Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49Babeuf et le babouvisme

Babeuf et le babouvisme

Babeuf and Babeufism
Claude Mazauric

Résumés

Dans sa Défense générale prononcée devant la Haute-cour de Vendôme à la fin de mai 1797, François-Noël Babeuf, dit « Gracchus », se réfère, entre autres, parmi les sources de sa pensée sociale et politique, à « Diderot » (en fait Morelly), Mably, Rousseau, etc., et évoque les utopies (« les rêves ») qu’il considère comme le ferment initial de son projet terminal de « communauté des biens et des travaux ». On essaiera de repérer dans le grand corpus de ses écrits antérieurs, depuis ses lettres à Dubois de Fosseux, secrétaire perpétuel de l’Académie d’Arras, avant 1787, et à la suite de ses premières publications, puis dans les notes, lettres, discours et articles qui ont accompagné et souvent traduit le mouvement de sa pensée et de ses ambitions politiques au cours de la Révolution, comment a varié, s’est affaiblie, ou muée en projet politique et programme de transformation sociale, sa visée relative au « bonheur commun », au « bien commun », qui a donné sens à sa vie. 

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur la Conjuration des Égaux, ses préparatifs, son éventement et les poursuites contre ses acteurs, (...)
  • 2 Victor Advielle, Histoire de Gracchus Babeuf et du babouvisme, d’après de nombreux documents inédit (...)

1François-Noël Babeuf, qui s’était auto-surnommé « Gracchus » – tout un programme ! – dans son journal (Le Tribun du peuple) paru le 5 octobre 1795 (14 vendémiaire an III), a été arrêté par la police du Directoire, sur ordre de Carnot et du chef de la police Cochon de Lapparent, à Paris, rue de la Grande-Truanderie, le 10 mai 1796 (21 floréal an IV)1. Accusés d’avoir voulu rétablir la « Constitution de 1793 », entreprise passible de la peine de mort en vertu d’un décret de la Convention, lui et ses avérés (ou supposés) « complices » dont les papiers avaient été saisis, furent transférés à Vendôme où était convoquée la Haute-Cour de justice, institution nouvelle établie par la Constitution de l’an III et chargée d’instruire et de juger les crimes d’État. Instruction faite et rendue publique, les débats du procès durèrent plus de trois mois, du 20 février au 27 mai 1797, en pleine poussée politique dans le nouveau corps électoral de la droite royaliste. Pour l’ensemble des accusés, une seule préoccupation dominait : échapper à un verdict de peine de mort, et même à la « déportation », ce qui supposait que la « conjuration » dont on les accusait tous, fût transformée en simple « association politique », une « réunion de démocrates2 », de citoyens « conspirant », c’est-à-dire délibérant secrètement pour faire prévaloir dans le débat public une « opinion » avancée mais authentiquement « républicaine ». Une telle stratégie de défense arrêtée en commun par tous les accusés et leurs défenseurs, pouvait laisser entrevoir une issue plus ou moins favorable pour la plupart, mais rendait évidemment complètement impraticable la défense propre de Babeuf, de son proche compagnon Darthé et même des principaux membres du « Comité insurrecteur (sic) », pompeusement intitulé « Directoire secret exécutif », dont les papiers saisis démontraient à l’évidence la nature insurrectionnelle de leur projet.

  • 3 Ibidem.
  • 4 Ibid., p. 321.
  • 5 Les sources documentaires auxquelles nous nous sommes référés pour cet article sont indiquées et an (...)

2Dans sa très longue défense générale, dont le texte entier comporte 321 pages dans la publication qu’en a donnée Advielle en 18843, Babeuf s’est entièrement soumis à la ligne générale de la stratégie mise au point collectivement par ses défenseurs et ses co-accusés : cela nous vaut un extraordinaire exposé terminal de ses projets de réformation générale de la société qu’il présente ainsi dans la péroraison finale : « Je laisse à “l’histoire impartiale (sic)” des monuments écrits, dont chaque ligne attestera que je ne vécus et ne respirai que pour la justice et le bonheur du peuple4 ». C’est cela même qu’il nous faut ici examiner5.

  • 6 Voir Nicolas Wagner, Morelly, le méconnu des Lumières, Paris, Klincksieck, 1978 et, plus récemment, (...)
  • 7 V. Advielle, op. cit., p. 46.
  • 8 Ibid., p. 50.
  • 9 Ibid., p. 58.

3Évoquant dans sa « Défense générale » la pensée de ceux qui l’ont instruit, c’est-à-dire de ceux dont les œuvres ont nourri initialement sa propre démarche de « réformateur », Babeuf ne cite qu’incidemment le Christ (le « sans-culotte Jésus »), encore moins Platon, et pas une seule fois Thomas More, mais quatre patronymes d’auteurs, dont il se dit « l’émule et le disciple », apparaissent longuement, notamment dans la première partie de la Défense. Outre le matérialiste Helvétius simplement mentionné, sont longuement convoqués à titre de mentors : Jean-Jacques Rousseau, Mably, le « bon Mably », enfin Diderot, étant entendu ici qu’il s’agit en réalité, comme le montrent d’ailleurs les citations choisies par le Tribun, de Morelly, l’auteur du Code de la Nature dont tout le monde croyait à la fin du XVIIIe siècle que Diderot en était l’auteur véritable6. Babeuf crédite Rousseau d’avoir montré, en premier lieu que le passage de l’homme de nature à l’homme social rendait nécessaire de perfectionner le contrat fondateur du nouvel ordre des choses ainsi constitué, ensuite d’avoir condamné le « luxe », enfin d’avoir proclamé que « les fruits sont à tous, la terre à personne » puis démontré l’imperfection fondamentale de l’état politique présent, etc7. Le « démocrate (sic) » Mably est célébré pour avoir voulu que « l’égalité dans la fortune et la condition des citoyens fût une condition nécessaire à la prospérité des États », en second lieu pour avoir établi le plan d’une « République » que « nous composerions de, tous égaux, tous riches, tous pauvres, tous libres, tous frères, notre première loi serait de ne rien posséder en propre », enfin d’avoir préconisé que « tous les ans les pères de famille éliraient des économes chargés de distribuer les choses nécessaires aux besoins de chaque particulier, de lui assigner la tâche de travail qu’en exigerait la communauté et d’entretenir les bonnes mœurs de l’État8 ». Quant à « Diderot/Morelly », Babeuf fait l’apologie de sa pensée qu’il crédite d’avoir « donné un code complet de législation, conforme au système de l’égalité et au vœu de la nature ». « Je ne transcrirai de ce code, écrit-il, que les articles qui suivent » ; et de citer de la Première loi du Code de la nature, les articles 1, 2 et 3 : 1 – « Rien dans la société, n’appartiendra singulièrement ni en propriété à personne, que les choses dont il fera un usage actuel, soit pour ses propres besoins, ses plaisirs ou son travail journalier », 2 – « Tout citoyen sera homme public … », 3 – « Tout citoyen contribuera pour sa part à l’autorité publique, selon se forces, ses talents et son âge. » De la « Quinzième Loi du Code de la nature », Babeuf retient cette proposition : « Article 1 : Quiconque aurait tenté par cabale ou autrement, d’abolir les lois sacrées pour introduire la détestable propriété (souligné) sera enfermé comme fou furieux (souligné) et ennemi de l’humanité9. »

  • 10 Voir S. Roza, Comment l’utopie est devenue un programme politique ? […], p. 11-150. Voir également (...)
  • 11 V. Advielle, op. cit., p. 15.
  • 12 Sur ce sujet, voir Marc Déleplace, L’anarchie de Mably à Tournon (1750-1850). Histoire d’une approp (...)

4On voit assez à partir de ces simples rappels que Gracchus Babeuf s’emploie à donner à son projet de « Communauté des biens et des travaux » la forme d’un patrimoine venu de loin, celui d’un héritage rénové dans la seconde moitié du dernier siècle, plongeant ses racines constitutives dans le mouvement de la philosophie sociale de l’Aufklärung comme on dira peu après10. Mais Babeuf ne manque pas d’en inscrire l’effectivité pratique dans le prolongement des élans idéologiques et politiques, audacieux et inventifs, de toute la Révolution française. Cette volonté transparaît à travers tous les textes et toutes les proclamations babouvistes : le qualificatif néologique de « babouvistes », auquel Babeuf a lui-même recouru dans sa Défense générale11, a d’ailleurs été forgé explicitement par lui pour désigner ses compagnons et lui-même qui ont « remplacé (sic) » les proscrits précédents qu’on avait qualifiés de « l’épithète » de « Robespierristes, de Terroristes, de Jacobins et d’Anarchistes » pour mieux les stigmatiser12. Mais du coup Babeuf qui veut inscrire son projet dans la continuité de leur pensée et de leur action, en revendique le patronage !

  • 13 Sur Antonelle, se référer à Pierre Serna, Antonelle. Aristocrate et révolutionnaire (1747-1817), Pa (...)
  • 14 S. Roza, Comment l’utopie est devenue un programme politique ? [...], p. 329-355.
  • 15 J.-M. Schiappa, Buonarroti, l’inoxydable (1761-1837), Paris, Éd. Libertaires, 2008. Du même auteur, (...)

5Comme chacun(e) sait, arrivé à maturité en 1796, le projet de Babeuf de recomposition sociale réalisé par la voie politique du contrôle d’un pouvoir d’État entièrement reconstruit, devait résulter lui-même d’une insurrection populaire victorieuse. Le projet de « conspiration » intégrait dans une sorte de synthèse processive, tout à la fois, les axes principaux et les topoï fondateurs des utopies sociales produites au cours du siècle des Lumières, notamment françaises, mais aussi le fruit ultime de l’expérience politique, sinon de tous les « démocrates associés » comme Antonelle13, du moins des protagonistes ad hoc de la conjuration fondatrice14. De ce nombre, relevait Babeuf lui-même, évidemment. Mais aussi nombre de ses compagnons les plus proches (en particulier Philippe Buonarroti)15. Plus généralement, se découvre dans l’armature conceptuelle et mentale de la « Conspiration des Égaux » la présence massive de cette sorte de culture populaire, à la fois présente parallèlement dans la littérature pamphlétaire mais traduisant aussi la présence de mentalités d’inspiration égalitaire et communautaire, venues de la longue durée, et qui s’est affichée progressivement au cours des huit années précédant cette « révolution » qui a aboli l’ancien régime et produit la « France révolutionnée » d’après Thermidor.

  • 16 Ce récit a récemment été réédité : Philippe Buonarroti, La conspiration pour l’égalité dite de Babe (...)
  • 17 Dans la réédition de 1828 de La conspiration pour l’égalité dite de Babeuf, cette pièce se trouve a (...)

6Du projet babouviste élaboré en 1795-1796, Buonarroti nous en a fait connaître l’essentiel dans son grand récit La conspiration pour l’égalité dite de Babeuf qu’il avait complété par la publication en annexes de trente pièces justificatives ayant trait à la conspiration16. Paru en 1828 à Bruxelles à la Librairie romantique puis rediffusé à Paris après les journées de juillet 1830, le livre nous en livre le trésor. Mais on doit aussi se rapporter à ce qui en avait été dit par Babeuf lui-même antérieurement dans son journal Le Tribun du peuple, notamment dans son « Manifeste des plébéiens » paru dans le numéro 35 du journal en date du 30 novembre 1795 (9 frimaire an IV). Et sans sous-estimer la valeur de la présentation grandiose mais cursive et très schématique qu’en a donnée Sylvain Maréchal dans le « Manifeste des Égaux », texte reproduit par Buonarroti et retenu comme pièce de procédure à charge au procès de Vendôme, on doit se référer en priorité à la « huitième pièce : Analyse de la doctrine de Babeuf avec l’extrait de la discussion17 » que Buonarroti avait rédigée au moment même de la conspiration : c’est le résumé le plus synthétique mais aussi le plus roboratif et le plus problématique de tous ceux qui ont été conservés. Comment en quelques mots caractériser le contenu programmatique du projet babouviste ? Selon moi on peut le ramener à quatre ensembles de dispositions que je qualifierai pour faire bref de stratégiques et d’orientation :

71 – La nouvelle société sera d’abord l’effet d’une révolution politique qui en donnant le pouvoir au parti du peuple, un « peuple dégarrotté et victorieux » dont les « maîtres ne sont plus (sic) », se fixera simultanément pour fin de « détruire l’inégalité et de rétablir le bonheur commun » en transformant chaque individu en « citoyen » de sa « patrie », contribuant à former la loi applicable à tous et respectée par tous (et toutes ?) dont des juges intègres seront les garants de l’application.

82 – La société à venir, fondée sur le « travail modéré », fera des producteurs des « co-associés » (formule essentielle produite par Babeuf lui-même) répartissant entre eux « l’abondance publique » en sorte qu’en retour, l’obligation de travailler s’imposera à tous, sauf aux enfants et aux vieillards de plus de soixante ans. Chacun(e) recevra de la patrie « de quoi pourvoir aux besoins naturels et au petit nombre de besoins factices que tous peuvent satisfaire » : c’est ici l’« honnête médiocrité » (concept rousseauiste et sans-culotte) promise par le projet de « Décret économique » dont l’article deux énumère les objets (logement, « alimentation », « habillements », le « blanchiment, l’éclairage et le chauffage », etc.) qui seront garantis à tous également.

93 – La propriété nationale, effet de la constitution de la « communauté nationale », s’établit sur la terre cultivable et tous les biens d’usage collectifs ou résultant de la nationalisation des « biens usurpés (sic) » antérieurement. Dans le texte de Buonarroti, à la différence de celui de Sylvain Maréchal, la propriété privée ne paraît pas devoir être abolie, du moins dès le lendemain de l’insurrection victorieuse, mais limitée en usage et étendue. Des « magistrats intègres » et ad hoc seront chargés d’assurer et d’organiser l’usage, la répartition et le transport des biens de production et de consommation. La République ne fabriquera plus de monnaie, sauf en vue de permettre les échanges extérieurs. La communauté des travaux s’imposera comme la contrepartie souhaitable et à terme inévitable de la communauté des biens.

104 – Tout un ensemble de dispositions de type sociétal, ou culturel, ou éducatif, comme nous dirions aujourd’hui, viendra compléter ce radical bouleversement de l’ordre social en instituant un encadrement de la population conçu de manière à assurer tout à la fois, la pérennité de l’entreprise révolutionnaire projetée, la formation des jeunes et le comportement moral nécessaire à la pérennité d’une communauté humaine.

  • 18 Alain Maillard, La communauté des Égaux, le communisme néo-babouviste dans la France des années 184 (...)
  • 19 Voir J.-M. Schiappa, Buonarroti l’inoxydable […].
  • 20 Jules Prudhommeaux, Icarie et son fondateur Étienne Cabet : contribution à l'étude du socialisme ex (...)
  • 21 J. Grandjonc, Communisme […].

11Au simple énoncé succinct du projet programmatique babouviste inséparable de la Conspiration des Égaux, on comprend aisément que, remis dans l’espace idéologique de 1830, son rappel ait connu, trente-quatre années plus tard, une subite notoriété de nature à interpeler tous les penseurs sociaux du moment qui devenaient légion18. En outre, au lendemain des « trois glorieuses » qui n’avaient abouti en France qu’à donner le pouvoir à la branche cadette des Bourbons au grand dam de presque tous les Républicains, dans ce même temps où toute l’Europe paraissait entraînée dans une crise dont on saisissait mal les tenants économiques et les aboutissants politiques et sociaux, le revival du mouvement de 1796 paraissait montrer une voie possible de contestation insurrectionnelle du cours des choses : jusqu’en 1841, la recherche obsessive de la prise du pouvoir au terme de l’insurrection victorieuse ou du coup de main réussi ne paraissait pas mythologique. Cautionné dans son authenticité par un vénérable vieillard qui avait incarné à lui seul la figure exemplaire du combattant inusable19, le souvenir du babouvisme se transforma ainsi en « néo-babouvisme » ainsi que le socialiste Jules Prudhommeaux en qualifia la survivance en 1907 dans son ouvrage Icarie et son fondateur Étienne Cabet20. De fait, qu’on en ait contesté la pertinence, pratique ou non, la radicalité proclamatoire ou les approximations évidentes, les insuffisances analytiques ou la violence des mesures proposées, le « néo-babouvisme » occupa un immense terrain idéologique à la frontière du « socialisme » dans toute sa variété, et du « communisme » émergent qui en a paru la résurgence effective avant 1850 comme l’a rappelé Jacques Grandjonc : ce même « communisme » dont Marx et Engels à Paris, dans les années 1840, découvrirent la rudesse primitive, mais aussi la fécondité politique du fait de son enracinement dans certaines franges du mouvement ouvrier naissant21. En vérité, l’aura du néo-babouvisme perdura, comme « spectre » (pour recourir à la formule célèbre de Jacques Derrida), schéma ou « trace », bien au-delà de 1848. Par dessus la Commune de Paris qui redonna vigueur à quelques-uns de ses topoï, le néo-babouvisme a survécu jusqu’à la création et à l’omniprésence des grands partis socialistes de la Seconde internationale. Ce temps fut d’ailleurs simultanément celui de la redécouverte et de la publication des œuvres de Babeuf par quelques érudits motivés comme Advielle (1884), tout comme celui des premiers travaux d’historiens replaçant l’épisode des Égaux dans le mouvement en cours de reconstitution de l’histoire des luttes sociales, de l’invention de la sociologie comme discipline académique, et de la constitution des grandes idéologies politiques consacrées à la recherche des voies et moyens de l’affranchissement des travailleurs.

  • 22 Sur le parcours de Babeuf avant et pendant la Révolution, se référer au premier chef à V. Daline, B (...)

12Si la connaissance de la résurrection du « babouvisme » au XIXe siècle est de grande importance, n’imaginons pas que nous en aurons fini avec l’effort de découverte de la genèse de la pensée de Babeuf elle-même ! En effet, François-Noël Babeuf, né en 1760, avant de devenir « Gracchus » deux ans avant sa mort, fut d’abord un jeune feudiste plein de fougue, de savoirs et d’idées, puis un acteur, certes modeste, mais très présent dans la geste révolutionnaire de 1789 à l’été de 1793, enfin et surtout après le 9 thermidor22. Ce protagoniste de la France d’en bas qui s’affranchit, a conservé par devers lui une masse considérable de papiers manuscrits ou imprimés, pour un grand nombre d’entre eux saisis à son domicile après son arrestation, dont la prise en considération nous invite à reconnaître que toute la pensée du futur « Tribun du peuple » ne se réduit pas à la doxa insurrectionnelle des années 1795-1796. D’où lui vient, et quand manifeste-t-il, son engagement du côté de l’utopie sociale à laquelle, doctement, il se réfère à Vendôme ? Est-il demeuré fidèle à ses premières impulsions réformatrices ? Comment a-t-il traversé la révolution politique des années 1789-1795 ? Comment peut-on reconstituer l’évolution de sa pensée économique et de sa conception du travail productif, tout ce que Marx et Engels dans le Manifeste du parti communiste de 1848 par exemple, tenaient pour « une littérature » ayant simplement « formulé les revendications du prolétariat (« die Forderungen des Proletariats aussprach. Schriften Babeufs usw. ») ce qui nous paraît aujourd’hui assez réducteur ?

  • 23 Sur ce sujet, se référer à S. Roza, Comment l’utopie […], p. 221-274.
  • 24 V. Advielle, Histoire de Gracchus Babeuf […], p. 192.
  • 25 V. Daline, Babeuf […].
  • 26 Ph. Riviale (éd.), Œuvres de Gracchus Babeuf, vol. 1, Paris, L’Harmattan, 2016, p. 227-240.
  • 27 V. Daline, Babeuf […].
  • 28 Sur le mouvement sans-culotte, se référer à Albert Soboul, Les sans-culottes parisiens en l’an II : (...)
  • 29 Lettre reproduite dans C. Mazauric (éd.), Babeuf. Écrits […], p. 258.

13Avant 1789, François-Noël Babeuf a adhéré au modèle utopique de refonte radicale de la société de son temps23 : sa correspondance avec le Secrétaire perpétuel de l’Académie d’Arras, Dubois de Fosseux, brouillons de ses réponses gardés par devers lui compris, et ses diverses publications imprimées, l’attestent sans équivoque. Un seul exemple en apporte la preuve. En date du 26 octobre 1786, Babeuf avait reçu communication par l’intermédiaire de Dubois, du Prospectus imprimé d’un ouvrage dont l’auteur, un avocat du nom de Collignon, annonçait la parution prochaine – l’ouvrage a-t-il jamais paru ? Nous l’ignorons toujours – mais le titre de l’ouvrage projeté avec son résumé était sans ambiguïté : L’Avant-coureur du changement du monde entier par l’aisance, la bonne éducation, et la prospérité générale de tous les hommes, ou prospectus d’un mémoire patriotique sur les causes de la grande misère qui existe partout et les moyens de l’extirper radicalement. Dans une longue réponse à Dubois de Fosseux datée du 8 juillet 1787, délai qui prouve qu’il en avait longuement médité le contenu, Babeuf déclare : « Mais que j’aime le réformateur général ! C’est bien dommage qu’il laisse les moyens en blanc24. » Puis suivent toute une série de commentaires approbateurs qui attestent de la volonté du jeune feudiste de Roye (Picardie) de s’engager dans la recherche de cette nouvelle terre promise : « Eh, vivat pour moi ; je suis décidé à être un des premiers émigrants qui iront peupler la nouvelle république. » En réalité dans cette lettre comme dans diverses autres et dans plusieurs textes imprimés comme son grand ouvrage réformiste paru dans l’été de 1789, Le Cadastre perpétuel avec son « Discours préliminaire » qui en précise la fonction et les possibles usages, François-Noël butte sur la question de l’utilité ou de la nécessité de la propriété privative, dont il ne sait encore s’il convient d’en réformer le statut et le contrôle, d’en partager la possession à travers la mise en œuvre d’une « loi agraire » ou d’en supprimer radicalement la légitimité au regard de l’intérêt public. Cette incertitude doctrinale, ou cette hésitation qu’on peut aussi qualifier de prudente ou de « tactique25 », se découvre aussi à la lecture de l’abondant et touffus manuscrit datant de 1790-1791, conservé dans les archives publiques Moscou, naguère révélé par Victor Daline et connu depuis lors sous son titre manuscrit de « Lueurs philosophiques », lourd corpus dont Philippe Riviale a publié en 2016 une version retranscrite par lui-même dans le volume premier des Œuvres de Babeuf26. En réalité dans cette phase de réorganisation générale et de réforme des institutions qui marque la fin de l’Ancien Régime et les premières années de la Révolution en France, Babeuf paraît plus préoccupé de réorganiser les formes sociales du travail (d’où son idée annoncée dès 1786, dans un brouillon de lettre, de constitution de « fermes collectives »), de reformuler les droits de la propriété et d’en réformer le statut, notamment fiscal, d’organiser la contribution des propriétaires, d’affranchir les forces de production et d’échange, de libérer les aptitudes du marché à satisfaire les besoins humains, que de mener un combat philosophique contre la notion de propriété privée. Mais les questions qu’il pose à ce propos le conduisent très vite, d’une part à devenir la cible de ceux qui le tiennent pour un être profondément subversif, comme le qualifiaient les notables de sa province qui arriveront à le chasser de sa position d’élu départemental dans la Somme27, d’autre part, à faire de lui un ami des sans-culottes parisiens dont il a fini en 1793 par épouser les exigences réglementaristes, la passion égalitaire, la haine de la grande propriété et la mobilisation politique28. Mais tout au cours de ces années refondatrices de son univers idéologique, Babeuf n’a cessé d’élargir le champ de ses investigations politiques et théoriques, notamment dans les domaine économique, juridique et philosophique, comme le prouvent divers textes comme ses lettres à l’abbé constitutionnel Coupé de l’Oise, dont il avait soutenu la candidature à l’élection à la Convention nationale en septembre 1792, ou au procureur de la Commune de Paris, Anaxagoras Chaumette, auquel il adressa une lettre comminatoire, le 7 mai 179329.

  • 30 À ce sujet, voir notamment Corinne Gomez-Le Chevanton, « Le procès Carrier. Enjeux politiques, péda (...)
  • 31 Gracchus Babeuf, Du système de dépopulation ou La vie et les crimes de Carrier ; son procès et celu (...)
  • 32 Ibid., p. 31.
  • 33 Reynald Secher, Le génocide franco-français : la Vendée-Vengé, Paris, PUF, 1986.

14C’est cependant après la chute du pouvoir jacobin-robespierriste, pendant la période dite « thermidorienne », quand une République exclusivement bourgeoise se met en place politiquement et institutionnellement, que Babeuf rassemble dans un seul ensemble doctrinal qu’il veut opératoire et unifié, les innombrables positions peu à peu apparues sous sa plume au cours de son parcours politique public depuis la « pré-Révolution ». Retenons quelques moments de ce parcours. Comme l’ont établi les plus récents travaux sur la période thermidorienne, le procès intenté au conventionnel Carrier marque le moment politique où s’est inscrit en profondeur le procès du Gouvernement révolutionnaire de l’an II, de la Première République et de sa politique30. Babeuf s’est inscrit dans ce processus. À l’automne de l’an III (octobre/novembre 1794), le Tribun fit paraître chez l’imprimeur Franklin à Paris une grosse brochure de 194 pages, portant le titre suivant : Du système de dépopulation ou la vie et les crimes de Carrier. Prenant la mesure vraie et détaillée des épouvantables massacres de masse liés à la guerre civile qui ont marqué les rapports de forces entre révolution et contre-révolution en Vendée et dans l’Ouest depuis le printemps de 1793, Babeuf entreprend d’en saisir la raison générale en en proposant une explication systémique. Résumons son propos : « Maximilien et son conseil avaient calculé qu’une vraie régénération de la France ne pouvait s’opérer qu’au moyen d’une distribution nouvelle du territoire et des hommes qui l’occupent […]. Il fallait, dans le plan de ces grands législateurs, ne point permettre que jamais la population excédât la proportion du total productif annuaire du territoire, de manière à ce que la portion domaniale et alimentaire de chacun des citoyens, pût toujours être complète31 »… Et de conclure qu’« avec le système de dépopulation et de nouvelle disposition répartitive des richesses entre ceux qui doivent rester, on explique tout, guerre de Vendée, guerre extérieure, proscriptions, guillotinades, foudroyades, noyades, confiscations, maximum, réquisitions, préhensions, largesses à certaines portions d’individus, etc.32 ». Moins de six ans avant Malthus en Angleterre, Babeuf a posé la question qui parut peu après cardinale, à savoir l’obligation supposée pour tout pouvoir de gérer le rapport entre stagnation prévisible des ressources alimentaires et croissance supérieure du nombre des bouches à nourrir comme l’une des tâches de tout gouvernement conservateur. Ce que Babeuf ne pouvait évidemment pas prévoir, c’était que sa vision intellectuellement spéculative du rapport entre démographie et économie servirait 193 ans plus tard à alimenter la fantasmagorie historiographique du « génocide franco-français » de Sécher, Brégeon et Chaunu33 !

  • 34 J.-M. Schiappa, Les babouvistes, Saint-Quentin, Les Amis de Gracchus Babeuf, 2003.
  • 35 Lettre à Charles Germain (10 thermidor an III – 28 juillet 1795) reproduite dans C. Mazauric (éd.), (...)
  • 36 Ibid.
  • 37 Ibid.

15Quelques mois plus tard, quand se mettent en place les prémisses de ce qui deviendra la « Conspiration des Égaux », Babeuf se trouve en prison à Arras où l’ont transféré les « Thermidoriens ». Consolidés dans leur nouveau pouvoir par l’application de la Constitution de 1795 (an III), ceux-ci, Carnot en particulier, se montrent particulièrement furieux de subir les attaques publiques répétées du Tribun du peuple dont l’autorité a grandi parmi les masses ouvrières de Paris et dans les milieux survivants de jacobinisme et de la sans-culotterie. C’est alors que s’établit, au sein même de la centrale où ils sont détenus, un étrange réseau de « patriotes » et d’anciens révolutionnaires qui entrent en correspondance assidue et écrite, grâce au soutien de leurs amis du dehors artésiens et nordistes et à la complicité d’une part de leurs geôliers34. Ainsi nous est-il donné de lire dans le brouillon manuscrit des lettres de Babeuf transmises à Charles Germain, ancien soldat dont il imagina peu après pouvoir en faire un « général » au service de la conjuration dont il met en place les linéaments de concert avec Buonarroti et Darthé, tout un énoncé de positions pratiques relevant de ce qu’on pourrait appeler une économie politique avant la lettre. Dans une longue missive clandestine en date du 28 juillet 1795 (10 thermidor an III), Babeuf traite ainsi de manière descriptive et critique de l’organisation du « marché », du commerce des « produits manufacturés (sic) », du rôle des « agents du commerce (sic) », du salaire ouvrier, de la concurrence, de la productivité du travail qui sous l’effet de mutation des techniques, qu’il salue comme propre à alléger le travail manuel, risque de compromettre dans l’immédiat la survie du système artisanal en poussant à la baisse de la rémunération du travail à la tâche, etc.35. Toutes questions déjà perçues et abordées par les économistes depuis Turgot et ses continuateurs, en cette phase transitoire de l’accumulation capitaliste qui n’est plus seulement celle de la constitution du capital marchand mais déjà celui de la gestion de la manufacture alors qu’on commençait, en anticipant sur l’avenir proche, à mesurer les effets transformateurs sur le travail, des innovations techniques liées à la mise en place des machines-outils. Optimiste et prospecteur d’avenir, Babeuf ne craint pas le progrès technique mais oppose à la rapacité accumulatrice des nantis et des dominants la perspective d’une société régénérée propre à protéger les salariés : « Plus de maîtres, plus d’anthropophages, plus de tyrans, plus d’ambitieux, plus d’exploitants, plus d’exploités […]. Plus de m r, tisseur, et il en sera de même de toutes les espèces de travailleurs […]. L’association [concept neuf et mot clef, NA] déterminera pour chaque spécialité le nombre de citoyens qui devront y être employés et des jeunes gens qui s’y destineront36. » Quant à l’agriculture, elle ne sera pas « négligée (sic) » et les « gens qui ont des notions un peu plus positives savent que par l’effet de l’emploi des machines agricoles (sic) et de la bonne distribution des travaux ainsi que cela se pratique dans les pays de grande culture où la propriété s’est agglomérée dans peu de mains, il y aurait dix fois plus de mains qu’il n’en faut pour mettre les terres en valeur37 ». Babeuf est le celui qui, pour la première fois, a pensé que la politique économique de la demande devait par principe commander à la politique de l’offre qui relève des riches et des maîtres.

  • 38 Maurice Dommanget (éd.), Pages choisies de Babeuf, Paris, Armand Colin, 1935, p. 219.

16Enfin, tout à son rêve prémonitoire, Babeuf songe, non seulement à une refondation généralisée de la société sur tout le territoire de la République, laquelle rencontrera inévitablement du fait de l’emprise des préjugés de furieuses oppositions, mais il va jusqu’à imaginer que pourrait être expérimentée sur une partie géographique de celui-ci, une mise en application réduite du vaste « plan » d’ensemble dont il a conçu le programme pour le pays tout entier. Ce qu’il n’hésite pas à appeler « notre Vendée ». Cette « Vendée plébéienne (sic) », à la différence de l’autre, où des accords militaro-politiques venaient de remettre en selle le pouvoir des hobereaux et des curés sur un pays exsangue, sera exemplaire, séduisante, progressiste. On devra l’installer si possible « dans un centre de population où les dispositions des esprits nous soient généralement favorables (sic) » et de nature à entraîner l’adhésion de « proche en proche », « par degré », d’« ardents et généreux prosélytes », capables de convaincre « les populations limitrophes (sic) » à la rejoindre38. Intermédiaire entre les projections rêvées des utopies d’autrefois et les constructions exemplaires du dix-neuvième siècle, comment ne pas penser que la « Vendée plébéienne » de Babeuf a contribué à façonner l’imaginaire des fouriéristes, des Icariens, et autres promoteurs multiples des entreprises communautaires des lendemains à venir ?

17La pensée foisonnante et évolutive de Gracchus Babeuf excède de beaucoup ce qui en a été retenu par lui-même et ses compagnons (notamment le grand Buonarroti) puis dans l’histoire postérieure sous la qualification de « babouvisme », lequel n’en a été que la concrétion terminale. En réalité, François-Noël Babeuf fut une sorte d’imprévisible touche-à-tout de génie que le cours des choses a conduit du côté de l’idée et du projet politique d’une réformation générale des sociétés et des États. Cela demeurera la trace la plus profonde de ce qui nous est resté de lui. Quand la Révolution française, la « Grande Révolution française » comme écrivait toujours Victor Daline, l’a embarqué dans son sillage, l’un de ses effets premiers fut de donner à Babeuf, dès les premiers jours de juillet 1789, l’idée de rechercher les moyens politiques d’une transformation du monde que ses inspirateurs initiaux avaient « laissés en blanc ». En ce sens le réformateur initial est devenu le révolutionnaire que l’on sait. Babeuf est donc homme de son temps.

  • 39 J. I. Israel, Les Lumières radicales […].
  • 40 S. Roza, Comment l’utopie est devenue un programme politique ? […].

18Babeuf était-il un « utopiste » ? Non. Mais il incarne l’une des premières figures d’un type de révolutionnaire dont les deux siècles suivants ont prolongé et élargi le modèle : d’abord il fut le premier des critiques radicaux des systèmes d’inégalité sociale qui ont puisé dans la culture de leur temps, dans l’énoncé des connaissances partagées et sans le détour de la religion39, de quoi manifester et réaliser le désir manifeste et la volonté d’agir pour briser les dogmes idéologiques antérieurs. Comme Rousseau, comme Mably, Morelly et quelques autres, ainsi que l’a montré Stéphanie Roza, mais en y ajoutant l’engagement de soi dans ce qui est devenu un combat collectif, une militance40. Ensuite, il fut un anticipateur en ce sens qu’il n’a jamais voulu séparer le nouveau, même peu perceptible encore du mouvement des choses, de l’héritage ancien qui, d’une certaine façon, pèse toujours sur la conscience, s’étale dans les préjugés et consolide les pratiques sociales, tout en ne cessant de se refonder dans l’espérance multiséculaire du mieux être : cela est la marque de Gracchus Babeuf.

Haut de page

Notes

1 Sur la Conjuration des Égaux, ses préparatifs, son éventement et les poursuites contre ses acteurs, se référer, entre autres, à Victor Daline, Babeuf avant et pendant la Révolution française, Moscou (tr. française), 2e éd., 1987 ; Jean-Marc Schiappa, Gracchus Babeuf avec les Égaux, Paris, Les Éd. Ouvrières, 1991 ; Claude Mazauric, Babeuf et la conspiration pour l’égalité, Paris, Éd. Sociales, 1962 ; Katarina et Mathias Middell, Babeuf Märtyrer der Gleichheit, Berlin, Verlag, 1988.

2 Victor Advielle, Histoire de Gracchus Babeuf et du babouvisme, d’après de nombreux documents inédits, vol. 2, Paris, CTHS, 1990 (rééd.), p. 106.

3 Ibidem.

4 Ibid., p. 321.

5 Les sources documentaires auxquelles nous nous sommes référés pour cet article sont indiquées et analysées aux pages 111-115 de notre recueil Babeuf. Écrits, Paris, Le Temps des Cerises, 2009 (quatrième édition revue, corrigée et augmentée, de l’ouvrage paru en premier lieu en 1965 dans la collection « Classiques du Peuple) auquel il convient d’ajouter le volume premier des Œuvres de Gracchus Babeuf, Textes établis, présentés et annotés par Philippe Riviale (Paris, L’Harmattan, 2016, coll. « À la recherche des sciences sociales »).

6 Voir Nicolas Wagner, Morelly, le méconnu des Lumières, Paris, Klincksieck, 1978 et, plus récemment, Stéphanie Roza, Code de la nature, édition critique, Paris, La Ville brûle, 2011. De la même auteure, Comment l’utopie est devenue un programme politique ? Du roman à la Révolution, Paris, Garnier, Les Classiques, 2015, p. 63-109.

7 V. Advielle, op. cit., p. 46.

8 Ibid., p. 50.

9 Ibid., p. 58.

10 Voir S. Roza, Comment l’utopie est devenue un programme politique ? […], p. 11-150. Voir également Jonathan I. Israel, Les Lumières radicales. La philosophie, Spinoza et la naissance de la modernité (1650-1750), Paris, Éd. Amsterdam, 2005.

11 V. Advielle, op. cit., p. 15.

12 Sur ce sujet, voir Marc Déleplace, L’anarchie de Mably à Tournon (1750-1850). Histoire d’une appropriation polémique, Lyon, ENS, 2000. Voir également Jacques Grandjonc, Communisme/Kommunismus/Communism. Origine et développement international de la terminologie prémarxiste des utopistes aux néobabouvistes, Trier, Karl Marx Haus, 1989, 2 vol.

13 Sur Antonelle, se référer à Pierre Serna, Antonelle. Aristocrate et révolutionnaire (1747-1817), Paris, Éd. du Félin, 1997.

14 S. Roza, Comment l’utopie est devenue un programme politique ? [...], p. 329-355.

15 J.-M. Schiappa, Buonarroti, l’inoxydable (1761-1837), Paris, Éd. Libertaires, 2008. Du même auteur, se référer à Gracchus Babeuf avec les Égaux, Paris, Les Éd. Ouvrières, 1991. Voir également François Wartelle et Michel Iafelice, « Du nouveau sur le mouvement babouviste », Cahiers d’histoire de l’IRM, vol. 17, 1984, p. 87-115.

16 Ce récit a récemment été réédité : Philippe Buonarroti, La conspiration pour l’égalité dite de Babeuf, Paris, La Fabrique Éd., 2015. On se référera pour ce qui suit à l’édition originale de 1828 (Bruxelles, La Librairie romantique).

17 Dans la réédition de 1828 de La conspiration pour l’égalité dite de Babeuf, cette pièce se trouve aux pages 137-150.

18 Alain Maillard, La communauté des Égaux, le communisme néo-babouviste dans la France des années 1840, Paris, Éd. Kimé, 1999.

19 Voir J.-M. Schiappa, Buonarroti l’inoxydable […].

20 Jules Prudhommeaux, Icarie et son fondateur Étienne Cabet : contribution à l'étude du socialisme expérimental, Paris, E. Cornély, 1907, p. 344-345.

21 J. Grandjonc, Communisme […].

22 Sur le parcours de Babeuf avant et pendant la Révolution, se référer au premier chef à V. Daline, Babeuf […].

23 Sur ce sujet, se référer à S. Roza, Comment l’utopie […], p. 221-274.

24 V. Advielle, Histoire de Gracchus Babeuf […], p. 192.

25 V. Daline, Babeuf […].

26 Ph. Riviale (éd.), Œuvres de Gracchus Babeuf, vol. 1, Paris, L’Harmattan, 2016, p. 227-240.

27 V. Daline, Babeuf […].

28 Sur le mouvement sans-culotte, se référer à Albert Soboul, Les sans-culottes parisiens en l’an II : mouvement populaire et gouvernement révolutionnaire (2 juin 1793 – 9 thermidor an II), Paris, Librairie Clavreuil, 1958.

29 Lettre reproduite dans C. Mazauric (éd.), Babeuf. Écrits […], p. 258.

30 À ce sujet, voir notamment Corinne Gomez-Le Chevanton, « Le procès Carrier. Enjeux politiques, pédagogie collective et construction mémorielle », A.H.R.F., vol. 343, 2006, p. 73-92.

31 Gracchus Babeuf, Du système de dépopulation ou La vie et les crimes de Carrier ; son procès et celui du Comité révolutionnaire de Nantes, Paris, Imprimerie Franklin, an III, p. 25.

32 Ibid., p. 31.

33 Reynald Secher, Le génocide franco-français : la Vendée-Vengé, Paris, PUF, 1986.

34 J.-M. Schiappa, Les babouvistes, Saint-Quentin, Les Amis de Gracchus Babeuf, 2003.

35 Lettre à Charles Germain (10 thermidor an III – 28 juillet 1795) reproduite dans C. Mazauric (éd.), Babeuf. Écrits [].

36 Ibid.

37 Ibid.

38 Maurice Dommanget (éd.), Pages choisies de Babeuf, Paris, Armand Colin, 1935, p. 219.

39 J. I. Israel, Les Lumières radicales […].

40 S. Roza, Comment l’utopie est devenue un programme politique ? […].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Mazauric, « Babeuf et le babouvisme », Siècles [En ligne], 49 | 2020, mis en ligne le 27 août 2020, consulté le 19 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/siecles/7187

Haut de page

Auteur

Claude Mazauric

Professeur honoraire, Université de Rouen-Normandie

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Clermont Auvergne
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search