Navigation – Plan du site

Le réseau professionnel de l’orfèvre brivadois Julien Nozerines (1719-1773)

The Professional Network of the Goldsmith Julien Nozerines of Brioude (1719-1773)
François Daumet

Résumés

Orfèvre à Brioude, Julien Nozerines (1719-1773) rédige un livre de comptes dans lequel il évoque ses clients, sa production et ses partenaires économiques (orfèvres, revendeurs). Son réseau professionnel est parcouru par des flux d’échanges les plus divers : ventes, livraisons et commandes auprès d’autres artisans (sous-traitance). Lié au renouvellement historiographique autour des egodocuments et du monde de la boutique, cet article propose une analyse des flux commerciaux centrés sur l’atelier de Julien Nozerines afin d’illustrer les débuts de la société de consommation dans le Brivadois.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pierre Jean-Baptiste Legrand d’Aussy, Voyage fait en 1787 et 1788, dans la ci-devant Haute et Basse (...)

« Égale en population à Issoire, placée comme lui dans un grand bassin entouré de montagnes, elle a sur lui l’avantage d’un sol meilleur, d’un ruisseau plus utile, d’une plus grande proximité de l’Allier […] Je n’ai rien à dire sur le commerce de Brioude que ce que je dirai sur presque toutes les villes d’Auvergne ; c’est qu’il est nul. Pendant longtems, la ville eut des tanneries célèbres […] Ainsi, Brioude n’a plus d’autres branches de productions et de revenu que le vin et le blé de son territoire ; et il ne tire aucun profit de l’Allier qui coule dans son voisinage1. »

1À travers cette citation, Pierre Jean-Baptiste Legrand d’Aussy consacre une lettre à la description de Brioude dans laquelle il séjourne. Si, de prime abord, la ville semble bénéficier d’une situation géographique tout à fait intéressante, son marasme économique semble retenir le plus l’attention du voyageur. Au XVIIIe siècle, Brioude est une petite ville d’environ cinq mille habitants qui concentre plusieurs fonctions administratives. Elle est notamment à la tête d’une élection qui est le maillage territorial retenu pour notre étude. Ce territoire, traversé par une route royale qui relie Clermont au Puy-en-Velay, correspond approximativement au Brivadois, situé au carrefour du reste de la Basse-Auvergne au nord, de la Haute-Auvergne et de la Planèze à l’ouest, du Gévaudan au sud, et des Forez et Velay à l’est.

  • 2 Abel Poitrineau, La vie rurale dans la Basse-Auvergne au XVIIIe siècle (1726-1789), Paris, PUF, 196 (...)
  • 3 Jean-Jacques Expilly, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France(...)

2Si le Brivadois d’Ancien Régime n’a fait l’objet d’aucune étude exhaustive, la thèse d’Abel Poitrineau – qui souligne un prétendu isolement de la région brivadoise – ainsi que des publications de la société savante de l’Almanach de Brioude méritent d’être utilisées2. Des sources imprimées sont également sollicitées pour notre enquête : le dictionnaire de l’abbé Jean-Joseph Expilly, référence inachevée sur la géographie française de la fin de l’Ancien Régime, ainsi que le Mémoire sur l’état de la généralité de Riom pour l’éducation de M. le duc de Bourgogne3.

  • 4 Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIIIe siècle, Paris, Armand (...)
  • 5 Natacha Coquery, Tenir boutique à Paris au XVIIIe siècle. Luxe et demi-luxe, Paris, CTHS, 2011, p.  (...)
  • 6 Lorna Weatherill, Consumer Behaviour and Material Culture in Britain, 1660-1760, Londres-New-York, (...)
  • 7 François-Joseph Ruggiu, Les élites et les villes moyennes en France et en Angleterre, Paris, L’Harm (...)
  • 8 N. Coquery, « La boutique parisienne et ses réseaux au XVIIIe siècle : clientèle, crédit, territoir (...)

3Cette contribution s’inscrit au croisement de renouvellements historiographiques engagés au cours des années 1980-1990 autour des écrits du for privé (livres de raison, de comptes…) et du monde de la boutique. Longtemps délaissée par les chercheurs4 – du fait d’expressions peu flatteuses utilisées dans la langue française (« comptes d’apothicaires », « esprit boutiquier ») – la boutique est pourtant le théâtre essentiel des évolutions du mode de vie des Français au XVIIIe siècle5. Le renouveau scientifique vient du monde anglo-saxon où, suite aux travaux précurseurs de Lorna Weatherill, des chercheurs s’intéressent à la boutique parisienne6,avant d’être relayés plus récemment par des chercheurs français7. L’espace géographique des commerces – constitué de leurs aires de chalandises, de crédits et leurs réseaux d’approvisionnement et de vente – permet de comprendre l’organisation et la structuration de l’environnement marchand. Cet ensemble est la traduction spatiale du réseau professionnel du commerçant ; il est parcouru par de multiples flux d’échanges8.

  • 9 François Daumet, Les papiers de Julien Nozerines (1719-1773), orfèvre à Brioude, mémoire de master  (...)

4Ces derniers apparaissent alors comme les vecteurs de diffusion de nouvelles pratiques de consommation qui marquent un rapport à l’objet différent, qui peut être désormais accessoire voire superflu. L’enjeu principal de cette contribution est de montrer, grâce au livre de comptes tenu par le maître-orfèvre brivadois Julien Nozerines (1719-1773), l’ampleur des bouleversements de la culture matérielle au sein du Brivadois. Le choix d’opter pour cette principale piste de réflexion s’explique par le fait qu’il s’agit du seul registre de comptabilité de marchand brivadois au XVIIIe siècle. En effet, descendant d’une famille d’orfèvres bien intégrée dans l’élite locale depuis la fin du XVIe siècle, Julien Nozerines tient un livre de comptes qu’il rédige sur une durée de vingt ans. Ce journal nous renseigne sur la fabrication et la vente d’objets, la clientèle et les divers contacts professionnels de son auteur9. Par ailleurs, il est à noter que Julien Nozerines est également épicier, pratique attestée par la tenue d’un second registre qui ne nous est pas parvenu.

5Il convient tout d’abord de porter notre regard sur la clientèle de Julien Nozerines, ses origines géographiques, ses caractéristiques et ses dynamiques générales. Puis, il paraît intéressant d’évoquer les partenaires économiques du maître-orfèvre pour replacer Brioude et sa région dans une perspective régionale voire même nationale.

La clientèle de Julien Nozerines : origines géographiques, consommations et pratiques marchandes

6Les clients de Julien Nozerines sont connus grâce aux indications laissées par le scripteur qui précise toujours leur lieu de résidence lorsqu’ils ne vivent pas à Brioude. Quand celui-ci est silencieux sur leurs origines géographiques, il convient de croiser l’identité des individus avec les registres paroissiaux de la ville, permettant de les identifier comme Brivadois. Dès lors, 331 clients ont pu être repérés. Ils appartiennent tous à l’espace auvergnat ou vellave à l’exception du cuisinier de Monseigneur Louis-Henri de Rochefort d’Ally, évêque de Chalon (actuelle Chalon-sur-Saône). Ancien chanoine-comte de Brioude, celui-ci conserve des liens avec sa ville natale.

7Si en règle générale, les clientèles sont principalement constituées de citadins, ce n’est pas le cas ici, puisque celle de Julien Nozerines présente la particularité de compter davantage d’individus résidant à la campagne (60 %) plutôt qu’en ville. Cette observation se confirme lorsque l’on s’intéresse à l’addition des occurrences répertoriées dans le livre de comptes puisque 59 % des commandes inscrites (soit 263 commandes sur un total de 637) – dont l’origine géographique du commanditaire est identifiée – proviennent de clients ruraux. Ces deux catégories, de par leur composante sociale et leur situation géographique, offrent deux exemples de consommation différente qui tiennent compte de leurs attentes.

Les clients des villes : une consommation du paraître

Tableau n° 1 : Les commandes effectuées par les citadins de Brioude auprès de Jean Nozerine (XVIIIe s.)

  • 10 Les commandes « bijouterie-habillement » correspondent à des accessoires liés à la toilette et au c (...)
  • 11 Cet ensemble est construit à partir d’objets hétéroclites qui n’intègrent aucune des trois catégori (...)

Vaisselle

Bijouterie-Habillement10

Liturgie

Divers11

Total

234

135

128

52

549

Fig. 1. Les commandes effectuées par les citadins de Brioude auprès de Jean Nozerine (XVIIIe s.)

Fig. 1. Les commandes effectuées par les citadins de Brioude auprès de Jean Nozerine (XVIIIe s.)

Source : « Registre-journal des Nozerines » (XVIIIe s.), Bibliothèque du Patrimoine de Clermont Communauté (BPCC), ms. 1267.

  • 12 Claude-Gérard Cassan, Les orfèvres de la juridiction monétaire de Riom : Auvergne, Bourbonnais, Mar (...)
  • 13 Bibliothèque du Patrimoine de Clermont Communauté (BPCC), ms. 1267, « Registre-journal des Nozerine (...)

8À l’époque moderne, la ville est marquée par la présence d’une forte population cléricale. La lettre de Legrand d’Aussy souligne d’ailleurs l’existence de six établissements religieux et sept églises paroissiales, en sus du chapitre canonial Saint-Julien, chiffre qui lui paraît considérable eu égard aux dimensions réduites de la ville de Brioude. Cette remarque se traduit par une part importante d’articles liturgiques à destination des citadins ; c’est d’ailleurs l’existence du chapitre qui explique la présence d’une communauté ancienne d’orfèvres12. Cette proximité géographique permet au maître-orfèvre d’honorer de nombreuses commandes effectuées par les chanoines-comtes, à l’image d’un ostensoir acheté par Monsieur de Verrière en août 1767 pour la somme de 193 livres13. Cette acquisition est à relier à l’organisation de la fête patronale brivadoise (28 août) où l’objet est porté en procession dans les rues de la ville afin que les fidèles puissent adorer le Saint-Sacrement. Ces préparatifs s’accompagnent d’activités de maintenance dont Julien Nozerines s’acquitte, notamment pendant l’été 1752 et 1757, afin de blanchir (nettoyer) et de réparer la vaisselle liturgique ou des chandeliers de l’église collégiale.

  • 14 N. Coquery, « La boutique parisienne et ses réseaux au XVIIIe siècle […] ».

9La ville, par son attractivité culturelle, sociale et économique, attire la noblesse qui délaisse volontiers son château à la campagne pour s’établir en ville, en particulier l’hiver. Ce type de clientèle (23 % des clients) se tourne alors vers des commandes somptuaires afin d’affirmer son appartenance à un ordre privilégié et son prestige aux yeux de tous. Ainsi, le marquis du Rochain, résidant à Saint-Flour, effectue deux grandes commandes à Julien Nozerines en mars et octobre 1760 : deux cafetières, un bougeoir et une salière puis quatre cuillères pour servir le sel, une cuvette et son pot d’eau. C’est là l’une des caractéristiques majeures de la consommation aristocratique. En effet, comme le note Natacha Coquery, les membres de la noblesse n’hésitent pas à passer commandes auprès d’une boutique plus éloignée mais répondant davantage à leurs exigences, quitte à ignorer les commerces environnants14.

  • 15 Norbert Elias, La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1976.
  • 16 BPCC, « Registre-journal des Nozerines », fol. 115.
  • 17 BPCC, « Registre-journal des Nozerines », fol. 30.

10En France, et c’est aussi le cas dans le Brivadois, le niveau de vie de la population s’élève et une certaine « curialisation » de la bourgeoisie est attestée15. Cette dernière imite voire concurrence la noblesse, comme chez l’avocat Frarant qui se constitue un service en argent (trois cuillères à ragoût pour le service et six cuillères à filet)16. Ce processus rejoint celui de « civilisation des mœurs » qui concerne le second ordre depuis la fin du Moyen Âge. Il consiste à adopter un mode de vie plus raffiné dont témoignent, justement, les achats du marquis du Rochain. Les élites sont à la recherche du superflu, quête vivement encouragée par les économistes de l’époque (Bayle, Boulainvilliers), pour répondre aux exigences de leur rang. Le paraître est lui aussi au centre de l’attention, il s’agit là de la traduction visuelle et symbolique de la réussite d’une personne. Ainsi, le jeune cousin de Julien Nozerines, Vital Croze de Montbriset, demande à l’artisan de concevoir une paire de boucles en argent pour orner son col17.

  • 18 BPCC, « Registre-journal des Nozerines », fol. 31.

11Cette amélioration du quotidien, des techniques de fabrication et de diffusion des objets, permet d’observer une clientèle aux origines sociales variées. Ainsi, cette dernière est-elle plus particulièrement d’origine brivadoise (un tiers d’entre elle) et comporte aussi des catégories sociales beaucoup plus humbles pour des commandes plus factuelles. Ainsi, le cordonnier Antoine Anglade, qui ne réapparaît plus dans les pages du livre de comptes, achète, le 19 septembre 1753, une tasse en argent d’un montant de 6 livres18.

  • 19 BPCC, « Registre-journal des Nozerines », fol. 110. De passage chez son beau-frère qui réside à Lan (...)

12À mesure que l’on s’éloigne de Brioude, le nombre de clients diminue et ceux-ci ne se rencontrent plus que dans des bourgs ou des villes (Saint-Flour, Langeac et Issoire). L’aire de chalandise du maître-orfèvre brivadois ne dépasse pas ces dernières où il est concurrencé par d’autres artisans. Par ailleurs, la noblesse langeadoise semble apprécier le savoir-faire de Julien Nozerines pour ses fabrications19. Ce constat prouve que l’atelier de Julien Nozerines dispose d’une certaine réputation et que son rayonnement se veut régional, et non exclusivement brivadois.

Le marché rural : affirmer sa distinction sociale

  • 20 Gérard Bouchard, Le village immobile : Sennely-en-Sologne au XVIIIe siècle, Paris, Plon, 1972.
  • 21 Alain Belmont, Des ateliers au village. Les artisans ruraux en Dauphiné sous l’Ancien Régime, Greno (...)

13Face à la ville – qui se réclame comme un espace privilégié et délimité symboliquement par des remparts – apparaît l’immensité de la campagne. Longtemps perçue comme un monde autarcique20, elle possède des contacts permanents avec la ville, par le biais d’échanges et de flux variés (pèlerins, marchands ambulants, boutiques rurales voire contrebandiers), tandis qu’il existe d’autres activités que la seule agriculture, comme l’artisanat, voire des consommations similaires à celles de la ville21. Julien Nozerines fournit principalement des membres de la noblesse ou de la bourgeoisie rurale. La paysannerie semble absente dans le livre de comptes du scripteur, même si elle connaît également une amélioration de son cadre de vie.

  • 22 BPCC, « Registre-journal des Nozerines », fol. 39.
  • 23 Catherine Lanoë, La poudre et le fard. Une histoire des cosmétiques de la Renaissance aux Lumières, (...)

14De ses vastes propriétés foncières, la noblesse tire prestige et une importante source de revenus. Quand elle n’a pas déserté la province, la famille noble se lance dans la gestion de son domaine, à l’instar de la famille du Motier, marquis de La Fayette, qui se partage entre son château de Chavaniac et son hôtel particulier brivadois. À son retour de Paris, le marquis Roch-Gilbert du Motier achète deux boîtes en argent d’un montant de 46 livres22. Ces récipients sont destinés à contenir du blanc de céruse, de l’oxyde de plomb sous la forme d’une poudre blanche utilisée à des fins cosmétiques. Son application sur le visage permet de souligner la blancheur du teint aristocratique, par opposition au teint halé du paysan23. De tels produits sont vendus dans les rayons de l’épicerie de Julien Nozerines, ce qui lui permet d’apporter une certaine cohérence dans son activité marchande et donc de fidéliser sa clientèle par une offre variée, répondant ainsi à ses attentes en misant sur la pluralité de son commerce.

Tableau n° 2 : Les commandes effectuées par la clientèle rurale du Brivadois auprès de Jean Nozerine (XVIIIe s.)

Vaisselle

Bijouterie-Habillement

Liturgie

Divers

Total

625

183

69

54

931

Fig. 2. Les commandes effectuées par la clientèle rurale du Brivadois auprès de Jean Nozerine (XVIIIe s.)

Fig. 2. Les commandes effectuées par la clientèle rurale du Brivadois auprès de Jean Nozerine (XVIIIe s.)

Source : « Registre-journal des Nozerines » (XVIIIe s.), Bibliothèque du Patrimoine de Clermont Communauté (BPCC), ms. 1267.

  • 24 BPCC, « Registre-journal des Nozerines », fol. 51.
  • 25 BPCC, « Registre-journal des Nozerines », fol. 72. Julien Nozerines envoie deux cachets à Clermont (...)

15Conséquence de la montée en puissance de l’appareil d’État, certaines familles de la bourgeoisie s’enrichissent et achètent un office qui leur permet d’intégrer la noblesse. Cette catégorie sociale est cependant volontiers dénigrée par la noblesse d’épée, d’origine chevaleresque, et il lui faut alors affirmer matériellement sa distinction sociale. C’est justement ce que réalise le seigneur de Maillargue, qui se constitue lui aussi un service d’argenterie au mois de février 1757 : quinze cuillères, dont six à café, et six fourchettes24. Cet achat marque l’intégration matérielle du seigneur à un milieu aisé. Celle-ci s’effectue aussi grâce à l’achat d’objets plus symboliques comme des cachets sur lesquels sont gravés des armoiries, usage réservé à la noblesse25.

  • 26 BPCC, « Registre-journal des Nozerines », fol. 52.

16À l’instar de la consommation citadine, ce sont les acquisitions de vaisselle qui priment avant tout : ainsi des objets de petites dimensions (tasse, couverts) sont l’occasion d’affirmer une certaine richesse ou peuvent être mis en gage auprès d’un prêteur. Julien Nozerines voit ainsi arriver le dénommé Guillaume Martin qui lui remet une cuillère et « une fourchette, toute massacrée »26.

17Si Julien Nozerines taît souvent la qualité de ses clients les plus humbles, il mentionne volontiers leur situation géographique. Ainsi, le maître-orfèvre est le plus souvent sollicité par des brivadois. Si les modes de consommation diffèrent selon l’espace envisagé, plusieurs dynamiques générales transparaissent : une domination de la vaisselle et le désir d’adopter une « consommation de prestige » pour afficher sa réussite sociale et donc matérielle. Cette politique se rencontre notamment dans les institutions canoniales, comme le chapitre Saint-Julien de Brioude, soucieux de rappeler son origine noble.

18Afin de mieux connaître les rapports entretenus par Brioude avec les autres villes de la province, il paraît désormais intéressant d’évoquer les flux entretenus entre Julien Nozerines et ses partenaires professionnels. Cette analyse permet de mieux connaître la place et le rôle joué par la cité en Auvergne au XVIIIe siècle.

Fournisseurs et partenaires professionnels

  • 27 Yves Bottineau et Solange Brault, L’orfèvrerie française au XVIIIe siècle, Paris, PUF, 1959.

19Sous l’Ancien Régime, comme les autres activités du luxe, l’orfèvrerie est organisée en corporation et est étroitement surveillée27. Elle ne se rencontre qu’en ville.

  • 28 BPCC, « Registre-journal des Nozerines », fol.  95 et 104.
  • 29 Vincent Bastien, « Jean Ducrollay et l’orfèvrerie à Paris au XVIIIe siècle », dans Stéphane Castell (...)

20Le réseau professionnel de Julien Nozerines contient presque exclusivement des orfèvres mais il travaille également en collaboration avec un potier d’étain et un graveur, tous deux clermontois28 ; notons l’absence de merciers ou d’ébénistes dans son réseau comme cela se rencontre parfois chez les orfèvres parisiens29. Par ailleurs, le statut de maître permet à Julien Nozerines de former un apprenti en la personne d’Alexis Bonnefoux (1741-1783). Celui-ci effectue son apprentissage de 1755 à 1763 dans l’atelier du scripteur et partage le quotidien de la famille où il est considéré comme l’un de ses membres. Suite à l’obtention de sa maîtrise, Alexis Bonnefoux s’installe lui aussi dans la cité brivadoise et créé, puis développe, son propre réseau à partir de celui de son ancien maître.

21Pour écouler sa production, Julien Nozerines compte aussi sur les services de revendeurs, installés à Blesle ou à Ardes, qui interviennent notamment lors de foires.

22Si le réseau de Julien Nozerines s’exprime au moment de transactions commerciales ou d’échanges de marchandises, il se révèle aussi lors de baptêmes ou de moments de loisirs ce qui nous amène à consulter un corpus élargi de sources, bien que nous soyons souvent réduits à émettre de simples hypothèses.

L’approvisionnement de la boutique : une documentation très lacunaire

  • 30 BPCC, « Registre-journal des Nozerines », fol. 41-42. Le chanoine Fournier du Broc demande à Julien (...)

23Les papiers du maître-orfèvre nous renseignent peu sur l’approvisionnement de son commerce, notamment d’un point-de-vue quantitatif – les registres d’épicerie auraient peut-être pu nous éclaircir sur ce point mais n’ont pas été retrouvés. Cependant, certaines commandes mentionnent l’apport de matière première, sous la forme de vieille argenterie, par des clients généralement aisés, qui est ensuite réutilisée pour fabriquer un nouvel objet. Cette mesure s’explique pour des raisons économiques, mais aussi esthétiques puisque c’est l’occasion pour ces derniers de se débarrasser d’une argenterie jugée démodée ou abîmée30.

  • 31 BPCC, ms. 1268, « Les Nozerines, orfèvres de Brioude. Collection de leurs modèles de gravure ».

24Par ailleurs, une petite plaque de métal est présente dans le fonds d’archives des Nozerines, représentant une scène mythologique attribuée au graveur Hans Sebald Beham (1500-1550)31. Cet objet témoigne de contacts avec l’Empire, sans doute par l’intermédiaire de la ville de Paris où les Nozerines se procurent leurs carnets de modèles pour leurs productions. Il est par ailleurs intéressant de constater que la cité de Saint-Julien semble entretenir des liens particuliers avec l’espace germanique : accueil à l’époque moderne de jeunes allemandes pour leur instruction et installation d’un horloger suisse alémanique dans les années 1760.

  • 32 Claude Grimmer, « Le Velay, une province méridionale », dans Daniel Martin, L’identité de l’Auvergn (...)
  • 33 A. Poitrineau, La vie rurale en Basse-Auvergne […], p. 95.

25L’épicerie de Julien Nozerines peut, quant à elle, être alimentée en marchandises par les routes commerciales établies dans la vallée du Rhône vers la Méditerranée. Grâce à sa proximité géographique, le Velay apparaît comme la plaque tournante des transactions entre l’Auvergne et la Provence32. Des contacts sont, en effet, attestés entre cette dernière et le Brivadois, en 1750, lorsque des céréales d’Afrique du Nord sont convoyées à Arles pour ravitailler l’élection, dont les récoltes sont compromises par la sécheresse33. L’activité de batellerie sur le Rhône peut alors alimenter le commerce de Julien Nozerines, pour l’acheminement de pigments par exemple, et remettre en cause l’isolement de la province et donc de Brioude des grandes dynamiques françaises.

  • 34 BPCC, « Registre-journal des Nozerines », fol. 60.
  • 35 BPCC, « Registre-journal des Nozerines », fol. 83.
  • 36 BPCC, « Registre-journal des Nozerines », fol. 110.

26Le scripteur mentionne aussi un certain Monsieur Marcolie qui lui fournit des marchandises (coton) sans indiquer la destination de cette livraison34. Par ailleurs, pendant l’été 1762, Julien Nozerines prête cent livres à son beau-frère André-Julien Dupuy afin que celui-ci effectue quelques emplettes lors d’un séjour à Paris, sans toutefois préciser la nature de ces emplettes35. S’agit-il de nouveaux outils pour son atelier ou bien alors de denrées introuvables en Auvergne destinées à son commerce ou tout simplement pour sa consommation et celles de ses filles ? Le livre de comptes demeure silencieux sur la question. Enfin, à l’Assomption 1768, le maître-orfèvre reçoit cent livres de marrons sans mentionner la destination de ces aliments (vente ou consommation familiale)36.

Partenaires professionnels et sous-traitants : deux ensembles de villes

27Dans ses papiers, Julien Nozerines précise toujours le lieu de résidence de ses partenaires professionnels – à l’exception de sa cousine Madame Rabany, femme orfèvre résidant à Brioude. Ces indications facilitent la reconstitution géographique de son réseau au croisement des informations fournies par Claude-Gérard Cassan.

Tableau n° 3 : Répartition géographique des partenaires professionnels de Julien Nozerines (Brioude, XVIIIsiècle)

Clermont

Langeac

Le Puy

Blesle

Brioude

Ardes

Riom

Saugues

4

4

4

2

2

1

1

1

Source : « Registre-journal des Nozerines » (XVIIIe s.), Bibliothèque du Patrimoine de Clermont Communauté (BPCC), ms. 1267.

28L’importance de Langeac, alors qu’elle n’est pas un centre urbain de même dimension que Clermont ou Le Puy, s’explique pour plusieurs motifs : les liens tissés par Julien Nozerines lorsqu’il était garçon de boutique chez un orfèvre, la proximité géographique avec la ville de Brioude et le manque manifeste de clients. Ces dernières raisons expliquent pourquoi les orfèvres brivadois se déchargent de certaines commandes auprès de leurs homologues langeadois qui apparaissent alors davantage comme des sous-traitants.

29Ce sont ensuite surtout huit orfèvres installés dans les grandes villes de Clermont et du Puy qui travaillent en collaboration avec Julien Nozerines et lui fournissent des objets ou de la matière première. Il est à noter l’absence étonnante de partenariat avec les maîtres-orfèvres de Saint-Flour ou d’Issoire, s’expliquant par la médiocrité des chemins et un relief accidenté entre Brioude et la cité épiscopale, tandis que l’enquête des subdélégués de 1706 présente la pauvreté et le manque d’activité de la communauté issoirienne. Il est alors probable que Julien Nozerines encourage le maintien de relations professionnelles avec des orfèvres langeadois.

  • 37 BPCC, « Registre-journal des Nozerines », fol. 116. En avril 1769, Julien Nozerines envoie de l’or (...)
  • 38 BPCC, « Registre-journal des Nozerines », fol. 75.

30En outre, une réelle différence apparaît au regard de l’origine géographique des orfèvres et se perçoit à la lecture du type des commandes inscrites dans le livre de comptes. Ainsi, les orfèvres langeadois et saugains sont souvent amenés à fabriquer des articles de faibles dimensions (bagues, croix) pour le compte du maître brivadois37. Du côté des artisans clermontois, aniciens ou riomois, il est souvent question d’effets décoratifs (gravures d’armoiries sur de la vaisselle réalisées par le Clermontois Chinon) ou d’objets plus volumineux (pied d’ostensoir par exemple), voire inédits (une statuette représentant un empereur romain fabriquée par Nozerines qui demande à l’orfèvre Lamouroux de la vendre à la foire de Beaucaire)38. Le maître brivadois est ainsi amené à travailler en collaboration avec la famille Blanc du Puy-en-Velay et les Dulaure et Lamouroux, deux dynasties d’orfèvres clermontois.

31Par ailleurs, il paraît intéressant de relever que Julien Nozerines traite ses partenaires professionnels d’égal à égal. En revanche, quand il est question d’un revendeur, le scripteur fait preuve d’une certaine proximité et s’adresse à eux en les affublant d’un surnom (à l’image de « La Fringande », marchande de la ville d’Ardes). Il en va de même pour son apprenti, dénommé Bonnefoux durant sa formation, puis devenant ensuite Monsieur Bonnefoux à la suite de son installation comme maître-orfèvre.

  • 39 C.-G. Cassan, Les orfèvres de la juridiction monétaire de Riom […].
  • 40 Guillaume Daudin, Commerce et prospérité : la France au XVIIIe siècle, Paris, PUPS, 2005, p. 140.

32Les contacts professionnels développés par Julien Nozerines avec d’autres maîtres auvergnats ou vellaves témoignent de l’existence de liens commerciaux et économiques entre la ville de Brioude et celles de Riom, du Puy et de Clermont-Ferrand où la production tend à ressembler à celle rencontrée à Paris39. Ils montrent aussi l’existence d’intermédiaires entre le producteur et les consommateurs, des courtiers et subalternes qui redistribuent des biens de consommation auprès d’une population rurale40.

Parrainages et mariages : une autre lecture du réseau professionnel

  • 41 Agnès Fine, Parrains, marraines. La parenté spirituelle en Europe, Paris, Fayard, 1996.

33Un réseau professionnel peut aussi se traduire à travers des marques d’amitié ou des parrainages. Si les Nozerines privilégient des alliances avec des filles de marchands tout au long du XVIIe siècle, ce n’est plus le cas au siècle suivant. En effet, Julien Nozerines et son père, Maurice, préfèrent s’unir avec des familles de la bourgeoisie de robe, signe de leur évolution sociale. Quant aux parrainages – témoignages symboliques d’une appartenance à un réseau professionnel41 –, il est à noter que Julien Nozerines n’est jamais sollicité comme parrain d’un enfant d’orfèvre, ce qui n’était pas le cas de son grand-père Hélie et de son père Maurice.

  • 42 Stéphane Minvielle, La famille en France à l’époque moderne, Paris, Armand Colin, 2010.

34Une analyse effectuée sur l’ensemble des registres paroissiaux du XVIIIe siècle souligne que les Nozerines ont pour filleuls des fils d’artisans ou de marchands (boulanger, boucher, menuisier, perruquier). Lorsqu’Hélie et Maurice sont sollicités comme parrains d’un enfant d’orfèvre, il est difficile de savoir s’il est plus question d’un lien familial ou d’une expression d’un partenariat professionnel ou peut-être des deux. Enfin, à mesure que l’on progresse dans le siècle, les Nozerines sont de moins en moins sollicités pour des baptêmes. Cette tendance marque une évolution de la définition de la famille française au XVIIIe siècle, en particulier dans la bourgeoisie. En effet, celle-ci tend à se resserrer autour du cercle familial42.

  • 43 « Julien Pouchon, fils légitime à Pierre, marchand, et Étiennette Brochet, né le sept décembre mill (...)

35Des relations amicales peuvent également apparaître dans le réseau du maître-orfèvre, bien que la notion d’amitié soit rarement explicite dans des sources du for privé à l’époque moderne. Le marchand Pierre Pouchon est ainsi invité à signer le contrat de mariage de Julien Nozerines et ce dernier est choisi comme parrain de son fils Julien (1764-1767), alors qu’ils ne présentent aucun lien de parenté43.

Conclusion

  • 44 H. Bennezon, La vie en Picardie […].

36Cette étude du réseau professionnel de Julien Nozerines nous renseigne sur la vie matérielle et économique dans le Brivadois du XVIIIe siècle. L’atelier du maître-orfèvre est le point de départ de nombreux flux marchands qui, s’ils parcourent l’ensemble du territoire étudié, réalisent aussi quelques rares incursions aux abords du Brivadois (Haute-Auvergne, val d’Allier, Velay). Ce constat apporte la preuve de la notoriété du maître-orfèvre, qui est apprécié pour son savoir-faire et sa réputation. En outre, il nuance les conclusions d’Abel Poitrineau sur un isolement de la région de Brioude qui semble, dès lors, très relatif. Julien Nozerines apparaît alors comme un agent de diffusion de la société de consommation et de pratiques nouvelles, dans le domaine des arts de la table notamment, qui touchent non seulement la ville de Brioude mais aussi l’ensemble des campagnes environnantes. L’intégration de ces dernières aux dynamiques régionales, à l’instar de la Picardie décrite par Hervé Bennezon, semble manifeste et interroge sur l’organisation spatiale et la structuration du Brivadois sous l’Ancien Régime44. Celle-ci pourrait être abordée par une étude des structures démographiques et économiques des différentes localités au XVIIIe siècle.

Haut de page

Notes

1 Pierre Jean-Baptiste Legrand d’Aussy, Voyage fait en 1787 et 1788, dans la ci-devant Haute et Basse Auvergne, Paris, 1793, t. I, lettre XIX, p. 305-321.

2 Abel Poitrineau, La vie rurale dans la Basse-Auvergne au XVIIIe siècle (1726-1789), Paris, PUF, 1965, 2 vol. 

3 Jean-Jacques Expilly, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, t. I-VI, Paris, 1763-1770 ; A. Poitrineau (éd.), Mémoire sur l’état de la généralité de Riom en 1697 dressé pour l’instruction du duc de Bourgogne par l’Intendant Lefèvre d’Ormesson, Clermont-Ferrand, Publications de l’Institut d’Etudes du Massif Central, 1979.

4 Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIIIe siècle, Paris, Armand Colin, 1979, 3 vol. ; Daniel Roche, Histoire des choses banales. Naissance de la consommation, XVIIe-XIXe siècle, Paris, Fayard, 1997. Il existe néanmoins des exceptions notables, comme Marie-Louise Carlin, Un commerce de détail à Nice sous la Révolution : la Maison Colombo, Aix-en-Provence, La Pensée Universitaire, 1965.

5 Natacha Coquery, Tenir boutique à Paris au XVIIIe siècle. Luxe et demi-luxe, Paris, CTHS, 2011, p. 19-24.

6 Lorna Weatherill, Consumer Behaviour and Material Culture in Britain, 1660-1760, Londres-New-York, Routledge, 1988 ; Carolyn Sargentson, Merchants and Luxury Markets: the Marchands Merciers of Eighteenth Century Paris, Londres, Victoria and Albert museum, 1996.

7 François-Joseph Ruggiu, Les élites et les villes moyennes en France et en Angleterre, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 195-210 ; N. Coquery, Tenir boutique […] ; Julien Villain, Appareil commercial et diffusion des biens de consommation au XVIIIe siècle. Aires et structures du commerce des commodités en Lorraine centrale et méridionale, années 1690-1791, thèse de doctorat d’histoire, Université Paris I, 2015.

8 N. Coquery, « La boutique parisienne et ses réseaux au XVIIIe siècle : clientèle, crédit, territoire », dans Reynald Abad, Jean-Pierre Bardet et Jean-François Dunyach (dir.), Les passions d’un historien. Mélanges en l’honneur de Jean-Pierre Poussou, Paris, PUPS, 2010, p. 1005-1020.

9 François Daumet, Les papiers de Julien Nozerines (1719-1773), orfèvre à Brioude, mémoire de master 2, Université Blaise-Pascal - Clermont-Ferrand 2, 2015. La question des crédits n’est pas abordée ici parce que la documentation sur la question est trop lacunaire.

10 Les commandes « bijouterie-habillement » correspondent à des accessoires liés à la toilette et au costume. Voir Daniel Roche, La culture des apparences : une histoire des vêtements (XVIIe-XVIIIe siècle), Paris, Fayard, 1989.

11 Cet ensemble est construit à partir d’objets hétéroclites qui n’intègrent aucune des trois catégories citées ci-dessus : aiguière, bassinoire, biberon, bougeoirs, flambeaux, hochets…

12 Claude-Gérard Cassan, Les orfèvres de la juridiction monétaire de Riom : Auvergne, Bourbonnais, Marche et Velay du XVIe au XIXe siècle et leurs poinçons, Paris, C.-G. Cassan, 1984.

13 Bibliothèque du Patrimoine de Clermont Communauté (BPCC), ms. 1267, « Registre-journal des Nozerines », fol. 102.

14 N. Coquery, « La boutique parisienne et ses réseaux au XVIIIe siècle […] ».

15 Norbert Elias, La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1976.

16 BPCC, « Registre-journal des Nozerines », fol. 115.

17 BPCC, « Registre-journal des Nozerines », fol. 30.

18 BPCC, « Registre-journal des Nozerines », fol. 31.

19 BPCC, « Registre-journal des Nozerines », fol. 110. De passage chez son beau-frère qui réside à Langeac, M. de Lastic achète douze couverts et deux cuillères à ragoût en août 1768.

20 Gérard Bouchard, Le village immobile : Sennely-en-Sologne au XVIIIe siècle, Paris, Plon, 1972.

21 Alain Belmont, Des ateliers au village. Les artisans ruraux en Dauphiné sous l’Ancien Régime, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1998, 2 vol. ; Hervé Bennezon, La vie en Picardie au XVIIIe siècle. Du café dans les campagnes, Paris, Les Indes Savantes, 2012.

22 BPCC, « Registre-journal des Nozerines », fol. 39.

23 Catherine Lanoë, La poudre et le fard. Une histoire des cosmétiques de la Renaissance aux Lumières, Paris, Champ Vallon, 2008.

24 BPCC, « Registre-journal des Nozerines », fol. 51.

25 BPCC, « Registre-journal des Nozerines », fol. 72. Julien Nozerines envoie deux cachets à Clermont pour être gravés pour le compte des chanoines de Brioude.

26 BPCC, « Registre-journal des Nozerines », fol. 52.

27 Yves Bottineau et Solange Brault, L’orfèvrerie française au XVIIIe siècle, Paris, PUF, 1959.

28 BPCC, « Registre-journal des Nozerines », fol.  95 et 104.

29 Vincent Bastien, « Jean Ducrollay et l’orfèvrerie à Paris au XVIIIe siècle », dans Stéphane Castelluccio (dir.), Le commerce du luxe à Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles : échanges nationaux et internationaux, Berne, Peter Lang, 2009.

30 BPCC, « Registre-journal des Nozerines », fol. 41-42. Le chanoine Fournier du Broc demande à Julien Nozerines de lui concevoir un nouvel encensoir à partir d’un ancien.

31 BPCC, ms. 1268, « Les Nozerines, orfèvres de Brioude. Collection de leurs modèles de gravure ».

32 Claude Grimmer, « Le Velay, une province méridionale », dans Daniel Martin, L’identité de l’Auvergne, mythe ou réalité historique. Essai sur une histoire de l’Auvergne des origines à nos jours, Nonette, Créer, 2002, p. 281-282.

33 A. Poitrineau, La vie rurale en Basse-Auvergne […], p. 95.

34 BPCC, « Registre-journal des Nozerines », fol. 60.

35 BPCC, « Registre-journal des Nozerines », fol. 83.

36 BPCC, « Registre-journal des Nozerines », fol. 110.

37 BPCC, « Registre-journal des Nozerines », fol. 116. En avril 1769, Julien Nozerines envoie de l’or à l’orfèvre langeadois Masserand pour que celui-ci lui fabrique des bagues.

38 BPCC, « Registre-journal des Nozerines », fol. 75.

39 C.-G. Cassan, Les orfèvres de la juridiction monétaire de Riom […].

40 Guillaume Daudin, Commerce et prospérité : la France au XVIIIe siècle, Paris, PUPS, 2005, p. 140.

41 Agnès Fine, Parrains, marraines. La parenté spirituelle en Europe, Paris, Fayard, 1996.

42 Stéphane Minvielle, La famille en France à l’époque moderne, Paris, Armand Colin, 2010.

43 « Julien Pouchon, fils légitime à Pierre, marchand, et Étiennette Brochet, né le sept décembre mille sept cent soixante-quatre, a été baptisé le lendemain. Son parrain Julien Nozerines, marchand, et la marraine dame Marie Facy-Bertier. Presens Monsieur André Dupuy et demoiselle Marie-Léonore Bertier tous soussignés. Facy-Bertier. Nozerines. Bertier. Dupuy. Seguin, vicaire. » (Archives municipales de Brioude, registre de la paroisse Saint-Pierre de Brioude).

44 H. Bennezon, La vie en Picardie […].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Les commandes effectuées par les citadins de Brioude auprès de Jean Nozerine (XVIIIe s.)
Légende Source : « Registre-journal des Nozerines » (XVIIIe s.), Bibliothèque du Patrimoine de Clermont Communauté (BPCC), ms. 1267.
URL http://journals.openedition.org/siecles/docannexe/image/4449/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 2. Les commandes effectuées par la clientèle rurale du Brivadois auprès de Jean Nozerine (XVIIIe s.)
Légende Source : « Registre-journal des Nozerines » (XVIIIe s.), Bibliothèque du Patrimoine de Clermont Communauté (BPCC), ms. 1267.
URL http://journals.openedition.org/siecles/docannexe/image/4449/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Daumet, « Le réseau professionnel de l’orfèvre brivadois Julien Nozerines (1719-1773) », Siècles [En ligne], 46 | 2019, mis en ligne le 28 février 2019, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/siecles/4449

Haut de page

Auteur

François Daumet

Titulaire d’un master d’histoire de l’Université Clermont-Auvergne, professeur certifié d’histoire-géographie

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • OpenEdition Journals