Navigation – Plan du site

AccueilNuméros4VariaSémiotique de l’outil. Anasémiose...

Varia

Sémiotique de l’outil. Anasémiose et catasémiose instrumentées

Le Groupe µ, Francis Édeline et Jean-Marie Klinkenberg
p. 409-436

Résumés

La contribution prend place dans le cadre d’un travail visant à refonder la sémiotique en mettant en évidence ses fondements naturels et corporels ; ce travail établit une distinction entre l’anasémiose, ou production du sens, et la catasémiose, action du sens sur le monde. C’est dans ce cadre que l’on peut ménager une place à l’outil, non comme objet, mais comme instrument principalement catasémiotique (même s’il y a des outils anasémiotiques). L’article met l’accent sur les concepts d’énergie et de travail. Le sens pouvant être défini comme du travail potentialisé, les langages sont parmi les formes les plus économiques et les plus efficaces que prend cette potentialisation. Cette perspective permet de reprendre à neuf l’examen des fonctions de l’outil, fonctions parmi lesquelles on trouvera la formalisation de l’expérience, la routinisation des tâches, les différents types de médiation (au sens de Lévi-Strauss), la socialisation des savoirs et des pratiques. L’article propose enfin une typologie proprement sémiotique des outils fondée sur les critères que sont le type d’énergie impliquée, la forme de l’outil, son statut et son champ d’application. Il aborde également des questions particulières comme le rapport entre une sémiotique de l’outil et les sémiotiques de l’objet et des pratiques, le continuum organisme-outil et l’évolution diachronique de l’outillage, moteur de l’emprise croissante de la catasémiose dans le monde humain.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

cognition, perception, corps
Haut de page

Dédicace

À Elizabeth Harkot de La Taille

Notes de l’auteur

Le présent texte fait usage des rectifications orthographiques de 1990, recommandées par toutes les instances francophones compétentes, dont l’Académie française.

Texte intégral

1. Anasémiose et catasémiose

1.1. Deux processus nécessairement complémentaires

1La présente contribution prend place dans le cadre d’un travail visant à refonder la sémiotique en mettant en évidence ses fondements naturels, travail dont un aperçu a déjà été publié ici même (Groupe µ, 2011). Si Algirdas-Julien Greimas, un des maitres de la science de la signification, observait : « On peut dire que les progrès de la sémiotique, dans ces derniers temps, consistent pour l’essentiel dans l’élaboration de son champ de manœuvre, dans l’exploration plus poussée des possibilités stratégiques de l’appréhension de la signification. Sans qu’on sache rien de plus sur la nature du sens, on a appris à mieux connaitre où il se manifeste et comment il se transforme » (1970 : 17), cette question de la nature du sens peut en effet trouver aujourd’hui en effet un début de réponse dans celle du sens de la nature. Une nature dans laquelle s’inscrit et de laquelle relève le corps vivant et percevant du sujet sémiotique.

2Comme nous le démontrons ailleurs (e.g. Groupe µ [1998, 2011, à paraitre b]), le circuit de la signification et de la connaissance prend son départ dans ce monde naturel. Le processus part des stimuli issus de ce monde et aboutit à l’élaboration des structures sémiotiques. Ce processus de sémiogenèse, nommé anasémiose, a été décrit comme un enchainement de modules, traduisant en impressions de continuum les phénomènes digitaux du monde (Édeline [2008]), les réactions face à ceux-ci étant finalement transmises au cortex, où elles sont traitées sur le mode digital. La sémiose, loin d’être un phénomène sans lien avec le corps, tire au contraire son origine de celui-ci. Ce premier aspect de la corporéité du sens peut être qualifié de cognitif : le signe émerge de l’expérience, et doit être envisagé à travers les interactions qu’il entretient avec son contexte (au sens large du terme, incluant l’expérience du monde et d’autrui, de sorte que la corporéité dont il s’agit est une corporéité non point solipsiste mais sociale).

3Mais si le signe émerge de l’expérience, il oriente également l’action ; produit par le contact avec le monde, le sens débouche aussi sur un tel contact : sur des actions portant sur le monde. Ce processus, correspondant de l’anasémiose, peut recevoir le nom de catasémiose (cf. Groupe µ [à paraitre a]).

Fig. 1. Le cycle de la sémiose

Fig. 1. Le cycle de la sémiose
  • 2 S’inspirant d’une distinction anciennement proposée par von Uexküll, la biosémiotique distingue pou (...)

4Prendre acte de la corporéité du sens implique de tenir compte de ce temps catasémiotique. Cette obligation a bien été vue par Jacques Fontanille (2004, p. 17) : ce dernier note que « reconnaître que l’actant est (a) un corps, c’est aussi s’interroger sur les effets de ce corps sur la sémiosis [notre anasémiose] et sur les instances de discours qui la prennent en charge », mais aussi « sur la théorie de l’acte et de l’action [notre catasémiose], dont il est l’opérateur ». Autrement dit, il s’agit de prendre au sérieux le fait que le langage n’est pas un simple « instrument de réflexion, mais (…) un mode d’action » (B. Malinowski, apud Ogden & Richards, cités par Benveniste [1970, p. 14])2.

5Dans une théorie sémiotique compréhensive, il convient d’aller au-delà des aspects pragmatiques de la langue.

  • 3 Ainsi Denis Bertrand (2000, p. 7) soutient que si l’objet de la discipline est le sens, la sémiotiq (...)

6Les deux processus anasémiotique et catasémiotique peuvent certes être étudiés séparément ; et l’attention peut même se focaliser, à bon droit, sur un stade seulement d’un des deux processus. C’est d’ailleurs ce qu’a fait un pan non négligeable de la tradition sémiotique. La discipline s’est souvent limitée à l’étude rigoureuse non pas du processus d’anasémiose, mais au résultat de celui-ci : le sens, appréhendé dans sa systématicité, et même — autre restriction — à ses seules manifestations textuelles : posture que nous nommerons textualiste3. Certains courants philosophiques font le choix inverse : ils posent l’action comme première, antérieure donc à toute perception.

7Ces restrictions de point de vue, tout légitimes qu’elles soient, ne doivent pas faire oublier que les deux processus sont indissolublement liés par un lien de présupposition. De première part, une anasémiose sans catasémiose serait dépourvue de toute utilité. D’autre part, dans la mesure où elle ne se borne pas à de simples phénomènes mécaniques, une action sur le monde prend nécessairement son origine dans un sens alloué à ce monde et à ses acteurs.

1.2. Sens et énergie

8Cette postulation réciproque apparait plus nettement encore si l’on fait intervenir la notion d’énergie, qui peut jouer un rôle dans une théorie du sens unifiée, puisque le sens peut être défini comme du travail potentialisé (Groupe µ [2011, p. 305-307] et [à paraitre b]).

9On définit généralement le sens par son caractère négatif, ou différentiel. Or une différence ou un écart peuvent déboucher sur une transformation d’énergie et donc éventuellement être exploités pour cette caractéristique : dans le monde physique, une différence de niveau entre deux plans d’eau produit un courant hydraulique, une différence de potentiel produit un courant électrique, une différence de concentration produit une diffusion… On peut donc conclure : la différence est une énergie.

  • 4 On sait en effet que les formules de la théorie de l’entropie (ou dégradation de l’énergie) sont fo (...)

10Cette énergie pourra être consommée aussitôt sous forme de travail (au sens précis de grandeur physique), ce qui en constitue une valorisation directe. Mais l’effectuation peut aussi être différée, et cette fois, la valorisation est indirecte ; dans ce cas, on parlera de potentialisation. D’où le concept d’écart-moteur : l’écart est à la source de l’énergie, que celle-ci soit ou non consommée. Le travail permis par l’écart est une valorisation directe de ces écarts, la potentialisation du travail en est une autre, indirecte car différée. Dans le domaine de la vie, et plus particulièrement encore dans le domaine mental, cette énergie se présente sous forme d’information : l’entropie mesure une effectuation, et la néguentropie une potentialisation4. Or, comme on peut le démontrer (Granger [1968], Guiraud [1963]), information et sens ne sont pas antinomiques. Comme d’autre part nous avons appelé sens la mise en système des différences, on peut homologuer les descriptions physique et sémiotique, et ainsi aboutir à l’affirmation suivante : le sens est du travail potentialisé. L’anasémiose, ou genèse du sens, est donc une potentialisation du travail. Et cette potentialisation a un caractère démultiplicateur qui fait tout son intérêt, et qui explique peut-être son succès dans l’évolution : grâce à lui on peut commander des séquences de processus puissamment énergétiques grâce à des dépenses d’un cout proportionnellement dérisoire. Petites causes, grands effets. Le signe est une des formes les plus spectaculaires et les plus économiques que prend cette potentialisation.

  • 5 Dans les organismes les plus évolués, cette promesse peut être consciente. Elle prend alors la form (...)

11Comme on le voit, la catasémiose est un mouvement d’actualisation du potentiel, ou effectuation du travail. Le sens est une promesse de catasémiose5.

12Nous assumons donc la « raison instrumentale » (instrumentellen Vernunft) de Horkheimer, mais en la mettant à l’abri des déterminations idéologiques justement critiquées par l’École de Francfort, puisqu’on l’arrache à la contingence d’une culture donnée, en lui donnant un contenu anthropologique, voire biologique, plus vaste. Mais il serait erroné de croire que nous proposons de réduire l’anasémiose à un pur stade préparatoire de l’action et de la pratique. Ce serait là une erreur de perspective, due au fait que, dans le cadre restreint de cet article, nous nous centrons sur le versant cata de la sémiose, sorte de mal aimé de la discipline, au détriment de l’anasémiose, longuement étudiée ailleurs (e.g. Groupe µ [2011, à paraitre b]).

1.3. Perte d’information anasémiotique, inadéquation catasémiotique

13Que la catasémiose soit symétrique à l’anasémiose ne va pas sans une conséquence importante. Si la dernière permet l’élaboration de la catégorie, par un processus de regroupement (à partir d’une multitude de particuliers, on élabore un seul général ; cf. Klinkenberg [2004, 2009]), la catasémiose, tout naturellement, procède en sens inverse : à partir du général — la catégorie —, elle procède à une particularisation, son terme étant une action déterminée. Et c’est cette inversion qui oppose les deux processus : le regroupement anasémiotique étant payé par une perte d’information, ce qui a ainsi été perdu ne peut jamais être retrouvé dans le mouvement de particularisation catasémiotique.

14Ceci ne va pas sans une conséquence importante. Le regroupement est payé par une perte d’information. Et ce qui a ainsi été perdu ne peut jamais être retrouvé dans le mouvement de particularisation catasémiotique. Cette perte explique que les actions, les comportements, les attitudes, présentent fatalement un trait d’inadéquation ou d’inappropriation. (Prenons un exemple simplifié à l’extrême, mais éloquent : la fréquentation répétée de ruminants placides peut m’amener à construire la catégorie correspondante. Mais je puis m’inscrire à un safari en Afrique, et y rencontrer des buffles, individus que je pourrais aisément indexer sur ladite catégorie. Si, au nom de cette catégorisation, je m’approche sans méfiance, le résultat est clair : je risque bien de me faire piétiner). Action déterminée ne signifie donc en aucun cas action adéquate. Sans doute, ce double processus de généralisation et de particularisation, avec son corolaire qu’est la perte d’information, est-il l’origine de nos imperfections, de nos tâtonnements, erreurs tragiques ou méprises grotesques.

1.4. La pulsion actionnelle

15La complémentarité de l’anasémiose et de la catasémiose a une autre conséquence : c’est qu’on est en droit de parler de pulsion actionnelle, ou transformative.

  • 6 Parfois, la seule vision de nourriture produit la salivation, de manière réflexe.

16En effet, si l’anasémiose postule une pulsion interprétative, et si l’anasémiose implique la catasémiose, alors cette dernière postule nécessairement une pulsion analogue, de même qu’une potentialisation suppose une effectuation. Et ces deux pulsions s’orientent réciproquement : les informations interprétées répondent à des besoins, ces besoins demandant à être satisfaits, et la quête de cette satisfaction déclenche la mise en service d’une grille interprétative. Par exemple, l’identification d’une entité catégorisée comme nourriture implique la possibilité de consommer celle-ci. Et, de manière symétrique, le besoin d’alimentation active les mécanismes interprétatifs permettant d’extraire de l’environnement les entités correspondant à la catégorie nourriture6.

17Parmi les instruments de la catasémiose, on situera bien évidemment les signes : stabilisant la catégorisation (notamment en renforçant sa stabilisation interindividuelle ; cf. Klinkenberg [2000]), ils facilitent la répétition des actions sur lesquelles elle peut déboucher : en d’autres termes, ils renforcent la routinisation ; constituant une sémiose indirecte et donc longue (cf. Groupe µ [2011, p. 307-308]), ils permettent d’expérimenter sur des substituts au lieu d’expérimenter sur des choses. C’est particulièrement le cas des récits, qui intègrent d’une part une dimension syntaxique dont on sait toute l’importance dans la sémiogenèse (e.g. Groupe µ [à paraitre b], Édeline [2004]), d’autre part une dimension sociale : ils fournissent des cadres permettant de donner sens aux actions des sujets et de leurs partenaires (cf. Gallagher [2006], Gallagher & Hutto [2008]). C’est aussi le cas pour un système comme celui des formules chimiques (Schummer [1996]). La fonction expérimentative, qui est une propriété de tous les systèmes de signes, est rendue possible par les règles dont sont munis ces systèmes. Les signes deviennent ainsi ce qu’Ursula Klein (2001) appelle très justement des « outils de papier » (paper tools), en soutenant que leurs aspects pragmatiques et syntaxiques les rendent entièrement comparables à des outils physiques de laboratoire.

18Dans maints usages métaphoriques, le mot « outil », considéré comme d’abord affecté d’un sens matériel (souligné par des locutions comme « boite à outils »), est utilisé pour renvoyer à des opérations d’ordre symbolique : on parle ainsi d’outils mathématiques, d’outils pédagogiques, d’outils sémiotiques, etc. Nous voudrions ici renverser la perspective, et poser que, dans le cadre élargi qui est le nôtre, tout outil, même au sens le plus matériel, a sa place légitime dans une sémiotique. Si le signe est un outil, il n’est donc pas le seul dont la sémiotique doive s’occuper.

1.5. Sémioticiens sur le métier

  • 7 Cf. Zinna et al. (2005). Parce qu’elle met en avant le facteur technologique, une « sémiotique des (...)

19Ce n’est certes pas la première fois que l’outil est convoqué sur la scène sémiotique. Un certain nombre de travaux sur les outils, les instruments et les machines ont vu le jour ces dernières années, sans compter que les concepts de sens et de travail (et donc d’énergie) avaient depuis longtemps été associés par un Rossi-Landi (1968), et que l’activité sémiotique avait déjà été décrite comme un travail par Eco (1975, p. 203 ss.). Parmi ces travaux, on détachera ceux d’Alessandro Zinna, organisateur avec Jean-François Bordron d’un colloque sur la sémiotique des machines, tenu à Urbino en 20047.

  • 8 À la notable exception de Bordron (2005), qui exploite les travaux de Jacques Lafitte (1932) et ceu (...)
  • 9 On notera que dans tout ce qui suit, nous parlerons de sujet, et non d’agent humain. En effet, l’hu (...)

20Toutefois, la perspective interdisciplinaire indispensable à leur objet fait défaut à ces travaux, très souvent programmatiques et qui ignorent le plus souvent l’importante production en mécanologie8 et en éthologie9. Mais surtout, la catégorie de l’outil s’y voit le plus souvent diluée dans deux cadres plus généraux : celui de la sémiotique des objets, où les travaux de Jean-Marie Floch ont fait date (cf. aussi Landoswki et Marrone [2001], Deni [2002]), et celle de la sémiotique des pratiques.

  • 10 Cf. aussi Fontanille et Zinna, dirs (2005).

Ces deux courants ont d’ailleurs fusionné. Dans ses Pratiques sémiotiques (2008), Jacques Fontanille ménage ainsi, à côté des signes et des énoncés, une place aux objets et aux scénarios d’usage des premiers et de ceux-ci ; et c’est entre le niveau de l’énoncé et celui de la pratique en acte que l’objet prendrait place10.

21Mais cette insertion masque plusieurs composantes capitales de l’outil et ne permet pas d’en faire ressortir tout l’impact sur la théorie sémiotique.

  • 11 À ce stade, nous pouvons ne faire aucune distinction entre outil, instrument et machine simple, et (...)
  • 12 Perspective restreinte que Bordron (2005, p. 16) définit plaisamment de la sorte : « Le problème de (...)

22La première dimension ainsi occultée est la gestion de l’énergie, concept dont nous venons de rappeler l’importance dans le cadre d’une théorie générale du sens (Groupe µ [2011, p. 305-307]) : en tant qu’il transporte et transforme l’énergie11, l’outil mérite assurément une place à part dans la catégorie des objets. C’est faute de tenir compte de cette dimension transformatrice que l’on restreindrait le champ d’une sémiotique des outils à ceux qui ont pour fonction principale d’agir sur le sens12. Non qu’il faille exclure ceux-ci, évidemment : on verra au contraire tout l’intérêt qu’il y a à reconnaitre le continuum entre les langages et les outils.

23Une seconde source de confusion est que la sémiotique examine les objets autant pour leurs valeurs symboliques ou sociales que pour leurs fonctions actionnelles. Or ces dimensions relèvent de l’anasémiose, et il est capital de maintenir sa distinction d’avec la catasémiose, qu’il importe de prendre en considération pour elle-même. Du coup, l’objet est fréquemment perçu comme instrument de communication ou à la rigueur comme instrument agissant sur les sujets (Deni, 2002), mais non comme instrument de transformation du monde.

  • 13 Dans Fontanille (2008), l’objet est surtout vu comme le support matériel de l’énoncé, où il préfigu (...)

24Enfin, les courants que l’on vient d’évoquer sont très majoritairement habités par ce que nous avons appelé le textualisme : ce qui compte est alors surtout soit la figuration de l’outil ou de l’objet dans un corpus textuel (e.g. Levy & Park [2005]), soit la conception qu’une épistémè peut élaborer de l’outil (e.g. Bordron [2005]). Même dans les travaux apparemment les moins textualistes flotte encore un parfum de logocentrisme. « Si les pratiques peuvent être qualifiées de ‘sémiotiques’, elles doivent pouvoir être assimilées à un langage », explique Fontanille (2010, p. 10) ; or les unités du plan de l’expression des pratiques ne sont pour lui accessibles qu’à travers diverses manifestations épisémiotiques (verbales, gestuelles, physionomiques…). En effet, ces unités ne pourraient « être déduites rétrospectivement à partir d’une transformation constatée in fine », pour la raison qu’une pratique serait « un déroulement ouvert en amont et en aval, qui n’offre donc aucune prise pour une confrontation entre une situation initiale et une situation finale » (id.), « à la différence d’une action textualisée » (Fontanille [2011, p. 132]). Or ceci est contestable : les énoncés linguistiques sont aussi ouverts que les procès factitifs. Leur clôture n’est pas donnée, mais est le produit d’une décision méthodologique, laquelle peut très bien être prise aussi dans le cas des procès catasémiotiques comme d’ailleurs dans celui de tous les procès anasémiotiques13.

2. Des outils : pour quoi faire ?

2.1. Fonctions de l’outil

2.1.1. Outil et routine

25On observera bien sûr que l’outil ne semble pas saturer toute la catasémiose : il y a des actions physiques musculaires non implémentées par lui. Mais d’une part, comme on va le voir, le terme outil peut recevoir une définition très large, si large qu’elle pourrait recouvrir une part importante de ces actions ; de l’autre, l’outil permet d’observer de près les conséquences de l’introduction de la notion d’énergie dans le champ sémiotique, que nous avons proposée antérieurement (Groupe µ [2011, p. 305-308]) ; enfin, que le signe soit un outil vaut assurément une place importante à ce concept dans une théorie étendue ; notamment en ce qu’il doit toujours faire l’objet d’une interprétation, qui est la principale catasémiose reconnue par la pensée peircienne.

26Tous les outils sont nécessairement insérés dans le cadre de pratiques, où ils forment ce qu’on appelle en informatique des routines ; autrement dit un paquet d’opérations regroupées, transposables à de multiples configurations mais dotées d’une spécificité globale (avec un marteau on peut casser ou enfoncer des choses fort différentes, mais on ne peut agir sur la perception des couleurs).

27Dans ce qui suit, ces routines seront appelées fonction. Un mot qui n’est pas neutre, dans la mesure où la notion de fonction présuppose une intentionnalité, même diffuse : un outil n’a d’efficacité qu’inséré dans une conduite — définie comme schéma d’action orienté vers un objectif précis — ou une série donnée de conduites. De telles séries ne sont évidemment pas closes. L’outil autorise en effet souvent la sérendipité : ainsi, une loupe est vouée à servir un ensemble limité d’opérations menées pour atteindre un objectif ou une série d’objectifs précis qui se regroupent autour du thème de la vision de choses malaisément visibles, mais elle peut aussi servir à allumer du feu. Non clos, l’ensemble d’opérations est toutefois limité à plusieurs points de vue, définis par l’objectif. Il l’est notamment du point de vue de la sensorialité mise en jeu (visuelle dans notre exemple), du point de vue du type d’action physique impliquée (ici l’optique), du point de vue de son champ d’efficacité (ici borné à un certain niveau d’agrandissement) et du point de vue du type de procès sémiotique engagé (ici anasémiotique).

  • 14 Cette réification produit historiquement des familles d’outils et des fossilisations autour d’une f (...)

28Toute création d’outil présuppose donc l’identification d’une tâche à exécuter et généralement celle du caractère répétitif de cette tâche. Cette mise au point comporte dès lors une anasémiose préalable, au cours de laquelle est élaboré un modèle général de la tâche, mettant en évidence ses invariants (autrement dit, en élaborant une catégorie ; cf. Klinkenberg [2009]). Une fois cet invariant identifié, une réponse à la répétitivité peut être élaborée, sous la forme d’un outil, qui n’est rien d’autre que la réification d’une routine (ou, en termes plus imagés, la fossilisation d’une catasémiose)14.

  • 15 C’est ainsi qu’Eco (1999, p. 370-371) distingue des prothèses substitutives, extensives et démultip (...)

29Autrement dit, l’outil a pour fonction de permettre le prolongement (l’amplification, la facilitation, le renforcement, l’élargissement du champ d’application) d’une action sémiotique constituant une réponse pertinente à une tâche récurrente, ou de lui substituer une autre action, considérée comme équivalente à la première du point de vue de l’obtention des effets de la conduite considérée15. Le marteau est une bonne illustration du premier cas, la roue du second.

30Au nom de ce principe d’équivalence, il est évident que les signes sont pleinement des outils, au sens propre et non au sens figuré. En effet, grâce à la fonction de renvoi, ils permettent d’agir sur des substituts au lieu d’agir sur des choses, comme on l’a rappelé ci-dessus. Cette nature instrumentale se confirme encore si l’on rapproche le signe des outils que pourraient être les organes des êtres vivants. Mais avant de procéder à ce rapprochement, la nature ustensilaire de ces organes doit évidemment être discutée (ce que nous faisons ci-après en 2.1.2.) et la spécificité sémiotique du fonctionnement de l’outil doit être établie (ce qui sera fait en 2.2.1. et 2.2.2.).

2.1.2. Outils et organes : un continuum ?

31Certains n’hésiteront pas à utiliser le mot « outil » pour désigner les organes mis au point au cours de l’évolution. Et il est exact que la ressemblance entre les deux catégories d’objets est forte.

32C’est d’abord le cas du côté de la fonction de ces objets, si l’on donne à outil le sens large de tout dispositif, matériel ou symbolique, servant une fin de façon récurrente. De ce point de vue, on voit immédiatement la parenté de l’œil et de la loupe, et tout lycéen a été habitué à comparer cet œil et la chambre noire. C’est encore le cas du côté de la structure de ces objets : le premier marteau est le poing, le premier levier est la mâchoire. Mais ce l’est encore davantage dans leur tendance à se disposer en séquences où les processus s’enchainent : du côté des outils, on pensera au dépôt d’un réactif chimique suivi d’une observation au microscope, au bris de la patte d’un crustacé comestible à l’aide d’une pince, suivi de l’extraction de sa chair à l’aide d’un crochet ; du côté des organes, à la propagation d’un influx nerveux le long d’une chaine de synapses, d’axones et de dendrites, ou au métabolisme, qui enchaine des opérations spectaculairement plus différenciées. Mais cette séquentialité opère déjà au niveau fondamental : tout organe peut être décrit comme une triade, où l’on trouve une entrée, un traitement et une sortie.

  • 16 Ce continuum entre l’outil et le corps, l’interne et l’externe, se retrouve avec les mécanismes de (...)

33En fin de compte, on observe bien un continuum, allant des terminaisons nerveuses à l’accélérateur de particules. Ce qui va dans le sens de l’unification qui est au cœur de notre projet (Groupe µ [2011]). Au nom de ce continuum, on admettra par exemple que les outils ne doivent pas nécessairement être des artéfacts, mais peuvent être une partie du corps (la main mise en cornet devant l’oreille) ou un autre corps (la courte échelle)16.

34Mais peut-on tirer argument de ce continuum pour appeler outil toute structure permettant un traitement séquentiel de données ? À ce compte, tout serait outil, depuis l’enzyme jusqu’à un quelconque messager chimique ; et c’est bien une telle position que défend Wagner (1997).

35Or même arbitraire et graduelle, la frontière entre les organes et les autres dispositifs a une pertinence évidente tant en sémiotique qu’en éthologie ou en psychologie développementale. En particulier, du point de vue sémiotique, on notera que le continuum ne concerne que les structures et les fonctions. Dès le moment où le sens intervient, une solution de continuité s’observe, qui produit une externalisation de la fonction. La fonction de renvoi (cf. Groupe µ [à paraitre b]), avec sa valeur expérimentative, permet en effet de confier à une autre instance la fonction remplie par l’organe. C’est ce que nous nommerons externalisation de la fonction.

  • 17 À l’appui de cette position, E. Harkot de La Taille (communication personnelle, 2013) fait observer (...)

36En conséquence, on choisira de conserver la distinction entre corps et outil (et on évitera de recourir au mot « outil » pour désigner par exemple des parties du corps appréhendées dans leur fonctionnalité propre : le cornet de l’oreille, qui facilite l’audition bien plus qu’un simple orifice, l’oreille gigantesque de l’éléphant, qui lui permet de percevoir des infrasons, la main, plus adroite qu’un simple moignon...)17. Mais cette distinction sera graduelle, et fondée sur trois critères : on dira que le statut d’outil sera d’autant plus net que l’objet sera artefactuel, que sa fonction sera externalisée et qu’il fera l’objet d’une appropriation consciente.

2.2. Anasémiose, catasémiose et médiation

2.2.1. Outils anasémiotiques et outils catasémiotiques

  • 18 Lorsque le mot « outil » est employé, il désigne plus volontiers les catasémiotiques (le français u (...)

37Les outils agissent sur les deux versants de la sémiose et sont dès lors de deux types : les outils anasémiotiques d’une part et les catasémiotiques de l’autre. Les premiers — par exemple la loupe, le microscope électronique, l’antenne, le cornet acoustique, la chambre à bulles... — participent à l’allocation de sens aux segments du monde et à la mise en forme de ce sens. La chose est bien connue pour les signes, mais cette mise en forme est aussi, par exemple, la fonction des instruments scientifiques, réglés pour rendre compte d’une gamme précise de phénomènes. Les seconds types d’outil — marteau, perceuse, seringue, fusée, canon à neutrons, discours performatifs et plus généralement énoncés envisagés dans leurs aspects illocutoires et perlocutoires (« dire, c’est faire »…) — participent de l’action sur les segments du monde, en fonction du sens donné à ces segments et des objectifs poursuivis18.

38Les outils semblent être résolument spécialisés dans l’une ou l’autre de ces familles de fonctions. Même si, de facto, un même outil peut jouer les deux rôles, séparément ou simultanément (une clé USB permet in fine de prendre connaissance d’un énoncé, mais aussi de donner celui-ci à connaitre) ou si les différents aspects des outils peuvent être impliqués dans des processus ou des procédures complexes où les deux fonctions sont inextricablement solidarisées, séquentiellement ou non. On se rappellera le bel exemple des microondes, d’abord mobilisées dans le cadre de procédures anasémiotiques, mais qui se sont par ailleurs sérendipitiquement révélées avoir un impact catasémiotique intéressant : la production de chaleur. Le langage articulé représente un cas similaire : d’un côté il formalise le sens de l’expérience, mais de l’autre il est susceptible d’exercer une action sur le monde, spectaculairement dans le cas de ses fonctions performatives, mais de manière non moins efficace avec le rôle qu’il joue dans le pathos rhétorique.

39Un autre point commun entre les deux types d’outils est qu’ils exercent l’un et l’autre une action de formatage : ils constituent le résultat d’une catégorisation des tâches et contribuent ainsi à la catégorisation du monde, qu’ils élaborent en y déterminant une fenêtre. Les outils sont aussi des questions au monde.

  • 19 Que les deux types d’outils se présentent en séquence dans une même chaine opératoire n’a rien que (...)

40Néanmoins, de jure, les deux aspects de l’outil sont bien distincts. Dans le décours d’une séquence d’actions considérée comme homogène du point de vue anthropologique ou social — ce que les éthologues appellent « chaine opératoire » —, il n’est d’ailleurs pas malaisé de bien distinguer les deux types de familles de fonctions à l’œuvre : le marteau du chercheur de fossiles, son burin et sa brosse jouent un rôle de type catasémiotique — ils permettent de modifier l’environnement afin d’en rendre certains composants observables —, mais cette observation elle-même, qui n’est possible que si le fossile a été préalablement dégagé, reste de nature oculaire et peut d’ailleurs mobiliser d’autres outils, comme la loupe ; l’accélérateur de particules a une action catasémiotique, mais le résultat de cette action est rendu observable par d’autres outils, par exemple une chambre à bulles, qui lui permettront de livrer des informations19. Les outils ou les parties d’outils se définissent donc rigoureusement par leur participation à l’anasémiose ou à la catasémiose.

41Il reste également important de distinguer les deux types d’outils, parce qu’ils servent des intentionnalités différentes : les premiers sont des manifestations de la pulsion interprétative (cf. Groupe µ, 2008), les seconds de la pulsion actionnelle ou transformative (cf. § 1.3.).

  • 20 Observons que l’éthologie a surtout décrit des outils catasémiotiques : des objets utilisés pour tr (...)

42Le lecteur de nos exemples aura noté que nous ne séparons décidemment pas le langage des autres outils : une insertion qui ne lui donne ici aucun privilège20.

2.2.2. Le rôle médiateur de l’outil

  • 21 Sur la notion de médiation, voir Lévi-Strauss (1958), Groupe µ (1977, chap. II, 3) et Klinkenberg ( (...)

43Situé tantôt sur le versant anasémiotique tantôt sur le catasémiotique, l’outil joue un rôle médiateur21 entre les acteurs vivants et les objets (que ceux-ci relèvent ou non du monde naturel), entre lesquels il s’interpose. Comme l’a établi Simondon (1968, apud 2005, p. 86), cette puissance médiatrice s’observe au stade le plus élémentaire de l’instrumentalisation de la nature (exemple de la falaise servant à acculer des animaux pourchassés). La puissance médiatrice n’est donc pas la propriété exclusive des outils qui ont une nature sémiotique immédiatement perceptible, comme le langage verbal ou iconique.

44Un outil ne saurait dès lors être un objet monobloc : il présente toujours au moins trois composants : son noyau central (de quelque nature que soit celui-ci : un corps solide dans lequel des vibrations se propagent ou un mécanisme sophistiqué) mais aussi deux « extrémités », ou faces, l’une tournée vers le sujet, l’autre vers l’objet. Autrement dit une entrée et une sortie, comme Zinna (2004) l’avait bien noté.

45Ce que figure le schéma ci-dessous, où les deux lignes distinguent les outils ou parties d’outils anasémiotiques et les catasémiotiques.

Fig. 2. L’outil comme dispositif médiateur

Fig. 2. L’outil comme dispositif médiateur

46Le manche du marteau, tenu par la main, et sa tête, en contact avec l’objet à casser ou à enfoncer, offrent un exemple catasémiotique simple mais frappant (si l’on ose dire) de cette nécessaire polarité ; le microscope en est un autre, anasémiotique celui-là ; et sa terminologie rend bien compte de sa dualité : d’un côté nous avons l’oculaire, auquel s’applique l’œil non équipé, de l’autre l’objectif, permettant aux radiations lumineuses ricochant sur l’objet de transiter vers l’autre extrémité. Quant à l’accélérateur de particules, il met en scène le couple indissociable d’un physicien lançant l’appareil et d’une particule choisie.

47Cette observation laisse entrevoir que le concept d’articulation — propriété qu’a une unité sémiotique de se subdiviser en unités plus petites combinées entre elles, ou de se combiner à d’autres pour produire de nouvelles unités d’un rang plus élevé — s’applique parfaitement à l’outil.

  • 22 Bordron (2005, p. 19) note que la notion de « pièces détachée » est essentielle pour définir la mac (...)

48En effet, d’une part, les médiations peuvent parfaitement se présenter sous la forme de chaines : si le marteau a une face amont et une face aval, le clou qu’il permet d’enfoncer a lui-même une face amont et une face aval. (Observation simple confirmant que la médiation est en général une relation transitive). De l’autre, les noyaux eux-mêmes se présentent souvent comme un assemblage de parties22. Des parties non point disjointes, comme le suggère l’expression « pièce détachée », mais solidaires. Simondon (1968, apud 2005, p. 91) note d’ailleurs que le point faible d’un outil est toujours le point de jonction entre parties ; d’où l’importance d’une « autocorrélation interne » sans laquelle l’outil ne peut fonctionner.

2.3. Outil, sens et signe

49Une fois toutes ces précisions apportées, on peut revenir au rapprochement entre les outils radicalement externalisés, les outils organiques et les signes.

  • 23 Dans l’outil, ces trois termes sont le noyau, la face amont et la face aval.

50Ce qui précède permet de rapprocher l’outil de l’organe (cette fois sans être tenté de les confondre). Rapprochement qui peut être fait du double point de vue de leur rôle et de leur structure : tous deux peuvent en effet être décrits comme une triade, où l’on trouve une entrée, un traitement et une sortie23.

51Mais bien mieux, le rapprochement peut maintenant être fait aussi avec le substrat corporel du sens et des signes susceptibles d’exprimer ce dernier. La neuropsychologie cognitive confirme en effet l’idée d’un traitement du sens sous une forme de séquences ustensilaires, comportant des entrées et des sorties : « Les modèles cognitifs classiques considèrent la cognition sous la forme d’un système général poursuivant des buts et manipulant des symboles. Ces symboles sont l’objet de processus divers qui les manipulent et les transforment en d’autres symboles. Le but de la psychologie cognitive est de spécifier la nature des symboles et des représentations qui sous-tendent les performances. Ce système de traitement est de capacité limitée et, lorsqu’on postule que certains processus sont organisés en séquence, l’examen du temps mis pour accomplir une performance (...) permet d’en approcher la complexité » (Seron [1993, p. 115]).

52Ce traitement ternaire du sens est particulièrement mis en évidence par le paradigme modulariste. À la question « de savoir comment cet algorithme et ses représentations sont implémentées dans le cerveau (…) comment sont physiquement réalisés les processus de traitement de l’information et quel est le support matériel des représentations sur lesquelles ils opèrent » (1993, p. 9), il répond en effet que « la cognition humaine est composée d’un ensemble fini de sous-systèmes plus ou moins autonomes et chaque sous-système est lui-même décomposable en un ensemble de sous-composants » (1993, p. 10) ou encore que « la cognition humaine est composée de différents systèmes de traitement de l’information spécifiques et autonomes. (...) Sur le plan neurophysiologique, les modules correspondraient à des structures neuronales fixes et précâblées dans le Système Nerveux Central. (...) les traitements modulaires échapperaient à la conscience et nous n’aurions accès qu’aux produits des traitements effectués et non aux opérations elles-mêmes (...) Les systèmes modulaires seraient caractéristiques des processus qui traitent les signaux présentés en entrée (input module) et de ceux qui contrôlent l’action (output module) » (1993, p. 18-21).

53De sorte que le schéma ternaire vaut également pour les modèles connexionnistes, dont il a aussi déjà été question. Ce modèle décrit certes la cognition à partir de réseaux d’unités interconnectées fonctionnant en parallèle et sans hiérarchie linéaire. Mais là encore, on observe que si ces réseaux comportent un certain nombre de couches, on doit toujours distinguer une couche d’entrée, une ou plusieurs couches intermédiaires et une couche de sortie.

3. Typologie sémiotique de l’outil

  • 24 Ceci ne signifie donc pas que nous niions l’opérativité des typologies proposées par les mécanologu (...)

54Le développement des outils, tant dans l’évolution des espèces que dans l’histoire des technologies permet d’observer, comme anticipé, la progressive sophistication de cette médiation, en même temps qu’il suggère, au-delà de la distinction entre outils anasémiotiques et catasémiotiques, une typologie des outils fondée sur les variables affectées par ces développements et sémiotiquement pertinentes24.

55Ces modifications affectent en effet les différentes variables de l’outil, qu’il nous faut énumérer : ce sont le type d’énergie impliquée dans l’outil, la forme de ce dernier, son statut et son champ d’application.

3.1. L’énergie

  • 25 L’expression quantitative de ce fonctionnement des machines est connue depuis Simon Stévin et son é (...)

56Comme on l’a rappelé (§ 1.2), sens et énergie ont partie liée, tant dans la phase anasémiotique que dans la phase catasémiotique. Et il est trop évident que l’outil nécessite l’intervention d’une énergie. Il s’agit toujours de changer, pour une force, son point d’application, son intensité et sa direction. Une machine ne crée jamais de travail : au contraire le rapport entre le travail effectué et l’effort appliqué est toujours <125.

57Cette première variable qu’est l’énergie peut à son tour se laisser décrire comme le produit de trois facteurs : la source de l’énergie, sa potentialisation et sa transformation. Décrire un outil consistera à le situer dans une configuration particulière de ces trois facteurs.

  • 26 Il y a évidemment une relation séquentielle entre actualisation et potentialisation (ce qui est bie (...)

58Le premier facteur à prendre en considération est l’opposition entre énergie potentialisée et énergie actualisée. Il y a des outils qui fonctionnent grâce à la potentialisation d’une énergie (un ressort que l’on tend, un arc que l’on bande, la langue au sens saussurien du terme) ou dont la fonction est précisément de produire cette potentialisation (un accumulateur, un château d’eau, un dictionnaire). À l’inverse, d’autres outils déclenchent la dépense et actualisent l’énergie : le marteau, la bombe à neutrons, la parole26.

59Le second facteur est le rapport entre l’énergie déployée par l’outil et celle qui est mobilisée pour la même fonction, lorsque celle-ci n’est pas outillée. Si le propulseur apparait comme un prolongement matériel du bras humain, ce n’est pas seulement parce que son extrémité orientée vers le sujet est ce bras : c’est aussi parce qu’il utilise directement l’énergie de ce bras, qu’il rend plus efficace (l’arbalète utilise encore cette énergie, la différence étant que cette fois elle la potentialise).

  • 27 Notons que pour la physique théorique, il n’y a qu’une seule sorte d’énergie (la masse elle-même ét (...)

60Mais, pour obtenir un effet balistique de la même famille, le canon utilise une source d’énergie distincte, stockée dans la poudre. On distinguera donc des outils homoénergétiques et des outils hétéroénergétiques27.

61Le troisième facteur est la transformation. Comme on l’a rappelé, jamais l’outil ne crée l’énergie : il l’utilise autrement. Par exemple, il la concentre (c’est le principe du vérin, du cric, du levier, de la moufle, de l’engrenage, et même du marteau et du clou : l’énergie musculaire reste constante, mais elle est multipliée par un facteur de concentration). Il peut aussi la diluer (toujours l’engrenage, ou la souris de mon ordinateur que je puis paramétrer pour qu’elle ne rende compte que parcimonieusement de mes mouvements).

62La transformation fait donc qu’un même phénomène peut prendre des formes différentes (c’est la même énergie électrique que l’on retrouve sous la forme d’un flux d’électrons, sous la forme d’une d’accumulation ou sous la forme d’un effet magnétique dans un bobinage). Ce sont les mêmes mouvements que l’on observe avec les outils dotés d’un statut sémiotique plus immédiatement évident : une substitution de synonymes constitue une de ces transformations ; un résumé de texte ou des mots-clés sont des dispositifs concentrateurs d’énergie. À l’inverse, nombre de textes sont des dilutions ou des expansions d’autres textes.

63Au regard de cette première variable qu’est l’énergie, on peut donc risquer une typologie proprement sémiotique de l’outil, qui n’a rien à voir ni avec l’histoire des techniques ni avec des regroupements sectoriels ou corporatifs.

Homoénergie actualisée intransformée

propulseur

Homoénergie actualisée transformée

marteau

Homoénergie potentialisée intransformée

arbalète

Homoénergie potentialisée transformée

percuteur

Hétéroénergie actualisée intransformée

robinet

Hétéroénergie actualisée transformée

violon

Hétéroénergie potentialisée intransformée

accumulateur

Hétéroénergie potentialisée transformée

poudre à canon

64Sans entrer dans des considérations techniques, qui ne sont pas notre objet, on notera qu’au fur et à mesure qu’ils se sophistiquent, les outils font usage de sources d’énergie de plus en plus indépendantes de celle dont le sujet dispose au premier chef : ce que l’on a appelé l’hétéroénergie. Une telle liberté est un facteur spectaculaire d’allongement de la sémiose. Cette sophistication a aussi démultiplié les techniques de transformation, et surtout celles de potentialisation : l’évolution du marché des batteries (plomb-acide, nickel-cadmium, lithium ion…) en est un exemple éloquent. Mais le livre, les bibliothèques, les bases de données en sont un autre qui ne l’est pas moins.

3.2. La forme

65Par forme on entend ici l’agencement technique du dispositif. Cette forme peut varier sans que la fonction de l’outil soit modifiée.

66Le propulseur, qui a le lancement pour fonction, est le prolongement du bras humain, dont il a également la forme ; or ce dernier rapport disparait dans l’arbalète, qui a la même fonction. L’histoire des technologies montre ainsi qu’un surcroit d’efficacité a toujours été obtenu lorsque l’exercice de la fonction était dévolu à un outil n’ayant pas de rapport morphologique nécessaire avec l’instrument naturel : le rouleau et la roue n’ont aucun point de ce type en commun avec les autres dispositifs qui assuraient jusque-là la translation, et l’aviation n’a progressé que lorsqu’on a abandonné le principe de l’aile battante. Et on s’accorde à reconnaitre aux signes arbitraires une efficacité sémiotique supérieure à celle des signes motivés en ceci qu’ils permettent des structurations infinies du plan du contenu.

67Vérifié pour les signes, ce rapport entre le plan de l’expression et le plan du contenu doit valoir pour la totalité de la catégorie des outils, dont ils font partie. Et il en va bien ainsi. Dans la mesure où le propulseur ressemble à un bras et en est le prolongement, on peut y voir une double motivation de la forme du contenu par rapport à celle de son expression. Mais on ne trouvera rien de semblable avec le mélange d’ergols servant à propulser une fusée, qui est sa descendante ; et un ordinateur n’a évidemment aucune forme motivée par rapport à celles de ses fonctions, nombreuses et variées.

  • 28 On peut noter que ce type d’évolution, qui équivaut à une prise de distance par rapport au corps, s (...)

68L’indépendance de la forme est donc elle aussi un facteur d’allongement de la sémiose28.

69La répercussion de ces mutations est double : elles affectent ce que l’on va appeler ici le statut de l’outil, et son champ d’action, qui sont les deux dernières variables à convoquer.

3.3. Le statut

  • 29 Pour Leroi-Gourhan, l’outil primitif des anthropiens est un prolongement de la main : « L’outil […] (...)

70Les modifications techniques alléguées font progressivement passer l’outil d’un statut à un autre : du statut de prolongement à celui de pur substitut29. Le souligner est une autre manière de pointer l’allongement de la sémiose.

71Par exemple si le propulseur peut être vu comme un prolongement du bras, on ne peut en dire autant du bouton que l’on presse pour déclencher le lancement d’une fusée ou du clic qui permet d’envoyer un message à l’autre bout du monde ; le verre de lunettes est un prolongement de l’œil, ce qu’est beaucoup moins directement un radiotélescope.

  • 30 La limite extrême de cette contigüité — la nécessaire existence d’une chaine physique ininterrompue (...)

72Dans le domaine des signes, on peut établir une typologie des fonctions de renvoi (cf. Klinkenberg, à paraitre), où on voit le signe acquérir un rôle de substitut de plus en plus franc, avec les signes arbitraires notamment, l’indice et l’index pouvant être considérés comme des prolongements l’un de l’autre, en raison de la relation de voisinage qu’ils conservent avec l’objet de leur renvoi (Groupe µ [2011, p. 310-312])30.

3.4. Le champ d’action

73Mais surtout, les mutations des outils affectent le champ d’application de la fonction, soit en l’étendant, soit en le circonscrivant d’une manière nouvelle, soit encore en le déplaçant.

74Un exemple simple de cette mutation serait un outil permettant d’entendre les ultra-sons, parce qu’il transforme les vibrations en sons audibles. De manière générale, les instruments scientifiques — mais la chose ne se limite pas à eux — ont pour trait distinctif de modifier les résultats des comportements des objets non observables de façon à les offrir à l’observation.

  • 31 Le même recentrage peut opérer sur des phénomènes spatiaux en droit visibles — parce qu’ils pourrai (...)
  • 32 Elles ont d’ailleurs été récemment l’objet de l’attention soutenue de la communauté scientifique. D (...)
  • 33 Dans ces cas, ce n’est pas le phénomène lui-même qui est observé, mais une de ses conséquences : on (...)

75Prenons l’exemple des phénomènes visuels. On sait que les récepteurs de l’œil travaillent sur un empan de longueur d’ondes extrêmement restreint dans le champ des ondes connues : de 390 à 820 nanomètres (milliardièmes de mètres) exactement. En deçà et au-delà de ces fréquences, nous rencontrons d’autres radiations : dans le registre des ondes plus courtes, ce sont les rayons ultraviolets, puis les rayons x, puis les gamma ; dans celui des plus longues, ce sont les infrarouges, les microondes, les ondes radio… Or, on constate que, dans l’outillage scientifique, tout est mis en œuvre pour ramener, à toute force, le plus de données possible à l’intérieur de l’étroite zone 390-820 : le changement de fenêtre préserve les relations entre ces données en les transformant en différences qui opèrent dans ladite zone. Une série de techniques ont été mises au point qui permettent ce recentrage : lunettes infrarouges productrices de « fausses couleurs », écrans X, etc.31 Ces techniques sont bien sémiotiques32, s’apparentant à une traduction entre deux dialectes de la même langue, ou, en termes mathématiques, à une analogie par proportion : les relations de longueur d’ondes dans la zone visible — zone cible — sont considérées comme traduisant les relations entretenues dans la zone invisible, zone source. Ces changements de fenêtre concernent ici des rayonnements disposés en faisceaux spatiaux, tels qu’on puisse obtenir une correspondance point par point entre la donnée de départ (une étoile lointaine, un organe interne…) et l’image. Dans tous ces cas, on part bien d’une distribution spatiale pour aboutir à une autre distribution spatiale (la seconde conservant certains traits jugés pertinents de la première). Mais on peut aussi parfaitement retraiter des phénomènes invisibles parce qu’ils sont de nature à être perçus par d’autres sens que la vision, ou même ne pas être perceptibles directement33. Un graphique permet ainsi de grouper des grandeurs non visuelles ni même liées à un quelconque rayonnement : par exemple pressions, vitesses, températures, etc. Ici, il n’y a plus de faisceaux spatiaux au départ : seule l’image d’arrivée se présente comme une surface, ou un volume (cf. Groupe µ [1996]).

76On peut aisément généraliser ces exemples. Dans tous les cas évoqués d’outillage anasémiotique, les manifestations auxquelles il s’agit de donner sens sont in fine ramenées à l’intérieur d’une de nos fenêtres sensorielles. Ce peut être au prix d’un travail sur la fenêtre sensorielle d’origine, qui voit alors ses dimensions élargies ou déplacées (c’est le cas des ultrasons ramenés dans la zone de l’audible) ; mais cette incorporation peut aussi se faire grâce à la transformation de données extérieures à cette fenêtre sensorielle : les ultrasons peuvent être rendus visibles et les infrarouges audibles. Le même phénomène de transposition vaut pour les outils catasémiotiques : ils modifient les dimensions ou la nature des fenêtres de nos pratiques catasémiotiques, en nous permettant d’agir en dehors de la fenêtre constitutive. C’est l’exemple du sifflet à ultrasons utilisé pour chasser des oiseaux, ou de l’accélérateur de particules, qui lance des objets inlançables jusque-là.

77Tout ceci peut être synthétisé dans la liste suivante :

Fig. 3. Variables sémiotiques de l’outil

Énergie :

homoénergétique

hétéroénergétique

actualisée

potentialisée

intransformée

transformée

Forme :

homomorphe

hétéromorphe

Statut :

prolongement

substitut

Champ d’application :

maintien de la fenêtre d’origine

déplacement ou
changement de fenêtre

4. Allongement et socialisation de la sémiose

4.1. Extériorité et permanence : l’allongement de la sémiose

78Le schéma ci-dessus n’a qu’une valeur mnémotechnique et non matricielle. Dans certains cas, il présente des paires d’opposés : homoénergie et hétéroénergie ne connaissent pas d’intermédiaires. Dans d’autres cas, on a affaire à des axes le long desquels un outil peut occuper n’importe quelle position : il peut être faiblement ou fortement hétéromorphe, son énergie peut être faiblement ou fortement transformée, le champ de son action peut être imperceptiblement ou spectaculairement déplacé et ainsi de suite.

79Il n’y a pas non plus de solidarité entre les termes de chaque ligne, chaque variable étant indépendante de sa voisine. Il n’en reste pas moins que ce schéma suggère que l’outil sert l’allongement de la sémiose : toutes les caractéristiques situées à droite du tableau vont en tout cas dans ce sens. Sans que l’on doive voir ici quelque téléologie que ce soit, on rappellera que maintes innovations observées dans l’histoire des technologies (potentialisation accrue, multiplication de l’hétéroénergie, distance prise avec les structures corporelles, changement de fenêtre) obéissent à la même tendance.

  • 34 Dans un ouvrage ancien mais magnifiquement documenté, Frémont (1913, pp. 55 ss.) relate ses mesures (...)

80Un historien montrerait également que l’évolution des outils a permis de les rendre plus efficaces, par l’amélioration d’une ou de plusieurs des caractéristiques de la force mobilisée34 ou par l’amélioration de la précision et de la sécurité, mais aussi de plus en plus extérieurs au corps (voir le passage de la main placée en pavillon au cornet acoustique puis à la prothèse auditive) et de plus en plus permanents : la permanence constitue ainsi une mémoire de la routine.

81Rapporter les distinctions ci-dessus au temps de l’histoire et y inscrire les mouvements auxquels on vient de faire allusion permet de voir que ces évolutions sont à mettre en rapport avec l’existence des pulsions interprétative ou actionnelle, et que celles-ci ont un effet cumulatif. Ainsi, la mise au point de nouveaux outils d’observation scientifique répond bien à la libido interpretandi. Mais cette mise au point permet de formuler des interprétations dont certaines peuvent ne pas être satisfaisantes, et dès lors exiger la mise au point d’un outillage nouveau. On a ainsi divisé la matière en molécules, atomes, particules, sans que ce mouvement puisse jamais avoir un terme. Au fur et à mesure que l’interprétation s’enrichit, elle implique des outils de plus en plus nombreux, dans un processus illimité, qui est peut-être exponentiel.

4.2. L’outil dans la diachronie

82L’évolution de l’outillage humain a été décrite et commentée par de très nombreux auteurs (e.g. Frémont [1913], Laffite [1932], Simondon [1958, 2005]). Tous soulignent son perfectionnement progressif, aboutissant à une stabilisation des formes qui représenterait un état idéal. Examinée dans son parcours détaillé, l’évolution se révèle tendre asymptotiquement vers cette forme parfaite : chaque état successif fait apparaitre une lacune ou un défaut de l’outil, que l’on corrige par une modification appropriée. À mesure que l’on progresse, les modifications portent sur des détails de plus en plus minimes, d’où l’allure asymptotique des processus, par essais et erreurs, illustrant parfaitement le mécanisme cybernétique qui en est la base.

83Un processus cybernétique suppose deux forces antagonistes : ici elles sont portées respectivement par une volonté d’action du sujet (essentiellement catasémiotique) et par une « résistance » de l’objet (sa dureté, sa masse, son fil…). Il est intéressant de souligner que cet antagonisme peut mener, et mène effectivement, à un état d’équilibre. Certains auteurs (les plus nombreux) y verront le triomphe de l’action humaine, d’autres le compromis à trouver devant une nature inflexible, d’autres encore en tireront argument pour une sorte d’idéalisme des formes.

84Parmi ces derniers on comptera André Leroi-Gourhan (1943, repris et complété en 1971). Se basant sur de très nombreux exemples concrets provenant du monde entier (son ouvrage reproduit près de 600 outils scrupuleusement dessinés), il cherche à formuler les proportions formelles permettant l’utilisation optimale d’un outil (à partir des armes, mais son raisonnement peut s’étendre aux autres catégories) et produit à cet effet quatre équations et indices.

  • 35 Les quatre indices numériques proposés sont respectivement le « poids relatif » a, l’« indice poids (...)

85Si malheureusement elles sont physiquement et mathématiquement fausses et totalement inexploitables35, il nous reste l’expression, prudente mais claire, de cet idéalisme des formes que nous venons d’évoquer : « Tout semble se passer comme si un prototype idéal (…) de silex taillé se développait suivant des lignes préconcevables (…) du silex indifférencié dans sa forme aux lames finement retouchées, au couteau de cuivre, au sabre d’acier. Qu’on ne s’y trompe pas, ces lignes rendent simplement un aspect de la vie, celui du choix inévitable et limité que le milieu propose à la matière vivante. » (1971, p. 14) ou encore : « c’est parce que l’homme n’a pas d’autre prise sur le bois qu’en le coupant sous un certain angle, sous une pression déterminée, que les formes, les emmanchements des outils sont classifiables » (Ibid.). Cet idéalisme s’affirme plus nettement encore dans la citation suivante à propos d’un outil déterminé (Ibid., p. 15) « Tout se présente comme s’il y avait (…) une tendance ‘charrue’ réalisée sur chaque point du temps et de l’espace (…). » Mais Leroi-Gourhan à lui-même identifié un phénomène susceptible brouiller la trajectoire de ces évolutions. Il remarque qu’il y a des outils « conservateurs ». Il faut donc tenir compte des modèles culturels ambiants, ce qu’il formule en ces termes : « Cela souligne la prudence et l’attention qu’il faut porter à l’interprétation des formes ; la tendance n’apparaît jamais qu’à travers le milieu, au cas contraire tous les outils d’un même usage auraient partout la même forme » (Ibid., p. 90).

86Pour notre part nous proposerons une deuxième considération qui viendra relativiser ce schéma linéaire, et nous fera retrouver les deux types de nouveauté du modèle kuhnien. Une première série d’innovations dans la forme d’un outil s’effectuent en respectant un principe de base qui demeure inchangé : elles donnent lieu à l’évolution asymptotique ci-dessus mentionnée. Mais que survienne une modification du principe de base et l’évolution connait une bifurcation qui l’engage sur une autre voie, tout aussi linéaire. L’histoire de la machine à écrire illustre parfaitement ce double mécanisme : en passant des machines à leviers aux machines à boule, puis aux matricielles, puis aux ordinateurs, on a chaque fois brutalement interrompu et rendu définitivement caduque une évolution du premier type. C’est alors l’évolution du principe de base qu’il faut envisager, coiffant celle des séries ustensilaires locales. Par exemple la réponse au problème « comment communiquer à distance et à grande vitesse » a changé plusieurs fois de paradigme : elle a d’abord consisté à améliorer la portée de la voix, puis à utiliser des codes visuels comme les drapeaux ou le système Chappe, ensuite à recourir à l’électricité avec le Morse, et enfin à déclasser toutes ces solutions avec les ondes hertziennes. Entretemps chacun de ces principes de base avait connu des améliorations progressives.

4.3. Du corps individuel au corps social

  • 36 Cette socialité de l’outil est à l’origine du postulat de la sémiotique des objets (architecturaux (...)

87Outre qu’elles allongent la sémiose, comme le font l’hétéromorphisme, la substitution et le changement de fenêtre, l’extériorité et la permanence permettent l’amélioration de l’outil mais, surtout, renforcent la socialité de son usage36. La chose est particulièrement sensible dans les sémioses les plus longues, parmi lesquelles les signes.

88Nous sommes ainsi amenés à dépasser le cadre étroit du rapport individualisé entre le sujet et l’objet, dans lequel on ne peut enfermer ni l’anasémiose ni la catasémiose.

89Dans le cas de cette dernière, on peut observer que l’outil complexifié est de plus en plus souvent devenu un outil collectif, ce qu’avait bien vu Simondon. Pour reprendre un exemple simple de Paolucci (2012, p. 306) :

La capacité d’une équipe de chirurgiens de résoudre des problèmes ne se situe pas dans leurs représentations ni dans les actions des membres individuels de l’équipe. Au contraire, elle se distribue plus globalement dans l’intersubjectivité de l’équipe, dans les artefacts matériels du laboratoire déterminant les perceptions de chaque individu, dans les répertoires de procédures et de protocoles qui règlent le savoir-faire de l’équipe et enfin dans les inférences que ladite équipe produit au cours de l’opération à partir des expériences précédentes. La cognition et la pensée ne sont plus considérées comme une partie de l’esprit et ne sont plus dépendantes des inférences d’un individu spécifique, mais sont distribuées à l’intérieur de systèmes plus complexes que nous devons donc analyser en tant que Gestalten irréductibles à une somme de parties.

90Il faut donc penser les instances que sont les usagers et les tâches comme des « nœuds d’un système fonctionnel entièrement supra-individuel, dans lequel l’activité cognitive a lieu parce qu’elle est distribuée entre des instances coparticipantes à l’activité en cours » (Paolucci, Ibid.). Une socialisation dans laquelle routine, individus et outils sont étroitement associés.

  • 37 « La technique préinstrumentale n’impose pas seulement un fractionnement de l’opération et des phas (...)

91Cette intrication est particulièrement spectaculaire avec les produits de la complexification technique : la mise en marche d’un module d’exploration interplanétaire suppose assurément une chaine d’innombrables outils, tant anasémiotiques que catasémiotiques, comme aussi une collectivité nombreuse et soudée d’intervenants divers, solidairement responsables de l’opération. Et il est de fait que nombre d’outils structurent des relations sociales (laboratoire, cockpit d’avion de ligne, salle d’opération, mais aussi bibliothèque ou autobus). Mais il faut toutefois se garder d’une perspective téléologique qui réserverait cette interdépendance aux outillages historiquement les plus récents : elle est le lot de tous les outillages complexes, et est perceptible dès les débuts de la vie sociale, qu’elle soit animale ou humaine. La chasse en groupe et les activités guerrières en offrent de bons exemples37. Tout groupe impliqué dans une tâche peut donc être considéré comme un outil, et, pour le dire d’une manière plus imagée, il est lui-même une part intégrante des outils qu’il mobilise. À la limite, un État peut être considéré comme un outil (on a décrit le IIIe Reich comme une « machine de guerre »), comme aussi une philosophie ou une idéologie : la chrétienté ou l’islam peuvent, dans certaines de leurs manifestations historiques, être décrits comme tels.

92On doit donc compléter la description fournie plus haut (2.1.2.) du continuum entre le corps et l’outil, dont seule la manifestation individuelle avait été commentée. Il est à présent évident qu’un important continuum relie l’outil et un autre corps : le corps social.

4.4. Emprise universelle de la catasémiose

93Il n’y a pas que le corps social qui soit profondément affecté par l’outil. C’est l’univers entier qui offre un visage désormais incompréhensible sans lui.

94On ne saurait trop souligner à quel point l’outil s’est multiplié en nombre et diversifié en application. Le monde animal lui-même a été transformé en outil : la vache laitière, le pigeon voyageur, la mouche à miel (sans parler, à l’échelle microscopique, de la levure à bière, du précieux Penicillium et du non moins précieux Botrytis edulis). Aussi de la discrète catasémiose instrumentale dont témoignent les fourmilières, les nids d’oiseaux et les brûlis moyenâgeux, on est passé à une emprise totale sur le milieu, dont il ne subsiste guère de paysage qui ne porte la trace : cheminées, habitations, routes, barrages, terrils, talus, haies …

  • 38 Ce que Fontanille (2006) démontre bien avec un objet trivial : la ficelle.

95C’est peut-être parce qu’il a constaté cette fonction profondément transformatrice de l’outil qu’Umberto Eco a cru bon de distinguer, avec un enthousiasme quelque peu romantique, les simples prothèses des vrais outils, qui, eux, « produisent quelque chose qui n’existait pas auparavant » (1999, p. 371). Cette conception d’une nouveauté radicale fait certes bon marché du continuum entre la prothèse et l’outil, et néglige allègrement le fait que l’outil ne crée pas l’énergie mais la transforme. Mais il est de fait que peu à peu la proportion entre le monde naturel et le monde catasémiotique s’est inversée. Et le moindre des paradoxes engendrés par cette évolution n’est pas que nos pratiques d’interprétation s’en trouvent à leur tour bouleversées : elles trouvent aujourd’hui à s’appliquer en construisant des anasémioses sur le résultat même des catasémioses antérieures38.

Haut de page

Bibliographie

Benveniste, Émile (1970), « L’Appareil formel de l’énonciation », Langages, 17 (no spécial L’énonciation), pp. 12-18.

Bertrand, Denis (2000), Précis de sémiotique littéraire, Paris, Nathan université (= Fac. Linguistique).

Beyries, Sylvie, Joulian, Frédéric (1990), « L’Utilisation d’outils chez les animaux : chaînes opératoires et complexité technique », Paléo, 2, pp. 17-26.

Bonsack, François (1961), Information, thermodynamique, vie et pensée, Paris, Gauthier-Villars (= Information et cybernétique).

Bordron, Jean-François (2005), « Vers une sémiotique des machines », in Zinna, Alessandro, Bordron, Jean-François, Di Rosario, Giovanna, Lévy, Clément, Park, Won-Gyu, Semiotica delle macchine, Università di Urbino, pp. 16-36.

Deni, Michela (2002), Oggetti in azione. Semiotica degli oggetti : della teoria all’analisi, Milan, Franco Angeli (= La Cultura della comunicazione).

Eco, Umberto (1975), Trattato di semiotica generale, Milan, Bompiani (= Studi Bompiani, il campo semiotico).

Eco, Umberto (1997), Kant et l’ornithorynque ; tr. fr. Paris, Grasset (1999).

Édeline, Francis (2004), « La syntaxe visuelle », Visio, 9, 1-2, pp. 23-35.

Édeline, Francis (2008), « Des expériences visuelles aux énoncés linguistiques : contribution de la théorie des graphes », Nouveaux Actes Sémiotiques [en ligne http://epublications.unilim.fr/revues/as/1696].

Feller, Paul & Tourret, Fernand (1970), L’Outil. Dialogue de l’homme avec la matière, Rhode-St-Genèse, Albert De Visscher.

Fontanille, Jacques (2004), Soma et Séma. Figures du corps, Paris, Maisonneuve & Larose (= Dynamiques du sens).

Fontanille, Jacques (2006), « Cercle de corde, cercle de jeu », Fronteiras, 8, 1.

Fontanille, Jacques (2008), Pratiques sémiotiques, Paris, PUF.

Fontanille, Jacques (2010), « L’Analyse des pratiques : le cours du sens », Protée, 38, 2 (Répétitions et habitudes dans les pratiques quotidiennes), pp. 9-19.

Fontanille, Jacques (2011), « L’Analyse du cours d’action : des pratiques et des corps », Semen, 32 (no Épistémologie et éthique de la valeur : du sémiotique au rhétorique et retour), pp. 131-158.

Fontanille, Jacques & Zinna, Alessandro (dirs, 2005), Les Objets au quotidien, Presses universitaires de Limoges (= Nouveaux actes sémiotiques).

Frémont, Charles (1913), Origine et évolution des outils, Paris, Société d’Encouragement pour l’industrie nationale.

Gallagher, Shaun (2006), « The Narrative Alternative to Theory of Mind », in Menary R. (dir.), Radical Enactivism: Intentionality, Phenomenology, and Narrative, Amsterdam, John Benjamins, pp. 223-229.

Gallagher, Shaun & Hutto, Daniel D. (2008), « Primary Interaction and Narrative Practice », in Zlatev, J., Racine, T., Sinha, C., Itkonen, E. (dirs), The Shared Mind: Perspectives on Intersubjectivity, Amsterdam, John Benjamins, pp. 17–38.

Granger, Gilles-Gaston (1968), Essai d’une philosophie du style, Paris, Armand Colin.

Greimas, Algirdas-Julien (1970), Du sens. Essais sémiotiques, Paris, Le Seuil.

Groupe µ (1977), Rhétorique de la poésie. Lecture linéaire, lecture tabulaire, Bruxelles, Complexe, Paris, P.U.F ; nouv. éd., Paris, Le Seuil, 1990 (= Points).

Groupe µ (1992), Traité du signe visuel. Pour une rhétorique de l’image, Paris, Le Seuil (= La couleur des idées).

Groupe µ (1996), « Det videnskabelige billede » et « The Scientific Image », in Michelsen, Anders & Stjernfeld, Frederik (dirs), Billeder fra det fjerne. Videnskabelig visualisering. En Antologi. Images from afar. Scientific visualization. An anthology, s.l. [Copenhague], Akademisk Forlag, pp. 77-89 et 205-217.

Groupe µ (1998), « Voir, percevoir, concevoir. Du sensoriel au catégoriel », Voir, 16 (no spécial L’image mentale I), pp. 28-39 ; repris dans Hénault, Anne & Beyaert, Anne (dirs), Ateliers de sémiotique visuelle, Paris, Presse Universitaires de France (= Formes sémiotiques), pp. 65-82.

Groupe µ (2008), « L’Aventure des modèles interprétatifs, ou la gestion des résidus, » dans Houdebine, Anne-Marie, Brunetière, Valérie, Badir, Sémir, Klinkenberg, Jean-Marie (dirs), Les Aventures de l’interprétation, Actes du Colloque international « Sémiologie 2005 », Paris, Laboratoire DynaLang, pp. 22-35.

Groupe µ (2011), « Pourquoi y a-t-il du sens plutôt que rien ? Abrégé de sémiogénétique », Signata. Annales des sémiotiques. Annal of Semiotics, 2 (no spécial La sémiotique, entre autres. Semiotics, among others), pp. 281-313.

Groupe µ (à paraitre a), « Du sens à l’action, de l’anasémiose à la catasémiose », Mélanges offerts à Pierre-Yves Raccah.

Groupe µ (à paraitre b), Fondements d’une sémiotique matérialiste.

Guiraud, Pierre (1963), « Structure aléatoire de la double articulation », Bulletin de la société linguistique de Paris, 58, 1, pp. 135-153.

Klein, Ursula (2001), « Berzelian formulas as paper tools in early nineteenth-century chemistry », Foundations of Chemistry, 3, pp. 7-32.

Klinkenberg, Jean-Marie (2000), Précis de sémiotique générale, Paris, Le Seuil (= Points, 411).

Klinkenberg, Jean-Marie (2004), « La Plasticité des catégories (1. Les catégories iconiques) », Visio, 9, 3-4, pp. 23-35.

Klinkenberg, Jean-Marie (2009), « Les Systèmes catégoriels et leur évolution », in L’évolution aujourd’hui à la croisée de la biologie et des sciences humaines, Bruxelles, Académie royale de Belgique, Classe des Sciences, pp. 251-276.

Klinkenberg, Jean-Marie (2010), « Faire voir à tout prix. Pourquoi ne peut-on se passer d’images ? », in Mattozzi, Alvise (dir.), Camoufler le visible, exhiber l’invisible (no 7 de Visible), pp. 185-202.

Klinkenberg, Jean-Marie (à paraitre), « The Impact of an embodied Theory of Meaning on the Epistemology of Semiotics » in Proceedings of the Seventh Conference of the Nordic Association for Semiotic Studies, Towards Cognitive Semiotics. A Semiotic Perspective on Cognition, a Cognitive Perspective on Semiosis.

Kull, Kalevi (2009), « Theses on Biosemiotics; Prolegomena to a Theoretical Biology », Biological Theory, 4, 2, pp. 167-173.

Lafitte, Jacques (1932), Réflexions sur la science des machines, Paris, Bloud et Gay (= Cahiers de la Nouvelle Journée) ; nouv. éd., préface de J. Guillerme, Paris, Librairie philosophique J. Vrin, 1972.

Landowski, Eric, Marrone, Gianfranco (dirs, 2001), La société des objets. Problèmes d’interobjectivité, dossier de Protée, 29, 1 (éd. augmentée : La società degli oggetti. Problemi di inter-oggettività, Rome, Meltemi, 2002).

Leroi-Gourhan, André (1943), L’homme et la matière. Évolution et techniques, Paris, Albin Michel (1971).

Leroi-Gourhan, André (1965), « Sur les formes primaires de l’outil », in Festschrift für Alfred Bülher, Bâle, Museum für Volkerkunde ; nouv. éd. Le fil du temps, Paris, Fayard, 1983, Le fil du temps. Ethnologie et préhistoire, Le Seuil (= Points), 1986.

Lévi-Strauss, Claude (1958), Anthropologie structurale, Paris, Plon.

Lévy, Clément & Park, Won-Gyu (2005), « Androïdes : une frontière précaire » in Zinna, Alessandro, Bordron, Jean-François, Di Rosario, Giovanna, Lévy, Clément, Park, Won-Gyu (2005) Semiotica delle macchine, Università di Urbino, pp. 50-68.

Otte, Marcel (2012), À l’aube spirituelle de l’humanité. Une nouvelle approche de la préhistoire, Paris, Odile Jacob.

Paolucci, Claudio (2012), « Sens et cognition : la narrativité entre sémiotique et sciences cognitives », Signata, 3, pp. 299-316.

Parker, S. & Gibson, K. (1977), « Object manipulation, tool-use and sensorimotor intelligence as feeding adaptations: in cebus monkeys and great apes », Journal of Human Evolution, 6, pp. 623-641.

Rossi-Landi, Ferruccio (1968), Il linguaggio come lavoro e come mercato, Milano, Bompiani.

Seron, Xavier (1993), La Neuropsychologie cognitive, Paris, P.U.F. (= Que sais-je ?)

Simondon, Gilbert (1958), Du mode d’existence des objets techniques, [Paris], Aubier (= Philosophie) ; éd. augmentée d’une préface de J. Hart et d’une postface de Y. Deforge, 2001.

Simondon, Gilbert (2005), L’Invention dans les techniques. Cours et conférences, éd. établie par Jean-Yves Château, Paris, Seuil (= Traces écrites) ; contient notamment L’Invention et le développement des techniques, 1968, et L’Invention dans les techniques, 1971.

Smith, Clarence Joseph (1957), Intermediate physics, Edward Arnold, London.

Wagner, Günter P. (1997), « The Structure of Biological Concepts and its Relation to the Dynamics of Biological Organizations », in Laublicher, Manfred D. (dir.), Semiotics in Biology (no spécial de European Journal of Semiotic Studies, Revue Européenne d’Études Sémiotiques, Europäische Zeitschrift für Semiotische Studien, 9, 2), pp. 299-320.

Zinna, Alessandro (2004), « L’Objet et ses interfaces », E/C, revue en ligne de l’Associazione Italiana di Studi Semiotici [http://www.ec-aiss.it/].

Zinna, Alessandro (2005), « La Questione delle macchine », in Zinna, Alessandro, Bordron, Jean-François, Di Rosario, Giovanna, Lévy, Clément, Park, Won-Gyu (2005) Semiotica delle macchine, Università di Urbino, pp. 1-15.

Zinna, Alessandro, Bordron, Jean-François, Di Rosario, Giovanna, Lévy, Clément, Park, Won-Gyu (2005), Semiotica delle macchine, Università di Urbino (= Documenti di Lavoro, 347-349).

Haut de page

Notes

2 S’inspirant d’une distinction anciennement proposée par von Uexküll, la biosémiotique distingue pour sa part des signes de perception et signes d’action (Kull [2009]).

3 Ainsi Denis Bertrand (2000, p. 7) soutient que si l’objet de la discipline est le sens, la sémiotique s’intéresse en réalité « au ‘paraître du sens’ appréhendé à travers les formes du langage, et plus concrètement, à travers les discours qui le manifestent, le rendent communicable et en assurent l’incertain partage ».

4 On sait en effet que les formules de la théorie de l’entropie (ou dégradation de l’énergie) sont formellement identiques à celles de la théorie de l’information, au signe près. En d’autres termes, il suffit de renverser le signe devant la valeur d’un objet de ces champs pour obtenir la valeur de l’objet correspondant dans l’autre. D’où la suggestion que l’information est la néguentropie (cf. Bonsack [1961]).

5 Dans les organismes les plus évolués, cette promesse peut être consciente. Elle prend alors la forme d’une anticipation. L’exploitation systématique de cette capacité à anticiper semble bien la caractéristique principale de l’hominisation (cf. Otte [2012]).

6 Parfois, la seule vision de nourriture produit la salivation, de manière réflexe.

7 Cf. Zinna et al. (2005). Parce qu’elle met en avant le facteur technologique, une « sémiotique des machines » tend à délimiter son champ d’intérêt à une période commençant « alla rivoluzione industriale e alla produzione seriale degli oggetti » (Zinna [2005, p. 1]). Bien que ces phénomènes historiques aient des conséquences considérables sur la sémiose (voir notre § 4), une telle délimitation n’a aucune pertinence pour une sémiotique générale de l’outil.

8 À la notable exception de Bordron (2005), qui exploite les travaux de Jacques Lafitte (1932) et ceux — capitaux — de Gilbert Simondon (1958).

9 On notera que dans tout ce qui suit, nous parlerons de sujet, et non d’agent humain. En effet, l’humain n’a pas le monopole de l’usage des outils. Et ce ne sont pas seulement les mammifères supérieurs qui en font usage : la sitelle, le pinson, la loutre de mer, la fourmi couturière, l’octopus sont aussi capables de se servir comme outils des éléments de leur entourage physique. En ces activités, ces animaux se comportent comme des sujets conscients, à même de maitriser et de coordonner les phases de leur action, en les adaptant aux circonstances que l’environnement leur impose.

10 Cf. aussi Fontanille et Zinna, dirs (2005).

11 À ce stade, nous pouvons ne faire aucune distinction entre outil, instrument et machine simple, et nous rappeler la définition que la physique donne de cette dernière. Selon Smith (1957, p. 64), c’est: « a mechanical arrangement whereby a force acting at one point is made available at another point under different conditions as regards its magnitude and direction ». Strictement écrite pour des dispositifs mécaniques, cette définition se transpose sans difficulté aux autres catégories (optique par exemple). Une machine quelconque est toujours décomposable en machines simples, et à cet égard bien des outils, comme le vilebrequin ou le tirebouchon, sont déjà des machines.

12 Perspective restreinte que Bordron (2005, p. 16) définit plaisamment de la sorte : « Le problème de la signification peut sembler ne pouvoir rencontrer la question des machines que dans la seule mesure où nous nous interrogeons sur l’éventuelle capacité de celles-ci à ‘penser’, et ceci d’une façon plus ou moins comparable à la nôtre ».

13 Dans Fontanille (2008), l’objet est surtout vu comme le support matériel de l’énoncé, où il préfigure une utilisation possible. La pratique effective vient soit confirmer ces préfigurations, soit actualiser d’autres potentialités non prévues par la signification de l’objet, mais dans tous les cas, c’est bien du sens conféré à l’objet et non de son action que l’on part.

14 Cette réification produit historiquement des familles d’outils et des fossilisations autour d’une fonction. Ainsi, le principe du clou est stable au-delà des innombrables modifications de sa forme, que ces modifications soient synchroniques ou diachroniques (le rapport entre principe — général — et forme — contingente — est analogue au rapport entre signifiant et support).

15 C’est ainsi qu’Eco (1999, p. 370-371) distingue des prothèses substitutives, extensives et démultipliantes.

16 Ce continuum entre l’outil et le corps, l’interne et l’externe, se retrouve avec les mécanismes de potentialisation : un ours fait des réserves d’énergie internes avant son hibernation, tandis qu’un écureuil procède à un stockage externe, son lieu d’entreposage constituant donc un outil ; entre les deux, le hamster conserve ses aliments dans ses bajoues…

17 À l’appui de cette position, E. Harkot de La Taille (communication personnelle, 2013) fait observer que décrire le cerveau comme un outil permettant, entre autres, des opérations cognitives est inacceptablement simpliste. Quand une maladie affecte cet organe, c’est tout le système qui dysfonctionne et non une fonction déterminée.

18 Lorsque le mot « outil » est employé, il désigne plus volontiers les catasémiotiques (le français utilisant d’ailleurs volontiers le mot « instrument » pour désigner les outils anasémiotiques ; cf. Simondon, 1958). Mais anasémiose et catasémiose étant étroitement liées, il n’y a pas lieu ici de spécialiser le sens du terme.

19 Que les deux types d’outils se présentent en séquence dans une même chaine opératoire n’a rien que de très normal, puisqu’anasémiose et catasémiose sont en relation cyclique. La quête de fossiles et les expériences à partir d’un accélérateur de particules illustrent la séquence catasémiose > anasémiose ; l’envoi de missiles après détection d’un ennemi ou la fermeture de vannes consécutive à une mesure sont des cas de séquence anasémiose > catasémiose.

20 Observons que l’éthologie a surtout décrit des outils catasémiotiques : des objets utilisés pour transformer un autre objet (cf. e.g. Beyries et Joulian [1990]) ; il existe toutefois des exemples indéniables d’anasémiose : lorsqu’un membre d’un troupeau est désigné comme guetteur, il est instrumentalisé en ce sens. L’important est de voir ici qu’il y a une voie d’évolution montrant l’intérêt de mettre au point des intermédiaires allongeant la sémiose.

21 Sur la notion de médiation, voir Lévi-Strauss (1958), Groupe µ (1977, chap. II, 3) et Klinkenberg (2000, chap. IV, 7).

22 Bordron (2005, p. 19) note que la notion de « pièces détachée » est essentielle pour définir la machine (ni les êtres vivants ni les œuvres d’art ne paraissant la connaitre).

23 Dans l’outil, ces trois termes sont le noyau, la face amont et la face aval.

24 Ceci ne signifie donc pas que nous niions l’opérativité des typologies proposées par les mécanologues, tel Lafitte (1932), lequel distingue « machines passives », « machines actives » et « machines réflexes », classement auquel Simondon (passim) renvoie et dont s’inspire Bordron (2005, p. 25), qui ajoute les « machines artistes ou saltimbanques » (que d’autres ont nommé « machines célibataires »…). Nous nous séparons également ici des typologies élaborées par les éthologues et les historiens de l’outil, qui utilisent des oppositions comme « tool using » vs « tool making », occasionnel vs permanent (caractéristique qu’on ne trouve qu’exceptionnellement chez les animaux et qui, pour certains comme Feller & Tourret [1970], est définitoire de l’outil), ou encore classent les manipulations d’outils selon des ordres de complexité croissante (Parker & Gibson [1977]). On pourrait encore remarquer qu’il existe des outils « à tout faire », comme la roue et le bâton, aux potentialités larges (mais dont l’usage se spécifie selon la situation d’énonciation), et des outils au champ de fonctions d’emblée plus restreint, comme l’aléseuse-fraiseuse ou le pèse-liqueur.

25 L’expression quantitative de ce fonctionnement des machines est connue depuis Simon Stévin et son étude des poulies : « Ut spatium agentis ad spatium patentis, sic potentia patentis ad potentiam agentis » ; autrement dit ce qui est gagné en puissance est perdu en vitesse.

26 Il y a évidemment une relation séquentielle entre actualisation et potentialisation (ce qui est bien connu pour la dyade langue-parole) : on ne peut actualiser que ce qui a été potentialisé. Et, en dernière instance, toute action repose sur une énergie préalablement stockée. Par exemple les sucres dans l’organisme.

27 Notons que pour la physique théorique, il n’y a qu’une seule sorte d’énergie (la masse elle-même étant une énergie) : on peut juste transformer une de ses variétés en une autre (transformation au cours de laquelle elle se dégrade en chaleur). Ce que nous nommons hétéroénergie est le passage d’une de ces variétés à une autre.

28 On peut noter que ce type d’évolution, qui équivaut à une prise de distance par rapport au corps, semble relativement tardif dans l’histoire de l’outil.

29 Pour Leroi-Gourhan, l’outil primitif des anthropiens est un prolongement de la main : « L’outil […] émerge […] de la main dans le mouvement même de sa libération » (1986, p. 253). Par substitution, nous visons le renvoi qui s’établit entre l’outil et l’organe, sur la base d’une fonction commune. Nous distinguons ainsi substitution et remplacement, ce dernier processus impliquant la disparition de l’organe. On en réservera donc l’application aux prothèses.

30 La limite extrême de cette contigüité — la nécessaire existence d’une chaine physique ininterrompue entre référent et support — est atteinte avec le cas de l’icône, où la sémiose est allongée par l’interobjectalité (cf. Groupe µ, à paraitre).

31 Le même recentrage peut opérer sur des phénomènes spatiaux en droit visibles — parce qu’ils pourraient se manifester à l’œil par des radiations situées dans l’empan 390-820 —, mais qui ne le sont pas dans les faits, pour des raisons pratiques. Des objets ou des processus visibles se trouvent ainsi hors de portée de la vision pour deux séries distinctes de raisons : (a1) soit parce qu’ils sont cachés par un obstacle (une cloison, une concrétion osseuse, une couche de terre, la lune…), soit (a2), ce qui revient au même, parce qu’ils sont maintenus hors d’atteinte à cause du point de vue pris par l’observateur, (b) ou encore parce que l’échelle de l’espace où ils se manifestent n’est pas compatible avec celle où opère la perception visuelle humaine. Cette échelle extrahumaine peut être microscopique ou macroscopique : dans le premier cas, la totalité du phénomène excède l’empan de la vision, dans le second elle est située en deçà de sa capacité de discrimination. Dans tous les cas évoqués, la visibilisation sera rendue possible par la mise au point d’outils visant à surmonter l’hypothèque spécifique. L’œil équipé vient ainsi relayer l’œil nu. Ces procédures permettent (a1) de traverser l’obstacle (c’est l’objectif de la radiographie, de la RMN, etc.), (a2) de modifier le point de vue (périscope, endoscopie, retraitement des images floues), (b) de rectifier la distance et changer l’échelle, toutes procédures produisant les transformations groupées dans la catégorie des homothéties (cf. Groupe µ [1992]) ; ces techniques opèrent par la réduction des dimensions (techniques de télescopie) ou, à l’inverse, par leur grossissement (techniques de microscopie). Cf. Klinkenberg (2010).

32 Elles ont d’ailleurs été récemment l’objet de l’attention soutenue de la communauté scientifique. Depuis 2009, les livraisons de la revue Visible (Presses de l’Université de Limoges) sont systématiquement consacrées à l’image scientifique, et rendent compte des recherches menées dans le cadre du projet international « Images et dispositifs de visualisation scientifique », auquel nous avons été partie prenante. Les outils anasémiotiques visuels sont bien de tels « dispositifs de visualisation scientifique ».

33 Dans ces cas, ce n’est pas le phénomène lui-même qui est observé, mais une de ses conséquences : on ne peut déceler l’existence d’une entité microphysique — par exemple une particule — qu’en observant un autre phénomène, macroscopique celui-ci, produit par l’action attribuée à cette entité. L’existence de nombre d’objets relevant de l’astrophysique ne peut ainsi être postulée que parce que l’on a observé certains phénomènes affectant des objets mieux connus, phénomènes attribuables aux premiers. En termes sémiotiques, on parlera ici d’une indicialité, concept qui se révèle capital pour l’image scientifique.

34 Dans un ouvrage ancien mais magnifiquement documenté, Frémont (1913, pp. 55 ss.) relate ses mesures dynamométriques sur des outils dans leur forme ancienne et dans leur forme moderne. Pour le forage d’un trou dans une plaque d’acier doux, il a montré que la même opération exigeait 17 fois moins d’énergie aujourd’hui (par une perceuse à mèche) qu’autrefois (par une perceuse à archet).

35 Les quatre indices numériques proposés sont respectivement le « poids relatif » a, l’« indice poids-longueur » b, la « longueur relative » c, et l’« indice longueur-poids » d (1971, pp. 60 ss). Comme ces quatre nombres découlent de deux mesures physiques seulement — un poids et une longueur —, ils sont totalement redondants et on montre aisément que a x c = 10 et que b / d = 10 a³. Mais surtout c’est erronément, ou naïvement, que l’auteur parle de pourcentages, qu’il croit mesurer des poids alors qu’il mesure en réalité des moments, que ses équations ne sont pas a-dimensionnelles, et enfin qu’il caractérise les outils (les armes) au repos et en position horizontale (négligeant donc le mouvement qui accompagne nécessairement leur usage), ce qui ne correspond évidemment pas à leurs conditions d’emploi réelles…

36 Cette socialité de l’outil est à l’origine du postulat de la sémiotique des objets (architecturaux par exemple), qui voudrait que l’outil signifie et communique sa fonction. On retrouve ainsi le concept d’affordance, élaboré par Gibson (The Theory of Affordances, 1977, The Ecological Approach to Visual Perception, 1979) et popularisé en psychologie cognitive, en psychologie ergonomique et dans le domaine du design. Il n’y a toutefois là qu’une application banale du processus anasémiotique, dans lequel la fonction de renvoi n’est pas nécessairement mobilisée, de sorte que la formulation « signifie et communique », pour séduisante qu’elle soit, demande à être manipulée avec prudence. La position de Deni (2002) est plus élaborée : elle démontre que les objets structurent les processus d’action et déterminent un utilisateur-type ; ce qu’elle appelle leur « factitivité ».

37 « La technique préinstrumentale n’impose pas seulement un fractionnement de l’opération et des phases d’élaboration du matériau ; elle implique aussi, en de nombreux cas et pour les mêmes raisons, un fractionnement de la tâche et sa répartition synchronique en un grand nombre d’opérateurs, aussi bien chez l’homme (techniques primitives de construction, charroi des matériaux) que chez les animaux (coordination des activités individuelles chez les Abeilles, les Termites) » (Simondon, 1968, apud 2005, p. 87).

38 Ce que Fontanille (2006) démontre bien avec un objet trivial : la ficelle.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Le cycle de la sémiose
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/1029/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 2. L’outil comme dispositif médiateur
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/1029/img-2.png
Fichier image/png, 7,3k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Le Groupe µ, Francis Édeline et Jean-Marie Klinkenberg, « Sémiotique de l’outil. Anasémiose et catasémiose instrumentées »Signata, 4 | 2013, 409-436.

Référence électronique

Le Groupe µ, Francis Édeline et Jean-Marie Klinkenberg, « Sémiotique de l’outil. Anasémiose et catasémiose instrumentées »Signata [En ligne], 4 | 2013, mis en ligne le 30 septembre 2016, consulté le 01 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/signata/1029 ; DOI : https://doi.org/10.4000/signata.1029

Haut de page

Auteurs

Le Groupe µ

Articles du même auteur

Francis Édeline

Articles du même auteur

Jean-Marie Klinkenberg

Le Groupe μ (Centre d’Études poétiques, Université de Liège, Belgique) poursuit depuis plus de quarante ans des travaux interdisciplinaires en rhétorique et en sémiotique. Outre les auteurs du présent article — F. Édeline et J.-M. Klinkenberg —, il a compté J. Dubois, Ph. Minguet, F. Pire et H. Trinon. À côté de leurs travaux individuels en sémiotique — mais aussi en biochimie, en sociologie de la culture, en linguistique ou en esthétique —, les auteurs ont publié collectivement Rhétorique générale (Larousse, 1970), salué par la revue Sciences humaines comme un des cent titres majeurs du XXe siècle, Rhétorique de la poésie (Complexe, 1977), Collages (UGE, 1978), Rhétorique, sémiotique (UGE, 1979), Traite du signe visuel (Seuil, 1992), Figuras, conocimiento, cultura (Universidad Nacional Autónoma, 2003) et une septantaine d’articles dans des collectifs ou des revues comme Communications, Poétique, Versus, Nouveaux Actes sémiotiques, Visio, Textes, Protee, Degres, Signata, RS/SI.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Signata sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search