Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1Introduction

Introduction

Geneviève Massard-Guilbaud
p. 5-7

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Le hasard a voulu que cette année universitaire 1994-1995 réunisse, au sein de notre Université Blaise-Pascal, quatre enseignants contemporanéistes ayant en cours – ou récemment achevé – des recherches consacrées à l'histoire des migrations et des migrants. Il s'imposait donc de consacrer à cette question l'une de nos Journées thématiques. Jacques Barou (CNRS, Grenoble) et René Lorenceau (Centre de recherches historiques sur la Ville, Strasbourg) ont bien voulu se joindre à nous, nous permettant de proposer aux étudiants de troisième cycle ainsi qu'à l'ensemble des chercheurs du CHEC un ensemble de six communications centrées sur le thème des migrations dans la période contemporaine.

2En dépit de la diversité des champs chronologiques – de la seconde moitié du XVIIIe siècle aux années 70 du XXe siècle – et de celle des populations considérées – migrations intra-nationales des Creusois de Paris ou de la population bâloise, migrations internationales des Polonais du Cher ou des Algériens –, chacun pourra mesurer, à la lecture des contributions qui suivent, comment les questionnements initialement fort différents des chercheurs finissent parfois par se rencontrer. Autour, d'abord, de la réflexion sur les sources, qui s'avèrent problématiques dès lors que l'on tente de dépasser une description des migrations figée dans le temps et dans l'espace pour leur restituer, autant que faire se peut, leur dimension dynamique. Des témoignages recueillis auprès des protagonistes par Jacques Barou ou par Omar Carlier aux multiples sources (registres des cartes de sûreté, de l'Hôtel-Dieu et du Châtelet de Paris, etc.) mises en œuvre par Annie Moulin, en passant par les extraordinaires registres de l'administration bâloise étudiés par René Lorenceau ou par les archives de la police des Nord-Africains et les recensements de l'entre-deux-guerres, l'échantillon présenté ici a le mérite de la variété. Il nous permet de mesurer tout à la fois les possibilités, les richesses et les limites de chacune de ces sources, et nous rappelle, si besoin en était encore, l'intérêt que présente toujours pour l'historien le croisement des perspectives...

3La mesure et la description des mouvements est l'une des préoccupations communes aux contributions qui suivent. Les études sur les maçons creusois de Paris dans la seconde moitié du XVIIIe siècle ou sur les Algériens de Lyon dans l'entre-deux-guerres s'accordent sur le fait que les schémas censés rendre compte de la nature de ces mouvements mais élaborés pour d'autres périodes peuvent s'avérer réducteurs et ne pas suffire à décrire les populations observées. Et l'on verra comment les sources bâloises, dont la description fait pâlir d'envie les chercheurs français oublieux, à cet instant, de l'ampleur du travail nécessaire à leur mise en œuvre, permettent à René Lorenceau de tenter de décrire la population « flottante » de la ville, celle qui va et vient avant de finir par s'y fixer et en constituer l'ossature.

4Au-delà des mouvements, c'est aussi aux façons dont les migrants s'adaptent à la ville ou au pays d'accueil, à la manière dont ils en font « l'apprentissage » que plusieurs intervenants se sont intéressés. L'importance de l'âge, du temps passé dans le lieu d’accueil, le fonctionnement par générations successives sont à plusieurs reprises soulignés. Les rôles de la famille, du travail, de la religion ou du militantisme politique sont encore évoqués.

5Plusieurs intervenants, enfin, se sont attachés à présenter des cursus particuliers de migrants dont l'itinéraire a pu être retracé. Qu'elles nous soient connues, comme dans le cas d'Ahmed Yahiaoui, le « colporteur de l'Étoile », grâce au récit qu'ils en ont fait eux-mêmes, ou qu'elles aient été reconstituées grâce aux sources écrites, ces quelques vies de modestes migrants incarnent toutes les autres, celles qui restent dans l'ombre ou ne sont qu'entrevues. Parce qu'elles montrent comment les migrants, ballottés au gré des fluctuations de l'emploi, cherchent toujours avec opiniâtreté à tirer le meilleur parti des situations rencontrées, elles constituent sûrement la partie la plus émouvante des recherches...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geneviève Massard-Guilbaud, « Introduction »Siècles, 1 | 1995, 5-7.

Référence électronique

Geneviève Massard-Guilbaud, « Introduction »Siècles [En ligne], 1 | 1995, mis en ligne le 12 octobre 2019, consulté le 25 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/siecles/4604

Haut de page

Auteur

Geneviève Massard-Guilbaud

Centre d’Histoire des Entreprises et des Communautés, Université Blaise-Pascal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous Droits Réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Clermont Auvergne
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Logo Pôle éditorial numérique (POLEN)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search