Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49Le projet de « colonie agricole, ...

Le projet de « colonie agricole, industrielle et commerciale » : un engagement utopique et révolutionnaire du colonel Fabvier en Grèce ?

The “Agricultural, Industrial, and Commercial Colony” Plan: Colonel Fabvier’s Utopic and Revolutionary Activism in Greece?
Walter Bruyère-Ostells

Résumés

Ce projet de plusieurs pages conservé dans les archives personnelles de Fabvier (AD Meurthe-et-Moselle) constitue le but initial de son retour en Grèce en 1825, mais ne connaît pas de mise en œuvre. En revanche, il s’inscrit dans le projet révolutionnaire européen, devenu philhellène, auquel prend part Fabvier. À partir du texte du projet et du début de recrutement, il s’agit d’analyser la dialectique qui se dégage de ce texte entre le mouvement national grec, les circulations combattantes en Europe et la matrice de la Révolution française. La colonie est à la fois envisagée comme un espace de transfert de compétences des philhellènes vers les Grecs, au service de la construction du jeune État, mais aussi comme un lieu dédié à la retraite de vétérans des armées révolutionnaires et impériales pourchassés sur le reste du continent. Elle s’inscrit dans la réflexion personnelle de Fabvier sur les liens entre crises socioéconomiques, mouvement révolutionnaire et politique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Fonds Fabvier, 16 J 1 à 12.
  • 2 Nicolas Bourguinat, « La ville, la haute police et la peur : Lyon entre le complot des subsistances (...)
  • 3 On peut notamment retenir les travaux d’Hervé Mazurel, Vertiges de la guerre : Byron, les philhellè (...)
  • 4 A.D. Meurthe-et-Moselle, 16 J 9.

1Les vétérans napoléoniens ont circulé dans l’espace atlantique et dans l’espace méditerranéen après 1815. Pour une large partie d’entre eux, il s’agissait de servir par les armes ; pour tous ou quasiment, il s’agissait aussi de participer d’une nouvelle vie, de s’inscrire dans un projet politique et social nouveau. En cela, leur démarche comprend une dimension utopique. La plupart de ces militaires n’ont pas un bagage intellectuel suffisamment solide pour qu’on puisse contextualiser leur pensée sur le plan des idées philosophiques. Même si ce constat pourrait être élargi à de nombreux officiers, il convient de noter que le colonel Fabvier y échappe. L’homme est d’une autre envergure. On peut le mesurer grâce à la conservation de ses papiers personnels aux archives départementales de la Meurthe-et-Moselle. 12 cartons permettent d’approcher la vie de Fabvier dont 4 sont consacrés à la Grèce ; ils contiennent sa correspondance, ses écrits publics, des documents administratifs sur les fonctions qu’il a occupées, etc.1. Né en 1782 à Pont-à-Mousson dans une famille aristocratique – nous y reviendrons –, il a servi dans différentes missions diplomatiques en Orient (en Perse notamment sous l’Empire). Il se distingue pendant la campagne de France, notamment dans la défense de Paris sous les ordres de Marmont. Sous les Cent-Jours, il rejoint un corps franc pour la défense de la frontière pendant la campagne de Belgique. Il s’oppose à la Terreur blanche. En 1817, il devient une figure de premier plan de l’opposition libérale en publiant Lyon en 1817. Dans cette brochure, il examine la « réaction royaliste » dans la capitale des Gaules2. Aide de camp du maréchal Marmont dépêché sur place, il doit faire la lumière sur un soi-disant « complot bonapartiste » déjoué par le gouverneur militaire, le général Canuel, qui en profite pour mettre en œuvre une puissante répression dans la ville. Comme Fabvier met en lumière le rôle d’agents du pouvoir qui excitent et poussent à l’insurrection pour mieux la mater, il est condamné en diffamation et mis en retraite. Il fait alors le choix de la voie armée contre la Restauration. Il participe notamment au complot du Bazar français avant de rejoindre l’Espagne en 1823. L’insurrection grecque a éclaté deux ans plus tôt pour se libérer de la tutelle ottomane. Si la diaspora – avec l’Hétairie dirigée par Alexandre Ypsilenti – est motrice dans le déclenchement de la guerre d’indépendance en mars 1821, les Grecs sont rapidement soutenus par des philhellènes européens à Corfou et dans le Péloponnèse. Des combattants, notamment des étudiants allemands, viennent grossir leurs rangs dès la première année mais le philhellénisme se structure surtout à partir de 1823 lorsque des élites d’horizons divers (le banquier suisse Eynard, le poète anglais Byron, Chateaubriand en France, etc.) rejoignent les grands comités, comme celui de Londres3. C’est dans ce contexte que Fabvier rejoint la Grèce dans l’hiver 1823-1824. Là, il va devenir le principal artisan de la constitution d’un corps régulier, et ainsi l’une des grandes figures du philhellénisme et de l’indépendance grecque. Il exerce ce rôle majeur à partir de 1825. En réalité, son arrivée est initialement guidée par un projet de colonie agricole, industrielle et commerciale, dont le texte est conservé dans ses archives4.

2À travers Fabvier et ce projet, on mesure combien l’opposition à la Restauration est un creuset au sein des différents courants de l’opposition, dans lequel sont explorées des voies de transformations politiques et sociales, certaines pouvant relever de l’utopie. Fabvier est ainsi un dirigeant actif au sein de la charbonnerie comme Étienne Cabet. Les cercles de sociabilité d’opposition comprennent des saint-simoniens qui fréquentent Charles Fourier. À travers la présentation de ce document, il s’agira de voir dans quelle mesure le projet de colonie de Fabvier s’inscrit dans la circulation de modèles utopistes et comment il s’en distingue. Pour le dire autrement, ce document permet de voir comment Fabvier s’inspire des idées en circulations et comment ce texte montre la sensibilité politique propre qu’il incarne au sein des oppositions. La présentation du document lui-même permet de l’inscrire dans ces idées utopiques en circulation dans les cercles d’opposition en Europe, en Amérique du Nord et en Méditerranée. Fabvier inscrit son projet dans l’idée qu’il se fait de l’héritage moral et politique de la Révolution française, notamment à la lueur de son expérience de 1817, et dans ses prolongements sous les Restaurations. Pour autant, se dégage surtout de ce texte un projet modernisateur dans le cadre de la construction nationale grecque.

Le « paradigme indiciaire » : Fabvier et les projets utopiques à l’aune d’une proposition

  • 5 Il sera ici intitulé « projet de colonie agricole, industrielle et commerciale » par seule référenc (...)
  • 6 A.D. Meurthe et Moselle, 16 J 9, lettre de Fabvier au général Maison du 13 mai 1829.

3Le projet de Charles Fabvier est un texte non titré et non daté de six pages5. Après son premier séjour entre la fin de l’année 1823 et le printemps 1824, le colonel français étudie la société grecque, sa population, ses activités économiques mais aussi ses capacités militaires : « Je passai plus d’un an à apprendre la langue, à étudier avec soin l’esprit de ce peuple et la marche de son insurrection […]6 ». Sa bonne connaissance de la situation est renforcée par la tournée des comités philhellènes qu’il effectue dans cette même période de l’année 1824, principalement en France, en Belgique et en Angleterre. Finalement, quand il revient en Grèce en 1825, il prend la tête du corps régulier.

  • 7 Sont désignés par les contemporains sous le terme de transfuges les Français qui ont rejoint le cam (...)

4C’est probablement au cours de cette période comprise entre la fin de l’année 1823 et le printemps 1825 qu’il rédige son projet. En effet, les défaites des transfuges face à l’intervention de l’armée conduite par le duc d’Angoulême et leur nécessaire fuite d’Espagne expliquent son intérêt pour une installation en Grèce7. Par ailleurs, la volonté de participer à la fondation d’une colonie indique qu’il n’a pas encore de proposition pour assurer le commandement des forces régulières mises en place par et pour le gouvernement grec. Il n’y a aucune trace dans les papiers de Fabvier – ni, à priori, dans aucun autre dépôt français d’archives publiques – qui permette d’avoir la certitude que ce texte ait bien été adressé au gouvernement grec, et encore moins qu’une réponse y ait été apportée. On ne peut pas non plus établir de réalisation concrète de ce projet (à quelques nuances près, sur lesquelles il conviendra de revenir). Le reste de la correspondance conservée dans la même liasse ne semble pas avoir de rapport direct avec le document puisqu’y sont réunies des lettres du colonel Fabvier au gouvernement grec et à d’autres autorités hellènes entre 1824 et 1827.

Un document dans l’esprit des idées utopiques

  • 8 Entre 1 000 et 1 500 hectares.
  • 9 A.D. Meurthe-et-Moselle, 16 J 9, « Projet de colonie agricole, industrielle et commerciale » rédigé (...)
  • 10 Éric Saugera, Reborn in America. French Exiles and Refugees in the United States and the Vine and O (...)

5Ce texte ressemble à bien des égards à un brouillon de contrat. Raturé ici ou là, il est composé de seize articles qui définissent les relations entre Charles Fabvier, ou les colons, et le gouvernement grec. La dimension contractuelle occupe une place importante puisque Fabvier envisage les modalités nécessaires à sa colonie en fonction de différentes hypothèses de relations avec le gouvernement, dont il ne sait quelles formes seront finalement retenues (prix d’achat, imposition, etc.). Ces articles sont précédés d’une introduction d’à peine une page. Après les articles, un court développement évoque les intentions générales et les prolongements potentiels du projet, en accord avec la mise en place d’une nation grecque indépendante. L’introduction précise ainsi qu’« étant venu d’Europe dans l’intention de proposer au gouvernement grec l’établissement d’une colonie », Fabvier sollicite « une concession de 3 à 4 000 arpents8 de terres cultivables » qu’il s’engage à mettre en valeur et à payer par dixièmes à partir du 1er janvier 18269. Son projet se rapproche donc fortement (et sans doute s’en inspire) de la colonie de la Vigne et de l’Olivier aux États-Unis. Menée par des vétérans napoléoniens dont le général Lallemand, avec lequel Fabvier a notamment été en contact en Espagne, une colonie agricole est fondée dans la vallée de la Tombigbee en Alabama en 1817 à partir de l’octroi de terres dans des conditions avantageuses grâce à une loi adoptée par le Congrès la même année10.

  • 11 A.D. Meurthe-et-Moselle, 16 J 9, « Projet de colonie agricole, industrielle et commerciale » rédigé (...)
  • 12 Dimitri Skopelitis et Dimitri Zufferey, Construire la Grèce (1770-1843), Lausanne, Antipodes, 2011.
  • 13 A.D. Meurthe-et-Moselle, 16 J 9, « Projet de colonie agricole, industrielle et commerciale » rédigé (...)

6En définissant les relations contractuelles avec l’État grec, Fabvier montre combien il est soucieux de construire un fonctionnement propre à la colonie. En creux, il s’agit bien d’un projet politique en soi, indépendant finalement de la lutte politique du peuple grec à laquelle il adhère par ailleurs. En effet, il cherche à se prémunir d’éventuelles politiques trop intrusives de la part du gouvernement grec. Conscient de la nécessité pour le gouvernement grec de trouver des financements de la guerre contre les Ottomans, Fabvier refuse par exemple que « la colonie [soit] sous aucun prétexte frappée de réquisitions extraordinaires » avant d’envisager tout de même le cas de figure : « Si on était contraint par la violence, les réquisitions seraient prises en déduction de l’imposition11 ». Le colonel français connaît également les vicissitudes de la vie politique depuis 1821, notamment les profondes divisions entre représentants du Péloponnèse et des îles, ou entre politiques et militaires12. Il pose comme principe que le sort de la colonie soit clairement distinct des aléas de la guerre et du jeu politique associé. Ainsi, même si la colonie est autorisée par le seul gouvernement grec, son avenir n’est pas lié au parti qui porte alors les intérêts grecs. Fabvier envisage bien des rapports avec l’État grec : « Dans le cas de ravages à main armée, la colonie serait exempte de contributions pendant un an et pendant deux si les bâtiments étaient incendiés13 ».

  • 14 Ibid, article 15.
  • 15 Ibid., article 16.

7Il s’agit également d’imaginer le fonctionnement politique de la colonie. Même s’il se prémunit des aléas de la guerre d’indépendance, Fabvier inscrit son projet dans le cadre général de l’émancipation politique des Grecs : « Les colons jouiront des droits des autres citoyens et obéiront aux mêmes lois14 ». Mais, dans le même temps, il envisage une gouvernance et des modes de production propres à la colonie : « Ils seront en outre soumis à un règlement fait par eux-mêmes pour leur régime intérieur15 ». Cette législation interne s’inscrit pleinement dans une logique utopique, à l’instar de ce qui est envisagé comme organisation de son phalanstère par Charles Fourier ou par Robert Owen.

Un projet de développement économique et social

  • 16 Ibid., article 7.
  • 17 Ibid., article 8.
  • 18 Ibid., développement final du texte.

8Cette démarche utopique comprend également des objectifs économiques et sociaux. La colonie doit dialoguer avec le peuple hellène. Par l’effort qu’il a fait d’étudier l’histoire, la société et la politique grecques entre la fin de l’année 1823 et le printemps 1824, Fabvier possède une vision assez juste de la situation générale du pays, engagé dans la lutte pour son émancipation des Ottomans. Il sait que la Grèce est dépourvue d’une agriculture et d’une industrie comparables à celle de la France. Le projet propose de participer au développement de richesses en Grèce par un effort d’industrialisation. Il envisage par exemple l’installation de « fabriques marchant par le moyen de l’eau, du vent et de la vapeur16 » ou l’« extraction de métaux17 ». Quand il évoque les activités de la colonie, Fabvier cite dans une longue énumération un peu hétéroclite « la construction de ponts, de chemins, de ports et briqueterie, distillerie […], filature de laine et coton, papeterie, verrerie, sucrerie, […] », ou encore la « construction de voitures de toutes genres, grues, poulies et pompes, instruments aratoires, […], produits chimiques : acide sulfurique, désinfection de l’air ; recherche et exploitation de mines ; traitement du fer pour fondre et forger un acier18… ». Par rapport au précédent de la colonie américaine de la Vigne et de l’Olivier, le projet de Fabvier se démarque donc par une ouverture revendiquée au monde manufacturier.

  • 19 Ibid., introduction.
  • 20 Ibid, développement final du texte.

9Fabvier espère que sa colonie participera à la prospérité grecque en lui apportant les bénéfices de son développement agricole et industriel. S’il prévoit que les colons seront essentiellement des anciens militaires, le colonel français propose leur expertise dans différents domaines civils : « La plupart instruits dans l’art de la guerre, de l’agriculture et de l’industrie, [long passage barré] seront utiles à la Grèce19 ». Ces compétences sont imaginées au service du gouvernement grec mais aussi, de façon plus concrète, à la population au contact immédiat de la colonie : « Loin de désirer pour nous-mêmes un privilège exclusif, nous offrons d’aider les particuliers en leur fournissant instruction, modèle20 ». La colonie doit fonctionner en symbiose avec son environnement et participer aux dynamiques locales du projet sociopolitique de la Grèce indépendante.

  • 21 Theodoros Kolokotronis (1770-1842), ancien Klephte devenu chef militaire et homme politique durant (...)
  • 22 Sandrine Maufroy, Le philhellénisme franco-allemand (1815-1848), Paris, Belin, 2011.
  • 23 A.D. Meurthe-et-Moselle, 16 J 9, « Projet de colonie agricole, industrielle et commerciale » rédigé (...)
  • 24 De nombreuses lettres échangées avec le président Capodistria sont conservées aux Meurthe-et-Mosell (...)
  • 25 A.D. Meurthe-et-Moselle, 16 J 10, manuscrit dactylographié de Fabvier adressé à Casimir Perier sur (...)

10Le projet s’inscrit dans l’idéal du philhellénisme. Sur le plan des idées, ce courant comporte une dimension utopique – qui produit d’ailleurs une déception chez de nombreux combattants européens. En effet, l’appui aux insurgés grecs est conduit par l’espoir d’une reviviscence de la Grèce classique, mère de la civilisation européenne dans la pensée contemporaine, au risque de la confusion entre la patrie de Kolokotronis21 et celle de Périclès22. Il est donc peu étonnant que Fabvier se réclame de cette logique dans les premières lignes de son projet : « Le but principal que nous nous sommes proposés étant de contribuer à l’amélioration d’une contrée célèbre d’où nous avons tiré tant de lumières23 ». Cette volonté d’aider la Grèce se retrouve dans les différentes formes de l’engagement philhellène de Fabvier, dont il faut rappeler qu’il est, en réalité, essentiellement militaire. Le projet correspond toutefois à une réflexion générale du chef du corps régulier. Ceci le conduit à échanger sur tous les enjeux de la construction nationale dans sa correspondance avec le président Capodistria, à participer quand il le peut à des ateliers maçonniques en Grèce, ou encore à reprendre ponctuellement et/ou partiellement la démarche de la colonie24. Ainsi, lors du siège d’Athènes en 1826, le corps régulier construit un quartier – appelé Favieropolis ou Tacticopolis, la ville de Fabvier ou la ville des soldats réguliers – pour caserner mais avec la possibilité qu’il puisse ensuite servir à la population25.

11La proposition adressée par Fabvier au gouvernement grec avant son retour en 1825 comprend des développements qui l’inscrivent pleinement dans une démarche utopique. S’il est difficile d’en établir formellement la généalogie philosophique, il convient de le replacer dans la doctrine politique et sociale que Fabvier se construit progressivement au cours de sa carrière et dont l’épisode philhellène semble une forme d’apogée.

Fabvier, une figure de l’opposition aux Restaurations : liberté politique, organisation de la société et processus révolutionnaire

12Certains passages du projet de Fabvier peuvent ainsi être mis en miroir avec d’autres projets utopiques (ou plus largement philosophiques) qui s’élaborent dans des cercles d’opposition aux Restaurations dans cette même décennie 1820. Le lien puissant entre développement industriel et progrès social d’un peuple défavorisé renvoie par exemple aux théories de Saint-Simon, dont la dimension utopique n’est pas absente. Bon connaisseur de la communauté des vétérans passés par le Champ d’asile aux États-Unis, mais aussi pour avoir vécu en exil à Londres, notamment dans la période où il formule son projet, Fabvier est susceptible d’avoir une connaissance assez fine d’autres propositions à caractère utopique.

Un parcours sans lien direct avec les utopies : du ralliement d’un aristocrate à l’Empire à l’opposition à la Restauration

13La plupart de ces pensées puisent leur inspiration dans l’héritage des Lumières et de la Révolution française ; elles sont souvent issues de personnalités proches de la famille républicaine. Or à priori la culture politique de Fabvier est différente. Son milieu familial ne le prédestine pas à devenir un opposant à la monarchie. Son père est procureur du roi en la maîtrise des eaux et forêts à Pont-à-Mousson, incarcéré sous la Terreur avec sa femme. Le frère aîné de Fabvier sert pour sa part quelques mois dans les armées de Condé. Avant cela, dans son enfance, Fabvier reçoit une éducation littéraire par un précepteur dans l’esprit des Lumières.

  • 26 Sur ce point de la philosophie éducative de Condorcet, voir notamment Charlotte Le Chapelain, « L’i (...)
  • 27 A.D. Meurthe-et-Moselle, 16 J 9, « Projet de colonie agricole, industrielle et commerciale » rédigé (...)
  • 28 Notamment dans le Livre Deuxième du Traité de l’Association domestique et agricole (1822) et dans l (...)

14Formé sous le Consulat à Polytechnique, l’une des grandes réalisations scolaires de la Révolution, il reçoit l’enseignement de Monge ou Fourcroy qui ont été des figures de proue de l’organisation de l’Instruction publique sous la Convention. L’idée développée par Condorcet que l’instruction doit être universelle, au-delà de l’école primaire, et qu’elle constitue le vecteur du développement économique d’une société, est largement partagée par ces hommes. Ces idées sont ainsi présentes à Polytechnique au moment de sa formation. Sans doute est-ce depuis cette époque que Fabvier a été confronté aux notions d’école gratuite et d’instruction possible tout au long de la vie qu’il reprend dans son projet26 : « Lorsque les temps le permettront, nous formerons une école où les personnes qui le désireront pourront recevoir gratis des instructions théoriques et pratiques27 ». Une autre hypothèse consiste à considérer que sa proposition d’une école ouverte sur la société et le monde du travail est inspirée des conceptions éducatives de Charles Fourier, qui lui seraient connues par le biais des sociabilités développées dans l’opposition à la Restauration28.

  • 29 A.D. Meurthe-et-Moselle, 16 J 8.

15Auparavant, Fabvier a montré son hostilité à l’établissement de l’Empire ; il a voté contre avec la majorité de ses camarades de l’X. Pourtant, il sert ensuite fidèlement le régime napoléonien jusqu’en 1814. Très frappé par la Terreur blanche, et par les excès des Ultras, il ne fait pas de doute qu’il est très attaché au socle des idées de 1789. Depuis sa jeunesse, et à partir de ce moment au moins, il souhaite que les idées libérales fondent le système politique autour d’un gouvernement des élites. Son idéal politique va donc vraisemblablement vers la monarchie libérale. Ses engagements successifs laissent penser que la question dynastique est tout à fait secondaire pour lui. Sous l’influence des Ultras, la tendance réactionnaire qu’il observe sous la Restauration le pousse à des sociabilités ouvertes au mouvement révolutionnaire. Il est en contact avec la plupart des opposants à la Restauration, mais il est particulièrement proche des députés Manuel, Dupin (défenseur des victimes des troubles de Lyon en 1817), Dupont de l’Eure et du général Foy. À l’étranger, quand ce n’est pas pour des affaires liées à la politique des États où il séjourne, on remarque des courriers échangés avec Bolivar (quatre entre 1824 et 1829), mais aussi avec le fondateur de la doctrine utilitariste, Jérémy Bentham, qui a été l’associé d’Owen. La lettre conservée dans les archives de Fabvier ne permet cependant pas d’établir de lien avec sa colonie grecque. Il a également une courte correspondance avec le général Boyer, d’Haïti, qui évoque le développement agricole de son pays29.

Une fonction utopique : le colonel Fabvier et la colonie comme refuge des persécutés

  • 30 Charles Nicolas Fabvier, Lyon en 1817, Paris, Delaunay, 1818.
  • 31 Ibid., p. 14.
  • 32 Outre les nombreuses lettres de recommandation qu’il peut rédiger, notamment sous la monarchie de J (...)

16Fabvier ne manque pas d’intérêt pour les classes populaires, mais rien n’indique réellement chez lui une démarche philanthropique comparable à celle d’un Owen par exemple. Fabvier respecte surtout les hommes qui vont au bout de leurs engagements, quelle que soit leur condition sociale, comme l’illustrent quelques lignes dans sa publication Lyon en 1817 : « Les classes obscures, je n’en connais point dans la nation ; toutes ont brillé du même éclat et, il faut l’avouer, la palme du patriotisme et de l’humanité revient souvent à celles qu’on appelle inférieures30 ». En revanche, il développe dans le même pamphlet l’idée que les conditions socioéconomiques difficiles poussent les ouvriers vers la révolte : « La misère sans cesse croissante de la classe des ouvriers les rendait plus susceptibles de recevoir les impressions funestes qu’on cherchait à leur faire prendre31 ». Tout au long de sa vie, ses actions philanthropiques viseront à accueillir des hommes qui ont pris les armes pour la liberté à qui il donnera un emploi ou une recommandation32.

  • 33 Maurice Persat, Mémoires du Commandant Persat de 1806 à 1844, Paris, Plon, 1910.
  • 34 Rafe Blaufarb, Bonpartists in the Borderlands. French Exiles and Refugees on the Gulf Coast 1815-18 (...)

17Au retour d’Espagne, Fabvier a également l’occasion de mesurer la profonde misère dans laquelle sont plongés certains anciens transfuges réfugiés à Londres ou Bruxelles. Il cotise d’ailleurs à une « caisse de solidarité » créée pour eux dans la capitale britannique33. Il reste cependant un homme d’action et agit plus qu’il ne pense le destin de ses compagnons d’armes. La solidarité financière qu’il manifeste ne peut qu’être ponctuelle. En revanche, l’idée de trouver ou bâtir un refuge durable pour les volontaires transnationaux qui ont combattu contre les Restaurations constitue une fonction utopique. De ce point de vue, le moment supposé de rédaction du projet est très important. Même s’il demeure très actif, Fabvier est abattu par ce que ses amis et lui vivent comme une défaite majeure : en mars 1823, il a échoué à arrêter sur la Bidassoa l’invasion française contre l’Espagne libérale des Cortès. À Paris, le député Manuel n’hésite pas à en faire un « nouveau Waterloo ». À la fin de l’année, l’espoir que l’archipel libéral européen puisse emporter une victoire contre la Sainte-Alliance semble s’éteindre. La Grèce est désormais perçue comme l’ultime refuge pour les opposants les plus actifs aux Restaurations. Sa colonie est comparable au refuge américain après la chute de Napoléon. Si la fondation de la colonie de la Vigne et de l’Olivier accueille finalement essentiellement des planteurs venus de Saint-Domingue, elle devait à l’origine être un lieu de refuge paisible pour les vétérans napoléoniens proscrits comme les généraux Lallemand et Lefebvre-Desnouettes. D’ailleurs, leur seconde tentative sur la Trinity River au Texas au printemps 1818 porte le nom de Champ d’asile. Dans ce second cas, les vétérans napoléoniens se mettent au service du développement économique des États-Unis mais aussi y contribuent34.

  • 35 Gérard de Puymège, Chauvin, le soldat-laboureur. Contribution à l’étude des nationalismes, Paris, G (...)

18Le projet de Fabvier est une nouvelle occurrence d’un modèle qui circule dans cette première moitié du XIXe siècle : la réappropriation de l’image du vétéran romain devenu paisible colon. Cette idée est centrale dans les expériences de la Vigne et de l’Olivier et constitue l’une des transpositions du modèle antique dans les pratiques politiques et culturelles du début du XIXe siècle. Étudié par Gérard de Puymège il y a quelques années, ce mythe politique du soldat-laboureur, incarné par la figure de Cincinnatus labourant la terre et sauvant la patrie, resurgit au temps des Lumières et des physiocrates, avec la réhabilitation du travail de la terre, en particulier chez Rousseau35. Même si l’on en sait peu de choses, cela correspond bien à l’esprit de la formation reçue par Fabvier. Cela s’inscrit également en cohérence avec ce que l’on a évoqué de son positionnement concernant les transformations apportées par la Révolution. Ce rallié à l’Empire, ce libéral de la Restauration place la propriété au cœur de l’édifice social et la défense de la patrie au cœur de son système de valeurs. L’idée de nation est inséparable de la propriété et de la mise en valeur de la terre. Offrir un refuge aux persécutés politiques, agir pour la patrie ou la construction de nouveaux projets nationaux peut passer par la colonisation de nouveaux mondes ralliés aux idées de liberté. En cela également, le projet de colonie en Grèce de Fabvier comporte une réelle fonction utopique.

  • 36 Éric Saugera, Reborn in America. […], op. cit.
  • 37 Rafe Blaufarb, Bonapartists in the Borderlands: French Exiles and Refugees on the Gulf Coast 1815-1 (...)
  • 38 A.D. Meurthe-et-Moselle, 16 J 9, « Projet de colonie agricole, industrielle et commerciale » rédigé (...)
  • 39 Ibid., Lettre de M.D. non datée.

19Éric Saugera a bien montré à propos de la colonie de la Vigne et de l’Olivier qu’une des raisons de l’échec réside dans la très faible proportion de colons qui sont professionnellement liés à la terre avant leur installation (4,7 %), alors même que le projet est agricole36. La monnaie frappée par les réfugiés, affichant d’un côté un coq et de l’autre un soldat en train de labourer, est l’une des traductions de l’inspiration antique de la colonie. Fabvier tire également les leçons de l’éphémère expérience texane du Champ d’Asile, sous la conduite du général Lallemand notamment37. Pour son projet en Grèce, il insiste bien sur la double compétence des colons espérés. Certes militaires pour la plupart d’entre eux, ces derniers sont censés disposer de savoir-faire diversifiés déclinés dans le domaine de l’agriculture et de l’industrie38. À côté des vétérans, la plupart des colons sont des civils qui apportent d’autres types de compétences (et pas seulement dans le domaine de l’agriculture). Il semble d’ailleurs que leur recrutement se fera pour partie parmi des travailleurs « qualifiés » d’origine grecque : « Il conviendra de prendre quelques précautions avec vos ouvriers grecs. Il faudra les munir de passeports belges avant de quitter Londres et ici leur en procurer pour aller plus avant39 ».

20La volonté de Fabvier d’établir des anciens révolutionnaires de l’archipel libéral européen en Grèce constitue donc la fonction utopique de ce projet. Il s’est appuyé pour le rédiger sur les idées philosophiques et utopiques qui circulent sous la Restauration. En même temps, Fabvier est un réaliste comme l’illustre son parcours politique. À bien des égards, ce texte constitue une transposition d’utopies vers un projet modernisateur qui correspond plus réellement aux idées politiques de Fabvier.

Un projet modernisateur expérimenté dans le cadre de l’indépendance grecque

21Le projet est également empreint de beaucoup de pragmatisme. Fabvier connaît les tentatives de colonies dédiées aux vétérans car il a croisé les protagonistes de ces expériences, à commencer par Lallemand avec lequel il a échangé par lettres lors de son passage dans la péninsule ibérique en 1823. Dans son projet, la rhétorique ne mobilise pas les champs sémantiques de l’utopie. Bien que cette idée sous-tende la démarche, le texte ne comprend aucune référence à l’idée d’« asile », de « havre de paix », de « refuge » ou de prospérité fantasmée pour les colons. Fabvier ne se place pas hors des sociétés, hors du temps, dans un monde clos. Au contraire, lui-même victime de jeux politiques au cours de sa carrière (à commencer par l’affaire de Lyon en 1817), il se prémunit contre d’éventuelles désillusions dans son contrat avec le gouvernement grec.

Une rédaction pragmatique dans le dialogue entre future colonie et gouvernement grec

  • 40 A.D. Meurthe-et-Moselle, 16 J 9, « Projet de colonie agricole, industrielle et commerciale » rédigé (...)
  • 41 Ibid., article 13.

22Les articles du projet définissent les termes de l’accord que Fabvier souhaite passer avec le gouvernement. Une partie d’entre eux exprime une pensée neutre, une approche purement formelle. D’autres laissent davantage voir que Fabvier envisage avec le plus de réalisme possible le fonctionnement de la colonie et son développement. Outre certains articles évoqués en première partie à propos des conséquences éventuelles de la guerre sur la colonie, nous pouvons repérer ce pragmatisme dans les conditions posées par Fabvier pour se prémunir de toute surtaxation : « Les bois nécessaires aux premiers établissements seront pris dans les forêts de l’état sans aucune rétribution et ceux nécessaires à la consommation des fabriques seront payés au taux commun40 ». Il souhaite également se prémunir d’éventuels conflits sur l’eau, ressource vitale pour une implantation à but agricole et industriel en milieu méditerranéen : « Le gouvernement s’engagerait à ne pas faire de concession de territoire qui pût nuire à notre établissement comme le serait celui situé sur les eaux supérieures41 ».

  • 42 Ibid., développement final du texte.

23Fabvier semble également craindre que le gouvernement grec ne laisse pas le temps à la colonie d’atteindre ses objectifs démographiques et économiques. Sans doute fort de la connaissance des difficultés rencontrées par les vétérans napoléoniens aux États-Unis, il sait que le projet demandera du temps pour être viable et pose cet élément dans le « contrat » avec les Grecs : « Les travaux que nous comptons exécuter ne peuvent prendre un accroissement progressif que lentement dans les premiers temps par la distance où se trouvent les individus qui doivent former la colonie, par le temps nécessaire pour réunir les fonds et faire les envois de machines. Chaque fois cependant verra naître des améliorations qui seront un gage de celles à venir42 ». Sans doute cette crainte d’un gouvernement qui, dans un contexte de guerre, couperait court à l’expérience, amène-t-elle Fabvier à insister sur une dimension souvent absente des projets utopiques, pour ne pas dire contraire à leur esprit : l’utilisation des compétences militaires des colons au service de l’émancipation hellène.

Répondre pragmatiquement aux besoins de compétences militaires des Grecs

  • 43 Walter Bruyère-Ostells, La Grande Armée de la liberté, Paris, Tallandier, 2009.

24Fabvier ne cherche pas simplement à faire de la Grèce un « refuge » pour les vétérans pourchassés dans le cadre de l’Europe monarchique, mais il se saisit aussi du besoin de compétences militaires des Grecs. Certes, le philhellénisme militaire connaît un succès croissant depuis 1822. Toutefois, les premières phases de la guerre jusqu’au déploiement de l’armée égyptienne dans le Péloponnèse à la fin de l’année 1824, montrent l’apport qualitatif des anciens militaires par rapports aux autres philhellènes43. Le projet de Fabvier est explicite : la vocation des vétérans n’est pas seulement celle du soldat-laboureur, du vétéran à la romaine mais bien d’experts encore actifs dans l’« art de la guerre ». On peut d’une certaine façon être tenté de voir dans cette expertise mise au service d’un peuple nouvellement engagé dans un combat national et libéral une forme de transposition des idées politiques de Fabvier. Son idéal repose sur le socle des idées de 1789 avec un gouvernement par les élites (un système du haut vers le bas) ; il transpose l’idée dans le domaine international avec une élite militaire qui dirige une armée nouvelle, grecque.

  • 44 Proclamation de l’indépendance grecque le 12 janvier 1822 (1er janvier dans le calendrier julien) p (...)
  • 45 A.D. Meurthe-et-Moselle, 16 J 9, « Projet de colonie agricole, industrielle et commerciale » rédigé (...)
  • 46 Le terme vacouf désigne les biens appartenant aux mosquées.
  • 47 Olivier Voutier, Mémoires du colonel Voutier sur la guerre actuelle des Grecs, Paris, Bossange, 182 (...)
  • 48 A.D. Meurthe-et-Moselle, 16 J 9, « Projet de colonie agricole, industrielle et commerciale » rédigé (...)

25Venant de faire un court séjour de quelques mois sur place, le colonel sait que le gouvernement mis en place après la proclamation d’Épidaure en 182244 a décidé d’adopter « un nouveau genre de solde pour ses troupes. Il a remplacé [faute de pouvoir la payer sans doute] la solde en argent par des récompenses en fonds de terre45 ». Cette annexe propose de solder les hommes à partir des 2/3 du foncier du pays, possession du sultan, des vacoufs et des mosquées46 : « Les soldats déjà engagés au service la patrie et ceux qui s’engageront dans la suite recevront pour solde un arpent de terre par mois à partir de leur engagement47 ». Fabvier comprend qu’un accord peut être trouvé sur la base de concessions foncières contre services militaires. Dans l’introduction de son projet, il met ainsi en lumière l’expertise que pourraient apporter les colons : « La plupart d’entre nous, anciens militaires et officiers de toutes armes seraient sur la demande du gouvernement mis à sa disposition sans solde, soit pour la construction d’arsenaux, de places ou soit pour l’instruction, soit en un mot pour tout ce qui a un rapport à l’attaque ou à la défense, sans néanmoins prétendre à aucun grade militaire48 »

  • 49 Centre des Archives diplomatiques de Nantes (CADN), Athènes, 454, rapport du 24 juin 1828.
  • 50 Ibid.

26Même si le projet de colonie n’aboutit pas à une mise en œuvre après le retour en Grèce de Fabvier en 1825, l’idée d’un échange concession foncière/services militaires ne disparaît pas de l’esprit du chef du corps régulier. Fabvier, qui nourrit une dense relation épistolaire avec Capodistria qu’il conseille sur la conduite de la guerre, n’est sans doute pas étranger à la proposition formulée en 1828 du président grec. Selon un diplomate français, il « désirerait, afin d’obtenir une meilleure composition, surtout de la classe des officiers et des sous-officiers que le roi eût la bonté de permettre à des officiers, sous-officiers en activité, en disponibilité, en demi-solde et en retraite, de passer au service de la Grèce en conservant quelques années leur traitement actuel49 ». Pour attirer les vétérans européens, Capodistria propose qu’au terme de six années de service grec, les officiers acquièrent des propriétés : de 15 à 20 hectares pour un sous-lieutenant ou un lieutenant, 25 hectares pour un capitaine, 35 à 40 hectares pour un chef de bataillon et jusqu’à 80 hectares pour un colonel50.

Plus qu’un refuge, un appui au projet national grec

27En effet, y compris en termes d’expertise militaire, Fabvier conçoit les liens entre la Grèce et les vétérans venus d’Europe, et singulièrement de France, non dans le temps court de l’obtention de l’indépendance par les armes, mais bien dans une relation plus durable. Il ne répond pas au stéréotype du philhellène venu aider les descendants des philosophes grecs et pressés de rentrer car dépités de trouver des « Orientaux ». Les nombreuses représentations du colonel en habit traditionnel grec viennent notamment l’attester. En fait, comme en Espagne précédemment ou pour la Pologne plus tard, il vient apporter son appui à un projet national qui s’inscrit dans une Europe libérale des nations qu’il appelle de ses vœux.

  • 51 A.D. Meurthe-et-Moselle, 16 J 9, « Projet de colonie agricole, industrielle et commerciale » rédigé (...)
  • 52 Ibid.

28Le lien social et le développement économique tiennent donc une place importante chez cet homme qui est pourtant avant tout un chef militaire. Son projet montre à quel point sont liés dans son esprit projet national grec et modernisation du pays. Son approche est très saint-simonienne en établissant un lien entre indépendance politique, modernisation économique et bien-être de la société grecque. Peut-être utopique, sa démarche est toutefois réaliste dans le sens où il considère que ces objectifs peuvent être plus facilement atteints par le transfert de compétences apportées par les colons européens. Ceci est particulièrement vrai pour l’agriculture. Fabvier propose d’introduire en Grèce les réformes portées par les premiers agrariens : « En agriculture le perfectionnement des produits actuels et l’introduction de nouveaux comme de rendre les vins meilleurs et transportables au loin ; la culture des légumes et des arbres fruitiers, l’engrais des terres, leur assainissement ainsi que celui de la contrée ; l’amélioration des chevaux et bœufs […] » seraient des modernisations portées par les colons51. Il ajoute que : « pour tous ces travaux nous formerons avec plaisir des ouvriers du pays52 ». Finalement, leur expertise doit offrir des services militaires (premier point conjoncturel) mais aussi et surtout être des leviers pour les deux autres points plus structurels pour l’avenir du pays.

  • 53 A.D. Meurthe-et-Moselle, 16 J 8.

29Là encore, Fabvier peut s’appuyer sur sa connaissance d’autres expériences. De l’utopie américaine, il n’a sans doute essentiellement retenu que des réalités sociales et économiques, à savoir que des réfugiés dominguois fondus dans les élites locales de l’Alabama ont participé, à l’instar de Fredrik Ravesies, au développement de grands domaines cotonniers. Il a sans doute également en tête l’exemple égyptien, qui ne comporte pas de dimension utopique. Le projet de construction nationale de Méhémet Ali est adossé à une modernisation permise par des experts étrangers. Or, une partie de cette modernisation se fait dans le champ militaire (grâce à Joseph Sève devenu Soliman Pacha) et une autre au carrefour de l’agriculture et de l’industrie avec le coton (avec le manufacturier Louis Alexis Jumel). Parmi les correspondants de Fabvier, se trouve un certain Élisé Dovilla, résidant à Alexandrie53. L’existence de relations épistolaires de Fabvier en Égypte, comme son intérêt pour les progrès agricoles diffusés par les gazettes, ne laissent guère de doute sur sa connaissance de la modernisation égyptienne. Par ailleurs, certains anciens sous-officiers ou officiers qui ont été proches de Fabvier au moment des complots de la charbonnerie (1820-1823) ont rejoint l’Égypte et peuvent également avoir conservé des liens avec lui. Le cercle des saint-simoniens lyonnais est un autre intermédiaire par lequel Fabvier est susceptible d’avoir connaissances des réformes égyptiennes. En tout cas, Fabvier aura ensuite l’occasion de mettre en œuvre cette démarche modernisatrice en Touraine, dans le domaine de Razay, propriété de son épouse (veuve de Duroc), à partir de 1834. Il devient alors un « agriculteur » introducteur des nouveaux plants (pomme de terre encore peu développée dans la région) et de nouvelles méthodes de travail.

Conclusion

  • 54 On entend par « archipel européen » l’ensemble des réseaux transnationaux d’opposition aux Restaura (...)

30Probablement daté de l’année 1824 ou du début de 1825, ce projet de colonie du colonel Fabvier s’inspire de différents modèles utopiques qu’il reprend à son compte. On découvre dans ce texte la préoccupation d’un refuge, d’une « cité idéale » pour les combattants de l’archipel libéral européen vaincus par la Sainte-Alliance, avec le sentiment que la fin des Cortès en Espagne est une défaite définitive, globale pour les opposants aux Restaurations européennes54. La poursuite du combat à l’échelle européenne, à travers le philhellénisme, est sans doute une des clés d’explication de la non mise en œuvre de ce projet de colonie. En effet, le creuset que constitue le « parti libéral » au milieu des années 1820 explique comment Fabvier se retrouve imprégné de réflexions utopiques. La question de l’école pour tous par exemple (idée particulièrement prégnante chez les républicains), l’expérience de la Vigne et de l’Olivier (véhiculée par des bonapartistes libéraux) ou le modèle du soldat-laboureur (idéalisé dans les courants patriotes, qu’ils soient républicains ou favorables à une autre dynastie que les Bourbons aînés) circulent dans l’opposition. Le « parti libéral » est une coalition de courants différenciés contre les Bourbons aînés. Le parcours de Fabvier montre toutefois que l’action transcende ces courants politiques qu’on a tendance à singulariser, voire à essentialiser. Les circonstances de sa trajectoire personnelle, d’une famille favorable à l’Ancien Régime mais qui l’élève avec les idées des Lumières, le ralliement à l’Empire puis la rupture avec la Restauration en 1817, sur fond de problèmes socio-économiques à Lyon, ont façonné un homme marqué par un positionnement politique libéral. Cependant son attachement aux transformations de la Révolution française et les sociabilités dans lesquelles il évolue sous les Restaurations – en France mais aussi en Europe (Espagne, Londres ou Bruxelles) – expliquent sa bonne connaissance des modèles utopiques. Fabvier se saisit ainsi de réflexions qui ne relèvent pas de sa propre culture politique et se les approprie (fonction utopique du refuge). Mais surtout, pragmatique, il semble soucieux de corriger les défauts des expériences dont il s’inspire. Il recherche une voie hybride entre réflexions utopiques et réalités auxquelles il est confronté. Il se montre prudent dans le contrat passé avec le pouvoir politique grec, et retient essentiellement les enjeux de modernisation industrielle ou agricole, moteur d’une amélioration des problèmes sociaux et vecteur de la construction d’une nation. Alors que cette posture peut sembler antithétique avec l’utopie et le caractère révolutionnaire qui a été le sien sous Louis XVIII et Charles X, le parcours de ce grand notable, qui se pique d’innovation agricole sous la monarchie de Juillet, peut alors être interprété comme un aboutissement de cette hybridation, de cette confrontation de l’utopie au réel – une mise en pratique raisonnée des pensées qui sous-tendent son projet de colonie agricole, industrielle et commerciale en Grèce.

Haut de page

Notes

1 Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Fonds Fabvier, 16 J 1 à 12.

2 Nicolas Bourguinat, « La ville, la haute police et la peur : Lyon entre le complot des subsistances et les manœuvres politiques en 1816-1817 », Histoire urbaine, vol. 2, no 2, 2000, p. 131-147.

3 On peut notamment retenir les travaux d’Hervé Mazurel, Vertiges de la guerre : Byron, les philhellènes et le mirage grec, Paris, Les Belles Lettres, 2013.

4 A.D. Meurthe-et-Moselle, 16 J 9.

5 Il sera ici intitulé « projet de colonie agricole, industrielle et commerciale » par seule référence aux termes dans le développement final : « Nous nous proposons de nous occuper d’agriculture, d’industrie et de commerce ».

6 A.D. Meurthe et Moselle, 16 J 9, lettre de Fabvier au général Maison du 13 mai 1829.

7 Sont désignés par les contemporains sous le terme de transfuges les Français qui ont rejoint le camp libéral en Espagne. Ils sont pour la plupart impliqués de près ou de loin dans les complots qui ont éclaté en France en 1820-1821.

8 Entre 1 000 et 1 500 hectares.

9 A.D. Meurthe-et-Moselle, 16 J 9, « Projet de colonie agricole, industrielle et commerciale » rédigé par Fabvier, article 1.

10 Éric Saugera, Reborn in America. French Exiles and Refugees in the United States and the Vine and Olive Adventure 1815-1865, Tuscaloosa, University of Alabama Press, 2011. 

11 A.D. Meurthe-et-Moselle, 16 J 9, « Projet de colonie agricole, industrielle et commerciale » rédigé par Fabvier, article 9.

12 Dimitri Skopelitis et Dimitri Zufferey, Construire la Grèce (1770-1843), Lausanne, Antipodes, 2011.

13 A.D. Meurthe-et-Moselle, 16 J 9, « Projet de colonie agricole, industrielle et commerciale » rédigé par Fabvier, article 12.

14 Ibid, article 15.

15 Ibid., article 16.

16 Ibid., article 7.

17 Ibid., article 8.

18 Ibid., développement final du texte.

19 Ibid., introduction.

20 Ibid, développement final du texte.

21 Theodoros Kolokotronis (1770-1842), ancien Klephte devenu chef militaire et homme politique durant la guerre d’indépendance.

22 Sandrine Maufroy, Le philhellénisme franco-allemand (1815-1848), Paris, Belin, 2011.

23 A.D. Meurthe-et-Moselle, 16 J 9, « Projet de colonie agricole, industrielle et commerciale » rédigé par Fabvier, introduction.

24 De nombreuses lettres échangées avec le président Capodistria sont conservées aux Meurthe-et-Moselle, 16 J 10.

25 A.D. Meurthe-et-Moselle, 16 J 10, manuscrit dactylographié de Fabvier adressé à Casimir Perier sur la révolution et la situation en Grèce en 1832.

26 Sur ce point de la philosophie éducative de Condorcet, voir notamment Charlotte Le Chapelain, « L’instruction publique de Condorcet. Progrès économique et réflexions sur la notion de capital humain », Revue économique, vol. 61, no 2, 2010, p. 281-298.

27 A.D. Meurthe-et-Moselle, 16 J 9, « Projet de colonie agricole, industrielle et commerciale » rédigé par Fabvier, introduction.

28 Notamment dans le Livre Deuxième du Traité de l’Association domestique et agricole (1822) et dans la Section III du Nouveau monde industriel et sociétaire (1829). Voir à ce propos l’ouvrage de Nathalie Brémand, Les socialismes et l’enfance. Expérimentation et utopie (1830-1870), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008.

29 A.D. Meurthe-et-Moselle, 16 J 8.

30 Charles Nicolas Fabvier, Lyon en 1817, Paris, Delaunay, 1818.

31 Ibid., p. 14.

32 Outre les nombreuses lettres de recommandation qu’il peut rédiger, notamment sous la monarchie de Juillet, on peut retenir le cas de celui dont il fait l’intendant de son domaine à Razay dans les années 1830.

33 Maurice Persat, Mémoires du Commandant Persat de 1806 à 1844, Paris, Plon, 1910.

34 Rafe Blaufarb, Bonpartists in the Borderlands. French Exiles and Refugees on the Gulf Coast 1815-1835, Tuscaloosa, University of Alabama Press, 2005.

35 Gérard de Puymège, Chauvin, le soldat-laboureur. Contribution à l’étude des nationalismes, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des histoires », NRF, 1993.

36 Éric Saugera, Reborn in America. […], op. cit.

37 Rafe Blaufarb, Bonapartists in the Borderlands: French Exiles and Refugees on the Gulf Coast 1815-1835, op. cit.

38 A.D. Meurthe-et-Moselle, 16 J 9, « Projet de colonie agricole, industrielle et commerciale » rédigé par Fabvier, développement final du texte.

39 Ibid., Lettre de M.D. non datée.

40 A.D. Meurthe-et-Moselle, 16 J 9, « Projet de colonie agricole, industrielle et commerciale » rédigé par Fabvier, article 6.

41 Ibid., article 13.

42 Ibid., développement final du texte.

43 Walter Bruyère-Ostells, La Grande Armée de la liberté, Paris, Tallandier, 2009.

44 Proclamation de l’indépendance grecque le 12 janvier 1822 (1er janvier dans le calendrier julien) par la première assemblée nationale dite Assemblée nationale d’Epidaure mise en place quelques jours auparavant (20 décembre 1821).

45 A.D. Meurthe-et-Moselle, 16 J 9, « Projet de colonie agricole, industrielle et commerciale » rédigé par Fabvier, article 6.

46 Le terme vacouf désigne les biens appartenant aux mosquées.

47 Olivier Voutier, Mémoires du colonel Voutier sur la guerre actuelle des Grecs, Paris, Bossange, 1823.

48 A.D. Meurthe-et-Moselle, 16 J 9, « Projet de colonie agricole, industrielle et commerciale » rédigé par Fabvier, introduction.

49 Centre des Archives diplomatiques de Nantes (CADN), Athènes, 454, rapport du 24 juin 1828.

50 Ibid.

51 A.D. Meurthe-et-Moselle, 16 J 9, « Projet de colonie agricole, industrielle et commerciale » rédigé par Fabvier, développement final du texte.

52 Ibid.

53 A.D. Meurthe-et-Moselle, 16 J 8.

54 On entend par « archipel européen » l’ensemble des réseaux transnationaux d’opposition aux Restaurations qui constituent un espace en archipel à l’échelle européenne (Walter Bruyère-Ostells, « Internationale libérale ou contre-monde libéral ? Des espaces et des degrés d’oppositions aux Restaurations », in Jean-Claude Caron, Jean-Philippe Luis (dir.), Rien appris, rien oublié ? Les Restaurations dans l’Europe postnapoléonienne (1814-1830), Rennes, PUR, 2015, p. 367-380.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Walter Bruyère-Ostells, « Le projet de « colonie agricole, industrielle et commerciale » : un engagement utopique et révolutionnaire du colonel Fabvier en Grèce ? », Siècles [En ligne], 49 | 2020, mis en ligne le 22 septembre 2020, consulté le 19 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/siecles/7548

Haut de page

Auteur

Walter Bruyère-Ostells

Professeur d’Histoire contemporaine, CHERPA, Croyance Histoire Espace Régulation Politique et Administration, EA 4261

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Clermont Auvergne
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search