Navigation – Plan du site

AccueilNuméros5Entre gothique et Renaissance, au...

Entre gothique et Renaissance, autour du palais ducal de Moulins

Annie Regond

Entrées d’index

Index géographique :

Moulins
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur l’histoire générale du Bourbonnais, cf. A. Legail (sous la direction de), Nouvelle Histoire du (...)
  • 2 Sur la famille de Bourbon, cf. La Mure, Histoire des ducs de Bourbon, Paris, 1836, 4 vol. 

1L’ancienne province de Bourbonnais1 qui ne correspond à aucune réalité géographique ni historique avant la fin du Moyen Âge, doit son développement artistique à la famille de Bourbon, qui sut se distinguer par une grande fidélité à la monarchie et, grâce à une habile politique matrimoniale, se hisser aux plus hauts postes, réservés à la noblesse. Lorsque s’achève l’époque médiévale, les Bourbon appartiennent à l’entourage royal ; leurs ancêtres leur ont légué un riche ensemble architectural et artistique, expliquant aussi bien la tradition de mécénat que la présence à Moulins d’artisans détenteurs d’excellents savoir-faire2.

Les commanditaires

2Les membres de la famille de Bourbon commanditaires d’œuvres d’art portant la marque de l’évolution du gothique à la première Renaissance sont Pierre II et Anne de France. Pierre de Bourbon dit aussi de Beaujeu était le troisième fils du cinquième duc de Bourbon, Charles Ier (duc de 1434 à 1456) et d’Agnès de Bourgogne, fille de Jean Sans Peur et Marguerite de Bavière, et sœur du duc Philippe le Bon : le mécénat de la famille des « Grands ducs d’Occident » est à juste titre encore plus connu que celui des ducs de Bourbon. Avant Pierre II, ses deux frères avaient occupé la tête du duché, Jean II de 1456 à 1488, et le cardinal de Bourbon, archevêque de Lyon et primat des Gaules, pendant quelques mois en 1488.

3Anne de France présente elle aussi une figure intéressante : son père, le roi Louis XI (1461-1483), disait d’elle qu’elle était « la moins folle femme de France, car de sage il n’en est point ». Elle montra en effet des qualités dans le domaine de la politique qui l’ont faite considérer comme l’égale de son frère cadet le roi Charles VIII.

  • 3 Sur l’identification du Maître de Moulins – dont il est naturellement pas dans l’objectif de discut (...)

4Les personnes de Pierre et Anne sont bien connues des historiens de l’art, et même du grand public : le Louvre conserve deux volets d’un triptyque (vers 1492-93) où ils sont présentés par saint Pierre et saint Jean l’Évangéliste, et ils sont également peints, en compagnie de leurs saints patrons, sur les volets intérieurs du triptyque de la Vierge en Gloire de la cathédrale de Moulins (vers 1498-1499) ; ces deux peintures du Maître de Moulins, aujourd’hui identifié à Jean Hey3, outre leur valeur documentaire, indiquent d’emblée le niveau artistique généré par les commandes du couple ducal. Si la duchesse présente dans les deux cas une physionomie austère, son raffinement vestimentaire témoigne en revanche de la qualité de ses goûts.

5Ces deux princes aux domaines s’étendant aussi en Auvergne, dans le Forez, le Beaujolais, à Gien, Annonay, vont néanmoins choisir la ville de Moulins pour établir leur capitale. Ils y avaient été précédés par leurs ancêtres qui avaient déjà fait édifier un château fort et une collégiale, alors inachevée. Moulins, qui tire son nom de moulins situés sur la rivière Allier, n’était pas une cité aussi ancienne que Bourbon-Larchambault, dont la prospérité remontait à l’Antiquité romaine, d’où la famille tirait son patronyme, et où elle avait fait édifier une autre forteresse et deux saintes-chapelles. La possibilité d’accès par voie d’eau était sans doute attractive pour des personnes voyageant souvent.

Le château de Moulins

  • 4 P. Dufieux, Arts et artistes en Bourbonnais de 1454 à 1503, Centenaire de la Société d’Émulation du (...)

6Si l’œuvre de commanditaires des Bourbon a suscité des recherches, dont Pierre Pradel et Paul Dupieux furent les pionniers4, celles-ci sont toutefois rendues difficiles par la disparition d’une partie importante des archives de la Maison de Bourbon, lors de l’incendie de la Chambre de Comptes en 1737, nous privant ainsi des comptes qui éclairent, quand ils existent, le mécénat ducal. L’incendie qui éclata en 1755 ravagea la partie nord du bâtiment principal. Par chance, les Archives départementales de l’Allier conservent un plan dressé par l’architecte moulinois Evezard en 1777, et des travaux de dégagement, contrôlés par le Service régional de l’Archéologie, ont eu lieu en 1995, permettant de mieux connaître le mur ouest.

  • 5 Sur ces fortifications, cf. la thèse de l’École des Chartes de Monsieur Yves Bruand, dont un exempl (...)

7Le château que Pierre et Anne de Bourbon choisirent pour résidence et où ils firent exécuter d’importants agrandissements formait déjà un ensemble complexe et hétérogène, approximativement parallèle à l’Allier, qui coule dans le sens Sud-Nord. Sans entrer dans le détail de la chronologie, on indiquera simplement que le donjon de plan quadrangulaire nommé « la Mal Coiffée » ainsi que la grande Salle au nord datent de l’époque du duc Louis II (1356-1410) ; celui-ci, dont la sœur était l’épouse du roi Charles V, prit peut-être modèle sur son beau-frère, faisant consolider, agrandir, ou construire de nombreux châteaux dans son duché : Chantelle, Billy, Murât, Bourbon-Larchambault, Hérisson, et dont aucun n’est parvenu entier jusqu’à notre siècle5. Tout un ensemble de murailles percées de portes entourait la cour du château, qui semble terminé en 1371. L’incendie de 1755 en détruisit la partie nord, alors que la partie est, en ruines, fut démolie lors de l’agrandissement de la collégiale, promue cathédrale en 1822. Bien que la photographie ait déjà existé au moment où Lassus commença les travaux d’agrandissement (1852), aucun cliché ne fut pris des bâtiments démolis.

8L’intervention de Pierre et Anne se situe au nord des bâtiments anciens, et leurs agrandissements iront rejoindre la limite de la ville, alors marquée par une tour circulaire. Les nouveaux bâtiments occupent la place d’anciennes écuries disposées en angle droit autour de la « Grande Place de l’Écurie », d’une ancienne grange et d’un four.

  • 6 Travaux ayant permis le dégagement de la partie ouest des murs du château ainsi que les fouilles de (...)

9Le premier agrandissement prend place alors que Charles VIII vient d’atteindre sa majorité, en 1488 ; auparavant, Anne avait assuré la régence et, de retour sur ses terres, elle y applique les mêmes méthodes de gouvernement que lorsqu’elle dirigeait le royaume. De ce corps de bâtiments il ne reste que le mur ouest, le reste ayant disparu lors de l’incendie de 1755 et, quelques mètres plus bas, un mur de fortification. Cet ensemble récemment dégagé porte la trace de nombreux remaniements, les appareils différents de pierre, moellon et même brique indiquant des obturations de percements qu’il n’a pas été possible de mieux élucider jusque-là. Certaines croisées, dont l’une ornée d’un blason, sont encore visibles. Sur le mur de façade ouest, une superbe fenêtre finement sculptée se rattache encore au gothique tardif : en légère avancée par rapport au mur, elle n’est pas sans rappeler certains ouvrages défensifs comme les bretèches et elle repose sur deux corbeaux moulurés et un groupe de moulures en encorbellement formant un triangle. Les vestiges d’une échauguette, sur le même mur, près du donjon, marquent eux aussi une influence médiévale. Outre le mur ouest du château, le dégagement récent permet de mieux connaître le mur de fortifications6. Il s’agit bien comme la tradition toponymique locale en conserve la souvenir, d’une fausse-braie, puisque l’espace compris entre le corps de place et l’enceinte basse y est rempli de terre ; le nom de la rue des Fausses-Braies, longeant la fortification dans sa partie inférieure, trouve donc sa justification. Des demi-tours ont été disposées régulièrement le long de cette muraille, dont l’écartement a été donné par la largeur du donjon, plus ancien ; celles-ci sont soutenues par des contreforts, alors que d’autres contreforts ont été édifiés au centre de l’espace délimité entre chaque tour. Ce souci de régularité et de symétrie annonce déjà la Renaissance. Entre le contrefort et la base de la demi-tour, se développe une élégante mouluration enrichie par des rinceaux composés d’une tige végétale sur laquelle s’attachent des feuillages de tradition gothique.

10Pierre et Anne durent retourner à Paris en 1494 lorsque Charles VIII se lança dans les Guerres d’Italie. Ce n’est qu’en 1497 qu’ils purent de nouveau envisager la prolongation de l’embellissement de leur demeure. Tout laisse alors à supposer qu’ils espéraient la venue du roi, mais celui-ci mourut l’année suivante et cette visite n’eut jamais lieu.

  • 7 Cf. art. cit. note 4 ; la galerie fut de plus transformée aux XIXe et XXe siècles ; sur une campagn (...)

11Cette partie du château, encore debout, mais très remaniée, porte précisément le nom de « Pavillon Anne de Beaujeu » et abrite aujourd’hui le musée départemental d’art et d’archéologie. Les comptes publiés par Pierre Pradel transmettent des noms d’artistes italiens qui auraient appartenu à la suite de Charles VIII lors du retour de son expédition dans le royaume de Naples : Pierre le Napolitain menuisier, Guillaume de Plaisance et Domenico Genavoix (sans doute de Gênes) : ces artistes ou artisans sont originaires de régions où la création artistique n’égalait pas celles de Florence ou de Rome. Des patronymes français apparaissent aussi en grand nombre : Marceau Rodier, maître-maçon, Guillaume Esmelin également maçon, Jehan Bon et Berthiot Judet, charpentiers, Jehan le Moine, Rolet Corchin, Jehan de Reims7.

  • 8 Plans et coupe dressés par J. Evezard, architecte de la ville de Moulins, conservés aux Archives dé (...)

12Le Pavillon est perpendiculaire aux bâtiments préexistants, comportant une galerie à arcades en cintres surbaissés, délimitant cinq travées encadrant de manière asymétrique un pavillon à un étage indiquant de manière très visible l’entrée. Cette galerie menait à la chapelle dédiée à saint Louis, comme la plupart des chapelles fondées par la famille de Bourbon. Elle brûla en 1755. La légende du plan d’Evezard indique qu’elle était couverte d’une voûte en pierre « très curieuse par sa belle construction, aussy délicate que scavante quoyque gothique »8. Cette chapelle, de plan centré, comportait une abside orientée, se trouvant donc à la gauche de l’entrée du visiteur, avec une niche de chaque côté de l’autel. Cette disposition, pour imprécise qu’elle soit, donne tout de même à réfléchir sur l’emplacement d’origine de l’œuvre picturale la plus célèbre que les Bourbon aient commandée à Moulins, le triptyque de la vierge en gloire, mais nous ne disposons d’aucune indication supplémentaire concernant ce point.

  • 9 Ces transformations affectèrent le bâtiment de la galerie, un passage ayant été aménagé sous le por (...)
  • 10 L. Hautecœur, Histoire de l’Architecture classique en France, t. I, La formation de l’idéal classiq (...)
  • 11 A. Bruschi, Bramante, Roma-Bari, 1993 (3ème édition), p. 52.

13Cette chapelle disparue semble bien appartenir précisément à la transition entre le style gothique et celui de la Renaissance, et cette caractéristique se retrouve quand on observe la galerie, malgré les nombreuses restaurations dont elle fut l’objet9, celle-ci reste malgré tout l’œuvre-clé pour la compréhension du passage du gothique à la Renaissance dans le Bourbonnais. La présence même d’une galerie est évidemment en soi un indice de nouveauté signalé depuis longtemps. Mais les auteurs ont souligné aussi la difficulté qu’avait eue le maître d’œuvre à construire des arcs en plein cintre. Louis Hautecœur10 ajoute que « l’archivolte de l’arc surbaissé [qui] vient buter contre le pilastre comme si elle voulait encore pénétrer [est une] disposition, imposée par les souvenirs de l’art flamboyant, [qui] survivra longtemps ». Le même auteur établit une comparaison intéressante avec une formule adoptée par Bramante à la sacristie de Santa Maria presso San Satiro à Milan (1483-1486 environ), il souligne que l’architecte « prit le soin de buter soigneusement aux angles du porche carré les poussées des arcs, mais pour satisfaire les goûts nouveaux, il substitua à l’ancien glacis des contreforts une sorte de console que l’on voit déjà dans ce monument ». Arnaldo Bruschi indique que les dispositions de la sacristie doivent beaucoup à l’antiquité tardive et à l’époque romane, mais ne fait pas de remarque particulière sur ce point précis11.

  • 12 Ces emblèmes sont présents dans tous les monuments commandés par les Bourbon.

14Un autre trait mérite encore d’être souligné en ce qui concerne la transition de l’époque gothique à celle de la Renaissance : il s’agit du décor occupant les écoinçons des arcs de la galerie. Cet ensemble de sculptures, très raffiné tant par l’exécution que par la symbolique, se rattache en effet aux deux époques. L’exubérance de ce décor peut en effet être rapprochée du gothique flamboyant. Mais la manière de les présenter, dans des tondi évoquant des monnaies, ainsi que le choix même des sujets traités appartiennent bien au goût italianisant : il s’agit exclusivement d’emblèmes de la famille de Bourbon, répétés avec une insistance inconnue au Moyen Âge12. Pourtant, si on étudie l’origine de ces emblèmes, on se rend compte qu’ils appartiennent à la tradition médiévale de la famille de Bourbon.

  • 13 A. M. Lecoq, François Ier, imaginaire, symbolique et politique à l’aube de la Renaissance française(...)

15Le cerf-volant, symbolisant aussi le Christ, avait été adopté dès le XVe siècle par la famille et apparaîtra encore pendant plusieurs années comme le symbole même du duc de Bourbon : Madame Anne-Marie Lecoq le signale pour l’entrée de François Ier à Lyon le 12 juillet 151513.

  • 14 A. M. Lecoq, op. cit., p. 130.

16La ceinture d’Espérance avait été adoptée par le duc Louis II comme insigne d’un ordre de chevalerie qu’il avait créé en 1368 à l’imitation de l’ordre de l’Etoile dû à Jean II ou de celui de la Toison d’Or dû à Philippe le Bon : il s’agissait de l’ordre de l’Écu d’or, destiné à resserrer les liens entre les membres de la noblesse du duché, désunie à la suite de sa captivité en Angleterre. A. M. Lecoq souligne que cette devise « a été mise explicitement en relation avec le [...] verset du Psaume LXXI » In te Domine speravi, non confundar14.

17Les feuilles et les fleurs de chardon aux qualités décoratives qui ne sont plus à démontrer apparaissent avec Pierre et Anne. Un jeu de mots est peut-être à l’origine du choix de cette plante : « cher don », don de Anne d’Auvergne à Louis II lors de leur mariage. Mais cette hypothèse repose sur la seule tradition orale et n’est confirmée par aucun document.

  • 15 De Soultrait, Armorial du Bourbonnais, Marseille, 1979 (réédition avec une préface de Monsieur Jean (...)

18Quant aux fleurs de lys, elles appartenaient à la fois au Bourbonnais et à la famille royale : depuis que Charles Ier les Bourbon avait adopté comme armes : « d’azur à 3 fleurs de lys d’or, au bâton de gueules, en brochant sur le tout », et Anne, fille de Charlotte de Savoie et du roi Louis XI portait « d’azur à trois lys d’or »15.

19Les lettres majuscules P. et A. sont les initiales des prénoms des commanditaires, traitées d’une manière très décorative ; à la différence d’autres commanditaires contemporains, Pierre et Anne ne cherchent pas de symboles subtils ou érudits derrière lesquels aurait pu se cacher leur personnalité.

  • 16 Ces peintures ont été examinées par Monsieur Jean-Yves Bourgain, artiste- restaurateur.

20La petite pièce carrée du premier étage du pavillon, dont l’usage n’est pas connu, présente des vestiges de peintures murales trop endommagées pour faire l’objet d’une véritable étude ou d’une restauration ; on y devine des restes de petits paysages dans des cartouches rectangulaires, où dominent les couleurs vertes et grises16.

  • 17 Aucune publication spécifique n’existe actuellement sur l’architecture zoologique à cette époque.

21En vrais commanditaires de la Renaissance, Pierre et Anne avaient aussi, lors de leur seconde campagne de travaux, ordonné l’aménagement de leurs jardins. Ceux-ci étaient encore en bon état lorsque Nicolas de Nicolay les visita pour rédiger, à la demande de Catherine de Médicis, sa Générale Description du Bourbonnais (1569). L’iconographie ultérieure que l’on conserve du château confirme les indications du géographe : ce jardin, occupant une vaste superficie, s’étendait sur la pente entre le château et l’Allier. Une grotte et un labyrinthe y voisinent avec des carrés. Une ménagerie, installée dès 1470, se situait au pied du château : des dromadaires occupaient une écurie, les petits mammifères une basse-cour, et les oiseaux des pavillons de menuiserie tendus de fils de laiton. Les lions logeaient dans la « Maison du Sauvage », existant encore aujourd’hui, dont la porte se rattache au style gothique tardif, ornée d’un blason aux armes des Bourbon17. Cette curiosité pour les animaux exotiques entre tout à fait dans le goût des amateurs de l’époque de la Renaissance. Aujourd’hui, une petite parcelle de jardin existe encore, sans aucun caractère historique, ainsi qu’une fontaine, déplacée. Le reste de l’espace a été vendu et construit aux XIXe et XXe siècles.

22Le palais de Moulins apparaît comme le lieu même de la rencontre entre le Moyen Âge et la Renaissance en Bourbonnais.

Le palais ducal de Moulins (Allier) - 1

Le palais ducal de Moulins (Allier) - 1

Vue d’ensemble du mur ouest de l’ensemble ; à droite, l’ancien donjon

Photo A. Regond

Le palais ducal de Moulins (Allier) - 2

Le palais ducal de Moulins (Allier) - 2

Détail de décor côté ouest

Photo A. Regond

Le pavillon Anne de Beaujeu - 1

Le pavillon Anne de Beaujeu - 1

Vue d’ensemble de la façade sud

Photo A. Regond

Le pavillon Anne de Beaujeu - 2

Le pavillon Anne de Beaujeu - 2

Détail des sculptures : cerf-volant et ceinture d’espérance

Photo A. Regond

Le pavillon Anne de Beaujeu - 3

Le pavillon Anne de Beaujeu - 3

Détail des sculptures, initiales de Pierre et Anne

Photo A. Regond

Quelques rapprochements

  • 18 Aucune recherche approfondie n’a été consacrée à Seganges à ce jour.

23Pourtant ce monument n’est pas le seul qui conserve le souvenir de ces deux donateurs. À la sortie nord de Moulins, sur la commune d’Avenues, le château de Seganges, aujourd’hui propriété privée, appartenait à Anne de Bourbon. Bien qu’ayant lui aussi souffert d’un incendie et ayant subi diverses restaurations, il conserve un intéressant décor sculpté ornant un arc surbaissé. Bien que le décor contenu dans les tondi ait disparu, les feuilles de chardon encore présentes paraissent très semblables de celles du château de Moulins18.

  • 19 B. Kurma-Schwarz, « Les vitraux de la Cathédrale de Moulins », Congrès Archéologique de France, Mou (...)
  • 20 P. Pradel, Michel Colombe, le dernier imagier gothique, Paris, 1953.
  • 21 Je remercie Madame Jacqueline Fontsere, Conservateur honoraire du Musée Anne de Beaujeu pour ses in (...)

24Les ducs Pierre et Anne participèrent à l’achèvement de la collégiale (1507), la première pierre ayant été posée, suivant la tradition, par Agnès de Bourgogne, alors veuve du duc Charles Ier le 5 août 1468, les travaux n’ayant commencé qu’en 1474 ; l’apport des derniers ducs est surtout remarquable en ce qui concerne les vitraux, sur lesquels le dernier Congrès archéologique a apporté de nouveaux éclairages19. Provenant sans doute d’une partie démolie du château, une pierre armoriée a été fixée sur le mur extérieur nord de l’édifice, donnant dans ce qui est devenu aujourd’hui la cour de la sacristie : c’est un bas-relief dont la sculpture n’est pas sans rappeler, par son iconographie et son style, la galerie du Pavillon Anne de Beaujeu ; on peut y voir les deux initiales P. et A. entourées de chardons et de la ceinture d’Espérance. Une autre pierre de cette sorte est visible au musée tout proche : Pierre Pradel, d’après ses dimensions, supposait qu’il s’agissait du tympan surmontant la porte d’entrée de la chapelle20 ; mais d’autres pierres armoriées pouvant leur être rapprochées sont conservées dans des propriétés privées du département : l’une au château de la Cour à Contigny, l’autre dans l’escalier du château des Garennes à Verneuil-en-Bourbonnais, une autre encore sur le mur de clôture du château des Escures à Châtelperron, alors qu’une quatrième orne le dessus de la porte de la propriété de Petit-Bressolles à Monétay-sur- Allier. Les anciens communs, aujourd’hui détruits, de cette maison comportaient des lucarnes dont les encadrements étaient ornés de rudentures laissant supposer qu’elles venaient elles aussi du palais ducal21. Dans tous les cas, ces œuvres, de qualité, semblent avoir été rapportées.

Le petit-Bressolles à Monétay-sur-Allier (Allier)

Le petit-Bressolles à Monétay-sur-Allier (Allier)

Pierre armoriée aux armes de Pierre et Anne

Photo A. Regond

  • 22 Ces deux œuvres sont actuellement conservées au musée de Souvigny. Merci à Michel Thévenet d’avoir (...)

25Dans le domaine de la sculpture en ronde-bosse, les trois statues provenant du prieuré de Chantelle et entrées en 1900 au musée du Louvre représentant saint Pierre, sainte Anne et sainte Suzanne ont été depuis longtemps rapprochées des ducs de Bourbon : attribuées à l’atelier de Jean de Chartres, elles illustrent elles aussi le passage du Moyen Âge à la Renaissance ; de nombreuses statues de saints à la pose calme, aux traits réguliers, aux yeux légèrement en amande, ont été remarquées dans différentes églises du Bourbonnais : Madeleine à Saint-Pierre de Montluçon, Barbe et Jean-Baptiste à Jaligny, pour ne citer que les plus célèbres, auxquels il faut ajouter une Madeleine et un Jean-Baptiste récemment découverts à Marigny22.

  • 23 Cf. Catalogue de l’exposition cité, note 3.

26C’est pourtant le peintre connu sous le nom de Maître de Moulins qui a assuré la célébrité des ducs de Bourbon en tant que mécènes. Cet artiste identifié avec Jean Hey, originaire des Flandres où il reçut sans doute les leçons de Hugo van der Goes (mort en 1482) est déjà identifié comme un des acteurs de la transition entre le Moyen Âge et la Renaissance23.

La fin d’une époque

  • 24 La vie de Benevenuto Cellini, écrite par lui-même, nouvelle traduction de Nadine Blamontier, Paris, (...)

27Ce milieu rassemblant tant de créateurs de chefs-d’œuvre devait avoir une existence éphémère. En 1503, meurt le duc Pierre II, et cessent alors les grandes commandes. Suzanne, née en 1491, fut mariée dès mai 1505 à son cousin Charles, fils de Gilbert de Montpensier et de Claire de Gonzague. Ce seigneur, descendant du duc Jean Ier de Bourbon, était animé d’une grande ambition ; par son mariage, il devient le duc Charles II. Le 12 janvier 1515 François Ier le nomme connétable, et c’est sous le nom de « Connétable de Bourbon » qu’il passera à la postérité. Après la mort de Suzanne en 1521, puis de sa mère l’année suivante, Charles, qui se trouve à la tête d’un immense domaine choisit, pour des raisons encore non vraiment élucidées, de se mettre au service de Charles-Quint. Ses biens sont confisqués par la couronne en septembre 1523, et il meurt sans héritier lors du sac de Rome le 6 mai 1527. Les historiens sourient en lisant les Mémoires de Benevenuto Cellini, qui se vante d’avoir tué de ses mains le Connétable, descendant de tant de commanditaires d’œuvres d’art24 !

28Le Bourbonnais ne retrouva plus des mécènes dignes de Pierre et Anne. Le château de Moulins, attribué aux reines-mères, devient un lieu de passage, le donjon une prison, l’incendie de 1755 rend le reste inhabitable ; au XIXe siècle la gendarmerie s’installe dans le Pavillon Anne de Beaujeu et un riche particulier, le préfet Mantin, fait construire une villa sur l’emplacement d’une partie disparue du château.

29Même si la descendance artistique des derniers ducs de Bourbon ne fut pas mieux assurée que la conservation ultérieure d’une partie importante de leurs commandes, ces deux personnages méritaient toutefois d’être présentés comme acteurs de l’introduction de formes de la Renaissance dans un milieu artistique où l’art gothique était vivant et bien représenté. Malgré certaines incompréhensions des formes nouvelles, un certain manque d’imagination, l’adaptation fut assez heureuse pour faire entrer la cour de Moulins dans l’histoire générale de l’art.

Haut de page

Notes

1 Sur l’histoire générale du Bourbonnais, cf. A. Legail (sous la direction de), Nouvelle Histoire du Bourbonnais, Roanne, 1985. Cet article reprend une partie des travaux publiés dans Hortus artium medievalium, Université de Zagreb, vol. 2, Actes (p. 123-130) du colloque organisé à Motovun en 1995 par Monsieur Miljenko Jurkovic ; je le remercie d’avoir attiré mon attention sur le passage du gothique à la Renaissance dans le centre de la France.

2 Sur la famille de Bourbon, cf. La Mure, Histoire des ducs de Bourbon, Paris, 1836, 4 vol. 

3 Sur l’identification du Maître de Moulins – dont il est naturellement pas dans l’objectif de discuter dans le cadre de cette étude – et bien qu’elle ne soit pas admise de toute la communauté scientifique, cf. P. Lorentz et A. Regond, Jean Hey, le maître de Moulins, Catalogue de l’exposition documentaire organisée lors du Millénaire de Moulins, Moulins, 1990, avec bibliographie. Madame Louise-Anne Lamouche-Périchon prépare actuellement une thèse sur ce sujet.

4 P. Dufieux, Arts et artistes en Bourbonnais de 1454 à 1503, Centenaire de la Société d’Émulation du Bourbonnais, 1946, p. 93-94 et p. 101, et également P. Pradel, Le Château de Moulins, Bulletin de la Société Nationale des Antiquaires de France, 1945-47, p. 80 ; cet auteur consacre un second article au même sujet dans la même revue, en 1969.

5 Sur ces fortifications, cf. la thèse de l’École des Chartes de Monsieur Yves Bruand, dont un exemplaire est déposé à la bibliothèque de la Société d’Émulation du Bourbonnais : L’amélioration et la transformation des châteaux du Bourbonnais pendant la Guerre de Cent Ans. L’aspect du château de Moulins au milieu du XVe siècle est connu grâce à l’Armorial de Guillaume Revel (sur ce recueil, cf. l’ouvrage de Monsieur Gabriel Fournier, Châteaux, Villes et Villages d’Auvergne au XVe siècle, d’après l’Armorial de Guillaume Revel, Paris, Bibliothèque de la S.F.A., 1972.

6 Travaux ayant permis le dégagement de la partie ouest des murs du château ainsi que les fouilles des anciennes cours. Le rapport de fouilles est conservé au Service régional de l’Archéologie d’Auvergne.

7 Cf. art. cit. note 4 ; la galerie fut de plus transformée aux XIXe et XXe siècles ; sur une campagne des années 50, cf. M. Genermont, « Travaux sur les Monuments historiques », Bulletin de la Société d’Émulation du Bourbonnais, 1953 ; la dernière campagne eut lieu sous la direction de Monsieur Michel Jantzen, architecte en Chef des Monuments historiques, en 1982-84 ; les archives de cette intervention sont conservées à la Bibliothèque du Patrimoine à Paris.

8 Plans et coupe dressés par J. Evezard, architecte de la ville de Moulins, conservés aux Archives départementales de l’Allier.

9 Ces transformations affectèrent le bâtiment de la galerie, un passage ayant été aménagé sous le porche, les ouvertures ayant été vitrées, etc.

10 L. Hautecœur, Histoire de l’Architecture classique en France, t. I, La formation de l’idéal classique, I, « La première Renaissance, (1495-1540) », Paris, 1963, p. 120-121 et 468.

11 A. Bruschi, Bramante, Roma-Bari, 1993 (3ème édition), p. 52.

12 Ces emblèmes sont présents dans tous les monuments commandés par les Bourbon.

13 A. M. Lecoq, François Ier, imaginaire, symbolique et politique à l’aube de la Renaissance française, Paris, 1987, p. 187.

14 A. M. Lecoq, op. cit., p. 130.

15 De Soultrait, Armorial du Bourbonnais, Marseille, 1979 (réédition avec une préface de Monsieur Jean-Bernard De Vaivre), p. 14.

16 Ces peintures ont été examinées par Monsieur Jean-Yves Bourgain, artiste- restaurateur.

17 Aucune publication spécifique n’existe actuellement sur l’architecture zoologique à cette époque.

18 Aucune recherche approfondie n’a été consacrée à Seganges à ce jour.

19 B. Kurma-Schwarz, « Les vitraux de la Cathédrale de Moulins », Congrès Archéologique de France, Moulins, 1988, Paris, 1992, p. 42-43.

20 P. Pradel, Michel Colombe, le dernier imagier gothique, Paris, 1953.

21 Je remercie Madame Jacqueline Fontsere, Conservateur honoraire du Musée Anne de Beaujeu pour ses indications concernant le Petit-Bressolles.

22 Ces deux œuvres sont actuellement conservées au musée de Souvigny. Merci à Michel Thévenet d’avoir attiré mon attention sur elles, dès leur découverte.

23 Cf. Catalogue de l’exposition cité, note 3.

24 La vie de Benevenuto Cellini, écrite par lui-même, nouvelle traduction de Nadine Blamontier, Paris, 1986

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le palais ducal de Moulins (Allier) - 1
Légende Vue d’ensemble du mur ouest de l’ensemble ; à droite, l’ancien donjon
Crédits Photo A. Regond
URL http://journals.openedition.org/siecles/docannexe/image/4201/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Le palais ducal de Moulins (Allier) - 2
Légende Détail de décor côté ouest
Crédits Photo A. Regond
URL http://journals.openedition.org/siecles/docannexe/image/4201/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Le pavillon Anne de Beaujeu - 1
Légende Vue d’ensemble de la façade sud
Crédits Photo A. Regond
URL http://journals.openedition.org/siecles/docannexe/image/4201/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Le pavillon Anne de Beaujeu - 2
Légende Détail des sculptures : cerf-volant et ceinture d’espérance
Crédits Photo A. Regond
URL http://journals.openedition.org/siecles/docannexe/image/4201/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Le pavillon Anne de Beaujeu - 3
Légende Détail des sculptures, initiales de Pierre et Anne
Crédits Photo A. Regond
URL http://journals.openedition.org/siecles/docannexe/image/4201/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Le petit-Bressolles à Monétay-sur-Allier (Allier)
Légende Pierre armoriée aux armes de Pierre et Anne
Crédits Photo A. Regond
URL http://journals.openedition.org/siecles/docannexe/image/4201/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 417k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Regond, « Entre gothique et Renaissance, autour du palais ducal de Moulins », Siècles [En ligne], 5 | 1997, mis en ligne le 05 février 2019, consulté le 25 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/siecles/4201

Haut de page

Auteur

Annie Regond

Maître de conférences
Centre d’Histoire « Espaces et Cultures » (CHEC), Université Blaise-Pascal Clermont II

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search