Navigation – Plan du site

AccueilNuméros5Quelles frontières entre roman et...

Quelles frontières entre roman et gothique en Auvergne et en Bourbonnais ?

Anne Courtillé

Texte intégral

1« L’art n’a pas de frontière » dit-on communément ; les frontières, au sens « limites de territoire » comme l’utilisait déjà Froissart en 1360, sont dans le domaine de l’art indicibles aussi bien géographiquement que chronologiquement. D’ailleurs, Francis Salet n’écrivait-il pas : « Rien n’est plus arbitraire que la frontière que nous traçons entre roman et gothique » ?

  • 1 Églises romanes. Filiations et échanges d’influences, Paris, 1931 (rééd. Brionne 1979, p. 5).

2Sans doute voulait-il signifier combien le passage du roman au gothique s’est inscrit dans une logique aussi difficile à qualifier qu’implacable tant la création ne procède pas d’une seule source mais de croisements et de superpositions complexes. En effet, « parmi les éléments qui entrent en ligne de compte dans l’élaboration d’une œuvre d’art, il faut souligner la tendance à l’imitation... L’art se renouvelle certes, mais en puisant son inspiration à des sources nouvelles... l’imagination n’est pas inépuisable et le génie lui-même ne peut rien créer ex nihilo... » Jean Vallery-Radot1 posait ainsi le problème du jeu des influences qui se trouve à l’origine des manifestations artistiques et notamment de ces périodes où l’art se transforme pour une nouvelle synthèse.

  • 2 Dans la montée du gothique, Bruxelles, 1986, p. 9.
  • 3 Cet article est évidemment une émanation de ma thèse soutenue à Nanterre en 1988 et publiée sous le (...)

3« Le passage d’un stade de l’histoire de la chrétienté occidentale à celui, au XIIe siècle, de l’apparition des premiers signes du gothique dans la région de Paris, qui éclipsa, au cours du siècle suivant, la civilisation romane dans toute l’Europe catholique, marque les débuts de la montée du gothique » écrit W. Anderson2. Le passage de l’art roman au gothique est, en effet, un des moments forts de la civilisation médiévale qui a transformé l’art de bâtir et s’est trouvé doublé d’une logique évolution des mentalités. Ce passage ne s’est pas effectué de la même façon partout dans le royaume de France et dans les territoires qui lui étaient limitrophes. L’Auvergne ne joua sans doute pas un rôle moteur mais sut accueillir les nouvelles formes et servir à son tour de relais3.

4Avant d’étudier cette installation et de s’interroger sur ses conditions et sur l’existence d’une frontière entre roman et gothique, nous définirons rapidement l’art gothique, puis les conditions artistiques, géographiques et historiques de l’Auvergne au XIIe siècle.

Qu’est-ce que l’art gothique ?

  • 4 Anne Prache, « Les arcs-boutants au XIIe siècle » dans Gesta, XV, 1-2, 1976, p. 31.

5Il convient évidemment de rappeler en préambule les caractères de l’art gothique né de la synthèse de procédés techniques remarquablement amalgamés dans une création originale. L’arc brisé se répand dans l’architecture avec ses facilités techniques de construction et ses possibilités esthétiques ; l’absence de clé rendait plus simple le cintrage et permettait une hauteur plus grande. Ce n’était pas une nouveauté cependant puisque les romains l’utilisaient déjà et que bien des architectes romans, notamment en Bourgogne et dans le Sud-Est, l’avaient adopté. L’ogive était une autre facilité pour l’architecte qui disposait d’une armature faite de nervures diagonales, de doubleaux et de formerets pour asseoir des voûtains en principe indépendants et plus légers. Les poussées se trouvaient ainsi canalisées en des points précis, offrant la possibilité d’ouvrir des percements plus grands, et surtout la nouvelle voûte pouvait s’adapter à toutes les surfaces carrées, rectangulaires, circulaires ou semi-circulaires. L’arc-boutant enfin était le complément nécessaire de l’ogive ; arc rampant, il venait s’appuyer contre le mur gouttereau et reportait les poussées sur une culée indépendante. Composante fondamentale de l’écriture gothique, « au XIIIe siècle, il est devenu un élément à la fois structurel et esthétique de l’architecture gothique »4.

  • 5 Cf. à ce sujet l’éclairante introduction de Louis Grodecki dans Architecture gothique, Paris, 1979, (...)

6Car ce qui est notable dans cette nouvelle synthèse artistique qui se développe à partir du milieu du XIIe siècle, c’est la faculté de ces architectes devenus de remarquables techniciens à transformer des composantes structurelles en effets esthétiques. Il serait, en effet, tout à fait impensable de réduire l’art gothique à ces capacités techniques comme certains l’ont affirmé5. Ce serait oublier le traitement nouveau de l’espace unifié visuellement, les recherches innovantes de dédoublement du mur pour un allègement graphique et une plasticité affirmée, et enfin la lumière dont les architectes n’en finiront pas de rechercher les effets illusionnistes. À l’architecture ainsi puissamment redéfinie, s’ajoutera le décor avec le vitrail promu très vite à un rôle d’art de pointe tandis que la sculpture adoptant le stéréotype du crochet sur le chapiteau découvrira une nouvelle veine dans les portails tout en s’envolant pour devenir aérienne dans les façades et sur le pourtour de l’édifice.

7À l’évidence, lorsque très tôt, le nouveau style commence à se répandre depuis l’Ile-de-France, tous ces caractères ne sont pas totalement mis en cohérence et c’est souvent en ordre dispersé qu’ils entreront dans les nouvelles constructions. Ponctuellement, architectes, maçons et sculpteurs intégreront les nouveautés dont certaines remettaient totalement en question leur art de bâtir.

L’art roman dans l’Auvergne du XIIe siècle

8Avant d’aborder la question de l’implantation de l’art gothique en Auvergne, encore faut-il avoir une idée de la situation artistique dans la province. Loin d’être un ensemble homogène, comme pourrait le suggérer le fameux groupe des églises dites majeures, l’art roman y est surtout caractérisé par une énorme diversité qui résulte sans doute d’influences plus ou moins contrôlées des territoires limitrophes et atteste une bonne capacité d’accueil autant que de création.

  • 6 A. Gybal, L’Auvergne, berceau de l’art roman, Clermont-Ferrand, 1957.
  • 7 Cf. A. Courtillé, « Auvergne » dans Le paysage monumental de la France autour de l’an mil, (sous la (...)

9En effet, l’art préroman avait révélé dans la région une si grande capacité d’invention que l’Auvergne fut même baptisée « berceau de l’art roman »6. La crypte de la cathédrale de Clermont qui appartenait à une grande église consacrée en 946 affirmait sans doute une volonté d’organisation cohérente des parties orientales avec couloir de circulation et principe de chapelles rayonnantes, tandis qu’à Mozac, le massif occidental issu des expériences carolingiennes gagne en puissance et en homogénéité7.

  • 8 Dans la préface de l’ouvrage de Z. Schiewchowski, Sculpture romane d’Auvergne, Clermont-Ferrand, 19 (...)
  • 9 Saint-Victor et Sainte-Couronne d’Ennezat, Notre-Dame du Port à Clermont- Ferrand, Saint-Austremoin (...)
  • 10 Cf. Dernière synthèse de l’auteur sur « L’art roman en Auvergne » dans Montferrand, 1196-1996, Cler (...)

10« L’architecture romane d’Auvergne est, en quelque sorte « exemplaire », à la fois par la cohérence d’un groupe d’édifices rigoureusement localisés, et par la richesse et la complexité de leur « parti » monumental. Aucun autre ensemble roman (...) ne justifie à tel point la notion d’«  école » écrivait Louis Grodecki8. En effet, les édifices majeurs9 sont une étonnante variation sur un même thème qui suppose des « contacts étroits entre les bâtisseurs ». Tous proposent un plan identique avec un chevet à déambulatoire et chapelles rayonnantes établies de façon discontinue (sauf à Saint-Saturnin), autour d’un chœur profond et en hémicycle, avec un transept saillant d’une travée et trois nefs précédées d’une fausse avant-nef dans le massif occidental. Tous présentent des berceaux en plein cintre et lisses, des tribunes, un éclairage indirect dans la nef mais un élégant rond-point où des arcs surhaussés sont surmontés de baies alternant avec des arcades aveugles. Tous offrent au chevet un subtil enchaînement des volumes qui s’emboîtent et se superposent pour une harmonie totale jusqu’au massif barlong du transept. Tous sont munis de façades occidentales modestes d’où les raffinements sont presque absents alors qu’ailleurs, rangs de billettes, modillons à copeaux, mosaïques ou jeux d’arcades agrémentent les murailles10.

  • 11 Cf. M. Durliat, « Le baptistère Saint-Jean » dans le Congrès Archéologique Velay, 1975, p. 213-219.

11Cependant en dehors de ces édifices situés autour de Clermont-Ferrand, l’art roman est extrêmement polymorphe en Auvergne tout en reflétant des traits de ces églises dites majeures. S’il est bien normal de le découvrir dans les grands édifices de l’Allier à Souvigny ou à Saint-Menoux, le fameux plan à déambulatoire et chapelles rayonnantes existe aussi à Artonne, Saint-Myon, Volvic, Cournon et Maringues ; à Saint-Dier, ce plan devient bâtard avec trois chapelles qui ouvrent directement sur un large sanctuaire comme à Mailhat ou à Auzon sans doute sous l’influence du Velay où cet agencement avait été employé très tôt au baptistère Saint- Jean du Puy11 ailleurs comme partout dans des édifices plus petits, les plans des chevets seront constitués selon le vieux modèle triparti des bénédictins. Ainsi à Saint-Désiré, à Meillers ou à Thuret, à Glaine-Montaigut, à Ariane ou à Bulhon. Et si le berceau en plein cintre lisse contrebuté de demi-berceaux est l’apanage d’un certain nombre d’édifices comme l’église de Glaine-Montaigut ou celle de Moissat-Bas, les doubleaux sont bien présents au nord où le profil brisé est aussi caractéristique comme dans le Cantal. Les fenêtres hautes des nefs de Glaine-Montaigut ou de Notre-Dame des Miracles à Mauriac confirment aussi une certaine liberté d’esprit chez ces maîtres d’œuvre avant tout pragmatiques et spontanés qui utilisent sans complexe les solutions les mieux appropriées sans se soucier de schémas irréductibles et trop prégnants. C’est sans doute cette liberté d’esprit qui explique qu’ils aient accueilli doucement mais irrémédiablement les nouveautés venues du nord. Une attitude qui contrebalance positivement les murs épais, la faible capacité d’éclairage ou un système éprouvé de couvrements, à l’opposé des nouveautés gothiques. De tels paradoxes rendront délicate l’apparition d’une vraie frontière entre roman et gothique.

Situation géographique

12L’Auvergne comprend aujourd’hui au sens administratif du terme les quatre départements de l’Allier, du Cantal, de la Haute-Loire et du Puy-de-Dôme, entités modernes sans signification pour le Moyen Âge. Elle recouvre en fait trois « provinces » : Auvergne, Bourbonnais et Velay. Au début de notre ère, la « cité des arvernes » faisait partie de la province romaine de l’Aquitaine ; sur elle fut calqué le diocèse de Clermont dont le voisin au sud était celui du Puy correspondant au Velay, alors qu’au nord, au-delà de Saint-Pourçain-sur-Sioule, le territoire était partagé entre les diocèses de Bourges et d’Autun. C’est sur ce même territoire que prendra forme la seigneurie des Bourbons qui donnera naissance à la fin du Moyen Âge au Bourbonnais. Au diocèse de Clermont, correspondaient administrativement deux entités : la Haute et la Basse Auvergne. À la Haute Auvergne se superposera le diocèse de Saint-Flour à partir de 1317.

Sites mentionnés dans le texte

Sites mentionnés dans le texte
  • 12 « La légion de Bellenaves et d’Ebreuil » dans le Bulletin de la Société d’Émulation du Bourbonnais, (...)
  • 13 Lettres, LIV.

13Cette vaste entité géographique apparaît d’abord comme une terre de transition. « C’est un des points où la France du Midi s’arrête et où la France du Nord commence... Ainsi en quelques instants on passe du Nord au Midi » écrivait Émile Mâle à propos de la région de Bellenaves12. Terre de transition, c’est aussi une terre de contrastes qui peuvent se résumer en deux mots : plaine et montagne. Sidoine Apollinaire les avait bien analysées : « Je ne dis rien de l’agrément particulier à notre pays, de cette plaine immense où l’on voit ondoyer de si riches moissons... les montagnes lui font une ceinture de pâturages ; la vigne verdoie sur les coteaux ; des fermes sont dispersées dans la campagne ; sur les rochers s’élèvent des châteaux à côté d’épaisses forêts ; dans la plaine des cultures, des ruisseaux dans les vallons, des rivières à travers les précipices... »13.

  • 14 R. Bressolette, « Haut et bas pays : présentation géographique », dans Histoire de l’Auvergne, Priv (...)

14« Bien qu’appartenant dans sa totalité à un seul et même ensemble physique – le Massif Central – l’Auvergne ne présente pas de véritable unité physique tant y varient le relief, le climat et les sols, et partant les virtualités... »14. À l’ouest, des vallées profondément encaissées – Cher, Chavanon, Dordogne – précèdent la montagne volcanique qui égrène au nord et au sud ses dômes récents et boisés, puis ses deux grands massifs des Mont Dore et du Cantal qu’unissent les hauts plateaux du Cézallier et qui constituent une énorme réserve d’eau s’écoulant vers la Dordogne et le Lot par la Truyère, vers l’Allier par les Couzes et la Sioule. Viennent ensuite les hautes terres auvergnates, plateaux et massifs cristallins qui commencent au nord avec les modestes croupes du Bocage et de la Combraille bourbonnaise entre Cher et Allier, puis continuent le horst de la forêt des Colettes jusqu’aux plateaux de la Combraille auvergnate drainés par le Cher et la Sioule. Au sud, commence la Margeride. Au centre s’inscrivent les dépressions des Limagnes, véritable « chapelet » de bassins qui mènent jusqu’à celui du Puy. À l’est enfin, le Forez ferme l’horizon avec le petit massif du Livradois et les plateaux cristallins du Velay.

15Ainsi se trouvent donc juxtaposées des plaines essentiellement drainées par l’Allier, et des montagnes qui au sud, à l’ouest et à l’est constituent un donjon naturel simplement entamé par quelques vallées. Cette situation géographique ambiguë induit à la fois des débouchés naturels vers toutes les régions françaises grâce aux vallées mais aussi un isolement par rapport aux grandes voies naturelles et donc un certain « enclavement ».

L’Auvergne au XIIe siècle

16Terre d’isolement, l’Auvergne apparaît cependant dès le Moyen Âge comme une terre de rencontre et de passage, une bivalence dont il faut tenir compte pour comprendre les hommes et leurs arts. Rappelons par exemple que Clermont, au temps où la cité se nommait Augusto-Nemetum, était un « nœud de routes » attesté par les indications des milliaires ou la carte de Peutinger ; s’il n’y a pas coïncidence totale entre voies romaines et chemins du Moyen Âge, le « réseau routier » auvergnat montre une densité suffisante pour expliquer la bivalence de passage et d’accueil. Le roi Louis VIII, rentrant de Toulouse vers Paris, ne trouvera-t-il pas naturel d’emprunter la « route de France » sur laquelle il s’arrêtera près d’Aigueperse à Montpensier où il mourra en 1226 ? Et en 1262, c’est à Clermont qu’est célébré le mariage du futur Philippe III avec Isabelle d’Aragon.

  • 15 M. Estienne, Le pouvoir partagé : La Basse-Auvergne de 1150 à 1350, Thèse de l’École des Chartes, 1 (...)

17Zone de passage, terres d’isolement et d’accueil, l’Auvergne connaît au début du XIIe siècle une situation explosive entre l’évêque de Clermont et le comte d’Auvergne qui après moult péripéties aboutit à la fin du siècle à son entrée dans le domaine royal. Alors que son destin paraissait plutôt lié à l’ouest de la France, ses comtes étant vassaux des ducs d’Aquitaine et que l’attraction existait vers le sud au travers du Velay lié à Toulouse, l’Auvergne va désormais regarder vers le nord, le roi devenant le principal seigneur auvergnat. Un fait royal qui sera surtout institutionnalisé quand le troisième fils de Louis VIII, Alphonse recevra en apanage la province, mais qui, dans un premier temps, s’inscrit surtout dans une logique de « pouvoir partagé »15 où s’imposent l’évêque de Clermont, les seigneurs locaux, au premier rang desquels nous citerons la famille de Bourbon, et les seigneuries ecclésiastiques. Autant d’entités qui seront des constructeurs plus ou moins ambitieux sur fond d’essor démographique et économique qui explique notamment la création des villes-neuves dotées en général de nouvelles églises.

18Autant de facteurs positifs qui, associées aux conditions géographiques et artistiques plutôt favorables, expliqueront l’installation du gothique.

Quels édifices et où ?

19Les nouveaux liens avec le Nord seront effectivement déterminants pour expliquer le développement d’un art né en Île-de-France. Les provinces centrales souffriront cependant d’un handicap, l’absence d’un grand modèle local puisque la cathédrale de Clermont ne sera mise en chantier par Hugues de La Tour qu’en 1248, que celle du Puy ne verra que des transformations ponctuelles dans le nouveau style et qu’il faut attendre le XVe siècle pour que les évêques de Saint-Flour bâtissent une nouvelle cathédrale. Quant aux grands édifices monastiques, ou ils étaient déjà construits comme à Souvigny dont seules les parties hautes de l’abbatiale sIeront rénovées au XVe siècle ou à Mozac, ou ils seront reconstruits au XIVe siècle à La Chaise-Dieu ou à Saint-Laurent du Puy, ou ils seront le fait des « nouveaux ordres » et relèveront de l’architecture de la fin du XIIIe siècle, voire du XIVe siècle à Sainte-Anne des Carmes à Clermont ou à Saint-Vincent de Saint-Flour.

  • 16 Les églises du Crest, de Chadeleuf, de Montaigut-le-Blanc, de Brenat, du Breuil-sur-Couze, de Compa (...)

20Rendant d’autant plus fragile et difficile à cerner la frontière entre roman et gothique, il s’agit donc d’une implantation qui ne s’inscrit que ponctuellement dans un mouvement urbain comme à Saint-Cerneuf de Billom, mais surtout dans un milieu rural avec très normalement une prédominance d’édifices dans le nord de notre zone. Au sud de Clermont, seule une douzaine d’édifices16 fut marquée plus ou moins ponctuellement ; la plupart constituent en fait l’extrémité de la » coulée » qui suit l’Allier et la Limagne et semble s’être « effilochée » depuis la zone la plus nordique, le Bourbonnais où la concentration est extrême avec plus de la moitié de la centaine d’édifices concernés ; enfin rares sont les édifices situés à l’est. Dans le Bourbonnais, le mouvement est « aspiré » vers l’ouest, ce qui géographiquement, nous l’avons vu, est assez naturel.

  • 17 Cf. M. Aubrun, La paroisse en France des origines au XVe siècle, Paris, 1986.

21Il sera aussi intéressant de constater que les projets les plus importants sont échelonnés avec une certaine régularité sur l’axe nord-sud au nord de Clermont. Cependant si l’activité architecturale est très soutenue pendant ce siècle de mutations entre 1150 et 1250, les nouvelles créations sont en petit nombre malgré les besoins d’une population accrue. On assiste surtout à la promotion de lieux de culte déjà en place alors que le réseau paroissial est aux XIIe et XIIIe siècles en voie d’achèvement17. Des créations de villes neuves furent cependant vraisemblablement décisives à Malicorne, au Crest, à Villefranche-d’Allier ou à Aigueperse ; dans le cas de Villefranche, le sire de Bourbon dut jouer son rôle alors qu’Agnès de Thiers offrit sans doute le terrain pour la construction de Notre-Dame d’Aigueperse.

  • 18 M. Aubrun, op. cit., p. 153.

22L’intervention seigneuriale apparaît cependant marginale face au rôle des monastères tenu d’abord par les bénédictins qui parachèvent leur mainmise sur le réseau paroissial et sont notamment les initiateurs de deux chantiers décisifs à Saint-Pourçain-sur-Sioule et à Ebreuil. Les autres, cisterciens, mendiants ou templiers sont marginaux. Les chanoines sont d’excellents promoteurs à Billom, Aigueperse ou Thiers. Cependant les chantiers semblent surtout relever d’initiatives individuelles et non systématiques, notamment des paroissiens et on pourra s’interroger sur le fait que « le plus souvent le clergé collateur entretient le chœur et les habitants la nef d’où les nombreux décalages chronologiques entre ces deux parties »18. Une habitude qui pourrait être mise à profit pour comprendre peut-être les deux campagnes des églises de Bessay ou de Saulzet, ou la reconstruction dans le nouveau style des chœurs de Jenzat ou de Buxières-les-Mines. En évitant cependant d’ériger en système l’idée que seuls les moines ou les chanoines étaient capables de sacrifier aux innovations. Ce serait sans doute aller un peu vite en besogne.

23Ce serait aussi oublier les projets cohérents de l’envergure d’une église où triomphe l’ogive à Malicorne, à Montaigut-en-Combraille ou à Heume-L’Église. Quant aux campagnes partielles, les plus nombreuses, si elles portent souvent sur les chevets, elles consistent aussi comme à Pont-du-Château ou à Thiers en une reprise des couvrements dans la nef.

Plans et structures intérieures

24Les plans de type basilical et les nefs uniques s’équilibrent comme dans la création romane ; le caractère rural et paroissial explique-t-il le petit nombre de chevets à chapelles rayonnantes pourtant si nombreux dans les édifices romans ? Le poids de la tradition dut justement peser sur le choix de l’implantation discontinue des chapelles à Saint-Amable de Riom, à Aigueperse et même à Saint-Julien de Brioude où d’étroites baies séparent les chapelles sans qu’une travée intermédiaire ne soit vraiment matérialisée dans le couvrement. Seules les premières chapelles de Saint-Pourçain et surtout celles d’Ebreuil indiquent le déploiement continu d’un nouvel espace gonflé et unifié corne l’avait pratiqué l’architecte de Saint- Denis. Et si à Saint-Pourçain, l’absidiole conservait son espace normalement arrondi, les moines d’Ebreuil adoptent le pentagone présent aussi à Riom et à Aigueperse. Une option résolument moderne qui répondait positivement au choix de l’ogive mais qui avait été préparé de longue date dans de rares expériences antérieures à Mailhat, Roffiac ou Montsalvy. Et tout naturellement, beaucoup de chevets seront polygonaux. Plus rarement, l’abside sera conservée et une quinzaine d’édifices présente un chevet plat dont huit seulement sont voûtés d’ogives.

25La simplicité des nefs uniques ou de la double nef d’Heume-L’Église allait dans le sens de l’unification de l’espace et des ordonnances intérieures comme extérieures : travées égales traitées uniformément en élévation comme en couvrement. De même, la tendance au plan compact en réduisant la saillie du transept pour instaurer comme à Billom une évidente continuité du chevet à la nef instaure une véritable homogénéité de l’espace.

26Cette vision « moderne » rompant avec les espaces juxtaposés des édifices romans est sans aucun doute le signe le plus apparent de la mutation qu’il faut mettre au crédit de la voûte d’ogives adaptée sans difficulté à toutes les composantes ; cependant plan compact et espace unifié triomphent aussi en l’absence de l’ogive, preuve que l’esprit peut parfois dominer la lettre et que la frontière entre roman et gothique tient parfois en Auvergne plus à cet esprit qu’à la lettre.

27Et pourtant dans le domaine de l’ordonnance intérieure, des piles et de l’éclairage, l’usage de l’ogive ne « révolutionne » guère l’architecture ; utilisée parfois maladroitement, souvent ponctuellement à « la lettre » plus que dans l’esprit gothique, elle ne détermine guère l’allégement des murs, ni l’amélioration de l’éclairage. On notera que la répartition traditionnelle arc en plein cintre et arc brisé ne se modifie guère et que d’une façon générale la qualité graphique reste médiocre même si les arcs si simples dans les édifices romans acquièrent une certaine mouluration ; nous sommes bien loin de « l’intense linéarité » ; si l’espace est unifié, il est bien loin d’être articulé et la voûte d’ogives est loin d’induire un système logique de supports. Ainsi la pile à colonnes cantonnées est rare ; si son principe est bien compris à Villefranche-d’Allier et à Gannat, il apparaît cependant normalement à l’entrée des chœurs d’Ebreuil et d’Aigueperse, puis vite abandonné dans les ronds-points ; la cohérence du système apparaît plus évidente dans les chapelles de ces édifices ou dans les chœurs voûtés d’ogives de Naves ou d’Entraigues. Les maîtres d’œuvre usent d’ailleurs d’une échappatoire, le culot qu’ils taillent souvent dans un esprit digne des sculptures romanes à Malicorne ou à Montaigut-en-Combraille.

Entraigues. Église Saint-Claude. Le chœur

Entraigues. Église Saint-Claude. Le chœur

28Quant à l’élévation articulée ou au dédoublement du mur, seuls les maîtres d’œuvre de Riom, d’Aigueperse ou de Gannat s’y essaieront ; à Ebreuil, au-dessus des grandes arcades, le mur s’élève modestement rythmé par un cordon qui indique sans doute – l’appareil en est témoin – un arrêt du chantier et de fines colonnes dans les angles. Ailleurs si on s’en tient aux vaisseaux voûtés d’ogives, ce cordon séparera habituellement deux niveaux qui n’en sont pas vraiment : grandes arcades et surface murale généralement aveugle. Cette dernière disparaît à Billom, au Crest ou à Heume où les arcades culminent directement sous la voûte.

Billom. Église Saint-Cerneuf. Coupe transversale

Billom. Église Saint-Cerneuf. Coupe transversale

Mallay 1859. A.D.T. 0236

29Rendant aussi délicate la frontière précise entre roman et gothique est le traitement médiocre de l’éclairage avec, comme avant, une prédominance des pleins sur les vides. Les baies du chœur de Saint-Léger d’Ebreuil ne sont pas plus efficaces que celles de Notre-Dame du Port à Clermont où les arcades animaient au moins d’un jeu plastique le rond-point, parti totalement absent dans le mur plat d’Ebreuil.

30Si les volumes s’amplifient et s’unifient, partout l’éclairage est envisagé avec timidité, rançon d’une compréhension insuffisante des possibilités de l’ogive. Un éclairage direct est cependant ménagé dans les nefs revoûtées de Saint-Genès de Thiers ou de Sainte-Martine de Pont-du-Château ; ce n’était pas une première puisque dans cette zone à l’est de Clermont, des fenêtres hautes avaient été ménagées dans les églises romanes de Glaine-Montaigut ou de Neuville. Le système de Montaigut-en-Combraille et de Gannat indique cependant une bonne cohérence.

31Enfin, les modénatures des ogives sont complexes et diverses ; symboles des tâtonnements et des solutions bâtardes plus ou moins adaptées, symboles de la nouveauté tout en subissant le poids de la tradition des couvrements antérieurs, elles sont l’objet de gammes dont les notes seraient d’abord le tore, puis le bandeau et le cavet. Dans les grands projets, la nervure est plutôt uniforme : tore sur socle marqué de quarts de rond ou de légers chanfreins ; ailleurs, la situation est nettement multiforme. Sainte-Anne d’Heume symbolise bien ces variations dans ses huit travées où cohabitent quatre types de nervures. Nous citerons le boudin isolé à Jenzat, le double tore autour d’une gorge à Saint-Menoux, à Bessay ou au Crest, le triple à Brenat ou Vauclair. Le principe archaïque de la différenciation des arcs est très largement appliqué.

Le Crest. Église Notre-Dame

Le Crest. Église Notre-Dame

32Ces voûtes sont quadripartites et rares sont les « anomalies » si ce n’est une « surmultiplication » de voûtains à Sazeret ; le « cul de four nervé » de Saint-Martin de Jenzat indique bien le poids de la tradition romane et l’effet « bricolage » qui transparaît souvent. L’armature ogivale est d’autre part rarement complétée de formerets. La tradition romane joua-t-elle son rôle puisque la grande arcade faisait office de tête pour la voûte d’arêtes des bas-côtés ? L’absence de formeret contribua à la simplification des supports.

Extérieur et matériaux

  • 19 Et ce en dépit de l’importante restauration subie au XIXe siècle par cet édifice. Le dessin de Guil (...)

33Le mur et ses contreforts expliquent aussi sans doute le caractère bien peu significatif de l’extérieur de nos édifices. La perception extérieure de l’édifice n’évolue guère en effet d’autant plus que l’arc- boutant, composante fondamentale de l’écriture gothique, ne remplacera qu’exceptionnellement le contrefort ; il apparaît seulement autour des chœurs d’Ebreuil, d’Aigueperse et de Riom et si les premiers relèvent du stade expérimental – culée puissante amincie par talus successifs, volée en plein cintre sans chéneau, ni tas de charge – que ne paraît guère avoir dépassé le système primitif d’Aigueperse, les arcs-boutants de Riom avec leurs volées inférieures soutenues par des colonnes engagées relevaient d’une conception plus achevée19.

Aigueperse. Coupe transversale. État des lieux

Aigueperse. Coupe transversale. État des lieux

Mallay 1859. A.D.T. 0236

34Ailleurs, l’absence de l’arc-boutant ne doit pas surprendre dans des édifices modestes où le mur épais subsistait et où les bas-côtés, souvent larges, servaient, comme avant, de contrebutement. Organe de renfort depuis longtemps éprouvé, le contrefort épais et à ressauts crée donc normalement rythme et plasticité le long de façades à la simplicité souvent rustique. On observera, en avançant prudemment l’hypothèse d’un lien avec l’ogive presque toujours présente au moins dans la travée qu’il surmonte, la présence de clochers de belle qualité à Saint-Menoux ou à Vallon-en-Sully.

35Enfin les crépis extérieurs comme les badigeons intérieurs empêchent bien souvent de se faire une réelle opinion sur les matériaux et les appareils ; les édifices voûtés d’ogives semblent donner la préférence aux appareils réguliers au détriment des blocages. Calcaires, grès, arkoses, granits ou andésites se partagent les chantiers en fonction de la localisation de l’édifice.

Le décor

36Dans ces édifices austères, souvent rustiques, le décor sculpté va s’appliquer aux emplacements traditionnellement utilisés par les artistes romans : chapiteaux et portails auxquels s’ajoutèrent les supports de l’ogive : bases, clés et culots.

37Au niveau des bases qui avaient connu des profils si classiques et répétitifs, la griffe est présente à peu près partout avec un registre surtout végétal, exceptionnellement humain à Jenzat. L’ornement végétal triomphe aussi sur les clés modestes rarement historiées comme à Ebreuil ou Ennezat.

38Les chapiteaux offrent d’abord des différences d’épannelage structurelles, adoptant un profil plus élancé et galbé quand ils sont associés aux ogives ; l’épannelage circulaire triomphe à Aigueperse, Riom et Billom avec une disparition de l’abaque échancré. Le tailloir devient alors une simple tablette tandis qu’ailleurs, le plus souvent carré, il conserve une envergure en épaisseur et en largeur telle que les lignes horizontales restent fortement soulignées comme à l’époque précédente. D’une façon générale, leur modénature est loin d’être standardisée. Quant au décor des corbeilles, il est multiforme bien que s’y impose le crochet dans le cadre d’une généralisation de la flore avec des nuances multiples mais souvent sur la voie d’un certain académisme ou plus simplement d’une routine qui rompt avec la verve brillante des sculpteurs romans.

Cébazat. Saint-Pierre

Cébazat. Saint-Pierre

Couleuvre. Saint-Julien. Chevet. Angle N.E. et S.O

Couleuvre. Saint-Julien. Chevet. Angle N.E. et S.O

Charroux. Saint-Jean Baptiste. D. nef. Premier pilier sud – face ouest

Charroux. Saint-Jean Baptiste. D. nef. Premier pilier sud – face ouest
  • 20 Cf. M. Durliat, « La sculpture du XIe siècle en Occident », dans Bulletin Monumental, 1994, II, p.  (...)
  • 21 Cf. à ce sujet la thèse de L. Cabrero-Ravel, Notre-Dame du Port et la sculpture ornementale des égl (...)

39Dans cette phase de renouvellement, la tradition explique sans doute cependant l’intérêt pour la palmette en gerbe, renouant avec la palmette qui avait fait partie des expériences de la sculpture du XIe siècle20. Cette forme linéaire n’empêchera pas cependant au fil des années les gammes sur le crochet d’abord à peine ébauché, puis sa phase naturaliste et sa tendance au stéréotype pur. La feuille lisse avait normalement été le point de départ de ces divagations qui resteront largement tributaires de la plasticité des étapes antérieures. A la feuille d’acanthe21 si brillamment déclinée succéderont sans difficulté crochets et motifs naturalistes et les chapiteaux de Charroux ou d’Ennezat indiquent bien la capacité des artistes. L’ultime avatar du crochet consiste en sa transformation en masques rudes, témoignant aussi de l’intérêt local pour la figure humaine ; le visage est aussi l’illustration normale du culot rappelant curieusement les créations des modillons.

40C’est un lieu commun de rappeler la modestie des portails des édifices majeurs romans régionaux ; à la fin du XIIe siècle va se dessiner surtout au nord un étrange courant de création de portes polylobées dues vraisemblablement aux ciseaux d’ateliers itinérants ; entre roman et gothique, elles présentent des voussures souvent en plein cintre, des lobes sertis de tores et achevés en pendeloques sculptées de visages ou de feuillages et des chapiteaux à crochets ; les deux tympans de Bellenaves et de Saint-Hilaire-la-Croix sont plus que d’ultimes tentatives romanes ; leurs sculptures indiquent une liberté de ton et un réalisme mesuré qui augurent d’autres desseins. Et la préciosité de certaines créations comme à Fleuriel ou dans le porche sud de la cathédrale du Puy relève aussi, dans un effort évident de renouvellement, du moment initial d’un nouveau style dont les échos tintaient à Bourges ou au Mans.

41La mutation représentée par le portail à statues-colonnes n’a cependant pas engendré de courant en Auvergne et Bourbonnais où seule la porte nord de Saint-Pourçain-sur-Sioule, très mutilée, porte témoignage de ce courant.

Sources et influences

42S’agit-il justement d’un indice pour conclure que le poids de la tradition romane était tel qu’après 1150, les bâtisseurs locaux ne se sont pas davantage intéressés aux portails qu’auparavant ?

43Il est évident que ce poids était un frein ; technique du mur épais, faiblesse de l’éclairage, excellente maîtrise des couvrements symbolisée par les berceaux lisses en témoignent comme elles affirment aussi la richesse de l’art de bâtir et certaines capacités inventives. Les architectes de l’époque précédente, comme le fameux Alleaume au Xe siècle dans la crypte de la cathédrale de Clermont, capables d’innovations n’avaient-ils pas transmis à leurs héritiers l’intérêt pour les nouveautés ?

44Ainsi, il paraît bien difficile d’évoquer comme un poids l’héritage quant au problème des chevets à chapelles rayonnantes. Les maîtres d’œuvre de Saint-Pourçain et d’Ebreuil n’ont-ils pas trouvé sur place des modèles ? Depuis la crypte de la cathédrale de Clermont, les chevets de Saint-Austremoine d’Issoire ou de Souvigny en passant par les absides gonflées d’absidioles à Saint-Dier ou à Auzon. Mémoire collective et modèles bien tangibles ont incontestablement joué leur rôle.

45Sans doute faut-il évoquer aussi comme sources locales les oculi utilisés dans des églises romanes et sur lesquels les nouveaux bâtisseurs tenteront de transcrire les nouveaux percements circulaires, les modillons inspirant les sculpteurs de culots, la structure de l’église de Courpière, vieux thème régional modernisé à Billom et qui sera étonnamment rajeuni un siècle plus tard à La Chaise-Dieu. On pourrait mettre aussi au crédit des influences internes l’éclectisme ambiant et la variété des expériences précédentes.

  • 22 Cf. E. Vegnolle, Saint-Benoit-sur-Loire et la sculpture du XIe siècle, Paris, 1985.

46Ces deux caractères expliquent que les courants d’influences externes aient pu s’imposer. L’une des ruptures fut précisément qu’il s’agissait d’un art d’importation qui arriva à travers un certain nombre de filtres générateurs d’une limite confuse entre roman et gothique dès lors que l’accueil sera nuancé d’un bâtisseur à l’autre, d’un édifice à l’autre. Ces filtres évoluent d’ailleurs par rapport à l’époque précédente. Ainsi la Bourgogne qui « importe » aussi le nouvel art sera peu exportatrice ou tardivement contrairement aux phénomènes du début du XIIe siècle. Au contraire, Berry, Poitou et Pays de Loire, où les architectes avaient tiré très vite un parti original des nouveautés, exposent un vrai dynamisme exportateur. La présence à Bourges de l’important chantier de la cathédrale dès 1195 n’y fut sans doute pas étrangère. À Bourges, Saint-Pierre le Guillard est aussi un bon exemple d’ « œcuménisme » artistique joignant au Berry, Nivernais et Bourgogne, avec de possibles retombées à Saint-Amable de Riom. Saint-Cerneuf de Billom, malgré un fondement local, symbolise bien cette direction vers les pays d’Ouest en rappelant dans son architecture les églises de Cunault, Candes ou Puy-Notre-Dame, ou dans ses chapiteaux à crochets-boules les édifices d’Angers ou de Saumur. Les chapiteaux à personnages nous ramènent en Anjou comme les crochets-visages d’Entraigues. Tout un réseau finement tissé, difficilement tangible, semble ainsi exister depuis les colonnes engoulées de Saint-Hilaire-la- Croix jusqu’aux nervures triplement toriques ou aux portails polylobés. Et les liens de proximité sont particulièrement forts avec le Berry dans les réminiscences du « passage berrichon » ou de la « collerette berrichonne ». Et si les crochets-visages évoquent l’Anjou, il ne faut pas oublier les protomes berrichons si présents sur les corbeilles romanes, voire protogothiques dans le sillage de Saint-Benoît-sur-Loire22.

  • 23 Citons la colonne aux ronds-points d’Ebreuil ou d’Aigueperse, les culots d’Aigueperse comme à Bury, (...)

47Le poids de l’influence de la région mère du gothique, l’Île-de-France est plus délicat à mesurer, le cheminement des formes architecturales et ornementales étant plus difficile à établir, faute de jalons précis. Ainsi, le portail de Saint-Pourçain était-il proche de celui de Saint- Loup de Naud, mais s’en démarquait par sa conception structurelle, ce qui nous rappelle que rien n’est « décalqué » de façon précise, qu’aucune influence n’imprime une œuvre sans entrer en concurrence, voire en conflit, avec d’autres composantes extérieures ou intérieures, d’où la notion évidente d’amalgame. Sans doute le spectre dyonisien est-il présent dans l’agencement des chapelles de Saint-Pourçain ou d’Ebreuil. Sans doute le double tore séparé par un onglet est-il fort répandu dans les églises de la première génération gothique à Saint-Denis ou à Senlis et sans doute les références ponctuelles sont-elles multiples23.

Ebreuil. Abbatiale Saint-Léger. Chapelle pentagonale sud

Ebreuil. Abbatiale Saint-Léger. Chapelle pentagonale sud

48Ces références impliquent évidemment des intermédiaires et posent le problème du Nivernais auquel sa position géographique confère un rôle naturel entre Ile-de-France et Auvergne ; son rôle est pourtant modeste, la question nivernaise et peut-être bourguignonne ne prenant vraiment corps qu’à Notre-Dame d’Aigueperse où se manifestent une certaine « statuomanie » dans les chapelles et surtout la coursière qui restera un spécimen unique et donc importé, ultime avatar d’un mur épais timidement dédoublé. La question nivernaise est posée aussi à Saint-Amable de Riom mais au travers de Saint-Pierre le Guillard de Bourges.

Une frontière entre roman et gothique ?

49Si le questionnement sur les courants d’influences internes et sur le poids de la tradition était sans doute le plus fructueux pour déterminer l’existence ou non de frontière entre roman et gothique, l’attitude de bâtisseurs face à l’extérieur n’est pas moins intéressante.

  • 24 Rappelons que la cathédrale de Clermont ne sera mise en chantier qu’en 1248. Cf. A. Courtillé, La c (...)

50Aucun modèle n’est donc réellement copié et l’amalgame des formules est évident. Balbutiements d’un système au stade expérimental qui ne dispose pas sur place d’un modèle prestigieux ?24Expérience dont on ne tire pas toutes les conséquences ? Prototypes insuffisamment étudiés et assimilés ?

  • 25 « La genèse de l’architecture gothique : « accident ou nécessité ? » dans la Revue de l’Art, 1983, (...)

51Rendant souvent la frontière indicible entre roman et gothique, l’éclectisme est évident dans ces amalgames d’archétypes et de nouveautés où se trouvent si intimement imbriquées évolutions et mâturations. Et sans doute faudrait-il davantage parler de passage que de frontière. « Il y a, dans l’histoire, des moments où le changement devient inévitable et l’architecture gothique est apparue à un de ces moments alors que, dans de multiples régions du monde roman, les architectes tentaient des innovations radicales » écrit Jean Bony25. En Auvergne, les partis architecturaux antérieurs subsistent suffisamment ancrés pour que le style demeure statique et rigide ; si la voûte d’ogives joue un rôle visuel indéniable, elle reste surtout un artifice de maçon et n’en détermine pas pour autant un style dynamique et articulé. Et si, comme l’écrit Jean Bony, le changement devient « inévitable », nous sommes loin des « innovations radicales ».

  • 26 P. Héliot, « La diversité de l’architecture gothique à ses débuts en France » dans la Gazette des B (...)

52Rencontre de forces parfois contradictoires, internes ou externes, l’architecture entre 1150 et 1250 est représentée en Auvergne et Bourbonnais par une multitude de petites églises qui traduisent un mouvement en profondeur à l’opposé de l’implantation superficielle d’une cathédrale aux formules venues d’ailleurs, et font de ce premier gothique une des modalités d’un art « aux cent visages »26. Confrontés aux mêmes problèmes que leurs contemporains, les architectes locaux répondent non sans imagination par des solutions qui s’inscrivent dans les grands courants par l’accueil d’une certaine modernité et s’en démarquent par un contexte traditionnel. Les édifices relèvent d’une grande diversité d’expériences qui juxtaposent sans réel conflit composantes romanes et gothiques. Et ces derniers sont loin d’être interprétés comme une part d’un système cohérent. Si la structure reste romane, les possibilités structurelles de l’ogive n’étant pas exploitées, le répertoire superficiel est bien gothique et sans doute très tôt dans les bases et les chapiteaux, voire les portails et les clochers.

  • 27 J. Bony, op. cit., p. 11.

53Une lente mutation s’était ainsi emparée de l’art de bâtir local qui offre des modalités du nouveau style. Là vigueur créatrice du premier gothique avait trouvé à s’exprimer malgré des formules indigènes comme il était entré en concurrence sans défaillance avec le mur dédoublé en Normandie ou la puissante originalité des constructions angevines. Comme ailleurs, l’invention du style gothique en Auvergne et Bourbonnais fut « un hasard heureux de l’histoire »27. Et elle s’inscrit dans la suite logique d’une création romane dont on ne peut le séparer sans un certain arbitraire comme l’écrivait Francis Salet.

  • 28 Cette frontière indicible entre roman et gothique existe aussi en sculpture et en peinture. Est exe (...)

54Les constructeurs locaux ne s’en lançaient pas moins dans la belle aventure d’une nouvelle relation entre espace et matière28.

Essai de tableau chronologique 1/2

Essai de tableau chronologique 1/2

Essai de tableau chronologique 2/2

Essai de tableau chronologique 2/2
Haut de page

Notes

1 Églises romanes. Filiations et échanges d’influences, Paris, 1931 (rééd. Brionne 1979, p. 5).

2 Dans la montée du gothique, Bruxelles, 1986, p. 9.

3 Cet article est évidemment une émanation de ma thèse soutenue à Nanterre en 1988 et publiée sous le titre Auvergne et Bourbonnais gothiques. I. Les débuts, Créer, Nonette, 1989. Une centaine d’édifices avait constitué le corpus de cette recherche (cf. tableaux). Sur les édifices du Bourbonnais, cf. Notices du Congrès Archéologique Bourbonnais, 1988.

4 Anne Prache, « Les arcs-boutants au XIIe siècle » dans Gesta, XV, 1-2, 1976, p. 31.

5 Cf. à ce sujet l’éclairante introduction de Louis Grodecki dans Architecture gothique, Paris, 1979, p. 9-20.

6 A. Gybal, L’Auvergne, berceau de l’art roman, Clermont-Ferrand, 1957.

7 Cf. A. Courtillé, « Auvergne » dans Le paysage monumental de la France autour de l’an mil, (sous la direction de Xavier Barrail i Altet), Paris, 1987, p. 177-196.

8 Dans la préface de l’ouvrage de Z. Schiewchowski, Sculpture romane d’Auvergne, Clermont-Ferrand, 1973.

9 Saint-Victor et Sainte-Couronne d’Ennezat, Notre-Dame du Port à Clermont- Ferrand, Saint-Austremoine d’Issoire, Saint-Nectaire, Notre-Dame d’Orcival, Saint-Pierre de Mozac, Saint-Saturnin.

10 Cf. Dernière synthèse de l’auteur sur « L’art roman en Auvergne » dans Montferrand, 1196-1996, Clermont-Ferrand, 1996, p. 55-67.

11 Cf. M. Durliat, « Le baptistère Saint-Jean » dans le Congrès Archéologique Velay, 1975, p. 213-219.

12 « La légion de Bellenaves et d’Ebreuil » dans le Bulletin de la Société d’Émulation du Bourbonnais, XXXIV, 1930, p. 26-29.

13 Lettres, LIV.

14 R. Bressolette, « Haut et bas pays : présentation géographique », dans Histoire de l’Auvergne, Privat, Toulouse, 1974, p. 11.

15 M. Estienne, Le pouvoir partagé : La Basse-Auvergne de 1150 à 1350, Thèse de l’École des Chartes, 1986.

16 Les églises du Crest, de Chadeleuf, de Montaigut-le-Blanc, de Brenat, du Breuil-sur-Couze, de Compains, Mégemont, Brioude, Blesle, Molompize (Vauclair), d’Arlet et de Saint-Rémy auxquelles s’ajoute de façon très ponctuelle la cathédrale du Puy.

17 Cf. M. Aubrun, La paroisse en France des origines au XVe siècle, Paris, 1986.

18 M. Aubrun, op. cit., p. 153.

19 Et ce en dépit de l’importante restauration subie au XIXe siècle par cet édifice. Le dessin de Guillaume Revel du XVe siècle est assez clair comme les états des lieux du XIXe siècle. Cf. A. Courtillé, Auvergne et Bourbonnais gothiques. I. Les débuts, Nonette, 1989, p. 147.

20 Cf. M. Durliat, « La sculpture du XIe siècle en Occident », dans Bulletin Monumental, 1994, II, p. 129-213 (notamment p. 132-159).

21 Cf. à ce sujet la thèse de L. Cabrero-Ravel, Notre-Dame du Port et la sculpture ornementale des églises romanes d’Auvergne, les chapiteaux corinthiens et leurs dérivés, Université de Franche-Comté, 1996.

22 Cf. E. Vegnolle, Saint-Benoit-sur-Loire et la sculpture du XIe siècle, Paris, 1985.

23 Citons la colonne aux ronds-points d’Ebreuil ou d’Aigueperse, les culots d’Aigueperse comme à Bury, les archivoltes d’Escurolles ou du Breuil-sur-Couze ou la coursière d’Aigueperse comme à Saint-Germer de Fly, les piles de Malicorne comme à Sainte-Madeleine de Montargis, les chevrons du Breuil-sur-Couze ou de Brioude comme dans l’avant-nef de Saint-Denis, aux chœurs de Saint-Leu d’Esserent ou de Saint-Martin des Champs. Cf. A. Prache, Île de France romane, La Pierre Qui Vire, 1983, et M. Bideault-C. Lautier, Île de France, I, Paris, 1987.

24 Rappelons que la cathédrale de Clermont ne sera mise en chantier qu’en 1248. Cf. A. Courtillé, La cathédrale de Clermont, Nonette, 1994.

25 « La genèse de l’architecture gothique : « accident ou nécessité ? » dans la Revue de l’Art, 1983, 58-59, p. 11.

26 P. Héliot, « La diversité de l’architecture gothique à ses débuts en France » dans la Gazette des Beaux Arts, 1967, p. 269.

27 J. Bony, op. cit., p. 11.

28 Cette frontière indicible entre roman et gothique existe aussi en sculpture et en peinture. Est exemplaire le thème des Vierges en majesté qui perdurent au XIIIe siècle avec un passage insensible vers une nouvelle sentimentalité, de nouvelles relations entre Mère et Enfant, et un certain abandon du hiératisme au profit de formes assouplies se fait en douceur (Cf. A. Courtillé, Marie en Auvergne, Bourbonnais et Velay, Clermont, 1997, ch. II.). De même en peinture l’art 1200 est bien représenté témoignant du lent passage vers les formes gothiques (cf. A. Courtillé, Histoire de la peinture murale dans l’Auvergne du Moyen Âge, Brioude, 1983).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Sites mentionnés dans le texte
URL http://journals.openedition.org/siecles/docannexe/image/4226/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Entraigues. Église Saint-Claude. Le chœur
URL http://journals.openedition.org/siecles/docannexe/image/4226/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Billom. Église Saint-Cerneuf. Coupe transversale
Crédits Mallay 1859. A.D.T. 0236
URL http://journals.openedition.org/siecles/docannexe/image/4226/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Le Crest. Église Notre-Dame
URL http://journals.openedition.org/siecles/docannexe/image/4226/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Aigueperse. Coupe transversale. État des lieux
Crédits Mallay 1859. A.D.T. 0236
URL http://journals.openedition.org/siecles/docannexe/image/4226/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Cébazat. Saint-Pierre
URL http://journals.openedition.org/siecles/docannexe/image/4226/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Couleuvre. Saint-Julien. Chevet. Angle N.E. et S.O
URL http://journals.openedition.org/siecles/docannexe/image/4226/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Charroux. Saint-Jean Baptiste. D. nef. Premier pilier sud – face ouest
URL http://journals.openedition.org/siecles/docannexe/image/4226/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Ebreuil. Abbatiale Saint-Léger. Chapelle pentagonale sud
URL http://journals.openedition.org/siecles/docannexe/image/4226/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre Essai de tableau chronologique 1/2
URL http://journals.openedition.org/siecles/docannexe/image/4226/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Essai de tableau chronologique 2/2
URL http://journals.openedition.org/siecles/docannexe/image/4226/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 686k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Courtillé, « Quelles frontières entre roman et gothique en Auvergne et en Bourbonnais ? », Siècles [En ligne], 5 | 1997, mis en ligne le 06 février 2019, consulté le 30 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/siecles/4226

Haut de page

Auteur

Anne Courtillé

Centre d’Histoire « Espaces et Cultures » (CHEC), Université Blaise-Pascal Clermont II

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search