Navigation – Plan du site

AccueilNuméros531. Temps et espaces de la gestion...Introduction : Aménagements hydra...

1. Temps et espaces de la gestion de l’eau : perspectives critiques

Introduction : Aménagements hydrauliques, risque et pollution des eaux 

Introduction: Water Resource Management, Risk, and Pollution
Patrick Fournier

Texte intégral

  • 1 Frédéric Lemaître, « En Chine, une sécheresse sans précédent menace la croissance », Le Monde, 19  (...)
  • 2 Sophie Landrin, « Le Pakistan ravagé par des inondations depuis trois mois », Le Monde, 29 août 20 (...)
  • 3 Esther Michon, Stéphane Foucart, Stéphane Mandard, « Pesticides dans l’eau potable. Quels sont les (...)

1Entre sécheresses, inondations et pollutions, les risques liés à l’eau sont au cœur des enjeux du changement climatique, des aménagements territoriaux et des politiques de santé publique. Des événements récents ont marqué l’actualité nationale et internationale : l’aggravation des sécheresses dans plusieurs parties du monde, notamment l’Europe et la Chine, a été particulièrement visible en 2022 mais résulte de processus progressifs et d’une insuffisante recharge des nappes phréatiques depuis plusieurs années1 ; les inondations catastrophiques qui ont touché le Pakistan en 2010 et 2022 ont contribué à rendre très visible la vulnérabilité de sociétés mal préparées aux conséquences du changement climatique, à des échelles inconnues en Europe malgré la fréquence des événements dramatiques2 ; en France, les pollutions de l’eau sont mesurées de manière de plus en plus précise en prenant en compte de nouvelles formes de polluants comme les métabolites de pesticide3.

  • 4 Christèle Balut, Patrick Fournier (dir.), Au fil de l’eau. Ressources, risques et gestion du Néoli (...)

2Ces sujets ne sont pas neufs et ont déjà donné lieu à une abondante littérature scientifique mobilisant plusieurs disciplines : écologie, hydrologie, géographie, sociologie4… L’histoire a toute sa part dans leur compréhension. Elle permet de retracer les évolutions de la prise en compte des facteurs de risque et les adaptations des populations en fonction de leur organisation sociale et de leur maîtrise technique. Les conflits nés de l’utilisation et de la gestion de la ressource en eau offrent de riches aperçus sur les relations qui se nouent entre réalité et perception du risque. La prise en compte de la longue durée et des échelles de temporalité permet de mieux contextualiser les problèmes actuels. Il ne s’agit pas de relativiser les risques sous prétexte que la nature est par essence dangereuse et imprévisible, position fréquente dans le discours commun. Au contraire, l’objectif est d’éclairer l’impact des aménagements hydrauliques réalisés sur des échelles de temps variables, avec des objectifs d’accroissement de la productivité agricole, de production d’énergie et d’approvisionnement urbain. Tout en contribuant au développement économique, ces aménagements ont créé des risques nouveaux et accru la vulnérabilité des sociétés qui les avaient réalisés. Même le travail de protection des terres et des populations résultant de processus d’endiguement et de canalisation entraîne de nouveaux risques qui ont été perçus depuis plusieurs siècles mais qui n’ont pas empêché la recherche de solutions techniques toujours plus ambitieuses, souvent sous la pression des pouvoirs en place.

  • 5 Karl August Wittfogel, Oriental Despotism: A Comparative Study of Total Power, New Haven, Yale Uni (...)
  • 6 James Scott, Homo Domesticus. Une histoire profonde des premiers États, Paris, La Découverte, 2019
  • 7 Sur les périodes médiévale et moderne, voir par exemple Patrick Fournier, Sandrine Lavaud (dir.), (...)

3La question des relations entre pouvoirs et aménagements hydrauliques est centrale pour comprendre les risques hydrologiques. Même si elle est désormais dépassée car induisant des raisonnements trop schématiques, la thèse de Karl Wittfogel associant despotisme oriental et grands travaux hydrauliques continue à influencer l’analyse en posant des questions sur le rôle des différents niveaux de pouvoir dans les interventions5. Ainsi dans Homo Domesticus, James C. Scott adopte une posture symétrique qui confère aussi aux organisations urbaines et étatiques un rôle central tout en montrant les limites de leur intervention. Selon lui, alors que les populations néolithiques ont bénéficié des zones humides comme d’un biotope facilement exploitable ne nécessitant pas de pouvoirs forts et coercitifs, avec une grande diversité de ressources naturelles, la phase climatique plus chaude et plus sèche qui s’est étendue entre 3500 et 2500 ans avant J.-C. a entraîné la constitution de pouvoirs urbains et étatiques fondés sur la coordination d’équipements hydrauliques de plus grande ampleur, la spécialisation céréalière et le prélèvement fiscal, la construction de murailles, l’apparition de l’écriture et le développement de l’esclavage6. La naissance de l’État – considéré par Scott comme foncièrement prédateur – accompagnerait donc celle d’une grande hydraulique, modifiant en profondeur les territoires et les équilibres naturels par l’irrigation, la transformation des sols, la sélection des plantes et des animaux… Dans cette perspective, c’est l’encadrement étatique qui, en changeant l’échelle des interventions, crée les conditions d’un accroissement des risques et de la vulnérabilité sociale pour satisfaire la recherche du profit. Au cours de l’évolution historique, la nature des pouvoirs a varié et on ne peut pas en rester à une analyse simple et univoque des relations sociales nouées autour de l’eau. D’autres échelles de pouvoir que l’État – notion qu’il faut historiciser – ont joué un rôle important dans les aménagements hydrauliques, l’utilisation de la ressource en eau et la gestion des risques : il est essentiel de prendre en considération la façon dont les différentes échelles et les différents types de pouvoir (central, local, seigneurial, étatique, entrepreneurial…) ont interagi pour imposer des formes d’aménagement hydraulique, entraînant ainsi l’acceptation ou le refus de certains risques7.

  • 8 Caroline Ford, Naissance de l’écologie. Polémiques françaises sur l’environnement, 1800-1930, Pari (...)
  • 9 Samuel P. Hays, Conservation and the Gospel of Efficiency; the Progressive Conservation Movement, (...)
  • 10 Voir par exemple la discussion de cette question dans Habib Ayeb, L’eau au Proche-Orient. La guerr (...)

4Le risque grandit avec l’échelle des interventions. Dès la Renaissance, la vulnérabilité face aux inondations n’est plus perçue comme une fatalité mais associée à la densification de l’occupation de l’espace, aux contraintes du développement économique et à certaines interventions humaines. Ces phénomènes sont connus des acteurs sociaux et des pouvoirs publics lors des aménagements de la période moderne, l’ingénieur étant celui qui est capable de ruser avec la nature pour l’apprivoiser. Les justifications techniques et scientifiques s’accroissent avec les travaux en écologie et en ingénierie des eaux et forêts à partir du xixe siècle8. Les mouvements conservationnistes nés aux États-Unis ont accru la vigilance sur ces questions9. La visibilité et la gravité des conflits tendent aussi à s’intensifier au fur et à mesure de la complexification des mesures prises et des aménagements réalisés : les changements d’échelle, avec une exploitation plus massive et systématique des ressources de toutes natures, la canalisation des fleuves et la création de grands barrages, ont modifié les caractéristiques des risques encourus et créé de nouveaux conflits. C’est dans les dernières décennies du xxe siècle que la notion de guerre de l’eau a été utilisée massivement pour convaincre les opinions publiques mondiales de l’urgence d’une gouvernance améliorée, même si les précédents ne manquent pas10. Le risque de pénurie et le risque de pollution étaient alors placés au premier plan des préoccupations alors que le réchauffement climatique global commençait tout juste à figurer à l’agenda des milieux scientifiques – le GIEC, Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, a été créé en 1988.

  • 11 Jérémy Allouche, « Géopolitique de l’eau en Asie centrale : de la colonisation russe à la conféren (...)
  • 12 Raphaël Jozan, Les débordements de la mer d’Aral. Une sociologie de la guerre de l’eau, Paris, PUF (...)
  • 13 Sur la notion de stress hydrique, voir Laurent Baechler, « La bonne gestion de l’eau : un enjeu ma (...)
  • 14 Alain Cariou, « L’eau et l’aménagement du territoire en Asie centrale », Cahiers d’Asie centrale, (...)

5Prenons l’exemple de l’Asie centrale autour de la mer d’Aral qui a bénéficié de plusieurs études et apparaît comme un cas emblématique, bien que de nombreux autres pourraient être développés. Dans un article de 2003, le sociologue Jérémy Allouche analysait le possible impact des rivalités entre les États riverains issus de l’éclatement de l’URSS et évaluait les scénarios possibles par une analyse fondée sur la période des aménagements allant de 1865 à 200211. L’intensification des cultures de coton et d’autres activités agricoles plus intensives a été encouragée par le pouvoir russe puis soviétique pour l’approvisionnement de tout le pays ; elle a entraîné un accroissement des surfaces irriguées multipliées par 2,8 entre 1913 et 1995 (de 3,2 à 9 millions d’hectares). La surexploitation de la ressource, les détournements conflictuels et la salinisation des sols constituent des problèmes majeurs nécessitant des efforts de coopération mais faisant aussi de l’eau un moyen de pression entre États. Le Kirghizistan contrôle ainsi une grande partie des ressources hydrauliques de l’Ouzbékistan dont la dépendance à l’égard de ressources hydrauliques extérieures à son territoire est de 90 %. Raphaël Jozan a montré l’existence de stratégies locales élaborées depuis la fin du xixe siècle sous différents régimes – tsariste, soviétique puis postsoviétique – pour concilier les exigences des gros investisseurs avec les besoins locaux12. Le coton a certes été un moteur de l’extension des irrigations, mais il n’a jamais été en situation de monopole, représentant entre 1/6e et la moitié des périmètres irrigués selon les époques. D’autres activités entraînent des usages massifs de l’eau, comme la culture du maïs et la production d’énergie hydroélectrique. L’Ouzbékistan, alimenté par les eaux de l’Amou-Daria et du Syr-Daria est cependant placé en situation de stress hydrique13 du fait de la conjonction entre une mauvaise gestion de la ressource et une démographie galopante. Alain Cariou montre comment la culture technique et politique des États d’Asie centrale les incite à repousser les limites du risque en projetant de nouveaux grands projets pour faire face aux difficultés rencontrées14 : la fuite en avant est un des dangers d’une expertise répondant aux exigences de rivalités politiques et ethniques.

  • 15 François Jarrige, Thomas Le Roux, La contamination du monde. Une histoire des pollutions à l’âge i (...)
  • 16 Geneviève Massard-Guilbaud, Histoire de la pollution industrielle. France, 1789-1914, Paris, Éditi (...)
  • 17 Stéphane Frioux, Les batailles de l’hygiène. Villes et environnement de Pasteur aux Trente Glorieu (...)

6La pollution des eaux est également devenue un enjeu fondamental de la réflexivité environnementale depuis environ 200 ans. Si elle n’est pas directement un risque hydrologique, elle en est souvent la conséquence : les sécheresses aggravent la concentration de substances polluantes, les débordements sont la cause d’une extension des zones contaminées. Le concept de pollution matérielle de l’environnement, apparu en Angleterre et aux États-Unis au début du xixe siècle pour désigner les atteintes aux cours d’eau, est repris dans le vocabulaire scientifique et juridique français à la fin du xixe siècle15. Avant l’utilisation du terme « pollution », l’insalubrité était pensée à une échelle locale : « merderons » médiévaux servant d’égouts à ciel ouvert ; contamination par les matières et les « sels » utilisés dans les tanneries ; souillure par le rouissage du chanvre et du lin ; contamination des rivières touchées par les activités industrielles comme la Bièvre à Paris. La pollution est perçue comme un désordre avant d’être un danger. Dans la seconde moitié du xixe siècle, lorsque l’hygiénisme se dote d’instruments scientifiques, politiques et juridiques plus perfectionnés, il accompagne paradoxalement la libéralisation de la pollution16. L’étiologie microbienne entraîne une prise de conscience de la nécessité d’assainir les eaux, ce qui ne va pas sans hésitations, conflits et lenteurs dans ces « batailles de l’hygiène » menées au niveau local17, mais cela détourne encore largement l’attention des pollutions chimiques qui accompagnent l’industrialisation et l’usage de plus en plus massif des engrais. Les sociétés de pêche peuvent être des lanceurs d’alerte.

  • 18 Hervé Pujol (dir.), Tristes mines. Impacts environnementaux et sanitaires de l’industrie extractiv (...)

7Dans leur Histoire des pollutions à l’âge industriel, Thomas Le Roux et François Jarrige cherchent à montrer avec de nombreux exemples que les solutions techniques proposées depuis deux siècles pour lutter contre les pollutions ne font souvent qu’aggraver les problèmes environnementaux et sanitaires. Malgré des différences culturelles, économiques et juridiques, toutes les parties du monde sont soumises à cette pression à des degrés divers, en fonction de partages des tâches plus ou moins consentis. Le double principe du recyclage et du retraitement des déchets est bien souvent un leurre en induisant une nouvelle fuite en avant et de nouveaux zonages territoriaux. L’invisibilisation de la pollution des eaux répond à des normes sanitaires mais aussi esthétiques : jusqu’au début du xxe siècle, l’eau est le réceptacle jugé normal de nombreuses pollutions qu’elle est censée diluer. La pollution par les mines – mines d’or notamment comme à Salsigne ou en Guyane – attire particulièrement l’attention18. L’affinage du cuivre, du zinc et du nickel entraîne aussi les pollutions, notamment par les rejets de cadmium. Les causes peuvent être accidentelles ou structurelles.

  • 19 Egina Malaj et al., « Organic chemicals jeopardize the health of freshwater ecosystems on the cont (...)
  • 20 Gabriel Blouin Genest, Frédéric Julien, Sylvie Paquerot, L’eau en commun. De ressource naturelle à (...)

8Les différents rapports français et européens (Institut français de l’environnement, 2006 ; Agence européenne de l’environnement, 2018) donnent des résultats inquiétants malgré des améliorations partielles et une surveillance accrue : au moins 40 % des cours d’eau européens seraient en mauvais état19. Un des résultats de ces analyses est le lien d’interdépendance entre la qualité et la quantité des eaux : les déficits hydriques limitent les capacités d’auto-épuration des milieux aquatiques et entraînent une augmentation des concentrations de produits polluants. La modification et l’artificialisation des milieux hydriques progressent aussi beaucoup, avec une sous-évaluation de l’impact de ces processus à la fois pour les risques d’inondation et pour les transformations sociales induites, souvent défavorables aux populations les plus fragiles et à l’agriculture traditionnelle20. Ainsi en 2003 existaient environ 50 000 grands barrages dans le monde. Au début du xxie siècle, les deux tiers des cours d’eau de la planète ont un débit régulé artificiellement. Ces données montrent le caractère irréversible de beaucoup de mutations mais interrogent sur la nature du risque : accepté tant qu’il ne débouche pas sur une catastrophe ou une pollution ressentie comme telle, il est partie prenante d’un défi permanent à l’ordre du monde.

9Les articles rassemblés dans ce numéro permettent de prolonger ces réflexions à partir d’exemples répartis tout autour de la planète : Japon, Inde, Russie, États-Unis et France. Des pays capitalistes développés anciennement (États-Unis, France, Japon) ont été privilégiés parce qu’ils ont été précocement le théâtre d’aménagements de grande ampleur liés à l’industrialisation ; le cas de la Russie soviétique offre un contrepoint à l’étude de ces pays capitalistes tout en offrant une perspective comparative sur les impacts des aménagements destinés à soutenir le développement industriel ; l’Inde, pays colonisé puis émergent, est étudiée ici principalement sous l’angle de la gestion de la ressource en eau dans un territoire très densément peuplé nécessitant d’intenses irrigations. Ces exemples révèlent plusieurs évolutions de la gestion des risques hydrologiques entre la fin du xixe et le début du xxie siècle. Bien que les contextes géographiques et politiques soient variés, la convergence des enjeux met en évidence la pression croissante sur la ressource, facteur de risques accrus. Les mutations des conceptions du risque et des pollutions peuvent schématiquement être divisées en deux phases : des trois dernières décennies du xixe siècle jusqu’au milieu du xxe siècle, la recherche continue de la croissance fait souvent passer au second plan les préoccupations sanitaires et les efforts de protection de la nature alors même que des discours et des actions vont dans le sens inverse ; à partir des années 1960, la prise de conscience environnementale se renforce, rendant plus complexes la gestion des risques hydrologiques et la lutte contre les pollutions et obligeant les pouvoirs publics et les entreprises à de nouveaux compromis. Le tournant des années 1960 s’observe surtout dans les pays développés.

10L’exemple des pollutions générées par la mine de cuivre d’Ashio au Japon entre la fin du xixe siècle et les années 1960 (Cyrian Pitteloud) permet de croiser les enjeux des pollutions et des inondations : les secondes ne pouvant pas être masquées, elles ont été instrumentalisées pour générer une course aux aménagements censée minimiser les risques dus à la pollution. Les principaux arbitrages sont réalisés au début du xxe siècle. C’est seulement dans les années 1960 que la conscience des dégâts sanitaires et environnementaux de la pollution s’impose à nouveau jusqu’à la fermeture de la mine en 1973. C’est également à la fin du xixe siècle que les enjeux de la maîtrise de l’eau changent d’échelle aux États-Unis avec la nécessité d’améliorer l’alimentation en eau de villes en pleine croissance. Le problème est particulièrement aigu en Californie à cause des conditions climatiques chaudes et arides et de l’éloignement des lieux d’approvisionnement par rapport aux zones côtières où se concentre la population (Glen Gedzel). Les gigantesques travaux d’adductions d’eau réalisés par les ingénieurs irlandais William Mulholland et Michael M. O’Shaughnessy pour approvisionner Los Angeles et San Francisco ont généré des mouvements de spéculation et de corruption, modifié les équilibres hydrologiques et les paysages et entraîné la catastrophe de l’effondrement du barrage de Saint Francis le 12 mars 1928 qui a coûté la vie à plus de 430 personnes. Malgré l’importance prise par les mouvements conservationnistes et préservationnistes au début du xxe siècle, les grands aménagements priment pour accompagner la croissance démographique et le développement économique dans un processus qui s’auto-entretient.

11Dans les pays les plus développés, les années 1960 ont constitué un tournant important avec une prise de conscience des enjeux environnementaux qui permet de remporter des succès médiatiques mais aussi factuels. Roy Carpenter rapproche notamment la parution de Silent Spring de Rachel Carson en 1962 – ouvrage fondateur de l’écologie moderne – et l’affaire Scenic Hudson, lutte d’apparence victorieuse menée de 1963 à 1965 contre le projet de barrage hydroélectrique qui aurait défiguré Storm King Mountain, un des lieux les plus symboliques de l’histoire des États-Unis. En France, la loi du 16 décembre 1964 qui fonde la politique de gestion de l’eau par bassins versants et comités de bassin résulte d’une volonté politique de dépasser les clivages entre départements ministériels et de favoriser une bonne gestion de la ressource tout en la protégeant (Stéphane Frioux). Cependant, ces deux avancées majeures ne peuvent masquer la complexité des enjeux sous-jacents et les nombreux échecs qui ont suivi, inhérents à la façon dont les problèmes étaient posés. Que ce soit en France ou aux États-Unis, il est nécessaire de prendre en compte une longue genèse de la politique de l’eau faite d’une lente stratification juridique depuis le xixe siècle. Après la loi sur l’eau de 1964 en France et la loi sur la politique environnementale nationale de 1969 aux États-Unis, il n’existe toujours pas de droit unifié de l’environnement. La législation continue à évoluer. Protéger un site au nom de sa qualité esthétique et de ses usages récréatifs ne permet pas de construire une politique globale de réduction des risques. Les nouvelles configurations de pouvoir créées par ces lois permettent à de nouveaux acteurs d’intervenir et de défendre leurs droits mais ne peuvent masquer les intérêts divergents et la constance de la poursuite d’une politique industrialiste et productiviste. Le dilemme fondamental entre réduction des risques et soutien au développement se pose depuis les débuts de la Révolution industrielle. Les solutions adoptées au cours du xxe siècle consistent bien souvent à corriger les effets les plus néfastes et les plus visibles des sécheresses, inondations et pollutions tout en encourageant des activités et des aménagements qui contournent les objectifs. La façon dont les normes sont fixées, en matière de pollution notamment, est au cœur des problèmes posés par le développement.

12Le cas des évolutions de la politique de l’eau en URSS au cours des années 1960 et 1970 (Laurent Coumel) montre qu’en contexte communiste, les enjeux de gestion des risques sont similaires, avec cependant des écarts encore plus importants entre les objectifs affichés et les réalisations. Les politiques d’assainissement restent ainsi très insuffisantes malgré la loi sur la protection de la nature de décembre 1960 et la création d’un Comité d’État républicain russe pour l’eau (Gosvodkhoze) en 1961. Le manque d’écoute des autorités scientifiques, la difficulté à réformer, la prolifération institutionnelle et le manque d’investissements au cours des années 1970 et 1980 expliquent les limites de la mise en œuvre de bonnes pratiques, avec des conséquences sur la pollution des cours d’eau et des lacs qui s’observent jusqu’à nos jours.

13Les conflits autour de la maîtrise de l’eau existent partout dans le monde mais certains ont une ampleur liée au caractère indispensable des aménagements et aux besoins d’une population très dense en forte croissante. Ce n’est pas l’aménagement qui crée la demande mais des besoins vitaux qui nécessitent des aménagements de grande ampleur : barrages, canalisations et pompages en profondeur qui modifient non seulement le régime hydrologique d’un bassin versant mais aussi les réserves hydrauliques souterraines et la qualité de l’eau disponible. Le cas du partage de l’eau du fleuve Cauvery dans le sud-est de la péninsule indienne éclaire ces phénomènes. Il a fait l’objet de nombreuses analyses compte tenu à la fois de sa durée depuis la fin du xixe siècle, par-delà les différents régimes politiques de l’Inde, et de l’importance des enjeux de l’irrigation des cultures pour nourrir une population très nombreuse. L’analyse hydrologique menée dans ce numéro par Nils-Otto Kitterød révèle les multiples effets pervers de la façon dont ont été gérés les aménagements qui épuisent et dégradent la ressource, notamment les pompages dans la nappe phréatique et l’évaporation due au stockage dans des barrages et des réservoirs, alors que la consommation d’eau dans le bassin augmente considérablement au fil des décennies. Il ne s’agit pas de contester l’utilité des aménagements mais de prendre conscience que les solutions techniques génèrent de nouveaux conflits en créant de nouvelles conséquences en chaîne. On peut le constater avec l’héritage de décisions prises au temps de la colonisation britannique, notamment un accord de 1924 qui accompagnait la création d’un barrage. Les solutions doivent prendre en compte une connaissance plus fine des prélèvements et des phénomènes hydrologiques. Il est donc moins question dans ce cas de prise de conscience environnementale que de gestion des rapports de force et du rôle de l’expertise hydrologique. Le sous-continent indien (Inde, Pakistan, Bangladesh et Sri Lanka principalement) offre un panel d’exemples majeurs pour comprendre les enjeux des risques environnementaux et les conflits sociaux nés de la gestion de l’eau : c’est une sentinelle qui nous alerte de façon particulièrement marquante sur les tensions que fait peser le changement climatique en ce domaine. La prise de conscience environnementale est à un nouveau tournant.

Haut de page

Notes

1 Frédéric Lemaître, « En Chine, une sécheresse sans précédent menace la croissance », Le Monde, 19 août 2022 [En ligne] URL : https://www.lemonde.fr/international/article/2022/08/19/en-chine-une-secheresse-sans-precedent-menace-la-croissance_6138446_3210.html ; « Sécheresse en Europe : la situation actuelle la pire depuis 500 ans », Commission européenne : Représentation en France : Informations, 23 août 2022 [En ligne] URL : https://france.representation.ec.europa.eu/informations/secheresses-en-europe-la-situation-actuelle-la-pire-depuis-500-ans-2022-08-23_fr (consulté le 24 octobre 2022).

2 Sophie Landrin, « Le Pakistan ravagé par des inondations depuis trois mois », Le Monde, 29 août 2022 [En ligne] URL : https://www.lemonde.fr/international/article/2022/08/29/c-est-l-apocalypse-le-pakistan-ravage-par-des-inondations-depuis-trois-mois_6139339_3210.html.

3 Esther Michon, Stéphane Foucart, Stéphane Mandard, « Pesticides dans l’eau potable. Quels sont les risques ? », Le Monde, 3 octobre 2022 [En ligne] URL : https://www.lemonde.fr/podcasts/article/2022/10/03/pesticides-dans-l-eau-potable-quels-sont-les-risques_6144115_5463015.html.

4 Christèle Balut, Patrick Fournier (dir.), Au fil de l’eau. Ressources, risques et gestion du Néolithique à nos jours, Clermont-Ferrand, PUBP, 2013 ; Kim De Wolff, Rina C. Faletti, Ignacio López-Calvo, Hydrohumanities Water Discourse and Environmental Futures, Oakland, University of California Press, 2022.

5 Karl August Wittfogel, Oriental Despotism: A Comparative Study of Total Power, New Haven, Yale University Press, 1957.

6 James Scott, Homo Domesticus. Une histoire profonde des premiers États, Paris, La Découverte, 2019.

7 Sur les périodes médiévale et moderne, voir par exemple Patrick Fournier, Sandrine Lavaud (dir.), Eaux et conflits dans l’Europe médiévale et moderne, Toulouse, PUM, 2012, coll. « Flaran », XXXII.

8 Caroline Ford, Naissance de l’écologie. Polémiques françaises sur l’environnement, 1800-1930, Paris, Alma Éditeur, « Essai Histoire », 2018

9 Samuel P. Hays, Conservation and the Gospel of Efficiency; the Progressive Conservation Movement, 1890-1920, Cambridge, Harvard University Press, 1959.

10 Voir par exemple la discussion de cette question dans Habib Ayeb, L’eau au Proche-Orient. La guerre n’aura pas lieu, Paris, Karthala – Cedej, 1998.

11 Jérémy Allouche, « Géopolitique de l’eau en Asie centrale : de la colonisation russe à la conférence internationale d’aide à l’Afghanistan (1865-2002) », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien, n° 35, La question de l’enclavement en Asie Centrale, 2003, p. 123-154 [En ligne] DOI : https://doi.org/10.3406/cemot.2003.1687.

12 Raphaël Jozan, Les débordements de la mer d’Aral. Une sociologie de la guerre de l’eau, Paris, PUF, 2012 [En ligne] DOI : https://doi.org/10.3917/puf.jozan.2012.01.

13 Sur la notion de stress hydrique, voir Laurent Baechler, « La bonne gestion de l’eau : un enjeu majeur du développement durable », L’Europe en formation, 2012, 3, n° 365, p. 3-21. Les situations de stress hydrique sont définies en référence à l’indicateur développé par Malin Falkenmark en 1986, qui établit un niveau minimum de ressources en eau pour assurer une qualité de vie acceptable dans un pays moyennement développé dans une zone aride. En deçà de 1 700 m³ par an et par habitant, on diagnostique une situation de tensions potentielles entre ressources et besoins. En deçà de 1 000 m³, on parle de pénurie chronique. En deçà de 500 m³, la population fait face à une « pénurie absolue » d’eau.

14 Alain Cariou, « L’eau et l’aménagement du territoire en Asie centrale », Cahiers d’Asie centrale, no 25, 2015, p. 19-58 [En ligne] URL : http://journals.openedition.org/asiecentrale/3080.

15 François Jarrige, Thomas Le Roux, La contamination du monde. Une histoire des pollutions à l’âge industriel, Paris, Seuil, 2017, p. 13-15.

16 Geneviève Massard-Guilbaud, Histoire de la pollution industrielle. France, 1789-1914, Paris, Éditions de l’EHESS, 2010.

17 Stéphane Frioux, Les batailles de l’hygiène. Villes et environnement de Pasteur aux Trente Glorieuses, Paris, PUF, 2013.

18 Hervé Pujol (dir.), Tristes mines. Impacts environnementaux et sanitaires de l’industrie extractive, Bordeaux, Les études hospitalières, 2014.

19 Egina Malaj et al., « Organic chemicals jeopardize the health of freshwater ecosystems on the continental scale », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 111, no 26, p. 9549-9554, 2014, [En ligne] DOI : https://doi.org/10.1073/pnas.1321082111 [consulté le 24 octobre 2022] ; OCE 2015, « Pollution : l’état déplorable des eaux de certains bassins français » [En ligne] URL : https://oce2015.wordpress.com/2014/07/22/pollution-des-eaux/ [consulté le 24 octobre 2022]. Des équipes française (EDF, CNRS-Université de Lorraine), suisse (Institut fédéral de science et technologique aquatique, Dübendorf) et allemande (Universités de Leipzig et de Coblence-Landau) ont analysé en 2014 les pollutions organiques et chimiques sur 4000 sites européens disposant de mesures.

20 Gabriel Blouin Genest, Frédéric Julien, Sylvie Paquerot, L’eau en commun. De ressource naturelle à chose cosmopolitique, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Fournier, « Introduction : Aménagements hydrauliques, risque et pollution des eaux  »Siècles [En ligne], 53 | 2022, mis en ligne le 10 janvier 2023, consulté le 16 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/siecles/9834 ; DOI : https://doi.org/10.4000/siecles.9834

Haut de page

Auteur

Patrick Fournier

Centre d’Histoire « Espaces et Cultures » (UPR 1001), Université Clermont-Auvergne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search