Navigation – Plan du site

AccueilNuméros6VariaLe substrat énonciatif de la conn...

Varia

Le substrat énonciatif de la connaissance narrative empathique et ses enjeux philosophiques

Alain Rabatel
p. 423-446

Résumés

Cet article revient sur la question générale des relations entre récit et savoir en posant l’hypothèse que les savoirs sont relatifs, dépendants des situations, du choix des cadres théoriques, des hypothèses, des paramètres pris en compte. Cette hypothèse est examinée à partir de la notion d’empathie et de mobilité empathique (1), ainsi que de la notion de point de vue (PDV), au plan linguistique, avec des points de vue en confrontation qui tentent de circonscrire les objets, tout en tenant compte du dialogisme foncier du langage (2). Sur ces bases, l’article analyse ensuite quelques exemples de PDV en focalisation interne dans les récits, et montre que ces derniers PDV, partiels, sont néanmoins en capacité de dire la complexité du monde à travers la référenciation des objets du discours (3). Il montre ensuite que ces PDV, tout limités et subjectifs qu’ils sont, échappent à un relativisme généralisé, dans la mesure où la confrontation des PDV est susceptible de dégager des vérités, certes relatives au PDV adopté, mais qui peuvent s’éclairer, se compléter mutuellement, de façon à dégager des vérités intersubjectivement partagées (4). Cette relativité n’a que peu à voir avec le relativisme : elle renvoie au fait que le réel est complexe, multiface, qu’il ne se laisse pas circonscrire par une seule théorie, un seul cadre notionnel, un seul PDV — qu’il s’agisse d’un seul cadre notionnel ou d’un seul observateur. Inscrits dans un processus de recherche en constante évolution, les savoirs progressent par les approches toujours plus fines des objets qu’ils tentent d’analyser, en prenant toujours mieux en compte le caractère situé de ces objets, les relations nouées avec d’autres objets, avec leur environnement, parmi lequel il faut compter l’observateur/expérimentateur, en sorte que la dimension pluri-systémique des savoirs concerne et les objets de la recherche et les cadres théoriques et les méthodologies et les pratiques convoqués pour les étudier, et, plus particulièrement, l’aptitude des locuteurs à changer de PDV, en se mettant à la place des autres ou en envisageant de nouvelles perspectives (au sens spatio-temporel ou au sens notionnel) sur les objets. Si ce mode de connaissance empathique est caractéristique des narrations empathiques, il n’est pas cantonné aux récits, ni à la narratologie, car la connaissance empathique repose sur un substrat énonciatif de portée plus générale. Les enjeux cognitifs des fictions, bien réels, sont indissociables des enjeux épistémiques de l’énonciation, si on confère à l’énonciation sa dimension dialogique et praxéologique, qui repose notamment sur la capacité des locuteurs à (inter)agir en se mettant à la place des autres (et donc à pratiquer l’empathie), en changeant de point de vue (et donc en pratiquant la mobilité empathique), afin de confronter les points de vue, pour mieux penser, dans et par le langage, dans et par l’énonciation, leurs rapports aux événements, aux émotions qu’ils suscitent et aux savoirs auxquels ils offrent matière à réflexion.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Dans un magnifique petit ouvrage intitulé Anagrammes renversantes, ou Le sens caché du monde, Étienne Klein et Jacques Perry-Salkow proposent, comme anagramme de « la vérité », « relative ». L’anagramme est profonde… Elle l’est même à un titre qui dépasse la glose qu’en donnent les auteurs (« Nul ne peut dire sans se contredire qu’il est absolument vrai que la vérité est relative »), un de ces paradoxes qui, depuis l’Antiquité, font le bonheur des logiciens et orientent vers la thèse d’une vérité impossible, écartelée entre l’absolu et le relatif, emmêlant considérations de re et de dicto… Il y a bien là un défi, d’autant que « relatif » peut s’entendre en des sens bien différents, le relativisme d’un côté, la relativité de l’autre…

  • 1 Je rappelle ces fortes paroles d’un historien, Éric Baratay, mettant en garde contre un relativisme (...)
  • 2 Au sens spatio-temporel ou au sens notionnel.

2La position que je défendrai ici, relativement à la question générale des relations entre fiction, vérité, et, plus largement, savoir(s) — et relativement à leur fondement énonciatif, puisque ces questions se posent dans et par le langage —, est qu’il n’est guère pertinent de déterminer les relations entre récit et savoir en partant d’une conception abstraite du savoir et de la vérité, ou encore en opposant radicalement un ordre de la fiction à un ordre de la vérité (Pavel 1988, Schaeffer 1999). En effet, sauf dans le domaine des vérités métaphysiques, le savoir, les savoirs, sont relatifs, dépendants des situations, des choix des cadres théoriques, des hypothèses, des paramètres pris en compte, et aussi — on n’a que trop tendance à croire que le langage serait transparent — dépendants des choix énonciatifs effectuées par les locuteurs. Cela étant, la relativité des savoirs comme celle des choix énonciatifs ne doit pas nécessairement conduire au relativisme1 : elle renvoie au fait que le réel est complexe, multiface, qu’il ne se laisse pas circonscrire par une seule théorie, un seul cadre notionnel, un seul PDV — qu’il s’agisse d’un seul cadre notionnel ou d’un seul observateur — mais qu’il reste néanmoins possible de dégager à son égard un certain nombre de vérités intersubjectivement partagées, notamment grâce à l’aptitude des locuteurs à changer de PDV, en se mettant à la place des autres ou en envisageant de nouvelles perspectives2 sur les objets. Tels sont les enjeux philosophiques — voire politiques, selon Nussbaum 2011 — de ce travail.

3Mais pour les apprécier à leur juste mesure, il faut au préalable préciser comment le savoir se construit dans le langage, notamment à travers des phénomènes empathiques et leurs rapports avec les notions de point de vue et d’énonciation problématisante. C’est dire d’emblée que si la réflexion ci-dessous porte sur les récits et, à ce titre, présente une dimension narratologique, elle repose fondamentalement sur un substrat énonciatif qui lui confère une portée générale, dont on voudrait souligner les enjeux philosophiques. Car les enjeux cognitifs des fictions, bien réels, sont indissociables des enjeux épistémiques de l’énonciation, si on confère à l’énonciation sa dimension dialogique, praxéologique (Fontanille 1998, Rabatel 2016) qui repose notamment sur la capacité des locuteurs à (inter)agir en se mettant à la place des autres (autrement dit à être empathique), en changeant de point de vue (autrement dit en pratiquant la mobilité empathique), afin de confronter les points de vue, pour mieux penser, dans et par le langage, dans et par l’énonciation, leurs rapports aux événements, aux affects et aux savoirs qu’ils suscitent, d’autant plus riches et complexes qu’ils dépendent de la place et de la perspective que les locuteurs adoptent envers les événements.

1. Écrire le roman en mode empathique : empathie et mobilité empathique

4Je ne traiterai pas ici d’une façon globale de la connaissance liée aux récits et, plus particulièrement, aux romans (Bouveresse 2008), je circonscris ma réflexion non à des genres (Pavel 2003), mais à un mode d’écriture narrative, l’écriture empathique, dans laquelle le narrateur raconte selon le point de vue (PDV) des personnages, autrement dit la focalisation interne (Rabatel 1997a, 1998, 2008), rendant la voix auctoriale plus discrète et opaque, à proportion de la montée en puissance de la polyphonie et des phénomènes d’hétérogénéité énonciative de tous ordres.

  • 3 Sauf pour l’« empathie archaïque » (6 premiers mois de la vie). Mais dès la première année, le proc (...)

5Quelques mots d’abord sur la notion d’empathie. Cette notion est souvent confondue avec la sympathie, avec laquelle elle n’a que peu à voir3. L’empathie est une attitude qui consiste à se mettre à la place des autres, à imaginer ce qu’ils perçoivent, ce qu’ils pensent, ce que sont les raisons qui les font agir. Sans remonter aux neurones miroirs, l’empathie est la façon dont les êtres humains observent les autres, les imitent et élaborent les processus cognitifs, d’abord par une imitation purement cérébrale — les neurones miroirs (Rizzolati et Sinigaglia 2007) —, ensuite par un ensemble de processus d’identification à l’origine fusionnels (Brunel et Cosnier 2012), et progressivement de plus en plus autonomes (Berthoz 2004) qui permettent aux enfants de se construire une identité, au terme d’un processus de subjectivation (Tisseron 2010) dans lequel le soi est perpétuellement enrichi, aux plans cognitif, relationnel, émotionnel, par les contacts avec les autres. Par conséquent, plus que d’empathie en général, c’est de mobilité empathique qu’il faut parler.

6J’ai dit en commençant que l’écriture empathique est un mode particulier d’écriture narrative. C’est vrai en ce sens que l’écriture narrative n’est pas toujours empathique, comme on peut le vérifier selon les époques et les genres. Mais la formulation précédente n’est guère satisfaisante, il me semble plus juste de dire que l’écriture n’est pas toujours fortement empathique. C’est donc le degré qui est variable. Mais pour le reste, l’écriture empathique est un mode d’écriture relativement transverse et généralisé, dans la mesure où le fait d’écrire en se mettant à la place de ce que les autres font, perçoivent, pensent, disent (c’est là une première définition de l’empathie linguistique, en appui sur le mécanisme psychologique général évoqué ci-dessus) fait partie de caractéristiques linguistiques générales, qui excèdent d’ailleurs la seule question de la narration. En effet, le locuteur peut argumenter, décrire, expliquer ou informer à partir de son point de vue d’énonciateur primaire, mais il peut aussi envisager les choses du point de vue d’énonciateurs seconds, à l’intérieur de son discours — et c’est également vrai dans les interactions orales en face à face (Rabatel 2008, p. 79). Si l’on en revient aux récits, l’écriture empathique n’est pas propre aux romans en troisième personne, dans lesquels le narrateur anonyme empathise sur un ou plusieurs personnages. Elle se rencontre aussi dans les récits en première personne : d’une part parce que le je narrant peut empathiser avec d’autres personnages ; d’autre part parce que le je narrant peut empathiser avec… lui-même — à la condition de penser que le soi est une identité évolutive et qu’il peut donc différer plus ou moins fortement de celui qu’il est à présent, dans le présent de l’activité de narration. Il y a donc aussi un mouvement empathique du je narrant vers le je narré, qui permet de jouer sur la complexité d’une identité en évolution, sur le fait que le moi est souvent opaque à lui-même, pour des raisons volontaires ou inconscientes, comme je l’ai montré notamment en analysant certains fragments de La Vie de Marianne ou de l’Histoire de ma fuite des Plombs de Casanova (Rabatel 2008, p. 517-519).

  • 4 Par conséquent, on n’y insistera jamais assez, la mobilité empathique ne signifie pas que lorsque l (...)

7Cette mobilité empathique, cette possibilité d’entrer dans d’autres vies que la sienne (selon la belle formule d’un des maîtres ès empathie, Emmanuel Carrère) pour enrichir sa vie propre prend des formes très différentes lorsque l’empathie s’exerce dans les récits, et aussi répond à des motivations diverses : l’empathie envers les autres et envers un soi passé ou futur, peut viser la compréhension de soi, aider à vivre des aventures par procuration, favoriser les bilans et orienter l’avenir, etc. Dans bien des cas, elle est souvent associée à un certain nombre d’activités mentales et psycho-sociales, notamment le jeu (Harris 1989, 2007), la capacité imaginative (Nussbaum 2010) ou encore la lecture et l’écriture littéraires (Tauveron et Sève 2005). Ces activités permettent, sur la base du comme si, d’explorer des mondes, des sentiments, des affects, des idéologies, des façons de penser, de vivre, qui ne sont pas à priori celles du sujet parlant, et élargissent ainsi ses façons d’être et de penser (Rabatel 2014a, b, c)4. Je reviendrai plus en détail sur ces questions en conclusion, à partir de la notion de PDV en confrontation.

2. Écrire le roman en mode empathique : empathie et point de vue

  • 5 Mais aussi esthétique, philosophique, éthologique, etc.

8Auparavant, il faut encore expliquer la notion de PDV et son rapport avec l’empathie. Comme je l’ai dit notamment dans Rabatel 2014c, 2016, si l’empathie est une disposition psychologique, essentiellement5, cette notion, exercée dans le cadre du langage et des langues particulières, prend la forme des PDV. Mais la notion de PDV est au plan linguistique plus large que celle d’empathie, car elle fait écho au fait non seulement d’imaginer ou d’éprouver le PDV des autres, elle comprend aussi (et avant tout, serait-on tenté de dire, si l’on oubliait que nous sommes d’abord les autres avant d’être nous-mêmes) la capacité de formuler des PDV en notre nom propre. Comme le rappelle Saussure, celle faculté de parler des objets du monde en exprimant son PDV de locuteur/énonciateur à l’égard de cet objet et aussi à l’égard des façons conventionnelles de le nommer est une habileté langagière — assurément ce terme n’est pas de la culture de Saussure — et une caractéristique de la langue même — formulation cette fois-ci plus conforme à ses conceptions — :

Ailleurs [dans les autres sciences] il y a des choses, des objets donnés, que l’on est libre de considérer ensuite à différents points de vue. Ici [dans la science du langage] il y a d’abord des points de vue, justes ou faux, mais uniquement des points de vue, à l’aide desquels on crée secondairement les choses. […] Voici notre profession de foi en matière linguistique : en d’autres domaines, on peut parler des choses à tel ou tel point de vue, certain qu’on est de retrouver un terrain ferme dans l’objet même. En linguistique, nous nions en principe qu’il y ait des objets donnés, qu’il y ait des choses qui continuent d’exister quand on passe d’un ordre d’idées à un autre et qu’on puisse par conséquent se permettre de considérer des « choses » dans plusieurs ordres, comme si elles étaient données par elles-mêmes. (Saussure, vers 1910, Cahiers Ferdinand de Saussure 12, 1954 : 57-58, apud Benveniste PLG 1, p. 39-40)

9Saussure souligne que, si la réalité existe indépendamment du langage, l’étude linguistique du matériau linguistique n’est pas possible en ‘objectivant’ des objets à l’aide de mots neutres sans histoire, sauf à verser dans un objectivisme naïf. On peut reformuler ce qui précède en disant que le PDV réfute l’hypothèse platement référentialiste et objectiviste selon laquelle les mots seraient « des étiquettes posées sur les choses » (Dubois 2009, p. 16). Mais cette reformulation focalise sur le lexique, alors que c’est la totalité de la langue actualisée en discours qui comporte des traces du point de vue de l’énonciateur sur l’objet, indépendamment du fait que l’énonciateur exprime explicitement un jugement de valeur sur l’objet. Il faut donc comprendre qu’ici, PDV ne correspond pas seulement à l’acception courante, exprimer une opinion. Certes, c’est là une des formes d’expression linguistique du PDV, mais c’est loin d’être la seule, il existe en effet des PDV dans n’importe quelle prédication, composée d’un dictum et d’un modus, autrement dit d’un contenu propositionnel.

  • 6 Rabatel 2008, t. 2, chap. 10 à 12.

10Toute prédication ne comprend pas forcément de modus explicite : ainsi, si je dis que « la connaissance empathique est complexe », je n’emploie pas de modus explicite du genre « oui/parfaitement, sans aucun doute, la connaissance empathique est très complexe ». La modalité d’énoncé assertive de forme affirmative suffit à ce que le dictum soit interprété comme vrai pour l’énonciateur. Il y a malgré tout une différence entre l’énoncé sans modus explicite et celui avec un modus explicite, par exemple avec « parfaitement » : en effet, l’affirmation contenue dans le modus a une dimension subjective et fait entendre que l’énoncé est une réponse plus ou moins conflictuelle à un PDV adverse. Sans cette expression, le PDV se donne pour plus « objectif » : il serait plus juste de dire « plus objectivant », car l’effacement énonciatif6 n’est qu’un leurre communicationnel, renvoyant à un locuteur qui pense avoir intérêt à gommer sa subjectivité d’énonciateur pour mieux faire partager son PDV. La subjectivité est donc cachée, elle n’en est pas moins présente au plan des calculs communicationnels. Dans d’autres cas, la subjectivité est carrément explicite en raison des termes utilisés dans le dictum, même sans expression explicite d’une opinion, comme dans les prédications qui utilisent le terme « demandeur d’emploi » plutôt que celui de « chômeur », etc.

  • 7 Si le PDV se trouve le plus souvent dans une prédication, il est néanmoins possible qu’il se repère (...)
  • 8 Sur ce point, je me permets de renvoyer à Rabatel 2014c et à Rabatel, à paraitre.

11L’ensemble de la matérialité langagière peut être analysé à cette aune très générale. Le PDV correspond à un contenu propositionnel (CP), dans une prédication7, à la condition de ne pas avoir à réduire la proposition au prisme d’une obsession vériconditionnelle qui obère les choix énonciatifs organisant la prédication. Les CP ne font pas que référer au monde de façon vériconditionnelle, ils indiquent aussi la position de l’énonciateur sur les objets du discours. Partant, les valeurs temporelles, aspectuelles, reposent sur des points de vue, notamment à travers le choix d’un point de référence superposé ou non au point d’énonciation. De même, choisir de présenter tel référent avec un déterminant indéfini ou défini, ou un démonstratif prend en compte les visées de l’énonciateur. Les choix de catégorisation (noms et verbes), de qualification (adjectifs et adverbes), de modalité et de modalisation, d’ordre des mots et des prédications, les choix de mise en relief indiquent la position de l’énonciateur par rapport aux objets du discours. L’énonciateur énonçant une prédication choisit, au plan morphosyntaxique entre modalités d’énonciation (assertion, injonction ou interrogation) et modalités d’énoncé (exclamation, négation, emphase). Il peut encore préciser la valeur modale par le choix de termes, syntagmes ou périphrases relatifs au caractère (plus ou moins) nécessaire, obligatoire, possible ou probable du procès représenté, à l’aide des auxiliaires modaux ou de leurs équivalents adverbiaux ou circonstanciels ou périphrastiques. Il peut également évaluer le procès, expliciter son évaluation par un certain nombre de commentaires métalinguistiques portant sur le contenu propositionnel ou sa modalité, qui peut être atténuée, renforcée. D’où le fait qu’on puisse rapprocher l’énonciateur de la notion de sujet modal chez Bally (Ducrot 1989, p. 181-191), dans la mesure où son empreinte se voit non seulement dans le modus, mais encore dans les choix qui organisent le dictum. En ce sens, la notion de PDV s’inscrit dans une conception forte de l’énonciation/référenciation, co-extensive à la langue. Le PDV touche aussi à l’organisation des discours, y compris sous leur dimension rhétorique. Par conséquent, la source d’un point de vue est un énonciateur, au sens de Ducrot 1984, à la condition d’entendre cet énonciateur interne non pas comme l’équivalent d’un locuteur (à l’origine de la production d’un énoncé), mais comme le résultat des choix de construction/référenciation de l’énoncé. C’est pourquoi cet énonciateur interne, construit dans et par le langage, n’a rien a voir avec l’existence d’un sujet psychologique extérieur au langage. Cela posé, quand on analyse dans des discours (et pas seulement dans des énoncés isolés) des énoncés qui coréfèrent à la même source, au même PDV, il devient clair que l’énonciateur n’est pas qu’une position abstraite — limitée à la deixis, par exemple ou au choix d’une position énonciative (Rabatel 2012a) —, c’est une instance saturée de valeurs modales, de données psycho-socio-idéologiques construites au fil du discours. C’est en cela que le lien entre énonciateur source d’un point de vue, sujet modal et empathiseur fait sens. La relation entre PDV et empathie rend compte des enjeux modaux associés à la construction intersubjective et interactionnelle des énonciateurs en discours, des énonciateurs qui sont souvent incarnés dans des personnages, dotés d’une histoire, de passions, de valeurs, de logiques actionnelles, sensitives centrales pour agir comme pour entrer en relation avec les autres, Cette constellation de valeurs modales liées à l’action est capitale dans les récits (mais elle n’est cependant pas propre aux récits, elle joue aussi dans d’autres types de textes que le narratif, autour des valeurs liées aux informations, aux explications comme aux arguments, ainsi que j’y insisterai en conclusion). Il est évident que passer de la notion d’énonciation source du PDV à l’empathie fait sens dans ce cadre interactionnel-là, où les énonciateurs/interactants entrent dans des structures d’échanges, de dons et de contre-dons, qui sont capitales pour le devenir anthropo-psycho-sociologique des sujets8.

  • 9 Les choses sont très complexes, et il faut avancer. Mais je veux souligner que si l’empathie consis (...)

12Le PDV est une problématique plus complexe que celle de la voix et du discours rapporté, car si voix et discours rapportés renvoient bien à des PDV exprimés plus ou moins directement par leur auteur, il devient plus difficile de repérer le PDV d’un tel, dès lors que sa voix ne se fait plus entendre : cette difficulté, caractéristique du style indirect libre, qui n’est pas vraiment un « discours », est encore plus nette chaque fois qu’un locuteur/énonciateur envisage les choses en se mettant à la place d’un autre9, à la place de ce qu’il voit selon Ducrot 1984, de ce qu’il fait (PDV représentés ou embryonnaires, analysés d’abondance dans Rabatel 1998 et 2008), sans pour autant lui donner la parole. C’est plus particulièrement dans ce dernier cas que le PDV correspond au phénomène plus restreint de la focalisation interne.

13Or si l’idée que la littérature est une école de la vie, parce qu’elle est source de savoirs — non par la seule magie des textes, mais encore par les vertus de la lecture littéraire, qui multiplie les niveaux et parcours de lectures, les processus d’identification aux divers personnages et au narrateur (Picard 1986, Jouve 1992, 1993) —, si cette idée, donc, est communément reçue, elle est souvent en contradiction avec une autre thèse, celle que la focalisation interne serait limitée, et ne permettrait de ce fait pas l’accès à d’autres pensées, le personnage focalisateur ne pouvant accéder aux pensées des autres personnages et ayant une vision limitée par sa situation. J’ai discuté à plusieurs reprises (Rabatel 1997a : 101-107 et 237-275, 1997b) le caractère radicalement faux de cette thèse, qui s’appuie sur des considérations ontologiques, et pas sur des données linguistiques qui devraient pourtant être à la base de tout discours narratologique. Je ne reviens pas sur les éléments saillants de la discussion de la thèse narratologique habituelle sur la restriction du volume du savoir, restriction maximale avec la prétendue focalisation externe, moindre, mais néanmoins importante avec la focalisation interne, puisque dans ce cadre, selon Genette 1972, 1983 et Vitoux 1982, 1988 le sujet de la focalisation interne ne pourrait accéder aux pensées des personnes focalisées par le personnage focalisateur. Or, comme je l’ai dit, il n’y a pas de verbes de parole ou de pensée qui seraient réservés à l’instance narratoriale et interdits aux personnages enchâssés, en sorte que les auteurs ci-dessus ont tort de dire que l’accès aux pensées d’un personnage par un autre personnage est impossible. J’ai cité ailleurs des exemples dans lesquels les personnages focalisateurs évoquaient, à travers l’emploi de verbes de parole ou de verbes de pensées, les pensées qu’ils attribuaient aux personnages qui étaient vus par eux (Rabatel 1997 a et b). Je voudrais citer ici non plus des verba dicendi ou putandi, mais des verba sentiendi, qui jouent le même rôle : en (1), dans une sorte de jeu déceptif délicieux avec l’omniscience principielle du narrateur, le narrateur lui-même d’une part reconnaît ne pas avoir connaissance d’indications fiable sur cet entretien, et, d’autre part, ne manque pas de faire… comme fait le lecteur : il « interprète ». Et le narrateur, comme n’importe lequel de ses personnages focalisateurs, en est réduit (lorsqu’il manque de connaissances attestées antérieurement) à déchiffrer des indices, à tirer des inférences de ce qu’il voit : ainsi le narrateur reconnait-il que son savoir n’est pas supérieur à ce qu’un témoin aurait vu : il utilise le terme « deviner », ou, juste après, le verbe « interpréter » qui a ici une valeur para-synonymique, pour évoquer ce qui est inférable du spectacle. Il est d’ailleurs significatif que l’inférence soit modalisée par une certitude redoublée (« bien certainement ») pour renvoyer à la conjecture tirée de « la figure contrariée du roi ». Bien sûr, l’inférence ne porte pas que sur cela, elle doit intégrer également le savoir (antérieur) sur l’épisode et sur le conflit qui oppose la reine mère à Louis XIV. Partant de là, la croisée des savoirs permet de restreindre le champ des inférences.

(1) Ce qu’ils se dirent, ou plutôt ce que la reine mère dit à Louis XIV, nul ne l’a jamais su ; mais on aurait pu bien certainement le deviner à la figure contrariée du roi à la sortie de cet entretien.
Mais nous, dont le métier est d’interpréter, comme aussi de faire part au lecteur de nos interprétations, nous manquerions à notre devoir en lui laissant ignorer le résultat de cette entrevue.
Il le trouvera suffisamment développé, nous l’espérons du moins, dans le chapitre suivant. (Dumas, Le Vicomte de Bragelonne, t. 1 Laffont, 1991, p. 711-712)

14Autrement dit (1) comprend des PDV représentés, dans des descriptions (évoquant des échanges entre le roi et sa mère, des réactions de royale contrariété), et un PDV asserté, consistant en un ensemble de commentaires et d’inférences.

  • 10 Sur ces trois formes de PDV voir Rabatel 2008, tome 1, chapitre 2.

15Le processus inférentiel à base perceptive est le même en (2), à la différence importante que c’est le personnage du roi, qui est à la source du processus, et non pas le narrateur, comme en (1). Le roi est en effet sujet d’un verbe de perception au passé simple, et cette forme temporelle de visée globale est au cœur d’un PDV embryonnaire (Rabatel 2008). Ce PDV aurait pu donner naissance à une « aspectualisation » des perceptions, c’est-à-dire au détail des pensées, avec des imparfait prototypiques du PDV représenté, mais on a ici la troisième des formes du PDV, le PDV asserté10, sous la forme d’un discours direct qui confirme a posteriori que la première phrase est déjà écrite du PDV du personnage, lequel PDV embryonnaire se précise dans le discours direct. Bref, on voit que le personnage focalisateur a accès aux pensées d’un autre personnage focalisé par lui (contrairement à ce que prétendent Genette ou Vitoux, et tant d’autres) et que ce savoir est présenté comme certain : la narration ne laisse apparaître aucun signe de mise à distance — en sorte que le pacte de lecture laisse penser que ce qu’imagine le roi est non seulement vrai du PDV du roi, mais vrai aussi « en général ».

(2) En disant ce mot, le roi fixa sur le mousquetaire un regard profond.
« Ah ! ah ! pensa ce dernier, il fait plus que se souvenir, il devine… Diable. » (Dumas, Le Vicomte de Bragelonne, t. 1 Laffont, 1991, p. 320)

16En fait, la seule différence entre le narrateur et ses personnages qui sont des relais de focalisation, en focalisation interne (ce que j’appelle point de vue du personnage), c’est que ces hypothèses (qui peuvent parfois être présentées sous une forme certaine) ont une créance/fiabilité moins grande que celles du narrateur, dans la mesure où ce dernier est bien, si l’on peut paraphraser la formule, l’ultima ratio auctorum, pouvant par son statut enchâssant confirmer, infirmer les hypothèses de ses personnages, ou laisser planer le doute. Mais cette supériorité est complexe, parce que le narrateur peut dire directement que tel personnage se trompe, mais il peut aussi faire sentir l’erreur en montrant ailleurs que les choses ne se passent pas comme le personnage le pensait : et en ce cas, l’invalidation par analepse et plus aisément repérable que celle qui opère par prolepse.

  • 11 Voir encore Rabatel 2008, tome 2, p. 504, et, ici même, l’analyse des exemples (4) et (5), qui juxt (...)
  • 12 Toutes choses égales, c’est le même phénomène qu’en (2) dans l’exemple suivant :
    (3) Elle le regarda (...)

17Les récits qui adoptent une perspective empathique — que ce soient des récits en première ou en troisième personnes, que ce soient des PDV du narrateur, comme en (1), ou du personnage, comme en (2) — démultiplient les PDV, ce qui permet de penser la complexité des choses : car tout processus empathique offre l’occasion d’entrer dans les raisons des autres sans abdiquer les siennes propres. Cette donnée est particulièrement sensible pour le linguiste : ce n’est pas parce que locuteur/énonciateur premier (le narrateur, dans le cas des récits) empathise sur un locuteur/énonciateur second (par exemple un personnage, dans un récit) dont il nous fait partager le point de vue qu’il abdique son propre point de vue, qui est souvent comme en surimpression. Partant de là, tout processus empathique met le lecteur face à deux PDV, d’une part, celui du personnage, qui est à l’avant plan du texte, d’autre part celui du narrateur qui est (plus ou moins) à l’arrière plan. Ainsi, l’exemple (2) montre que, par-dessus le PDV des focalisateurs, plane le PDV du narrateur qui, par sa force créatrice, a le pouvoir de concurrencer la force du destin, non pas en se substituant à lui, mais en en organisant la représentation et en favorisant, par la fiction secondaire de la narration, une réexpérienciation de la fiction principale, en permettant au lecteur de la revivre au plus près des personnages de la fabula, par le biais de la focalisation interne (pour la fiction principale) et celui des commentaires aux lecteurs (pour la fiction secondaire) (Vuillaume 1990, p. 71). Cette présence est très discrète dans l’exemple (2), on la sent davantage dans l’exemple (1), et elle est encore plus nette dans nombre de cas analogues analysés par Vuillaume 1990, à travers les repérages spatio-temporels ou les fragments de discours indirect libre, qui renvoient à deux actualités différentes, celle des personnages de la fiction principale, celle du narrateur qui raconte un passé pas tout à fait passé, par la force de la dramatisation du récit11. Cette démultiplication est sensible dès que le narrateur effectue un relai de focalisation en faisant d’un de ses personnages un centre de perspective12, et elle croît d’une part lorsque le narrateur multiplie les centres de perspectives en abandonnant le principe d’une focalisation unique et systématique sur un personnage privilégié, qu’il s’agisse du héros ou d’un personnage secondaire (au plan actionnel), comme dans Les Ambassadeurs, d’autre part lorsque le personnage sur lequel le narrateur empathise devient lui-même, par récursivité, un relai d’empathisation, en empathisant sur d’autres personnages (ou groupes de personnages, voire sur la doxa), comme on va le voir à présent.

  • 13 Je parle d’énonciation problématisante dans la mesure où les choix de référenciation à la source de (...)

18Par conséquent, à rebours de la thèse selon laquelle la narration empathique limiterait, voire saperait radicalement toute prétention à la vérité, on opposera la possibilité que ces récits fassent émerger d’autres modes d’élaboration des connaissances. Avant d’aller plus loin, on insistera sur les premiers acquis de la démonstration : l’empathie ayant une dimension cognitive fondamentale, elle permet de véhiculer des savoirs, en les référant à leur source, à leur ancrage spatio-temporel, à leurs cadres de pensée. Ce qui pourrait passer pour un leurre (ce ne serait pas des savoirs objectifs auxquels le lecteur accéderait, mais des projections subjectives plus ou moins fantasmatiques) n’en est pas un : car dans le même temps que le lecteur accède à des informations et à des vérités par l’intermédiaire d’un personnage, il accède aussi aux conditions d’émergence de ces savoirs, il peut donc les discuter, les vérifier. Et il le peut d’autant plus que la scène énonciative est polyphonique et qu’une des données fondamentale permettant cette discussion est fournie par le narrateur, par ses commentaires explicites éventuels ou par ses choix de mise en récit, qui expriment ou laissent entendre un PDV, y compris celui qu’en tant que narrateur il porte sur le PDV du personnage. Cette hétérogénéité énonciative fondamentale est donc la base d’une énonciation problématisante13 qui permet une approche cognitive réflexive du réel, par delà une mimèsis mensongère ou reflet déformé d’une réalité qui serait autrement plus accessible si elle ne passait pas par ce prisme déformant.

3. La saisie du complexe grâce à la confrontation de points de vue partiels

19C’est la thèse no 1 que je voudrais défendre. Celle-ci est en apparence contradictoire, car on peut à bon droit se demander comment des PDV partiels peuvent permettre une telle pensée du complexe, et s’il ne serait pas plus juste d’invoquer ici un PDV unique, surplombant. La réponse à l’objection tient en ceci : un tel PDV serait celui d’un dieu (Rabatel 2013, p. 71). Comme nous ne sommes pas des dieux, il faut en rabattre sur notre prétention à prétendre détenir seul cette capacité d’avoir la bonne réponse à tout — prétention qui peut s’avérer dangereuse si un individu ou un groupe, animé d’une telle illusion, veut faire pression sur une fraction du corps social, voire sur l’ensemble de la société.

20Si donc la saisie d’un réel très divers peut être possible, c’est au prix de l’abandon de cette illusion et en faveur de la conviction que les PDV partiels comprennent des fragments de vérité (partiels, momentanés) qui ne font sens que dans leur articulation, ce qui présuppose une confrontation des PDV. Cette façon de voir implique qu’il faut reconsidérer les conceptions traditionnelles des PDV particuliers, dont le caractère partiel, mal pensé, conduit à une invalidation, comme si tout PDV partiel était partial, et n’était pas susceptible de déboucher sur des savoirs de plus vaste empan. Plutôt que d’ancrer la notion de restriction de champ dans des conceptions ontologiques ou phénoménologiques discutables, figées, on mettra en avant une conception du savoir des personnages dynamique, évoluant à travers l’espace, le temps, les cadres de pensée. Les parcours et agencements pour construire des vérités historicisées importent alors plus que les vérités sectorielles définitives.

  • 14 Voir Rabatel 2008, tome 1, chapitre 12.

21En effet, les exemples souvent allégués en narratologie sont décontextualisés et renvoient à des scènes à la fréquence singulative14, qui permettent d’ériger en absolu l’hypothèse d’un PDV personnel limité par l’espace et le temps de la perception, hypothèse qui fonctionne à merveille si l’on fait des focalisateurs des personnages sans histoire, sans mémoire, sans savoirs autres que ceux de l’expérience immédiate, expérience elle-même engluée dans le statisme. Mais dès que le centre de perspective est en mouvement, dans l’espace comme dans le temps, les choses changent, comme Latour l’a bien remarqué :

Qu’est-ce qui vous fait penser qu’« adopter un point de vue » signifie « être limité » ? ou être spécialement « subjectif » ? […] Si vous pouvez avoir différents points de vue sur une statue, c’est parce que la statue elle-même est en trois dimensions et vous permet, oui, vous permet de tourner autour. Si une chose rend possible cette multiplicité de points de vue, c’est qu’elle est très complexe, intriquée, bien organisée, et belle, oui, objectivement belle.
[…] Ne croyez pas à toutes ces foutaises sur le fait d’être « limité » à votre propre perspective. Toutes les sciences ont inventé des moyens pour se déplacer d’un point de vue à un autre, d’un cadre de référence à un autre. […] C’est ce qu’on appelle la relativité. […] Si je veux être un scientifique et atteindre à l’objectivité, je dois être capable de naviguer d’un cadre de référence à l’autre, d’un point de vue à l’autre. Sans de tels déplacements, je serais limité pour de bon dans mon point de vue étroit. (Latour, 2006, p. 210-213)

22C’est en ce sens que le personnage principal de (4) — cet homme obscur, qui n’a rien de spécialement héroïque et qui se livre à un retour en arrière sur sa vie — fait preuve de mobilité en reparcourant l’espace et le temps passés, en faisant valoir combien les relations tissées avec les uns ou les autres sont certes le fruit des contingences (ce que développent les très nombreux lexèmes en italiques), en sorte que la réflexion silencieuse de Nathanaël met l’accent sur les « ombres », la « fantasmagorie et le songe ».

(4) Nathanaël s’émerveillait que ces gens, dont il ne savait rien un mois plus tôt, tinssent maintenant tant de place dans sa vie, jusqu’au jour où ils en sortiraient comme l’avaient fait la famille et les voisins de Greenwich, comme les camarades de bord, comme les habitants de l’Île Perdue, comme les commis d’Élie et les femmes de la Judenstraat. Pourquoi ceux-ci et non pas d’autres ? Tout se passait comme si, sur une route ne menant nulle part en particulier, on rencontrait successivement des groupes de voyageurs eux aussi ignorants de leur but et croisés seulement l’espace d’un clin d’œil. D’autres, au contraire, vous accompagnaient un petit bout de chemin, pour disparaître sans raison au prochain tournant, volatilisés comme des ombres. On ne comprenait pas pourquoi ces gens s’imposaient à votre esprit, occupait votre imagination, parfois même vous dévoraient le cœur, avant de s’avouer pour ce qu’ils étaient : des fantômes. De leur côté, ils en pensaient peut-être autant de vous, à supposer qu’ils fussent de nature à penser quelque chose. Tout cela était de l’ordre de la fantasmagorie et du songe. (M. Yourcenar, Un homme obscur, Folio, 1982, p. 93)

23Mais, à lire attentivement l’extrait — d’un point de vue purement linguistique, centré sur la confrontation des PDV, sans procéder à une analyse littéraire du fragment —, on dégage sans peine un mouvement inverse (marqué par le soulignement) qui montre que, par delà le hasard et sa logique dissolvante, la fréquentation de ces personnes est source d’une vraie présence (mais momentanée) : ainsi la nécessité contrebalance le hasard, les ombres sont-elles très présentes, prennent non seulement « tant de place », mais « s’impos[ent] à votre esprit, occup[ent] votre imagination ». Nathanaël ne se contente pas de faire ce constat une seule fois, il s’agit d’une nouvelle vérification d’une expérience bien souvent faite, avec « la famille et les voisins de Greenwich, comme les camarades de bord, comme les habitants de l’Île perdue, comme les commis d’Élie et les femmes de la Judenstraat ». Il y a finalement, comme l’indique le lexème initial qui donne le la de tout l’extrait, un « émerveillement » devant un processus sans cesse recommencé, avec des échanges vrais, mais fugaces, mais légers, et qui, en définitive, ne pèsent pas sur la liberté de chacun, en sorte que la sociabilité des individus opère par delà la pesanteur des liens et des règles de la société.

24En conclusion, la diversité des formes de PDV, la mobilité qui nous fait être avec les uns et les autres, offre des occasions de synthèse et d’approfondissement de notre identité plurielle et de notre rapport à l’altérité, aux plans rationnel, émotionnel, interactionnel, éthique et politique, éclairant les relations entre PDV et dialogisme. En effet, ce que ces rencontres successives permettent, c’est de multiplier les expériences et donc d’entrer dans les raisons des autres et aussi de s’enrichir de ces raisons, d’en tirer des leçons de vie, en faveur de la tolérance, de l’ouverture aux autres, comme on le voit en (4) et en (5). Mais, avant d’entrer dans l’analyse de cet exemple, il faut d’abord répondre à la question/l’objection suivante : si toute vérité est toujours rapportée aux sujets et à leur histoire, quelle place pour des vérités ‘objectives’ ?

4. Relativisme ou relativité ? L’effort de dialogue pour dégager et hiérarchiser des vérités partagées

  • 15 Il y aurait bien à dire (et beaucoup a déjà été écrit !) sur la vérité. Je n’ignore pas ces travaux (...)

25J’en viens à la thèse no 215. Là aussi, certains récits permettent de penser l’objectivation de savoirs passionnels et rationnels partageables, relatifs, cette relativité n’ayant rien à voir avec un relativisme absolu. Une analyse pragma-énonciative permet une interprétation de la polyphonie et de l’altérité qui révèle la contribution de ces récits à une réflexion sur un mode de connaissance basé sur la capacité à articuler des points de vue en confrontation, en jouant sur la proximité et la distanciation que permet la mobilité empathique. Évidemment, cette posture interprétative s’appuie sur la capacité du narrateur à empathiser au plus près des personnages en se défiant de la fusion (sympathie), a fortiori de la confusion. L’articulation des PDV n’empêche donc pas leur hiérarchisation, leur mise en ordre, et ne verse donc pas nécessairement dans le relativisme généralisé, dès lors que les PDV sont soumis au dialogue, aux échanges, et cherchent à élaborer des vérités utiles, qu’on peut faire partager, mais qu’on ne souhaite pas imposer, comme le pense Nathanaël, qui se sent à peine autorisé à formuler des opinions justes, en dehors de celles qu’il formule pour soi seul, comme il est rappelé à la fin de l’exemple (4). Mais cette précaution n’est pas le signe d’un relativisme, c’est au contraire la marque d’une prudence héritée de l’histoire, de celle de l’intolérance des temps : leçon qui vaut pour le héros comme pour d’autres personnages, bien sûr, mais aussi pour la narratrice et, au-delà, pour l’auteur, Marguerite Yourcenar. Et le fait même que cette prudence soit partagée, profondément intériorisée, est la marque que le relativisme n’est pas la fin de l’histoire, et qu’au contraire la relativité des savoirs invite à entrer plus encore en dialogue pour trouver les savoirs partagés de l’humaine condition. Et l’on peut considérer que la mise en question des religions, de Dieu, des erreurs des hommes est là encore la marque de la relativité des savoirs, mais encore de leur réalité, fût-elle relative, soumise à condition (celle du dialogue serein, de bonne foi), à vérification (celle de leur conformité avec l’expérience notamment). Cela posé, j’en viens enfin à l’étude de l’exemple (5), qui appartient à la même œuvre que (4).

(5) Mais d’abord, qui était cette personne qu’il désignait comme étant soi-même ? D’où sortait-elle ? Du gros charpentier jovial des chantiers de l’Amirauté, aimant priser le tabac et distribuer des gifles, et de sa puritaine épouse ? Que non : il avait seulement passé à travers eux. Il ne se sentait pas, comme tant de gens, homme par opposition aux bêtes et aux arbres ; plutôt frère des unes et lointain cousin des autres. Il ne se sentait pas non plus particulièrement mâle en présence du doux peuple des femelles ; il avait ardemment possédé certaines femmes, mais, hors du lit, ses soucis, ses besoins, ses servitudes à l’égard de la paie, de la maladie, des tâches quotidiennes qu’on accomplit pour vivre ne lui avaient pas paru si différentes des leurs. Il avait, rarement, il est vrai, goûté la fraternité charnelle que lui apportaient d’autres hommes ; il ne s’était pas de ce fait senti moins homme. On faussait tout, se disait-il, en pensant si peu à la souplesse et aux ressources de l’être humain, si pareil à la plante qui cherche le soleil ou l’eau et se nourrit tant bien que mal des sols où le vent l’a semée. La coutume, plus que la nature, lui semblait marquer les différences que nous établissons entre les rangs, les habitudes et les savoirs acquis dès l’enfance, ou les diverses manières de prier ce qu’on appelle Dieu. Même les âges, les sexes, et jusqu’aux espèces, lui paraissaient plus proches qu’on ne le croit les uns des autres : enfant ou vieillard, homme ou femme, animal ou bipède qui parle et travaille de ses mains, tous communiaient dans l’infortune et la douceur d’exister. Malgré la différence de couleur, il s’était bien entendu avec le métis ; malgré sa religion, que d’ailleurs elle ne pratiquait guère, Saraï avait été une femme comme une autre ; il y avait aussi des voleuses baptisées. En dépit du fossé qui sépare un domestique d’un bourgmestre, il avait eu de l’affection pour Monsieur Van Herzog, qui sans doute n’avait pour son valet qu’un coin de bienveillance ; en dépit des quelques connaissances acquises à l’école du magister et, plus tard, dans les livres feuilletés chez Elie, il n’avait pas l’impression d’en savoir davantage que Markus, ou que jadis le métis, qui était cuisinier. En dépit de sa soutane et de la France dont il sortait, le jeune Jésuite lui avait paru un frère.
Mais ce n’était pas à lui de formuler des opinions ; il ne pouvait, et encore, parler que pour soi seul. À mesure que son délabrement charnel augmentait, comme celui d’une habitation de terre battue ou d’argile délitée par l’eau, on ne sait quoi de fort et de clair lui semblait luire davantage au sommet de lui-même, comme une bougie dans la plus haute chambre de la maison menacée. (M. Yourcenar, Un homme obscur, Folio, 1982, p. 164-166)

  • 16 Le narrateur est l’énonciateur premier (E1). Il est codé par une majuscule et le chiffre 1 pour mar (...)
  • 17 Voir note 7 pour la définition de méta-PDV.

26En (5), le narrateur16, comme en (4), met en scène, dans une sorte de monologue, au soir de sa vie, 2 méta-PDV17 en opposition : d’un côté, l’opinion commune, selon laquelle les différences entre les êtres sont de nature, de l’autre, le point de vue de Nathanaël, selon lequel ces mêmes « frontières » sont plutôt dues à la coutume, et sont donc, de ce fait, poreuses. Ces oppositions constantes sont marquées par des négations, abondantes, mais aussi les restrictions (« seulement », « en pensant si peu »), les concessions (« que d’ailleurs elle ne pratiquait guère », « qui sans doute »), des comparaisons et des évaluations (« comme tant de gens », « plutôt », ne « lui avaient pas paru si différentes des leurs », « plus proches qu’on ne croit », « il ne s’était pas senti, de ce fait, moins homme »), en italiques dans l’exemple (5).

  • 18 Mon objectif, avec ces exemples, est d’illustrer une dynamique empathique et son rapport à la co-co (...)
  • 19 Sur les notions de prise en charge et de prise en compte, voir Rabatel 2009 et 2012b.

27Nathanaël procède à une mise en ordre des énoncés pro et contra, une hiérarchisation de ces énoncés. Le début du texte met en scène une délibération intérieure qui s’appuie sur ses expériences intimes avec des femmes et des hommes. La deuxième partie de l’extrait, amorcée par des mouvements concessifs avec deux « malgré » et trois « en dépit de », porte sur des expériences plus cultu(r)elles. Dans les deux cas, ces expériences ne sont pas des expériences solitaires : on peut donc en inférer que les conclusions que Nathanaël en tire pour lui peuvent l’être aussi tant par ceux qui ont partagé avec lui ces expériences, et, plus largement, par ceux qui en ont vécu d’identiques ou par ceux qui, sans les avoir vécues, sont cependant capables par un raisonnement… empathique, d’imaginer de semblables situations et d’en tirer des leçons du même ordre18. Nathanaël prend en charge les énoncés qui défendent la thèse d’une solidarité et d’un continuum entre tous les êtres vivants, et pas seulement entre les êtres humains. Il s’appuie dans l’exposé de ses raisons sur ses rencontres, ses expériences. Il prend en compte19 les vérités concédées, et marque un désaccord tempéré envers ceux qui sont d’un avis adverse, parce qu’ils sous-estiment certaines vérités. On pourrait invoquer un ethos de prudence, en appui sur le jugement réflexif final : « mais ce n’était pas à lui de formuler des opinions ; il ne pouvait, et encore, parler que pour soi seul ». Toutefois, cette représentation du soi raisonnant, faisant le bilan de ce à quoi il croit, au terme de sa vie, est la marque d’une pensée qui aspire à construire une vérité, suffisamment sûre d’elle pour s’opposer aux doxas ordinaires, ayant le souci de tenir compte des pensées des autres, sachant tirer des leçons de l’expérience, ce qui lui donne la force de remettre en cause les grands systèmes de représentation de la vie, philosophies ou religions réduites au rang « d’opinions ». Donc, plutôt que d’un ethos de prudence, j’y vois la marque d’un ethos aussi respectueux des autres qu’opiniâtre dans ses efforts pour penser par soi-même à la lumière de l’expérience… La confrontation des PDV, leur accumulation théâtralise la force contagieuse des enseignements rationnels tirés de l’expérience. L’énonciateur principal de (5) manifeste ainsi une aptitude empathique remarquable, par sa capacité à se mettre à la place de nombreux autres sans jamais perdre le sentiment de soi, et cette leçon d’empathie est une invitation au lecteur à faire de même. La force de sa réflexion est ainsi mise en scène (à travers l’utilisation des pronoms de mise à distance) qu’elle met fortement en cause des évidences, telles le sentiment de soi (« qui était cette personne qu’il désignait comme étant soi-même ? ») ou la nature de dieu (« ce qu’on appelle Dieu »). Ainsi, d’un côté le sentiment de soi est interrogé, de l’autre, le sentiment d’appartenance également.

28On pourrait objecter que les PDV, appuyés d’abord sur les perceptions sensorielles, avant de donner naissance à toutes sortes de raisonnements et d’inférences, sont irrémédiablement subjectifs. C’est confondre, comme fait Maupassant dans sa préface de Pierre et Jean, l’origine (subjective) de la perception avec la possibilité d’un savoir objectif de l’objet à partir d’un point de vue situé et subjectif. Or un tel PDV, précisément parce qu’il est situé, permet à quiconque serait dans les mêmes situations (spatio-temporelles, cognitives, etc.,) de vérifier si ce PDV est juste ou non : ce dispositif permet d’une part la partageabilité (Bouveresse 2008, p. 42-45) d’autre part la vérification/discussion des savoirs.

29Ainsi, les exemples (4) et (5) permettent-ils de dégager quelques contenus du mode de connaissance empathique dans les romans : il y a bien des connaissances encyclopédiques de toute nature (savoirs, géographiques, historiques, anthropologiques, sociologiques, psychologiques, économiques, etc.), des savoirs d’ordre moral ou éthique, mais là n’est pas l’essentiel, ce qui est fondamental est un certain mode de questionnement, une certaine manière d’interroger, de faire des mises en relations, en n’acceptant pas pour acquises les vérités les plus établies, en essayant au contraire de tirer des leçons de ses propres expériences, de celles des autres. Sans être le seul mode de connaissance d’accès aux savoirs, ce mode de connaissance empathique, appuyé sur des PDV en confrontation, se caractérise par l’importance accordée à la forme littéraire et à la forme linguistique : c’est là un point essentiel, qui met en valeur le lien consubstantiel entre savoirs et valeurs éthiques et valeur littéraire. Je renvoie ici à ce que j’ai évoqué en conclusion de la deuxième section de ce texte, à travers la notion d’énonciation problématisante, en appui sur la confrontation polyphonique et dialogique des PDV.

30C’est en effet la mobilité empathique et la confrontation des PDV qui permettent une réflexion sur l’altérité et l’identité en jouant sur la proximité et la distanciation, en pensant l’altérité en soi et en pensant aussi à ce que le soi a en partage, dans une sorte d’identité collective aux contours variables, avec les autres individus comme avec d’autres espèces du vivant, dans une sorte de saisie d’umwelten à géométrie variable (von Uexküll 1934), à l’instar de ces « multivers » de Latour 2010, p. 167, 200. Cette posture interprétative s’appuie sur la capacité du narrateur à empathiser au plus près des personnages en se défiant de la fusion (sympathie), a fortiori de la confusion, parce qu’elle repose sur l’aptitude à changer de PDV, soit en multipliant les changements de place, soit en multipliant les changements de cadres conceptuels (Berthoz 2004, p. 254-255), en ne restant pas prisonnier d’une logique autocentrée, en ayant « cette capacité de changer de point de vue en gardant le sentiment de soi » (ibid., p. 263), comme le montre le personnage centre de perspective de (4) et (5), qui pratique la mobilité empathique, la met à profit pour enrichir son propre PDV, pour prendre en compte la relativité des choses, sans céder pour autant au relativisme, tant son PDV dégage des valeurs rationnelles et sensibles partageables, sur lesquelles il est possible de se mettre d’accord pour faire société.

31Et sans doute aussi peut-on penser que le mode de connaissance empathique, qui n’est certes pas consubstantiel aux récits, mais qui y trouve un terreau privilégié pour se déployer, est une des grandes raisons qui explique la force explicative et communicative de ces discours, comme le dit Kertéz dans Sauvegarde, même s’il n’évoque pas les mécanismes cognitifs et relationnels/émotionnels qui la rendent possible.

28 juillet 2001

L’histoire n’explique rien, c’est évident. Expliquer les tentatives d’apocalypse comme Auschwitz ou le Goulag par des raisons économiques ou des structures sociales dépassées est presque ridicule. La psychologie et la sociologie sont tout aussi stériles. Comment expliquera-t-on les agissements apocalyptiques des sociétés les plus évoluées, leurs modèles de comportement et leur dégénérescence ? Et comment explique-t-on la lâcheté de l’Europe occidentale ? La politique fournit toujours des causes immédiates. Mais qu’est-ce qui anime la politique ? Finalement, les visions de grande envergure comme celles de Schopenhauer ou de la Bible restent les tentatives les plus respectables. L’ordre du monde imaginaire des grands mystiques, les profondeurs mystérieuses des anciens mythes recèlent une part du destin humain ; par rapport à cela, malgré son appareillage, ses connaissances et son efficacité, l’approche scientifique est d’une naïveté enfantine.

(Imre Kertéz Sauvegarde. Journal 2001-2003, (2012), traduction N. Zaremba-Huzsvai et C. Zaremba, Actes Sud, p. 56-57)

  • 20 Au sens où Nussbaum 1990 et 2013, ainsi que Bouveresse 2008, parlent d’expérience de pensée, en app (...)
  • 21 Évidement, cela dépend des conceptions de la philosophie et de la science, comme de la littérature, (...)
  • 22 Et elle est expressément mentionnée quelques lignes plus bas.

32En effet, la dynamique empathique et les PDV en confrontation permettent d’aller au-delà de la mise en relation abstraite des causes et des enchaînements de conséquences, et de révéler les enjeux cognitifs de la mise en intrigue (Ricœur 1983, 1984, 1985) associée à la problématique des PDV, dans la mesure où il est toujours très convaincant de réfracter les événements et les savoirs dans des consciences, de les articuler avec des désirs, des angoisses individuels, et, ce faisant, de témoigner du « destin humain » à hauteur des acteurs que nous sommes, que nous voulons ou pouvons être. Je ne voudrais pas que l’expression de ces désirs soit entendue comme une sorte d’espérance (j’emploie à dessein un vocabulaire religieux que je récuse) selon laquelle la littérature devrait nous dire ce que nous devrions faire en vertu de valeurs transcendantes. Je partage plutôt l’avis que la littérature (comme la philosophie ou la science, mais selon d’autres modalités), peut nous aider à répondre à nos questions relatives au comment vivre, éventuellement comment au vivre une vie bonne (voir Putnam 1978, Nussbaum 1990, Bouveresse 2008, p. 59-64). On a vu, sur la base de quelques exemples, que ces modalités empathiques ne sont pas seulement spéculatives ou théoriques, qu’elles reposent sur une vision de l’intérieur, au plus près de la naissance des PDV, et, par là-même, proposent des connaissances pratiques, qui intellectualisent l’expérience sensitive et sensible. Quant aux connaissances élaborées par ce biais, elles ne sont pas des réponses définitives, clés en main, elles permettent et/ou demandent d’autres confrontations, en invitant à ré-aborder les questions spéculatives et théoriques à partir de ce point praxique, sensitif, sensible, imaginatif20. La connaissance pratique empathique n’a donc pas réponse à tout, elle donne des éléments de réflexion qui doivent être éprouvés, vérifiés dans la vie même, par les lecteurs, comme par les savants ou les philosophes, car il est vain de croire que ces modes de connaissance s’opposeraient radicalement21. Au fond, n’est-ce pas ce qu’affirme Edgar Morin lorsque, après avoir fait l’éloge des principes d’une connaissance pertinente, qui permette de penser le contexte, le global (et les relations entre le tout et les parties), le multidimensionnel et le complexe, il souligne qu’il faut associer « la compréhension intellectuelle ou objective et la compréhension humaine intersubjective » et que cette dernière « comporte une connaissance de sujet à sujet » (Morin 1999 : p. 51-52). Morin n’utilise pas le terme « empathie », mais la notion est là22.

  • 23 Au demeurant, les romans sont loin de se réduire à la mimèsis, mais c’est là une autre question, qu (...)
  • 24 Par sa forme du contenu comme par sa forme d’expression. Bouveresse 2008, p. 68 souligne à juste ti (...)

33De plus, cette connaissance pratique, empathique, de l’intérieur est d’autant plus riche qu’elle est dialogique. Le fait qu’il n’y ait pas un seul PDV mais plusieurs sources, voire plusieurs façons de voir (y compris en un seul personnage/sujet parlant) alimente des PDV en confrontation, qui permettent de problématiser notre rapport au réel, aux autres, au mots et aux œuvres, à travers la polyphonie des PDV — et cela sans céder à l’idéalisme ou à la « bigoterie philosophico-littéraire » (Bouveresse 2008, p. 25) évoquant une connaissance littéraire d’emblée supérieure à la connaissance philosophique ou scientifique par le dévoilement magique d’une vérité de l’être. Par là, il se confirme que la mimèsis est loin d’être une reproduction servile et plate ou un leurre, comme le soulignaient Schaeffer 1999, et, avant lui, notamment, Ricœur, tant la mise en intrigue est une mise en ordre cognitive qui (re)configure le monde en interrogeant les outils de sa préfiguration23, tant elle est, plus qu’un reflet, une représentation qui donne à réfléchir24, et tant la confrontation des PDV met en scène, énonciativement, les conditions mêmes d’une connaissance en travail, qui met à distance les prêts à dire qui sont aussi des prêts à penser.

  • 25 D’où l’importance des articulations entre les chapitres 5 et 6 de Sémiotique des discours. Il serai (...)

34Il y a plus. Les avantages de la connaissance et de la mobilité empathiques sont certes au cœur des récits focalisés, selon la formulation de Genette, mais ces apports des phénomènes empathiques, dont le substrat est énonciatif, vont bien au-delà des récits, quand bien même les récits donnent à l’empathie et aux PDV en confrontation une saveur et une force projective sans pareilles. C’est que la mise en ordre de l’expérience n’opère que dans le cadre d’une praxis énonciative (Greimas et Fontanille 1991, Fontanille 1998) qui est certes au cœur des récits, mais qu’on trouve dans bien d’autres genres de textes. L’énonciation est en effet le fil rouge qui articule la rationalité finalisée de l’action (celle de l’advenir), dans le vécu de l’expérience ; la logique tensive et réactive des passions (la rationalité de leur devenir) face aux événements ; la rationalité cognitive (celle de l’appréhension, de la découverte) qui donne un sens plus réflexif aux savoirs précédents, tout en se focalisant sur les manipulations des différents modes du savoir. Ainsi s’opère la découverte de la présence au monde et à soi-même (Fontanille 1998, p. 183-185, 232-233), l’énonciation étant un des lieux décisifs du passage du sensible à l’intelligible25. Que le récit empathique permette à la praxis énonciative de se déployer en majesté ne doit donc pas laisser penser que cette dernière, avec ses dimensions empathiques, ne pourrait se déployer que dans un cadre narratif, comme j’ai tenté de le montrer ailleurs, à propos de textes informatifs ou argumentatifs (Rabatel 2011, 2013, 2015).

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages

Amossy, Ruth (2006), L’Argumentation dans le discours, Paris, Armand Colin.

Banfield, Ann (1995), Phrases sans parole, Paris, Éditions du Seuil.

Baratay, Éric (2012), Le Point de vue animal, Paris, Editions du Seuil.

Benveniste, Émile (1966), Écrits de linguistique générale, t. 1, Paris, Gallimard.

Berthoz, Alain [1997], (2013a), Le Sens du mouvement, Paris, Odile Jacob, Poche.

Berthoz, Alain [2002], (2013b), La Décision, Paris, Odile Jacob, Poche.

Bouveresse, Jacques (2008), La Connaissance de l’écrivain. Sur la littérature, la vérité et la vie, Marseille, Agone.

Brunel, Marie-Lise & Cosnier, Jacques (2012), L’Empathie. Un sixième sens, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Dubois, Danielle (2009), Le Sentir et le Dire. Concepts et méthodes en psychologie et en linguistique cognitive, Paris, L’Harmattan.

Ducrot, Oswald (1984), Le Dire et le Dit, Paris, Éditions de Minuit.

Ducrot, Oswald (1989), Logique, structure, énonciation, Paris, Éditions de Minuit.

Fontanille, Jacques (1998), Sémiotique des discours, Limoges, PULIM.

Genette, Gérard (1972), Figures III, Paris, Éditions du Seuil.

Genette, Gérard (1983), Nouveau discours sur le récit, Paris, Éditions du Seuil.

Greimas, Algirdas Julien & Fontanille, Jacques (1991), Sémiotique des passions, Paris, Le Seuil.

Harris, Paul (1989), Children and Emotion, Oxford, Blackwell.

Harris, Paul (2007), L’Imagination chez l’enfant, Paris, Retz.

Jouve, Vincent (1992), L’Effet-Personnage dans le roman, Paris, PUF.

Jouve, Vincent (1993), La Lecture, Paris, Hachette.

Klein, Étienne & Perry-Salkow, Jacques (2011), Anagrammes renversantes, ou le sens caché du monde, Paris, Flammarion.

Lahire, Bernard (2015), Ceci n’est pas qu’un tableau. Essai sur l’art, la domination, la magie et le sacré, Paris, La Découverte.

Latour, Bruno (2006), Changer de société ~ Refaire de la sociologie, Paris, Éditions de la Découverte.

Latour, Bruno (2010), Cogitamus. Six lettres sur les humanités scientifiques, Paris, Éditions de la Découverte.

Mitchell, Peter (1997), Introduction to the Theory of Mind, London, Arnold.

Meyer, Michel (2008), Principia rhetorica. Une théorie générale de l’argumentation, Paris, Fayard.

Morin, Edgar (1999), Les Sept savoirs nécessaires à l’éducation du futur. Paris, Unesco, http://www.agora2&.org/unesco/7savoirs/.

Nussbaum, Martha (1990), Loves’s Knowledge. Essays on Philosophy and Literature, Oxford, OUP.

Nussbaum, Martha [2010], Not for profit. Why Democraty Needs the Humanities, 2010, Princeton UP. (2011), Les émotions démocratiques. Comment former les citoyens du xxie siècle ?, Paris, Flammarion.

Pavel, Thomas (1988), Univers de la fiction, Paris, Éditions du Seuil.

Pavel, Thomas (2003), La Pensée du roman, Paris, Gallimard.

Picard, Michel (1986), La Lecture comme jeu, Paris, Éditions de Minuit.

Rabatel, Alain (1997a), Une histoire du point de vue, Metz, CELTED/Klincksieck.

Rabatel, Alain (1998), La construction textuelle du point de vue, Paris, Delachaux & Niestlé.

Rabatel, Alain (2008), Homo narrans. Pour une analyse énonciative et interactionnelle du récit. Tome 1. Les points de vue et la logique de la narration. Tome 2. Dialogisme et polyphonie dans le récit, Limoges, Éditions Lambert-Lucas.

Ricœur, Paul (1983, 1984, 1985), Temps et récit, T. 1, 2, 3, Paris, Éditions du Seuil.

Rizzolatti, Giacomo & Sinigaglia, Corrado (2007), Les Neurones miroirs, Paris, Odile Jacob.

Schaeffer, Jean-Marie (1999), Pourquoi la fiction ? Paris, Éditions du Seuil.

Sekimura, Makoto (2009), Platon et la question des images, Bruxelles, Ousia.

Tauveron, Catherine & Seve, Patrick (dirs) (2005), Vers une écriture littéraire, Paris, Hatier.

Tisseron, Serge (2010), L’Empathie au cœur du jeu social, Paris, Albin Michel.

Uexküll, Jacob von [1934] (2010), Mondes animaux et monde humain. Suivi de Théorie de la signification, trad. fr., Paris, Denoël, coll. Médiations, 1965 ; rééd. sous le titre Milieu animal et milieu humain, Paris, Rivages.

Vuillaume, Marcel (1990), Grammaire temporelle des récits, Paris, Éditions de Minuit.

Articles dans des ouvrages collectifs

Berthoz, Alain (2004), « Physiologie du changement de point de vue », in A. Berthoz & G. Jorland (dirs), L’Empathie, Paris, Odile Jacob, pp. 253-275.

Jorland, Gérard (2004), « L’empathie, histoire d’un concept », in A. Berthoz & G. Jorland (dirs), L’Empathie, Paris, Odile Jacob, pp. 19-49.

Putnam, Hillary (1978), « Literature, Science and Reflection », in Meaning and the Moral Sciences, Londres, Henley, Boston, Routledge and Kegan Paul.

Rabatel, Alain (2013), « Éthique, point(s) de vue et rapport aux différents régimes de vérité », in C. Guérin, G. Siouffi & S. Sorlin (éds), Le Rapport éthique au discours, Berne, Peter Lang, pp. 65-80.

Rabatel, Alain (2014a), « De l’usage des formules aphoristiques dans le Dictionnaire philosophique de Comte-Sponville : coénonciation et sousénonciation », in F. Cossutta & F. Cicurel (éds), Les Formules philosophiques, Limoges, Éditions Lambert-Lucas, pp. 163-198.

Rabatel, Alain (2015), « Dégoût et indignation dans le Manifeste/pétition féministe Pas de justice, pas de paix », in A. Rabatel M. Monte, M.G. Soares Rodrigues (éds), Comment les médias parlent des émotions. L’affaire Nafissatou Diallo contre Dominique Strauss-Kahn, Limoges, Lambert-Lucas, pp. 143-160.

Rabatel, Alain (2016), « Diversité des points de vue et mobilité empathique », in M. Colas-Blaise & L. Perrin, G.M. Tore (éds), L’Énonciation aujourd’hui, un concept-clé des sciences du langage, Limoges : Lambert-Lucas.

Articles en revues

Rabatel, Alain (1997b), « L’introuvable focalisation externe », Littérature 107, pp. 88-113.

Rabatel, Alain (2009), Prise en charge et imputation, ou la prise en charge à responsabilité limitée, Langue française 162, pp. 71-87.

Rabatel, Alain (2011), « La levée progressive du tabou des responsabilités socio-professionnelles dans les suicides en lien avec le travail à France Télécom, de fin août à octobre 2009 », Questions de communication 20, pp. 175-198.

Rabatel, Alain (2012a), « Positions, positionnements et postures de l’énonciateur », Travaux neuchâtelois de linguistique 56, pp. 23-42.

Rabatel, Alain (2012b), « Sujets modaux, instances de prise en charge et de validation », Le Discours et la Langue 3-2, pp. 13-37.

Rabatel, Alain (2013), « Empathie et émotions argumentées en discours », Le Discours et la Langue 4-1, pp. 159-177.

Rabatel, Alain (2014b), « On the interest of enunciative postures (co-enunciation, under-enunciation, over-enunciation) for the interpretation of texts (in the classroom) / Sobre el interés de las posturas enunciativas de coenunciación, infraenunciación y supraenunciación para la interpretación de textos (en el aula), traductions de l’article, inédit en français » [« De l’intérêt des postures énonciatives (co-énonciation, sous-énonciation, sur-énonciation) pour l’interprétation des textes et pour la gestion et l’analyse des interactions didactiques »], Culture and Education 26-2, pp. 385-398, Cultura y Educación 26-2, pp. 399-415.

Rabatel, Alain (2014c), « Empathie, points de vue, méta-représentation et dimension cognitive du dialogisme », Études de Linguistique Appliquée 173, pp. 27-45.

Rabatel, Alain (à paraitre), « L’énonciation, la praxis énonciative et le discours », Semiotica.

Vitoux, Pierre (1982), « Le jeu de la focalisation », Poétique 51, pp. 359-368.

Vitoux, Pierre (1988), « Focalisation, point de vue, perspective », Protée 16, pp. 33-38.

Haut de page

Notes

1 Je rappelle ces fortes paroles d’un historien, Éric Baratay, mettant en garde contre un relativisme systématique, généralisé, qui sévit trop souvent dans les sciences humaines, s’appuyant sur l’idée que les vérités seraient inaccessibles, en vertu du prisme déformant du langage et de ses représentations :
« Une telle position est devenue commune, presque une vulgate, dans les sciences humaines, et notamment en histoire avec le succès de l’analyse culturelle qui étudie les représentations à l’œuvre dans les discours, leur circulation et leur évolution. […] Il faut dépasser, je ne dis pas abandonner, le jeu postmoderniste de la déconstruction des postures et des discours, qui, laissé à lui-même, fait oublier la notion de réalité, alors qu’il est lui-même obligatoirement construit, daté et sujet… à déconstruction, et qu’il ne peut pas être une fin en soi. Dans le cas de l’histoire, il faut dépasser le linguistic turn américain et l’histoire culturelle qui s’en est inspirée, parce qu’ils ont souvent incité l’historien au commentaire des mots donnés, pour écrire les représentations ou pour préserver les sciences du piège des lectures humaines. Ce travail est évidemment obligatoire, mais le triomphe des lectures culturelles a transformé ce préalable indispensable en finalité indépassable ; ce qui n’était pas le cas chez les fondateurs de l’histoire culturelle. » (Baratay 2012, p. 54-55)
Or il est possible, comme le montre Lahire 2015, p. 67-71ss notamment, de traiter des singularités individuelles, des représentations, des interactions et des socles culturels et sociaux « sur la base desquels les individus jouent leur jeu » (ibid., p. 8), bref, d’articuler subjectivité(s) et objectivité. D’où l’accent mis sur le couple relativité/relativisme.

2 Au sens spatio-temporel ou au sens notionnel.

3 Sauf pour l’« empathie archaïque » (6 premiers mois de la vie). Mais dès la première année, le processus empathique a une dimension cognitive forte (Brunel et Cosnier 2012, p. 89-90). Cependant, même après, il n’est pas toujours aisé d’isoler la dimension cognitive de la dimension affective, relationnelle (Tisseron 2010). Il n’en reste pas moins que cela ne doit pas conduire à prendre l’empathie pour la sympathie.

4 Par conséquent, on n’y insistera jamais assez, la mobilité empathique ne signifie pas que lorsque le sujet empathiseur change de support sur lequel il empathise (ou empathisé) il s’identifie pleinement à chaque nouveau support (y compris en adhérant totalement à des empathisés ayant des valeurs antagonistes), ce qui serait verser dans la fusion, voire la confusion cognitive et émotionnelle. La mobilité empathique est un mouvement complexe dans lequel le sujet empathiseur est avec l’empathisé et hors de lui, avec lui pour mieux s’enrichir soi-même.

5 Mais aussi esthétique, philosophique, éthologique, etc.

6 Rabatel 2008, t. 2, chap. 10 à 12.

7 Si le PDV se trouve le plus souvent dans une prédication, il est néanmoins possible qu’il se repère dans le choix d’un seul terme dont la dénomination est sentie comme problématique, et il peut aller jusqu’à compacter en une sorte de méta-PDV un grand nombre de prédications qui traitent du même thème et/ou de thèmes approchants selon une même vision ou orientation argumentative (Rabatel 2008, p. 67-73).

8 Sur ce point, je me permets de renvoyer à Rabatel 2014c et à Rabatel, à paraitre.

9 Les choses sont très complexes, et il faut avancer. Mais je veux souligner que si l’empathie consiste à se mettre à la place d’un autre, il faut prendre garde de ne pas réduire cet autre aux autres que soi : cette dimension est la plus immédiate, la plus facilement objectivable : mais comme je l’ai indiqué supra à propos des narrations en première personne, le je narrant peut aussi empathiser avec des autres de soi : l’altérité existe aussi en nous. Sur ces questions, voir Rabatel 2012a, 2014 c, 2016.

10 Sur ces trois formes de PDV voir Rabatel 2008, tome 1, chapitre 2.

11 Voir encore Rabatel 2008, tome 2, p. 504, et, ici même, l’analyse des exemples (4) et (5), qui juxtaposent le PDV de Nathanaël, celui du narrateur (et au-delà, celui de l’auteur), sans compter les PDV de la doxa, ou des autres personnages que Nathanaël restitue avec beaucoup d’honnêteté.

12 Toutes choses égales, c’est le même phénomène qu’en (2) dans l’exemple suivant :
(3) Elle le regarda bien en face, comme s’il resurgissait devant elle à cet instant précis, juste pour permettre de conclure sa réflexion.
– Par exemple, là, je vois bien que je vous plais. Ça vous dirait de faire l’amour avec moi ? Bien sûr que ça vous dirait ! Et moi, est-ce que ça me dirait ? Bah oui, au fond, pourquoi pas… Une bonne baise, voilà ce qu’il me faudrait, après toutes ces semaines de tristesse, de chagrin, de jeûne et de nuits blanches. Vous vous dites, elle est frappadingue, l’orpheline, comment la mettre à la porte en douceur, vous vous dites aussi mais elle me fait bander, alors quoi ? Vous vous dites mais la déontologie… parce que je suis sûre que vous êtes du genre à avoir une déontologie, et à la respecter. Le surmoi de l’inspecteur principal Francesco Maronne l’emportera-t-il sur ses hormones en ébullition ? Vous vous dites, elle veut peut-être coucher avec moi pour me manipuler, pour que j’oriente l’enquête dans la direction qu’elle pense la bonne, pour me pousser à mettre tout mon cœur dans l’affaire. Mon cœur et le reste de mes organes, cervelle comprise, vous vous dites ça, vous n’avez pas tort mais vous n’auriez pas tort non plus de vous dire que je vous trouve pas mal du tout, espèce de somnambule ; et que j’ai même assez envie de vous rejoindre dans votre demi-sommeil, dans cette espèce de rêve éveillé ou vous semblez plongé en permanence. Vous vous dites beaucoup de choses à la fois, et, à la fin, vous vous demandez, au fond, quel mal y aurait-il à se laisser faire… (Serge Quadruppani, Madame Courage, 2012, Folio noir, p. 76-77)

13 Je parle d’énonciation problématisante dans la mesure où les choix de référenciation à la source des PDV construisent et justifient des interprétations, selon une conception de l’argumentation qui doit autant à Amossy 2006 (pour la distinction visée/dimension argumentatives), qu’à Meyer 2008 (pour sa conception l’argumentation comme problématologie. Voir Rabatel 2012a, p. 39-40.

14 Voir Rabatel 2008, tome 1, chapitre 12.

15 Il y aurait bien à dire (et beaucoup a déjà été écrit !) sur la vérité. Je n’ignore pas ces travaux, capitaux d’un point de vue épistémologique, mais je centre mon propos sur la question cruciale de la relativité et du relativisme, d’abord parce que le relativisme est un des grands maux de notre époque, auquel les chercheurs n’échappent pas (voir supra, note 1), ensuite parce que la problématique du PDV pose expressément la question du trajet (ou de la conversion) de l’expérience sensible, personnelle, subjective en des connaissances objectives, comme j’y insiste en conclusion de ce texte.

16 Le narrateur est l’énonciateur premier (E1). Il est codé par une majuscule et le chiffre 1 pour marquer son caractère originel : c’est lui qui est la source de la narration, c’est lui qui donne vie, sous une forme ou une autre (voir supra les diverses modalités de PDV) aux énonciateurs seconds.

17 Voir note 7 pour la définition de méta-PDV.

18 Mon objectif, avec ces exemples, est d’illustrer une dynamique empathique et son rapport à la co-construction de vérités rationnelles. Si on devait entrer dans le détail pour mieux marquer les relations entre PDV et vérité, il faudrait assurément prendre en compte les modes de manifestation (cognitive) des PDV (exclusifs vs complémentaires ; en nombre fini vs infini ; alternatifs, cumulatifs ; singulatifs, répétitifs, itératifs, etc.) et les modes d’élaboration des conditions de validité (par vérification/falsifiabilité, expérimentation, consensus, autorité, négociation, etc., voir Fontanille 1998). Illustrer ces modes d’articulation serait utile, mais ce n’est pas mon objet. Néanmoins le lecteur remarquera que la façon dont Nathanaël, dans les exemples (4) et (5), élabore sa réflexion et en tire des savoirs partageables, en raison, relève des deux dimensions, par la manifestation des enseignements tirés des expériences, la recherche de preuves en nombre non limité, qui se cumulent et se répètent, la recherche d’un consensus sur des formes de vie comme sur des valeurs, etc. Mais deux exemples ne sauraient illustrer la totalité des paramètres ci-dessus, que subsume la notion de PDV en confrontation. Cette dernière récuse le morcèlement des PDV et repose sur un effort de mise en ordre des PDV partiels, effort grâce auquel on peut atteindre des savoirs objectivables. J’ajoute que le morcellement des PDV concerne autant les individus ordinaires que les chercheurs qui se spécialisent (à raison) et oublient (à tort) d’articuler leurs résultats avec des savoirs connexes (Lahire 2015, p. 76-77, 551-555).

19 Sur les notions de prise en charge et de prise en compte, voir Rabatel 2009 et 2012b.

20 Au sens où Nussbaum 1990 et 2013, ainsi que Bouveresse 2008, parlent d’expérience de pensée, en appui sur le rôle cognitif de l’imagination.

21 Évidement, cela dépend des conceptions de la philosophie et de la science, comme de la littérature, par exemple ce que je dis est incompatible avec la métaphysique et ses essences, ou l’héritage platonicien qui se méfie des poètes et de leurs images, comme si elles n’étaient que des écrans mensongers qui masquent la réalité… Il est certain que chacun de ces renvois mériterait discussion. Par exemple, la référence à l’héritage platonicien repose sur une conception (dominante) du livre X de la République qui ne prétend pas épuiser la question : voir, pour une publication récente, Sekimura 2009.

22 Et elle est expressément mentionnée quelques lignes plus bas.

23 Au demeurant, les romans sont loin de se réduire à la mimèsis, mais c’est là une autre question, qui ouvre sur la diversité générique.

24 Par sa forme du contenu comme par sa forme d’expression. Bouveresse 2008, p. 68 souligne à juste titre que si la science propose des connaissances objectives indépendantes des formes qui les expriment, il n’en va pas de même pour les connaissances littéraires. Question de style, à la condition de ne pas réduire le style à des figures ou à des façons de dire déconnectées des contenus.

25 D’où l’importance des articulations entre les chapitres 5 et 6 de Sémiotique des discours. Il serait sans doute utile de préciser le rapport entre ma conception de l’énonciation et celle de Greimas ou de Fontanille : ce sera l’objet d’une publication complémentaire (Rabatel, à paraitre).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Rabatel, « Le substrat énonciatif de la connaissance narrative empathique et ses enjeux philosophiques »Signata, 6 | 2015, 423-446.

Référence électronique

Alain Rabatel, « Le substrat énonciatif de la connaissance narrative empathique et ses enjeux philosophiques »Signata [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 17 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/signata/1158 ; DOI : https://doi.org/10.4000/signata.1158

Haut de page

Auteur

Alain Rabatel

Alain Rabatel est Professeur de Sciences du Langage à l’Université de Lyon 1. Spécialiste d’énonciation, d’analyse des discours (littéraires, religieux, médiatiques, didactiques), il est l’auteur de nombreuses publications consacrées à l’approche linguistique du point de vue et de l’empathie, notamment La Construction textuelle du point de vue (Delachaux et Niestlé, 1998) et Homo narrans (Lambert-Lucas, 2008). Il s’intéresse aussi aux conséquences de l’effacement énonciatif en contexte dialogique sur les notions de prise en charge, de responsabilité et de postures énonciatives et sur les relations entre point de vue, argumentation (directe et indirecte) et interprétation. Il vient de publier, avec M. Monte et M.G. Soares Rodrigues Comment les médias parlent des émotions. L’affaire Nafissatou Diallo contre Dominique Strauss-Kahn (Lambert-Lucas, 2015). Voir la liste complète de ses publications sur sa page personnelle http://icar.univ-lyon2.fr/membres/arabatel.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Signata sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search