Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1 Nos remerciements, à Stéphane Gomis et à moi-même, vont en premier à notre jeune collègue Stéphane (...)

1Le dossier ici présenté est issu d’une journée d’étude tenue à la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand, le 14 octobre 2016, dans le cadre des activités scientifiques du troisième axe de recherche du Centre d’Histoire « Espaces et Cultures »1.

2L’une des caractéristiques de cet axe 3 du CHEC, intitulé « Archéologie et Histoire des territoires : dynamiques et représentation », est, dans l’intention de soutenir son orientation vers l’histoire des espaces, de se tenir au plus près des concepts élaborés par nos collègues et voisins géographes, tout en les adaptant aux évolutions culturelles qui caractérisent les différentes périodes historiques dont, en tant qu’historiens, les membres de l’axe ont à traiter. De ce fait, nombre de chercheurs du CHEC ont été conduits à user des concepts de « relations villes-campagnes », « centralité », « centre versus périphérie », « maillages et réseaux » et, pour ce qui nous intéresse plus spécialement ici, » flux ».

  • 2 Jean-Luc Fray, Villes et bourgs de Lorraine. Réseaux urbains et centralité au Moyen Âge, Clermont-F (...)

3À côté de la « méthode de la centralité »2, la « théorie des flux » occupe désormais une place déterminante dans la méthodologie des recherches historiennes sur l’espace, ses structures et sa perception. Comme le rappelle Michèle Villetard dans l’introduction de son étude, le mot « flux », sorti au XVe siècle du champ sémantique initial de la médecine, est utilisé aujourd’hui couramment, dans des domaines très divers allant du phénomène des marées (le flux et le reflux), à la finance (les flux monétaires) en passant par la démographie (les flux migratoires), mais toujours avec une connotation forte et triple de « déplacement entre un point de départ et un point d’arrivée assignables géographiquement », de continuité et d’abondance.

4Denise Pumain et Thérèse Saint-Julien, dans Les interactions spatiales, ouvrage paru en 2001, nous rappellent que, pour un géographe, en matière d’interactions ou transactions entre êtres ou groupes humains, la distinction fondamentale est entre celles de ces interactions qui impliquent un déplacement physique de l’acteur et celles qui ne le demandent pas (exemples contemporains : téléphone, courriel, SMS…). Cette distinction peut être par nous conservée, mais il nous a semblé qu’une autre devait intervenir, relative au contenu de l’interaction, celle qui distingue, sans les opposer comme irréductiblement autres, les « flux matériels » (d’hommes, de marchandises, de capitaux) et les « flux immatériels », les premiers ayant abondamment été traités dans l’Histoire, notamment en histoire économique, financière ou démographique, les seconds beaucoup moins et rarement sous l’angle de l’étude spatiale.

5La dernière édition (2013) du Dictionnaire de la Géographie et de l’Espace des Sociétés, sous la direction de Jacques Lévy et Michel Lussault, semble inviter à cette mise en regard, non point tant dans l’article « flux » proprement dit que par des ouvertures à l’idée de flux invisibles effectuées dans le même ouvrage, respectivement au sein des articles consacrés aux phénomènes de « polarisation » et de » réseau urbain » : « Les « polarités » peuvent se manifester par des mouvements visibles (mobilité des personnes, déplacement des marchandises…), semi-visibles (mobilité des capitaux, flux des ordres) ou encore moins perceptibles visuellement (diffusion culturelle) » ; et, de même, en ce qui regarde la définition des réseaux urbains : « Ensemble de villes reliées entre elles, de façon durable et structurante, par des interactions et des flux matériels et immatériels ».

6Dans ce contexte, notre proposition pour les présentes journées était de mettre en regard le rôle, devenu classique dans l’historiographie économique et spatiale, des flux réels au sein des espaces et celui, moins « classique », des flux immatériels, ainsi que les formes combinées (ainsi entre flux de savoirs, migration des hommes et flux économiques) ; ces dernières montrent comment il arrive que les deux catégories se supportent (flux réels porteurs de flux immatériels : cas de la propagation de l’information) ou se renvoient asymétriquement l’un à l’autre (flux immatériels « en retour » de flux réels ou à l’inverse, comme dans le cas des commandes). Si l’on s’attache à distinguer l’intensité des contenus, on relève alors des flux portant toute une culture, dans la complexité de ses composantes et des flux transmettant des savoirs techniques, parfois très précis, des catégories particulières d’informations, politiques, administratives ou professionnelles…

7Il reste que, comme cela a été rappelé, vigoureusement et à bon droit, au cours des discussions de la journée, la notion de flux – par héritage de son utilisation sémantique première en rapport avec des écoulements liquides – suppose un courant suffisamment abondant et constant, si possible mesurable. Pour les périodes anciennes, dans des sociétés qui ne sont pas obsédées par la statistique, le caractère mesurable des flux reste parfois difficile à apprécier et peut relever de la description, à condition qu’elle soit appuyée sur un nombre suffisant d’exemples. En ce qui regarde la catégorie des flux immatériels, le caractère mesurable est souvent encore plus aléatoire quand il ne peut s’appuyer sur une mesure sous-jacente de flux concrets : les flux d’idées peuvent, à la période moderne, être estimés, en intensité et en destination, à travers la circulation des livres ; la même mesure, pour les manuscrits médiévaux est possible mais les cas réellement opératoires sont en nombre plus restreint. Sans tomber dans le ridicule d’appeler « flux » un phénomène qui ne trouverait qu’une seule et unique application, il faudra donc se résoudre à abaisser le seuil mesuré de pertinence du phénomène, d’une façon générale pour la catégorie des flux immatériels et plus particulièrement lorsque cette dernière est envisagée à de hautes époques.

8Au CHEC, laboratoire désormais résolument tourné vers la réalisation de cartographies historiennes, il ne faut point se cacher non plus la particularité et la difficulté de la représentation cartographique ou schématique de ce type de flux. De même, se pose la question des jeux d’échelles, du local ou infrarégional (deux des communications s’inscrivent dans l’espace de l’Auvergne médiévale ou moderne) à l’interrégional (de Rome à Athènes, de l’Espagne à l’Italie par la côte languedocienne).

9Au sein des « flux immatériels », je propose, pour compléter cette première réflexion, de distinguer de nouveau le mode de la « rêverie », qui est un moyen d’abolir les distances, les obstacles et donc les coûts (mais pas la nécessité d’acquisitions des informations, qui peuvent cependant l’être sur le mode fantasmé, onirique) et le mode du projet, qui les réintroduit. Dans les sociétés anciennes, le type de la « transaction sans déplacement » apparaît peut-être plus restreint (mais ne serait-ce pas un effet des sources ou une conséquence d’une lacune de la recherche ?), ce qui déplace le curseur entre les interactions sans déplacement de l’acteur mais comportant un vecteur de transport de l’information et les « déplacements mentaux », consistant à penser avec intention et intensité, voire de façon répétitive, à un lieu ou à une personne ou un groupe humain sis dans un autre lieu : évoquons, à titre d’exemple et en matière de pratiques religieuses, les fraternités de prière entre monastères, manifestées par la circulation régulière de porteurs de « rouleaux des morts » : ce flux matériel, épisodique, n’en est pas moins à l’origine, entre les communautés monastiques concernées, de flux d’intentions de prières plus abondants, permanents et durables dans le temps long. Est-il possible de faire une histoire des sociétés à forte pratique religieuses, d’hier et d’aujourd’hui, en ignorants les flux d’échanges « spirituels » (caritas) entre les hommes et entre ici-bas et l’au-delà ?

  • 3 En 1487, le pape Innocent VIII accorde aux nonnes dominicaines du couvent de Sainte-Catherine d’Aug (...)

10La transaction sans déplacement, immatérielle, peut tout aussi bien être à l’origine d’une mobilité ultérieure : penser intensément à Jérusalem peut rester du domaine du regret (ainsi la prière juive « si je t’oublie, Jérusalem ») ou déclencher la participation effective au pèlerinage, à la migration (l’allia juive : la « montée à Jérusalem ») ou à la croisade. Il en va de même du rapport entre les prières quotidiennes du musulman tourné vers la Mecque et la réalisation ultérieure de son autre obligation rituelle, celle du hadj) ; on bascule alors sur le mode « projet ». Mais la transaction locale, à la fois matérielle (pèlerinage local) et immatérielle (le transfert mental au sein de l’espace), peut aussi totalement remplacer le projet : le Musée régional de la Narbonne antique possède ainsi une maquette en pierre de l’édifice primitif, constantinien, du Saint-Sépulcre de Jérusalem ; l’objet, daté du Ve siècle, servait lors de la consécration du chrême, qui, touchant la représentation du lectum (tombeau) du Christ, en recevait sa sacralité : les pèlerins désireux de partir à Jérusalem mais empêchés venaient s’y recueillir, en lieu et place de leur projet abandonné de pèlerinage lointain. On sait que cette attitude de pratique dévotionnelle à distance se répand dans les milieux chrétiens à la fin du Moyen Âge avec la méditation devant le chemin de croix et le calvaire. Or on est en droit de se demander si les politiques proche-orientale des États européens au XIXe et dans la première moitié du XXe siècle ne peuvent s’expliquer, au milieu d’autres mobiles, et ne peuvent s’appuyer dans les opinions publiques, sur un attachement à la Terre sainte qui doit moins aux lointaines croisades médiévales – même réinstrumentalisées – qu’aux pèlerinage réels et à la familiarité plus grande encore, assurée par ces « pèlerinages mentaux », dont Rome aussi a pu bénéficier3.

11Le regain d’intérêt dont témoigne la « prolifération d’images à fort impact visuel décrivant des réseaux et des échanges localisés » justifie la première place donnée à la contribution rétrospective de Françoise Bahoken sur l’évolution de la cartographie des flux de 1836 à 2016, autrement dit : « comment l’évolution de l’analyse cartographique des flux permet une (re)lecture de celle des interactions spatiales ? ».

12L’auteur rappelle que, si la statistique graphique émerge au XVIIe siècle, il faut attendre 1837 pour voir apparaître une démarche cartographique dédiée à la représentation de flux origine/destination, en l’occurrence l’intensité du trafic sur les différents tronçons d’un réseau ferroviaire. Elle montre comment l’essor et les évolutions des représentations cartographiques de flux ont, entre autres choses, visé à répondre aux critiques adressées à la géographie à partir de la première moitié du XXe siècle – selon lesquelles cette discipline se serait trop longtemps contentée d’effectuer des localisations de données, dans le cadre d’une pratique restée essentiellement descriptive, sur le mode de l’inventaire – en renforçant la prise en compte des mouvements, de quelque nature qu’ils soient, des relations entre des lieux, évaluées ou non. L’article montre aussi comment, dès la fin du XIXe siècle, la cartographie de flux accompagnant une analyse géographique peut tendre à une visée exploratoire – s’efforçant de représenter des logiques spatiales non apparentes sur le terrain – autant qu’explicative, pour illustrer lois et hypothèses qui fondent l’analyse spatiale en géographie. L’étude met enfin en valeur les différents « tournants » de la cartographie des interactions spatiales, aboutissant de nos jours à une vision continue des dites interactions (alors que les mesures réelles demeurent discrètes) et à l’émergence d’une nouvelle discipline, la géomatique ou science de l’information géographique.

13L’étude apporte aux historiens des précisions conceptuelles bien venues, ainsi en distinguant flux (du point A au point B) et trajectoire (qui fait passer de A en B, puis C, puis D, etc.) et d’autres qui feront débat : ainsi de la distinction entre flux matériels et flux immatériels, dont la ligne de partage proposée par l’auteure ne recouvre pas celle que nous mêmes, historiens, ressentons plus que nous ne la définissons : sont déclarés ici « immatériels » les flux, même d’hommes ou d’objets, dont on en connaît le point de d’origine et le point de destination, mais plus rarement, voire pas du tout, les points intermédiaires, ce qui rend incertains le tracé exact du déplacement et les étapes intermédiaires, d’où le choix arbitraire d’une ligne droite théorique comme image de la représentation, comme si le déplacement se faisait à vol d’oiseau et sans tenir compte des contraintes géographiques ; à l’inverse, est flux « matériel » un flux dont on peut saisir, comprendre et cartographier, presque de point en point, les modalités de déplacement, ce qui aboutit, cartographiquement, à des traits sinueux, l’abondance des points intermédiaires connus permettant un tracé détaillé au plus juste.

14L’abondance du nombre de personnes et des quantités d’objets déplacés vers Rome (il s’agit ici « d’hommes instruits », de livres et de statues) par la conquête romaine du monde hellénistique, ainsi que la continuité chronologique du phénomène, entre les derniers siècles de la République et le principat d’Hadrien (IIe s. av.-IIe s. apr. J.-C.), autorise, aux yeux de Michèle Villetard, l’utilisation du concepts de flux dans l’analyse de ces transferts – abondants, continus sur le temps long et mêlés – d’hommes, d’objets et d’idées. L’auteure met également en valeur le caractère de « flux en retour », le pouvoir impérial romain implantant dans la Grèce soumise des marques de romanité. On est bien ici à l’intersection et dans l’interaction des flux matériels et immatériels.

15L’étude proposée par Geneviève Dumas s’attache, elle, à la circulation des savoirs entre les lieux de production et de transmission répandus sur le pourtour méditerranéen entre les Xe et XIVe siècles. Au sein de ce vaste panorama, le choix a été fait par l’auteure de privilégier, dans un premier temps, la centralité intellectuelle de Bagdad, au IXe siècle et dans les deux siècles suivants, centralité jugée « centripète », les érudits, chrétiens et musulmans, convergeant vers les écoles de la ville soutenues par un réseau de mécènes, pour s’y adonner à la traduction en arabe des œuvres médicales hellénistiques, tandis que des échanges épistolaires nourris complètent les effets de cette réunion physique de savants. Un second volet de l’étude envisage l’axe de transfert partant de l’Espagne almohade vers le Nord et, plus spécialement, s’attache à la réception de ces flux par les communautés savantes juives et chrétiennes de Lunel, puis de Montpellier, entre première décennies du XIIe et milieu du XIVe siècle.

16L’exposé contribue, ici dans le domaine de la trajectoire des flux scientifiques et de leurs liens avec les échanges économiques, les migrations et les transferts culturels au-delà des coupures politiques et religieuses, à montrer comment les médiévistes, embarqués à leur tour dans l’aventure de l’histoire globale et de l’histoire des interactions entre les sociétés et les cultures depuis la parution en 2009 du Monde au XVe siècle sous la direction de Patrick Boucheron, arrivent, eux aussi, à ne plus considérer l’espace médiéval comme immobile (des points sur la carte ou des taches de couleur), mais comme une géohistoire dynamique.

17C’est à une tentative d’appuyer sur des « logiques de flux » l’analyse des destins, assez sensiblement divergents du XIIe au début du XIVe siècle, de la Haute et de la Basse-Auvergne que se livre Rémi Roques à partir de l’observation, d’une part des mariages, des alliances et des carrières ecclésiastiques des élites aristocratiques, d’autre part des évolutions des référents architecturaux (premières « touches gothiques » et apparition des « tours philippiennes »). L’échelle est ici résolument régionale, mais l’analyse tente de combiner plusieurs facteurs relevant habituellement de spécialités différentes au sein de la discipline historique.

18La liste des comptes de l’orfèvre Julien Nozerines (1719-1773) – installé à Brioude, une petite ville de 5 000 habitants, chef-lieu d’élection de Basse-Auvergne sur la route royale de Clermont au Puy, et membre d’une dynastie d’orfèvres brivadois, liée maritalement à la bourgeoisie artisanale de la ville au XVIIe siècle, puis à la bourgeoisie de robe au siècle suivant – permet à François Daumet d’analyser les flux commerciaux (ventes, livraisons, commandes aux sous-traitants) qui lient l’atelier de son héros à ses clients, ses fournisseurs et ses collègues et d’illustrer les débuts, dans le Brivadois, de la société de consommation, notamment dans le domaine des arts de la table, de la bijouterie et de l’habillement (une « consommation du paraître »).

19L’étude traduit spatialement le réseau professionnel et des partenariats économiques du maître-orfèvre brivadois, dans une perspective locale et régionale (en ce qui regarde les 330 clients recensés), voire suprarégionale (pour ce qui est des liens d’affaires avec les collègues) de l’artisan-commerçant d’une petite ville du centre du royaume dans le troisième quart du XVIIIe siècle. Elle se place au confluent de quelques pistes historiographiques majeures aujourd’hui : l’intérêt pour les écrits du for privé, l’attention portée à la strate des petites villes et villes moyennes au sein du maillage urbain, l’étude dynamique des flux économiques et des réseaux sociaux, la recherche des prémisses d’un bouleversement dans la culture matérielle par l’établissement d’un nouveau rapport à l’objet. Le tout remet en cause l’idée d’un isolement brivadois, jadis avancé par Abel Poitrineau, en particulier sur la foi du témoignage du voyageur Legrand d’Aussy (1787-1788).

20Stéphane Le Bras met en lumière la gestion, dans la France des années 1920 et 1930, d’un flux d’informations au sein d’une branche professionnelle en plein effort de structuration, dont le medium est le Bulletin bimensuel du syndicat national du commerce des vins, cidres, spiritueux et liqueurs, lequel, outre le but classique de défense des intérêts de la profession et de groupe de pression face aux pouvoirs publics, joue le rôle de diffuseur de l’information (concernant l’ensemble de la branche professionnelle et, dans le même temps, les firmes qui, par la publicité insérée, subventionnent le bulletin), d’intermédiaire et de prescripteur.

21Les flux réguliers d’informations véhiculés par ce bulletin professionnel au sein d’un milieu de grossistes en vins et liqueurs, répandu dans de nombreuses régions du territoire national, laissent entendre l’existence d’un maillage de correspondants et des canaux de transmission organisés au sein de la hiérarchie territoriale du syndicat. Le flux des informations, ensuite mises à disposition de l’ensemble des adhérents, est régulier et de fréquence élevée, en raison du caractère bimensuel du bulletin. Il relève de schémas directionnels différents : flux montants (informations provenant des organisations départementales) ; flux descendants (du bureau vers les adhérents : prises de positions générales du syndicat, retransmissions des informations officielles et réponses ministérielles) ; flux latéraux enfin (décloisonnement des informations). Enfin, le Bulletin brasse une variété certaine d’informations (de la jurisprudence à la publicité). De ce fait, une analyse de la situation de la filière des boissons dans la France de l’entre-deux-guerres est possible pour une année donnée, tant quantitative (l’analyse de la répartition régionale des stocks issus de la production – indicateur statique – et de leur écoulement par les grossistes – indicateur de flux), que qualitative (sur l’évolution des modes publicitaires), les deux exemples relevant, le premier de la catégorie des flux matériels, le second de la réponse donnée à une attente du public, évolutive dans le temps.

  • 4 Anne Courtillé, Auvergne, Bourbonnais, Velay gothiques. Les édifices religieux, Paris, Picard, 2002 (...)

22La discussion entre les participants a beaucoup tourné autour de la définition du contenu des flux, les intervenants de formation économiste ou géographe insistant sur la nécessité des deux conditions d’abondance et, plus encore, de continuité, ce qui met en difficulté antiquisants et médiévistes, peu en situation de produire des données sérielles. Particulièrement délicat est le cas des flux culturels, car d’autres concepts peuvent être employés, en particulier ceux « d’influence » et de « transferts », grâce au maniement desquels l’usage de la notion de flux (qui suppose un « écoulement » continu et non une influence ou une imitation révélée par un fait isolé) pourrait être rejetée. Cependant, l’étude menée sur les transferts culturels entre Grèce et Rome justifie, par la continuité pluriséculaire du phénomène, l’idée d’un « écoulement » dont la portée immatérielle et les conséquences matérielles (en matière de réalisation architecturales et urbanistiques) sont considérables, même si les supports du flux (hommes et livres) sont en nombre effectivement restreint. L’un des exemples choisis pour la période médiévale, celui de l’introduction de l’architecture gothique « française » et, dans le domaine de l’architecture civile et militaire, du passage à la construction des tours dites philippiennes se révèle, grâce aux travaux de nos collègues historiens de l’art Anne Courtillé et Bruno Phalip, beaucoup plus importants quantitativement que ne le laissait entendre la tradition historiographique, longtemps retreinte à l’étude des seuls plus grands édifices4.

23Si nous pouvons donc utiliser la notion de flux en histoire, même si des divergences de conception subsistent avec nos collègues géographes, c’est en retenant ici l’idée quantitative d’abondance de biens matériels et immatériels, en déplacement entre un point de départ et un point d’arrivée, ainsi que la continuité du phénomène sur une longue durée.

24Quant au lien entre la méthode de la centralité et la théorie des flux, il se manifeste dans la mise en valeur de la notion de « centres d’impulsion » des flux (ainsi chez G. Dumas : les lieux de savoir) ; mais on peut faire le même rapprochement à propos des centres de réception qui peuvent, en outre, devenir à leur tour des centres de redistribution, toutes activités qui relèvent du système de flux mais augmentent, du même pas, le degré de centralité des places en cause.

25La représentation graphique de données statistiques s’avère d’autant plus nécessaire que, grâce au travail minutieux sur des sources jusque-là restées confidentielles (F. Daumet) ou d’apparence triviale (S. Le Bras), ou encore par l’effet du rapprochement entre de secteurs variés de la discipline historique (R. Roques), l’information analysée, décrivant des relations ou des déplacements, est souvent complexe. Sa traduction graphique nécessite une simplification afin d’assurer la lisibilité d’une figure élaborée en réponse à un questionnement préalable. Quelle que soit l’échelle du traitement, les cartographes se situent de plus en plus à l’intersection entre géographie et informatique ; on pourra ajouter qu’il leur est désormais nécessaire de cultiver une sensibilité aux questionnements historiens…

Haut de page

Notes

1 Nos remerciements, à Stéphane Gomis et à moi-même, vont en premier à notre jeune collègue Stéphane Le Bras, qui s’est beaucoup investi dans la préparation de cette journée d’étude, puis de la publication présente, ajoutant à sa part des préparatifs scientifiques un dynamisme mis au service de l’organisation matérielle de cette rencontre. Ils s’adressent ensuite à l’équipe de la revue Siècles qui a assuré le suivi éditorial de ce dossier. Un grand merci, enfin, au CHEC et à la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand et à leurs directeurs respectifs, nos collègues les Pr. Philippe Bourdin et Jean-Philippe Luis.

2 Jean-Luc Fray, Villes et bourgs de Lorraine. Réseaux urbains et centralité au Moyen Âge, Clermont-Ferrand, PUBP, 2006 On trouvera aux pages 25-33 un bref rappel relatif à l’introduction progressive chez les historiens, en particulier médiévistes, de ce complexe conceptuel emprunté aux géographes.

3 En 1487, le pape Innocent VIII accorde aux nonnes dominicaines du couvent de Sainte-Catherine d’Augsbourg, le privilège de pouvoir bénéficier des mêmes indulgences attachées à un pèlerinage réel auprès des sept églises majeures de Rome, sous la forme d’un pèlerinage virtuel (récitation régulière, dans trois lieux différents du couvent, de trois Pater et trois Ave). Or le monastère a fait réaliser vers 1500, par des artistes majeurs (Hans Holbein l’Ancien, Hans Burkmaier et l’anonyme au monogramme L. F.), des panneaux de bois représentant les églises romaines et évoquant à leur propos des scènes de crucifixion, de martyres, de miracles mais assurant aussi la représentation monumentale des dites églises, dans leur environnement naturel, et de scènes de rue : une invitation à un pèlerinage virtuel (Ersatzwallfahrt), comme c’était le cas aussi dans les couvents de Villingen ou de Kaufbeuren (Magdalena Gärtner, Römische Basiliken in Augsburg. Nonnerfrömmigkeit und Malerei um 1500, Augsburg, Wisner, 2002). Je remercie Denise Zaru (Université de Lausanne) pour le signalement du fait et de la référence bibliographique.

4 Anne Courtillé, Auvergne, Bourbonnais, Velay gothiques. Les édifices religieux, Paris, Picard, 2002 ; Bruno Phalip, Auvergne, Bourbonnais, Velay gothiques. Le cadre civil, Paris, Picard, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Fray, « Introduction », Siècles [En ligne], 46 | 2019, mis en ligne le 28 janvier 2019, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/siecles/4090

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Fray

Professeur émérite d’histoire médiévale
Centre d’Histoire « Espaces et Cultures » (CHEC), Université Clermont-Auvergne, EA 1001

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • OpenEdition Journals