Navigation – Plan du site

AccueilNuméros6Dossier3. Music, Song, LanguageLa chanson. Essai de sémiotique t...

Dossier
3. Music, Song, Language

La chanson. Essai de sémiotique théorique appliquée

Martine Groccia
p. 121-141

Résumés

Cet article présente une tentative de recherche dans le domaine de la sémiotique théorique appliquée et il propose, plus précisément, un modèle théorique de l’analyse sémiotique de la chanson française contemporaine. Cette approche va dans le sens des préoccupations théoriques actuelles de la sémiotique, parmi lesquelles nous trouvons l’étude de la dimension sensible des discours ou l’étude des pratiques dans lesquelles ces discours sont impliqués. La chanson est ici abordée par le biais de la pratique d’écoute habituelle d’un auditeur, écoute inattentive et répétitive, et en tant que son audible et totalité musicale. Les fondements théoriques de cette approche sont constitués par la rencontre de deux propositions théoriques essentielles : nous examinons tout d’abord celle de P. Schaeffer, portant sur l’activité perceptive de l’écoute, puis celle de J. Geninasca, portant sur l’interprétation des discours esthétiques. Nous évoquons enfin les implications sémiotiques qui en découlent et qui font de notre objet d’étude un objet de sens.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

son, pratiques, perception
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Chanson française telle que définie par S. Hisrchi, dans son ouvrage Chanson – l’art de fixer l’air (...)
  • 2 Modèle théorique discuté et éprouvé sur un corpus de chansons dans la thèse « La chanson, une appro (...)

1Cette étude porte sur la chanson française contemporaine1, et propose un modèle théorique d’analyse sémiotique de ce type particulier de discours2. Cette approche s’articule avec les préoccupations théoriques actuelles de la sémiotique, parmi lesquelles notamment la prise en compte de la dimension sensible des discours, ou encore celle des pratiques dans lesquelles ces discours s’inscrivent. Elle s’articule également avec une recherche plus large concernant l’élaboration d’une sémiotique du son, et met ainsi en évidence la nécessaire coopération avec des disciplines de spécialité — ici la musicologie — pour la réflexion sémiotique générale.

  • 3 Voir (à titre d’exemples, cf. bibliographie), pour l’approche sociologique : les travaux de J. Deni (...)

2Concernant l’objet étudié — la chanson française, si l’on s’en tient au terme générique, les chansons, si l’on s’attache aux objets particuliers —, il suscite depuis le milieu des années 90 un intérêt de plus en plus marqué et diversifié dans les travaux universitaires, et profite des développements des recherches autour des musiques populaires actuelles. En effet, cette expression artistique, qui a longtemps été qualifiée d’« art mineur », trouve ainsi petit à petit sa place au sein des Sciences Humaines, quelques travaux fondateurs ayant su mettre en évidence l’intérêt de son étude de différents points de vue, notamment sociologique et stylistique3.

3La réflexion présentée ici s’inscrit clairement aux côtés des travaux proposés dans ces autres disciplines, tout en proposant une approche singulière, qui vise la chanson dans son existence d’objet sonore et musical, considéré comme un discours qui fait sens pour l’auditeur dans la pratique d’écoute réitérée qu’il en a. Dans ce sens, la démarche s’affranchit délibérément de préoccupations proprement sémio-linguistiques, stylistiques ou sociologiques, pour mettre en évidence essentiellement des phénomènes qui ont trait à cette qualité d’objet musical. L’objectif est alors à la fois de questionner les théories sémiotiques, dans leur application pour l’analyse de discours syncrétiques, et de montrer l’apport d’une conceptualisation spécifiquement sémiotique de l’analyse de cette expression artistique. Dans cette perspective, en mettant en évidence certains modes et conditions d’émergence du sens, elle se pose comme complémentaire aux différentes démarches disciplinaires existantes.

1. Préambule : spécificités de l’objet

4L’observation et l’analyse de chansons permettent de mettre en évidence des caractéristiques qui construisent un objet de sens singulier. Nous en présentons brièvement quelques aspects fondamentaux, qui permettront de comprendre l’intérêt de construire un cadre théorique adapté à la spécificité de l’objet d’étude.

1.1. La chanson, les chansons

  • 4 Pour une étude de ces notions, voir Spyropoulou-Leclanche (1998).
  • 5 Ce point sera développé ultérieurement.

5La chanson est un objet musical de composition assez simple, dont la musique peut sans difficulté être qualifiée de musique tonale classique. Cette composition musicale chantée affiche certaines propriétés. D’un point de vue harmonique, la musique des chansons est le plus souvent économe et utilise un nombre restreint de tonalités, qui s’organisent autour d’un centre tonal référent récurrent. Concernant la dimension mélodique, les thèmes qui la composent, qui constituent entre autres les mélodies des « couplets » et « refrains »4, structurent le flux sonore, et sont complétés dans cette fonction par l’utilisation fréquente de cadences, cadences parfaites, demi-cadences, cadences rompues, etc. Enfin, d’un point de vue rythmique, la musique des chansons se caractérise par une gestion spécifique du temps musical, organisé par la mesure : mesures de quatre temps, groupement de quatre mesures, groupement de quatre périodes de quatre mesures, etc. Cette organisation temporelle spécifique se nomme la carrure5. Il existe toutes sortes de chansons, qui pourront chacune manifester de façon spécifique ce donné musical élémentaire. Pour autant, s’il faut reconnaître une régularité générique à la chanson, elle se situe sans conteste dans sa structure : introduction / couplets / refrains / pont / coda sont les paradigmes essentiels, qui permettent la discrétisation du flux sonore continu pour en faire un discours. La nature structurale générique des chansons est alors à considérer comme une macro-structure qui donne une forme à l’objet musical.

  • 6 « La situation acousmatique (entendre sans voir) […] est censée permettre de s’intéresser au son po (...)

6Les chansons quant à elles sont des objets musicaux enregistrés en studio, et destinés à une diffusion sur support (Compact Disc, fichiers numériques) dans des conditions d’écoute dite acousmatique6, c’est-à-dire par l’intermédiaire de haut-parleurs, en disjonction avec la source même des sons. Les instruments utilisés, traditionnels ou électroniques, sont multiples et hétéroclites. Les voix sont captées par des micros. Que les chansons soient enregistrées en studio implique que le son des chansons est le plus souvent « modelé » et « travaillé » à l’aide de tables de mixage : les instruments et les voix sont enregistrés sur des plages différenciées, ce qui permet de « travailler » un son indépendamment d’un autre, et de créer un résultat sonore final spécifique. De même, le traitement du son permet de multiples effets : distorsion du son, création ou arrêt d’une résonance, entretien soutenu ou relâché, par exemple. Il permet également la mise en espace du son et par conséquent la création de différents plans sonores, de surfaces ou de volumes.

1.2. L’écoute des chansons

7Lorsque l’auditeur écoute une chanson, il écoute donc une expression sonore et musicale, la voix étant à considérer également comme une manifestation musicale, puisque régie par la dimension mélodique. Cette expression est délimitée par un début et une fin, et structurée par la macro-structure. Bien que plurisémiotique, cette chanson constitue pour l’auditeur une totalité audible, c’est-à-dire un ensemble signifiant sonore qu’il saisit dans sa globalité lors de la réception.

  • 7 « Presque tous les titres diffusés par les chaînes dites “musicales”, que celles-ci soient radiopho (...)

8Par ailleurs, étant donnée la popularité de ce « genre musical », et la place considérable que les chansons occupent dans les usages de la musique7, il semble évident que l’expérience répétée de l’écoute des chansons participe au fondement de sa valeur d’objet de sens pour l’auditeur. Cette écoute des chansons, dans la pratique ordinaire des auditeurs, peut se qualifier rapidement comme une écoute distraite et itérative : (i) écoute distraite, ou écoute active déconcentrée, qui implique l’intentionnalité d’écoute de l’auditeur, par le déclenchement du processus d’écoute, cette intentionnalité étant directement reliée à une recherche de plaisir (émotionnel, esthétique, intellectuel, etc.), mais n’exigeant pas de l’auditeur une attention auditive extrême, et lui permettant d’engager son corps dans des activités physiques autres (conduire, faire le ménage, cuisiner…) ; (ii) écoute itérative car dans le vécu de l’auditeur, l’écoute des chansons est toujours une pratique itérative, l’expérience d’écoute étant immanquablement renouvelée, ce qui implique qu’après la toute première saisie, toutes les autres écoutes ne sont plus nouvelles, et se stratifient en empreintes sonores successives.

2. Fondements théoriques

9Les observations exposées brièvement ici constituent les principaux éléments qui déterminent notre cheminement théorique. L’étude vise l’objet dans sa réception par un auditeur, dans la pratique d’écoute ordinaire qu’il en a. Dans cette perspective, il s’agit de construire une réflexion théorique susceptible de prendre en compte trois éléments fondamentaux : l’activité perceptive d’écoute, la singularité structurelle de ce genre de discours musical, et les propriétés du son des chansons.

2.1. Les apports théoriques de Pierre Schaeffer : l’activité perceptive d’écoute

10En préambule, il faut rappeler que la plupart des travaux menés sur la chanson comme objet musical, et ils sont peu nombreux, montre que l’analyse musicale classique est inapte à rendre compte de la spécificité artistique de cet objet, étant donné d’une part la simplicité relative du donné musical, et d’autre part l’impossibilité de rendre compte de phénomènes sonores pertinents (traitements du son, jeu spécifique de l’instrumentation, etc.) Nous ajoutons à ce constat que, à elle seule, l’analyse musicale éclaire peu sur les processus qui font des chansons un objet signifiant pour l’auditeur. C’est là sans aucun doute l’intérêt de la sémiotique, qui peut s’avérer particulièrement opérante, là où d’autres disciplines ne permettent pas de prendre en compte certaines spécificités des objets signifiants. Par exemple, pour le cas qui nous concerne, l’analyse musicologique classique pêche essentiellement sur deux points : la prise en compte de la dimension sonore des chansons ; l’appréhension de l’objet en tant qu’il est perçu par un auditeur, sujet écoutant, dans une pratique d’écoute caractérisée.

  • 8 Schaeffer (1977).
  • 9 Ibid, p. 267.

11C’est chez les théoriciens des musiques électroacoustiques que l’on peut trouver des éléments pertinents pour la réflexion théorique, dans la mesure où ces musiques confrontent également l’analyste au paramètre technologique du son, et les réflexions menées dans ce domaine s’avèrent partant intéressantes pour l’analyse de la chanson. Ainsi, la pensée de Pierre Schaeffer s’avère pour nous l’apport théorique le plus pertinent. En effet, Schaeffer a développé dans ses travaux, notamment dans le Traité des objets musicaux8, une théorie complexe concernant la perception des objets sonores et l’activité perceptive d’écoute. L’intérêt du sémioticien peut en effet être aiguisé par la notion d’intention que Schaeffer emprunte à la phénoménologie et qu’il place au cœur de sa réflexion. Selon l’auteur, il y a corrélation entre telle intention d’entendre et tel objet sonore, ou encore : « À chaque domaine d’objets correspond un type d’intentionnalité. Chacune de leurs propriétés renvoie aux activités de la conscience qui en sont constitutives, et l’objet n’est plus la cause de ma perception. Il en est le corrélat »9. Schaeffer explique que l’objet sonore n’est pas un donné objectif, mais bien le résultat d’une intention d’entendre de l’auditeur qui le fonde. Cette conception de la notion d’intention a une résonance certaine en chanson, et en sémiotique. En effet, qu’un domaine d’objets impose un type d’intentionnalité fait écho à un phénomène éminent en chanson : sa prégnance en tant que « forme » influe sans conteste sur sa réception. Un auditeur de chanson anticipe un certain donné musical et verbal, une certaine structuration du sonore, et par conséquent du verbal, dans la connaissance empirique qu’il a du genre. De plus, la notion d’intention place l’instance d’énonciation et l’acte d’énonciation au cœur des processus sémiosiques. Le sujet percevant n’est plus à concevoir comme « en dehors » des significations imputées par ailleurs à l’objet, notamment à travers le principe traditionnel d’immanence, mais est à concevoir comme l’instance qui instaure ces significations.

2.1.1. L’activité perceptive d’écoute selon Schaeffer

12Nous empruntons par conséquent à Schaeffer la description de l’activité d’écoute. L’auteur la décline selon quatre secteurs : « écouter », « ouïr », « entendre » et « comprendre ». Sa conception s’appréhende comme un « circuit » que la perception parcourt en tout sens. Nous résumons :

  1. Écouter : rechercher dans l’écoute les indices susceptibles de renseigner sur la cause des sons. C’est l’écoute causale : le son est traité comme indice d’une source qui en est la cause (par exemple : tel motif musical est identifié comme étant exécuté par un saxophone).

  2. Ouïr : cette écoute correspond à une écoute brute du sonore, en tant qu’on est « frappé par le son », sans intention précise, et donc en tant qu’on le perçoit passivement.

    • 10 L’écoute réduite est à l’origine de la démarche de la musique concrète, et a été envisagée par Scha (...)

    Entendre : l’écoute vise à sélectionner dans le son ce qui nous intéresse particulièrement, pour opérer une « qualification » de ce qu’on entend. Cet « entendre » correspond au concept spécifiquement schaefferien d’écoute réduite10.

  3. Comprendre : l’écoute est dirigée vers la construction d’un sens, vers la compréhension des valeurs véhiculées par le son. Elle traite le son en tant que signe, et lui assigne une fonction de langage. C’est l’écoute sémantique.

13Ces quatre secteurs subissent une catégorisation en quatre pôles : abstrait vs concret, et objectif vs subjectif :

  • Abstrait : l’attitude d’écoute vise à retenir de l’objet ses qualités en tant qu’elles permettent de le mettre en rapport avec d’autres, de le référer à des systèmes signifiants.

  • Concret : l’attitude d’écoute se tourne vers l’objet concret, en tant que donné brut et inépuisable, dans sa matérialité de son.

  • Objectif : l’attitude d’écoute est dirigée vers l’objet de perception.

  • Subjectif : l’attitude d’écoute est tournée vers le sujet percevant.

14L’ensemble de ces grandeurs décrit l’activité perceptive d’écoute selon le circuit suivant :

4. Comprendre

ABSTRAIT / OBJECTIF

1. Écouter

CONCRET / OBJECTIF

3. Entendre

ABSTRAIT / SUBJECTIF

2. Ouïr

CONCRET / SUBJECTIF

15Cette pensée schaefferienne est intéressante car elle permet d’une part de conceptualiser une activité d’écoute spécifique des chansons, relativement à la pratique distraite et itérative qui y est corrélée, et qui intégrera la relation sujet écoutant / objet, d’autre part d’établir les concepts de son et de musique comme deux concepts distincts, ce qui s’avère pertinent pour appréhender la dimension sonore des chansons.

2.1.2. L’activité d’écoute des chansons

16Tout en gardant à l’esprit que dans la pensée de Schaeffer, et nous le suivons, les quatre secteurs d’écoute sont à considérer comme fonctionnant en circuit incessant dans l’activité perceptive du sonore, nous pouvons observer que la pratique ordinaire d’écoute des chansons est susceptible de privilégier certains secteurs. En effet, il apparaît que « Écouter » et « Entendre » sont les deux secteurs les moins pertinents pour l’écoute des chansons :

  • Écouter le son en tant qu’indice, dans l’intention d’y reconnaître un solo de saxophone par exemple est évidemment possible, mais le caractère itératif de la pratique amoindrit la pertinence de cette attitude d’écoute, une fois la source reconnue.

  • Entendre des objets sonores qualifiés dans une perception sonore qualifiée : il s’agit d’une écoute de spécialiste, qui ne peut renvoyer à l’attitude d’écoute d’un auditeur ordinaire. En revanche, « ouïr » et « comprendre » sont les deux secteurs privilégiés pour l’écoute ordinaire des chansons :

    • 11 Coquet (1997).
    • 12 Ibid., p. 12.

    Le sujet écoutant « ouït » l’objet, cette attitude d’écoute est une saisie : l’auditeur saisit une totalité audible et est « frappé » par un donné sonore concret et inépuisable. Ce donné sonore est alors multi-modal, à la fois vocal et instrumental. Cette attitude d’écoute implique un sujet percevant que l’on peut rapprocher de l’instance de non-sujet proposée par Jean-Claude Coquet dans son ouvrage La Quête du sens11. L’instance d’énonciation concernée par ce « ouïr » fait effectivement écho au sujet pathémique tel qu’évoqué par Coquet : « Le sujet pathémique ne peut se détacher de son inhérence à lui-même, inséré, engoncé, dans les impératifs sensibles du corps propre, “part opaque” de son âme dans le monde. Le corps est l’instance du non-sujet »12. L’auditeur de chanson, dans son écoute itérative subit les effets de la matérialité sonore dans son corps.

  • Le sujet écoutant « comprend » l’objet sonore : nous sommes au cœur de l’écoute privilégiée pour une chanson, dès lors que son texte est constitué de sons qui forment des signes de la langue, et partant véhiculent un sens sémio-linguistique. L’écoute sémantique y est donc primordiale : tout auditeur y cherche un sens, et investit le son de valeurs qui lui permettent de le construire. Ceci étant, ce « comprendre » ne se limite pas à la composante sémio-linguistique, qui par ailleurs est susceptible de perdre de son attrait dans une pratique d’écoute distraite et itérative. En effet, l’on rejoint en quelque sorte des limites équivalentes à celles de l’« écouter » : écouter des chansons dans l’objectif de « comprendre » un message délivré n’a guère d’intérêt en soi, une fois le message compris et assimilé. De plus, même si les valeurs sémantiques en jeu ne peuvent s’appréhender en termes équivalents, cette écoute sémantique concerne également la composante musicale, dans la mesure où cette composante participe pleinement à l’élaboration du discours. Par conséquent, le « comprendre » concernant l’écoute des chansons intègre d’autres modalités du sens, associant la dimension musicale du discours, et par conséquent, en lien avec l’expérience d’écoute renouvelée. Cette attitude d’écoute du « comprendre » est alors une visée : l’écoute vise l’objet en tant qu’il réfère à un système abstrait signifiant, ce système signifiant ayant la particularité d’être plurisémiotique, puisque relevant à la fois du musical et du verbal.

2.1.3. Son et musique : deux concepts distincts

  • 13 Il s’agit de la hauteur mélodique, de la durée, de l’intensité et du timbre. De ces quatre paramètr (...)
  • 14 Une des ambitions du programme de recherche de Pierre Schaeffer était précisément de découvrir dans (...)

17La conceptualisation schaefferienne implique également une distinction manifeste entre le son tout court et le son musical. Seul le son « musical » s’inscrit dans un système signifiant, dans la mesure où ses caractéristiques sont celles que le système musical a érigé en valeur13. La musique construit avec ces valeurs un « discours musical » : harmonie, tonalité, thèmes mélodiques, cadences, mesure, tempo, etc. Ce son musical est donc le premier concerné dans l’écoute du « comprendre ». Les autres qualités du son, son grain, son attaque, sa dynamique, son entretien, sa résonance par exemple, ne sont pas prises en compte par le système musical14. Pourtant cette dimension sonore est présente dans les chansons, et de manière prégnante, en raison du caractère travaillé et modelé du son enregistré. Dès lors, l’on peut escompter qu’elle concerne le secteur du « ouïr » : l’auditeur entend ces qualités sans les mettre en relation avec un système signifiant, il est saisit par, en même temps qu’il saisit, la matérialité sonore brute.

18L’analyse musicologique sait traiter la dimension musicale, mais n’a que peu d’outils pour appréhender la dimension sonore. Or la sémiotique peut prendre en compte cette dimension par l’élaboration d’une sémiotisation du sonore.

2.2. L’apport théorique de François Bayle. Le concept de i-son ou la représentation sonore

  • 15 Bayle (2003).
  • 16 Chion (2004, p. 267).

19C’est encore chez les théoriciens de la musique concrète que l’on trouve des éléments pertinents pour la théorisation de la dimension sonore des chansons, et particulièrement chez François Bayle15 qui introduit le concept de i-son ou image-de-son : l’i-son renvoie à la construction d’une représentation, au même titre que l’est un discours écrit ou une peinture, à la différence que sa matérialité est faite de sons. Voici l’explication qu’en donne Michel Chion16 :

Comme l’image, l’i-son se distingue du son-source par une double disjonction, celle — physique — provenant d’une substitution d’espace de causes, et celle — psychologique — d’un déplacement d’aire d’effets : conscience d’un simulacre, d’une interprétation, d’un signe. L’i-son constitue alors un objet figural incluant les marques codées de sa production d’écoute, au contraire du son naturel pour qui ces codes et ces marques se réfèrent à un système extérieur.

20Cette image-de-son, en tant qu’« objet observable » relevant d’un « monde de représentation », fait écho à une réalité certaine de la dimension du son des chansons du point de vue sémiotique, c’est-à-dire sous son aspect de totalité signifiante. En effet, dès lors qu’il interprète effectivement la chanson comme un univers de discours fictif, l’auditeur a bien la conscience de l’existence d’un simulacre, et il saisit le son comme la composition d’une représentation sonore, qui renferme dans sa manifestation même les traces de sa construction.

  • 17 Pour un développement de cette question, voir Groccia (2014).

21L’on retient de ces observations l’idée que le « son » des chansons peut correspondre à la construction d’une représentation composée à partir de qualités sonores, dont l’appréhension relève du continu et d’une certaine plasticité de la matière sonore, en opposition aux valeurs discrétisantes des qualités musicales, qui elles sont constitutives des unités pertinentes du système musical. Dès lors que cette représentation implique directement la dimension sensible de l’objet, et qu’elle participe à sa construction en tant qu’objet de sens, l’on peut y reconnaître une « dimension plastique » au sens de Floch17, c’est-à-dire qui constitue en puissance le plan de l’expression d’une sémiosis de type semi-symbolique. En effet, le « son » des chansons réfère à des qualités « plastiques » de la matière sonore : timbre, texture, intensité, dynamique, cinétique, modèlent le son musical au-delà des valeurs discrétisantes. Ce modelage est susceptible de produire des contrastes de forme, de matière, de volume, etc. Le plan de l’expression s’organise alors en catégories de divers types, qui peuvent être mises en relation avec des catégories du plan du contenu, et composent cette représentation partant signifiante.

22Après cette présentation de quelques emprunts à certaines théories musicologiques, et de l’intérêt de les intégrer à une réflexion sémiotique globale concernant l’analyse des chansons, il s’agit d’expliciter le cadre théorique sémiotique qui peut accueillir ces observations et permettre une théorisation globale des phénomènes.

2.3. Le cadre théorique sémiotique – Jacques Geninasca : interprétation des discours littéraires et esthétiques18

  • 18 Pour une synthèse de la pensée de Jacques Geninasca, voir Geninasca (2004, 2005).

23Jacques Geninasca fonde sa théorie sur l’observation de phénomènes qui ont lieu notamment dans les discours poétiques, phénomènes rythmiques, prosodiques, structuration des textes en parties, rapport des parties au tout, etc. Il dégage un cadre théorique qui prend en compte trois points fondamentaux : la nature structurale des discours littéraires, la prise en compte de leur dimension sensible dans leur interprétation, l’instance d’énonciation comme seule entité susceptible d’instaurer les significations. Il construit ainsi une théorie interprétative des discours littéraires qui prend en considération le discours effectivement manifesté, dans sa matérialité et sa non-linéarité, et qui prévoit de conceptualiser le passage de cette manifestation à son interprétation.

24Pour se faire, l’auteur pose comme radicalement distincts l’objet textuel en tant qu’il est un énoncé verbal relevant de la linguistique et établi par la philologie, et le texte en tant qu’il est ce même énoncé « informé d’une organisation discursive destinée à assurer l’émergence d’un ensemble signifiant ou discours ». L’objet textuel devenu texte discursivement interprétable parce qu’investi d’une forme, est alors le lieu de ce que Geninasca nomme une opération de « transsubstantiation », où les termes et les relations dont il est informé sont transposés par l’instance d’énonciation sur la dimension sémantique, à l’aide de stratégies de cohérence : c’est donc par l’existence de cette forme dans le texte, et par la préhension de cette forme par l’énonciataire, à l’aide de stratégies, que l’instauration de la totalité signifiante d’un discours s’établit.

25La forme dont il est question ici ne correspond ni restrictivement à la matérialité manifestée, ni à l’objet textuel « signifiant » en dehors de toute opération énonciative, mais bien à la prise en charge par l’instance d’énonciation de cette matérialité structurée en morphologies, prenant en compte tout autant les termes que leurs relations. De plus, cette forme ne demande pas à être mise en corrélation avec des contenus, mais porte en elle-même les conditions nécessaires à l’instauration de la cohérence discursive par l’instance énonciative. Cette cohérence ainsi conceptualisée correspond pour Geninasca aux conditions d’élaboration de l’unité intelligible des discours littéraires.

  • 19 Geninasca (2004, pp. 109-118).

26Quant à la dimension sensible des discours esthétiques et littéraires, selon l’auteur, elle collabore pleinement à l’instauration de la totalité signifiante, dans un mode de sens qu’il qualifie d’« impressif ». Il définit alors la dimension sensible comme une « saisie impressive solidaire de la perception et de la sensation actuelles » qui s’intègre à une signification discursive globale. De cette saisie naît la cohésion des discours esthétiques, qui répondrait aux conditions d’élaboration de leur unité sensible. Ainsi pour Geninasca19 :

La communication littéraire n’a rien à voir avec la transmission de messages, elle présuppose en revanche, de la part de l’auteur-lecteur et du lecteur-auteur, l’exercice d’une stratégie de cohérence en même temps que l’expérience d’une cohésion perceptive, ou comme on dit aujourd’hui, sensible.

2.3.1. La chanson comme discours intelligible et sensible

27L’on observe que les fondements posés par Geninasca font largement écho aux différents phénomènes relevés dans les chansons. Relativement à la matérialité de l’objet : une chanson, dans sa matérialité hybride, musicale et verbale, concentre une expression de type suprasegmental. Sa composante verbale, de nature poétique, est susceptible de développer des phénomènes prosodiques et rythmiques qui trouvent dans sa composante musicale une substance apte à les manifester, certains de ces traits étant inclus dans son système même (hauteurs et durées notamment). L’ensemble de cette matérialité est de nature sonore, et affecte par conséquent directement nos sens. Il n’est alors aucun doute que la dimension sensible y est capitale et qu’elle contribue assurément à la construction du tout de signification.

28Par ailleurs, la « nature structurale » évoquée par Geninasca constitue en chanson une caractéristique prégnante et incontestablement fondamentale, au point d’intégrer sa définition minimale, les notions de couplet et refrain renfermant en elles-mêmes des implications d’ordre structural. La division du continuum sonore en différentes parties, les relations entre parties et tout, l’importance de la prise en compte de la totalité audible, etc. laissent présager que la structure dont une chanson est informée construise une part substantielle de son intelligibilité.

  • 20 Il s’agit de ne pas confondre ce texte geninascaien avec la composante verbale d’une chanson. Nous (...)

29Enfin, concernant l’expérience vécue de l’auditeur : en tant qu’objet musical, la réception d’une chanson implique de fait une herméneutique dans laquelle l’expérience vécue de l’énonciataire-auditeur est essentielle. Cette considération trouve un double écho dans la pensée de Geninasca : la prépondérance du texte20 sur l’objet textuel ; l’instance d’énonciation comme seule entité susceptible d’instaurer ce texte.

3. Théorisation globale des phénomènes et implications sémiotiques

30Le croisement des apports théoriques des musicologues et de la théorie d’interprétation des discours de Geninasca, ainsi que les différentes remarques concernant des phénomènes observables en chanson, aboutit à une proposition théorique globale : la chanson est envisagée comme un ensemble signifiant que l’auditeur instaure en « tout de signification » lors de son écoute. Il construit l’objet de sens dans une double saisie : la saisie globale du musical et la saisie globale du sonore. Chacune des saisies est corrélée à une attitude d’écoute privilégiée : la saisie globale du musical réfère à l’attitude d’écoute du « comprendre », la saisie globale du sonore à celle du « ouïr ». À partir de ces deux saisies, l’auditeur élabore des stratégies de cohérence et des stratégies de cohésion qui lui permettent d’instituer le flux sonore en discours, en en instaurant les dimensions intelligible et sensible. L’instance d’énonciation est au cœur de la sémiosis ainsi définie, et par conséquent pose la voix comme concentrant l’ensemble des enjeux sémiotiques de l’interprétation des chansons, en tant qu’elle est le lieu du faire et de l’être de l’énonciateur-interprète, en même temps que le lieu de concentration des opérations de saisie de l’objet par l’énonciataire-auditeur. Ce cadre théorique ainsi construit permet de mettre en évidence des modes d’émergence du sens spécifiques à l’objet, ainsi que les implications sémiotiques qui en découlent pour l’élaboration de l’objet de sens, au travers de ses deux dimensions, intelligible et sensible. Nous présentons quelques points fondamentaux.

3.1. Stratégies de cohérence et dimension intelligible

31L’auditeur met en place des stratégies de cohérence qui lui permettent d’instaurer la totalité signifiante, et de faire d’un flux sonore continu un discours intelligible. Dans son activité perceptive du « comprendre », il saisit de l’objet un ensemble d’indices signifiants, à partir desquels il transforme le continuum sonore en un discours syntagmatiquement et paradigmatiquement structuré, ainsi que temporellement pertinent. Nous discernons deux niveaux de pertinence sur lesquels s’opèrent ces stratégies de cohérence.

3.1.1. Les éléments in praesentia

32Ce niveau considère les éléments effectivement manifestés dans le discours, dans leurs interrelations : les stratégies de cohérence s’établissent sur la gestion des répétitions et des renvois internes, c’est-à-dire sur la mise en relation des éléments répétés au sein de l’objet sonore. Ces éléments retirent leur saillance des valeurs musicales qu’ils manifestent : hauteurs, durées, timbres et intensités construisent des événements complexes que l’activité perceptive reconnaît et constitue en éléments porteurs de forme, établissant ainsi, au travers des lois harmoniques et métriques intégrées, des structures. À titre d’exemple, nous explicitons deux processus fondamentaux dans la construction de la dimension intelligible du discours : les phénomènes de progression et de rétroaction. En effet, les fonctions structurantes des événements complexes prennent corps dans le flux sonore notamment au travers d’un double mouvement simultané : un mouvement qui inscrit les différents événements musicaux dans le déroulement de la temporalité de l’objet ; un mouvement qui fonde la perception totale au travers des comparaisons rétroactives.

33La progression est ce processus très global qui mène l’auditeur du début à la fin de la chanson. Elle concerne directement l’organisation syntagmatique du discours, et peut s’établir à l’aide de différents procédés. Nous en retenons trois principaux :

  • la progression « naturelle » qui consiste, dans sa généralité, en l’ajout (en terme de quantité et de qualité) d’informations nouvelles à un donné posé. Au niveau global, elle peut se confondre avec une propriété de la dimension temporelle qui, par le temps écoulé, enrichit de fait l’événement sonore entendu à l’instant T, de la mémoire des événements qui lui ont été antérieurs. À un niveau plus local, elle peut se caractériser par un procédé précis : poser un donné nécessite la thématisation d’un événement sonore, cet événement étant doté d’un ensemble de caractéristiques suffisamment saillantes (propriétés mélodiques et/ou harmoniques et/ou rythmiques) pour être reconnu à sa réitération, et pour que le temps écoulé après sa première exposition mène dorénavant à « autre chose », à un autre événement. En effet, dans cette dimension temporelle, la progression est rendue possible par la répétition, c’est-à-dire par le retour du même, mais dans une certaine variation, l’adjonction de données nouvelles par exemple. Ce procédé est très couramment mis en œuvre dans les introductions des chansons, la fonction première du syntagme introductif étant d’engager l’auditeur dans l’ensemble du processus herméneutique.

  • la progression par coordination désigne un phénomène de liaison entre deux paradigmes, liaison qui s’effectue par l’intermédiaire d’un élément sonore prégnant, commun aux deux paradigmes, et dont le statut change d’un paradigme à l’autre. Ce type de progression s’adjoint à la progression naturelle pour assurer la jonction des paradigmes entre eux.

  • la progression par anticipation est également un phénomène de liaison, qui fonctionne cette fois par anticipation. Un élément sonore apparaît avant le moment où il aura un rôle prédominant. Il intervient également à la jointure de deux paradigmes, et lorsqu’il apparaît, son rôle n’est pas encore déterminable. En d’autres termes, il peut se décrire comme la citation d’un élément sonore d’une unité ultérieure, dont le rôle syntaxique sera proéminent.

34La rétroaction, cet autre processus très global, se caractérise par le fait que ce qui est entendu à l’instant T agit par mouvement rétroactif sur la perception d’un événement antérieur. Nous choisissons ce terme dans la mesure où il permet de décrire la constitution des paradigmes non pas comme un ensemble de procédés immanents, mais comme un processus qui fonctionne par « dépôt » d’impressions successives mémorisées, et dont le terme aboutit, entre autres, à la constitution effective des paradigmes. Ces mouvements rétroactifs naissent également des répétitions, qui posent des rapports d’équivalence entre différentes parties de la chaîne sonore. Ces répétitions se déclinent sous plusieurs modes :

  • la répétition : nous réservons ce terme neutre à la désignation d’une réitération sans changement significatif du point de vue strictement musical, mais pouvant inclure un changement des données verbales.

  • l’intégration : ce terme désigne la répétition d’une unité qui intègre des données antérieures n’appartenant pas au même paradigme. La physionomie de la répétition change dans sa globalité perceptive.

  • l’affirmation : elle consiste en la répétition d’une unité antérieure, répétition qui conserve la même physionomie perceptive, mais dont certains traits morphologiques sont intensifiés, par exemple par le soutien de nouveaux instruments. La réitération consécutive à l’identique (données verbales et musicales) constitue une affirmation spécifique forte : elle stabilise à la fois un donné mélodique, un donné verbal et un donné harmonique.

  • la variation : nous désignons par ce terme la transformation d’une unité sous différents aspects qui ne remettent pas en cause sa reconnaissance (variation du schème mélodique ; apparition ou disparition de données, par rapport à celles déjà mémorisées)

  • la signature timbrale : elle consiste en une relation d’identité ou d’équivalence particulièrement fondée sur la similitude du timbre, au sens polymorphe du terme, et ce en dépit de variations morphologiques. Nous précisons « particulièrement » dans la mesure où la plupart des renvois intègrent cette signature timbrale puisque certains éléments sont repris, dont, souvent, le timbre instrumental. Cependant, ce critère peut devenir inhérent au renvoi dès lors que le timbre usité, parce qu’il développe des caractéristiques marquées (instrument assumant une seule fonction, jeu instrumental spécifique, etc.) devient l’élément le plus saillant acoustiquement.

35Ces modes de gestion des éléments musicaux permettent à la fois la discrétisation du continu sonore, condition de l’existence du discours, et le fondement de l’unité de ce continu, permettant de bâtir au niveau global la totalité audible. Leur mise en évidence intègre la notion de thème et la thématisation, c’est-à-dire qu’elle implique la reconnaissance des thèmes mélodiques comme prépondérante dans l’ensemble des processus. Elle met par conséquent, au cœur du dispositif la voix, en tant qu’elle porte la dimension mélodique dominante.

3.1.2. Les éléments in absentia

36Ce niveau est opérant dans la confrontation des éléments in praesentia et des éléments in absentia : les relations in absentia s’établissent avec un objet chanson que nous nommons objet générique virtuel, qui correspond à la macro-structure implicitement intégrée, et dont l’efficience en tant qu’objet musical normé est évidente pour les auditeurs, du fait de la surexposition à ce type d’objet musical, et des propriétés musicales à la fois élémentaires et culturellement entérinées qu’il exploite. Cette macro-structure se définit alors par trois propriétés fondamentales : sa construction paradigmatique en couplets / refrains / connecteurs ; la gestion de son temps musical au travers des propriétés de sa carrure ; sa discursivité ordonnée au travers de l’utilisation des connecteurs, introduction / pont / coda.

  • 21 Concept discuté dans Geninasca (2003, pp. 61-81), dont nous reprenons l’essentiel de l’argumentatio (...)

37L’« objet générique virtuel », en tant que modèle du texte informé, agit comme le canevas au travers duquel l’auditeur construit une part essentielle de la cohérence de l’objet, et participe à son instauration comme objet de sens, dans sa dimension intelligible. Ce canevas peut se concevoir comme une grille d’appréhension des chansons, et dans ce sens peut faire écho à la notion de « format »21, que Geninasca invoque pour l’art pictural, mais de laquelle il paraît possible d’élargir la portée. En effet, selon Geninasca, l’œuvre picturale s’appréhende par le biais d’une structure invisible qui l’informe, structure rectangulaire qui construit un champ, le « champ du format », le format en question relevant d’une représentation mentale de cette structure. Il se dégage de son argumentation trois points fondamentaux, qui fondent le concept de format et son efficience pour l’appréhension de l’œuvre picturale : la surface objective du support matériel et la structure invisible qui l’informe n’ont pas le même statut de réalité ; le format correspond toujours à un quadrilatère rectangle, du fait des directions fondamentales de la verticalité et de l’horizontalité, dans lequel s’inscrit un tableau ; du fait de la solidarité des côtés, des axes et des intersections (angles, centre, milieu des côtés) qui sont autant de points saillants, le champ du format a les propriétés d’une structure.

38Dès lors, concevoir l’« objet générique virtuel » chanson comme un « format » geninascaien c’est le constituer en représentation mentale informée, tel un champ vide délimité par des lignes et doté d’une grille positionnelle, ou dispositif topologique, par lequel on appréhende les chansons. Cette conceptualisation trouve son fondement sous les conditions suivantes :

  • le « champ du format » se conçoit comme un « champ temporel ». Ce champ temporel est pertinent en chanson, au travers de son temps chronométrique idéal, délimité en ses bords par le début et la fin de l’objet de discours ainsi clôturé. En effet, la durée générique standard des chansons se situe autour de 3mn30, et est par ailleurs formatée par les besoins de l’exploitation économique et commerciale des chansons.

  • les directions fondamentales de l’objet (verticalité et horizontalité pour l’œuvre picturale) s’appréhende pour l’objet musical chanson au travers des axes de la hauteur et de la durée, qui constituent les échelles de valeurs sur lesquelles se fonde l’essentiel des éléments du système musical tonal pertinents pour les chansons et la discrétisation du continuum sonore (cadences harmoniques, thèmes, rythme, mètre), et par conséquent pour la constitution d’entités fonctionnelles à l’intérieur du champ.

39Cette « structure du format » chanson, invisible et pour autant efficiente, relève alors d’une exploitation surcodée de ces « directions », surcodée par l’ancrage historique des principes fondamentaux de la musique tonale dans les objets musicaux de nos cultures ; par une tradition orale séculaire dont ces principes émanent, et dont la chanson est originaire ; et par l’usage musical actuel de ce type de production artistique. Dès lors, le « dispositif topologique » en tant que « format chanson » s’appréhende comme une gestion spécifique, des lois harmoniques (par le biais des cadences), des thèmes mélodiques qui régissent les chansons, de l’organisation temporelle des périodes, qui fondent la dimension de la carrure comme dimension pertinente. Le format ainsi conçu constitue, dans la structure invisible qui l’informe, une grille d’appréhension des chansons. On précisera avec Geninasca que sa réalité est paradoxale : bien que déterminante par rapport à la composition musicale d’une chanson, la structure qui informe le champ du format n’est pas, comme telle, observable. Le format est alors à concevoir ni comme un pur concept, ni comme un « temps informé » perçu, mais constitutif de l’interface du sujet écoutant et de l’objet perçu.

40Ainsi, l’auditeur appréhende les chansons par le biais de ce format virtuel générique, et les écarts et les ajustements qu’il saisit dans l’écoute d’une chanson particulière sont signifiants et construisent la dimension intelligible. Pour illustrer le propos, prenons l’exemple de la carrure. La notion de carrure renvoie à l’organisation du temps musical en périodes et groupes de périodes isochrones. Elle se manifeste en groupements d’unités, l’ensemble générant un temps musical informé d’une structuration temporelle régulière et « carrée ». En effet, elle implique à la fois une idée de régularité et de symétrie, et peut se définir sommairement comme une égalité, entre des phrases musicales successives, du nombre de mesures qui les composent. De fait, cette notion fait intervenir des considérations d’ordre comptable : nombre de mesures, donc implicitement nombre de temps constituant cette mesure-étalon, et également nombre de mesures sur lesquelles se déploient les unités pertinentes. Par ailleurs, dès lors qu’elle se définit comme une symétrie, elle implique une comparaison entre ces mêmes unités. Enfin, ainsi que le terme le suggère, le chiffre référence de cette notion est 4 et ses multiples : 4 mesures, ou 2 fois 4 mesures, etc.

41La notion de carrure constitue une des composantes les plus implicites de la dimension structurelle des chansons : la plupart des chansons organise effectivement son flux sonore dans une répartition symétrique du temps musical. En d’autres termes, en chanson, quelques soient les petits écarts que peut sembler provoquer tel traitement mélodique, tel traitement verbal, ou tel traitement instrumental, l’on peut dire en quelque sorte que, du point de vue de la gestion du temps musical, l’on « retombe toujours sur ses pieds », c’est-à-dire que l’on peut le plus souvent instaurer une forme temporelle régulière et symétrique, qui même si elle n’est que partiellement manifestée (suppression ou adjonction d’une période à tel endroit de la chaîne sonore par exemple) se complète virtuellement dans les attentes de l’auditeur. Ainsi par exemple, les procédés conclusifs des chansons consistent justement en l’ajout ou la suppression de ces périodes : c’est alors le fait de déjouer l’attente d’une période complète, ou inversement, qui provoque la signifiance conclusive du procédé. Par ailleurs, lorsqu’une irrégularité est prégnante sur ce plan de la carrure, elle est le plus souvent réitérée, et devient de fait une régularité.

  • 22 Une « pêche » désigne en jargon musical un accent musical momentané correspondant à un fortissimo j (...)

42En réalité, l’intérêt de cette notion de carrure réside dans le fait qu’elle permet de comprendre les phénomènes liés au vécu rythmique de l’auditeur, et de clarifier en quoi ce vécu, concernant les chansons, est effectivement mesuré, c’est-à-dire scandé par une battue isochrone, périodique et régulière, qui investit d’emblée le corps du sujet écoutant. En effet, cette carrure, dès lors qu’elle organise le temps musical en mesures et groupements de mesures, constitue l’outil structurel par lequel la mesure est entendue et rendue prégnante : les temps faibles et forts s’y manifestent, notamment par le jeu de la rythmique, c’est-à-dire l’ensemble des instruments (basses, batteries, percussions notamment) qui gère les mouvements, les tempi, et l’avancée harmonique globale du discours musical. Toutes sortes d’éléments participent au fait que, en chanson, ce temps mesuré est perçu comme effectivement vivace : progression harmonique manifestée sur les temps forts, jeux instrumentaux qui mettent en avant les degrés importants des accords sur ces mêmes temps, battue marquée par les percussions, changements de périodes annoncés par les « pêches »22, les intensités, les timbres, les pauses, etc. La chanson s’appréhende ici comme une musique de danse, au sens le plus large du terme : elle insuffle des mouvements du corps, des pas, des balancements, qui impliquent une appréhension régulée, cadencée, et accentuée de son discours. Dès lors, ces phénomènes de carrure, qui forment des cadres temporels du temps musical, permettent à l’auditeur d’anticiper l’apparition des thèmes, de prévoir les changements de paradigmes, mais aussi d’appréhender la répartition des données verbales sur le musical à l’intérieur de ces cadres, et ce dans une certaine adéquation implicite du mesuré musical et du prosodique verbal : l’organisation strophique est censée coïncider avec l’organisation des périodes ; l’accentuation prosodique est censée épouser plus ou moins « naturellement » l’accentuation générée par la métrique musicale. Partant de ces considérations, il est à prévoir que lorsqu’une chanson propose une organisation temporelle, soit particulière sur un point ou un autre, soit globalement déviante au vu de ce cadrage implicite, ces caractéristiques peuvent participer aux conditions d’émergence du sens, ou même constituer en propre un mode spécifique d’émergence du sens.

43L’efficacité du « format chanson » réside alors dans le fait que l’auditeur, en instaurant le tout de signification, saisit des écarts et des ajustements par rapport à ce format, qui produisent du sens. Le sens dont il est question ici, dès lors qu’il émane de processus dynamiques, de mises en relation internes et externes, n’est pas à appréhender en termes de catégories du plan du contenu. Il se dégage des phénomènes musicaux saisis, et relève de ce que Geninasca nomme des « opérations de transsubstantiation » de ces phénomènes sur la dimension sémantique. En d’autres termes, l’instance énonciative, dans sa saisie des relations et processus par laquelle elle construit la cohérence de la totalité audible, est susceptible de convertir ces relations et processus en grandeurs signifiantes dynamiques. Signifiantes, parce que les relations et processus ainsi saisis sont caractérisés, en termes de modalités de prégnance, de dialectique norme / écart, de tensions paradigmatiques, d’ordonnancement syntagmatique ; Dynamiques, dans la mesure où l’auditeur procède par ajustements incessants selon une finalité, celle de construire la cohérence ; Dynamiques également parce que ces grandeurs sont susceptibles d’accueillir des valeurs réalisées et investies lors de l’écoute actuelle, et donc solidaires de l’expérience ponctuelle, et en relation directe avec le vécu hic et nunc de l’auditeur.

44En définitive, ces observations permettent de préciser la nature du « comprendre » de l’auditeur, dans la pratique ordinaire d’écoute qu’il a de l’objet, distraite et itérative. Si l’on considère que l’écoute d’une chanson est toujours une expérience de l’écoute actuelle, en même temps qu’elle n’est jamais une écoute originelle, il apparaît, dans ces conditions, que ce « comprendre » peut correspondre à une dialectique entre la perception mémorisée et la perception actuelle de l’objet. Il y aurait alors, lors de l’expérience d’écoute, une saisie en quelque sorte « statique » des significations, et une saisie « dynamique » du sens. La saisie « statique » des significations correspond schématiquement à la saisie du plan du contenu de la dimension verbale, par le biais de l’expression vocale : ce que signifie la chanson écoutée, au travers des figures acteur/temps/espace, de la thématisation de ces figures, de la construction de ses isotopies et de son micro-univers. Ces contenus forment alors le substrat référentiel de l’univers sémantique de la chanson, connu et reconnu par l’auditeur dans ses écoutes répétées. Pour autant, dans l’écoute actuelle, cette saisie « statique » se trouve modalisée par l’expérience vécue de l’écoute, expérience nécessairement musicale, et par l’instauration effective de la totalité sonore comme discours intelligible. Dès lors, ce « comprendre » intègre à la signification discursive globale une dimension subjective inhérente, de laquelle les opérations de transsubstantiations sont investies, au travers de l’acte d’écoute même, qui place alors l’instance énonciative au cœur des processus interprétatifs.

3.2. Cohésion et dimension sensible

45Le fait que ce phénomène physique complexe qu’est le son n’existe, en tant que phénomène perçu, que par les sensations, auditives et trans-sensorielles, qu’il procure au sujet percevant, implique que la saisie sensible de l’objet est un mode de saisie inhérent à la nature sonore d’une chanson, et premier pour son existence en tant que discours pour un auditeur. En d’autres termes, contrairement à l’univers des discours verbaux, où discours esthétiques et discours transitifs peuvent se différencier, selon Geninasca, par la prégnance de leur dimension sensible, aucun discours musical, aussi trivial soit-il, ne peut manifester une dimension sensible qui puisse être « secondaire », relativement à sa dimension intelligible. Dès lors, tous les éléments pertinents pour la cohérence de l’objet sont susceptibles de construire également une cohésion de l’expérience perceptive, dès lors que les deux dimensions sont pareillement indissociables d’une saisie sensible de l’objet sonore. C’est pourquoi la cohésion sensible des chansons, qui s’éprouve dans l’expérience ponctuelle de l’écoute, est de deux natures :

  • de nature intelligible, elle participe pleinement à l’instauration de la dimension intelligible de l’objet par l’auditeur, et lui permet d’éprouver par les sens la validité de la cohérence du discours instauré. Il s’agit d’une cohésion solidaire de la cohérence intelligible des chansons ou, pour le dire autrement, d’un intelligible « éprouvé ».

  • de nature impressive, elle relève de la dimension sonore des chansons et s’éprouve lors de l’activité perceptive d’écoute du « ouïr » : l’auditeur est « frappé » dans sa perception immédiate par des configurations perceptives qu’il n’est pas en mesure d’assumer, en tant qu’instance judicative, mais qu’il ressent pour autant. Il est ainsi sollicité non pas dans ce qu’il comprend des sons qu’il entend, mais dans ce qu’il en ressent. Ces sensations sont indépendantes de son intention d’écoute, elles s’éprouvent par son « corps percevant », en tant qu’il ordonne autour de lui le temps et l’espace phénoménologique du hic et nunc de son expérience d’écoute.

46Sur cette dimension, la composition sonore émerge de la mise en relation de catégories du plan de l’expression, qui se fondent sur des qualités inhérentes au son et aux propriétés morphologiques de sa manifestation. Ces catégories sont multiples et renvoient aux divers paramètres qui caractérisent le sonore (propriétés de matière, d’entretien, d’allure, de dynamique, etc.), par exemple : /dilaté/ vs /contracté/ ; /épais/ vs /fin/ ; /englobant/ vs /englobé/ ; /illimité/ vs /limité/ ; etc. Par ailleurs, dès lors que le son est un phénomène évolutif, qui change de morphologie dans le temps de sa durée, ces catégories renvoient à des processus de changements d’état de la matière sonore : /dilatation/ vs /contraction/, /épaississement/ vs /affinement/, etc. Dès lors, elles sont assez profondes et abstraites pour renvoyer à des catégories du plan du contenu, et nourrir la dimension sémantique de l’objet sonore global, parcouru par l’ensemble de ces processus.

  • 23 Chion (2004, p. 150).

47De plus, la chanson étant un objet de discours, construit et composé par une instance énonciative, le son ainsi composé rend compte d’un faire, qu’il soit vocal ou instrumental. Puisque certaines qualités des sons résultent d’une performance du sujet qui le produit, le son ainsi perçu manifeste des indices sonores de la présence de l’(des) énonciateur(s)-interprète(s). Par ailleurs, certaines de ces qualités sont directement liées au moment précis de l’exécution du faire : un entretien spécifique, une attaque caractérisée, un grain particulier, un souffle tendu, ne caractérisent pas le son lui-même, mais un moment précis dans le son, lors de son émission, sur une dimension particulière (hauteur, intensité, rythme). Cette caractéristique n’est pas partagée par toutes les structures sonores. En effet, les structures sonores musicales (mélodies, enchaînements harmoniques, rythmes), bien que s’énonçant également dans le temps, sont plus « libres » par rapport au temps de l’énonciation : l’on peut accélérer jusqu’à un certain point une musique, tout en continuant à la reconnaître. Chion nomme ces structures des structures « hors-temps » : « […] on peut dire d’une partie de ce qui constitue nos perceptions sonores ou musicales qu’elle relève d’une structure “hors-temps”. Qu’est-ce à dire ? Que tout en s’énonçant inévitablement dans le temps, elles l’occupent de manière libre, élastique. […] »23. En conséquence, la dimension sonore, dès lors que certains de ses aspects sont directement liés au temps de l’énonciation, réfère directement à l’acte d’énonciation originel, et à l’instance émettrice, dans son intention de communiquer, mais également dans sa présence d’« être au monde », inscrit dans un hic et nunc que, par la magie du son enregistré, l’auditeur partage en tant qu’expérience vécue. Les catégories qui émergent de cette composition sonore, déployant une dimension à caractère plastique, sont alors constitutives de ce que nous appelons un « état dynamique » de la cohésion sensible : à la fois très abstraites et très générales, elles fondent la dimension sonore des chansons comme instaurant un isomorphisme entre les configurations perceptives qui la compose et les états thymiques, tensifs, et phoriques du sujet qui écoute.

48L’objet de sens « chanson », émergeant ainsi de la double saisie par l’auditeur des dimensions musicale et sonore, est fortement corrélé à l’expérience ponctuelle de l’écoute d’une part, et à son existence pour l’auditeur dans ses écoutes passées et ses écoutes à venir, d’autre part. Dans la pratique d’écoute réitérée, ce double régime construit la chanson comme un objet de sens dont les valeurs signifiantes sont à la fois stabilisées par la construction intelligible du discours, et dynamiques et à investir lors de l’écoute ponctuelle éprouvée.

Haut de page

Bibliographie

Bayle, François (2003), L’Image de son, technique de mon écoute, Münster, Lit Verlag.

Chabot-Canet, Céline (2008), Léo Ferré : une voix et un phrasé emblématiques, coll. “Univers musical”, Paris, L’Harmattan.

Chion, Michel (1994), Musiques, medias et technologies, Paris, Flammarion.

Chion, Michel (2004), Le son, Paris, Armand Colin.

Coquet, Jean-Claude (1997), La Quête du sens, Paris, PUF.

Coquet, Jean-Claude (2006), « Instances du discours et phénoménologie », LaTtransversalité du sens, Parcours sémiotiques, Dir. Alonso, Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, pp. 15-21.

Deniot, Joëlle (2000), Dire la voix, approche transversale des phénomènes vocaux, Paris, L’Harmattan.

Geninasca, Jacques (2003), « El logos del formato », Topicos del Seminario, 9 (Semiotica y estética), pp. 61-81.

Geninasca, Jacques (2004), « Que la cohérence des discours littéraires échappe aux contraintes proprement linguistiques », Champ du signe no 18, Toulouse, Editions du Sud, pp. 109-118.

Geninasca, Jacques (2005), « Quand donner du sens, c’est donner forme intelligible », Donner du sens, étude de sémiotique théorique appliquée, Paris, L’Harmattan, pp. 125-143.

Groccia, Martine (2008), La Chanson, une approche sémiotique d’un objet sonore et musical, Thèse de doctorat, Université Lumière Lyon 2.

Groccia, Martine (2014), « Le son des chansons, essai de sémiotisation du sonore » ; Estudos Semióticos, vol. 10, no 1, [on-line] http://revistas.usp.br/esse, Ivã Carlos Lopes et José Américo Bezerra Saraiva (éds).

Hennion, Antoine (2013), « La production du succès : une anti-musicologie de la chanson de variétés », Volume 8, 10, (1), pp. 47-73.

Hisrchi, Stéphane (2008), Chanson – l’art de fixer l’air du temps, Paris, Les Belles Lettres / Presses universitaires de Valenciennes.

Julien, Olivier (2008), « L’analyse des musiques populaires enregistrées », dans Le Commentaire auditif de spécialité – Recherches et propositions, Danièle Pistone (éd.), Université Paris-Sorbonne (Paris IV), Observatoire Musical Français, série « Conférences et séminaires », no 37, pp. 141-166.

July, Joël (2007), Esthétique de la chanson contemporaine, Paris, L’Harmattan.

Rudent, Catherine (2011), L’Album de chansons. Entre processus social et œuvre musicale. Juliette Gréco, Mademoiselle K, Bruno Joubrel. Paris, Honoré-Champion, coll. « Musique-Musicologie ».

Schaeffer, Pierre (1977), Traité des objets musicaux, Paris, Seuil.

Spyropoulou-Leclanche, Maria (1998), Le Refrain dans la chanson française, de Bruant à Renaud, Limoges, PULIM.

Haut de page

Notes

1 Chanson française telle que définie par S. Hisrchi, dans son ouvrage Chanson – l’art de fixer l’air du temps (Paris, Les Belles Lettres / Presses universitaires de Valenciennes, 2008, pp. 10-11) : « Le genre chanson se distingue aussi bien de l’opéra (même s’il se rapproche de ses arias) que du chant de travail ou de marche, mais tout autant du lied que du rap ou de la mélodie française par exemple. C’est une question d’équilibre, de dosage entre leurs diverses composantes, et non de simple couleur musicale : le phrasé naturel n’y est ni lyrique (ce qui distingue la chanson tant de la mélodie que de l’air d’opéra), ni déclamé comme dans le rap, mais les rythmes et l’orchestration peuvent relever du blues, de la variété, du folk, de la musette, du tango, du reggae, du rock, du symphonique, de la musique de chambre, du yé-yé — la liste n’est pas limitative et ouvre sur tous les métissages —, pour peu que les paroles soient en tout cas suffisamment distinctes de leur habillage musical. […] la chanson est une forme, structurellement brève, à potentialité artistique du fait de son déploiement en tant qu’œuvre interprétée, et fixée aujourd’hui par les techniques de l’enregistrement ».

2 Modèle théorique discuté et éprouvé sur un corpus de chansons dans la thèse « La chanson, une approche sémiotique d’un objet sonore et musical » (Groccia 2008).

3 Voir (à titre d’exemples, cf. bibliographie), pour l’approche sociologique : les travaux de J. Deniot, A. Hennion, C. Rudent ; pour l’approche stylistique et esthétique, les travaux de S. Hirschi et J. July. Nous ne mentionnons pas ici l’approche musicologique, qui est plus sporadique. En effet, hormis les travaux spécifiquement consacrés à la voix de C. Chabot-Canet, les approches musicologique concernent majoritairement les variétés internationales — et non pas directement la chanson française — et ce par l’intermédiaire de l’étude des genres musicaux (pop, rock, jazz, etc.) qu’elles mobilisent (notamment les travaux d’O. Julien et de l’ensemble des chercheurs réunis dans l’association IASPM – International Association for the Study of Popular Music – http://www.iaspm.net).

4 Pour une étude de ces notions, voir Spyropoulou-Leclanche (1998).

5 Ce point sera développé ultérieurement.

6 « La situation acousmatique (entendre sans voir) […] est censée permettre de s’intéresser au son pour lui-même, puisque cela nous dissimule la cause […]. » (Chion 2004, p. 200).

7 « Presque tous les titres diffusés par les chaînes dites “musicales”, que celles-ci soient radiophoniques ou audiovisuelles […] sont en effet, il faut souligner cette évidence négligée, des chansons avec des paroles. » (Chion 1994, p. 89).

8 Schaeffer (1977).

9 Ibid, p. 267.

10 L’écoute réduite est à l’origine de la démarche de la musique concrète, et a été envisagée par Schaeffer grâce à « l’expérience du disque rayé » : écouter un son en boucle permet sa décontextualisation et lui hôte ses dimensions affectives et sémantiques, ce qui permet de s’intéresser au son pour lui-même et pour ses qualités.

11 Coquet (1997).

12 Ibid., p. 12.

13 Il s’agit de la hauteur mélodique, de la durée, de l’intensité et du timbre. De ces quatre paramètres du son musical, seuls les deux premiers constituent des valeurs absolues discrètes. L’intensité et le timbre, bien que consignés par le système musical — notamment par le biais de la notation écrite des nuances et des instruments utilisés — sont des qualités relatives et continues du son, liées au moment de son exécution.

14 Une des ambitions du programme de recherche de Pierre Schaeffer était précisément de découvrir dans le son d’autres caractères susceptibles d’être érigés en valeurs, afin de créer un nouveau solfège qui permettrait des compositions musicales nouvelles. Le projet n’a pas abouti.

15 Bayle (2003).

16 Chion (2004, p. 267).

17 Pour un développement de cette question, voir Groccia (2014).

18 Pour une synthèse de la pensée de Jacques Geninasca, voir Geninasca (2004, 2005).

19 Geninasca (2004, pp. 109-118).

20 Il s’agit de ne pas confondre ce texte geninascaien avec la composante verbale d’une chanson. Nous entendons bien ici l’ensemble du « discours concret chanson », tel qu’il se manifeste dans sa totalité audible.

21 Concept discuté dans Geninasca (2003, pp. 61-81), dont nous reprenons l’essentiel de l’argumentation dans les lignes qui suivent.

22 Une « pêche » désigne en jargon musical un accent musical momentané correspondant à un fortissimo joué le plus souvent par plusieurs instruments.

23 Chion (2004, p. 150).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Groccia, « La chanson. Essai de sémiotique théorique appliquée »Signata, 6 | 2015, 121-141.

Référence électronique

Martine Groccia, « La chanson. Essai de sémiotique théorique appliquée »Signata [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 01 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/signata/1069 ; DOI : https://doi.org/10.4000/signata.1069

Haut de page

Auteur

Martine Groccia

Martine Groccia est Maître de Conférence en sémiotique au département des Sciences du Langage de l’Université Lyon 2, et membre de l’équipe LanDES (Langue – Discours – Énonciation – Sémiotique) du Laboratoire ICAR (Interactions – Corpus – Apprentissages – Représentations). Qualifiée en musicologie, son activité de recherche est en grande partie consacrée à la sémiotique du son et de la musique, et concerne les phénomènes sonores en général, les musiques actuelles et la chanson française contemporaine, les musiques concrètes et électroacoustiques. Ces domaines mettent en jeu notamment la sémiotique de la perception, la sémiotique des pratiques, et les théories de l’énonciation.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Signata sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search