Navigation – Plan du site
Dossier
1. La vie des paradigmes

Naissance d’un paradigme : la catégorie du déterminant dans les grammaires de l’époque classique

L’exemple de l’article défini
Mathieu Goux
p. 21-36

Résumés

Notre article se propose de revenir sur les discours métalinguistiques portant sur la caté­gorie grammaticale du déterminant à l’époque classique. À partir d’un corpus de grammaires publiées entre 1550 et 1730, nous analyserons les arguments avancés par les doctes pour établir le déterminant comme paradigme à part entière, ou au contraire pour rejeter entièrement cette hypothèse. Nous nous servirons pour cela de l’exemple de l’article défini le, la, les dont les analyses mettent au jour cette pro­blé­matique. Nous montrerons de quelle façon les grammairiens du Grand Siècle ont dû prendre en compte les informations sémantiques et référentielles apportées par les déterminants, et dépasser les observables morphologiques pour reconnaître l’existence de cette classe grammaticale absente du système de la langue latine qui faisait office, jusqu’à présent, de modèle indépassable.
L’auteur met en avant les termes suivants : époque classique, déterminant, gram­maire française, morphologie, référence.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir aussi Neveu (2011, p. 214), deuxième définition de l’entrée « paradigme ».

1Dans un article paru en 1980, André Joly développait en profondeur le problème qu’a représenté, pour les grammairiens de l’époque classique, la catégorie grammaticale du déterminant. Nous proposons dans cette contribution de revenir sur cette étude et de préciser certains de ses aspects, afin de répondre ainsi aux vœux que l’auteur formulait (1980, p. 26), partiellement tout du moins : nous orienterons en effet nos commentaires, et nous les mettrons en lien avec la thématique du paradigme. Nous considérons ici une définition restreinte de cette notion, en considérant que deux éléments du système linguistique sont en relation paradigmatique du moment qu’ils peuvent commuter dans un environnement syntaxique donné sans entraîner d’agrammaticalité. Aussi, nous considérons les déterminants comme un paradigme dans la mesure où ils peuvent commuter devant un nom commun sans difficulté : les/ces/mes/des/plusieurs/quelques… oranges. (Riegel et al. 1994, p. 111). Dans cette perspective, nous analyserons les arguments donnés en faveur et en défaveur de l’établissement de celui-ci à l’époque classique, et nous nous intéresserons moins au tournant décisif qu’a représenté la Grammaire de Port-Royal à ce propos (Joly 1980, pp. 22-26) qu’aux différentes analyses ayant conduit à la reconnaissance du déterminant comme classe grammaticale.

  • 2 Cette étude nous conduira néanmoins à aborder la question des prépositions à et de par l’intermédia (...)
  • 3 Les grammaires consultées sont issues pour la plupart du Grand Corpus des grammaires françaises, de (...)

2Pour ce faire, nous nous concentrerons surtout sur le cas, emblématique par les questions qu’il soulève, de l’article défini le, la, les2, et nous réduirons notre corpus, du point de vue temporel, à un dix-septième siècle élargi (de Meigret 1550, à La Touche 17303). De plus, nous tâcherons de concilier une approche chronologique avec une approche thématique, en articulant les évolutions de cette constitution métalinguistique du paradigme des déterminants avec les différents domaines linguistiques considérés pour ce faire par les doctes. Comparée à celle de l’article d’André Joly, notre ambition est donc plus modeste et plus descriptive : nous espérons cependant parvenir à dégager par ce parcours des problématiques qui recouvrent la notion de paradigme dans son ensemble comme dans sa spécificité et approfondir notre connaissance du système de pensée de cette grammaire française naissante.

3Précisément, cette jeune grammaire française, c’est-à-dire la grammaire du français écrite en français, doit dès sa naissance se confronter à un grand nombre de problèmes proprement linguistiques. Deux d’entre eux se rencontrent notamment dans notre réflexion : tout d’abord, la question homonymique. Le système de la langue française compte en effet de nombreux doublons morphologiques dont l’analyse est parfois délicate. Ces questions sont constitutives de la notion de paradigme en tant que classe grammaticale : par exemple, l’opposition entre quel et lequel (Fournier 2007) a permis aux grammairiens de l’époque classique de stabiliser, ou du moins de favoriser la stabilisation de la famille complexe des mots qu- et de systématiser un ensemble d’opérations d’analyse fondamentales (substitution, suppression, déplacement, Fournier 2007). Nous observerons alors, dans un premier temps, la façon dont les grammairiens prennent en considération les articles le, la, les et traitent la question des formes agglomérées au et du en fonction de critères morphologiques et syntaxiques.

4Le deuxième problème auquel se confronte la grammaire classique est celui de l’influence de la grammaire latine, un problème qui se déploie à nouveau en deux temps : tout d’abord, la question du métalangage et de la terminologie, et de l’adéquation des catégories traditionnelles des langues antiques avec les objets nouveaux de la langue française (Siouffi 2003, pp. 23-27). Ensuite, un problème plus philosophique qui, prenant place au sein de la querelle des Anciens et des Modernes, vise à hiérarchiser les langues entre elles (Joly 1980, p. 17). Dans notre perspective, ces questions se rencontrent à propos de la description du fonctionnement des articles où subsistent de nombreux flottements (y compris à ce jour, cf. Wilmet 1980, p. 235, Corblin 1987, pp. 245-247, Gary-Prieur 2011, pp. 5-6), et à propos du poids de la tradition latine et de ce « jugement abrupt » de Scaliger, qui traversa toute la réflexion grammaticale classique (Fournier 2002, p. 143) : otiosum loquacissimae gentis instrumentum. Il se joue ici toute une représentation du système linguistique, et de l’articulation entre les différents paliers d’analyse. Nous verrons alors dans un deuxième temps de quelle façon les grammairiens, notamment après les analyses des Messieurs, prennent en compte les données sémantiques et référentielles pour l’étude de cette « petite et inutile partie d’oraison ».

5Avant d’entrer dans le détail de nos analyses, nous désirons apporter quelques éléments contextuels à propos des domaines étymologiques, terminologiques, métalinguistiques… concernant l’étude de l’article le, la, les aux xvie et xviie siècles. Nous rappellerons alors qu’à l’époque classique, les doctes savent d’ores et déjà que la langue française est bien « fille de la [langue] Latine » (La Touche 1730, p. 93), au point de considérer, comme nous le verrons, que le français est comme le latin une langue casuelle. Plus encore, les grammairiens savent également que le pronom démonstratif ille, illa, illud est à l’origine de l’article le, la, les (Estienne 1557, p. 18). Cette filiation étymologique a entraîné la reconnaissance tardive de la classe de l’article. En effet, la tradition grammaticale latine reconnaît, pour les éléments participant à la détermination nominale tels les possessifs meus/tuus/suus ou les démonstratifs hic/iste/ille, non des déterminants, mais des adjectifs. Cette terminologie restera par ailleurs très longtemps dans la tradition française : il faudra attendre d’une part la Nomenclature de 1975 pour que les « adjectifs » démonstratifs, possessifs, indéfinis… soient regroupés sous l’étiquette « déterminant », d’autre part celle de 1997 pour qu’ils reçoivent enfin proprement cette dénomination (Riegel et al. 1994, p. 278).

6Il faut noter néanmoins que cet argument étymologique a été remis en question dans la deuxième moitié du xviie siècle. En effet, Arnauld & Lancelot, ainsi que La Touche, indiquaient que la langue grecque avait influencé la langue française en de nombreuses façons, notamment sur la question de l’article. Les Messieurs remarquent que, bien qu’absente chez les Latins, cette « particule [est] tres-vtile pour rendre le diƒcours plus net, & éviter pluƒieurs ambiguitez. Les Grecs en ont vn, ὁ, ἡ, τὸ » (1676, p. 52). La Touche, quant à lui, note après cette remarque liminaire que les Français partagent, sur cette question, des points communs avec les Italiens, les Espagnols, et « quelques autres Nations » (1730, p. 93) : pour ces doctes, il ne semble donc pas y avoir de contradiction, dans un système linguistique, entre l’emploi de l’article et une (supposée) variation casuelle.

7Aussi, quand bien même ce poids de l’héritage latin aurait entretenu ce point aveugle de l’analyse grammaticale française, il semble qu’il y ait eu également un choix fait par les doctes pour ne pas bouleverser les traditions, et de ne pas observer plus attentivement les arguments donnés en faveur de la reconnaissance de la classe du déterminant. Nous pouvons envisager que ces comparaisons, non avec les langues romanes dans lesquelles l’emploi du déterminant s’est généralisé, mais bien avec le grec, auraient pu contenter les partisans des Anciens et inviter à la création de cette catégorie grammaticale ; c’est du moins la position que défendra longuement Régnier-Desmarais (1706, p. 133), au détriment de la catégorie de l’interjection qu’il éliminera alors de sa grammaire. Il ne faut donc pas réduire cet argument historique à un simple calque d’une terminologie sur une autre, d’une langue à l’autre : il met aussi en lumière les différents jugements que la grammaire française porte sur la langue.

1. Le poids de la tradition

1.1. Aspects morphologiques

  • 4 On peut considérer que la réflexion grammaticale du Grand Siècle a cherché à s’émanciper de cette i (...)

8Pendant la période classique, les précis de grammaire de la langue française ne peuvent généralement pas faire l’économie d’une analyse formelle précise des éléments qui la composent. En effet, par l’intermédiaire de la filiation de la langue française avec la langue latine, les doctes consacrent une grande part à la morphologie, parfois au détriment des analyses purement syntaxiques (Siouffi 2003)4. C’est la raison pour laquelle l’article le, la, les et les déterminants en règle générale portent souvent, selon les spécialistes, trois catégories de morphèmes grammaticaux : une marque de genre (masculin/féminin. Bosquet, 1586, utilise le terme de « sexe »), de nombre (singulier/pluriel) et de cas. Nous rencontrons très régulièrement cette analyse jusqu’à la première moitié du xviie siècle (dans notre corpus, cette analyse est présente dans les grammaires de Meigret 1550, à Irson 1662, sans exception aucune). Comme André Joly l’avait déjà signalé (Joly 1980, p. 24), c’est la Grammaire de Port-Royal qui initiera ce mouvement de disparition du « système casuel français » au profit d’une autre méthode d’analyse, et ce même s’il faudra attendre le xviiie siècle pour la voir systématisée.

9Il est intéressant de noter, chez les auteurs qui choisissent de considérer qu’il existe bel et bien une flexion casuelle dans la langue française, que ce choix a deux conséquences majeures quant au système qu’ils proposent : d’une part, étant donné que l’article porte la marque casuelle, il devient une « particule liée » dont l’étude devient subordonnée à celle du substantif. La relation paradigmatique n’est donc pas établie en tant que telle mais se reporte, en quelque sorte, sur la classe des substantifs, ce qui aura des effets intéressants quant aux comportements syntaxiques des déterminants.

10D’autre part, cette problématique a pour effet de faire s’interroger les spécialistes de la langue sur le nombre de cas que le français possède, au regard du latin : ils observent en effet de nombreuses irrégularités qu’ils cherchent à résoudre. Les analyses d’Irson sont assez représentatives des réflexions que nous pouvons observer dans ces grammaires.

Figure 1

Figure 1

Irson (1662, p. 16)

11Ces tables de déclinaison sont, en grande partie, à l’origine de la non-reconnaissance du déterminant et de l’article en tant que paradigme à part entière et ce avant même la description des mécanismes sémantico-référentiels qu’ils engagent. En effet, considérer que le français est une langue casuelle à l’image du latin, c’est faire endosser au déterminant le rôle de porter « la cadence », ou la désinence absente du substantif : par extension, pour que le système soit conséquent, il faut dès lors considérer que toute particule se plaçant devant un substantif porte une marque casuelle. Notamment, les cas indirects que sont le génitif et le datif et qui emploi(rai)ent respectivement les « articles » de, du, des, etc. et à, au, à la, etc., amènent à considérer certaines prépositions comme participant au système casuel. Cette confusion morphologique, puisqu’il est certain que à et de sont réellement des prépositions pour ces grammairiens compte tenu de leur filiation étymologique latine (ad et de), conduit à une bizarrerie de la langue qu’il convient d’expliquer.

12Les spécialistes, dans cette mesure, éliminent les doutes et se rabattent, encore une fois, sur la tradition : Meigret (1550, p. 21) considère que les formes du, des, au, aux sont « plus véritablement prépositions qu’articles » ; Maupas (1618, p. 55), que le, las, les sont les seuls qui « semblent articles » mais qu’ils sont en réalité « comme prepositions desquelles nostre langue se sert pour arranger ses mots », ce qui lui permet de récupérer là l’étymologie du mot article comme « articulation » du discours (comme le fera, bien plus tard, Buffier 1709, p. 60). Enfin, Vairasse d’Allais, pourtant bien après les études de Port-Royal, se range lui aussi à la même opinion.

Les particules qu’ils [les grammairiens antérieurs] appellent Articles, ne ƒont proprement que des Prepoƒitions qu’on met le plus ƒouvent devant les Noms, & quelquefois devant les Pronoms, l’Infinitif des Verbes, & devant certains Adverbes de tems, ou de lieu. (Vairasse d’Allais 1681, p. 85.)

13Tout ceci, ajouté à l’homonymie entre l’article défini et les pronoms objets, tous deux issus des pronoms ille, illa, illud, entretient dès lors la confusion. Si la distinction entre ces deux familles grammaticales sera clairement établie à la fin de la période classique, la grammaire française des xvie et xviie siècles a encore des difficultés à les distinguer formellement et fonctionnellement. Non seulement la morphologie, qui demeure l’élément fondateur du système, prime avant toutes choses mais, de plus, les doctes semblent avoir des difficultés à repérer la spécificité du déterminant quant à l’analyse sémantico-référentielle du substantif qu’il accompagne. Cela les conduit à établir des équivalences étonnantes, à l’exemple d’Estienne (1557, pp. 20-21). Si, en elles-mêmes, les gloses qu’il propose sont pertinentes pour la description du système du point de vue sémantique, elles rabattent néanmoins la catégorie du déterminant sur celle du pronom.

Du & des quelques fois ƒeruent comme de Pronoms : cõme quand nous diƒons, Il y a du vin la dedens, Il y a des hommes la dedens : ce des, ƒert autant que qui diroit, Il y a aucuns hõmes. Du auƒƒi ƒert quelques fois pour de & ce demõƒtratifs : cõme, Ie mange du mouton que nous auõs tué, c’eƒt a dire, De ce mouton. (Estienne 1557, p. 20.)

14Certains grammairiens érigent alors en paradigme non les déterminants en tant que tels, mais tous les indices susceptibles de donner le genre, le nombre et le cas du substantif qu’ils déterminent ou qu’ils remplacent. Cet expédient permet de ne pas compromettre la stabilité du système morphologique : s’il existe une flexion casuelle, elle doit d’être observable dans tous les mots qui, à l’instar des déterminants, portent également les marques de genre et de nombre, dont les pronoms. Nous voyons ainsi de quelle façon, à l’image de la liste des « indices du nom » que donne Bosquet (1586, p. 47), la non-reconnaissance d’un paradigme des déterminants engage le système dans sa totalité. Il ne faut donc pas considérer que les doctes ignorent sciemment une catégorie grammaticale dont l’existence semble, aujourd’hui, évidente : c’est au contraire parce qu’ils l’observent qu’ils établissent des listes complexes. Le problème n’est pas évacué, il est constaté et résolu : et c’est en cela que la discussion sur le nombre de cas que possède la langue française devient essentielle pour la reconnaissance de ces différents mots.

Quelz ƒont ces indices ?
Ceux quy s’enƒuyuent-
Le, vn, mon, ton, ƒon, mien, tien, ƒien, il, cil, quel, lequel, luy, celuy, d’iceluy, ce, cecy, cela, ceƒluy, ceƒtuy-cy, ceƒtuy-là, luy, de luy-de luy-meƒme, d’iceluy-meƒme, ƒoy-meƒme, du, d’vn, duquel, de, à, au, auquel, chaƒcun, nul, tout, &c. (Bosquet 1556, p. 47.)

15Cette question implique également une analyse poussée des formes de, du et des. Nous avons vu plus haut qu’Estienne établissait une équivalence entre « du mouton » et « de ce mouton ». Conséquemment et en reprenant le même fil de pensée, du est toujours considéré en français comme une forme agglomérée du type de + le/ce et, par là, comme une préposition. Nous avons déjà cité Vairasse d’Allais (1681, p. 85), mais cette analyse se retrouve parmi la majorité des grammaires qui ne reconnaissent pas une classe de l’article en tant que telle. Évidemment, ces commentaires ne permettent pas de repérer l’existence d’un déterminant partitif.

Au regard de de, du, dȩs, ils sont plus véritablement prépositions qu’articles. (Meigret 1550, p. 21.)

[…] les [articles] ƒont comme prepoƒitions deƒquelles noƒtre langue ƒe ƒert pour arranger ƒes mots, & les adapter les uns aux autres. (Maupas 1618, p. 55.)

16Si nous résumons les arguments morphologiques avancés par les doctes, nous pouvons considérer : (i) que l’article le, la, les, portant des marques de genre et de nombre, doit également porter des marques casuelles ; (ii) que ces marques se rencontrent au sein de plusieurs mots de la langue, dont les pronoms, avec lesquels elles forment comme une sorte de paradigme morphologique ; (iii) que les formes agglomérées du/des et au/aux permettent de toujours restituer les prépositions de et à, notamment par l’intermédiaire d’une glose plus ou moins élaborée.

17Ces trois arguments morphologiques leur permettent de ne pas considérer une classe des déterminants dont ferait partie l’article le, la, les. La morphologie prime ici avant toutes choses : ce sont des particules liées, associées au substantif et à l’analyse dépendante de ce dernier. Enfin, une déconstruction des formes agglomérées fait toujours ressurgir une préposition dont l’existence est reconnue par la tradition grammaticale latine. En creux, nous pouvons observer que cette réflexion entraîne des questions liées non seulement au système de la langue en lui-même, mais également aux unités et aux paliers de pertinence considérés (Martinet 1970, p. 136). Décrire une classe grammaticale ou un paradigme, c’est non seulement établir une conséquence ou une structure, fondée sur des différences de valeur linguistique (Saussure 1916, pp. 155-169, Hjelmslev 1943, pp. 21-23), mais c’est également définir une unité d’analyse en particulier. Du point de vue morphologique et pour les doctes, l’article le, la, les ne répond pas à ces deux critères linguistiques.

18Pour ainsi dire, ce n’est pas la reconnaissance du déterminant en tant que classe grammaticale qui modifiera la description du système, mais bien cette description qui impliquera cette reconnaissance : pour reprendre une formule de Hjelmslev (1943, p. 27), c’est davantage ici la « théorie qui détermine et affecte son objet » que le contraire.

1.2. Aspects syntaxiques

19Par cette analyse qui le lie au substantif, la reconnaissance de l’article le, la, les dépend étroitement de l’étude de ce dernier. Partant, c’est l’étude des différentes propriétés du substantif qui provoquera l’établissement de la classe grammaticale du déterminant, cette fois-ci d’un point de vue syntaxique. En effet, dans cette description du système linguistique, la distinction entre nom commun et nom propre, ou plutôt entre « nom appellatif » et nom propre pour reprendre la terminologie de la période classique, dépend surtout de l’expression ou de la non-expression de cette particule liée.

[…] nous diƒons, Le liure de Pierre, & non du Pierre (Estienne 1557, p. 19)

De ces Subƒtantifs, les vns s’appellent Noms Propres, qui marquent vne perƒonne ou vne choƒe particuliere, pour la diƒtinguer des autres : comme Pierre, Iean, Michel &c. Ainƒi eƒt-il des noms propres qu’on impoƒe aux chiens, aux planettes entre les aƒtres &c. Les autres s’appellent Noms Appellatifs, qui ƒont communs à pluƒieurs de la meƒme eƒpece : Ange, Homme, Roy, Soldat &c. (Chiflet 1659, p. 7.)

20Cependant, s’il ne s’agissait que de relever, ou non, la présence de cette particule devant un substantif, le débat n’aurait pas lieu d’être. Les doctes s’aperçoivent ainsi que cette question engage des considérations d’ordre syntaxique cette fois-ci et que la morphologie est incapable d’expliquer cette conséquence attendue dans le système. Notamment, certaines structures impliquant une expansion déterminative (Meigret 1550, pp. 18-22) ou un adjectif épithète de nature (Maupas 1618, pp. 65-66) invitent à faire appel à l’article le, la, les sans pour autant que le statut de nom propre de ces éléments soit mis en cause.

Il est vrai que quelquefois, par manière d’expression plus manifeste et démonstrative, nous usons de le et la avant les propres noms : comme j’ey envoyé Piȩrr’ a Líon, je dy le Piȩrre qe vous avez aotrefoȩs vu a Paris : combien que çe y serait aussi bon. (Meigret 1550, p. 21.)

Il a eƒté dit immediatement, parce que ƒi on met avant le nom propre quelque epithete ou adjectif, lors eƒt requis l’article defini devant l’epithete. Exemple. La ƒtatue du Dictateur Ceƒar qui fit la guerre au grand Pompee. Mais ƒi on mettoit apres le nom propre, un epithete ou adjectif qui portaƒt remarque de ƒpeciale prerogative ou preeminence, lors avant le nom propre nous mettrions l’article indefini, puis le defini le la, apres luy devant l’epithete. Exemple. La ƒtatue de Ceƒar le Dictateur, qui fit la guerre à Pompee le grand, ainƒi. La belle Helene. Helene la belle. Medee la ƒorsiere, &c. […] Ces phraƒes ƒont emphaticques & portent remarque. Ceƒar le Dictateur, vaut autant que, Celuy qui a eƒté Dictateur. Et Pompee le grand ; c’eƒt celuy qui a porté ce titre de grand. Ainƒi Charles le ƒimple. Le Sage. Loys le debonnaire. (Maupas 1618, pp. 65-66.)

21Inversement, l’absence de déterminant ne permet pas de définir un substantif comme étant un nom propre dans la mesure où, dans le cas notamment de certaines expressions figées, sa non-expression est régulièrement observée.

  • 5 Il faut entendre le terme selon la définition de Furetière (1690) : « Manière d’expression, tour ou (...)

Nous auons pluƒieurs phraƒes5 où le nom ƒe met ƒans article : comme,

Figure 2

Figure 2

Oudin (1640, pp. 62 […])

22Face à cette irrégularité de la langue, les grammairiens se trouvent souvent démunis et peinent à ériger une règle d’emploi de l’article devant les substantifs. Ils établissent plutôt une série de préceptes (à l’instar de Chiflet 1659, pp. 14 sq.) qu’il est difficile de comprendre tant elle semble multiplier les exceptions sans mettre l’accent sur de réelles régularités. Il faut noter que l’absence de déterminant dans ces locutions figées, absence que l’on retrouve également partiellement en français moderne (Riegel et al. 1994, pp. 308-314) est également un produit de la langue classique : en effet, l’emploi du déterminant devant un nom commun ne s’est pas encore parfaitement stabilisé et l’on trouve encore, tout au long du xviie siècle, nombre d’emplois de substantifs sans déterminant (Fournier 2002, pp. 142-175). Mais si la régularisation progressive du système complique les descriptions grammaticales, cette alternance entre expression et non-expression de l’article devant les substantifs, et ce indépendamment de leur nature, nom appellatif ou nom propre, conduit surtout les doctes à mieux considérer les indices syntaxiques accessibles, comme les expansions déterminatives, l’emploi d’un adjectif ou, encore un verbe support (du type faire, avoir, donner, etc.) au sein d’une expression figée.

23Il semble dès lors que ce soit grâce aux arguments syntaxiques qu’apparaît le paradigme des déterminants. Mais, et bien que cette nouvelle conception du système de la langue permette de constater la nécessité d’étudier les articles le, la, les en tant que tels, c’est par une toute nouvelle approche que les doctes comprendront leur importance dans la langue française.

2. Le choc de la nouveauté : aspects sémantiques et référentiels

24Le problème de l’article se résout en effet par l’intermédiaire d’une autre différence de « valeurs », pour reprendre la terminologie saussurienne (1916, pp. 155-169). Ce n’est pas l’alternance entre la présence et l’absence de déterminant, mais plutôt l’opposition entre articles définis et articles indéfinis qui provoquera le changement attendu d’analyse de ce point de la langue française.

25Cette opposition, qui se réduit ici à la distinction entre le, la, les et un, une, des, ne se retrouve qu’à partir du début du xviie siècle dans notre corpus (chez Maupas plus précisément). Nous pouvons considérer que ces remarques marquent les prémices de l’établissement du déterminant comme paradigme : en considérant qu’il peut porter lui-même des informations cruciales pour l’interprétation du substantif, les doctes admettent qu’il n’est pas seulement un morphème grammatical mais une partie du discours à part entière.

L’ON appelle, communément articles, certaines ƒyllabes dont nous nous ƒervons à diƒtinguer & qualifier nos propos. On les diƒtingue communément en articles finis & infinis : ou pour mieux dire, articles definis & indefinis. (Maupas 1618, p. 54.)

L’Article Défini, eƒt celui dont on ƒe ƒert dans une ƒignification définie & déterminée.

L’Article Indéfini eƒt celui qu’on met devant un nom pris dans un ƒens vague & indéterminé. (La Touche 1730, p. 94.)

26Comme précédemment, la définition qu’en donne Irson nous semble la plus révélatrice concernant cette partie de notre analyse.

Les Definis ƒont ceux qui ont la proprieté de determiner & de ƒpecifier les mots, dont la ƒignification eƒt d’ailleurs vague & generale. [...] exemple le General a receu ordre du Roy de s’en aller au fort de *** la Marquiƒe de *** a eu ordre de la Reine d’enuoyer à la ville *** &c. Ces mots de General, Marquiƒe, Roy, & de Reine, qui peuuent eƒtre attribués indifferemmẽt à tous les Generaux, à toutes les Marquiƒes, à tous les Rois, & à toutes les Reines ; determinent en ce lien vn certain ƒujet, dont nous entendons parler : Car quand je dis le General, ma penƒee ƒe raporte à celuy, qui eƒt le plus recommandable, & lors que je parle du Roy, cela s’entend de celuy ƒous l’empire duquel je vis, & ainƒi des autres.

LES ARTICLES INFINIS ƒont ceux, qui laiƒƒent la ƒignification du mot, deuant lequel ils ƒont mis, dans toute ƒon étenduë, ƒans le determiner ny le ƒpecifier. Ces Articles ƒont à, & de ; exemple, cela n’appartient qu’à vn Fils de Roy : C’eƒt vn diƒcours de Philoƒophe : Ces mots de Fils, Roy, Philoƒophe, peuuent eƒtre attribués indifferemment à tous les Fils de Roy, à tous les Rois, &c. (Irson 1662, pp. 14-15.)

27Il serait hâtif de considérer néanmoins que la catégorie du déterminant existe dès à présent dans les grammaires. Bien que les spécialistes établissent, à l’instar d’Irson, que la question des articles ou des déterminants est intimement liée à celle de la référence, elle n’est pas clairement distinguée de l’analyse sémantique. Partant, l’article le, la, les est considéré comme étant spécifique et renvoyant sans équivoque à un seul objet du monde ; l’article un, une, en revanche, est perçu comme générique et renvoie à n’importe quel représentant de la classe dénotée par le substantif. Cette opposition binaire « défini-spécifique/indéfini-générique » n’est pas sans poser certains problèmes et, partant, crée des exceptions multiples. Notamment, et du fait de la non-reconnaissance d’un déterminant partitif, les doctes sont contraints d’élaborer de nombreuses règles, nécessairement partielles et confuses, pour justifier les effets de sens qu’ils observent.

Deuant les Noms Appellatifs, qui ƒont mis en ƒignification generale & confuƒe, on employe l’article indefini ; comme il arriue ordinairement, parlant de la matiere dont eƒt compoƒé ce de quoy l’on parle, ou de la cauƒe efficiente de quelque effet ; & quand on ƒe ƒert de quelque Aduerbe de qualité. Les exemples le feront mieux entendre. Vne statue de marbre : vn pot de vin. Il eƒt mort de melancolie. I’ay vn peu, beaucoup, plus, moins, trop, aƒƒez, de richeƒƒes, de pauureté, de ƒanté &c. Mais ƒi l’on y ajoute quelque choƒe, qui ƒpecifie cette ƒignification indeterminée, & la reƒtreigne à quelque ƒujet particulier, alors on ƒe ƒert de l’article defini : comme : C’eƒt vne ƒtatue du marbre, que i’ay acheté à Gennes. Il eƒt mort de la melancolie, que la mort de ƒon ami lui a cauƒée. Vn peu du vin, qui eƒt dans ce pot.

Remarquez que, Beaucoup, veut l’article indefini, Beaucoup de pain, beaucoup d’argent, beaucoup d’eau, beaucoup de villes, beaucoup de ƒoldats, beaucoup d’armées. Mais Bien, pris en la meƒme ƒignification que beaucoup, tire aprés ƒoy l’article defini : comme, bien du pain, bien de l’argent, bien de l’eau, bien de la paille, bien des villes, bien des ƒoldats, bien des armées. Et Force, pour dire, beaucoup, n’a point d’article ; comme, Force peuple, force argent, force gents. (Chiflet 1659, p. 15.)

28C’est à ce moment de la réflexion grammaticale de l’époque classique que la Grammaire de Port-Royal, comme l’a montré André Joly (1980, pp. 22-26), vient réellement consacrer le déterminant comme catégorie grammaticale à part entière. La description du déterminant se dote alors d’une terminologie critique d’importance qui prend en compte les indices sémantico-référentiels associés aux substantifs (Arnauld & Lancelot 1660, pp. 56 sq.). De plus, contrairement aux autres grammairiens, on observe bien chez les Messieurs une disjonction des niveaux d’analyse, qui oppose article défini et article indéfini, référence générique et référence spécifique. Les tables proposées, bien que s’inspirant encore beaucoup des tables casuelles de la grammaire latine, témoignent ainsi d’une véritable réflexion sur les particularités de la langue française.

Figure 3

Figure 3

Arnauld & Lancelot (1660, p. 56)

29Si cette disjonction des niveaux d’analyse permet de réellement consacrer l’article comme un paradigme à part entière, elle tend néanmoins à effacer l’importance du contexte dans son interprétation. Au sein de notre corpus, seul Vairasse d’Allais évoque l’importance de celui-ci et ce bien qu’il ne reconnaisse pas une classe propre des déterminants.

Nos Grammairiens, & autres faiƒeurs de remarques, font un grand bruit, dont ils entêtent tout le monde, ƒur le chapitre de l’Article qu’ils diviƒent en defini & en indefini, ƒans guere bien entendre eux-mêmes ce qu’ils veulent dire par cette diƒtinction. […] ces Articles ƒont definis ou indefinis, ƒelon que leur ƒignification jointe avec le Nom, eƒt determinée ou indeterminée, & non-pas ƒelon la figure & le nombre des letres qui les repreƒentent. (Vairasse d’Allais 1681, pp. 84-85.)

30Quand bien même les doctes repèreraient ainsi le rôle que joue l’article dans la détermination nominale, ils tendent soit à en systématiser le fonctionnement, c’est-à-dire à le considérer comme le seul indice permettant de saisir la référence du substantif qu’il accompagne, soit à sous-estimer son importance au regard des propriétés des noms communs et des noms propres. Mais avant que les analyses le concernant ne soient stabilisées au cours du xviiie siècle (Joly 1980, pp. 26-27), nous pouvons considérer que la reconnaissance de son existence à part entière l’érige d’ores et déjà comme une classe grammaticale, et permet de dépasser le jugement de Scaliger que nous citions en introduction (Fournier 2002, p. 143).

31Après ce rapide parcours, nous pouvons proposer une progression marquant les grandes étapes de la reconnaissance de l’article comme paradigme à part entière.

  1. Tout d’abord, l’article n’est pas cité comme une partie d’oraison et ne constitue donc pas un paradigme, ce qui est le modèle le plus fidèle à la tradition grammaticale latine. Il est alors considéré comme une particule portant différents traits morphologiques : c’est la position de Meigret, Estienne et Irson.

  2. Progressivement, l’article tend à être considéré comme une catégorie grammaticale mais les doctes considèrent toujours qu’il porte la marque casuelle du substantif qu’il détermine. C’est un statut intermédiaire, et les grammairiens commencent à prendre en compte les paramètres syntaxiques en plus des observables morphologiques ; partant, l’article ne peut être étudié qu’en relation avec le substantif qu’il complète. Il est vu comme une partie du discours subordonnée au nom, qui ne fait pas l’objet d’une étude en elle-même mais dont la prise en compte est nécessaire pour décrire la langue. Nous trouvons cette position surtout chez Maupas et Chiflet, qui tâchent de concilier la tradition et la modernité.

  3. Au terme de cette évolution, l’article est cité comme une partie d’oraison et les grammairiens ne donnent plus, ou alors dans un objectif didactique, de tables de déclinaison. Les différentes formes de l’article sont considérées comme constituant un paradigme à part entière, et les doctes réfléchissent à ses caractéristiques linguistiques. C’est la position d’Arnauld & Lancelot, de Régnier-Desmarais, de La Touche et, dans une moindre mesure de Vairasse d’Allais. Bien que celui-ci n’érige pas le déterminant comme une partie d’oraison en tant que telle, il étudie néanmoins les informations référentielles apportées par l’article au même titre que les autres spécialistes de ce moment du parcours historique et grammatical du déterminant.

32Ce ne sera qu’au siècle suivant que l’article sera réellement considéré en tant que classe grammaticale et que son analyse fera l’objet d’une très grande attention (Joly 1980). Nous pouvons néanmoins nous demander ce qui a retardé cette reconnaissance, puisque dès la moitié du xviie siècle tout semble d’ores et déjà en place. Au-delà des différents arguments morphologiques, syntaxiques, sémantiques, référentiels, il nous semble, encore une fois, que la tradition a été plus forte que la raison. Comme la tradition grammaticale latine ne reconnaît pas de déterminant, son analyse dans la langue française se fait très délicate, surtout à un siècle où la reconnaissance linguistique se double d’une forte dimension politique (Collinot & Mazière 1997, pp. 15 sq.). Nous souhaitons terminer notre réflexion par cette citation in extenso de l’Abbé Régnier-Desmarais, évoquée plus haut, qui regrette que les grammairiens soient aussi dépendants des spécialistes qui les ont précédés. Cette citation montre bien la difficulté que les doctes peuvent rencontrer lorsqu’ils désirent faire preuve d’innovation : malheureusement, pour citer une fois dernière André Joly (1980, p. 18), « la grammaire est le lieu des traditions tenaces ».

Un Grammairien plus moderne & qui a fait un excellent Traité de la Langue Italienne, a esté jusques à luy donner douze Parties d’Oraison, & pour cet effet, non seulement il a adjousté aux huit de la Langue Latine ; l’Article, comme faisant une partie d’Oraison distincte du Nom, & le Gerondif, comme en devant faire une distincte du Verbe : mais il a consideré comme deux autres Parties d’Oraison, certaines Particules qui servent quelquefois à marquer le cas des noms, & certaines autres qu’on appelle expletives ou redondantes en termes de Grammaire, & qui n’estant point necessaires, quant au sens & à la regularité de la construction, ne servent qu’à donner plus d’énergie & plus de nombre au discours.

Cette division qui establit beaucoup plus de Parties d’Oraison qu’aucune autre, pourroit ne convenir pas moins à la Langue Françoise qu’à l’Italienne. Mais comme le Gerondif n’est proprement qu’un temps transitoire & indéterminé du Verbe : que l’Interjection peut estre rangée facilement sous l’Adverbe, comme elle l’a esté par les Grecs : […] par toutes ces raisons, & pour innover le moins qu’on peut, il semble plus à propos de s’en tenir à la division des Grecs, receuë par la pluspart des Grammairiens modernes, qui ne reconnoissent dans toutes les Langues qui se servent de l’Article, que huit Parties d’Oraison ; sçavoir l’Article, le Nom, le Pronom, le Verbe, le Participe, l’Adverbe, la Préposition, & la Conjonction. (Régnier-Desmarais 1706, pp. 131-133.)

Haut de page

Bibliographie

Buffier, Claude (1709), Grammaire françoise sur un plan nouveau, Paris, Le Clerc, Brunet, Leconte et Montalant.

Collinot, André & Mazière, Francine (1997), Un prêt à parler : le dictionnaire, Paris, PUF.

Corblin, Francis (1987), Indéfini, défini et démonstratif : constructions linguistiques de la référence, Genève, Droz.

Fournier, Nathalie (2002), Grammaire du français classique, Paris, Belin.

Fournier, Nathalie (2007), « Quel et lequel dans les grammaires françaises des xvie et xviie siècles », in Charolles et al. (éds), Parcours de la phrase. Mélanges offerts à Pierre Le Goffic, Paris, Ophrys, pp. 237-257.

Gary-Prieur, Marie-Noëlle (2011), Les Déterminants du français, Paris, Ophrys.

Furetière, Antoine (1690), Dictionnaire Universel, 3 vol. , La Haye, A. et R. Leers ; reproduction par A. Rey, Paris, Le Robert, 1978.

Hjelmslev, Louis (1943), Omkring sprogteoriens grundlæggelse, Copenhague, B. Lunos ; tr. fr. Prolégomènes à une théorie du langage, Paris, Les éditions de Minuit, 1971.

Joly, André (1980), « Le problème de l’article et sa solution dans les grammaires de l’époque classique », Langue française, 48, pp. 16-27.

Martinet, André (1970), La Linguistique synchronique, Paris, PUF.

Neveu, Franck (2004), Dictionnaire des sciences du langage, Paris, Armand Colin ; nouv. éd. 2011.

Riegel, Martin et al. (1994), Grammaire Méthodique du Français, Paris, PUF ; 5e éd. 2014.

Saussure, Ferdinand de (1916), Cours de linguistique générale, publié par C. Bally, A. Sechehaye & A. Riedlinger, Lausanne, Paris, Grand Bibliothèque Payot ; nouv. éd. Paris, Payot, 1997.

Seguin, Jean-Pierre (1993), L’Invention de la phrase au xviiie siècle : contribution à l’histoire du sentiment linguistique français, Louvain, Peeters.

Siouffi, Gilles (2003), « Le regard des grammairiens », in Combettes (éd.), Évolution et variation en français préclassique. Études de syntaxe, Paris, Honoré Champion, pp. 19-67.

Siouffi, Gilles (2010), Le Génie de la langue française. Études sur les structures imaginaires de la description linguistique à l’Âge classique, Paris, Honoré Champion.

Wilmet, Marc (1980), « Linguistique et métalinguistique. Sur l’acceptation des termes défini et indéfini en grammaire française », in Dominicy & Wilmet (éds), Linguistique romane et linguistique française. Hommages à Jacques Phol, Bruxelles, Université de Bruxelles, pp. 235-245.

Grammaires étudiées

Arnauld, Antoine & Lancelot, Claude (1660), Grammaire Générale et Raisonnée de Port-Royal, Paris, Le Petit (Pierre) ; nouv. éd. 1676 ; texte numérisé dans le Grand Corpus des grammaires françaises, des remarques et des traités sur la langue (xive-xviis.) (dir. B. Colombat, J.-M. Fournier ; dir. W. Ayres-Bennett pour le volet Corpus des remarques sur la langue française), Paris, Classiques Garnier Numérique, 2011.

Bosquet, Jean (1586), Elemens ou Institutions de la langue françoise, Mons, Charles Michel ; texte numérisé dans le Grand Corpus des grammaires françaises, des remarques et des traités sur la langue (xive-xviie s.) (dir. B. Colombat, J.-M. Fournier ; dir. W. Ayres-Bennett pour le volet Corpus des remarques sur la langue française), Paris, Classiques Garnier Numérique, 2011.

Chiflet, Laurent (1659), Essay d’une Parfaite Grammaire de la langue françoise, Anvers, Jacques Van Meurs ; nouv. éd. Genève, Slatkine Reprints, 1973.

Estienne, Robert (1557), Traicté de la Grãmaire francoise, Genève, chez l’auteur ; texte numérisé dans le Grand Corpus des grammaires françaises, des remarques et des traités sur la langue (xive-xviie s.) (dir. B. Colombat, J.-M. Fournier ; dir. W. Ayres-Bennett pour le volet Corpus des remarques sur la langue française), Paris, Classiques Garnier Numérique, 2011.

Irson, Claude (1662), Nouvelle Methode pour apprendre facilement les principes et la pureté de la langue françoise contenant plusieurs traitez, Paris, chez l’auteur ; texte numérisé dans le Grand Corpus des grammaires françaises, des remarques et des traités sur la langue (xive-xviie s.) (dir. B. Colombat, J.-M. Fournier ; dir. W. Ayres-Bennett pour le volet Corpus des remarques sur la langue française), Paris, Classiques Garnier Numérique, 2011.

La Touche, Pierre de (1730), Devis de la Langue françoise, Paris, Richard Breton ; texte numérisé dans le Grand Corpus des grammaires françaises, des remarques et des traités sur la langue (xive-xviie s.) (dir. B. Colombat, J.-M. Fournier ; dir. W. Ayres-Bennett pour le volet Corpus des remarques sur la langue française), Paris, Classiques Garnier Numérique, 2011.

Maupas, Charles (1618), Grammaire et Syntaxe françoise, Orléans, Olivier Boynard & Jean Nyon ; nouv. éd. Genève, Slatkine Reprints, 1973.

Meigret, Louis (1550), Le Tretté de la grammere françoeze, Paris, C. Wechel ; nouv. éd. Tübingen, Gunter Narr, 1980 ; texte numérisé dans le Grand Corpus des grammaires françaises, des remarques et des traités sur la langue (xive-xviie s.) (dir. B. Colombat, J.-M. Fournier ; dir. W. Ayres-Bennett pour le volet Corpus des remarques sur la langue française), Paris, Classiques Garnier Numérique, 2011.

Oudin, Antoine (1640), Grammaire Françoise Rapportée au Langage du temps, Paris, Antoine de Sommaville.

Régnier-Desmarais, Abbé (1706), Grammaire Françoise, Paris, Jean-Baptiste Coignard.

Vairasse d’Allais, Denis (1681), Grammaire Méthodique Contenant en Abrégé les Principes de cet art et les règles les plus nécessaires à la langue française, Paris, chez l’auteur ; texte numérisé dans le Grand Corpus des grammaires françaises, des remarques et des traités sur la langue (xive-xviie s.) (dir. B. Colombat, J.-M. Fournier ; dir. W. Ayres-Bennett pour le volet Corpus des remarques sur la langue française), Paris, Classiques Garnier Numérique, 2011.

Haut de page

Notes

1 Voir aussi Neveu (2011, p. 214), deuxième définition de l’entrée « paradigme ».

2 Cette étude nous conduira néanmoins à aborder la question des prépositions à et de par l’intermédiaire des formes agglomérées du, des, au et aux, et celle de la non-expression du déterminant défini devant certains noms communs.

3 Les grammaires consultées sont issues pour la plupart du Grand Corpus des grammaires françaises, des remarques et des traités sur la langue (xive-xviie s.) (dir. B. Colombat, J.‑M. Fournier ; dir. W. Ayres-Bennett pour le volet Corpus des remarques sur la langue française), Paris, Classiques Garnier Numérique, 2011.

4 On peut considérer que la réflexion grammaticale du Grand Siècle a cherché à s’émanciper de cette importance donnée à la morphologie pour la description des faits linguistiques, au profit d’un principe analytique davantage centré sur la syntaxe. Voir Siouffi (2010, pp. 119 sq.).

5 Il faut entendre le terme selon la définition de Furetière (1690) : « Manière d’expression, tour ou construction d’un petit nombre de paroles ». Pour une analyse de ce mot à la période classique, voir Seguin (1993, pp. 39-58).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Crédits Irson (1662, p. 16)
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/1343/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 2
Crédits Oudin (1640, pp. 62 […])
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/1343/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 3
Crédits Arnauld & Lancelot (1660, p. 56)
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/1343/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Goux, « Naissance d’un paradigme : la catégorie du déterminant dans les grammaires de l’époque classique », Signata, 8 | 2017, 21-36.

Référence électronique

Mathieu Goux, « Naissance d’un paradigme : la catégorie du déterminant dans les grammaires de l’époque classique », Signata [En ligne], 8 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 25 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/signata/1343 ; DOI : 10.4000/signata.1343

Haut de page

Auteur

Mathieu Goux

Mathieu Goux est doctorant en quatrième année à l’Université Lumière-Lyon 2 (GRAC) et à l’ENS de Lyon (Icar LanDES). Il prépare une thèse intitulée : « Le pronom-déterminant lequel en français préclassique et classique (1580-1720) : de la langue au discours » sous la direction de Nathalie Fournier et de Denis Vigier. Il a publié plusieurs articles, entre autres « Le pronom-déterminant lequel dans le Quinte-Curce de Vaugelas », Actes du colloque Prépositions, conjonctions, connecteurs, organisé par l’UMR 7114 MoDyCo. pp. 63-71, 2016 ; « Du fait linguistique au(x) genre(s) : oralité et scripturalité à l’époque classique », Essais, 6, « Normes communiquées, normes communiquantes », Revue de l’école doctorale Montaigne-Humanités, Université Bordeaux Montaigne, pp. 137-151, 2016.

Haut de page

Droits d’auteur

Signata - PULg

Haut de page
  • Logo Presses universiatires de Liège
  • Logo Université de Liège
  • OpenEdition Journals