Navigation – Plan du site

Flux immatériels et diffusion des idées scientifiques au Moyen Âge

Insubstantial flows and the spread of scientific ideas in the Middle Ages
Geneviève Dumas

Résumés

La communication proposée voudrait montrer la trajectoire des flux scientifiques et leurs liens avec les échanges économiques, les migrations et les transferts culturels. Le traitement du sujet s’insère dans une perspective d’histoire globale, c’est-à-dire une approche qui étudie les modes d’interaction entre les sociétés au-delà des espaces étatiques, qui met l’accent sur les processus de convergence et qui examine les transferts entre zones culturelles. On envisagera ici les idées scientifiques comme des flux immatériels et on examinera les modalités de leur construction, leur appropriation, leur matérialisation et leur circulation dans des lieux de savoir autour de la Méditerranée entre les Xe et XIVe siècles. Pour ce faire, on ne se penchera que sur quelques-unes des communautés savantes qui ont favorisé leur diffusion. On fera l’examen d’un axe particulier de ces transferts culturels, celui qui part de l’Espagne almohade et qui chemine vers le nord. Pour terminer, on verra la réception de ces flux par la communauté savante de la ville de Montpellier au tournant du XIVe siècle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La tendance a reçu une forme de consécration dans l’ouvrage collectif L’histoire du monde au XVe si (...)

1La réflexion proposée ici aborde la trajectoire des flux de savoirs autour de la Méditerranée au Moyen Âge. Le traitement du sujet s’insère dans une perspective d’histoire globale, c’est-à-dire une approche qui étudie les modes d’interaction entre les sociétés au-delà des espaces étatiques, qui met l’accent sur les processus de convergence et qui examine les transferts entre zones culturelles1.

  • 2 Du moins, la plupart de praticiens de l’histoire globale ne la font commencer qu’au XVIsiècle. Su (...)
  • 3 À ce sujet, voir les réflexions de Nicolas Weill-Parot sur les possibles écueils d’une telle grille (...)
  • 4 Carol Symes, « Introducing the Medieval Globe », The Medieval Globe, n1, p. 2.

2Les tenants de l’histoire globale se tournent rarement vers les sociétés prémodernes pour y trouver des modèles d’interprétation2. Pourtant, un certain nombre d’enjeux de l’histoire globale trouvent leur origine et leurs fondements durant la période médiévale et dans les sociétés très diverses qui y évoluent. Il ne s’agit pas ici de faire de l’histoire utilitariste ou d’ériger l’histoire globale en norme historiographique3. On voudrait ici prendre cette approche pour mettre en lumière des phénomènes qui ont été rendus conceptuellement invisibles par les catégories et les horizons d’attente de l’historiographie moderne4. De plus, cette réflexion ne représente en rien un processus abouti et n’a pas non plus de visée programmatique. Elle voudrait utiliser les concepts nouveaux issus de la mondialisation comme un prisme pour dégager des pistes de recherche possibles, notamment pour l’histoire de la diffusion des idées.

  • 5 Voir par exemple Jean-Luc Fray, « Routes, flux et lieux centraux au Moyen Âge : Quelques réflexions (...)
  • 6 Voir à cet égard, Patrick Gautier-Dalché (dir.), La Terre. Connaissance, représentations, mesure au (...)

3Le terme « flux » connaît une reviviscence dans le langage de la médiévistique actuelle pour plusieurs raisons5. Le fait est que l’historien examine le passé à la lumière de son propre contexte socio-culturel. Il est donc normal, à l’heure de la mondialisation, tant économique, humaine que virtuelle, qu’il ou elle envisage l’espace géopolitique médiéval dans cette optique particulière. L’apport nouveau de la géolocalisation et des outils de gestion des informations géographiques a favorisé une meilleure compréhension de la notion d’espace dans l’histoire et a ouvert un champ de recherche qui permet de renouveler le regard posé sur cet objet d’étude. Les médiévistes en ont particulièrement profité, eux dont la documentation fait souvent défaut6.

  • 7 Qualités qui confèrent à ces lieux un rôle structurant dans l’espace mondial. Ces concepts généraux (...)

4Dans le vocabulaire consacré de la mondialisation, les flux sont généralement divisés en deux grandes catégories, les flux matériels (marchandises, biens…) et les flux immatériels (investissements, idées, maladies…). On y trouve aussi le terme « centre d’impulsion » pour désigner des espaces où se trouvent concentrées des fonctions politiques, économiques et culturelles, qui agissent en réseau et qui sont dynamisés par les flux7. Dans le cas qui nous occupe, ces centres d’impulsion sont des lieux de savoir, au sens que leur a donné Christian Jacob :

  • 8 Christian Jacob, Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?, Nouvelle édition [en ligne], Marseille, Open Edi (...)

« Les lieux de savoir sont les lieux successifs occupés par des acteurs individuels ou collectifs sur une carte institutionnelle, disciplinaire, politique [ou scientifique]. Ils sont institués par des interactions vivantes, le temps d’un cours, d’un séminaire, d’une conférence, d’une discussion, d’une soutenance de thèse, d’une controverse, mais aussi par un cheminement de recherche. Ils sont aussi les lieux matériels, construits ou naturels, où se déploient ces activités qu’ils abritent : salles de cours, laboratoires, bibliothèques, jardins botaniques, musées, ateliers. Ils sont également les instruments, les outils, les échantillons, les machines, qui accompagnent les gestes de la main et ouvrent de nouvelles dimensions à la perception et à la pensée humaines. Ils sont enfin les artefacts qui permettent de matérialiser et d’inscrire le savoir ou qui jouent un rôle dans sa construction même : dessins, schémas, textes écrits, discours portés par la voix. Ils sont les inscriptions portées sur ces supports, les signes ou les assemblages de signes, les tracés, le texte qui matérialisent et objectivent les savoirs et les rendent transitifs, transmissibles, communicables8. »

5Dans leur ouvrage collectif sur les transferts culturels en Méditerranée, Rania Abdellatif, Daniel König, Yassir Benhima et Elisabeth Ruchaud considèrent les éléments suivants comme fondamentaux dans les transferts culturels en Méditerranée :

  • 9 Rania Abdellatif et al. (dir.), « Les acteurs des transferts culturels. Introduction à la thématiqu (...)

« Tout processus d’échange entre différentes aires culturelles, quel que soit l’outil terminologique utilisé pour en décrire le déroulement et les effets, s’effectue sur la base de quatre éléments fondamentaux. Il s’agit (1) des objets, matériels ou immatériels, mutables ou immutables, vivants ou inanimés qui subissent ces processus ; (2) des structures qu’on pourrait qualifier de « spatiales », qui conditionnent le cadre matériel, le support de mobilité, les réseaux humains et les orientations symboliques nécessaires pour faciliter la mobilité géographique de ces objets ; (3) des lieux, au sens le plus large, de mémoire et de conservation qui permettent la durabilité et, par conséquent, la mobilité temporelle des objets d’une grande longévité ; (4) enfin les acteurs qui servent de stimulants ainsi que d’exécuteurs et qui se distinguent les uns des autres par leur motivation, leur capacité et leur degré d’implication dans ces processus9. »

  • 10 La circulation des idées scientifiques n’est évidemment pas un sujet inédit. Une historiographie co (...)
  • 11 Cet article est le fruit d’une réflexion large, une sorte de zoom arrière. On comprendra que l’exam (...)

6Ils ont bien montré le rôle des acteurs de ces transferts culturels et on rebondira volontiers sur un certain nombre de conclusions qu’ils ont dégagées. Dans la continuité de ces études, et sans délaisser les acteurs, j’aimerais envisager les idées scientifiques comme des flux immatériels et entends examiner les modalités de leur construction, leur appropriation, leur matérialisation et leur circulation dans des lieux de savoir autour de la Méditerranée entre les Xe et XIVe siècles10. Pour ce faire, je ne pourrai me pencherai que sur quelques-unes des communautés savantes qui ont favorisé cette diffusion. J’en viendrai à l’examen d’un axe particulier de ces transferts culturels, celui qui part de l’Espagne almohade et qui chemine vers le nord11. Pour terminer, je me pencherai sur la réception de ces flux par la communauté savante de la ville de Montpellier au tournant du XIVe siècle.

  • 12 Sur ce concept de centralité et le regard nouveau qu’il pose sur les villes médiévales, voir J.-L.  (...)

7On tiendra pour acquis que les idées formalisées se diffusent de deux façons, orale et écrite. La première est le résultat de contacts directs, elle implique des communautés, des réseaux savants. Elle suppose un ou plusieurs lieux dans lesquels des personnes peuvent se réunir. C’est le propre des écoles, académies, centres intellectuels, lieux de savoir, qui émergent généralement dans des villes caractérisées par leur centralité. Bien qu’il ne faille pas réduire la circulation des idées à ces seuls lieux, il s’agit plutôt de montrer que, justement par leur centralité, ils exercent une force centripète, un pouvoir d’attraction qui appelle à eux davantage de participants12.

  • 13 Je ne m’étendrai pas sur les éléments factuels et chronologiques de cette expansion. Le lecteur peu (...)

8Entre le VIIIe et le Xe siècle, ces lieux se concentrent surtout à l’Est de la Méditerranée, dans l’ensemble géographique réuni par les premières vagues d’expansion arabe13. Dans le cadre de ce contexte d’échanges, des individus s’approprient, par la réflexion et la discussion, l’écriture ou la traduction, des idées qui proviennent d’autres aires de diffusion.

Bagdad

  • 14 Pour comprendre les configurations politiques et sociales qui favorisent ce recentrage du patronage (...)
  • 15 Sur la Maison de la sagesse dont le fonctionnement a été vue longtemps, de façon peut-être un peu a (...)
  • 16 A. Djebbar, Une histoire de la science arabe. Entretiens avec Jean Rosmorduc, Paris, Points, 2001, (...)
  • 17 M.-G. Balty-Guesdon, « Le Bayt-al-hikma […] », p. 138.
  • 18  À vrai dire, elle est monumentale comme le souligne Dimitri Gutas : « In terms of the extent of th (...)
  • 19 A. Djebbar, Une histoire de la science arabe […], p. 79, Danielle Jacquart, L’épopée de la science (...)
  • 20 D. Jacquart et F. Micheau, La médecine arabe […], p. 36.
  • 21 F. Micheau, « Mécènes et médecins à Bagdad au IIIe-IXe siècle : les commanditaires des traductions (...)
  • 22 Entre autres, la famille Banu Musa, dont le rôle de promoteur des sciences à la Maison de la sagess (...)
  • 23 Ibid., p. 148, D. Jacquart et F. Micheau, La médecine arabe […], p40.
  • 24 Missive à ‘Ali ibn Yahyâ sur les livres de Galien qui ont été traduits à sa connaissance, et sur qu (...)

9Un exemple paradigmatique de ce fait est la Maison de la sagesse, à Bagdad, au IXe siècle. Sise au centre de la plus grande capitale du monde médiéval, elle existe déjà sous le règne du calife Harun Ar-Rachid mais c’est son successeur Al-Ma’mun qui lui donne sa plus grande impulsion14. Sous son règne, le Bayt al-hikma attire des érudits de régions très diverses qui œuvrent sur des mandats de traduction mais aussi d’application comme le calcul du diamètre de la terre ou encore la réforme du calendrier15. Son impulsion se traduit également par un élargissement du mécénat des sciences : « Durant les vingt ans de règne d’Al-Ma’mun, d’un comportement individuel d’élites, le mécénat devient un phénomène d’ensemble16. » Le Bayt al-hikma se présente à la fois comme un fonds d’archives, une bibliothèque califale et un centre de traduction, même si ce dernier aspect dépasse largement le cadre de l’institution17. La production scientifique qui en est issue est consistante et variée18. On y trouve les matières de prédilection de cette période caractérisée par un contexte philosophique rationaliste : les mathématiques, l’astronomie et la médecine ainsi que le génie mécanique qui y est aussi bien représenté19. Il ne fait aucun doute que cette production scientifique, si elle rejoignait les objectifs du Bayt al-hikma, était le fait d’individus dont les relations directes et personnelles ont parfois été préservées par les sources. Le personnage d’Hunayn Ibn Ishâq en offre un bon exemple. Ce médecin, traducteur, écrivain et correcteur de copies, assyrien de religion chrétienne nestorienne, a œuvré sous les règnes d’Al-Ma’mun (813-833) à Al-Mut’amid (870-792)20. Il a joué un rôle décisif dans l’appropriation de la médecine hellénistique et semble avoir été le pivot d’un important réseau de lettrés qui a été bien documenté21. Des mécènes, parmi eux des médecins, savants et des lettrés de l’entourage de la cour califale, lui commandent des œuvres qu’il traduisit le plus souvent à partir du syriaque et dont les copies étaient scrupuleusement corrigées22. La plupart furent ensuite finalisées en arabe par ses disciples ; son fils Ishaq, son neveu Hubays ou son élève Isa ibn Yahyâ23. Le document qui nous en parle est écrit de sa main et relate les détails entourant les traductions de 96 œuvres de Galien24. Il montre une vingtaine de mécènes engagés dans cette entreprise et les échanges épistolaires que cette vaste entreprise occasionne.

  • 25 Voir entre autres, Fritz W. Zimmermann, Al-Farabi’s Commentary and Short Treatise on Aristotle’s De (...)
  • 26 Le manuscrit arabe 2346 de la BnF offre un témoignage éclairant sur cette école et ses liens avec l (...)

10Hunayn ibn Ishaq était chrétien et il avait des liens avec l’école des commentateurs syriaques chrétiens de Bagdad. Abû Bishr Mâtta ibn Yunus, dont l’activité de traduction et commentaire des savoirs aristotéliciens au Xsiècle est bien documentée, en avait été l’instigateur principal25. Autour de lui s’élabore un cercle de disciples qui reprendront ses entreprises de commentaires et de traductions. Yahyâ ibn ‘Adî et Ibn Zur’a sont les mieux connus de cette « école », une troisième génération s’illustre avec les traductions de Ibn Suwar, élève de Yahyâ ibn ‘Adî26.

  • 27 Ahmed Djebbar le rappelle : « On a tort d’identifier parfois ce processus (appropriation) avec le p (...)
  • 28 Amira K. Bennison, The Great Caliphs : The Golden Age of the ‘Abbasid Empire, New York, Yale Univer (...)

11Le nombre d’individus impliqués dans le mouvement de traduction du grec à l’arabe à Bagdad entre les VIIIe et Xsiècles est significatif et on ne peut ici référer à toutes les écoles qui sont nombreuses. Qu’il suffise de conclure en soulignant que l’on rencontre dans ce contexte emblématique, les quatre éléments fondamentaux nécessaires à la diffusion des idées scientifiques : un groupe d’individus, d’acteurs se partageant les savoirs en direct dans une démarche d’appropriation27 ; leur formalisation sur papier, notamment par la traduction mais aussi dans une démarche de systématisation ; des centres d’impulsions ou lieux de savoirs et enfin une ville centrale vers lequel convergent pour un temps les médiateurs culturels de ces savoirs. La conjoncture politique qui voit le morcellement de l’empire abbasside au Xsiècle, fait en sorte que cette dynamique perdure environ deux siècles à Bagdad, mais la Maison de la sagesse avait fait des émules et les discussions se reproduisent dans les salons majlis animées par des intellectuels, des savants et des poètes28. Ces espaces prennent le relais de structures plus institutionnelles en préservant le rôle de pôle d’attraction qui caractérise les grands centres.

  • 29 Voir, entre autres, Houari Touati, Islam et voyage au Moyen Âge. Anthropologie d’une pratique lettr (...)
  • 30 Voir l’abondante bibliographie sur le sujet, que l’on ne peut aborder en détail dans cet article, c (...)

12Dans la mesure où une part des échanges produits dans le cadre de ces rencontres formelles ou informelles se matérialise par une production écrite, celle-ci chemine vers d’autres lieux. La mobilité des savants, un phénomène attesté notamment pour les IXe et Xsiècles dans le monde méditerranéen, achève de diffuser les acquis scientifiques des milieux abbassides29. Plusieurs zones recueillent les fruits de la première science arabe, à commencer par l’Italie où, d’abord au monastère du Mont-Cassin, s’assimile puis se traduit une part importante de la matière médicale grecque synthétisée par les médecins arabes30.

Constantin l’Africain

  • 31 On verra en priorité C. Burnett et D. Jacquart (dir.), Constantine the African and Alī Ibn Al-Abbās (...)
  • 32 D. Jacquart, « Introduction », La scuola medicina salernitana, 1.
  • 33 Monica Green, « Re-Creation of the Pantegni Practica Book VIII », dans C. Burnett et D. Jacquart (d (...)
  • 34 D. Jacquart, « Aristotelian thought in Salerno », dans Peter Dronke (dir.), A History of Twelfth-Ce (...)
  • 35 Faith Wallis, « Twelfth-century Commentaries on the Tegni : Bartholomaeus of Salerno and Others », (...)

13Parmi les manifestations de cette activité savante se trouvent les entreprises de traduction liées à un personnage appelé Constantin l’Africain. Son œuvre a été fort bien étudiée31. Il serait arrivé dans la deuxième moitié du XIsiècle à l’abbaye du Mont-Cassin avec une grande quantité de manuscrits, principalement en arabe, sauvés partiellement d’un naufrage qu’il avait subi en passant de l’Afrique à l’Italie32. C’est le point de départ d’une entreprise d’assimilation des savoirs médicaux grecs et arabes. Comme Hunayn ibn Ishaq à Bagdad, Constantin l’Africain n’est pas seul. Autour de lui et avec lui œuvrent des socii dont quelques-uns ont assez de substance historique pour être identifiables. Johannes Afflacius, par exemple, est l’un de ces assistants, peut-être un musulman converti ; il était certainement physicien33. Par ailleurs, des mécènes contribuent à l’œuvre de traduction, comme Azo, chapelain de l’impératrice Agnès à qui Constantin dédie sa traduction des Aphorismes d’Hippocrate. Ce groupe élabore le premier noyau d’un ensemble de textes voué à une remarquable postérité et qui est devenu le premier manuel de théorie et de pratique de médecine savante en Occident – connu sous le nom de Ars medicine ou Articella34. Dès le début du XIIsiècle, cette compilation donne lieu à des commentaires qui se présentent en deux séries appelées « Gloses de Chartres » et « Gloses de Digby »35. Ces gloses font le lien entre l’abbaye du Mont-Cassin et une possible école de Salerne puisqu’elles engendrent une importante tradition de commentaires.

Salerne

  • 36 Ce que l’on en savait provenait de la Collectio Salernitana rassemblée par Salvatore de Renzi au XI (...)
  • 37 On est désormais plus à même de comprendre ses premiers pas grâce à la chronique de Pierre Diacre q (...)
  • 38 Monica H. Green (éd. et trad.), The ‘Trotula’ : A Medieval Compendium of Women’s Medicine, Philadel (...)
  • 39 Dont voici quelques exemples : le régime salernitain, les questions salernitaines, l’anatomie du po (...)
  • 40 D. Jacquart, « Aristotelian thought in Salerno » dans P. Dronke (dir.), A History of Twelfth-Centur (...)
  • 41 Faith Wallis, « The Articella commentaries of Bartholomaeus of Salerno », La scuola medica salernit (...)
  • 42 Michael McVaugh, The Rational Surgery of the Middle Ages, Florence, SISMEL-Edizione del Galuzzo, Mi (...)

14L’origine de l’école de Salerne est depuis peu remise en cause36. Il semble bien que l’abbé du Mont-Cassin, Desiderius, ait été l’impulsion majeure d’une école de traducteurs qui a constitué le premier noyau de textes37. Avant le XIIIe siècle, moment où elle obtient son existence juridique, l’école de Salerne se présente davantage comme une communauté informelle de maîtres et d’étudiants38. Au sein de ce groupe se développe un programme scientifique, surtout médical, autour d’un certain nombre de matières39. Les composantes de ce corpus reflètent, de façon assez unanime, la même volonté de diviser la médecine en théorie et en pratique et de les ancrer toutes deux dans la rationalité aristotélicienne40. La tradition manuscrite montre des maîtres associés à cette entreprise d’organisation de savoirs médicaux et les liens qui les unissent. Les liens de filiation intellectuelle de Barthélémy de Salerne, ses étudiants Petrus Musandinus et Maurus de Salerne par exemple, ont été bien cernés41. Michael McVaugh a d’ailleurs montré ce concept de filiation intellectuelle avec la chirurgie scolastique qui se développe dans le giron de Salerne et dans le Sud de l’Italie à cette époque42.

  • 43 John Ziegler, « La scuola medica Salernitana. Gli autori e i testi edited by Danielle Jacquart and (...)
  • 44 M. H. Green, The ‘Trotula’[…], p. xxiv-xxv.

15Il n’est pas question de refaire l’histoire de cette institution et de la littérature qui en est issue. L’historiographie est désormais abondante et bien documentée. Il s’agit surtout d’en retenir quelques éléments à l’appui. Premièrement, on constate qu’autour de Salerne se développe une science syncrétique, un ensemble de pratiques, de considérations théoriques et de méthodes d’apprentissage que des érudits s’efforcent d’exporter à travers toute l’Europe43. Deuxièmement, cette science est le résultat d’une macération des idées par un groupe de savants impliqués dans une organisation spécifique des savoirs. Si le cadre matériel de ces échanges nous échappe largement, ils ont laissé des traces dans les traités qui en sont issus. Au XIIsiècle, une force centripète s’est exercée en faveur d’un lieu de savoir à Salerne pour des raisons politiques, économiques et culturelles et donc liées à sa centralité44. Dans tous les cas, l’élan intellectuel qui s’y est manifesté fut un relais de diffusion important de la science grecque et de la science abbasside.

L’espace de diffusion hispano-arabe

  • 45 Pierre Guichard, « La conquête arabe de l’Espagne au miroir des textes », Cahiers d’études islamiqu (...)
  • 46 Sur le rôle des juifs dans la conquête musulmane de l’Espagne, voir Norman Roth, Jews, Visigoths, a (...)

16Le corpus de médecine savante élaboré par les Italiens des XIe et XIIe siècles s’était répandu très rapidement à travers l’Europe, mais cette tradition scientifique fut presque totalement éclipsée par une autre voie de diffusion des sciences, celle de l’espace hispano-arabe. Malgré le manque de sources, on sait que la conquête de l’Espagne par des Berbères au nom du calife omeyyade de Damas est surtout le fait d’un petit groupe qui, à la faveur d’ententes de capitulation, prit le Sud de l’Espagne aux mains des Wisigoths. Les nombreuses communautés chrétiennes et juives ont joui, dès lors, du statut juridique de dhîmmis ou « protégés » en vertu de la « tolérance institutionnelle » que l’Islam réservait aux religions du Livre45. Les juifs, en particulier, qui avaient subi une oppression religieuse grandissante de la part des Wisigoths, notamment avec leur conversion forcée en 617, aidèrent activement les conquérants musulmans en servant d’arrière-garde dans bien des villes prises46.

  • 47 Notamment au titre des mathématiques et des sciences exactes. Voir A. Djebbar, « Les mathématiques (...)
  • 48 Sur Ibn Shaprut, voir Norman Golb, New Manuscript Evidence on Hasdai Ibn Shaprut and His Role in Je (...)
  • 49 Lucien Leclerc (trad.), Aboul Kasim Al Zahravi : La chirurgie d’Abulcasis, Paris, J.-B. Baillère, 1 (...)

17En 755, un Omeyyade épargné par les exécutions d’Al-Abbas al Safian se réfugie au Maghreb chez les Berbères. Soutenu par une partie de la population musulmane, il débarque à Cordoue et y installe la capitale d’un émirat indépendant puis d’un califat indépendant. La ville devient, dès le IXe siècle, une véritable métropole culturelle, un centre d’impulsion majeur, notamment sous les califats d’Abd al-Rahman II (912-928) et de al-Hakam II (961-976) qui accueillent des juristes, des poètes et des savants venus d’Irak, de Syrie, d’Afrique du Nord ou d’Égypte. C’est à cette période qu’est associé un véritable « décollage » scientifique47 et, à la cour, s’illustrent les érudits locaux que sont le médecin juif Hasdaï ibn Shaprut ou Abū al-Qāsim al-Zahrâwî48. L’encyclopédie médico-chirurgicale d’al-Zahrâwî, le Kitab al-tasrif en 30 livres, est peut-être l’œuvre la plus connue dans ce contexte. Elle illustre quelque 200 instruments de chirurgie49.

  • 50 Sur le courant mystique, voir en priorité Gershom Scholem, Les grands courants de la mystique juive (...)
  • 51 Encore une fois, de trop nombreuses contributions sont à signaler. On choisira d’abord les études d (...)
  • 52 Abraham Ibn Daud et Gerson D. Cohen, The Book of Tradition, Sefer-ha-Qabbalah, Jewish Publication S (...)

18À la faveur de ce califat se développe en Espagne une culture qui a eu de fortes répercussions sur l’histoire de l’Espagne, mais aussi sur les sociétés que l’Islam a structurées dans cet espace, notamment les juifs et les chrétiens. Si les chrétiens sont peu sollicités dans l’exercice du pouvoir, il n’en est pas de même des juifs qui deviennent des administrateurs mais aussi des courtisans. L’Espagne musulmane crée une nouvelle forme de judaïsme qui intègre les influences de la cour omeyyade. Ces juifs s’intéressent à la science et la poésie qu’ils développent aborde des thèmes profanes comme la nature, les fêtes et même l’amour. Ils écrivent en arabe mais ils réforment aussi la grammaire hébraïque. Ces Sépharades ou Sefardim déploient de tous nouveaux pans culturels et scientifiques. Deux courants très vivaces du judaïsme sont nés dans l’Espagne musulmane : un courant juif rationaliste ou scientifique et un courant mystique ; c’est le courant rationaliste qui nous intéresse ici50. Bien étudié, ce courant nous montre la première expression d’une science juive qui se diffusera par la suite dans toute l’Europe méridionale51. Il montre aussi une appropriation de la philosophie aristotélicienne par les savants juifs d’Espagne, exemplifiée par les ouvrages d’Abraham ibn Daud et par ceux de l’une des plus importantes figures la philosophie rationnelle, Maïmonide52.

19Au XIIe siècle, à la suite de la Reconquista, on commence à traduire les traités arabes de philosophie, de sciences exactes, de médecine. On est ici en présence d’un foyer de diffusion des sciences qui embrasse le Nord de l’Espagne jusqu’en Catalogne et qui, par la même force centripète qu’on a vue à l’œuvre pour Bagdad, Salerne et Cordoue, converge vers la ville de Tolède, reprise aux Arabes en 1085 et qui devient un lieu de contacts féconds.

Tolède

  • 53 Pour le contexte des traductions « tolédanes » sur lesquelles il y a beaucoup à dire, on verra : D. (...)
  • 54 Espagnols : Jean de Séville, Domingo Gonzalez, Hughes de Santalla, Marc de Tolède ; Anglais : Adéla (...)
  • 55 D. Jacquart, « L’école des traducteurs », dans Louis Cardaillac (dir.), Tolède XIIe-XIIIe siècle. M (...)
  • 56 D. Jacquart et F. Michaud, La médecine arabe […], p. 150-153.
  • 57 Jesus Montoya et Ana Rodríguez (dir.), El Scriptorium alfonsí : de los Libros de Astrología a las“C (...)

20On trouve à Tolède des individus qui travaillent à l’appropriation des savoirs et qui les transposent en latin. Ce mouvement a pris le nom de « traductions tolédanes », mais le terme n’est pas entièrement satisfaisant, puisqu’on inclut, dans cette appellation générale, des traductions très diverses, effectuées dans des contextes eux aussi multiples53. L’expression désigne généralement l’ensemble des travaux de traduction de l’arabe au latin et au roman castillan réalisés en Espagne, à Tolède ou dans des villes comme Barcelone et Tarazona aux XIIe et XIIIe siècles, c’est-à-dire à une époque où les Latins avaient reconquis une partie des territoires que les musulmans occupaient depuis plusieurs siècles. On divise aussi cette activité de traduction en deux phases. La première comprend les traductions effectuées entre 1130 environ à 1187, probablement sous l’impulsion de Raymond, archevêque de Tolède. Les traducteurs de cette période se présentent comme un réseau de clercs d’origines multiples : on compte des Castillans, certes, mais aussi des Anglais, des Italiens et un certain nombre de juifs54. La figure emblématique de cette période d’assimilation de la science arabe est l’Italien Gérard de Crémone à qui l’on doit, avec ses apprentis, plus d’une trentaine de traductions de l’arabe au latin, dont des œuvres fondamentales pour l’Europe tardo-médiévale comme le traité d’algèbre d’Al-Khwarizmi ou le Canon du médecin persan Avicenne55. Contrairement à Constantin qui traduisait au sens, on constate que Gérard de Crémone et ses socii donnèrent des traductions plus littérales et plus précises de l’arabe, ce qui a encouragé leur postérité56. La deuxième phase se produit sous le règne d’Alphonse X le Sage et son impulsion sur un scriptorium de plusieurs traducteurs est bien documentée. On y trouve aussi des juifs, notamment Judah ben Mosé, son traducteur attitré57.

  • 58 Sur ce contexte particulier de traduction, Marie-Thésèse d’Alverny, « Les traductions à deux interp (...)

21Ces traductions étaient le plus souvent effectuées à quatre mains et de vive voix : un juif qui lisait l’arabe le traduisait ensuite en langue vulgaire ; un clerc latin transposait le vulgaire en latin58. Cette façon de faire, attestée dans les manuscrits par la formule de viva voce, montre l’importance de l’oralité dans la formalisation des idées scientifiques et leur mise par écrit subséquente. Deux de ces traducteurs et savants juifs nous intéressent car la trajectoire des idées scientifiques musulmanes de l’Espagne vers le nord au XIIe siècle passe par la Provence et donc par le Languedoc.

  • 59 G. Freudenthal, « Science in the Medieval Jewish Culture of Southern France », et « Transfert cultu (...)
  • 60 Voir, entre autres, Isadore Twersky, « Aspects of the Social and Cultural History of Provençal Jewr (...)
  • 61 G. Freudenthal, « Une rencontre qui n’a pas eu lieu. Le monde ashkénase au XIIe siècle et les scien (...)
  • 62 Sur ces deux savants, voir I. Twersky et Jay M. Harris, Rabbi Abraham ibn Ezra Studies in the Writi (...)

22À l’avènement des Almoravides puis des Almohades plus rigoristes, les juifs, écartés du pouvoir, commencent à subir des répressions. Ils entament un exil vers les pays du Nord et servent de relais à la culture arabo-musulmane du Sud. Gad Freudenthal parle d’une révolution culturelle, « un transfert culturel significatif, à l’origine d’une véritable mutation culturelle du judaïsme provençal d’abord, du judaïsme tout court ensuite59 ». C’est à Lunel, petite ville languedocienne, que débarquent les premiers représentants du courant hispano-arabe. Dans les premières décennies du XIIe siècle, le juif Abraham bar Hiyya qui avait œuvré à Tolède, notamment avec Platon de Tivoli pour ses traductions en romance, vint en Languedoc et y composa une série de livres scientifiques et philosophiques en hébreu pour des mécènes de Lunel, R. Meshullam b. Jacob et son fils R. Asher b. Meshullam60. Quelques décennies plus tard, c’est Abraham ibn Ezra, savant et traducteur, qui passe par le Languedoc. Lors de son arrivée, il est accueilli comme un « héros culturel61 », étant venu introduire, à l’héritage andalou, une Provence toute tournée vers les études talmudiques62. Puis ce sont deux dynasties de savants-traducteurs qui, fuyant le resserrement almohade, vinrent s’établir en Languedoc, les Kimhi à Narbonne et les Ibn Tibbon à Lunel.

  • 63 Pour en connaître plus de détails, on se référera à l’abondante littérature sur le sujet dont voici (...)

23L’engouement pour les sciences profanes fut tel, en Provence et en Languedoc, qu’il donna lieu à une des plus importantes controverses du judaïsme médiéval. Cette polémique historique constitue un thème privilégié des études médiévales juives en raison des multiples aspects de la vie intellectuelle mais aussi communautaire qu’elle révèle. D’emblée, ce conflit idéologique et doctrinal met en relief l’attitude du rabbinat face aux sciences profanes et illustre bien le conflit qui existe entre deux tendances au sein du judaïsme médiéval. La première, illustrée par le rabbinat de la France du Nord, prône une adhésion assez stricte aux traditions et l’étude exclusive du Talmud. La deuxième, dite rationaliste, est présente surtout chez les juifs d’Espagne séfarade, imprégnés de la civilisation musulmane et de la science arabe. La France méridionale devient le lieu d’affrontement de ces deux cultures juives. Montpellier se trouve au cœur de cette polémique qui débute par le ban d’un rabbin juif de Montpellier contre ceux qui étudient la philosophie63.

Montpellier, centralité et convergence

  • 64 J.-L. Bosc, Montpellier et la médecine […], p. 23-27.
  • 65 Il faut bien spécifier que Montpellier n’était pas la seule ville méridionale qui attirait des sava (...)

24Plusieurs auteurs considèrent Montpellier comme le troisième centre de réception de la science arabe du Moyen Âge après Salerne et Tolède. Jean-Louis Bosc parle d’une « aire montpelliéraine » de traduction qui s’étendrait du royaume d’Aragon à la cour pontificale64. Montpellier se trouvait naturellement au carrefour des routes commerciales allant de l’Espagne au Levant en passant par l’Italie65. Il est vrai que Montpellier est probablement la seule ville proche de la mer où existait une université et, de plus, elle comptait une communauté juive active dont le réseau rabbinique s’étendait sur tout le pourtour méditerranéen. À ce titre, un très grand nombre de traductions lui sont directement ou indirectement reliées – de l’arabe au latin, de l’arabe à l’hébreu, du latin à l’hébreu ou du latin vers les langues vernaculaires. Entre le milieu du XIIe siècle et le milieu du XIVe siècle, tous les courants d’idées convergent vers Montpellier qui semble servir de hub, un concentrateur de la matière scientifique qui transite à partir du Sud.

25On vient de le dire, ce sont les milieux juifs qui, les premiers, récupèrent en hébreu les sciences exactes andalouses. Même si l’on détecte peu d’intérêt chez les juifs du XIIIe siècle pour le contexte universitaire, on remarque une migration des écoles juives de Lunel et de Narbonne vers Montpellier, principalement avec la dynastie des Tibbonides qui s’étaient d’abord installés à Marseille pour recentrer leur activité à Lunel, puis à Montpellier.

  • 66 David, Abraham, « R. Samuel ibn Tibbon of Lunel As a Translator of Maimonides’ Writing », dans D.  (...)
  • 67 G. Freudenthal, « Les sciences dans les communautés juives médiévales de Provence : leur appropriat (...)

26En 1204, Samuel ben Juda ibn Tibbon termine à Montpellier sa traduction du Guide des égarés ou Guide des perplexes de Maïmonide, penseur juif de Cordoue, versé dans toutes les sciences, surtout la médecine et la philosophie66. Le Guide des égarés est un essai philosophique qui tente de réconcilier la raison d’Aristote et la foi hébraïque. Dans certains milieux et surtout en Languedoc, cet ouvrage est accueilli avec beaucoup d’enthousiasme67. Les Tibbonides, à partir de Moïse, deviennent des savants-traducteurs professionnels. On vient de mentionner Samuel ibn Tibbon, traducteur du Guide des égarés de Maïmonide, dont Jacob Anatoli (v. 1194-1256) était le gendre et le disciple. Il affirme que c’est de lui qu’il tient personnellement ses connaissances philosophiques et mathématiques. Il a été le premier à traduire les commentaires d’Averroès à la logique d’Aristote, notamment le commentaire moyen sur l’Isagogè de Porphyre aux quatre traités des Catégories. C’est aussi le premier d’une kyrielle de savants juifs appelés à travailler à la cour des souverains de Naples et de Sicile.

  • 68 Voir Lynn Thorndike, « Date of the Translation by Ermengaud Blasius of the Work on the Quadrant by (...)
  • 69 Luke Demaitre, Doctor Bernard de Gordon: Professor and Practitioner, Toronto, Pontifical Institute (...)

27Fils de Makir et petit-fils de Samuel, Jacob ben Makir Ibn Tibbon, mieux connu sous le nom latin de Profacius, fut aussi un grand traducteur. Son activité s’est centrée surtout sur les sciences exactes. Il est l’auteur, entre autres, de tables astronomiques et du Roba’ Yisrael, un traité de construction et d’application du quadrant nouveau, dont il est l’inventeur68. Ce personnage sert d’interface entre les milieux juifs et les milieux chrétiens de Montpellier. On sait qu’Armengaud Blaise, chrétien, fit une traduction du Quart de cercle de Profacius avec sa participation et de vive voix. Luke Demaitre a trouvé huit incidences de contacts entre Profacius et des médecins chrétiens69.

  • 70 Michael McVaugh, « Armengaud Blaise as a translator of Galen », dans John Emery Murdoch, Edith Dudl (...)

28Du côté chrétien, c’est le personnage d’Armengaud Blaise qui sert de relais entre les deux milieux scientifiques. Sans jamais avoir obtenu la licence de l’Université de Montpellier, il œuvra auprès du roi d’Aragon et fut un des plus prolifiques traducteurs d’ouvrages scientifiques d’après l’hébreu70. Il devait connaître la langue arabe mais il avait besoin des érudits juifs pour la majorité de ses traductions qui furent, pour une bonne part, effectuées à quatre mains. Son oncle, Arnaud de Villeneuve, exemplifie admirablement la force d’attraction de Montpellier et de son école de médecine. Maître-régent, médecin de trois générations de souverains aragonais et trois papes, responsable à lui seul de l’écriture de 49 traités de médecine reconnus à son nom, il fut aussi un des seuls maîtres régents à s’adonner à la traduction. On lui doit trois traductions attestées de l’arabe au latin. Mais surtout, il est à l’origine des statuts de l’école de médecine de 1309 qui la dotent, entre autres, d’un programme de lecture qui intègre la grande majorité des traductions tolédanes.

  • 71 Le sujet a été bien étudié récemment : voir Jean-Patrice Boudet, Anna Caiozzo et Nicolas Weill-Paro (...)
  • 72 Voir les nombreuses études de David Pingree : Picatrix: The Latin Version of the Ghāyat Al-Hakīm, L (...)
  • 73 Notamment Joseph Shatzmiller, « Contacts et échanges entre savants juifs et chrétiens à Montpellier (...)
  • 74 J. Shatzmiller, « Contacts et échanges […] », p. 340.
  • 75 Juan Paniagua, « El maestro Arnau de Villanova medico », dans Juan Paniagua (dir.), Studia Arnaldia (...)

29On perçoit donc à Montpellier, au début du XIVe siècle, une ambiance intellectuelle qui unit les érudits des deux religions et qui semble être entretenue par un mutuel besoin dans une entreprise d’appropriation des savoirs scientifiques. Que cette activité interculturelle soit centrée presque exclusivement sur les sciences exactes et la médecine ne fait aucun doute. Un ouvrage magico-scientifique intitulé Picatrix semble d’ailleurs être du goût commun des milieux juifs et chrétiens71. Picatrix est le manuel par excellence de magie talismanique. Il pourrait exemplifier à lui seul le processus de diffusion que subissent les idées d’est en ouest72. Il se propose d’offrir toutes les informations nécessaires à l’exercice de la magie astrale et à la fabrication d’images, de figures et de talismans ou sceaux. Parmi ces talismans se trouve un « sceau du lion » réputé guérir les problèmes rénaux. Plusieurs historiens ont examiné l’intérêt pour les talismans manifesté par les médecins juifs et chrétiens du Sud de la France à cette époque73. On sait que l’utilisation de ce sceau dans les milieux médicaux juifs a été une des accusations portées contre les rationalistes lors de la polémique maïmonidienne. On sait aussi que le médecin chrétien Armengaud Blaise connaissait l’existence de ce sceau par ses relations avec le monde juif. Son frère Jean Blaise, médecin à Marseille, possédait sept médailles astrologiques en or et onze en cuivre, comme l’atteste l’inventaire de ses biens74. L’exemple le plus frappant de l’utilisation de ce talisman par les médecins montpelliérains vient d’Arnaud de Villeneuve, qui avait prescrit au pape Boniface VIII un sceau d’or et une ceinture pour le porter afin de guérir ses calculs rénaux75. Le médecin chrétien Bernard de Gordon l’avait inséré dans son Tractatus ad faciendum sigilla et ymagines contra infirmitates diversas et un autre médecin chrétien, Guy de Chauliac, en parle et mentionne même son utilisation par Arnaud de Villeneuve. Cet exemple montre comment se diffusent les idées scientifiques, c’est-à-dire d’abord à l’intérieur de cercles d’individus qui en discutent entre eux. Ce transfert oral des connaissances scientifiques nous échappe largement, même s’il est à l’occasion signalé dans les sources. Il semble néanmoins être une propédeutique à la mise par écrit.

30Si Montpellier devient le centre de cette effervescence scientifique c’est, bien sûr, parce qu’elle répond à tous les critères de centralité. C’est aussi et surtout parce que son université, naissante au tournant du XIVe siècle, a donné une impulsion majeure à la convergence d’activités de traduction et d’assimilation des savoirs hispano-arabes. Dans ce cadre et comme à Tolède, entre autres, les médecins juifs et chrétiens de Montpellier semblent avoir fait alliance dans la quête des savoirs et dans l’appropriation de connaissances scientifiques. Ils ont ainsi servi de médiateurs de la science gréco-arabe dans l’Occident médiéval et œuvré à sa plus large diffusion.

Conclusion

  • 76 C’est le découpage usuel tel que présenté par exemple par Jacquart et Michaud dans La médecine arab (...)
  • 77 On pense, entre autres, à Alexandrie, Kairouan ou Marseille qui n’ont pu être ici abordées.

31Dans cette étude, on a voulu montrer quelques trajectoires des flux immatériels que constituent les idées scientifiques. On a vu que celles-ci se formalisent par le truchement de l’oral d’abord, puis de l’écrit. On a vu que la diffusion de ces flux était amplifiée lorsque quatre facteurs sont concomitants : des lieux de savoirs qui bénéficient d’une impulsion soit personnelle soit institutionnelle et qui rassemblent une masse critique d’individus, de savants qui, à partir de réflexions communes et de discussions, mettent par écrit soit des traductions, soit des commentaires, soit des adaptations lesquelles vont cheminer sur les voies déjà tracées par le commerce international du Moyen Âge global. Le découpage, ici donné, de la trajectoire des flux immatériels que constituent les idées scientifiques est tout à fait convenu et forcément minimal76. Des lieux, des réseaux de mieux en mieux documentés sont absents de cette analyse qui s’est voulue synthétique et globale77. De Bagdad à Montpellier, les savoirs scientifiques ont parcouru des distances considérables (fig. 1), ont subi de nombreux remaniements, des traductions du grec au syriaque, du syriaque à l’arabe, de l’arabe au latin en passant par les langues vernaculaires, de l’arabe à l’hébreu, de l’hébreu au latin. Cette diffusion des connaissances autour de la Méditerranée a connu un moment privilégié entre les VIIIe et XIVsiècles, dans un phénomène d’appropriation des savoirs scientifiques antiques et leur assimilation en Orient et en Occident.

Fig. 1. Principaux centres d’impulsion de la diffusion des idées scientifiques au Moyen Âge

Fig. 1. Principaux centres d’impulsion de la diffusion des idées scientifiques au Moyen Âge

Geneviève Dumas, 2017.

Haut de page

Notes

1 La tendance a reçu une forme de consécration dans l’ouvrage collectif L’histoire du monde au XVe siècle, Paris, Fayard, 2009 sous la direction de Patrick Boucheron, qui montre certainement la fécondité de l’approche, mais on doit faire remonter celle-ci au moins à la Nouvelle histoire qui, déjà dans les années 1970, avait posé les jalons de la future World history. On verra par exemple, l’ouvrage fondateur de Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme. XVe-XVIIIsiècle, t. I, Les structures du quotidien, t. II, Les enjeux de l’échange, t. III, Le temps du monde, Paris, Armand Colin, 1979.

2 Du moins, la plupart de praticiens de l’histoire globale ne la font commencer qu’au XVIsiècle. Sur l’histoire globale, voir l’état de la question publié par Chloé Maurel, « La World/Global History. Questions et débats », Vingtième Siècle, no 104, 2009, p. 153-166.

3 À ce sujet, voir les réflexions de Nicolas Weill-Parot sur les possibles écueils d’une telle grille d’analyse, notamment dans le cas de l’histoire des sciences médiévales : Nicolas Weill-Parot, « Recherche historique et "mondialisation" : vrais enjeux et fausses questions. L’exemple de la science médiévale », Revue historique, no 671, 2014, p. 655-673.

4 Carol Symes, « Introducing the Medieval Globe », The Medieval Globe, n1, p. 2.

5 Voir par exemple Jean-Luc Fray, « Routes, flux et lieux centraux au Moyen Âge : Quelques réflexions », Siècles n25, 2007, http://siecles.revues.org/1445.

6 Voir à cet égard, Patrick Gautier-Dalché (dir.), La Terre. Connaissance, représentations, mesure au Moyen Âge, Turnhout, Brepols, 2013.

7 Qualités qui confèrent à ces lieux un rôle structurant dans l’espace mondial. Ces concepts généraux font partie des notions essentielles du baccalauréat d’histoire-géographie.

8 Christian Jacob, Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?, Nouvelle édition [en ligne], Marseille, Open Edition Press, 2014, p. 14.

9 Rania Abdellatif et al. (dir.), « Les acteurs des transferts culturels. Introduction à la thématique », dans R. Abdellatif et al., Acteurs des transferts culturels en Méditerranée médiévale, Munich, De Gruyter, 2012, p. 10.

10 La circulation des idées scientifiques n’est évidemment pas un sujet inédit. Une historiographie consistante pour ne pas dire monumentale y est consacrée. On verra en priorité : Geneviève Contamine (dir.), Traduction et traducteurs au Moyen Âge. Actes du colloque international, Paris, Institut de recherche et d’histoire des textes, les 26-28 mai 1986, Paris, Éditions du CNRS, 1989 ; Danielle Jacquart et Françoise Michaud, La médecine arabe et l’Occident médiéval, Paris, Maisonneur-Larose, 1990 ; Charles Burnett, Arabic into Latin in the Middle Ages: The Translators and their Intellectual and Social Context, Londres, Routledge, 2009.

11 Cet article est le fruit d’une réflexion large, une sorte de zoom arrière. On comprendra que l’examen de ces centres de diffusion ne pourra entrer dans le détail de la production scientifique qui en est issue. Des références bibliographiques tenteront de pallier ce manque.

12 Sur ce concept de centralité et le regard nouveau qu’il pose sur les villes médiévales, voir J.-L. Fray, Villes et bourgs de Lorraine. Réseaux urbains et centralité au Moyen Âge, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise-Pascal, 2006. Sur l’articulation entre centralité et lieux de savoirs et leur pouvoir d’attraction, on verra C. Jacob, Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ? […], chapitre 3 « Spatial turn », ici p. 54.

13 Je ne m’étendrai pas sur les éléments factuels et chronologiques de cette expansion. Le lecteur peut se référer à l’abondante littérature sur le sujet. Voir par exemple Maurice Lombard, L’Islam dans sa première grandeur, Paris, Flammarion, 1971 ; Robert Mantran, L’expansion de l’Islam (VIIe-XIsiècles), Paris, PUF, 1995 ; Pascal Buresi, Géo-histoire de l’Islam, Paris, Belin, 2005 ; Thierry Bianquis, Pierre Guichard et Mathieu Tillier, Les débuts du monde musulman, VIIIe-Xe siècles. De Muhammad aux dynasties autonomes, Paris, PUF, 2012.

14 Pour comprendre les configurations politiques et sociales qui favorisent ce recentrage du patronage scientifique à Bagdad, voir Dimitri Gutas, Greek Thought, Arabic Culture: The Graeco-Arabic Translation Movement in Baghdad and Early ʻAbbāsid Society (2nd-4th/8th-10th Centuries), Londres, Routledge, 1998, p. 75-107.

15 Sur la Maison de la sagesse dont le fonctionnement a été vue longtemps, de façon peut-être un peu abusive comme celui d’un véritable établissement académique, voir Marie-Geneviève Balty-Guesdon, « Le Bayt al-ḥikma de Baghdad », Arabica, t. 39, fasc. 2, 1992, p. 131-150 ; Houari Touati, L’Armoire à sagesse. Bibliothèques et collections en Islam, Paris, Aubier, 2003, p. 175-182 ; Jonathan Lyons, The House of Wisdom: How the Arabs Transformed Western Civilization, New York, Bloomsbury Press, 2009 ; Ahmed Djebbar et al., L’âge d’or des sciences arabes, Arles et Paris, Actes Sud et IMA, 2005.

16 A. Djebbar, Une histoire de la science arabe. Entretiens avec Jean Rosmorduc, Paris, Points, 2001, p. 80, Dimitri Gutas, Greek Thought, Arabic Culture, p. 121-151.

17 M.-G. Balty-Guesdon, « Le Bayt-al-hikma […] », p. 138.

18  À vrai dire, elle est monumentale comme le souligne Dimitri Gutas : « In terms of the extent of the translated material, the enormity of the undertaking can best be grasped if one were to consider that the edition of Galen’s complete works by Kühn, and the Berlin Academy edition of the Greek commentaries on Aristotle 1 – works that form only a small fraction of the books translated – comprise seventy-four large volumes » (D. Gutas, Greek Thought, Arabic Culture […], p. 21).

19 A. Djebbar, Une histoire de la science arabe […], p. 79, Danielle Jacquart, L’épopée de la science arabe, Paris, Gallimard, 2005, p. 15-17.

20 D. Jacquart et F. Micheau, La médecine arabe […], p. 36.

21 F. Micheau, « Mécènes et médecins à Bagdad au IIIe-IXe siècle : les commanditaires des traductions de Galien par Hunayn ibn Ishâq » dans D. Jacquart (dir.), Les voies de la science grecque. Études sur la transmission des textes de l’Antiquité au dix-neuvième siècle, Genève, Droz, 1997, p. 147-179 ; John W. Watts, « The Syriac Translations of Hunayn ibn Ishaq and their Precursors » dans Martin Tamcke et Sven Grebenstein (dir.), Gerschichte Theologie und Kultur des syrischen Christentums. Beiträge zum 7. Deutschen Syrologie Symposium in Göttingen, décembre 2011, Wiesbaden, Harrassowitz, 2014, p. 423-446 ; J. W. Watts, « Why Did Hunayn, the Master Translator into Arabic, Make Translations into Syriac? On the Purpose of the Syriac Translations of Hunayn ibn Ishaq and his Circle » dans Jens Schneiner et Damien Janos (dir.), The Place to go: Context of Learning in Baghdâd, 750-1000 C.E, Princeton, The Darwin Press, 2014, p. 363-388.

22 Entre autres, la famille Banu Musa, dont le rôle de promoteur des sciences à la Maison de la sagesse est bien connu. Voir à ce sujet Roshdi Rashed, Les Mathématiques infinitésimales du IXe аu XIsiècle, Londres, Al-Furqân Islamic Heritage Foundation, vol. I : Fondateurs et commentateurs : Ваnu Musá, Ibn Qurra, Ibn Sinân, al-Khâzin, al-Quhi, Ibn al-Samh, Ibn Hud, 1996.

23 Ibid., p. 148, D. Jacquart et F. Micheau, La médecine arabe […], p40.

24 Missive à ‘Ali ibn Yahyâ sur les livres de Galien qui ont été traduits à sa connaissance, et sur quelques-uns qui n’ont pas été traduits. Cet opuscule avait éveillé très tôt l’intérêt des chercheurs, l’éminent orientaliste allemand Gotthelf Bergsträsser l’avait édité et traduit en 1925 : Risâla ilâ ‘Alî ibn Yahyâ, Hunain ibn lshâq über die syrischen und arabischen Galenübersetzungen. Leipzig, 1925. Le schéma complet de ces traductions est donné dans D. Jacquart et F. Micheau, La médecine arabe […], p. 37.

25 Voir entre autres, Fritz W. Zimmermann, Al-Farabi’s Commentary and Short Treatise on Aristotle’s De Interpretatione, Oxford, Oxford University Press, 1991 ; les nombreuses études de John W. Watt, les plus importantes réunies dans J. W. Watt, Rhetoric and Philosophy from Greek into Syriac, Farnham, Ashgate, (Variorum Collected Studies Series CS 960), 2010 ; H. Vivian B. Brown, « Avicenna and the Christian Philosophers in Baghdad », dans Samuel M. Stern et al., Islamic Philosophy and the Classical Tradition, Oxford, 1972 ; Henri Hugonnard-Roche, « L’intermédiaire syriaque dans la transmission de la philosophie grecque à l’arabe », Arabic Sciences and Philosophy, 2 (1), 1991, p. 187-209 ; et la toute récente compilation sous la direction de Damien Janos (dir.), Ideas in Motion in Bagdad and Beyond, Leyde, Brill, 2015.

26 Le manuscrit arabe 2346 de la BnF offre un témoignage éclairant sur cette école et ses liens avec le cercle d’Hunayn ibn Ishaq, voir Henri Hugonnard-Roche, « Un manuscrit savant mémoire de quatre siècles de philologie : le Parisinus ar. 2346 », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 99-100, 2002 [en ligne].

27 Ahmed Djebbar le rappelle : « On a tort d’identifier parfois ce processus (appropriation) avec le phénomène de traduction. L’essor de la science arabe à partir de la fin du VIIIe siècle […], montre qu’une partie de l’information scientifique à l’origine des deux phénomènes a été acquise à travers des circuits directs » (A. Djebbar, Une histoire de la science arabe […]).

28 Amira K. Bennison, The Great Caliphs : The Golden Age of the ‘Abbasid Empire, New York, Yale University Press, 2014, p. 58-103 ; Ian Richard Netton, Al-Farabi and His School, Londres, Routledge, 2005, p. 18-21.

29 Voir, entre autres, Houari Touati, Islam et voyage au Moyen Âge. Anthropologie d’une pratique lettrée, Paris, Seuil, 2001 ; Henri Bresc et Emmanuelle Tixier-du-Mesnil (dir.), Géographes et voyageurs au Moyen Âge, Nanterre, Presses universitaires de Paris-Nanterre, 2010, nouvelle édition en ligne : http://books.openedition.org/pupo/1566.

30 Voir l’abondante bibliographie sur le sujet, que l’on ne peut aborder en détail dans cet article, contenue dans six volumes publiés par un groupe de recherche international s’étant penché sur le Corpus Salernitain tel que rassemblé par Salvatore de Renzi au XIXsiècle. D. Jacquart et Agostino Paravicini Bagliani (dir.), Gli autori e i testi, 1, Florence, SISMEL, Edizioni del Galluzo, 2007 ; Alejandro García González (dir.), Alphita. Edición crítica y comentario, 2, 2007 ; D. Jacquart et Agostino Paravicini Bagliani (dir.), La Collectio Salernitana di Salvatore De Renzi, 3, 2008 ; Monica Green (dir.), Trotula. Un compendio medievale di medicina delle donne, 4, 2008 ; Iolanda Ventura (dir.), Ps. Bartholomaeus Mini de Senis Tractatus de herbis (Ms London, British Library, Egerton 747), 5, 2009 ; Agostino Paravicini Bagliani (dir.), Terapie e guarigioni, 6, 2010.

31 On verra en priorité C. Burnett et D. Jacquart (dir.), Constantine the African and Alī Ibn Al-Abbās Al-Magūsī : The Pantegni and Related Texts, Leyde, Brill, 1995.

32 D. Jacquart, « Introduction », La scuola medicina salernitana, 1.

33 Monica Green, « Re-Creation of the Pantegni Practica Book VIII », dans C. Burnett et D. Jacquart (dir.), Constantine the African […], p. 120-160.

34 D. Jacquart, « Aristotelian thought in Salerno », dans Peter Dronke (dir.), A History of Twelfth-Century Western Philosophy, Cambridge, University Press, 1992, p. 407-428.

35 Faith Wallis, « Twelfth-century Commentaries on the Tegni : Bartholomaeus of Salerno and Others », dans Nicoletta Palmieri (dir.), L’Ars medica (Tegni) de Galien : lectures antiques et médiévales, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2008, p. 127-128.

36 Ce que l’on en savait provenait de la Collectio Salernitana rassemblée par Salvatore de Renzi au XIXe siècle et dont les conclusions étaient problématiques pour l’étude de la science médiévale. Voir D. Jacquart, « Introduction », La scuola medicina salernitana, 1.

37 On est désormais plus à même de comprendre ses premiers pas grâce à la chronique de Pierre Diacre qui date de 1120-1130, récemment rendue disponible aux chercheurs dans son texte original par l’historien du Mont-Cassin Herbert Bloch (Herbert Bloch, Monte Cassino in the Middle Ages, Rome, Edizioni di storia e letteratura, 3 vol., 1986).

38 Monica H. Green (éd. et trad.), The ‘Trotula’ : A Medieval Compendium of Women’s Medicine, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2001, p. 10.

39 Dont voici quelques exemples : le régime salernitain, les questions salernitaines, l’anatomie du porc, la médecine des femmes, la pharmacologie, la chirurgie.

40 D. Jacquart, « Aristotelian thought in Salerno » dans P. Dronke (dir.), A History of Twelfth-Century […], p. 407.

41 Faith Wallis, « The Articella commentaries of Bartholomaeus of Salerno », La scuola medica salernitana, 1, p. 125-137.

42 Michael McVaugh, The Rational Surgery of the Middle Ages, Florence, SISMEL-Edizione del Galuzzo, Micrologus’ Library 15, 2006.

43 John Ziegler, « La scuola medica Salernitana. Gli autori e i testi edited by Danielle Jacquart and Agostino Paravicini Bagliani », compte rendu, Aestimatio : Critical Reviews in the History of Science, vol. 5, 2008, p. 83-84.

44 M. H. Green, The ‘Trotula’[…], p. xxiv-xxv.

45 Pierre Guichard, « La conquête arabe de l’Espagne au miroir des textes », Cahiers d’études islamiques médiévales, 28, 2005, p. 387.

46 Sur le rôle des juifs dans la conquête musulmane de l’Espagne, voir Norman Roth, Jews, Visigoths, and Muslims in Medieval Spain: Cooperation and Conflict, Leiden, Brill, 1994, p. 73 et passim.

47 Notamment au titre des mathématiques et des sciences exactes. Voir A. Djebbar, « Les mathématiques dans l’espace méditerranéen : l’exemple d’al-Andalus et du Maghreb », History and Pedagogy of Mathematics, Neuvième rencontre quadriennale du Groupe d’étude des relations entre l’histoire et la pédagogie des mathématiques, 18-22 juillet 2016, Université Paul Valéry-Montpellier, https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01349234/document.

48 Sur Ibn Shaprut, voir Norman Golb, New Manuscript Evidence on Hasdai Ibn Shaprut and His Role in Jewish History in the 10th Century C.E., Institute of Asian and African Studies, Hebrew University of Jerusalem, 1974. Sur Al-Zahrâwî, voir Sami Khalaf Hamarneh, Glenn Allen Sonnedecker, A Pharmaceutical View of Abulcasis, Al-Zahrāwī in Moorish Spain: With Special Reference to the "Adhān", Leyde, Brill Archive, 1963.

49 Lucien Leclerc (trad.), Aboul Kasim Al Zahravi : La chirurgie d’Abulcasis, Paris, J.-B. Baillère, 1861. Sur la diffusion de cette œuvre, voir Jean-Louis Bosc, Montpellier et la médecine andalouse au Moyen Âge, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2016, p. 91-96.

50 Sur le courant mystique, voir en priorité Gershom Scholem, Les grands courants de la mystique juive, Paris, Payot, 1973.

51 Encore une fois, de trop nombreuses contributions sont à signaler. On choisira d’abord les études de Gad Freudenthal, telles : Science in Medieval Jewish Cultures, Cambridge, Cambridge University Press, 2011 et « The Place of Science in Medieval Hebrew-Writing Jewish Communities: A Sociological Perspective », dans Lola Ferre, José Ramón Ayaso et María José Cano (dir.), La Ciencia en la España Medieval : Musulmanes, Judíos y Cristianos, Grenade, Universidad de Granada, Instituto de Ciencias de la Educación, 1992, p. 127-144.

52 Abraham Ibn Daud et Gerson D. Cohen, The Book of Tradition, Sefer-ha-Qabbalah, Jewish Publication Society, (1967), 2010 ; David Hartman et Shlomo Pines, Maimonides: Torah and Philosophic Quest, Jewish Publication Society, 2009.

53 Pour le contexte des traductions « tolédanes » sur lesquelles il y a beaucoup à dire, on verra : D. Jacquart et F. Michaud, La médecine arabe […], op. cit., p. 131-165 ; C. Burnett, « The Coherence of the Arabic-Latin Translation Program in Toledo in the Twelfth Century », Science in Context, 14, 1-2, 2001, p. 249-28.

54 Espagnols : Jean de Séville, Domingo Gonzalez, Hughes de Santalla, Marc de Tolède ; Anglais : Adélard de Bath, Robert de Chester, Daniel de Morley ; Italiens : Gérard de Crémone, Platon de Tivoli ; Juifs : Abraham Ibn Daud (que l’on a vu plus haut), Abraham bar Hiyya, Abraham ibn Ezra.

55 D. Jacquart, « L’école des traducteurs », dans Louis Cardaillac (dir.), Tolède XIIe-XIIIe siècle. Musulmans, chrétiens et juifs, Paris, Autrement, 1991, p. 177-191. On aurait pu parler aussi de Dominique Gundisalvi, qui fut avec Gérard de Crémone un acteur d’importance dans ce mouvement et autour duquel gravitaient des chrétiens et des juifs impliqués dans son travail de traducteur. Voir C. Burnett, « The Coherence […] ».

56 D. Jacquart et F. Michaud, La médecine arabe […], p. 150-153.

57 Jesus Montoya et Ana Rodríguez (dir.), El Scriptorium alfonsí : de los Libros de Astrología a las“Cantigas de Santa María”, Madrid, Fundación Universidad Complutense, 1999.

58 Sur ce contexte particulier de traduction, Marie-Thésèse d’Alverny, « Les traductions à deux interprètes, d’arabe en langue vernaculaire et de langue vernaculaire en latin », et Jean-Pierre Rothschild, « Motivations et méthodes des traducteurs hébreux du milieu du XIIe à la fin du XVe siècle », dans Geneviève Contamine (dir.), Traduction et traducteurs au Moyen Âge, Paris, Éditions du CNRS, 1989, respectivement p. 193-206 et p. 279-302.

59 G. Freudenthal, « Science in the Medieval Jewish Culture of Southern France », et « Transfert culturel à Lunel au milieu du XIIe siècle : qu’est-ce qui a motivé les premières traductions provençales de l’arabe en hébreu ? », dans D. Iancu-Agou et É. Nicolas (dir.), Des Tibbonides à Maïmonide […], p. 95-108.

60 Voir, entre autres, Isadore Twersky, « Aspects of the Social and Cultural History of Provençal Jewry », Cahiers d’histoire mondiale, 11, 1968 ; et G. Freudenthal, « Science in the Medieval Jewish Culture […] », p. 42-43. Sur l’école de Lunel, D. Iancu-Agou et É. Nicolas, Des Tibbonides à Maïmonide. Rayonnement des Juifs andalous en pays d’Oc médiéval, Paris, Éditions du Cerf, 2009, qui constitue une étude spécifique de ce milieu.

61 G. Freudenthal, « Une rencontre qui n’a pas eu lieu. Le monde ashkénase au XIIe siècle et les sciences profanes », dans René Samuel Sirat (dir.), Héritages de Rachi, Paris, Tel-Aviv, Éditions de l’éclat, 2006, p. 231.

62 Sur ces deux savants, voir I. Twersky et Jay M. Harris, Rabbi Abraham ibn Ezra Studies in the Writings of a Twelfth-century Jewish Polymath, Cambridge, Harvard University Press, 1994 ; Shlomo Sela, Abraham ibn Ezra and the Rise of Hebrew Science, Leyde, Brill, 2003, et « Abraham bar Hiyya’s Astrological Works and Thought », Jewish Studies Quarterly, 12, 2005, p. 128-158.

63 Pour en connaître plus de détails, on se référera à l’abondante littérature sur le sujet dont voici quelques préférences : Daniel Jeremy Silver, Maimonidean Criticism and the Maimonidean Controversy, 1180-1249, Leyde, Brill, 1965 ; Joseph Sarachek, Faith and Reason: The Conflict on the Rationalism of Maimonides, New York, Hermon Press, 1970 ; Joseph Shatzmiller, « Rationalisme et orthodoxie religieuse chez les Juifs provençaux au commencement du XIVe siècle », Provence historique, 22, 1972, p. 261-286 ; Ram Ben-Shalom, « Communication and Propaganda between Provence and Spain: The Controversy over Extreme Allegorization (1303-1306) », dans Sophia Menache (dir.), Communication in the Jewish Diaspora, Leiden, Brill, 1996, p. 171-22. Et, plus récemment, D. Iancu-Agou et É. Nicolas, Des Tibbonides à Maïmonide […].

64 J.-L. Bosc, Montpellier et la médecine […], p. 23-27.

65 Il faut bien spécifier que Montpellier n’était pas la seule ville méridionale qui attirait des savants. Marseille constituait aussi un pôle de réception important. La plupart des acteurs ici présentés avaient d’abord œuvré à Marseille. Voir Juliette Sibon, « Échanges de pratiques et de savoirs entre médecins juifs et chrétiens à Marseille au XIVsiècle », dans R. Abdellatif et al., Acteurs des transferts culturels […], p157-167.

66 David, Abraham, « R. Samuel ibn Tibbon of Lunel As a Translator of Maimonides’ Writing », dans D.  Iancu-Agou et É. Nicolas (dir.), Des Tibbonides à Maïmonide […], p. 121-130.

67 G. Freudenthal, « Les sciences dans les communautés juives médiévales de Provence : leur appropriation, leur rôle », Revue des études juives, 152, 1993, p. 29-136.

68 Voir Lynn Thorndike, « Date of the Translation by Ermengaud Blasius of the Work on the Quadrant by Profatius Judaeus », Isis, 26, 2, 1937, p. 306-309 ; Emmanuel Poulle, « Le Quadrant nouveau médiéval, I et II », Journal des savants, 3, 1964, p. 148-167 et p. 183-214.

69 Luke Demaitre, Doctor Bernard de Gordon: Professor and Practitioner, Toronto, Pontifical Institute of Mediaeval Studies, 1980, p. 10-11.

70 Michael McVaugh, « Armengaud Blaise as a translator of Galen », dans John Emery Murdoch, Edith Dudley Sylla et Michael Rogers McVaugh (dir.), Texts and Contexts in Ancient and Medieval Science: Studies on the Occasion of John E. Murdoch’s Seventieth Birthday, Leyde, Brill, 1997, p. 115-133.

71 Le sujet a été bien étudié récemment : voir Jean-Patrice Boudet, Anna Caiozzo et Nicolas Weill-Parot (dir.), Images et magie. Picatrix entre Orient et Occident, Paris, Champion, 2011.

72 Voir les nombreuses études de David Pingree : Picatrix: The Latin Version of the Ghāyat Al-Hakīm, Londres, Warburg Institute, 1986 ; « Some of the Sources of the Ghâyat al-Hakim », Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, 43, 1980, p. 1-15 ; « Between the Ghâya and Picatrix, I. The Spanish Version », Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, 44, 1981, p. 27-55 ; avec C. Burnett, « Between the Ghâya and the Picatrix, II: The Flos Naturarum ascribed to Jâbira », Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, 72, 2009, p. 41-80 ; avec Kristen Lippincott, « Ibn al-Hātim on the Talismans of the Lunar Mansions », Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, 50, 1987, p. 57-81.

73 Notamment Joseph Shatzmiller, « Contacts et échanges entre savants juifs et chrétiens à Montpellier vers 1300 », dans Bernhard Blumenkranz et Marie-Humbert Vicaire (dir.), Juifs et judaïsme en Languedoc, Toulouse, Privat, 1977, p. 337-344, et « In Search of the Book of Figures », Association for Jewish Studies, 7-8, 1982-1983, p. 342-407.

74 J. Shatzmiller, « Contacts et échanges […] », p. 340.

75 Juan Paniagua, « El maestro Arnau de Villanova medico », dans Juan Paniagua (dir.), Studia Arnaldiana. Trabajos en torno a la obra médica de Arnau de Villanova, c. 1240-1311, Barcelone, Foundation Uriach, 1994, p. 8.

76 C’est le découpage usuel tel que présenté par exemple par Jacquart et Michaud dans La médecine arabe, qui divise la transmission des sciences arabes vers l’Occident en deux voies, la voie italienne et la voie espagnole.

77 On pense, entre autres, à Alexandrie, Kairouan ou Marseille qui n’ont pu être ici abordées.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Principaux centres d’impulsion de la diffusion des idées scientifiques au Moyen Âge
Légende Geneviève Dumas, 2017.
URL http://journals.openedition.org/siecles/docannexe/image/4333/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Geneviève Dumas, « Flux immatériels et diffusion des idées scientifiques au Moyen Âge », Siècles [En ligne], 46 | 2019, mis en ligne le 18 février 2019, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/siecles/4333

Haut de page

Auteur

Geneviève Dumas

Université de Sherbrooke, Canada

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • OpenEdition Journals