Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1Le voyageur de « l’Étoile », Ahme...

Le voyageur de « l’Étoile », Ahmed Yahiaoui secrétaire et colporteur

Omar Carlier
p. 77-86

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Étant entendu que, jusqu’à 1954, Messali occuperait seul la place dans le panthéon du nationalisme (...)
  • 2 D’autres anciens militants de l’Étoile sont sans doute en vie, mais la génération du Comité central (...)
  • 3 Maison qui, pour cette raison, sera réquisitionnée par l’armée en 1957.
  • 4 Archives de la Préfecture de Police de Paris (APP), Cartons 56 et 57.
  • 5 Notre DES de Sciences politiques, Alger, 1976.

1De tous les anciens militants nationalistes de l’émigration ayant exercé un rôle de premier plan à la tête de l’Étoile Nord-Africaine, Ahmed Yahiaoui est sans doute l’un des plus méconnus. Absent du souvenir populaire, marginalisé par l’historiographie savante. Seuls quelques noms symboliques ont échappé à l’oubli et retenu l’attention des biographes, ou trouvé place dans la mémoire du parti. Unis dans un même ensemble mnésique, Messali, Imache et Radjef ont prêté leur image à l’hagiologie pré-novembriste. Avec le vieux Si Djilani, qui représentait la figure du patriarche, et Arezki Kehal, dont la mort symbolisait le martyre, ils ont marqué de leur nom le récit nationaliste et comblé le besoin qu’a toute geste héroïque de s’incarner1. Yahiaoui a fait partie durant plus de trois ans du Comité central de l’organisation nationaliste émigrée, occupant un moment le poste de secrétaire général-adjoint au sein de son comité directeur. Venant tout de suite après Messali et Imache dans la hiérarchie, il fut un temps le numéro 3 de l’Étoile Nord-Africaine et, pendant quelques mois, son premier responsable de fait. Pourtant, sa mort, en février 1989 est passée complètement inaperçue. Il était cependant, à 88 ans, le doyen des anciens de l’Étoile et, avec Radjef, le dernier représentant d’une autre génération d’«  historiques »2. Depuis trois ou quatre ans, il ne bougeait guère, après avoir passé les quarante dernières années de sa vie dans un partage de son temps entre le marché aux puces de Clignancourt et son village de Kabylie. La maladie et le grand âge l’avaient conduit à interrompre définitivement une pérégrination au long cours commencée soixante-dix années plus tôt. Un deuxième mariage, une nouvelle descendance avaient redonné vie à sa maison, ouverte sur le Djurdjura et surplombant l’accès au village3. Le vieil homme s’était retiré de la vie militante il y a bien longtemps. En janvier 1937, voici plus de 50 ans4. Discrètement, comme il était venu. L’oubli dans lequel son nom est tombé, y compris dans la mémoire de parti, s’explique en partie par cette raison. Cela est si loin, et si court. Mais il tient aussi au fait qu’il n’a pas appartenu au premier noyau « messaliste » de 1931-32 qui conduisait alors la « Glorieuse Étoile Nord-Africaine » hors de la mouvance communiste, ni à l’équipe fondatrice du PPA, dont la naissance fut annoncée à Nanterre le 11 mars 19375. Son tempérament ne le portait pas à se mettre en avant, ou à chercher des places. Il n’était pas davantage un orateur de meeting, bien qu’il n’eût point rechigné à la prise de parole et à la contradiction. Sa mise à l’écart, en décembre 1936, déciderait donc de son avenir politique.

  • 6 Id.
  • 7 Assertions orales et écrites de Ahmed Yahiaoui, confirmées directement et indirectement par les tém (...)
  • 8 Id.

2S’il fallait ne retenir que deux moments de ce passé militant, on pourrait s’attacher aux faits suivants. L’un d’entre eux au moins ne concerne pas seulement le cadre nationaliste émigré mais intéresse directement le mouvement politique au pays. En effet, c’est Yahiaoui qui fut chargé de prendre contact avec ceux qui, à Alger, sous la houlette de Sid Ahmed Belarbi, secrétaire du PC en Algérie depuis 1930, s’étaient regroupés sous le sigle emblématique de PNR, parti nationaliste révolutionnaire, et la ligne politique répondant à cette catégorie d’analyse de l’internationale. Mutatis mutandis, il s’agissait pour la nouvelle direction parisienne de reproduire à Alger ce qui s’était opéré à Paris, relancer l’organisation étoiliste hors de la tutelle du PC. En mai 1933, une Assemblée générale avait repris, pour l’essentiel, l’ancien programme de 1928, mais élu une nouvelle direction (Messali, Imache, Radjef) et surtout, adopté des statuts interdisant désormais la double appartenance, et donc le cumul du militantisme avec le PC qui était au principe de la période antérieure6. Avec cette différence qu’à Paris il s’agissait de redéployer une action commencée en 1926, tandis qu’à Alger il s’agissait d’opérer une-première, le véritable passage à la section, au pays même. En décembre 1933, Yahiaoui prit donc contact à Alger avec Amenade, dans le petit salon de coiffure que ce dernier tenait à la rue Benachère, à l’occasion d’un retour au pays, mandaté pour ce faire par la direction parisienne. À l’issue de deux ou trois réunions avec le petit groupe des lecteurs d’El Ouma, alors conduit par Mohamed Mestoul, au sein duquel le jeune Hocine Lahouel allait bientôt s’affirmer, la grande majorité des présents suivait les propositions de Yahiaoui, contre le vœu de Belarbi, et se prononçait pour l’adhésion à l’ENA7. Amenade, dit Hadj Smaïn, était pourtant un ami de Belarbi, qui l’avait initié à la politique et conduit aux idées révolutionnaires. Mieux, ce dernier avait constitué autour de lui les premiers noyaux du PNR. En 1932, ces noyaux entretenaient toujours des relations épistolaires avec l’ENA parisienne, dont la relance de 1931, d’ailleurs avortée, était encore étroitement liée au groupe communiste algérien de Paris. Hadj Smaïn recevait à ce titre le journal El Ouma et en assurait la redistribution sur Boufarik ou Maison Carrée8.

  • 9 Qui réglementait dorénavant le prêche dans les mosquées.
  • 10 El Ouma, janvier-février 1934. Témoignage de Mohamed Mestoul.

3Mais le contentieux étoilo-communiste à Paris ne pouvait pas ne pas trouver un prolongement à Alger, en dépit de toutes les incitations à l’union. Avec le succès du Nadi Taraki et l’essor du mouvement islamiste, surtout après la circulaire Michel9, dans un contexte de traumatisme économique et culturel directement lié aux provocations du Centenaire et à l’ampleur de la crise de 1929, un pôle de contestation religieux s’organisait à Alger qui, redoublant le mouvement des syndicats et la modeste fronde des élus, ne manquait pas de peser sur l’équilibre fragile du « nationalisme révolutionnaire ». La tâche de Yahiaoui s’en trouvait évidemment facilitée. Encore fallait-il la mener à bien et répondre aux attentes des uns et des autres. Sa mission fut donc un succès pour ses promoteurs. Le groupe d’Alger devenait section de l’ENA. Dès janvier 1934, elle tenait sa première « Assemblée générale » et, quelques mois plus tard, Mohamed Mestoul se présentait rue Daguerre, au siège de l’Étoile, pour apporter le salut de sa section et remettre le produit d’une souscription effectuée par la « jeunesse musulmane »10.

4Cette seule raison suffirait à notre propos. Mais on ne saurait sans injustice réduire la trace de cet homme à une seule action ; et sans étroitesse, à la seule évocation d’un rôle politique. Ce n’est sans doute pas un hasard si le porteur de la parole politique était aussi un colporteur issu de la mobilité sociale. Ici, l’aventure d’un seul diffère peu de celle de dizaines de milliers de contemporains. Elle permet de rendre mieux intelligible et plus tangible le mouvement social que le sociologisme statistique a tendance à réifier. C’est dans cette grande « remue d’hommes », pour parler comme Poitrineau, que Ahmed Yahiaoui, à l’instar de dizaines d’autres, et un peu plus que d’autres, est tout à la fois sorti du rang et rentré dans le rang, adhérant à une organisation, militant dans un parti ayant fait de l’ « indépendance nationale » l’axe stratégique, politique et symbolique, de son activité et de son identité. Quand le journal El Ouma lui vient pour la première fois entre les mains, en 1931, ou 1932, c’est déjà un homme fait de 30 ans, mais encore dépourvu d’attaches politiques.

  • 11 Cette précision, et l’ensemble de celles qui suivent, sauf indications contraires, proviennent d’en (...)

5Il est né le 4 décembre 1900, à Ait Frah, commune mixte de Fort National (aujourd’hui Larbaa Naït Irathen). Un village qui donnera d’autres cadres au mouvement étoiliste, notamment Mohamed Rebouh et Abdelkrim Maouya. Son père, un petit paysan aisé, s’est spécialisé dans la culture de la vigne, et revend le produit de ses parcelles, raisins et olives, sur les marchés de Larbaa et Tizi Ouzou. Ahmed est l’aîné des fils, dans une famille de 9 personnes, dont six enfants. Il est inscrit à l’école d’Agouni Khelil, située trois kilomètres plus haut, au village de Aït Atelli, sur la route de Larbaa Naît Irathen. Dans cette région, la population a déjà dépassé la période du refus scolaire comme forme de résistance à la colonisation. Elle voit dans l’école une chance pour ses enfants, une espérance de promotion sociale. Le petit Ahmed paraît bien parti sur le chemin des études et passe successivement les trois classes, à raison de deux années pour chacune, avec le groupe des « bons élèves ». Il obtient son CEP à l’âge de 12 ans, en 191311. En raison d’un incident avec le maître de la classe de 1ère, qui est aussi le directeur, l’enfant n’ira pas plus loin. Naïvement, il s’était interrogé sur le fait qu’en Histoire on ne parlait jamais de l’Islam et des Arabes ; et le maître, pour cette impertinence, l’avait giflé... Ce traumatisme scolaire, né de l’humiliation et de l’exclusion, le marque ; pour toujours. Il précipite ses premiers pas dans la vie active, qui va le conduire bientôt jusqu’en Europe, aux lieu et place du collège de Tizi Ouzou. Il lui fait surtout sentir, de manière précoce, les contradictions et les blocages d’une société coloniale qui tout à la fois dispense et retient le savoir. Et comme la société de ce temps ne connaît guère l’adolescence, Alimed participe plus activement aux travaux des champs sur les parcelles de son père. Mais surtout, il ne tarde pas à valoriser son capital scolaire. À Fort National, en aidant les commerçants les jours de marché, et en tenant à jour leurs registres de crédit chaque lundi. Et depuis août 1914, en lisant les informations relatives au Front aux hommes qui le soir redescendent au village. Car c’est la guerre. Une guerre sans précédent pour l’humanité, une guerre sans équivalent pour tout un peuple, saisi par la conscription, et porté par elle, contraint et forcé, de Charleroi aux Dardanelles.

6Soudain, pour des dizaines de milliers d’hommes, l’espace et le temps se sont respectivement rétrécis et accélérés. Déjà, il est vrai, en temps de paix, des hommes étaient partis pour le salaire et le pain « par les chemins d’émigration ». Hors du « territoire de l’islam », passant de la « hijra » au mouvement à d’« El Ghorba ». L’adolescent va donc passer à l’âge adulte en même temps que ce changement du monde. Trois ans se sont écoulés entre la sortie de l’école et l’entrée dans la grande noria de l’émigration. En mars 1916, le moment du vrai départ est venu pour lui. Un voisin l’emmène avec lui vers la France. C’est un colporteur, âgé et expérimenté, qui connaît déjà l’Europe. Partis sans papiers en règle, l’aîné et le cadet seront gardés deux jours à Narbonne, avant de pouvoir gagner Lyon, où ils retrouveront un compatriote installé comme restaurateur. Quant au plus jeune, on lui procure rapidement un emploi, dans une usine textile où il travaillera durant 8 mois, après avoir régularisé sa situation à la préfecture. Le jeune homme a tout juste 15 ans, et il ne peut pas savoir que ses premiers pas vers le large engagent toute une vie. Dès la première année en fait, le rythme de la migration se met en place avec la régularité d’un métronome. Il part tous les mois de mars ou avril et rentre tous les mois de novembre, pour la récolte des olives, comme le feront bientôt des milliers de compatriotes. Mais, différent en cela du plus grand nombre, préparé à cette reconversion par ses deux années à Fort National et favorisé par son environnement familial, il va rapidement abandonner l’usine pour le micro-commerce de détail, moins dur et plus rémunérateur, vendant à son tour coussins, foulards et petite bijouterie fantaisie sur les marchés de Lyon. Au total, Yahiaoui aura passé à peine un an de sa vie en usine, pour 65 ans de va et vient entre les deux rives. Dès avril 1918, c’est en petit colporteur payant patente qu’il se retrouve à Dijon, d’où il rayonnera jusqu’à Metz.

  • 12 On ne discutera pas ici des problèmes de date.
  • 13 Selon le témoignage de Mohand Rebouh.
  • 14 APP, liste août 1934.
  • 15 El Ouma.
  • 16 UNMNA (Union Nationale des Musulmans Nord-Africains) APP, cartons 56 et 57.
  • 17 APP. , cartons cités.
  • 18 El Ouma. 1936.
  • 19 Notre étude « Espace politique et socialité juvénile » in Lettrés, intellectuels et militants en Al (...)

7Le voyage suivant permet au jeune homme d’élargir encore son espace de déplacement et d’enrichir son expérience. Nous sommes en avril 1919. La paix a succédé à la guerre. Trois ans ont passé depuis le premier départ. Désormais, à 18 ans, Ahmed est bien installé dans sa vie de colporteur et décidé à voler de ses propres ailes. Maître de ses mouvements, autonome, débrouillard, il va bientôt partir à la découverte de l’Europe. Et d’abord de l’Allemagne, en suivant l’armée d’occupation de la Ruhr, où sa chéchia le désigne facilement à l’attention des tirailleurs algériens. À ces derniers, il sert volontiers d’écrivain public, améliorant ainsi l’ordinaire et se rapprochant des siens. Cela lui vaudra d’ailleurs deux mois de prison militaire à Landau, sur dénonciation de quelques compatriotes, pour leur avoir conseillé de rentrer au pays après le service militaire. Un oncle paternel, lui aussi colporteur, et venu de Belgique pour l’occasion, saura le tirer d’affaire. Cette mésaventure n’empêchera pas Yahiaoui de continuer ses pérégrinations en Allemagne jusqu’en 1927, apprenant un peu d’allemand, poussant jusqu’en Pologne. Entre temps, il a fini par céder aux instances de ses parents et s’est marié en mars 1921, à la veille de son sixième départ. Après l’Allemagne et la Pologne, ce sera l’Italie, vers 28 et 29, puis la Hollande entre 1930 et 3212. Cette année-là, alors qu’il est revenu à Paris pour acheter de la marchandise, il rencontre Rabah Moussaoui dans un café algérien. C’est ainsi qu’il va lire le journal El Ouma pour la première fois. La pérégrination l’avait éloigné de la politique, elle l’y ramène. Bientôt, les départs d’avril se feront sans désemparer vers Paris, où il s’installe au quartier Saint-Michel. Lors de l’Assemblée générale du 26 mai 1933 qui décide de la nouvelle orientation du mouvement et inaugure sa reprise décisive, Yahiaoui n’est encore qu’un simple adhérent13. Mais la dynamique de la nouvelle équipe conduite par Messali, portée par l’écho amplifié des mouvements populaires qui traversent tout le Maghreb, et l’influence de son ami Rebouh, plus ancien que lui et déjà politiquement formé, ne tardent pas à faire de lui un cadre sectionnaire. Le nouvel adhérent est motivé et disponible, la nouvelle équipe cherche des compétences. À trente-deux ans, socialement stable et intellectuellement bien armé, Yahiaoui correspond parfaitement au type d’hommes dont l’ENA a besoin. Dès l’automne 1933, on peut le compter parmi cet encadrement intermédiaire dont la pugnacité fera la force du mouvement. Quand Yahiaoui rentre une nouvelle fois au pays, en novembre 1933, pour mener avec succès la mission que l’on sait, il est déjà l’un des responsables de la section du 5ème arrondissement14. Et c’est lui qui, lors de l’Assemblée générale d’août 1934, présente le rapport sur la section d’Alger15. On peut le considérer comme proche de la direction, même s’il n’est pas membre du Comité directeur. Il participe aux tâches d’écriture, notamment après les poursuites pour reconstitution de ligne dissoute qui visent plus particulièrement les trois dirigeants les plus connus, en novembre 1934. Pour parer à la menace, l’Étoile s’est transformée en UNMNA, la même organisation continuant sous un autre sigle et avec de nouveaux statuts16. Pour la première fois depuis 18 ans, il interrompt le cycle régulier des retours en novembre et départs en avril. La « permanence » politique appelle la permanence sociale. En 1935, le responsable sectionnaire est aussi membre du Comité central et, dans le nouvel organigramme, Yahiaoui fait partie du « Comité Exécutif »17. C’est alors que le pourvoi en cassation formé par le trio dirigeant contre un jugement précédent de dissolution est rejeté par la Cour, le 19 octobre 1935.Cette fois la menace est sérieuse. Messali va partir à Genève, sous l’aile protectrice de Chekib Arslan, Imache se constitue prisonnier. Radjef est arrêté, et Si Djilani poursuivi. En décembre 1935, il n’y a plus de direction, et l’Étoile est de nouveau menacée de disparition. Quelques hommes vont alors assurer l’intérim, pendant six mois, jusqu’à l’embellie du Front populaire. Yahiaoui et Kehal Arezki prennent la relève, dans un environnement difficile, avec l’aide des étudiants tunisiens Hedi Nouira et Slimane Ben Slimane, et le soutien actif d’une partie de la gauche française. Yahiaoui s’occupe plus particulièrement du secrétariat et de la parution d’El Ouma, avec les deux Tunisiens, mais il prend aussi la parole dans quelques réunions, et apporte la contradiction au Docteur Bendjelloul lors d’une conférence-débat au club du Faubourg18. Une poignée d’hommes tente ainsi avec lui d’enrayer la démobilisation et la dispersion. On sait que la roche tarpéienne est près du Capitole. Mais l’inverse peut aussi se produire. De fait, la victoire du Front populaire aux élections législatives de mai 1936 transforme radicalement le paysage politique et donne à l’Étoile les moyens d’une percée proprement historique. Avec l’amnistie, c’est le retour de Messali, qui remet sans délai au sous-secrétaire d’État Raoul Aubaud un cahier de revendications préservant une position de compromis, la libération de Imache et Radjef, la participation aux fêtes et manifestations de juin et juillet, la profusion des meetings et l’implication totale dans l’une des plus grandes grèves du XXe siècle. En trois mois, l’ENA crée ou relance des dizaines de sections et ses effectifs décuplent. Avec le Congrès musulman, porté en Algérie par la victoire du Front populaire, un mouvement de masse sans précédent bouleverse le cadre de l’action politique, met en connexion villes et campagnes, suscite l’enthousiasme de la jeunesse et crée les conditions d’un dépassement de l’horizon même du Congrès, rivé au très modeste projet Blum-Viollette. L’Étoile va bientôt connaître son apogée. Pour la première fois, elle prend vigoureusement pied en Algérie, y multiplie les sections, notamment dans le Grand Alger et à Tlemcen, mais aussi dans nombre de villes moyennes19. Dès lors, par-delà les reculs et les retours à la répression, rien ne pourra plus vaincre l’idée qu’elle représente.

  • 20 Entretiens avec Ahmed Yahiaoui, Mohamed Beddek et Belkacem Radjef.
  • 21 APP, cartons cités.
  • 22 Entretiens avec Larbi Ouamour, Ahmed Yahiaoui, Mohamed Beddek et Belkacem Radjef.
  • 23 Entretiens avec Yahiaoui et Radjef.

8Mais le mouvement, lui, n’est pas à l’abri de la dissension et du conflit. Certes, dans l’euphorie de juin-juillet 1936, il n’y a pas de place pour la désunion. Tout naturellement, le trio fondateur retrouve sa place à la direction, tandis que les derniers responsables de fait y conservent la leur. Il ne saurait y avoir trop de cadres pour une organisation qui fait flèche de tout bois. Chacun au demeurant est conscient du caractère exceptionnel de la nouvelle conjoncture et sent bien qu’il y a là une chance historique à ne pas manquer. Mais, de tous les dirigeants, Messali est sans conteste le plus attentif aux perspectives qu’elle offre sur l’autre rive, et à ses enjeux. D’où son départ subit pour Alger, sa percée dans tout le pays, la confirmation et l’accentuation de son leadership. Cependant, le Front populaire ne va pas tarder à montrer ses limites. Celles de sa victoire sur la droite, celles de sa politique coloniale. Les espérances cèdent progressivement la place aux désillusions. Et si l’ÉEtoile a su se nourrir des unes et des autres, se développer contre ses partenaires et adversaires à la faveur du flux et du reflux, elle n’échappe pas aux conséquences qu’entraîne le « retour au réel ». Fin 1936, la distance se creuse à Alger entre Etoile et Congrès, à Paris entre Étoile et PC. Mais la tension gagne l’ENA elle-même, tiraillée avec une force croissante entre des influences contraires. Le différend a commencé en octobre autour de la question espagnole. Avec Radjef et Si Djilani, Yahiaoui a reçu au siège de l’Étoile, en l’absence de Imache, et alors que Messali tarde à revenir à Paris malgré plusieurs rappels, une délégation du PCF20. Celle-ci est venue proposer aux dirigeants algériens une action commune en faveur des républicains espagnols. Viscéralement hostile à toute intervention autre que verbale, Imache répond brutalement aux sollicitations communistes lors de la seconde entrevue et intervient publiquement et violemment dans les sections où son audience est la plus grande, contre la position d’attente des trois autres. À son retour, Messali ne tranche pas. La question ne sera donc pas réglée au Comité directeur, ni même posée au Comité central. Les arrière-pensées et les querelles de personnes donnent alors un surcroît de rigueur aux divergences de point de vue politique et aux différences de sensibilité idéologiques. Pour des raisons distinctes, Yahiaoui et Imache vont se retrouver sur des positions minoritaires face à la « majorité » largement contrôlée par Messali, que Radjef a tout de suite rejoint. Lors de la dernière Assemblée générale de l’Etoile, fin décembre 1936, le rapport moral ne fait même pas mention du rôle joué par Yahiaoui. On lui retire la parole alors qu’il demande une rectification. Quant à Imache, il s’oppose à la personnalisation excessive autour de Messali, auquel il reproche par ailleurs d’être resté trop proche du PC21. L’un et l’autre seront évincés de la direction, Imache de son proche chef, Yahiaoui, plus isolé, servant peu ou prou de bouc émissaire22. Pour ce dernier, le choc est rude. Cette issue imprévue de l’année 1936 décidera de sa prise de distance d’avec l’engagement militant. De 1937 à 1954, il ne sera rien de plus qu’un simple cotisant du PPA et du MTLD. Certes, il n’en a pas fini avec son passé. Il est arrêté en 1940, en tant qu’ancien dirigeant, et envoyé au camp de Djenien Bourezg, dont il sortira fin 1942. Quatre ans plus tard, on sollicite son soutien, à l’occasion de la relance du parti à Paris et de la libération de Messali de retour de Brazzaville. Avec Aït Meguellet, il fait partie des organisateurs du premier grand meeting PPA de l’après-guerre23. Mais ce n’est qu’une opération ponctuelle, et on se garde de lui redonner des responsabilités. Amer mais silencieux, Yahiaoui retourne à son commerce pérégrin, entre Aït Frah et Saint-Ouen, et se retire sans faire de bruit, « comme un chat qui s’en va tout seul ».

Haut de page

Notes

1 Étant entendu que, jusqu’à 1954, Messali occuperait seul la place dans le panthéon du nationalisme radical.

2 D’autres anciens militants de l’Étoile sont sans doute en vie, mais la génération du Comité central de 1933 paraît bien s’être éteinte définitivement avec Yahiaoui et Radjef.

3 Maison qui, pour cette raison, sera réquisitionnée par l’armée en 1957.

4 Archives de la Préfecture de Police de Paris (APP), Cartons 56 et 57.

5 Notre DES de Sciences politiques, Alger, 1976.

6 Id.

7 Assertions orales et écrites de Ahmed Yahiaoui, confirmées directement et indirectement par les témoignages de Mohamed Mestoul, Sid Ahmed Belarbi et Ahmed Mezerna.

8 Id.

9 Qui réglementait dorénavant le prêche dans les mosquées.

10 El Ouma, janvier-février 1934. Témoignage de Mohamed Mestoul.

11 Cette précision, et l’ensemble de celles qui suivent, sauf indications contraires, proviennent d’entretiens réitérés et d’une correspondance suivie avec Ahmed Yiahiaoui, et d’une note rédigée de sa main.

12 On ne discutera pas ici des problèmes de date.

13 Selon le témoignage de Mohand Rebouh.

14 APP, liste août 1934.

15 El Ouma.

16 UNMNA (Union Nationale des Musulmans Nord-Africains) APP, cartons 56 et 57.

17 APP. , cartons cités.

18 El Ouma. 1936.

19 Notre étude « Espace politique et socialité juvénile » in Lettrés, intellectuels et militants en Algérie, 1880-1950, Alger, OPU, 1988, p. 107-175.

20 Entretiens avec Ahmed Yahiaoui, Mohamed Beddek et Belkacem Radjef.

21 APP, cartons cités.

22 Entretiens avec Larbi Ouamour, Ahmed Yahiaoui, Mohamed Beddek et Belkacem Radjef.

23 Entretiens avec Yahiaoui et Radjef.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Omar Carlier, « Le voyageur de « l’Étoile », Ahmed Yahiaoui secrétaire et colporteur »Siècles, 1 | 1995, 77-86.

Référence électronique

Omar Carlier, « Le voyageur de « l’Étoile », Ahmed Yahiaoui secrétaire et colporteur »Siècles [En ligne], 1 | 1995, mis en ligne le 15 octobre 2019, consulté le 18 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/siecles/4661

Haut de page

Auteur

Omar Carlier

Professeur associé à l’Université Blaise-Pascal

Haut de page

Droits d’auteur

Tous Droits Réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Clermont Auvergne
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Logo Pôle éditorial numérique (POLEN)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search