Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3Présentation

Présentation

Michel Cassan
p. 2-4

Texte intégral

1Ce numéro des Cahiers du Centre d’histoire des entreprises et des communautés réunit des textes présentés au cours de la session de formation commune aux Universités de Clermont-Ferrand (Blaise-Pascal), Limoges et Poitiers, dans le cadre du DEA Histoire et Civilisations : Sociétés, cultures et religions.

2Le thème des travaux qui se déroulèrent à Limoges du 26 au 29 février 1996 concernait les approches sociales et culturelles des élites urbaines de l’Antiquité à l’époque contemporaine.

3L’accent avait été mis sur la diversité des champs chronologiques et des ancrages spatiaux, afin de privilégier la démarche comparative. Dans cette perspective, le Professeur Jeffrey Crossyck de l’Université d’Essex a ouvert les débats par une dense conférence, dressant un bilan des recherches et des problématiques récentes à propos de la bourgeoisie en Grande-Bretagne au XIXe siècle.

4Comme il sied à une session de formation, des ateliers méthodologiques, (sept) embrassant toutes les périodes de l’histoire se sont déroulés ; des textes programmatiques, non insérés ici, ont été versés au débat et la diversité des apports a suggéré quelques brèves considérations.

5La première concerne la définition des élites, beaucoup plus problématique, que le suggère son indéniable engouement historiographique actuel. L’on pourrait même, avec un brin d’humour provocateur, relier la vogue du mot à sa plasticité remarquable, à sa facilité d’adaptation à maintes situations et à un certain flou de sa ou de ses définition(s). Aussi, tout en relevant l’intérêt des lectures comparatives entre aires géographiques ou temporalités différentes, a-t-on souligné avec force, la nécessaire contextualisation des élites, en préalable à tout usage du terme et analyse de son contenu.

6Toutefois, quelques critères de portée générale, semblent se dégager et être opératoires, afin d’individualiser les élites du corps social.

7Citons, en priorité, les critères juridiques. Ils fondent et institutionnalisent une élite urbaine mais, inscrits dans des textes qui deviennent vite des sortes de Table de la Loi, avec en contrepartie, des risques de fossilisation de la réglementation, fort variée d’un site à un autre, et d’inadéquation, parfois flagrante, avec la réalité sociale.

8Les marqueurs fiscaux sont également sollicités. Ils donnent une vision globale du corps social, mais leurs insuffisances sont évidentes. L’éviction des exemptés, une insuffisante prise en compte de l’assiette des impositions aboutissent à soustraire des biens à l’impôt et donc, à rendre caduque ou fort imparfaite, la hiérarchie établie.

9Afin de pallier les lacunes de ces indices juridiques et fiscaux, des signes de distinction et de reconnaissance sociale doivent être sollicités : reconnaissance politique dans le cadre de scrutins ouverts à une large participation de sujets ou de citoyens, par exemple ; distinction sociale induite par cette accession au pouvoir, possession de degrés de dignité, usage de pratiques culturelles repérées en scrutant l’habitus du groupe, comme le port d’emblèmes vestimentaires, au besoin codifiés. Ce dernier point, la réglementation de l’apparence par des lois somptuaires, rappelle combien toute situation prééminente est sujette à contestation, exposée aux coups de boutoir ou au travail de sape de catégories sociales, aspirant à remplacer l’élite, à défaut de pouvoir s’y fondre.

10Se trouve alors proposée une autre piste de recherches, relative aux voies de la constitution des élites. Il ne s’agit plus d’individualiser, de façon quelque peu empirique, une ou des élites et de vérifier le bien fondé de leur détermination initiale, par la mise en œuvre d’une batterie de repères ; au contraire, il convient de reconstituer des itinéraires d’individus, leurs rapports, les uns avec les autres, comme avec l’ensemble du corps social. C’est l’élaboration des critères de différenciation, vecteurs de la construction d’une élite qui se trouve placée au cœur de l’analyse. Dans la première situation, l’historien sollicite des sources produites par les administrations, et traduisant un état de faits donné. Dans la seconde, l’image figée et analysée à intervalles plus ou moins réguliers, cède la place à une approche dynamique, attentive à l’émergence des comportements qui fondent l’identité des nouvelles élites. Il faut alors conduire l’enquête dans un cadre beaucoup plus vaste que précédemment et privilégier comme terrain de recherches, des sphères sociales, des registres politiques, des conduites culturelles, en portant une attention toute particulière à leurs zones de rencontres et de recouvrements où se glissent habituellement les membres des élites.

11Ainsi, résultats d’enquêtes et conclusions partielles de travaux en cours présentés par des doctorants ont alterné avec des analyses critiques de sources archéologiques et historiques. Les approches ont été multiples, de manière à élargir l’éventail des méthodes mises en œuvre dans le travail d’historien et de répondre aux objectifs de cette session : approfondir la formation des étudiants et leur offrir ainsi qu’aux enseignants, un lieu de rencontre et de confrontation de leurs idées, dans le cadre de ce DEA.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Cassan, « Présentation »Siècles, 3 | 1996, 2-4.

Référence électronique

Michel Cassan, « Présentation »Siècles [En ligne], 3 | 1996, mis en ligne le 04 juillet 2020, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/siecles/6923

Haut de page

Auteur

Michel Cassan

Professeur d’Histoire moderne, Université de Limoges

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Clermont Auvergne
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search