Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3Urbanisme, spéculation foncière e...

Urbanisme, spéculation foncière et pollution industrielle

Solidarités et rivalités entre élites clermontoises (1870-1914)
Geneviève Massard-Guilbaud
p. 81-103

Entrées d’index

Index géographique :

Clermont-Ferrand
Haut de page

Texte intégral

1La communication que je voudrais faire aujourd’hui s’insère dans une recherche en cours qui n’a pas spécifiquement pour objet les élites urbaines. Les questions qui la sous-tendent ont plutôt trait à la façon dont une ville s’agrandit, à l’existence d’une éventuelle pensée municipale sur la ville, aux concepts de quartier, d’identité de quartier, etc. Il m’a toutefois paru possible d’interroger les données d’ores et déjà réunies dans une optique qui converge avec celle de notre semaine de séminaires et s’intéresse, donc, à la question des élites urbaines. Les gens dont je parlerai sont propriétaires, industriels, notaires, architectes, ingénieurs ou commerçants. Ils appartiennent parfois au conseil municipal. Mais plus que leur profession ou leur statut social, leur richesse ou encore leur notoriété, c’est le rôle décisif qu’ils ont joué dans la « production » d’un quartier de Clermont- Ferrand, le quartier de la Gare, qui me permet de qualifier les protagonistes de mon histoire d’élites. Cherchant à retracer la naissance de ce quartier, les conditions dans lesquelles elle s’est faite et les enjeux qu’elle recouvrait, j’ai découvert que sa mise en place avait donné lieu à l’affrontement d’intérêts bien divergents. L’examen de ces frictions permet de rendre compte des relations entretenues, à la fin du XIXe siècle, par différentes fractions de la bourgeoisie ou des classes moyennes clermontoises entre elles ou avec la municipalité, autour d’un objet précis : l’érection d’un quartier. Le quartier n’est donc pas ici le cadre géographique des relations que je veux décrire. Il en est l’objet même. Aussi, avant d’en venir à ce qui constitue le cœur de mon propos et pour l’incarner quelque peu me faut-il présenter rapidement les lieux.

Plan de la station de 1er ordre du chemin de fer du centre, aux abords de Clermont-Ferrand

Plan de la station de 1er ordre du chemin de fer du centre, aux abords de Clermont-Ferrand

Plan dressé par l’agent voyer Maugue. À Clermont-Ferrand. Chez Thibaud-Landriot frères, rue Saint Genès no 10. Autographie de Paris-Beaulieu. 1853.

Bibliothèque du Patrimoine de Clermont Auvergne Métropole, CA 85.

Évolution du quartier de la Gare

Évolution du quartier de la Gare

Croquis par Geneviève Massard-Guilbaud

Le champ des rivalités

2Pendant le dernier tiers du XIXe siècle, la ville de Clermont, dont la population stagnait depuis des décennies, voit cette population augmenter massivement puisqu’elle elle passe, en chiffres ronds, de 37 000 personnes au recensement de 1872 à 65 000 à celui de 1911 (+ 75 % en 40 ans). Sous cette pression, la ville s’étend et le quartier de la Gare est le premier des nouveaux quartiers qui sortent de terre. Le plan fourni aux pages précédentes date de 1855. On y repère bien Clermont, à l’ouest, avec son lacis de rues tortueuses autour de la cathédrale et Montferrand, à l’est, avec son plan de bastide caractéristique ; deux villes éloignées de près de trois kilomètres, officiellement réunies en 1630, mais qui ne le sont toujours pas, dans les faits, au XIXe siècle.

  • 1 Actuelles avenues des Paulines, Carnot et de Grande-Bretagne.

3Au sud-est de Clermont, les voies bordées de pointillés sont celles que l’on projetait d’ouvrir à l’occasion de l’arrivée du chemin de fer. Je ne discuterai pas ici de l’emplacement choisi pour établir la gare, ce qui m’éloignerait de mon propos. Il nous faut en revanche noter comment a été pensée la liaison entre la ville et la gare : celle-ci est entourée de deux voies parallèles, nommées toutes deux « chemin de ceinture ». Ces voies se ramifient, à l’ouest, en trois avenues montant, puisqu’il s’agit du flanc d’une butte, vers le centre de Clermont1. Un court instant de réflexion amène à la constatation que ces trois avenues sont bizarrement placées. Elles ont été prévues pour relier la ville à la gare, mais, curieusement, ne se rejoignent pas en face d’elle mais à plusieurs centaines de mètres de là. C’est que les projets ont été modifiés. La gare devait initialement se trouver au point de rencontre de ces trois voies. Mais, au dernier moment, il s’avéra qu’elle ne serait pas, comme prévu, un terminus. La voie ferrée ferait un virage en épingle à cheveux pour repartir vers le sud, précisément là où les trois avenues se rencontraient. En l’impossibilité de placer une gare dans une courbe aussi prononcée, on dut la construire plus loin. Les belles avenues censées relier la ville à la gare ne menèrent donc longtemps qu’à un trou marécageux dénommé « La Grenouillère »... On ajouta seulement une « rallonge » pour desservir la gare. Cette voie (bientôt appelée avenue du Château-Rouge – actuelle avenue de Union-Soviétique) n’allait pas, comme il était prévu sur ce plan, jusqu’à la route de Lyon, mais se terminait en impasse au niveau de la gare. Au lieu de regarder la ville et de lui être reliée convenablement par un espace en partie urbanisé déjà, la gare faisait donc face à une vaste étendue de jardins, de vignes et de vergers traversés seulement par un mauvais chemin qui descendait jusqu’au hameau du Château-Rouge, comme on peut le voir sur le croquis no 1.

4Tel est donc l’enjeu des rivalités auxquelles nous allons nous intéresser maintenant : 25 ha totalement nus (grisés sur le plan), soit environ un quart de la superficie de Clermont dans ses limites du moment. Le chemin de fer n’entraînant pas, en lui-même, le développement démographique de la ville, la construction du quartier ne démarre pas sérieusement avant la fin des années 70. Mais elle se fait alors très vite. Une vingtaine d’années plus tard, le quartier était totalement bâti et peuplé de plus d’un millier d’habitants. Mon but aujourd’hui n’est évidemment pas de raconter la construction du quartier de la Gare ni sa vie quotidienne au tournant du siècle. Mon exposé s’organisera autour de deux exemples qui me permettront de montrer les relations qu’entretenaient entre elles et avec la municipalité des élites définies, comme je l’ai dit, par le rôle essentiel qu’elles ont joué dans la mise en place de ce quartier. Je m’intéresserai d’abord aux acteurs de l’urbanisation du secteur du marché (no 12 sur le croquis no 2), puis aux relations entre les dirigeants de la plus importante entreprise du quartier, l’entreprise Faure et Kessler (no 11) et leurs nouveaux voisins.

Foire d’empoigne autour du marché

5Mon premier exemple concerne donc la vaste foire d’empoigne à laquelle donna lieu l’urbanisation du secteur du marché, secteur qu’un membre du conseil municipal appela, un jour d’euphorie resté sans suite, « la ville nouvelle ». Il s’agit ici de cerner d’où est venue l’initiative de l’érection du quartier : qui a fait des propositions concrètes ? Avec le soutien de qui et, le cas échéant, en affrontant qui ? Montrer les acteurs et les relations entre eux plus que le résultat matériel de leurs tergiversations. Disons-le d’emblée : si les sources sont prolixes pour ce qui concerne les aspects matériels de la construction du quartier – rien ne nous est caché des problèmes techniques, des matériaux utilisés, etc. – elles sont beaucoup plus discrètes sur les projets spéculatifs, les intérêts financiers, les pressions de tous ordres, bref, les enjeux. Il a donc fallu lire entre les lignes et jongler avec les allusions pour en dresser une esquisse que j’aurais parfois aimée plus nette ou plus assurée.

6À l’époque où la municipalité clermontoise se trouve confrontée à l’urbanisation, ex nihilo, de ce secteur, elle a déjà sous les yeux l’expérience de bien d’autres villes : Mulhouse ou Grenoble, par exemple, ont érigé avec volontarisme des quartiers neufs. J’avais donc imaginé, en première hypothèse, que Clermont allait s’inspirer des expériences opérées ici et là et nourrir, pour ce quartier à bâtir, un projet urbanistique global. Ceci d’autant plus qu’elle n’avait à faire face ici à aucune des contraintes auxquelles étaient confrontées les villes lorsqu’elles envisageaient de remanier telle ou telle partie d’un centre ancien. Ici le champ, à tous les sens du terme, était libre. Comme l’examen d’un plan du quartier amène à la constatation que celui-ci n’a rien de logique ni de régulier – voir par exemple l’existence d’impasses, surprenantes dans un quartier construit à cette date et dans ces conditions – je pensais que la Ville avait dû rencontrer des difficultés dans la réalisation de ses projets et me proposais d’étudier quelles forces l’avaient fait dévier de ses intentions premières. C’était prêter aux édiles plus d’initiative qu’ils n’en eurent jamais. Car contrairement à l’attente, les archives montrent que le conseil municipal clermontois en tant que tel n’a jamais nourri aucun projet d’ensemble pour ce quartier mais qu’il s’est contenté d’attendre que des particuliers ou des sociétés lui fassent des propositions et apportent les capitaux nécessaires, quitte à ce que les particuliers en question soient eux-mêmes des membres du Conseil, d’ailleurs...

  • 2 Michel Lescure, Les sociétés immobilières en France au XIXe siècle. Contribution à l’histoire de la (...)

7Pendant la période de quinze ans (1880 à 1895 environ) qui voit la naissance de ce quartier, le nombre de spéculateurs qui passent successivement un contrat avec la Ville pour son urbanisation est étonnamment important : huit exactement. Je retiens là, pour caractériser la spéculation, la définition qu’en a donnée Michel Lescure dans son étude sur les sociétés immobilières au XIXe siècle, à savoir le fait d’acheter du terrain pour le revendre, loti ou bâti, en en tirant le profit le plus substantiel et le plus rapide possible2. Qui sont donc ces gens qui viennent tenter à Clermont un enrichissement rapide ? En aucun cas, les propriétaires fonciers originels, c’est-à-dire ceux qui se trouvaient là par hasard au moment de l’arrivée du chemin de fer ou peu après. Parmi ceux-ci, pourtant, certains ont compris de bonne heure que l’avenir du lieu était à l’urbanisation et qu’il fallait aller de l’avant. Ainsi le marchand de bois Clair, propriétaire, dans les années 70, d’une partie importante du secteur. Il perce mie voie privée, procède au lotissement des terrains qui la bordent, puis vend les lots à des particuliers avec des contrats comportant de lourdes servitudes de voirie. Mais généralement, les propriétaires attendent que les choses se fassent d’elles-mêmes, c’est-à-dire que la Ville ou un promoteur vienne leur demander de libérer tout ou partie d’une propriété pour permettre le percement d’une rue. Certains acceptent alors, bon gré mal gré, les prix proposés et cèdent leur terrain à l’amiable. D’autres résistent, par incompréhension du mouvement en cours ou dans le but de faire monter les prix. Cette stratégie de résistance passive devenait généralement intéressante à long terme, lorsque la Ville finissait par mettre en route, faute d’alternative, la procédure d’expropriation permise par la loi de 1841. L’indemnité était alors fixée par un jury populaire. L’étude des prix au m2 accordés par ces jurys dans le quartier considéré ici montre que les propriétaires étaient alors toujours gagnants, c’est-à-dire qu’ils obtenaient plus que ce que la Ville avait initialement proposé dans la transaction amiable.

  • 3 Voir par exemple Registre des délibérations du conseil municipal (RDCM), 12 juillet 1883.
  • 4 Lettre du 29 juin 1899 de Michel Bonnet, avoué de la Veuve Chabrillat au Préfet du Puy-de-Dôme. A.D (...)

8Si les spéculateurs ne sont pas des autochtones de vieille souche, qui donc sont-ils ? Pour partie, des Parisiens : des architectes expérimentés, comme Blondel, qui fut un des créateurs de l’avenue de l’Opéra et adjudicataire du quartier Marbœuf ; architectes aussi Buchard, Bouvy de Robert ou encore Lerout et Bitner ; des financiers, comme Antoine Vlasto, directeur de la Banque de Constantine ; des ingénieurs, comme son frère Ernest... tous subitement intéressés par l’Auvergne. Pour une autre partie, des Auvergnats de plus ou moins longue date. Eux sont toujours notaires (Fournet, Bellet) ou entrepreneurs de Travaux publics (Châtin, les frères Bardon, les frères Veysseyre, qui font dans les chemins de fer). À deux reprises, ils sont en outre membres du Conseil municipal et même adjoints au maire (Bellet est adjoint de Gilbert Gaillard, maire républicain très modéré de 1880 à 1884, Jean Veysseyre, adjoint d’Antoine Blatin, le maire suivant, qu’on peut situer plus à gauche). Tous ont en commun d’avoir commencé, dans les années 70 ou au début des années 80, à acheter des terrains dans ce secteur (le m2 coûte alors autour de dix francs environ, il montera à cinquante francs dans les meilleurs sites, à la Belle Époque). Dans certains cas, des Auvergnats associent leurs compétences. Ainsi Fournet, un notaire local demeurant avenue de la Croix-Morel (actuelle avenue de Grande-Bretagne), s’il agit seul lorsqu’il entame une politique d’achat tous azimuts dans ce quartier3, s’associe-t-il avec Châtin, un entrepreneur demeurant, lui, dans un village de la Limagne, pour proposer à la Ville, en 1882, ce qui constitue le premier projet concret d’urbanisation du secteur. À deux reprises, c’est un tandem de frères qui se lance dans les affaires du quartier (les frères Bardon, les frères Veysseyre). Dans d’autres cas, les affaires lient Parisiens et Auvergnats. Ainsi Ferdinand Bellet, ancien notaire et adjoint au maire, qui avait acquis, lui aussi, des terrains dans le quartier au début des années 804, va-t-il chercher à Paris capitaux et expérience en la personne des frères Vlasto, avec qui il constitue la Société immobilière dite de Clermont-Ferrand, bien que son siège et son conseil d’administration soient parisiens.

  • 5 RDCM, 10 juillet 1882 et 25 août 1882 notamment.
  • 6 Voir notamment RDCM, 25 août 1882 et 28 octobre 1882.

9Les spéculateurs disposent le plus souvent de soutiens au sein du conseil municipal, mais lorsqu’ils en sont membres, ils se gardent d’y défendre eux-mêmes leurs projets. La nature exacte de ces soutiens est toutefois bien difficile à cerner. On peut prendre l’exemple de la Société immobilière de Clermont. À l’époque où elle voit le jour et propose à la Ville un projet d’envergure – le plus ambitieux de tous ceux qui vont se succéder – le notaire Bellet, qui est à l’origine de sa création, est adjoint au maire. Lorsque les propositions de la Société viennent en débat au Conseil, pendant l’été 18825, il est présent mais n’intervient pas. C’est Ballière, un des conseillers municipaux, qui rapporte et défend le projet. Le plaidoyer est si enthousiaste qu’il en devient grotesque. Ballière se lance dans un dithyrambe interminable : plaidoyant pour une haussmannisation de Clermont (ou du moins pour ce qu’il croit être une haussmannisation !), il entreprend un historique qui remonte au temps où « les païens cessèrent de croire aux dieux mythologiques et perdirent toute notion de philosophie » puis poursuit par un panorama universel de l’architecture des origines à nos jours qui dut endormir la moitié du Conseil. Tout cela pour en arriver à la conclusion que la Société immobilière qui se présentait à la Ville était un don de la Providence et que l’on ne saurait sans folie laisser passer des propositions aussi alléchantes que celles qu’elle faisait6.

  • 7 M. Gagnaire, La loge maçonnique Les enfants de Gergovie à l’Orient de Clermont-Ferrand (1867-1914), (...)

10Faute de comprendre a priori ce qui suscite, chez Achille Ballière, semblable lyrisme, il est intéressant de savoir qu’il est alors Orateur de la loge maçonnique « Les enfants de Gergovie », loge dont un autre membre du Conseil, Antoine Blatin, qui va bientôt devenir maire à la place de Gilbert Gaillard, est le principal animateur. Ballière est également président du comité de la Libre Pensée. Architecte, lui aussi, il a longtemps vécu à Paris, a participé à la Commune, à l’issue de laquelle il a été déporté en Nouvelle-Calédonie d’où il s’est échappé. Lors de l’amnistie de 1880, il est venu s’installer à Clermont, où il n’était donc que depuis peu au moment qui nous intéresse. Il se présente aux élections sous l’étiquette « radical » et sera par la suite un ardent boulangiste. Il a beaucoup d’ennemis à Clermont. Aux yeux de ses détracteurs, c’est un étranger, un agitateur déplacé dans une ville qui déteste par-dessus tout les esclandres7. Voilà donc l’homme, je devrais dire le personnage, qui soutient avec fougue, devant un Conseil majoritairement modéré, un vaste projet de construction d’un quartier résidentiel bourgeois mis sur pied par un adjoint (Ferdinand Bellet) qui est, théoriquement, son ennemi politique. Qui parle donc, ce jour-là, devant le conseil municipal ? Un architecte sincèrement épris de modernité haussmannienne ? Un franc-maçon soutenant un frère promoteur ? Un aventurier manquant de mesure ? Il est difficile de trancher. Au-delà des seules étiquettes politiques, qui ne disent pas tout, et des laconiques procès-verbaux du Conseil, qui en disent encore moins, on sent bien que les liens personnels entre les différents membres du Conseil jouent à plein. Les solidarités apparaissent complexes : pourquoi un radical qui, l’année d’après, va tramer les modérés dans la boue à l’occasion de législatives partielles se fait-il ici le défenseur du projet de l’un d’eux ? Des solidarités complexes mais aussi fragiles. Bien que l’on ne dispose encore d’aucune histoire sérieuse de la vie politique à Clermont-Ferrand au début de la IIIe République, les quelques éléments glanés ici ou là permettent d’affirmer qu’elle est bien agitée : au début des années 80, deux maires successifs ne restent en effet que deux ans à leur poste. Conséquence possible de ce turn over municipal, le soutien apporté aux spéculateurs par certains membres du Conseil ne s’avère que d’une efficacité bien médiocre. Et tous ceux qui passent un contrat avec la Ville pour l’urbanisation du quartier voient leurs affaires tourner au vinaigre.

  • 8 Je n’ai aucune preuve formelle du suicide, les actes de décès ne mentionnant pas le fait. Il s’agit (...)

11La démesure du discours prononcé par Ballière en faveur de « l’haussmannisation » de Clermont par la construction d’un magnifique quartier de la Gare est en effet inversement proportionnelle à la réussite du projet, comme de tous ceux qui vont suivre, d’ailleurs. Car c’est une constante, dans cette affaire, que les spéculateurs n’arrivent pas à tirer leur épingle du jeu. Du moins pas ceux qui mettent sur pied un grand projet puis négocient sa réalisation avec la mairie. Des huit candidats successifs à l’urbanisation du secteur du marché, le premier, le notaire Fournet s’est vraisemblablement suicidé8. Le second – la Société immobilière – a officiellement fait faillite. Le troisième est décédé, apparemment de mort naturelle. Le candidat suivant, une association de deux architectes parisiens, se retire de l’affaire avant qu’il ne soit trop tard. Des quatre autres (Châtin, Bouvy, Bardon, Veysseyre), trois entrent dans d’interminables procès contre la Ville. L’embrouillamini des plaintes, des retraits de plaintes, des appels et des jugements en cassation est impressionnant mais, semble-t-il, conforme à la tradition procédurière auvergnate.

12En fait, si l’on excepte le suicide de Fournet, qui semble surtout avoir eu « les yeux plus grands que le ventre », l’attitude de la mairie semble être décisive dans tous ces fiascos, bien qu’une lecture trop rapide des procès-verbaux du conseil municipal, qui sont d’une discrétion à toute épreuve, puisse faire penser le contraire. Quel que soit le maire, la municipalité ne prend jamais aucun risque financier mais entend faire supporter la très grosse partie de la charge aux promoteurs. Un passage du discours de Émile Saint-Rame, le jour de son élection, après la démission de Blatin, en 1886, semble résumer la philosophie de tous les maires successifs : « e dont je puis d’ores et déjà me porter garant, c’est que l’administration comme le Conseil, soucieux des intérêts de la cité, se montrera constamment économe des deniers publics. Point de dépenses inutiles, point de dépenses improductives ; voilà un principe dont nous ne nous départirons jamais ».

  • 9 RDCM, 10 juin 1885.

13Économes des deniers publics, tous les maires de Clermont le sont incontestablement. Ainsi dans le cas le plus spectaculaire, le traité passé avec la Société immobilière, la Ville laisse-t-elle à la charge de cette société les frais des expropriations à effectuer par la puissance publique pour permettre de tracer les nouvelles rues. Il est vrai qu’elle ne fait là que s’aligner sur une pratique courante à Paris. Mais Clermont n’est pas Paris. La pression foncière y est beaucoup moins forte et la Société, ne réussissant pas à réaliser la plus-value nécessaire suffisamment rapidement, n’arrive pas à tenir ses engagements9. Il faut d’ailleurs rappeler qu’Haussmann lui-même devait généralement accorder à ses concessionnaires, sous peine de ne pas trouver preneur, une subvention correspondant au prix de la surface des rues, qui ne pourrait être lotie et dont ils ne tireraient donc pas de bénéfice direct. Or on ne trouve pas trace, à Clermont, de ce type de subvention… Le même phénomène de contrat non rentable pour le promoteur se reproduit avec le liquidateur de la Société immobilière, Robert de Bouvy, qui, après avoir racheté les terrains de ladite société, se lance à son tour dans un jeu de dupes avec la mairie. Il n’a pourtant accepté de prendre la suite de la Société immobilière qu’après avoir obtenu la suppression de la clause qui faisait supporter au promoteur le prix des expropriations. Peine perdue. De Bouvy boit, à son tour, le bouillon, et refuse d’exécuter ses engagements, ce dont il doit rendre compte devant la justice.

  • 10 Ibidem.

14Dans le même temps on découvre, en examinant de près les comptes de la Ville, que tous les investissements liés à la construction du quartier ont été pris en compte sur le budget ordinaire, ce qui est pour le moins étonnant, et ne grèvent nullement ses finances, ceci alors même que la municipalité se flatte d’avoir un taux d’imposition très bas. Et chacun peut entendre, lors de la séance du Conseil municipal du 10 juin 1885, une déclaration du maire, Antoine Blatin, dans laquelle il explique longuement comment et pourquoi ce quartier, non seulement ne coûtera rien à Ville, mais lui rapportera bientôt 20 000 francs de bénéfice chaque année10... On connaissait les comptes fantastiques d’Haussmann, mais les comptes auvergnats, quoique plus discrets, ne manquent pas de saveur non plus ! Deux mémoires de maîtrise en cours devraient nous permettre de les connaître mieux bientôt.

15Le quartier de la Gare ne vient pourtant que rarement en débat au Conseil, du moins pas pour des discussions de fond. On n’y disserte pas – l’envolée de Ballière est l’exception qui confirme la règle. Les choses se font ailleurs. Mais malgré les échecs successifs des contrats signés avec des promoteurs, contrats qui tournaient tous, avec des variantes, autour du percement d’une large avenue (ce sera l’avenue de la Gare, actuelle avenue Albert-Elisabeth, no 17 sur le croquis no 3), d’un réseau de rues de moindre importance autour d’elle et de la construction d’un marché couvert, le quartier sort de terre, à la petite semaine et pas toujours dans la légalité. Ainsi le marché couvert est-il finalement construit – par Michelin, en l’occurrence – pour le compte de la Ville... sur un terrain qu’elle avait usurpé à un particulier qui mourut avant de se faire rendre justice. Après de longs procès, les héritiers finiront, bien plus tard, par obtenir une indemnisation.

16La ville de Clermont était-elle donc l’enfer des spéculateurs à la mode parisienne ? C’est l’impression que donnent les archives qui sont, il faut y insister, tout à la fois lacunaires, laconiques et peu propres à l’exercice auquel je me suis livrée ici. Toutes les formes de spéculation n’étaient pourtant pas vouées à l’échec. Car il existait une autre façon de « faire de l’immobilier » à Clermont, et d’y réussir, celle qui fut mise en œuvre de l’autre côté du quartier, par des gens qui étaient, eux, les propriétaires « légitimes » du sol, par héritage, et qui surent attirer sur leur projet à la fois la finance locale et la grâce de Dieu, en offrant une partie de leur terrain à l’évêque et en commençant par bâtir l’église avant de passer aux immeubles de rapport : il fallait bien loger les paroissiens ! Une autre histoire, que le temps imparti ne me permet pas d’évoquer aujourd’hui.

  • 11 RDCM, 22 août 1881 par exemple.
  • 12 RDCM, 6 décembre 1882 et 22 décembre 1882.

17Si l’action des promoteurs pour l’urbanisation du secteur du marché les amenait à entretenir avec la municipalité les relations complexes que l’on vient d’évoquer, elle suscitait aussi diverses oppositions au sein de la bourgeoisie locale. Les défenseurs des intérêts du centre-ville ancien au conseil municipal, d’abord, protestent à plusieurs reprises contre le fait qu’on préfère construire du neuf, inutile et coûteux à leurs yeux, plutôt que de remédier aux maux constatés dans l’ancienne ville. Leurs interventions, formulées sans grande finesse il est vrai, semblent cependant avoir été de peu de poids11. L’opposition la plus vigoureuse vient du quartier lui-même, en la personne des fabricants de produits chimiques Faure et Kessler, installés à l’est du quartier (no 11 sur le croquis no 2). Conseiller municipal de 1880 à 1884, Louis Kessler dénonce publiquement l’appui que la Mairie prête « à la Société immobilière et à d’autres spéculateurs qui visent uniquement à tirer un bénéfice de la revente des terrains » et poursuit : « Ne faut-il pas considérer ici le véritable intérêt des administrés, cet intérêt ne doit-il pas l’emporter sur celui des spéculateurs ? »12. Kessler se pose ici en défenseur d’administrés dont on verra plus loin en quelle estime il les tenait dans d’autres cas...

  • 13 Ibidem.
  • 14 Article 12 du décret du 15 octobre 1810, utilisé deux fois seulement en 1939 et en 1849 respectivem (...)

18Son argumentation repose sur le fait que la présence de son entreprise, classée parmi les établissements « incommodes ou insalubres », certes, mais dûment autorisée, confère au quartier un statut de quartier industriel. Il est au demeurant parfaitement exact que lorsque Régis Faure avait reçu, en 1868, l’autorisation de procéder à ses premières fabrications, le rapport de l’ingénieur des mines au préfet parlait de quartier désert, destiné à devenir un quartier industriel – il n’avait effectivement que 88 habitants au recensement de 1866. À la fin des années 1860, personne n’imaginait encore qu’un aussi vaste quartier allait être construit dans cette ville somnolente qu’était alors Clermont. Et Kessler, lorsqu’il souligne la contradiction dans laquelle se met la Ville en autorisant un établissement insalubre à s’installer puis en encourageant, à proximité immédiate, une vaste opération d’urbanisme, n’a pas tout à fait tort. Il demande, sans obtenir gain de cause, que soit indiqué, dans les contrats que la Ville passe avec ceux qu’il appelle les spéculateurs, que, dans le cas où son usine devrait « céder son terrain » (comprenons « être chassée »), ce serait à eux, les spéculateurs, et non à la Ville, de lui payer des indemnités. Le but de Kessler était peut-être de ménager les finances municipales. Il était aussi, plus sûrement encore, de s’assurer qu’il y aurait bien quelqu’un pour payer lorsqu’il partirait, et quelqu’un de solvable, de préférence... Certains membres du Conseil firent bien ironiquement remarquer que, vu la flambée du prix du m2 dans le quartier, Kessler ferait une plus-value considérable lorsqu’il partirait13. Ce que ne savaient pas encore ces conseillers, mais dont Kessler, lui, était informé, c’est qu’il existait un décret permettant à une ville de chasser une entreprise sans indemnité si l’intérêt général l’exigeait – après jugement du Conseil d’État, il est vrai. Ce décret n’avait que rarement été appliqué mais il n’en constituait pas moins pour les industriels une épée de Damoclès14...

  • 15 Voir par exemple A.D. Puy-de-Dôme, O 016-2.
  • 16 A.D. Puy-de-Dôme, M1025.

19Kessler et son associé profitent donc de toutes les tribunes pour s’opposer à l’urbanisation du secteur. On peut penser que c’est pour ce motif que le premier entre au conseil municipal en 1880. Faure et lui se déplacent aussi pour déposer négativement lors des enquêtes de commodo incommodo ouvertes lors de chacune des différentes opérations d’urbanisme qui ont lieu15. Dans un mémoire adressé au préfet en septembre 1884, Kessler accuse même nommément certains membres du Conseil de faire miroiter aux promoteurs le départ prochain de leur usine et la hausse des prix qui s’ensuivra et met en cause leur responsabilité dans la ruine de Bellet (le fondateur de la société Immobilière de Clermont) et la mort de Fournet16.

20La majorité du Conseil, qui soutient le projet d’un quartier résidentiel nouveau, a beau jeu de répondre que ce n’est pas elle, mais la préfecture, qui a autorisé l’installation de l’usine Faure et Kessler. Et il est intéressant de noter que le préfet, qui a, effectivement, donné son feu vert au démarrage des fabrications insalubres, n’intervient jamais dans l’urbanisation du secteur. Il donne son accord aux projets d’urbanisme successifs et accorde imperturbablement toutes les autorisations d’ester en justice que lui demande la Ville pour attaquer ou se défendre contre les promoteurs mais n’émet pas d’avis sur le fond, alors qu’il lui arrivait de chicaner sur la forme d’un rond-point ou la nature d’un revêtement de trottoir.

  • 17 A.D. Puy-de-Dôme, O 016-2. Voir aussi pétition des habitants de la rue d’Aigueperse AMCF O 216 XLII (...)

21Contrairement à ce que l’on constatera dans le deuxième exemple, les autres groupes d’intérêt présents dans le quartier, que ce soit les commerçants et hôteliers déjà installés au début des années 80 (il y avait dix ans que l’avenue Charras – no 7 sur le croquis no 2 – était tracée, et vingt-cinq ans que la gare fonctionnait ; plusieurs hôtels et commerces avaient donc déjà ouvert leurs portes) ou le groupe des propriétaires s’activant à la mise en place de la partie est du quartier, autour du notaire Pourcher ou de l’abbé Cluzel, se font peu entendre sur cette question de l’urbanisation du secteur du marché. Si on ignore ce qu’ils pensent des entourloupes déployées par les promoteurs ou par la mairie, on constate qu’ils sont ostensiblement favorables à ce que le quartier se bâtisse au plus vite et que la population afflue, ce qui se conçoit pour des propriétaires fonciers, immobiliers ou pour des commerçants. On peut voir, par exemple deux négociants de l’avenue Charras, Trioulice et Soulié, se déplacer lors de l’enquête de commodo incommodo ouverte en décembre 1882 à propos des projets de la Société immobilière, simplement pour manifester ce qu’ils disent être leur « conviction de foie » (sic), à savoir que ce projet répondait autant à leur désir qu’à celui de leurs voisins17.

Autour de « l’antre des sorcières »

  • 18 A.D. Puy-de-Dôme, M1025.

22J’emprunte à Jules Teisset, successeur de Louis Kessler, cette expression d’antre des sorcières. C’est là le terme qu’il utilise, en 1906, pour qualifier la perception que ses voisins ont alors, selon lui, de son entreprise18. Il n’a au demeurant pas tout à fait tort et c’est en quelque sorte à la façon dont on en était arrivé là que nous allons nous intéresser ici.

  • 19 La quasi-totalité de l’information utilisée ici provient de deux épaisses liasses de la série M des (...)

23L’entreprise Faure & Kessler a été fondée par Régis Faure, un ingénieur chimiste qui, en janvier 1868, informe la municipalité de son intention de construire, en face de la gare de marchandises, une usine destinée à la fabrication de sulfate d’alumine et d’alun19. Cette industrie étant classée parmi les fabrications « insalubres ou incommodes », Faure doit obtenir une autorisation de l’administration préfectorale. En 1871, il s’associe avec Louis Kessler, un autre ingénieur arrivé de Metz au lendemain de la guerre franco-prussienne, qui reste seul aux commandes de l’affaire après la mort de Faure, avant de décéder à son tour en 1905 en la laissant à son gendre, Jules Teisset, constructeur mécanicien à Chartres. Pendant le dernier quart du XIXe siècle, cette entreprise est l’une des plus importantes de la ville, avec quelque 150 salariés dans les années 1880. Louis Kessler est visiblement un chimiste brillant, qui fait preuve d’une imagination débordante et reçoit de multiples prix. À plusieurs reprises, il met au point ou introduit dans son entreprise de nouveaux procédés de fabrication pour des produits divers (engrais, acides, sulfates...) qui nécessitent une autorisation préfectorale en raison de leur caractère insalubre.

24L’usine dégage de façon chronique des odeurs pestilentielles, dues à la fabrication d’engrais organiques. Même si les émanations sulfureuses et nitreuses qui brûlent la végétation et dépolissent les vitres des maisons les plus proches menacent vraisemblablement plus la santé des habitants que ces odeurs, ce sont elles qui les indisposent le plus. Chacune des demandes d’autorisation de fabriquer un produit nouveau, qui passe par la tenue d’une enquête de commodo incommodo, est l’occasion pour eux de manifester leur mécontentement. Les demandes de Faure et Kessler au préfet rythment donc la contestation et les industriels rencontrent des difficultés croissantes pour obtenir les décrets indispensables. Les forces en présence sont donc ici Faure & Kessler d’une part et des habitants du quartier – on verra lesquels – qui souhaitent voir l’usine s’en aller, de l’autre, ainsi que les pouvoirs publics.

  • 20 Pétition des habitants du quartier de la Gare au Préfet du Puy-de-Dôme, 30 mai 1883, 1059 signatair (...)
  • 21 Cf. le Moniteur du Puy-de-Dôme, 3 février 1883.

25On peut distinguer trois temps dans le développement des difficiles relations entre Faure & Kessler et leurs voisins. Le premier commence avec l’ouverture de l’usine, en 1868, et se prolonge jusqu’à la fin des années 70. Pendant cette phase, Faure & Kessler sollicitent à quatre reprises, en sus de la première demande correspondant à la création de l’usine, l’autorisation de fabriquer un nouveau produit classé insalubre. Les trois premières demandes reçoivent un avis favorable du préfet, la quatrième ne reçoit aucune réponse. Dès la création de l’entreprise, la protestation du voisinage a commencé. Faible au début – les pétitions adressées aux autorités recueillent alors une centaine de signatures – ne serait-ce que parce que les habitants du quartier ne sont pas nombreux, elle grossit progressivement pendant ces dix ans, tout en restant modérée. La seconde période couvre les années 80. Cette fois-ci, c’est la guerre. Faure & Kessler déposent cinq demandes, en retirent une devant l’ampleur de la contestation, s’en voient refuser une autre, et obtiennent trois décrets favorables. Les pétitions des années 80, adressées à diverses autorités, se comptent par dizaines, les plus massives d’entre elles réunissant plus de mille signatures20. Elles sont parfois doublées de manifestations. La contestation est aussi, en période électorale au moins, entretenue par la presse locale, où des articles anonymes encouragent les habitants du quartier à se défendre et leur fournissent les conseils ad hoc21. Faure & Kessler ne restent pas sans réagir et font, eux aussi, signer des contre-pétitions (146 signataires en juin 1883), tout en se défendant mordicus par écrit auprès des autorités. Si la dernière décennie du siècle est un temps d’apaisement, l’agitation redémarre de 1901 à 1910 – c’est le troisième temps – période pendant laquelle Kessler et son successeur Teisset sollicitent encore trois autorisations et en obtiennent deux. Une fois de plus, les pétitionnaires se comptent par centaines, à plusieurs reprises.

26La forme et le contenu d’une protestation de cette ampleur méritent d’être analysés en détail, que ce soit du point de vue de la perception de la pollution, du vocabulaire employé pour la décrire, des formes revêtues par l’émotion populaire, etc. Tel n’est pas notre sujet aujourd’hui. Seule nous importe pour l’instant l’identité des protagonistes et les alliances qu’ils nouent entre eux. Pour savoir qui soutient qui, j’ai analysé la profession des personnes qui se sont déplacées pour déposer pour ou contre Faure & Kessler lors des enquêtes de commodo incommodo de 1883 et 1885, où respectivement 149 et 121 personnes sont venues faire connaître leur opinion par écrit. Les déposants lors des enquêtes sont, certes, dix fois moins nombreux que les signataires des pétitions mais la source est plus fiable : chaque personne est bien identifiée et dépose en public devant un représentant de la municipalité. Il s’agit par ailleurs des plus motivés des protagonistes, puisqu’il est plus contraignant de se déplacer pour aller donner son opinion que de signer une pétition que l’on vous présente chez vous ou sur votre lieu de travail. L’analyse des professions des déposants fournit des résultats très caractérisés. Témoignent contre Faure & Kessler environ les deux tiers des déposants, à savoir : la quasi-totalité des propriétaires et des rentiers, la quasi-totalité des commerçants et des artisans, les quelques professions libérales (notaires, médecins), les employés de commerce et les cheminots. Témoignent, au contraire, en faveur de Faure & Kessler leurs salariés, que j’ai comptés toutes catégories socio-professionnelles confondues, les entrepreneurs et les employés de bureau travaillant ailleurs que chez Faure & Kessler. Les ouvriers, qui sont venus nombreux déposer à l’enquête, après avoir remonté l’avenue Charras en cortège, menaçant du poing et insultant les commerçants, sont tous ouvriers chez Faure & Kessler. La plupart d’entre eux n’habite pas le quartier.

27Tous les documents dont on dispose, et ils sont nombreux, confirment cette géographie des alliances sociales. Ainsi cette pétition que font parvenir au préfet, en 1883, ces mêmes ouvriers de Faure & Kessler, qui nous offre une bien curieuse vision de la « question sociale » : après un début digne d’un manuel d’économie politique sur « l’industrie qui fait la force et la richesse des nations », les signataires poursuivent par une prière de protéger leur employeur contre des voisins « surexcités » par la hausse constante du prix des terrains. Mais si l’on comprend que les ouvriers de Faure & Kessler, probablement bien encadrés par leurs contremaîtres, aient, volens nolens, soutenu leur patron dans cette affaire, on peut s’étonner de l’absence totale, lors de l’enquête, d’ouvriers résidant dans le quartier mais ne travaillant pas dans cette entreprise. Aucun ouvrier de ce type n’est en effet venu s’exprimer, pas plus que ne se sont déplacés les nombreux domestiques du quartier, qui auraient pu soutenir, eux aussi, leurs maîtres. Quelque désagréables que soient fumées et odeurs, le petit peuple du quartier ne s’est pas senti concerné par les nuisances de l’usine au point de se mobiliser pour protester contre elles.

  • 22 A.D. Puy-de-Dôme, M1024 Lettre de Louis Pourcher annexée à la pétition des habitants au conseil gén (...)

28Tout confirme en revanche le rôle éminent des notables du quartier dans cette affaire. Lors de l’enquête de commodo de 1883, où les opposants à Faure & Kessler font littéralement le siège du bureau où est ouvert le registre de l’enquête publique, les manifestants ont à leur tête des propriétaires du quartier. Parmi eux, M. Guérin de la Marche, dont la particule, si elle ne prouve pas une origine noble, trahit du moins la notabilité. Autre exemple, le notaire Pourcher, propriétaire foncier voisin de Faure & Kessler, joint à plusieurs reprises aux pétitions que les habitants du quartier adressent à diverses autorités des lettres personnelles de soutien. Cette façon de faire traduit, à elle seule, la vision que le personnage a de lui-même. Pourcher ne se contente pas de parapher un texte collectif mais rédige, de sa main, quelques lignes disant la même chose, affirmant par-là l’importance de son intervention. Dans la première de ces lettres, il commence bien par quelques précautions oratoires : « J’avais hésité, à cause des rapports d’amitié que j’ai avec M. Faure, et par égard pour M. Kessler, à me joindre aux demandes qui... » etc.22.

  • 23 A.D. Puy-de-Dôme, mémoire de Louis Kessler au préfet, 20 septembre 1884.

29Mais, malgré ce début d’une prudence toute rhétorique, la suite n’est guère courtoise. Et dans les lettres suivantes, le ton devient franchement agressif. Kessler, de son côté, n’hésite pas, dans un long mémoire adressé au préfet pour sa défense, à accuser son riche voisin d’avoir vendu vingt fois leur valeur initiale des terrains situés en bordure de l’usine. Il l’accuse aussi d’être l’auteur des articles anonymes paraissant dans la Gazette d’Auvergne et qui suggèrent de chasser les « richards Faure & Kessler »23. Entre bourgeois, les amabilités volaient assez bas.

30On a donc affaire ici à un schéma bien peu marxiste, dans lequel la frontière de la lutte ne passe pas entre patrons et ouvriers ni même entre gros et petits mais entre une bourgeoisie industrielle qui sait utiliser comme levier la force sociale que constituent ses salariés d’une part, et une bourgeoisie rentière – ce sont, incontestablement les « propriétaires » qui mènent la danse contre Faure & Kessler – alliée à la petite bourgeoisie commerçante, d’autre part. L’enjeu est le statut même du quartier : quartier industriel, comme le voulaient les premiers arrivants, ou quartier résidentiel, comme le souhaitaient ceux qui, un peu plus tard, avaient vu dans la gare et la population qu’elle drainait un facteur d’enrichissement potentiel.

31Reste à dire ce que fut, dans cette affaire, le rôle des pouvoirs publics. Arbitres impartiaux défendant l’intérêt général ou soutiens ostensibles de l’une des deux parties ? Nommées ou élues, les instances qui interviennent dans cette affaire sont fort nombreuses, puisque le conflit remonte jusqu’au Conseil d’État. On s’en tiendra ici à l’analyse du rôle des principales d’entre elles. La ville de Clermont est la première concernée. Dès les années 70, elle souhaite que l’on prenne en compte les doléances des habitants et commence à donner des avis négatifs lors des enquêtes de commodo incommodo. Au début des années 80, le jeune maire modéré, Félix Gaillard, est un industriel en confiserie. Si les acides de Faure & Kessler dégagent des odeurs moins agréables que les pâtes de fruits qu’il fabrique, il n’en est pas moins conscient de l’intérêt que présente pour la ville la présence de cette entreprise. Son cœur semble balancer entre le souci de satisfaire les électeurs indisposés par les « miasmes » émanant de l’usine et celui de préserver une source d’emploi. Il temporise et ne fait rien qui puisse nuire significativement à ses confrères industriels. Mais l’affaire s’envenime lors des élections municipales de 1884. Gaillard lâche alors Faure & Kessler afin de ne pas laisser à son challenger, A. Blatin, qui s’est engagé à faire partir l’usine polluante, toutes les voix du quartier de la Gare. A. Blatin, qui gagne les élections, n’est pas un industriel, lui, mais un médecin. Dès son arrivée aux commandes, il tente de tenir ses promesses et d’obtenir l’expulsion – sans indemnités – de Faure & Kessler, grâce au décret d’octobre 1810. Bien qu’il soit soutenu par une large majorité de son Conseil, il n’y parvient pas en raison de l’opposition du Conseil d’État.

  • 24 Ibidem.

32Le rôle des conseillers municipaux mérite aussi attention. Plus souvent encore que dans mon précédent exemple, ils sont à la fois juge et partie. Outre Bellet, le fondateur de la Société immobilière, qui, sous la municipalité Gaillard, a évidemment mené une farouche croisade contre Faure & Kessler, d’autres conseillers apparaissent curieusement actifs dans cette affaire. Ainsi le conseiller Grellet joue-t-il le rôle de porte-drapeau du combat pour le départ de l’usine. On comprend mieux pourquoi lorsque l’on sait que Grellet avait acheté, dans les années 1870, des terrains mitoyens de celle-ci, sur lesquels il s’était fait construire « un élégant et confortable hôtel » dont les mauvaises langues disaient que la valeur, déjà multipliée par dix en quinze ans, aurait encore monté si l’usine avait disparu du paysage24. Quant au conseiller Ribeyre-Jaffeux, que l’on entend aussi beaucoup sur cette question, il était personnellement en procès contre Faure & Kessler pour un contentieux portant sur des bâtiments qu’il leur avait vendus à proximité de la ville. Lorsque l’on aura dit que Faure et Kessler avaient acheté ces bâtiments pour y procéder aux fabrications les plus polluantes que le conseil municipal les poussait, précisément, à aller produire ailleurs, on aura compris que la boucle était bouclée ! Comment croire, dans ces conditions, que le conseil municipal d’Antoine Blatin (mais il en sera de même pour celui de son successeur, Émile Saint-Rame), dont les membres étaient à ce point personnellement impliqués dans les affaires de la Ville, aurait pu agir comme le porte-parole serein d’un intérêt général bien compris ?

33Le préfet est un autre personnage-clé de l’affaire, puisque c’est lui qui accorde, refuse ou annule les autorisations de fabrication. Moins enclin que le maire à tenir compte des états d’âme de la population, il s’appuie principalement ; pour juger de l’opportunité de répondre favorablement ou non à une demande, sur les rapports que lui remet l’ingénieur en chef des mines, chargé de la surveillance de l’usine et des enquêtes qui sont effectuées à chaque nouvelle demande d’autorisation. Avec l’ingénieur des mines, aucun doute n’est permis : Faure & Kessler disposent, en la personne de leur confrère fonctionnaire et de ses subordonnés, d’avocats plus que de procureurs. L’amour de l’industrie (ou d’autres motifs qui m’échappent) fait manquer l’ingénieur des mines de la plus élémentaire objectivité. Les abus permanents de Faure & Kessler, qui ne se plient à la loi que lorsqu’ils n’ont d’autre alternative, sont cachés ou minimisés dans ses rapports, qui consacrent presque autant de lignes à dénigrer les habitants du quartier qu’à évaluer la nocivité éventuelle des procédés de fabrication incriminés. Les ingénieurs de l’État sont néanmoins sensibles à la pression de l’opinion publique puisque le premier avis mitigé qu’ils rendent au préfet date du paroxysme de la mobilisation du quartier. L’ingénieur en chef ira même jusqu’à donner, une seule fois il est vrai, un avis négatif.

34Ainsi conseillé, et soutenu par les avis répétés de la Commission consultative des Arts et Manufactures en faveur de Faure & Kessler, le préfet temporise pendant la plus grande partie de la période. Ses avis sont souvent sibyllins et il ferme les yeux lorsque ses propres prescriptions ne sont pas respectées. Cette tolérance peut être interprétée soit comme un indice de ce que l’intérêt de l’industrie prime, à ses yeux, sur le bien-être du public, soit comme une marque de son incapacité à faire appliquer ses propres décrets, et je pencherais plutôt pour cette seconde hypothèse tant le ton sur lequel Kessler s’adresse au préfet apparaît souvent plus narquois qu’obséquieux. Bien que le préfet de la Belle Époque soit plus méfiant que son prédécesseur et qu’en 1910 le Conseil d’État ait finalement donné tort à Teisset, qui avait fait un recours contre une décision négative, le bilan de la période penche évidemment en faveur de l’usine Kessler. Au total, deux de ses treize demandes seulement reçoivent une réponse négative en quarante-cinq ans, l’une des deux ayant en fait reçu peu après une nouvelle réponse, positive celle-ci. Le seul vrai refus date de 1910 : ce fut la première vraie victoire des protestataires, après 40 ans de lutte. Mais le départ de l’usine, réclamé dès les années 1880 par les voisins, ne sera pas à l’ordre du jour avant le milieu du XXe siècle...

35Que conclure, de ces deux exemples, qui nous ramènent à nos interrogations initiales sur les relations entre élites urbaines ? D’abord, que la ville et même, plus précisément, la production de la ville est un enjeu de pouvoir entre différentes fractions des classes sociales qu’on peut qualifier de patriciat urbain. Les rares travaux dont on dispose à ce jour sur le Clermont de cette période, travaux qui nous racontent l’histoire de la ville plus qu’ils ne l’interrogent, ont tendance à présenter les municipalités qui se succèdent à la fin du siècle comme assez semblables les unes aux autres et travaillant toujours dans le sens du progrès et du bonheur collectif, avec seulement plus ou moins de talent et de succès. Mais sous l’étiquette plutôt vague de républicains modérés et derrière des déclarations d’intention effectivement peu distinctes les unes des autres se cachent des groupes sociaux aux intérêts sensiblement divergents. Le conseil municipal ne peut donc être perçu comme l’instance d’arbitrage où serait formulé et défendu un intérêt public désincarné. J’ai parlé, dans mon titre, d’urbanisme et de spéculation. Je me serais peut-être risquée, si mes sources étaient plus solides, jusqu’au terme de corruption, tant certaines des actions engagées s’avèrent clairement au service des intérêts très particuliers de certains membres du Conseil. Dans mon premier exemple, spéculateurs fonciers ou immobiliers, qu’ils soient parisiens ou auvergnats se heurtent à la fois à une bourgeoisie industrielle bien décidée à défendre les positions acquises et à des élus plus soucieux de ménager les finances publiques, aspect des choses essentiel aux yeux de l’électorat clermontois, que de favoriser des opérations de prestige susceptibles de donner une image plus dynamique ou plus moderne de la ville. Dans le second, on retrouve la même rivalité entre propriétaires d’un côté et industriels de l’autre, avec, cette fois, et de part et d’autre, le souci de s’allier, de mettre en mouvement à leur service des couches plus larges de la population : commerçants, cheminots, professions libérales, qui sont les éléments dominants parce que les plus stables du quartier, du côté des propriétaires ; ouvriers, employés, ingénieurs, du côté des industriels. Le quartier dont j’observe la naissance n’est donc pas, comme je l’avais imaginé un peu naïvement sans doute au départ, le fruit d’une pensée collective sur la ville, visant au bien commun, mais le résultat d’un ensemble de rapports de forces contradictoires, le produit de solidarités et de rivalités complexes.

Haut de page

Notes

1 Actuelles avenues des Paulines, Carnot et de Grande-Bretagne.

2 Michel Lescure, Les sociétés immobilières en France au XIXe siècle. Contribution à l’histoire de la mise en valeur du sol urbain en économie capitaliste. Publications de la Sorbonne, Série Études, no 15, 1980, p. 17.

3 Voir par exemple Registre des délibérations du conseil municipal (RDCM), 12 juillet 1883.

4 Lettre du 29 juin 1899 de Michel Bonnet, avoué de la Veuve Chabrillat au Préfet du Puy-de-Dôme. A.D. Puy-de- Dôme, O 021-6.

5 RDCM, 10 juillet 1882 et 25 août 1882 notamment.

6 Voir notamment RDCM, 25 août 1882 et 28 octobre 1882.

7 M. Gagnaire, La loge maçonnique Les enfants de Gergovie à l’Orient de Clermont-Ferrand (1867-1914), mémoire de maîtrise sous la direction de F. Georgi, Université Clermont II, département d’histoire, 1995.

8 Je n’ai aucune preuve formelle du suicide, les actes de décès ne mentionnant pas le fait. Il s’agit d’une forte présomption, basée sur l’allusion faite par L. Kessler dans une lettre au préfet de septembre 1884 (A.D. Puy-de-Dôme, Ml025) confortée par le fait qu’il n’avait que 43 ans lors de sa mort, survenue subitement à son domicile. A.D. Puy-de- Dôme, 6E 113-341, acte de décès no 1168, 24 décembre 1883.

9 RDCM, 10 juin 1885.

10 Ibidem.

11 RDCM, 22 août 1881 par exemple.

12 RDCM, 6 décembre 1882 et 22 décembre 1882.

13 Ibidem.

14 Article 12 du décret du 15 octobre 1810, utilisé deux fois seulement en 1939 et en 1849 respectivement contre une fabrique de colle et une fonderie de suif. Voir rapport de l’ingénieur des mines d’août 1884 in A.D. Puy-de-Dôme, M1024.

15 Voir par exemple A.D. Puy-de-Dôme, O 016-2.

16 A.D. Puy-de-Dôme, M1025.

17 A.D. Puy-de-Dôme, O 016-2. Voir aussi pétition des habitants de la rue d’Aigueperse AMCF O 216 XLII ou RDCM, 2 décembre 1904 et 29 novembre 1905.

18 A.D. Puy-de-Dôme, M1025.

19 La quasi-totalité de l’information utilisée ici provient de deux épaisses liasses de la série M des A.D. Puy-de- Dôme, M1024 et M1025. Il s’agit des archives des établissements industriels classés « incommodes ou insalubres ».

20 Pétition des habitants du quartier de la Gare au Préfet du Puy-de-Dôme, 30 mai 1883, 1059 signataires.

21 Cf. le Moniteur du Puy-de-Dôme, 3 février 1883.

22 A.D. Puy-de-Dôme, M1024 Lettre de Louis Pourcher annexée à la pétition des habitants au conseil général, 10 août 1882.

23 A.D. Puy-de-Dôme, mémoire de Louis Kessler au préfet, 20 septembre 1884.

24 Ibidem.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Plan de la station de 1er ordre du chemin de fer du centre, aux abords de Clermont-Ferrand
Légende Plan dressé par l’agent voyer Maugue. À Clermont-Ferrand. Chez Thibaud-Landriot frères, rue Saint Genès no 10. Autographie de Paris-Beaulieu. 1853.
Crédits Bibliothèque du Patrimoine de Clermont Auvergne Métropole, CA 85.
URL http://journals.openedition.org/siecles/docannexe/image/7053/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Évolution du quartier de la Gare
Crédits Croquis par Geneviève Massard-Guilbaud
URL http://journals.openedition.org/siecles/docannexe/image/7053/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geneviève Massard-Guilbaud, « Urbanisme, spéculation foncière et pollution industrielle »Siècles, 3 | 1996, 81-103.

Référence électronique

Geneviève Massard-Guilbaud, « Urbanisme, spéculation foncière et pollution industrielle »Siècles [En ligne], 3 | 1996, mis en ligne le 06 juillet 2020, consulté le 08 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/siecles/7053

Haut de page

Auteur

Geneviève Massard-Guilbaud

Centre d’Histoire des Entreprises et des Communautés, Université Blaise-Pascal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Clermont Auvergne
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search