mais, dans un cas comme dans l’autre – il est important de le souligner –, l’institution propose des niveaux de formation très différents en fonction des lieux. Dans les plus petites et moyennes structures, l’enseignement musical est souvent minimal11, et il en est de même pour la formation générale, puisque l’on constate par exemple que les enfants de certaines églises ne savent toujours pas écrire après quatre ans de maîtrise et sont parfois incapables d’apposer leur signature sur leur acte de mariage plusieurs années après leur sortie12. Le processus d’apprentissage de l’écriture peut également être laborieux dans des collégiales urbaines relativement importantes, par exemple celle de Notre-Dame-du-Port à Clermont-Ferrand. Les registres paroissiaux de cette église13 permettent d’observer des signatures, car les enfants de chœur assistent régulièrement aux enterrements comme témoins durant une bonne partie du XVIIIe siècle14. À la lecture de ces documents sur plusieurs décennies, on est d’abord surpris par le nombre relativement important d’enfants « ne sachant signer » alors que certains sont âgés de 12 à 15 ans. Au total, sur 54 enfants de chœur recensés comme témoins d’un acte de décès, seuls 26 ont pu signer, soit un peu moins de la moitié, ce qui démontre bien la variété des situations concernant cet enseignement en particulier. L’âge de ces enfants doit également être pris en compte, car l’écriture n’est pas enseignée dès l’entrée, mais seulement une fois que la lecture est maîtrisée, soit après un an et demi à deux ans de présence, peut-être trois dans ce type d’église15.

  • 16 A.M. Riom, GG 132 bis, Catalogus scolasticorum qui audierunt in collegio Riomensi (1736-1786) et GG (...)
  • 17 Les niveaux des collèges oratoriens sont les suivants (par ordre décroissant) : théologie, physique (...)
  • 18 A.D. Puy-de-Dôme, 26 G 4, Registre capitulaire de la collégiale Saint-Amable de Riom, délibération (...)
  • 19 Son acte de naissance n’a pu être retrouvé. On peut supposer qu’il est entré au service de la collé (...)
  • 20 A.D. Puy-de-Dôme, 26 G 3, Délibération de la collégiale Saint-Amable de Riom, du 11 décembre 1721. (...)
  • 21 A.M. Riom, GG 132 ter, Catalogus […] (1787-1792).
  • 22 Il s’agit d’une petite collégiale située à quelques kilomètres au nord de Clermont-Ferrand et qui n (...)

8L’importante hétérogénéité des niveaux de maîtrise de l’écriture peut être étendue à l’ensemble des disciplines enseignées à la maîtrise, comme le montre parfaitement l’exemple de la collégiale Saint-Amable de Riom. Le catalogus recensant, pour les deux derniers tiers du XVIIIe siècle, les élèves du collège oratorien de Riom16, permet de retrouver certains enfants de chœur puis de vérifier à quel niveau ils intègrent l’établissement et de suivre leur progression. Dans ce document administratif sont inscrits, pour chaque année, les noms des élèves du collège groupés par classes de la théologie à la sixième17, et rangés par ordre de mérite : inter insignes, inter bonos, inter mediocres et inter dubios. Ces listes servent à déterminer les élèves accédant au niveau supérieur et ne mentionnent donc pas ceux qui sont en classe de 6e. Le premier cas qui peut être évoqué est celui de Pierre Artonnet, enfant de chœur quittant le chapitre Saint-Amable en novembre 1777, « ayant été reçu au collège pour continuer ses études18 ». Effectivement, son nom est inscrit dès l’année 1777-1778 dans le catalogue pour un passage en classe de 3e dans le groupe le plus faible (inter dubios). L’année suivante, en 1778-1779, il reste cependant en 3e (inter mediocres), ayant sans doute été surévalué à l’entrée. À partir de là, Artonnet va passer chaque année dans la classe supérieure pour arriver en théologie en 1784-1785, alors qu’il est âgé de 21 ou 22 ans19. Ce cas ne permet pas pour autant d’affirmer que tous les enfants en provenance de cette collégiale ont un niveau de 4e ou de 3e à la fin de leur séjour à la maîtrise. Des exemples antérieurs nous montrent que certains sont probablement un peu plus avancés, comme Gilles Ollier, que le chapitre juge capable d’entrer en classe de seconde en 172120. D’autres, à l’inverse, sont plus faibles, comme en témoigne l’exemple d’Antoine Courtinat, qui n’entre au collège qu’en classe de 5e pour sa première année en 178721. Cette grande hétérogénéité explique que les enjeux de la suppression des communautés religieuses n’ont pas été les mêmes selon les lieux. Les conséquences pour les enfants de la collégiale Saint-Amable de Riom, et plus encore sans doute pour ceux de la cathédrale de Clermont, ont sans doute été plus fâcheuses que pour ceux de la petite collégiale Saint-Étienne de Cébazat22.

Un rôle social

9Le second élément important à retenir, c’est que la poursuite du cursus reste réservée à une partie des enfants seulement, certains effectuant l’apprentissage d’un métier à l’issue du bail tandis que d’autres s’engagent dans une carrière de musicien ou, dans une moindre mesure, dans les ordres. Le chapitre ouvre donc la possibilité d’une carrière musicale, mais il est aussi d’un grand secours pour ceux qui ne poursuivent pas de cursus scolaire, puisqu’il finance tout ou partie de l’apprentissage d’un métier comme le montrent très bien les contrats d’apprentis, mais aussi les documents de l’administration révolutionnaire que les enfants utilisent pour percevoir des gratifications. Si l’on parle du rôle social de la maîtrise, c’est parce que le placement d’un enfant est bénéfique pour lui mais aussi pour ses parents. On citera à ce propos, et bien que cela nous fasse quitter provisoirement les frontières de notre zone d’étude, l’émouvante supplique de Julien Ronzier, enfant de chœur de la collégiale St-Julien de Brioude puis de la cathédrale du Puy, lorsqu’il s’adresse aux administrateurs :

  • 23 A.D. Haute-Loire, 2 L 208, Supplique de Julien Ronzier, chorier de la cathédrale du Puy, à l’admini (...)

« Supplie très humblement Julien Ronzier de la ville de Brioude âgé de dix-huit ans entré au chapitre de Brioude a l’âge de six ans en qualité d’enfant de chœur aux pressantes sollicitations d’un père et d’une mère qui dirigés l’un et l’autre par la bonté de leurs liens et par la tendresse pour le suppliant leur fils adressoient tous les jours des vœux ardents au ciel pour lui assurer cette place dans l’intention de les soulager dans leur vieillesse et de leur procurer du pain le reste de leurs jours23. »

  • 24 Il explique lui-même dans sa pétition que cette exclusion fut causée par « quelques ennemis alors p (...)

Et plus loin lorsqu’il évoque son arrivée au Puy après s’être fait exclure de Brioude24 :

« C’est là que les tristes parents réduits à une extrême misère arrêtèrent un moment leurs larmes à la vue de ces petits rayons d’espérance qu’ils aperçurent pour pouvoir replacer leur malheureux fils dans ladite église. »

  • 25 En recrutant principalement des enfants issus de milieux modestes et beaucoup d’orphelins, les chap (...)
  • 26 La supplique est signée des quatre enfants mais la grande qualité de la graphie et le fait qu’elle (...)

10Il est clair que Ronzier en fait beaucoup pour émouvoir les administrateurs, mais le fait que l’on retrouve des propos du même ordre dans de nombreuses suppliques est sans doute révélateur de l’importance que pouvait revêtir, financièrement, le fait de placer un enfant dans une maîtrise, d’autant que le recrutement s’effectuait préférablement dans les milieux modestes25. Dans le même ordre d’idées, on peut également citer la supplique collective des enfants de chœur de la collégiale de Thiers, sans doute rédigée par un membre du chapitre26 :

  • 27 A.D. Puy-de-Dôme, L 2616.

« Nous étions instruits aux frais du chapitre et, nés de parents mal aisés qui avaient pris sur le nécessaire pour nous mettre à même d’être reçus enfants de chœur, nous avons senti de bonne heure la nécessité de l’économie27. »

Et de conclure :

« Ce qui nous intéressait le plus et notre famille, c’est l’espérance que nous avions d’être placés un jour et en effet notre noviciat, en nous inspirant de bonne heure le goût pour l’état ecclésiastique nous en préparait les moyens, nous étions aidés pour les frais de séminaires et une fois en état d’occuper des places, le chapitre se faisait un devoir de reconnaitre nos services [en nous procurant] celles qui pouvaient nous convenir. »

  • 28 S’il est difficile d’obtenir des statistiques précises à ce propos, la proportion des enfants de ch (...)
  • 29 A.D. Puy-de-Dôme, L 2606, État des habitués attachés au chapitre d’Artonne, Note des officiers muni (...)
  • 30 La formulation du document semble bien indiquer que la somme n’est pas à partager entre plusieurs e (...)

11L’utilisation du terme de noviciat est intéressante ici, car elle met en avant la vocation initiale de la maîtrise de former des enfants à l’état ecclésiastique alors que l’on sait que peu d’enfants de chœur finissaient par entrer dans le clergé séculier28. Ce texte souligne cependant l’importance de l’institution pour nombre de familles et d’enfants. Si les enfants de chœur thiernois ne l’évoquent pas dans cette supplique, d’autres signalent en revanche que le soutien du chapitre ne s’arrête pas à la fin du service et demandent donc aux administrateurs du directoire du département de pouvoir percevoir comme gratification ce qui devait leur être accordé à leur sortie, notamment pour financer un apprentissage. Encore une fois, les montants de ces gratifications varient sensiblement d’un chapitre à l’autre tout comme la manière dont elles sont versées. On peut citer ici l’exemple original de la petite collégiale Saint-Martin d’Artonne. Dans cette église aucune gratification n’est donnée aux enfants à la fin de service mais, comme le précise un document rédigé par les officiers municipaux de la ville en 1793, « le ci-devant chapitre étoit chargé de payer une fondation de 55 livres savoir a celui des enfants de chœur qui etudioit les humanités ou qui apprenoit un métier29 », et ce pendant sept années consécutives, de quoi payer largement un artisan ou une poursuite d’étude puisque cela représente tout de même un total de 385 livres30. Il s’agit là d’une pratique singulière car, si les fondations réservées à la maîtrise sont relativement courantes, elles servent généralement à payer un maître ou du matériel spécifique (instrument de musique, livres…), mais rarement les études ou l’apprentissage des enfants.

12En définitive, il apparaît évident que la fermeture soudaine des chapitres s’est avérée préjudiciable pour nombre de familles qui ont dû récupérer au sein du foyer familial un enfant qui était jusque-là entretenu, formé, et à qui l’on apprenait un métier (musicien ou ecclésiastique) ou dont on finançait tout ou partie de l’apprentissage. Il est nécessaire de rappeler, enfin, que selon le règlement en vigueur dans la plupart des chapitres, les anciens enfants de chœur étaient prioritaires pour occuper les semi-prébendes vacantes ainsi que l’ensemble des emplois du bas chœur. C’est donc, là encore, un revenu potentiel qui disparaît en 1790.

Le devenir d’une génération

La question de la pratique musicale

  • 31 Au sujet du lien entre musique d’Église et concert, voir l’article de J.-F Heintzen, « Entre église (...)
  • 32 Les liens entre musique militaire et musique d’Église sont étroits dans les deux derniers siècles d (...)
  • 33 Voir à ce propos Jean-François Plante, « François Dumontsard et la Nouvelle-France. Parcours d’un m (...)
  • 34 A.D. Puy-de-Dôme, L 2609, District de Clermont, Ordonnance de 30 livres destinées à François Morel.
  • 35 A.D. Puy-de-Dôme, 6 E 113/126, État civil de la commune de Clermont-Ferrand.
  • 36 A.D. Haute-Loire, L 208.
  • 37 Moyenne d’âge calculée à partir de 70 enfants dont la date de naissance est connue avec certitude.
  • 38 A.D. Marne, 1 L 1355.
  • 39 Il s’agit ici d’émettre une hypothèse en effectuant une analogie entre deux chapitres cathédraux d’ (...)

13Il n’est pas moins évident que la fermeture des maîtrises en 1790 remet tout en question, pour les musiciens adultes d’abord. L’Église en était, sans conteste, le premier employeur et les solutions de repli sont peu nombreuses. On peut citer le concert, mais les places sont chères et sans doute réservées aux musiciens les plus expérimentés31. Il y a également l’armée32, et il existe d’intéressants exemples de passage d’une institution à l’autre33, y compris pour les enfants qui étaient proches de la fin du service en 1790. Parmi ceux qui sont actifs dans les églises du Puy-de-Dôme, on en relève cinq qui s’engagent dans les armées révolutionnaires. C’est notamment le cas de François Morel, enfant de la collégiale Notre-Dame-du-Port, né en 1774, qui est inscrit comme « volontaire dans les armées » dans un acte de 179334. C’est également le cas d’Henri Veret, ancien enfant de la collégiale Saint-Genès de Clermont qui, lorsqu’il se marie en 1810, est dit « militaire retraité35 ». Malgré ces indices d’engagement, il reste bien difficile de faire le lien avec la pratique musicale et d’affirmer que leur formation leur a servi dans l’armée, si ce n’est, en dehors de notre zone d’étude, pour le Brivadois Julien Ronzier, qui rejoint l’armée comme « musicien volontaire du 1er bataillon du département de la Haute-Loire lors de sa création », en juin 179236. De plus, cela n’était généralement qu’une solution provisoire, et à ce titre Henri Veret occupe le métier de jardinier comme son père avant lui au moment de son mariage. Il ne fait guère de doute, cependant, que certains enfants, ceux des collégiales importantes et des cathédrales notamment, ont pu exercer leurs talents de chanteur ou d’instrumentiste dans d’autres institutions que l’Église, à l’image de Ronzier. L’âge moyen des enfants des églises du Puy-de-Dôme en 1790 étant de 12 ans37, beaucoup avaient un certain nombre d’années de service à leur actif et donc de réelles capacités musicales. Le tableau 1, qui apporte des informations précises quant au niveau vocal des enfants de la cathédrale de Reims en 179038, peut permettre, par analogie, d’imaginer celui des enfants de cathédrale de Clermont (tableau 2)39.

Tableau 1 – Évaluation des capacités vocales des enfants de chœur de la cathédrale de Reims en 1790

Enfant

Âge

Temps de service

Capacités vocales

Noailles

18

10 ans

De la première sorte pour la musique vocale

Damery

16

8 ans

Sait assez bien la musique vocale et chante la haute-contre

Bory

14

7 ans et demi

Sait bien la musique vocale et chante la haute-contre

Maresse

131/2

6 ans et demi

Sait assez joliment la musique vocale

Fossier

131/2

6 ans

Sait assez bien la musique vocale

Bocquet

131/2

6 ans

Sait assez bien la musique vocale

Rondelet

12

4 ans et demi

Chante le dessus et a une belle voix

Nivelle

12

3 ans et demi

Chante le dessus et a une belle voix

Fournier

10

3 ans et demi

Chante le dessus et a une très belle voix et une voix rare

Plé

9,5

1 an et demi

A une jolie voix et d’excellentes capacités

Bastien Mailhot, 2017. Source : A.D. Marne, 1 L 1355, Lettre du chanoine Dubourget au directoire du district de Reims, 1790.

Tableau 2 : État supposé de la voix des enfants de chœur de la cathédrale de Clermont en 1790

Enfant

Âge

Temps de service

Capacités vocales supposées

André Nony

14

8 ans

Début de la mue, voix instable. Maîtrise possible de la haute-contre

Gaspard Dessat

14

7 ans et demi

Début de la mue, voix instable. Maîtrise possible de la haute-contre

François Tourette

13

4 ans

Début de la mue voix instable

Guillaume Dubois

12

5 ans

Dessus

François Monet

11

4 ans

Dessus

Augustin Derriege

12

4 ans

Dessus

Pierre Vichy

10

4 ans

Dessus

Henry Chassagnat

9

2 ans et 4 mois

Fin de l’apprentissage

J-B. Dessat

8

1 an et 6 mois

Apprentissage

Antoine Huote

8

2 mois

Apprentissage

Bastien Mailhot, 2017. Source : A.D. Marne, 1 L 1355. Il s’agit ici d’émettre une hypothèse en effectuant une analogie entre deux chapitres cathédraux d’importance équivalente.

  • 40 B. Mailhot, Les Enfants de chœur […], p. 302.

14S’il n’est pas possible de connaître le nombre d’enfants qui auraient poursuivi une carrière musicale, on peut tout de même avancer qu’à la cathédrale de Clermont, trois à quatre enfants en moyenne par génération intégraient le chapitre comme musicien habitué à la fin de leur service au XVIIIe siècle40.

La répartition socioprofessionnelle

15Privé de la possibilité d’exercer le métier de musicien et se trouvant dans une période peu propice à l’exercice de la prêtrise, les enfants de chœur de 1790 se sont-ils tournés vers les métiers de l’artisanat et de la boutique qu’exerçaient en grande majorité leurs pères ? C’est effectivement ce que montrent les sources généalogiques. Il convient d’abord d’avoir en tête la répartition que l’on retrouvait dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. En voici un exemple constitué à partir des données concernant le devenir professionnel des enfants de deux collégiales clermontoises au XVIIIe siècle :

Graphique 1 : Devenir professionnel pour 40 enfants de chœur des collégiales Notre-Dame-du-Port et Saint-Genès de Clermont (1750-1780)

Graphique 1 : Devenir professionnel pour 40 enfants de chœur des collégiales Notre-Dame-du-Port et Saint-Genès de Clermont (1750-1780)

Bastien Mailhot, 2017. Source : État civil : métier mentionné dans l’acte de mariage.

  • 41 Il s’agit du métier exercé au moment de l’acte, ce qui ne veut pas dire que la personne a exercé le (...)

16Concernant la génération 1790 maintenant, on observe, à partir d’un échantillon identique, une nouvelle répartition socioprofessionnelle. Sur 40 enfants dont le métier a été retrouvé à l’aide des actes de mariage ou de décès, 28 occupent un métier de l’artisanat à l’âge adulte41 :

Graphique 2 - Devenir professionnel pour 40 enfants des églises du Puy-de-Dôme actifs en 1790

Graphique 2 - Devenir professionnel pour 40 enfants des églises du Puy-de-Dôme actifs en 1790

Bastien Mailhot, 2017, État civil : métier mentionné dans l’acte de mariage

  • 42 Voir à ce propos B. Mailhot, Les Enfants de chœur […], p. 307-310, « Reproduction ou ascension soci (...)
  • 43 Il s’agit essentiellement des fonctions de sacristain et de bedeau.
  • 44 Il occupe toujours cette fonction lorsqu’il se marie en 1811 à Clermont-Ferrand. A.D. Puy-de-Dôme, (...)

17Cette répartition est évidemment bien différente de celle que l’on pouvait rencontrer avant 1790, puisqu’il n’y a plus de musiciens alors qu’ils représentaient une part importante à la fin de l’Ancien Régime42. On remarque aussi que les employés d’Église43, qui étaient également en nombre, ont quasiment disparu, à l’exception de Julien Juvainroux, enfant de la collégiale Saint-Pierre de Clermont, qui deviendra et demeurera sacristain de la cathédrale44.

  • 45 A.D. Puy-de-Dôme, 3 E 500/418.
  • 46 Ibid., 3 E 500/420
  • 47 Ibid., 3 E 500/451
  • 48 La prise en charge peut être complète, comme c’est le cas pour Antoine Gilliard, enfant de chœur de (...)

18Si l’on regarde d’un peu plus près les métiers exercés, on relève que les enfants qui s’orientaient, sous l’Ancien Régime, vers un métier de l’artisanat, choisissaient parfois un métier différent de celui de leur père. S’il y avait indéniablement une reproduction sociale sur le plan de la catégorie socioprofessionnelle, ce n’était pas nécessairement le cas pour le métier lui-même. À ce titre, on peut citer, pour la collégiale Notre-Dame-du-Port de Clermont, les exemples de Gilbert Brandely, fils d’un couvreur qui deviendra cordonnier vers 173345, et de Philippe Botte, fils d’un maçon, qui exerce à partir de 1755 le métier de menuisier46. Pour le chapitre voisin de Saint-Genès, on relève, entre autres, le cas de Guillaume Amblard, fils d’un menuisier qui deviendra cordonnier47. On l’a dit précédemment, les chapitres finançaient en principe l’apprentissage et donc jouaient certainement un rôle dans le choix du métier. Les sommes engagées étaient variables d’un chapitre à l’autre mais dans tous les cas le financement de l’apprentissage n’était pas négligeable48. Après 1790, il n’y a plus de maîtrises et donc plus de financement ; par conséquent les enfants vont plus facilement se tourner vers leur père pour apprendre un métier. C’est une tendance qui est d’abord générale, puisque, sur les 40 enfants, 23 exerceront après 1790 un métier identique à celui de leur père à l’âge adulte. La tendance est encore plus nette si l’on ne regarde que les artisans puisque, sur 25 anciens enfants de chœur exerçant une profession dans l’artisanat, 23 ont exactement la même profession que leur père. On peut citer ici l’exemple de Pierre Vichy, en service à la cathédrale de Clermont jusqu’en 1790, qui, lorsqu’il se marie en 1814, est boulanger à Riom, profession qu’exerçait son père à Artonne.

  • 49 Jean-Henri-Romain Prompsault, Dictionnaire raisonné de droit et de jurisprudence en matière civile (...)
  • 50 Voir à ce propos B. Dompnier, « Les maîtrises capitulaires […] », p. 131-151. Voir également B. Mai (...)

19Certes, on pourrait opposer à cela que des gratifications ont été versés aux enfants de chœur et que celles-ci devaient être équivalentes aux sommes perçues normalement par les enfants en fin de service. En effet, l’article 9 de la loi du 1er juillet 1792 accorde « aux enfants des chapitres supprimés les mêmes secours que lesdits chapitres leur accordaient à leur sortie49 ». La question se pose donc de savoir si ces gratifications ont bien été payées, car on observe clairement un repli des enfants sur le domicile familial et un renforcement de la tutelle paternelle. Il est possible également que l’argent des gratifications données à des enfants de 10 à 15 ans ait été récupéré par les parents et utilisé à d’autres fins que l’apprentissage de leur rejeton. Cela vient confirmer, dans le même temps, le rôle important que jouaient les chapitres dans l’orientation des enfants vers des métiers différents de ceux de leurs pères, dans le but de répondre avant tout à une demande de l’artisanat environnant. On connaît désormais très bien les liens de sociabilité qui existaient entre les chapitres et le monde de la boutique situé dans l’environnement proche50.

20En définitive, la fin des maîtrises n’a pas entraîné de déclassement social particulier chez cette génération, mais semble avoir renforcé le phénomène de reproduction sociale tout en lui ayant ôté un certain nombre de perspectives (métiers de la musique, semi-prébende) qui pouvaient éventuellement leur permettre une ascension sociale.

Un sentiment d’amertume ?

21Comment la génération 1790 a-t-elle intimement vécu la suppression des maîtrises capitulaires ? Il est difficile de le dire au vu des sources dont on dispose. Les suppliques adressées par les enfants aux administrations révolutionnaires sont évidemment riches de nombreuses formules glorifiant la Révolution, dans la mesure où il s’agit d’obtenir un secours. Dans leur supplique collective, les enfants de la collégiale Saint-Genès de Thiers écrivent :

  • 51 A.D. Puy-de-Dôme, L 2616.

« Nous ne chercherons qu’à nous fortifier dans les principes d’une Révolution dont nous sentons mieux le bonheur que nous ne pouvons l’exprimer et quel instant plus propice à graver dans nos cœurs ces sentiments que celui où vous daignerez nous attacher à elle par un bien fait51. »

22Autrement dit, ces enfants seront en mesure de chérir cette Révolution si les administrateurs leur accordent l’équivalent de ce qu’elle leur a ôté. La pointe d’amertume que l’on ressent derrière cette phrase est totalement compréhensible et elle peut d’ailleurs être perçue dès la phrase, un brin fataliste, qui introduit la supplique : « Aujourd’hui, messieurs, que la réalité et les espérances se sont évanouis pour nous... ». Pour ce qui est de l’enfant de chœur brivadois Julien Ronzier, il ne s’embarrasse pas, pour sa part, de formules portant aux nues les événements :

  • 52 A.D. Haute-Loire, 2 L 208.

« Le suppliant après avoir fini sa carrière d’enfant de chœur, jouissait d’un revenu annuel de cent ecus, qu’il vint subir un sort plus cruel encore que le premier dans le malheur général, et devient qui plus est a charge d’une famille entière qui gemit sous le poids énorme des disgraces des temps. Vous n’ignorés pas sans doute messieurs, que les parents du triste et malheureux suppliant ont été submergés dans ce naufrage universel. Ah ! du moins messieurs, voÿés d’un oeil de pitié et de charité les malheurs que je viens d’essuyer les spectatives qu’on ma enlevé, et daignés de grace ÿ porter du secours52 ! »

23Bien qu’il faille toujours avoir suffisamment de recul lorsque l’on aborde cette documentation dont l’objectif premier est de convaincre les administrateurs par un ton volontairement misérabiliste, ces témoignages doivent être considérés car ils rendent compte, malgré tout, de la situation compliquée de l’ensemble d’un groupe social. Il fallait cependant des éléments plus probants sur le ressenti des enfants et l’un d’eux est venu de la bibliographie.

  • 53 Ph. Bourdin, « Les jacobins du bois de Cros (Clermont-Ferrand, an V) : chronique d’un massacre anno (...)
  • 54 Henri Chassagnat et François Monet sont nés respectivement le 11 décembre 1778 et le 27 mars 1779, (...)
  • 55 Ph. Bourdin, « Les jacobins […] », p. 165.
  • 56 Il fait allusion ici au vicomte de Beaune, « lieutenant-général du roi au Gouvernement de la Basse- (...)
  • 57 A.D. Puy-de-Dôme, 3 E 500/482, Acte de baptême de François Monet, 27 mars 1779, paroisse Saint-Pier (...)

24En 1997, Philippe Bourdin rédigeait en effet un article portant sur une tuerie collective, celle des « Jacobins » du bois de Cros53, épisode funeste de la Révolution à Clermont qui vit périr plusieurs républicains en 1797 des mains d’une foule lassée par les événements. Parmi les activistes cités par l’auteur, Henry Chassagnat et François Monet54, deux anciens enfants de chœur de la cathédrale de Clermont actifs jusqu’en 1790. Racontant en détail le déroulement de cet épisode sanglant, Philippe Bourdin explique « qu’à la lutte politique, va s’ajouter une réelle vengeance sociale55 ». Il cite alors une phrase qu’aurait prononcée le fils du concierge de l’ancien propriétaire des lieux en s’acharnant sur un cadavre : « Si monsieur de Beaune56 étoit ici, on le réintégreroit dans son château. ». Si cette phrase n’est pas anodine, c’est parce que son auteur est sans doute François Monet, dont le père exerçait bien la profession de concierge au service du vicomte de Beaune, comme spécifié dans son acte de baptême57. Au même titre que le bedeau et le suisse de la collégiale Saint-Genès, qui montreront eux aussi beaucoup de hargne dans les affrontements, la disparition des ordres anciens lui a sans doute ôté nombre de perspectives.

25À l’évidence, cet exemple isolé ne suffit pas à démontrer l’existence d’un fort ressentiment partagé par une majorité d’anciens enfants de chœur vis-à-vis des événements. Il mérite pourtant l’intérêt parce qu’il vient d’un enfant de la cathédrale, c’est à dire d’un chapitre où les enjeux étaient plus grands que dans n’importe quel autre chapitre du diocèse.

Conclusion

  • 58 Pour reprendre les mots de Françoise Noblat, « une maîtrise ne se conçoit, et ne se comprend, que p (...)

26Les éléments relevés au cours de cet article ont surtout permis de montrer l’importance que revêtait l’institution maîtrisienne pour ceux qui la fréquentaient, ainsi que pour leur famille, jusqu’en 1790. Institution d’éducation parmi d’autres sous l’Ancien Régime, la maîtrise capitulaire se distinguait non seulement par l’efficacité de son enseignement musical mais aussi par sa vocation à accompagner chacun de ses pensionnaires au-delà et sa formation, quelle qu’ait été sa réussite. Retenons donc, au terme de ce travail, que le qualificatif de « génération sacrifiée » semble approprié pour désigner ce groupe social (plusieurs milliers d’enfants sans doute sur l’ensemble du territoire) qui s’est vu privé des perspectives offertes par l’institution aux générations précédentes, notamment la possibilité d’intégrer un chapitre pour y exercer des fonctions musicales ou religieuses58, ou de profiter du financement d’un apprentissage en usant de réseaux de sociabilité plus ou moins développés en fonction des lieux.

  • 59 La base Muséfrem recèle de nombreuses données à ce propos sur l’ensemble de la France. Lorsque l’on (...)

27Pour autant, des investigations supplémentaires seraient nécessaires sur cette thématique. Celles-ci pourraient être menées prioritairement à partir des chapitres dont les enfants de chœur percevaient les gratifications de fin de service les plus élevées59, et pour lesquels les enjeux étaient donc supérieurs à ce qui a été observé dans le Puy-de-Dôme. Cela permettrait sans doute aussi d’éclaircir la question, tout juste ébauchée ici, du ressenti des enfants sur leur situation.

Haut de page

Notes

1 A.D. Puy-de-Dôme, L 2612, Supplique des enfants de chœur de la collégiale Saint-Genès de Thiers à l’administration du département du Puy-de-Dôme [1790-1791, non datée précisément].

2 François Henri Joseph Blaze, Dictionnaire de musique moderne, Bruxelles, Académie de musique, 1828, p. 27.

3 Dans son acception la plus large, la maîtrise peut désigner, au même titre que la « chapelle musicale » ou le « corps de musique » l’ensemble des musiciens au service d’une église. Il convient donc de préciser d’emblée qu’au cours de cet article elle sera comprise selon son sens initial, c’est-à-dire comme structure d’enseignement et d’éducation accueillant des enfants.

4 Bernard Dompnier, « Les maîtrises capitulaires et l’apprentissage du métier de musicien dans la France d’Ancien Régime », dans Guy Bedouelle, Christian Belin et Simone de Reyff (dir.), La Tradition du savoir, Fribourg, Academic Press, 2011, p. 132.

5 Voir à ce propos Bastien Mailhot, Les Enfants de chœur des églises du centre de la France. Les institutions capitulaires d’éducation et leurs élèves aux XVIIe et XVIIIe siècles, thèse de doctorat, Clermont-Ferrand, 2014, 586 p. Voir plus particulièrement la bibliographie sur le sujet, p. 547-570. Thèse publiée aux Presses universitaires Blaise-Pascal en 2018.

6 À la fin de l’Ancien Régime, ces gratifications se montent à une centaine de livres dans les chapitres modestes et peuvent aller jusqu’à près de 900 livres dans certaines collégiales parisiennes.

7 La base de données prosopographique Muséfrem recense les musiciens d’Église en France sous l’Ancien Régime. Toujours en cours d’élaboration, mais pour partie disponible en ligne, elle compte actuellement plus d’un millier d’enfants de chœur en activité en 1790.

8 Département issu de l’ancien diocèse de Clermont, le Puy-de-Dôme compte trente chapitres d’importance et de profils très divers. Après la puissante cathédrale de Clermont, on rencontre des collégiales urbaines importantes (Notre-Dame-du-Port, Saint-Genès, Saint-Amable de Riom), des structures rurales plus discrètes mais néanmoins situées sur de riches terres (Notre-Dame de Vertaizon, Saint-Cerneuf de Billom, Saint-Victor et Sainte-Couronne d’Ennezat, Saint-Pierre de Lezoux dans la Limagne) mais aussi de très modestes établissements situés en milieu rural, voire montagneux (Le Broc, Mareughol, Crocq, Laqueuille). Voir à ce propos B. Mailhot, Les Enfants de chœur [...], op. cit., p. 27.

9 À propos des musiciens d’Église qui intègrent le concert, voir, par exemple, l’article de Jean-François Heintzen, « Entre église et concert, la pluriactivité des musiciens moulinois au XVIIIe siècle », Revue de musicologie, t. 94, no 2, 2008, p. 309-324.

10 Il existe de nombreux exemples de reconversion de musiciens dans le milieu éducatif, notamment dans le Puy-de-Dôme. On citera par exemple le cas de Pierre Jamart, maître de musique de la collégiale Saint-Cerneuf de Billom, qui devient instituteur dans la commune voisine de Saint-Julien-de-Coppel. Voir A.D. Puy-de-Dôme, L 2163, Délibérations du jury d’instruction publique de l’arrondissement de Clermont-Ferrand, 1er thermidor an IV [19 juillet 1796]. Document communiqué par Côme Simien, que je remercie.

11 On peut citer à ce propos l’exemple de la collégiale Saint-Martin de Cournon qui n’entretient, tout au long du XVIIIe siècle, qu’un enfant de chœur et aucun maître de musique mais ponctuellement une maîtresse d’école pour l’enseignement de la lecture. Voir B. Mailhot, Les Enfants de chœur […], p. 58. À propos des petites maîtrises, voir également Georges Escoffier, « La maîtrise de la collégiale de Beaujeu au XVIIIe siècle : un dispositif musical et institutionnel minimal », Revue de musicologie, 78/1, 1992, p. 150-160.

12 B. Mailhot, Les Enfants de chœur […], p. 121-130. Pour ce qui est de la génération de 1790, on peut citer l’exemple de Gilbert Mignot, enfant âgé de 14 ans au moment de la fermeture du chapitre d’Orcival et qui ne signe pas son acte de mariage (A.D. Puy-de-Dôme, 6 E 262/10, 10 pluviôse an VII [29 janvier 1799]).

13 Notre-Dame-du-Port est une église à la fois collégiale et paroissiale.

14 L’assistance d’enfants aux enterrements est également observée à Aurillac. Jean-Baptiste Lakairie, au service de la collégiale Saint-Géraud à la fin du XVIIIe siècle, en fait mention dans ses écrits postérieurs. Voir Philippe Bourdin, « Confessions d’un enfant de chœur, Jean-Baptiste Lakairie (1765-1829) », dans B. Dompnier (dir.), Les Bas chœurs d’Auvergne et du Velay, le métier de musicien d’Église aux XVIIe et XVIIIe siècles, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise-Pascal, 2010, p. 235.

15 L’âge de ces enfants doit également être considéré, car l’écriture n’est pas enseignée dès l’entrée, mais seulement une fois que la lecture est maîtrisée, soit après un an et demi à deux ans de présence, peut-être trois dans ce type d’église. Voir B. Mailhot, Les Enfants de chœur […], p. 169.

16 A.M. Riom, GG 132 bis, Catalogus scolasticorum qui audierunt in collegio Riomensi (1736-1786) et GG 132 ter, Catalogus […] (1787-1792).

17 Les niveaux des collèges oratoriens sont les suivants (par ordre décroissant) : théologie, physique, logique, rhétorique, 3e, 4e, 5e et 6e.

18 A.D. Puy-de-Dôme, 26 G 4, Registre capitulaire de la collégiale Saint-Amable de Riom, délibération du 18 novembre 1777.

19 Son acte de naissance n’a pu être retrouvé. On peut supposer qu’il est entré au service de la collégiale Saint-Amable à 7 ou 8 ans et qu’il y est resté 7 ans, soit le temps de service en vigueur dans cette église. Cela situe donc sa naissance autour de 1762 ou 1763.

20 A.D. Puy-de-Dôme, 26 G 3, Délibération de la collégiale Saint-Amable de Riom, du 11 décembre 1721. Cet exemple est certes éloigné dans le temps mais demeure pertinent dans la mesure où le parcours éducatif des enfants de chœur évolue très peu sur l’ensemble de la période moderne.

21 A.M. Riom, GG 132 ter, Catalogus […] (1787-1792).

22 Il s’agit d’une petite collégiale située à quelques kilomètres au nord de Clermont-Ferrand et qui n’entretient que deux enfants de chœur tout au long du XVIIIe siècle.

23 A.D. Haute-Loire, 2 L 208, Supplique de Julien Ronzier, chorier de la cathédrale du Puy, à l’administration du département de la Haute-Loire [1790]. Dépouillement effectuée par Françoise Talvard.

24 Il explique lui-même dans sa pétition que cette exclusion fut causée par « quelques ennemis alors puissants qui sur un rapport médisant d’une faute commise dans un âge tendre prirent les armes de la haine et de la vengeance pour l’en faire chasser » - A.D. Haute-Loire, 2 L 208.

25 En recrutant principalement des enfants issus de milieux modestes et beaucoup d’orphelins, les chapitres cherchent à répondre aux valeurs, réaffirmées par le Concile de Trente, de charité et de bienfaisance. Voir à ce propos B. Mailhot, Les Enfants de chœur […], p. 275-280.

26 La supplique est signée des quatre enfants mais la grande qualité de la graphie et le fait qu’elle ne corresponde pas aux signatures le laisse penser.

27 A.D. Puy-de-Dôme, L 2616.

28 S’il est difficile d’obtenir des statistiques précises à ce propos, la proportion des enfants de chœur qui poursuivent une carrière ecclésiastique reste relativement faible sur l’ensemble des XVIIe et XVIIIe siècles, notamment dans les diocèses du centre de la France. Voir B. Mailhot, Les Enfants de chœur […], p. 293-301.

29 A.D. Puy-de-Dôme, L 2606, État des habitués attachés au chapitre d’Artonne, Note des officiers municipaux de la ville d’Artonne, 10 janvier 1793.

30 La formulation du document semble bien indiquer que la somme n’est pas à partager entre plusieurs enfants et que chacun d’entre eux qui poursuit des études ou apprend un métier peut en bénéficier. 

31 Au sujet du lien entre musique d’Église et concert, voir l’article de J.-F Heintzen, « Entre église et concert […] », p. 309-328.

32 Les liens entre musique militaire et musique d’Église sont étroits dans les deux derniers siècles de l’Ancien Régime. Ainsi, les musiciens militaires interviennent régulièrement dans les grandes célébrations en musique. Voir B. Mailhot, « La célébration de Notre-Dame Souterraine aux XVIIe et XVIIIe siècles. Naissance et développement d’une grande fête en musique », dans B. Dompnier (dir.), Les Langages du culte aux XVIIe et XVIIIe siècles, actes du colloque du Puy-en-Velay (28-30 octobre 2010), à paraître.

33 Voir à ce propos Jean-François Plante, « François Dumontsard et la Nouvelle-France. Parcours d’un musicien auvergnat sur deux continents au XVIIe siècle », dans B. Dompnier (dir.), Les Bas chœurs […], p. 191-204. Cet article retrace le parcours de François Dumontsard, enfant de chœur de la collégiale d’Ennezat, qui s’engage dans le régiment de Carignan-Salières et débarque à Québec en 1665.

34 A.D. Puy-de-Dôme, L 2609, District de Clermont, Ordonnance de 30 livres destinées à François Morel.

35 A.D. Puy-de-Dôme, 6 E 113/126, État civil de la commune de Clermont-Ferrand.

36 A.D. Haute-Loire, L 208.

37 Moyenne d’âge calculée à partir de 70 enfants dont la date de naissance est connue avec certitude.

38 A.D. Marne, 1 L 1355.

39 Il s’agit ici d’émettre une hypothèse en effectuant une analogie entre deux chapitres cathédraux d’importance équivalente.

40 B. Mailhot, Les Enfants de chœur […], p. 302.

41 Il s’agit du métier exercé au moment de l’acte, ce qui ne veut pas dire que la personne a exercé le même métier toute sa vie. Du reste, aucun changement de métier n’a été constaté lorsque nous disposions d’actes à différents moments de la vie.

42 Voir à ce propos B. Mailhot, Les Enfants de chœur […], p. 307-310, « Reproduction ou ascension sociale, un bilan contrasté ».

43 Il s’agit essentiellement des fonctions de sacristain et de bedeau.

44 Il occupe toujours cette fonction lorsqu’il se marie en 1811 à Clermont-Ferrand. A.D. Puy-de-Dôme, 6 E 113/127.

45 A.D. Puy-de-Dôme, 3 E 500/418.

46 Ibid., 3 E 500/420

47 Ibid., 3 E 500/451

48 La prise en charge peut être complète, comme c’est le cas pour Antoine Gilliard, enfant de chœur de la collégiale Notre-Dame-de-Vertaizon, qui signe un contrat d’apprentissage avec un tailleur d’habit billomois en 1726 (A.D. Puy-de-Dôme, 30 G 3, Collégiale Notre-Dame de Vertaizon, Contrat d’apprentissage, 17 mars 1726), mais aussi partielle, à l’image du contrat signé par Jean Pau (Notre-Dame-du-Port) avec un menuisier en 1721, et dont un tiers est à la charge des parents (A.D. Puy-de-Dôme, 4 G 158, Collégiale Notre-Dame-du-Port, Contrat d’apprenti, 30 juin 1721).

49 Jean-Henri-Romain Prompsault, Dictionnaire raisonné de droit et de jurisprudence en matière civile et ecclésiastique, volume 1, Paris, 1849, p. 286.

50 Voir à ce propos B. Dompnier, « Les maîtrises capitulaires […] », p. 131-151. Voir également B. Mailhot, Les Enfants de chœur […], p. 265.

51 A.D. Puy-de-Dôme, L 2616.

52 A.D. Haute-Loire, 2 L 208.

53 Ph. Bourdin, « Les jacobins du bois de Cros (Clermont-Ferrand, an V) : chronique d’un massacre annoncé », Annales historiques de la Révolution française, 1997, no 2, p. 249-304.

54 Henri Chassagnat et François Monet sont nés respectivement le 11 décembre 1778 et le 27 mars 1779, paroisse Saint-Pierre de Clermont. Voir A.D. Puy-de-Dôme, 3 E 500/482.

55 Ph. Bourdin, « Les jacobins […] », p. 165.

56 Il fait allusion ici au vicomte de Beaune, « lieutenant-général du roi au Gouvernement de la Basse-Auvergne et président de l’assemblée de la noblesse de cette province en 1787 », qui fut le dernier propriétaire du domaine. Concernant le parcours du vicomte pendant la Révolution, voir Marc de Vissac, Le Tribunal criminel du Puy-de-Dôme (1791-1800), Paris, 1897, p. 395.

57 A.D. Puy-de-Dôme, 3 E 500/482, Acte de baptême de François Monet, 27 mars 1779, paroisse Saint-Pierre de Clermont-Ferrand.

58 Pour reprendre les mots de Françoise Noblat, « une maîtrise ne se conçoit, et ne se comprend, que par rapport à l’ensemble plus vaste d’un chœur où l’on se donne tout entier à chanter le culte divin. Il est donc normal que la maîtrise ait un prolongement, une sortie possible […]. La maîtrise investit dans le présent, mais aussi dans l’avenir ». Citation extraite d’une note de recherche de François Noblat à propos de la maîtrise de la cathédrale de Reims, Notice document, Base MUSÉFREM, juin 2009.

59 La base Muséfrem recèle de nombreuses données à ce propos sur l’ensemble de la France. Lorsque l’on parle de chapitres où les gratifications de fin de service étaient particulièrement élevées on pense par exemple aux chapitres parisiens, ayant constaté que certains enfants percevaient, dans certaines collégiales, près de 900 livres de gratification pour un service complet à la fin de l’Ancien Régime. Voir AN, LL 516, Registres des actes capitulaires de la collégiale Saint-Honoré de Paris (1772-1787) (dépouillement réalisé par François Caillou en juin 2010).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Devenir professionnel pour 40 enfants de chœur des collégiales Notre-Dame-du-Port et Saint-Genès de Clermont (1750-1780)
Légende Bastien Mailhot, 2017. Source : État civil : métier mentionné dans l’acte de mariage.
URL http://journals.openedition.org/siecles/docannexe/image/3406/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 988k
Titre Graphique 2 - Devenir professionnel pour 40 enfants des églises du Puy-de-Dôme actifs en 1790
Légende Bastien Mailhot, 2017, État civil : métier mentionné dans l’acte de mariage
URL http://journals.openedition.org/siecles/docannexe/image/3406/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bastien Mailhot, « Les enfants de chœur de 1790. Quel avenir pour une génération sacrifiée ? », Siècles [En ligne], 45 | 2018, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 22 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/siecles/3406

Haut de page

Auteur

Bastien Mailhot

Docteur en histoire, Université Clermont-Auvergne
Chercheur associé au Centre d’Histoire « Espaces et Cultures » (CHEC), EA 1001

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • OpenEdition Journals