Navigation – Plan du site
Dossier
2. Pratiques paradigmatiques

Syntaxe et paradigme(s) : outre les relations de dépendance, les relations d’équivalence

Nathalie Rossi-Gensane
p. 65-99

Résumés

Cet article se propose d’examiner les relations syntaxiques d’équivalence (dont l’existence est souvent minorée par rapport aux relations syntaxiques de dépendance), au sein du cadre théorique de la linguistique fonctionnelle, en les mettant en regard avec les relations d’entassement, au sein du cadre théorique aixois de micro et macrosyntaxe. Ces deux sortes de relations (équivalence et entassement) peuvent être considérées comme étant d’ordre paradigmatique, car elles s’établissent entre des éléments qui, bien qu’occupant, nécessairement, l’axe syntagmatique, sont susceptibles de se remplacer les uns les autres. Est tout d’abord évoquée la relation de coordination vue comme appartenant aux deux sortes ; est aussi posé le problème de ladite coordination de propositions, à la faveur de laquelle on se demandera s’il existe des relations d’équivalence au-delà de la phrase. On s’intéresse ensuite à l’apposition qui ne semble pas rangée de manière aussi consensuelle que la coordination dans les relations d’équivalence et dans les relations d’entassement. Cette constatation peut notamment s’expliquer par le statut syntaxique de l’apposition puisque, plutôt que d’une relation, il s’agit d’une fonction. C’est d’ailleurs la notion de relais qui est proposée comme relevant de relations d’équivalence et qui semble en outre présenter l’intérêt de constituer un pendant syntaxique à la notion, d’ordre sémantique, de reformulation. Enfin, la notion de reprise (syntaxique) est abordée, relation d’équivalence, mais non d’entassement, qui permet en particulier un traitement « strictement » syntaxique (vs macrosyntaxique) dudit détachement avec rappel pronominal. Cette mise en regard des relations d’équivalence avec certaines relations d’entassement entend notamment souligner le caractère immanent de ces notions, qui sont toutes deux d’ordre paradigmatique mais à situer dans leurs cadres théoriques (linguistique fonctionnelle vs cadre aixois de micro et macrosyntaxe) et leurs cadres d’analyse (phrase définie à partir d’un critère syntaxique vs unité rectionnelle ou regroupement d’unités rectionnelles) respectifs.
L’auteur met en avant les termes suivants : relations d’équivalence, relations d’entassement, coordination, apposition, relais, reprise syntaxique.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Ce cadre théorique est notamment présenté dans Blanche-Benveniste et al. (1990). La microsyntaxe, s (...)
  • 2 Les travaux du groupe Rhapsodie s’inscrivent dans un projet d’annotation syntaxique et prosodique d (...)

1La syntaxe est généralement définie comme une organisation hiérarchique dans le cadre d’analyse de la phrase, l’accent étant ainsi mis sur les relations de dépendance entre les éléments, parfois appelées relations de rection. Néanmoins, d’autres relations, dites d’équivalence dans le cadre théorique de la linguistique fonctionnelle, s’établissent entre des éléments « qui se trouvent dans un même type de rapport vis-à-vis de leur point d’incidence » (Feuillard-Aymard 1989, p. 122) et qui, en mesure, de ce fait, de se remplacer les uns les autres, apparaissent comme constituant un paradigme. Ces relations d’équivalence peuvent être rapprochées des relations d’entassement paradigmatique dégagées par le cadre théorique aixois de micro et macrosyntaxe1, puis, dans son prolongement, par le groupe Rhapsodie2, et impliquant des éléments « occup[ant] la même position régie » (Lacheret et al. 2011, p. 4). Quoique la notion de paradigme ne soit explicitement convoquée que pour les relations d’entassement (voir par exemple Blanche-Benveniste et al. 1990, pp. 18-22), les deux sortes de relations, équivalence et entassement, peuvent être considérées comme étant d’ordre paradigmatique (même si leurs réalisations, nécessairement, occupent l’axe syntagmatique : les éléments impliqués, bien que susceptibles de se remplacer, ne sexcluent pas ici les uns les autres, ce qui réduit le caractère virtuel du paradigme).

2Cet article se propose d’examiner les relations d’équivalence en les mettant en regard avec les relations d’entassement. Sera tout d’abord évoquée la relation de coordination vue comme appartenant à ces deux sortes et sera aussi posé le problème de ladite coordination de propositions, à la faveur de laquelle on se demandera s’il existe des relations d’équivalence au-delà de la phrase. Ensuite, on s’intéressera à l’apposition qui ne semble pas rangée de manière aussi consensuelle que la coordination dans les relations d’équivalence et dans les relations d’entassement. Cette constatation peut notamment s’expliquer par le statut syntaxique de l’apposition puisque, plutôt que d’une relation, il s’agit d’une fonction. C’est d’ailleurs la notion de relais qui est proposée comme relevant de relations d’équivalence et qui semble en outre présenter l’intérêt de constituer un pendant syntaxique à la notion, d’ordre sémantique, de reformulation (particulièrement utilisée par le groupe Rhapsodie dans les dernières typologies des relations d’entassement). Enfin, la notion de reprise (syntaxique) sera abordée, relation d’équivalence, mais non d’entassement, qui permet en particulier un traitement « strictement » syntaxique (vs macrosyntaxique) dudit détachement avec rappel pronominal.

3De manière générale, cet examen des relations d’équivalence à la lumière de certaines relations d’entassement vise à mettre en avant une sorte de relations syntaxiques, (tout au moins en partie) d’ordre paradigmatique, dont l’existence est souvent minorée par rapport aux relations de dépendance. Sera également interrogée l’articulation entre relations d’équivalence et relations de dépendance.

2. La coordination : une relation d’équivalence consensuelle ?

4On évoquera tout d’abord la coordination, définie, par exemple par Riegel et al. (2009, pp. 873-874 [1994, p. 521]), de la manière suivante :

Au sens traditionnel du terme, il y a coordination lorsque deux unités de même niveau et assurant la même fonction syntaxique sont reliées par une conjonction de coordination. C’est l’absence de dépendance syntaxique entre les éléments reliés qui distingue la coordination de la subordination […]. D’un point de vue formel, il n’y a pas entre coordination et juxtaposition d’autre différence que la présence ou l’absence d’un terme relationnel qui implique un ou plusieurs termes antérieurs.

5Dans ce qui suit, il ne sera pas distingué entre coordination et juxtaposition, cette dernière étant considérée comme une coordination non marquée. On notera que ladite coordination de propositions « non dépendantes » ne saurait être prise en compte dans une telle description dans la mesure où celles-ci n’exercent aucune fonction syntaxique. Ce phénomène sera traité infra au § 2.3.

6La coordination, marquée ou non marquée, est présentée comme typique à la fois des relations d’entassement et des relations d’équivalence, et, à cet égard, est souvent nommée en premier.

2.1. La coordination parmi les relations d’entassement

7Le groupe Rhapsodie, dans le prolongement des travaux du cadre aixois de micro et macrosyntaxe, considère « qu’il y a entassement lorsque plusieurs syntagmes viennent occuper la même position régie », et ce au sein d’une unité rectionnelle, « unité maximale de la microsyntaxe, […] séquence construite autour d’une tête qui ne dépend microsyntaxiquement d’aucune autre unité » (Lacheret et al. 2011, p. 4). Ces entassements constituent des « listes » que Blanche-Benveniste et al. (1990, p. 290) décrivent comme « la succession de plusieurs réalisations lexicales d’une même place de rection, qui peut correspondre à des effets divers [dont la] coordination […] ». Blanche-Benveniste et al. (1990, p. 43) matérialisent, dans une représentation appelée « en grille », ces listes « (qui correspondent en partie aux “coordinations” traditionnelles) comme des alignements sur l’axe paradigmatique » et donnent l’exemple suivant (ici légèrement simplifié) :

  • 3 La ponctuation n’est pas indiquée.

Mon père mon frère […] apprenai[en]t à lire à écrire le samedi le dimanche aux enfants aux voisins par plaisir et par dévouement3
Mon père apprenai[en]t à lire le samedi aux enfants par plaisir
Mon frère à écrire le dimanche aux voisins par dévouement

  • 4 Par souci de simplicité, seules les conventions liées aux entassements sont signalées.

8Cet extrait, qui recouvre une seule unité rectionnelle, pourrait également être noté ainsi à la suite des conventions établies par le groupe Rhapsodie, où les accolades ouvrantes et fermantes marquent respectivement le début et la fin des listes, la balise, le point de jonction et l’accent circonflexe, l’éventuel marqueur d’entassement4 :

{mon père | mon frère} […] apprenai[en]t {à lire | à écrire} {le samedi | le dimanche} {aux enfants | aux voisins} {par plaisir | ^et par dévouement}

9Au sein du groupe Rhapsodie, Kahane & Pietrandrea (2012, p. 1814) proposent, avant tout sur un plan sémantique, une typologie des coordinations. Pour eux (2012, p. 1810), les coordinations sont des « entassements de re [qui] construisent une expression dont la dénotation diffère de la dénotation des conjoints » (par opposition aux « entassements de dicto [qui] établissent des relations entre formulations ; soit les conjoints n’ont pas réellement de dénotation (disfluence), soit les conjoints dénotent la même chose de différentes façons »). Ils dégagent les « coordinations additives », où « la dénotation de l’entassement est la réunion des dénotations des conjoints » et qui « sont généralement marquées par la présence dun joncteur conjonctif, en premier lieu et » (2012, p. 1814). Ces « coordinations additives » sont distinguées des « coordinations alternatives », où « les éléments dénotés par les conjoints sont potentiellement substituables les uns aux autres » et qui « sont marquées par la présence d’un joncteur disjonctif (ou, soit, ou bien) » (Kahane & Pietrandrea 2012, p. 1815). Les coordinations de ces deux sortes sont représentées dans l’exemple suivant :

avec Messi {qui va chercher le corner | ^et qui va trouver} {le corner | ^ou la touche | ^ou la sortie de but} (oral, D203 ; exemple emprunté à Kahane & Pietrandrea 2012, p. 1815).

10Kahane & Pietrandrea (2012, p. 1816) mettent également en avant des « coordinations hyperonymiques », « dont la valeur renvoie à un hyperonyme des conjoints, c’est-à-dire à une classe qui contient la dénotation des conjoints, mais qui ne correspond pas […] à une combinaison logique des dénotations » :

[on le voit] sortir euh {du pain | des brioches | des trucs comme ça} (oral, M023 ; exemple emprunté à Kahane & Pietrandrea 2012, p. 1816).

11Ainsi, du pain, des brioches, des trucs comme ça semble ici s’interpréter comme « toute sorte d’objets liés à la boulangerie », selon la paraphrase de Kahane & Pietrandrea (2012, p. 1817).

12Est aussi pointée une « coordination intensive », qui lie des « expressions identiques » avec « une fonction générale d’intensification du sens exprimé par le conjoint répété » (Kahane & Pietrandrea 2012, p. 1818). On note sur ce point une divergence avec les tout au moins premières représentations en grille du cadre aixois de micro et macrosyntaxe. En effet, Blanche-Benveniste et al. (1979, p. 177) précisent : « on a décidé de garder sous un seul syntagme […] les redoublements intensifs : parfait parfait, affreux affreux ».

2.2. La coordination parmi les relations d’équivalence

13Pour Feuillard-Aymard (1989, pp. 122-123), dans le cadre théorique de la linguistique fonctionnelle, « [les relations d’équivalence] s’établissent entre des [morphèmes] ou des syntagmes qui se trouvent dans un même type de rapport vis-à-vis de leur point d’incidence. Elles sont habituellement considérées comme relevant de la coordination […] ». C’est d’ailleurs bien ce qui apparaît dans la définition strictement syntaxique (à la différence de celle, traditionnelle, reposant avant tout sur un critère typographique ; voir notamment Berrendonner 2002, pp. 24-25) que Martinet (1979, p. 17) donne de la phrase :

  • 5 Dans la théorie fonctionnelle, le prédicat, élément central de la phrase, est un morphème (ou un en (...)

On appelle phrase l’ensemble des [morphèmes] qui sont reliés par des rapports de détermination ou de coordination à un même prédicat5 ou à plusieurs prédicats coordonnés [possédant un même actualisateur]. L’unité de la phrase est donc assurée par les différentes marques de détermination ou de coordination.

14Les relations syntaxiques qui s’exercent dans le cadre de la phrase, dénommées « de détermination » pour ce qui est de la dépendance, sont ainsi ramenées à la coordination pour ce qui est de l’équivalence.

15Feuillard-Aymard (1989, p. 137) précise de plus : « les éléments qui se trouvent en [relation d’équivalence] impliquent la mise en facteur commun de l’élément auquel ils se rattachent ; […] ils se situent à un même niveau hiérarchique ». De ce fait, il est possible de leur appliquer la procédure d’effacement, comme l’exprime tout particulièrement la définition de la coordination proposée par Martinet (1980 [1960], pp. 128-129) :

Il y a expansion par coordination lorsque la fonction de l’élément ajouté est identique à celle d’un élément préexistant dans le même cadre, de telle sorte que l’on retrouverait la structure de l’énoncé primitif si l’on supprimait l’élément préexistant (et la marque éventuelle de la coordination) et si l’on ne laissait subsister que l’élément ajouté […].

16Outre la procédure d’effacement, les éléments coordonnés admettent leur substitution par un seul pronom, dans la mesure où, suivant l’expression de Feuillard-Aymard (1989), une même fonction ou un même rôle sont assumés conjointement dans ce cas : Mon père mon frère apprenaient à lire aux enfants aux voisins (exemple adapté de Blanche-Benveniste et al. [1990, p. 43] ; voir supra au § 2.1.) / Ils leur apprenaient à lire. Lorsque la coordination est non marquée, ils acceptent également l’insertion d’un coordonnant : Mon père et mon frère apprenaient à lire aux enfants et aux voisins.

17Dans ce cadre théorique, les relations sont représentées dans des visualisations fonctionnelles, dont il est donné quelques exemples relatifs à la coordination ci-après. Les principes présidant aux visualisations fonctionnelles sont exposés dans Feuillard-Aymard (1989). Il est néanmoins utile de préciser que, dans les schémas suivants, la flèche à deux têtes matérialise une relation de dépendance bilatérale, c’est-à-dire prédicative, le cadre plein entourant un prédicat (selon la théorie fonctionnelle), que la flèche à une tête matérialise une relation de dépendance unilatérale orientée vers le point d’incidence et que le simple trait matérialise une coordination (lorsque le coordonnant est exprimé, il apparaît au milieu du trait). Si l’on prend l’exemple Luc regarde Jacques et Pierre, une première possibilité de représentation, privilégiée par Feuillard-Aymard (1989), repose sur un lien unique rattachant l’ensemble des éléments coordonnés (comme le signale l’accolade) à leur point d’incidence, la pronominalisation indiquant une seule fonction (Luc les regarde) :

Figure 1

Figure 1
  • 6 Complément d’objet direct. Cette abréviation ne sera plus explicitée par la suite.

Visualisation fonctionnelle 1 de la coordination6

18Cette unicité du lien se retrouve dans la représentation de l’« arbre à bulles » proposée par Kahane (1997), cité par Mazziotta (2012, p. 190). Le segment regarde Jacques et Pierre serait ainsi schématisé :

19

Figure 2

Figure 2

Représentation de l’« arbre à bulles »

20Si les éléments coordonnés sont introduits par des prépositions différentes, l’unicité du lien n’est néanmoins plus possible. La visualisation fonctionnelle de Luc marche dans la rue et sur la route sera alors nécessairement la suivante :

Figure 3

Figure 3

Visualisation fonctionnelle 2 de la coordination

21La visualisation fonctionnelle de Luc regarde Jacques et Pierre pourra également, sans qu’il y ait dans ce cas obligation, être la suivante :

Figure 4

Figure 4

Visualisation fonctionnelle 3 de la coordination

22Cette dernière forme de représentation n’est pas sans évoquer les stemmas (notamment le stemma 248) de Tesnière (1982 [1959], p. 327) relatifs à la jonction (voir aussi Mazziotta 2012, p. 188). Le segment regarde Jacques et Pierre serait ainsi schématisé :

Figure 5

Figure 5

Stemma de la jonction

23On notera que, dans les stemmas, les éléments coordonnés ne sont pas représentés à la verticale (dimension réservée aux relations de dépendance), mais à l’horizontale. À cet égard, il convient aussi de souligner que la visualisation fonctionnelle n’exploite pas prioritairement les axes horizontal et vertical, l’accent étant mis sur l’orientation des flèches.

24Une dernière possibilité de représentation des éléments coordonnés dans les visualisations fonctionnelles est la suivante :

25

Figure 6

Figure 6

Visualisation fonctionnelle 4 de la coordination

26Cette dernière forme de représentation, si elle promeut, comme la première, un lien unique entre les éléments coordonnés et leur point d’incidence, ne met en revanche pas en évidence l’intégration, sur un plan hiérarchique, du deuxième élément à la structure. Cette intégration ne se déduit que de l’existence du rapport d’équivalence. Les éléments coordonnés apparaissent de ce fait dépourvus, pour ainsi dire, de symétrie.

27Il est important de préciser que les visualisations fonctionnelles, quelle que soit leur forme, montrent un coordonnant inscrit dans la relation de coordination, dont il n’est, en outre, que la marque éventuelle. Autrement dit, comme le souligne Feuillard (1995, p. 247), alors que le subordonnant, en intégrant dans la structure l’élément qu’il introduit, est la condition de la mise en relation entre celui-ci et son point d’incidence, le coordonnant, à l’inverse, est seulement une conséquence de cette mise en relation, se contentant de signaler, d’une certaine façon « après coup », l’existence de deux rapports de dépendance (ou davantage) de la même sorte. Dans cette conception, le coordonnant ne saurait être « la tête de la coordination » (cette dernière étant nettement distinguée de l’énumération, sans coordonnant), contrairement à ce que « le souci de généraliser le système X-barre à la coordination a conduit à proposer » (Godard 2005, p. 14).

28Enfin, Feuillard-Aymard (1989) distingue la coordination de la simple coexistence, qui concerne uniquement des éléments assumant des fonctions non soumises au principe, parfois dit d’unicité, d’une seule fonction par proposition, tels, par exemple, les compléments circonstanciels. Dans ce cas, dénommé des « boîtes chinoises » ou des « poupées russes » (Martinet 1979, p. 163), la même fonction apparaît à plusieurs reprises avec, chaque fois, « une progression dans la spécification » (Martinet 1979, p. 163) : Luc marche dans Lyon, sur le cours Gambetta, près de la station de métro Garibaldi. Dans les exemples de cette sorte, bien que la fonction (ici, complément circonstanciel de lieu) soit identique, ses différentes instances ne sont pas coordonnées (et admettraient difficilement l’insertion d’un coordonnant : ? ?Luc marche dans Lyon, sur le cours Gambetta et près de la station de métro Garibaldi). Cette simple coexistence n’est pas signalée par une notation particulière, car les éléments impliqués, « tout en se trouvant dans un même type de rapport vis-à-vis d’une unité donnée, n’entretiennent entre [eux] aucune relation syntaxique » (Feuillard-Aymard 1989, p. 395) :

Figure 7

Figure 7

Visualisation fonctionnelle de la coexistence

2.3. De ladite coordination de propositions (non dépendantes) : vers des relations d’équivalence au-delà de la phrase ?

29Après un examen critique de la notion de coordination (et de celle de juxtaposition) de propositions non dépendantes, on se demandera néanmoins s’il est possible d’envisager des relations d’équivalence, en l’occurrence une coordination, au-delà d’une phrase définie à partir d’un critère uniquement syntaxique.

2.3.1. Le caractère problématique de la notion de coordination de propositions (non dépendantes)

30Ladite « coordination de propositions » bénéficie d’un ancrage traditionnel puisque l’expression date de 1862, où elle apparaît dans la Grammaire de la langue française de P.A. Lemaire, comme le signale Antoine (1996 [1958-1962], p. 210) (voir aussi Rousseau 2007, p. 23). On peut d’ailleurs souligner à cet égard qu’Antoine (1996 et 2001 [1958-1962]), dans son ouvrage intitulé La Coordination en français, a dans une grande part traité de la coordination interpropositionnelle.

31La grammaire de référence de Riegel et al. (2009, p. 781 [1994, pp. 469-470]) définit lesdites juxtaposition et coordination de propositions de la manière suivante :

Il y a juxtaposition lorsque la phrase complexe est formée d’une suite de deux ou plusieurs propositions qui pourraient être considérées chacune comme une phrase autonome, qui sont généralement séparées à l’oral par une pause et à l’écrit par un signe de ponctuation, mais dont le rapport n’est pas explicitement marqué par un mot de relation : Les chiens aboient, la caravane passe (proverbe). […] Il y a coordination lorsque la phrase complexe est formée d’une séquence de propositions juxtaposées dont la dernière au moins est reliée aux autres par un mot de liaison, qui peut être soit une conjonction de coordination, soit un adverbe conjonctif : Les chiens aboient, mais la caravane passe.

32Comme il a été rappelé supra au § 2., « au sens traditionnel du terme, il y a coordination lorsque deux unités de même niveau et assurant la même fonction syntaxique sont reliées par une conjonction de coordination » (Riegel et al. 2009, pp. 873-874 [1994, p. 521]). Or, la notion de coordination est ici appliquée à des propositions pouvant « être considérées chacune comme une phrase autonome » (Riegel et al. 2009, p. 781 [1994, p. 469]) et n’étant donc pas en mesure d’exercer une fonction syntaxique. La coordination de propositions est alors présentée par Riegel et al. (2009, p. 874 [1994, p. 521]) comme pertinente uniquement par un glissement de la fonction à la « catégorie » :

Il s’agit en somme d’un procédé […] séquentiel, qui permet de démultiplier une catégorie de départ (proposition, syntagme ou mot) en une chaîne de catégories identiques. Ainsi, la phrase (ou la proposition) est la catégorie grammaticale commune à la totalité de la séquence Le vent soufflait, la pluie tombait et la mer était agitée et aux trois segments qui la composent.

33Riegel et al. (2009, p. 875 [1994, p. 522]) imputent pourtant « l’agrammaticalité » des phrases suivantes à :

[…] la coordination de deux éléments de fonction différente (mais éventuellement de même nature) : *Je vais à l’école (complément d’objet indirect) et à mon grand désespoir (complément circonstanciel) *Les invités ont été introduits par la grande porte (complément locatif) et par le majordome (complément d’agent).

34Par ailleurs, ils indiquent que « [la phrase] est formée de constituants (elle est construite) sans être elle-même un constituant (elle n’entre pas dans une construction syntaxique d’ordre supérieur et n’a donc pas de fonction grammaticale au sens ordinaire du terme) » (Riegel et al. 2009, p. 203 [1994, p. 104]). C’est donc, dans un premier temps, la proposition qui est désignée comme un constituant avant, dans un deuxième temps, d’être assimilée à la phrase. La coordination de propositions, définie comme la « démultipli[cation] [d’]une catégorie de départ, [en l’occurrence la] proposition » (Riegel et al. 2009, p. 874 [1994, p. 521]), aboutirait ainsi, dans l’exemple supra, à une proposition constituée de trois propositions, ou à une phrase constituée de trois phrases, même si la tradition grammaticale, ne souhaitant pas appeler « par le même terme l’unité et les composantes de cette unité » (Combettes 2011, p. 17), a, dans un tel cas, maintenu la notion de proposition pour renvoyer aux composantes et réservé la notion de phrase à l’unité. Or, ce qui est ici dénommé phrase ne peut l’être que sur la base d’un critère de démarcation typographique selon lequel une phrase commence par une majuscule et se termine par un signe de ponctuation forte. Ce critère est pourtant décrié par Riegel et al. (2009, p. 202) car il « constitue une condition qui n’est ni nécessaire ni suffisante ». En revanche, peut-être paradoxalement au premier abord, chacune desdites propositions coordonnées (ou juxtaposées) est bien une phrase au regard d’un critère syntaxique, tel qu’il est mis en œuvre dans la définition de la phrase proposée par exemple supra au § 2.2. par Martinet (1979). Par conséquent, comme en prend acte Béguelin (2000, p. 128), au sein d’un autre cadre de micro et macrosyntaxe, dit fribourgeois, « les relations de coordination [entre phrases] relèvent dun niveau danalyse spécifique, extérieur au domaine phrastique ».

  • 7 On rappelle (voir supra au § 2.1.) que l’unité rectionnelle est l’« unité maximale de la microsynta (...)

35De manière convergente avec la constatation précédente, Kahane & Pietrandrea (2012, p. 1813) précisent que « n’est pas considéré[e] comme [un] entassement la coordination reliant deux ou plusieurs unités rectionnelles7 » puisque, « par définition, les unités rectionnelles sont des unités maximales pour la rection et [que,] par conséquent, […] deux unités rectionnelles coordonnées [ne sauraient occuper] une même position régie, puisque position régie il n’y a pas ».

36Feuillard-Aymard (1989, p. 128) souligne de même le manque de validité syntaxique de la notion de coordination de phrases : « dans une perspective strictement syntaxique, la coordination entre phrases ne présente pas d’intérêt, dans la mesure où elle ne permet à aucun élément particulier de fonctionner ».

2.3.2. Vers des relations d’équivalence au-delà de la phrase ?

37Le côté problématique de ladite coordination de propositions ayant été rappelé, Feuillard-Aymard (1989, pp. 128-130 et 393-394) prend néanmoins en considération la coordination entre phrases, définies au regard d’un critère uniquement syntaxique comme c’est le cas dans Martinet (1979), lorsque ces dernières partagent une (ou plusieurs) expansion(s), car, alors, elles « perdent leur autonomie par suite du rattachement [à leurs] prédicats de mêmes subordonnés » (Feuillard-Aymard 1989, p. 128). Peut-on analyser les phrases dans cette situation comme se trouvant dans des relations d’équivalence ?

38Dans Rossi-Gensane (2010), nous nous étions concentrée sur des phrases, d’une part, possédant en commun un complément circonstanciel de temps, placé à l’initiale, sous la forme d’une proposition subordonnée introduite par quand, et, d’autre part, coordonnées (pour les deux dernières phrases) par et. Il convient tout d’abord de préciser que les compléments circonstanciels en position frontale sont susceptibles d’exercer une influence sémantique au-delà de leur phrase d’accueil (définie sur un plan syntaxique, et non à partir d’un critère typographique) et sont alors parfois appelés cadratifs (voir par exemple Charolles & Péry-Woodley 2005). Pour autant, lorsque ces compléments circonstanciels « indexent », sur un plan sémantique, plusieurs phrases, dans quelles conditions est-il possible de parler de mise en commun sur un plan syntaxique ? Pour tenter de répondre à cette question, nous nous sommes appuyée sur des indices, mentionnés dans les travaux de Charolles, délimitant la portée de certains circonstants, comme le changement de temps verbal ou l’apparition d’un nouveau circonstant. L’incidence syntaxique pouvant être considérée comme conditionnée à la portée sémantique, ces indices sont également pertinents sur un plan syntaxique. Nous avons de plus proposé (voir Rossi-Gensane 2010) le test de l’insertion du circonstant en tête de la phrase subséquente coordonnée, ainsi que le test de permutation des phrases coordonnées. Dans Rossi-Gensane (2010), nous avons de cette façon dégagé trois cas de figure. Nous n’évoquerons ici, brièvement, que l’un d’entre eux, pour lequel nous avons pu montrer une véritable mise en commun du complément circonstanciel qui semble alors « indexer » dans une même mesure chacune des phrases sous sa portée et, également (et surtout), être syntaxiquement incident à chacun des prédicats de ces dernières.

39Dans ce cas de figure, les possibilités d’insertion du complément circonstanciel et de permutation des phrases sont vérifiées. Le temps affectant les prédicats verbaux des phrases (fréquemment, le présent, l’imparfait ou, moins fréquemment, le futur de l’indicatif) reste le même. Ces temps sont aisément compatibles avec des verbes d’état ou d’activité (Vendler 1967), lesquels ne s’inscrivent pas dans une progression chronologique. La succession des différentes phrases coordonnées n’obéit donc pas à un ordre linguistique préférentiel et la référence temporelle exprimée par le complément circonstanciel y est valide à égalité :

  • 8 Les phrases, définies à partir d’un critère uniquement syntaxique, sont délimitées par de doubles b (...)

Quand je suis revenue, le sapin était à terre, // la terre était partout, // Freddy gambadait // et Eugenio faisait un dessin pour m’exprimer son affection indéfectible dans ces circonstances pénibles. // (G. Brisac, Week-end de chasse à la mère, 1996, pp. 65-66 ; exemple cité dans Rossi-Gensane 2010)8.
/ la terre était partout, Freddy gambadait, Eugenio faisait un dessin […] et le sapin était à terre.
/ Freddy gambadait, Eugenio faisait un dessin
[…], le sapin était à terre et la terre était partout.

Quand je suis revenue, la terre était partout.
Quand je suis revenue, Freddy gambadait.
Quand je suis revenue, Eugenio faisait un dessin
[…].

40D’autres exemples relèvent de ce cas de figure, tels les deux suivants tirés de l’oral, que le complément circonstanciel corresponde à une proposition subordonnée, ou pas, et que la coordination soit marquée par un autre coordonnant, tel ou, ou non marquée :

Bon le vendredi soir de temps en temps on va en boîte de nuit, // autrement on fait la fermeture de café // ou autrement on va chez un copain boire un verre ou… // (Detey et al. (2010), Corpus d’extraits PFC9, Vendée)
Hein, comme ça, quand je reviens euh… le lave-vaisselle tourne, // la machine à laver tourne, // le séchoir tourne. // (Detey et al. (2010), Corpus d’extraits PFC, Namur, Belgique)

41Dans ce cas de figure, où le circonstant apparaît comme syntaxiquement incident au prédicat de chacune des phrases subséquentes coordonnées, ces phrases (définies, rappelons-le, à partir d’un critère uniquement syntaxique) ou les prédicats de ces phrases se trouvent, d’une certaine façon, mises ou mis en équivalence. Toutefois, sans doute serait-il plus juste de parler de relations d’équivalence inversées dans la mesure où il ne s’agit pas d’éléments entretenant une même relation de dépendance vis-à-vis d’un autre élément mais, au contraire, d’éléments (les prédicats) vis-à-vis desquels un autre élément (le circonstant) entretient une même relation de dépendance (voir Rossi-Gensane 2010). Est ainsi posé, dans le domaine des relations d’équivalence, le problème de la différence de traitement, ou non, entre éléments régis et éléments recteurs.

3. Autourde l’apposition

42L’apposition ne semble pas rangée de manière aussi consensuelle que la coordination dans les relations d’équivalence et dans les relations d’entassement. Il s’agit d’ailleurs, plutôt que d’une relation, d’une fonction, incidente à un nom ici (selon le seul cas considéré, voir infra aux § 3.1. et § 3.1.1.) et qui ne saurait donc partager avec ce dernier un même point d’incidence. Ainsi définie, l’apposition ne peut être vue comme exerçant (parallèlement) la même fonction que son point d’incidence, mais seulement comme ayant la possibilité d’en prendre la relève (on glisse alors vers une même fonction potentielle). L’apposition n’apparaît d’ailleurs plus dans les dernières typologies des relations d’entassement proposées par le groupe Rhapsodie et c’est notamment la notion de (re)formulation, d’ordre sémantique, qui est mise en avant. Dans les relations d’équivalence est proposée d’emblée la notion de relais, qui peut être vue comme un traitement syntaxique possible de la reformulation.

3.1. Éléments de définition de l’apposition : quelques rappels

  • 10 Il est à cet égard intéressant de rappeler que le terme apposition signifie, de par son étymologie (...)
  • 11 Comme il sera de nouveau expliqué infra au § 3.1.1., l’apposition de phrase, à part (voir Neveu 200 (...)

43Riegel et al. (2009, p. 354 [1994, p. 190]) définissent le syntagme nominal apposé comme étant « placé à la suite d’un autre [syntagme] nominal », tout en précisant plus loin (2009, p. 355 [1994, p. 191]) que, dans le cas de syntagmes nominaux sans déterminant, ceux-ci peuvent néanmoins précéder leur syntagme nominal « de rattachement » s’il est sujet10 : Capitale des Gaules, Lyon a une longue histoire. L’apposition est ainsi présentée comme susceptible de posséder un point d’incidence nominal, ce qui représente une particularité puisque la plupart des fonctions portent sur le verbe ou sur la phrase11.

44Pour Riegel et al. (2009, p. 354 [1994, p. 190]), si « on ajoute généralement que les deux [syntagmes] nominaux sont dans un rapport d’identité référentielle, […] il serait plus juste de dire que le syntagme nominal apposé correspond à l’attribut d’une phrase à verbe être » : Lyon était la capitale des Gaules / Lyon, qui était la capitale des Gaules, a une longue histoire.

  • 12 Pour l’apposition, en relation au critère référentiel, un mode lié et un mode détaché ont de très l (...)

45Une grande importance est en effet souvent accordée à un critère référentiel12, comme il est par exemple reflété dans la définition proposée par Grevisse (1988 [1936], p. 553) : « il y a une sorte d’identité, de consubstantialité, puisqu’ils désignent la même réalité entre le nom et son apposition ». Il convient de noter que cette identité référentielle postulée doit alors être établie entre deux syntagmes (dans l’exemple donné ici, entre Lyon et la capitale des Gaules et non entre Lyon et capitale), dans la mesure où le nom hors discours, seulement doté d’une extension, ne réfère pas.

  • 13 Des différences syntaxiques peuvent néanmoins être notées entre apposition et attribut. Le segment (...)

46Comme pour Riegel et al. (2009 [1994]), pour Forsgren (2000, p. 36), « l’apposition se présente […] comme une variante attributive »13. Riegel et al. (2009, p. 354 [1994, p. 190]) précisent cependant que « l’absence facultative du déterminant, très strictement limitée pour les attributs nominaux, est beaucoup plus étendue pour les appositions » : Lyon, (la) capitale des Gaules / Lyon était la capitale des Gaules / *Lyon était capitale des Gaules. La paraphrase est également empêchée, comme le note Noailly (2000, pp. 51-52), lorsque le syntagme apposé comporte un déterminant démonstratif, les attributs ne revêtant que difficilement cette forme : Mais les larmes, ce premier soulagement des grandes douleurs, lui manquèrent tout à fait… (Stendhal, La Chartreuse de Parme ; exemple emprunté à Noailly 2000, p. 50) / *Les larmes sont ce premier soulagement des grandes douleurs.

3.1.1. Du caractère référentiel, ou non, de l’apposition

47L’apposition peut consister en un syntagme dont le noyau est un nom commun (qu’il soit ou non introduit par un déterminant), un nom propre, un adjectif, un participe (présent ou passé, même si l’élément apposé, dans le premier cas, ne saurait correspondre à l’attribut d’une phrase à verbe être et, dans le second cas, n’y correspondrait qu’en apparence, être faisant alors office d’auxiliaire, et non de copule), un verbe à l’infinitif ou peut consister, encore, en un syntagme formé par une proposition subordonnée conjonctive complétive.

48Alors qu’il s’agit de situer l’apposition au sein des relations d’entassement et des relations d’équivalence, il semble particulièrement pertinent de dissocier les syntagmes apposés qui ne peuvent s’intégrer syntaxiquement à la phrase après effacement de ce qui est présenté comme leur point d’incidence, de ceux, également dits apposés, qui, supportant (sans transformation) cet effacement, sont seuls candidats à participer de telles relations. Néanmoins, dès lors que l’élément nominal contigu est analysé comme point d’incidence, il convient d’immédiatement préciser que l’apposition ne pourra relever de ces relations que dans une conception élargie. Il n’est en effet plus possible, dans ce cas, de considérer les deux éléments comme occupant « une même place de rection » (Blanche-Benveniste et al. 1990, p. 290) puisqu’ils n’auront pas un point d’incidence identique.

  • 14 Riegel et al. (1994, p. 167) remarquent à ce propos que « l’absence de déterminant [apparaît] comme (...)
  • 15 Comme il a déjà été mentionné supra au § 3.1., les appositions de phrase ne sont pas prises en comp (...)

49Les appositions adjectivales et participiales nécessitent le maintien de leur point d’incidence, de même que les appositions constituées d’un syntagme nominal sans déterminant, plus proches dans ce cas d’un syntagme adjectival que d’un syntagme nominal14 : Lyon, capitale de la France, a une longue histoire / *Capitale de la France a une longue histoire vs Lyon, la capitale de la France, a une longue histoire / La capitale de la France a une longue histoire15. A contrario, il est significatif que la permutation de deux syntagmes nominaux avec déterminant, ou d’un syntagme nominal avec déterminant et d’un syntagme nominal constitué d’un nom propre (où le second dans l’ordre linéaire est apposé au premier), s’accompagne d’un changement de fonction, l’élément initialement premier devenant apposition : Lyon, la capitale de la France, a une longue histoire / La capitale de la France, Lyon, a une longue histoire. Autrement dit, à l’inverse de syntagmes adjectivaux ou participiaux (ou nominaux sans déterminant), des syntagmes nominaux avec déterminant ou des syntagmes nominaux constitués de noms propres peuvent prendre la relève de leur point d’incidence. De prime abord, cette constatation semble devoir être reliée au caractère référentiel ou non du syntagme apposé. En effet, seuls paraissent en mesure de se substituer à leur point d’incidence les syntagmes qui, sur un plan sémantique, désignent, par opposition à ceux qui caractérisent (tels, dans ce dernier cas, également, les syntagmes nominaux sans déterminant). Or, il convient de préciser ce caractère référentiel et de l’articuler au statut de prédicat secondaire généralement accordé à l’apposition.

50Lorsqu’un caractère référentiel est reconnu au point d’incidence de l’apposition ainsi qu’à l’apposition elle-même, les deux éléments ne sont, pour autant, pas nécessairement vus comme coréférentiels. Ainsi, pour Forsgren (2000, p. 36), « la coréférence […] ne représente qu’un trait descriptif d’un sous-type d’apposition, notamment l’apposition prototypique ou “canonique” ». En constitue un exemple Lyon, la capitale des Gaules, où, selon Forsgren (2000 : 37), « il y a entre les deux syntagmes nominaux […], la base […] et la prédication seconde […], coréférence au sens fort ». Forsgren (2000, p. 37) évoque « un prédicat d’identité ou équatif » et signale que le type équatif est « le seul à apparaître dans tous les registres de langue, du discours le plus formel jusqu’au registre le plus quotidien ».

51De fait, la relation entre point d’incidence et apposition est rarement présentée comme coréférentielle, soit parce qu’elle est vue comme spécifique d’un type particulier d’apposition (le type équatif), soit parce que de nombreux auteurs (à l’inverse de Forsgren) opposent « pôle référentiel » et « pôle attributif » (Noailly 2000, p. 52). En conséquence, selon Noailly (2000, p. 47) :

[…] discursivement, le rapport peut s’établir de telle sorte qu’un seul des deux [syntagmes nominaux] sera référentiel, et jouera le rôle de support, alors que l’autre, quelque référentiel que sa forme intrinsèque lui permette d’être, n’exercera plus cette capacité du fait même de son caractère d’apposé. On ne saurait parler donc de coréférentialité à propos de ces ensembles discursifs, puisque, ce qui les distingue précisément de configurations proches, c’est que, de la façon dont ils se présentent, celui des deux qui pourrait ailleurs être référentiel ne réfère pas, et ne fournit qu’un commentaire, syntaxiquement facultatif en général.

52De même, Neveu (2000b, p. 108) « retien[t] l’hypothèse selon laquelle, dans le système appositif, détachement et prédication seconde entraînent le blocage de tout mécanisme référentiel du segment concerné, lequel a pour fonction générale de prédiquer les propriétés du support et non pas de désigner un référent ».

3.1.2. De la prédication seconde

53Comme le soulignent Havu & Pierrard (2008, p. 11), la notion de prédication seconde recouvre des constructions hétérogènes dont aucune ne « répond pleinement à l’ensemble des traits [caractéristiques] avancés ». Cependant, les appositions nominales à point d’incidence nominal en vérifient la plupart des propriétés : « l’instauration d’un lien prédicatif de type attributif entre un thème et un prédicat […] mais sans marque verbale de prédication […] », « un rapport de dépendance du [prédicat second] envers une prédication supérieure », la « position périphérique du [prédicat second] par rapport à la structure argumentale de l’énoncé […] et [l’]apport de sens facultatif » (Havu & Pierrard 2008, p. 8). Suivant Forsgren (2000, p. 43), « si l’apposition doit être considérée comme une variante attributive […], la pause, à l’instar de la copule être, joue le rôle de marqueur prédicatif ». Cette pause est généralement reflétée par une virgule à l’écrit.

  • 16 Rappelons que les appositions de phrase ne sont pas prises ici en compte.

54C’est en raison de son caractère de prédicat second que l’apposition ne peut être incidente à un verbe conjugué. En effet, Aymard (1975, p. 142) souligne que, dans la mesure où le point d’incidence ancre dans la phrase un prédicat second, celui-là peut être rapproché d’un sujet. Ne saurait donc être un point d’incidence de l’apposition, parce qu’il n’est pas apte à exercer la fonction sujet, le verbe conjugué (le même raisonnement est en outre étendu par Aymard (1975, p. 142) à l’adjectif et à l’adverbe). A contrario, le point d’incidence de l’apposition peut être un nom, un pronom (voir aussi infra au § 4.la notion de reprise syntaxique) ou encore un verbe à l’infinitif16. L’incapacité de l’apposition à être incidente à un verbe conjugué confirme que, même si l’élément nominal apposé à un autre élément nominal peut dans certains cas en prendre la relève, l’un et l’autre ne sauraient être vus comme partageant un point d’incidence identique, en particulier lorsqu’il s’agit d’un verbe pour celui-ci, et ce à cause du caractère de prédicat second de celui-là. Autrement dit, l’élément nominal apposé à un autre élément nominal n’en reste pas moins intégré à la structure par ce dernier, ce que reflètent notamment les stemmas (165 et 166) de Tesnière (1982 [1959], pp. 164-165) relatifs à l’apposition. La phrase Lyon, la capitale des Gaules, a une longue histoire serait ainsi schématisée :

Figure 8

Figure 8
  • 17 La structure du syntagme la capitale des Gaules, comme celle du syntagme une longue histoire, n’est (...)

Stemma de l’apposition17

55On notera que, dans les stemmas, de même que les éléments coordonnés (voir supra au § 2.2., figure 5, ainsi que Mazziotta 2012, p. 196), les éléments apposés sont représentés à l’horizontale, et non à la verticale (dimension réservée aux relations de dépendance). En revanche, le rattachement de l’élément apposé se fait par l’intermédiaire du premier élément nominal, au contraire de ce qui se produit pour les éléments coordonnés, où chacun s’intègre à la structure, sinon indépendamment, du moins conjointement (voir toutefois la figure 6, « Visualisation fonctionnelle 4 de la coordination »). Par ailleurs, le caractère de prédicat second n’est pas indiqué dans le stemma, à la différence de la visualisation fonctionnelle qui met ainsi d’autant plus en évidence le rattachement de l’élément apposé par le premier élément nominal (voir Feuillard-Aymard 1989, p. 387) :

Figure 9

Figure 9

Visualisation fonctionnelle de l’apposition

56Dans ce dernier schéma, le noyau du syntagme apposé est relié au premier élément nominal à la fois par une flèche à une tête matérialisant une relation de dépendance unilatérale (dans la mesure où il est une détermination, au sens large, de ce premier élément nominal) et par une flèche à deux têtes indiquant aussi, entre les deux éléments, une relation de dépendance bilatérale, c’est-à-dire prédicative. Le noyau du syntagme apposé est en outre entouré d’un cadre en pointillés signalant un prédicat second (à la différence d’un cadre plein indiquant, dans la théorie fonctionnelle, un prédicat premier). Apparaît ainsi nettement ce qui peut être considéré comme une spécificité de l’apposition : être dans le même temps élément subordonné (au sens large) et prédicat second.

3.2. De l’apposition, parmi les relations d’entassement…

3.2.1. Le cadre aixois

3.2.1.1. Les appositions à « désignation multiple »

57Comme il a déjà été souligné, l’apposition, du fait de son caractère de prédicat second, ne peut être envisagée comme relevant de relations d’entassement que dans une conception large, où elle n’occuperait que potentiellement la « même place de rection » (Blanche-Benveniste et al. 1990, p. 290) que l’élément nominal qui lui est antéposé et qui est analysé comme son point d’incidence. Blanche-Benveniste & Caddéo (2000, p. 65) excluent d’ailleurs de telles relations les appositions qu’elles dénomment à « statut de prédicat secondaire », où « les deux syntagmes n’ont pas la même détermination et ne pourraient pas exercer le même rôle fonctionnel ». Ces cas recouvrent notamment ceux où l’un des syntagmes n’est pas déterminé. Ils comprennent également des combinaisons de syntagmes nominaux introduits chacun par un déterminant différent, avec « des effets sémantiques “hyperonyme-hyponyme”, ou “hyponyme-hyperonyme” » (Blanche-Benveniste & Caddéo 2000, p. 66) : « j’avais pris le chien de ma sœur un labri (Corpus, Conversation, Adulte) » (exemple emprunté à Blanche-Benveniste & Caddéo 2000, p. 66). On notera néanmoins, pour les cas de cette dernière sorte, que les deux syntagmes nominaux sont mutuellement substituables et que le point d’incidence de l’apposition est effaçable (ce qui révèle l’aptitude de l’élément apposé à devenir, sans transformation, référentiel) : j’avais pris un labri le chien de ma sœur / j’avais pris un labri.

58Les appositions à « statut de prédicat secondaire » sont distinguées par Blanche-Benveniste & Caddéo (2000, p. 61) des appositions à « désignation multiple », qui entrent dans des relations dentassement dans la mesure où elles sont décrites comme étant en « concurrence dans un même fonctionnement syntaxique ». Dans ce cas, Blanche-Benveniste & Caddéo (2000, p. 61) précisent que les deux syntagmes nominaux sont « déterminés de façon équivalente ». Il s’agit exclusivement d’identité référentielle, où les « dénominations renvoient à un seul et même réfèrent » (Blanche-Benveniste & Caddéo 2000, p. 61). Deux cas, parfois indécidables, peuvent alors se présenter, comme il est illustré par l’exemple suivant emprunté à Blanche-Benveniste & Caddéo (2000, p. 61) :

Philippe par contre je peux te proposer quelque chose qui te fera faire un entraînement complet — un travail de résistance et qui sera plus adapté à la dizaine d’années qui arrive (Castagné, 13,5-9).

59Dans le premier cas, il s’agit, selon Blanche-Benveniste & Caddéo (2000, p. 61), d’une « sorte de synonymie » ou encore, « plus précisément, […] [d’]une relation d’[hypo/]hyperonymie » si « travail de résistance » est vu comme une forme particulière d’« entraînement complet » :

« Philippe par contre je peux te proposer quelque chose qui te fera faire [un exercice qui peut s’appeler de deux façons] un entraînement complet — un travail de résistance et qui sera plus adapté à la dizaine d’années qui arrive » (paraphrase empruntée à Blanche-Benveniste & Caddéo 2000, p. 61).

60Dans le second cas, on a affaire à « une retouche », « le locuteur a[yant] lancé la première [dénomination] pour l’effacer et la remplacer par la seconde » (Blanche-Benveniste & Caddéo 2000, p. 62) :

« Philippe par contre je peux te proposer quelque chose qui te fera faire un entraînement complet [ou pour le dire plus exactement] un travail de résistance et qui sera plus adapté à la dizaine d’années qui arrive » (paraphrase empruntée à Blanche-Benveniste & Caddéo 2000, p. 62).

61Blanche-Benveniste & Caddéo (2000, p. 62) précisent que « la seule différence entre […] synonymie et […] retouche réside dans la mention intentionnelle ou non du deuxième terme : intentionnel de la part du locuteur [pour la synonymie], non intentionnel [pour la retouche] ». Néanmoins, elles indiquent des exemples issus de la littérature admettant selon elles les deux interprétations, soit de « type synonymique », soit avec « effet de retouche » (2000, p. 64) :

Un homme, un pèlerin, un mendiant, n’importe, / Est là qui vous demande asile. (Hugo, Hernani, III, 1 ; exemple cité par Blanche-Benveniste & Caddéo 2000, p. 64)

  • 18 Noailly (2000, p. 54) présente ainsi, sur un plan sémantique et énonciatif, la reformulation : […] (...)

62Or, à la lumière de tels cas, montrant que lesdites retouches sont susceptibles de se trouver dans des écrits préparés, une distinction entre synonymie et retouche reposant uniquement sur le caractère respectivement intentionnel ou non de la mention du second terme apparaît discutable. Blanche-Benveniste & Caddéo (2000, p. 64) ajoutent également que la retouche, pour laquelle il y aurait reformulation, constitue l’« un des cas où les grammairiens refusent l’interprétation par apposition ». De même que ces derniers, et à l’inverse de Blanche-Benveniste & Caddéo (2000), Noailly (2000, p. 57) considère que la reformulation18 n’entre pas dans le « modèle appositif » puisque les deux dénominations, coréférentielles, sont, précisément, référentielles (voir supra au § 3.1.1.). Ce n’est que lorsque « la relation entre les deux [syntagmes nominaux] peut faire l’objet d’une prédication » qu’est possible une analyse en termes d’apposition (Noailly 2000, p. 56) :

Mais il enlevait pas son chapeau, sa poêle à marrons d’artiste. (Céline, Mort à crédit ; exemple emprunté à Tamba 1975, citée par Noailly 2000)

63Selon Noailly (2000, p. 56), dans de tels cas, représentés par l’exemple précédent, les dénominations successives n’appartiennent pas au « même domaine d’interprétation » et il s’agit, le plus souvent, de « construire une métaphore » : « son chapeau est comme une poêle à marrons » (paraphrase empruntée à Noailly 2000, p. 56).

3.2.1.2. De l’ambiguïté entre coordination et apposition

64Outre la distinction parfois ténue entre « synonymie » et « retouche », au sein de ce que Blanche-Benveniste & Caddéo (2000) voient comme relevant de l’« apposition à désignation multiple », il est signalé par ces mêmes auteurs des cas difficilement décidables entre l’apposition de cette sorte et la coordination non marquée par un coordonnant, appelée « coordination asyndétique ». Ainsi, l’exemple cité supra au § 3.2.1.1., emprunté à Blanche-Benveniste & Caddéo (2000, p. 61), admet une troisième interprétation, dite de « coordination avec effet d’énumération », « où les deux dénominations renvoient à deux référents distincts » (Blanche-Benveniste & Caddéo 2000, p. 61) :

« Philippe par contre je peux te proposer quelque chose qui te fera faire
1° un entraînement complet –
2° un travail de résistance – et qui sera plus adapté à la dizaine d’années qui arrive
 » (paraphrase empruntée à Blanche-Benveniste & Caddéo 2000, p. 61).

65Blanche-Benveniste & Caddéo (2000, p. 62) notent de nombreux cas d’ambiguïté quant à la présence d’un ou de plusieurs référents, en particulier en français parlé spontané, et « rapproche[nt] [de ce fait] apposition [et] coordination asyndétique », lesquelles relèvent toutes deux des relations d’entassement.

66D’autres exemples issus de romans présentent également une ambiguïté, entre « synonymie » et « retouche », au sein de l’« apposition à désignation multiple », ainsi qu’entre apposition de cette sorte et « coordination asyndétique » :

J’ai peur d’affirmer dans quel camp je me trouve pour ne pas avoir à combattre les railleries de ces contemporains qui m’apprécient et louent mon humour sceptique, ma distance toute matérielle. (F. Deghelt, Les Brumes de l’apparence, Babel, 2015, p. 330)

67Dans le premier cas, « distance toute matérielle »serait une forme particulière d’« humour sceptique » ; « mon humour sceptique, ma distance toute matérielle » pourrait être paraphrasé, dans le deuxième cas, par « mon humour sceptique, [c’est-à-dire/ou plutôt] ma distance toute matérielle » et, dans le troisième cas, par « mon humour sceptique et ma distance toute matérielle ».

  • 19 À la suite de G. Kleiber & M. Vuillaume (2011), cités par Huyghe (2015, p. 8), on précisera qu’un n (...)

68L’ambiguïté est d’autant plus importante quand les noms concernés sont abstraits19, comme le remarque Grevisse (1993 [1936], p. 680), cité par Blanche-Benveniste & Caddéo (2000, p. 65) : « Lorsqu’il ne s’agit pas d’un être ou d’objets concrets, il est plus difficile de savoir clairement si les auteurs envisagent réellement les mots coordonnés comme recouvrant un concept unique, la synonymie étant souvent affaire de sentiment personnel ».

69Dans l’exemple suivant, les syntagmes nominaux concernés sont plus de deux :

L’homme de ma vie m’avait déclarée folle, ce serait désormais un choix délibéré, une vocation, une vérité de bousculer les frontières de la normalité. (F. Deghelt, Les Brumes de l’apparence, Babel, 2015, p. 219)

70Pour Noailly (2000, pp. 53-54), il s’agit alors soit d’une coordination, soit d’une « reformulation, où les [syntagmes nominaux] successifs, qu’ils soient deux ou plus de deux, sont à chaque fois compris comme rectifiant le précédent, et se substituant à lui, comme une meilleure approximation de l’à- dire » :

/ ce serait désormais un choix délibéré, une vocation et une vérité de bousculer les frontières de la normalité
/ ce serait désormais un choix délibéré, en d’autres termes une vocation, ou encore une vérité de bousculer les frontières de la normalité.

3.2.2. Le groupe Rhapsodie

71Kahane & Pietrandrea (2012, p. 1827) excluent des relations d’entassement certaines « appositions prédicatives », telles que les appositions sans déterminant : dans « Philippe Lemaire, avocat des parties civiles, le deuxième conjoint ne remplit pas toutes les conditions morphologiques pour commuter avec le premier : syntaxiquement, ce type d’apposition ne constitue pas un entassement ». Ils incluent les reformulations dans les relations d’entassement (2012 : 1809). Est notamment distinguée la « reformulation dénotative » où « un locuteur [propose] une première formulation dénotative et y [revient] à plusieurs reprises pour la remplacer par d’autres formulations » (Kahane & Pietrandrea 2012, p. 1819), qui se rapproche sans doute de l’apposition à « désignation multiple » avec retouche de Blanche-Benveniste & Caddéo (2000) :

  • 20 On rappelle que, conformément aux conventions établies par le groupe Rhapsodie, les accolades ouvra (...)

Et j’avais {une circonscription | un […] rayon d’action} d’à peu près euh cent kilomètres tout autour de cet endroit (oral, D204 ; exemple emprunté à Kahane & Pietrandrea 2012, p. 1816)20.

72Kahane & Pietrandrea (2012, p. 1820) isolent aussi la « double formulation », « entassement de dicto » comme la formulation dénotative, néanmoins, à la différence de cette dernière, « additif » et non « alternatif », car « ce procédé ne consiste pas à substituer une dénotation à une autre, mais à cumuler plusieurs dénotations pour un même élément » :

{Lyon | la capitale des Gaules} a une longue histoire

73Il s’agirait sans doute dans ce dernier cas d’une reformulation, plutôt que d’une apposition, pour Noailly (2000) et d’une apposition à « désignation multiple » de type synonymique pour Blanche-Benveniste & Caddéo (2000), toutefois sans que l’on ait affaire à des syntagmes avec le même déterminant.

74Enfin, il convient de remarquer que Kahane & Pietrandrea (2012), contrairement à Gerdes & Kahane (2009), n’utilisent pas la notion d’apposition pour rendre compte des différents types d’entassements (voir notamment Kahane & Pietrandrea 2012, p. 1824). La « double formulation » est ainsi présentée comme une « extension de la construction appelée […] apposition non restrictive » seulement dans le corps du texte (Kahane & Pietrandrea 2012, p. 1820).

3.3. … au relais, parmi les relations d’équivalence

75L’apposition, analysée par Feuillard-Aymard (1989, p. 135) comme un « subordonné prédicatif », n’est pas rangée dans les relations d’équivalence. Le syntagme en apposition et le syntagme auquel ce dernier est apposé ont des points d’incidence différents puisque c’est précisément le syntagme recevant l’apposition qui en constitue le point d’incidence. Autrement dit, dans le cas où deux syntagmes nominaux avec déterminant se suivent, le second, apposé au premier, n’est intégré à la phrase que par celui-ci, pour sa part en relation syntaxique avec un autre élément de la phrase. Pour Feuillard-Aymard (1989, p. 135), ce n’est donc pas l’apposition qui appartient aux relations d’équivalence, mais la relation qu’elle nomme « relais » :

Il y a relais entre deux ou plusieurs unités, lorsque celles-ci assument parallèlement [et non conjointement, comme dans le cas de la coordination] un même rôle ou une même fonction vis-à-vis d’un autre élément et que les unités ajoutées complètent sémantiquement celle avec laquelle elles sont en relais au sein d’une structure donnée […].

76Feuillard-Aymard (1989, p. 37) précise notamment que « les éléments qui se trouvent être en relais impliquent la mise en facteur commun de l’élément auquel ils se rattachent » et qu’« ils se situent également à un même niveau hiérarchique ». Peuvent être en relais en particulier des syntagmes prépositionnels, comme dans Pierre pense à Lyon, à la capitale des Gaules, où à Lyon d’un côté et à la capitale des Gaules de l’autre sont tous deux incidents à pense et où « le second [syntagme] apporte une information supplémentaire vis-à-vis du premier » (Feuillard-Aymard 1989, p. 136). Feuillard-Aymard (1989, p. 398) propose de noter le relais par deux barres qui « symboliseraient le parallélisme fonctionnel de l’élément relais […] et de l’unité à laquelle il renvoie », elles-mêmes complétées par un trait oblique qui « manifesterait la différence de sens qui apparaît entre [les deux éléments], [le] dernier [élément] devant apporter un complément d’information vis-à-vis [du premier] » :

Figure 10

Figure 10
  • 21 Complément d’objet indirect. Cette abréviation ne sera plus explicitée par la suite.

Visualisation fonctionnelle du relais (exemple 1)21

77Comme il apparaît dans la visualisation syntaxique précédente, grâce à la relation de relais, le pivot verbal pense admet deux objets indirects. Cette même fonction est assurée parallèlement et non conjointement, à la différence de ce qu’offrirait une relation de coordination.

78La reconnaissance d’une relation de relais rend possible la prise en compte de plusieurs sortes de phénomènes. Ainsi, Caddéo (2008, p. 63) note :

[…] une relation que Forsgren (2000) qualifierait d’« identifiante » est envisageable sur des segments occupant une même position syntaxique prépositionnelle sans que lon puisse compter deux objets verbaux ni une forme dapposition comme dans elle a demandé à Sébastien à un ami à elle (oral), dont l’analyse est à distinguer de elle a demandé à Sébastien, un ami à elle ou elle a demandé à Sébastien et à un ami à elle.

79Or, la relation de relais prend en charge la spécificité d’une construction telle que elle a demandé à Sébastien à un ami à elle. Établie entre Sébastien et ami, elle permet précisément d’ouvrir la fonction complément d’attribution (ou datif) assurée parallèlement par chacun de ces deux éléments. En revanche, dans le deuxième exemple, ami est apposé à Sébastien, seul à assurer la fonction complément d’attribution et, dans le troisième exemple, si Sébastien et ami exercent tous deux, conjointement, cette même fonction, c’est parce qu’elle est ouverte par la relation de coordination.

3.3.1. De l’ambiguïté entre apposition et relais

80Il a été remarqué supra au § 3.2.1.2., pour certains cas, une ambiguïté entre coordination et apposition. Or, d’autres cas, impliquant également des syntagmes nominaux avec déterminant, sont susceptibles de deux traitements concurrents (ce qui, au sein du cadre fribourgeois de micro et macrosyntaxe, est parfois appelé « métanalyse », à la suite des linguistes Jespersen et Blinkenberg) beaucoup moins notés : apposition vs relais. En effet, pour ce qui concerne l’apposition, dès lors que le premier syntagme est effaçable et que le second syntagme est susceptible de le remplacer, le point d’incidence du second syntagme peut être questionné. Ainsi, Feuillard-Aymard (1989 : 137) signale qu’« au niveau des [unités] construit[e]s directement, […], aucun critère ne permet de les différencier syntaxiquement [en tant qu’“apposition” ou en tant que relais] ». Par exemple, Lyon, la capitale des Gaules, a une longue histoire, permet une deuxième analyse (la première a déjà été représentée supra au § 3.1.2., figure 9 ; voir p. 81) :

Figure 11

Figure 11

Visualisation fonctionnelle du relais (exemple 2)

81On notera cependant que la relation de relais met en quelque sorte « sous silence » le caractère prédicatif de la seconde unité concernée, lui permettant dans le même temps, selon la conception opposant « pôle référentiel » et « pôle attributif » (voir supra au § 3.1.1.), de pleinement référer.

3.3.2. De l’ambiguïté entre coordination et relais

82L’ambiguïté, la métanalyse, déjà notée infra au § 3.2.1.2. entre coordination et apposition, peut aussi concerner coordination et relais, en particulier en présence, comme on l’a vu, de noms dits abstraits :

Le cadeau qu’il voulait lui [sic] faire virait au brouillon, à l’approximatif. (I. Wolf, Mauvaises eaux, Gallimard, Folio policier, 2015, p. 270)
/ Le cadeau qu’il voulait lui faire virait au brouillon et/ou à l’approximatif.
/ Le cadeau qu’il voulait lui faire virait au brouillon, c’est-à-dire/plus précisément à l’approximatif.

83Dans l’exemple suivant, l’ambiguïté se produit à deux endroits (de projets, de consistants échanges, de matérielles métamorphoses et une intériorité, une identité perdue). Dans le second cas, outre les deux interprétations en termes de coordination et en termes de relais, une troisième lecture en termes d’apposition est également possible, en raison de la construction directe des syntagmes :

J’étais pétrie de projets, de consistants échanges, de matérielles métamorphoses.
À cette époque, je nhabitais pas mes rêves, je ne soupçonnais pas quon puisse y plonger pour y trouver une intériorité, une identité perdue. (F. Deghelt, Les Brumes de l’apparence, Babel, 2015, p. 217)

3.3.3. Le relais comme pendant syntaxique de la notion sémantique de reformulation

  • 22 Dans une conception opposant pôle référentiel et pôle attributif, telle qu’exposée, par exemple, da (...)

84Noailly (2000, p. 59) souligne que, « entre les cas de reformulation et ceux d’apposition stricte […], le départ est délicat ». Elle précise que, en particulier lorsque les syntagmes ont le même déterminant, « une relation naturelle de prédication (et donc une disposition à une présentation des données sous forme de structure appositive) [est transformée par la syntaxe] en une sorte de reformulation » (2000, p. 59). La reconnaissance d’une relation de relais peut par conséquent apparaître comme celle d’une relation syntaxique spécifique pour la reformulation22 (évoquant aussi les « appositions à désignation multiple » telles que définies par Blanche-Benveniste & Caddéo 2000), toutefois sans la contrainte d’une détermination identique pour chacun des syntagmes impliqués, lesquels peuvent en outre être prépositionnels. Sont ainsi analysables comme relevant d’une relation de relais les cas d’« un seul référent » à plusieurs dénominations, avec « répétition de la préposition » (Blanche-Benveniste & Caddéo 2000, p. 62) :

Il est […] exactement comme mon beau-frère comme Alain (Tursan d’Espaignet, II, 15, 10-12 ; exemple emprunté à Blanche-Benveniste & Caddéo 2000, p. 62).

85De même, l’exemple suivant comporte une mise en relais impliquant deux constructions indirectes, compléments du même nom lueur. Cette mise en relais est le pendant syntaxique d’une reformulation marquée explicitement par l’infinitif prépositionnel métalinguistique pour ne pas dire :

[…] la lueur d’affolement, pour ne pas dire de folie, qu’il percevait à présent dans ses yeux avait découragé chez lui toute pulsion érotique […]. (N. Alard, Moment d’un couple, Folio Gallimard, 2013, p. 266)

3.3.4. Le relais : parfois une relation d’équivalence intégrative ?

86Si la relation de relais est utilisée pour noter la reformulation, un problème, toutefois, se pose si la reformulation porte sur un syntagme prépositionnel tout en étant exprimée par un syntagme nominal. Ainsi, Noailly (2000, p. 54) souligne le fréquent recours de Claude Simon à ou plutôt, qui, selon Bikialo (2000), « marque explicitement et univoquement une reformulation ». Or, dans l’exemple suivant, la préposition « n’est pas répétée devant le second nom [même si] elle pourrait l’être » (Noailly 2000, p. 54) :

Puis ils furent de nouveau dehors, entourés de tous côtés par le bruit ou plutôt la rumeur pour ainsi dire tranquille de la bataille… (C. Simon, La Route des Flandres, Éditions de Minuit, 1960, p. 109 ; exemple emprunté à Noailly 2000, p. 54) / entourés de tous côtés par le bruit ou plutôt par la rumeur pour ainsi dire tranquille de la bataille

87Dans l’exemple suivant, où la reformulation n’est pas annoncée par un élément explicite, la préposition n’est pas non plus répétée devant les deux derniers noms tout en étant susceptible de l’être et Noailly (2000, p. 50) se demande si, « [en cas de répétition,] cela signifierait […] automatiquement que la structure est différente » :

Elle parla très amèrement de la fidélité des femmes, du mariage, cette honte, ce marché. (L. Aragon, Les Cloches de Bâle, Denoël, 1934, p. 154 ; exemple emprunté à Noailly 2000, p. 50) / Elle parla très amèrement de la fidélité des femmes, du mariage, de cette honte, de ce marché.

88Les occurrences de cette sorte, où les éléments, à la manière, par certains côtés, de l’apposition, ne sauraient avoir le même point d’incidence, posent le problème d’une extension de la notion de relais, pour laquelle on peut alors se demander s’il ne s’opère pas un glissement vers une sorte de fonction, et, plus généralement, posent dans le même temps le problème de l’articulation entre relations de dépendance et relations d’équivalence. La limite ici floue entre les deux sortes de relations pourrait amener à évoquer, dans un tel cas, une relation d’équivalence intégrative (pour un problème similaire, voir aussi infra au § 4.3. certaines occurrences liées à la reprise syntaxique).

89En conclusion, on soulignera que l’apposition ne peut être vue (de manière large) comme une relation d’équivalence qu’en tant qu’elle est également analysable comme un relais. En outre, la notion de relais, en mettant à l’arrière-plan, sinon en annulant, la valeur de prédication seconde attachée à l’apposition, semble permettre un traitement syntaxique de la reformulation. Enfin, par ailleurs, on signalera que des relations d’équivalence au-delà de la phrase sont envisageables, comme pour la coordination, et dans les mêmes conditions que celles définies pour la coordination, pour le relais. Ainsi, dans l’exemple suivant tiré de l’oral, où le circonstant au printemps est mis en commun, les deux premières phrases (sur un plan syntaxique), coordonnées de manière non marquée (autrement dit, juxtaposées), peuvent être vues comme étant (ensemble) en relais avec la troisième phrase qui propose une reformulation résumant ce qui précède :

Au printemps il y avait les fleurs, // il y avait les coucous, // il y avait tout ça. // (Detey et al. (2010), Corpus d’extraits PFC, Tarn) / Au printemps il y avait les fleurs, il y avait les coucous, bref il y avait tout ça.

90Dans l’exemple suivant, également tiré de l’oral, les deux phrases, qui partagent le circonstant après, apparaissent aussi comme étant en relais, la seconde exprimant une reformulation qui corrige, tout au moins précise, ce qui précède :

Puis après, je suis allée à Albi, // on m’a mis en pension à Albi. // (Detey et al. (2010), Corpus d’extraits PFC, Tarn) / Puis après, je suis allée à Albi, plus précisément on m’a mis en pension à Albi.

4. La reprise (syntaxique) : une relation d’équivalence, mais pas une relation d’entassement

  • 23 On se concentrera sur les cas de détachement en excluant les cas dits de « redondance fonctionnelle (...)

91On terminera cet examen des relations d’équivalence, en regard avec les relations d’entassement, par la reprise (syntaxique) qui, en particulier, note le détachement23 avec rappel pronominal. Dans ce cas, l’élément détaché est un syntagme susceptible de se trouver à gauche ou à droite d’un élément pronominal, caractérisé à l’oral par une prosodie particulière et isolé à l’écrit du reste de la phrase par une ponctuation faible comme la virgule. Neveu (2000b, p. 113) évoque à ce propos les « détachements par redoublement d’actant […] du type topique » et insiste sur le côté référentiel des topiques (que l’on peut définir comme ce à propos de quoi l’on parle) « qui les distingue […] des appositions ». Les topiques sont ainsi coréférentiels des éléments pronominaux qu’ils reprennent (voir aussi Havu & Pierrard 2008, p. 15). On se limitera à trois sortes de détachements à gauche d’un syntagme nominal (ici, ma sœur ou le chocolat) à partir d’exemples forgés :

1) Ma sœur, elle adore le chocolat.
2) Le chocolat, ma sœur l’adore.
3) Ma sœur, je lui parle beaucoup.

92Dans ces trois sortes de détachements, le syntagme nominal est repris anaphoriquement dans le segment suivant par un pronom clitique (de troisième personne), exerçant respectivement une fonction sujet, une fonction complément d’objet direct et une fonction complément d’attribution.

4.1. Le détachement avec rappel pronominal dans le cadre aixois

  • 24 Dans le cadre aixois, le noyau correspond à l’unité minimale centrale de macrosyntaxe.

93Le cadre théorique aixois de micro et macrosyntaxe analyse les éléments détachés à gauche comme des unités minimales de macrosyntaxe, plus précisément des préfixes (désormais préférentiellement appelés prénoyaux). En effet, « les éléments disloqués à gauche, avec un pronom correspondant dans le noyau24 verbal, ont par définition leur place dans [la] position de préfixe » (Blanche-Benveniste 1997, p. 118). En outre, lorsque ces éléments ne sont pas introduits par une préposition, ils sont considérés comme des « adjoints au pronom clitique [avec lequel ils entretiennent une relation référentielle] car rien ne permet de [leur] attribuer une fonction syntaxique auprès du verbe » (Blasco-Dulbecco 1999, p. 137). Dans le prolongement du cadre aixois, dans les travaux du groupe Rhapsodie, les syntagmes nominaux détachés à gauche sont également analysés comme des prénoyaux non régis par le verbe, c’est-à-dire comme participant d’une autre unité rectionnelle.

94Le cadre aixois propose la notion de double marquage, qui « consiste à utiliser conjointement deux éléments coréférents, sujet ou complément, dans une même construction verbale, pour marquer une seule fonction syntaxique » (Blasco-Dulbecco 1999, p. 111), mais la réserve avant tout aux fonctions construites indirectement, la préposition « témoign[ant alors] du lien syntaxique que le disloqué entretient avec le verbe recteur » (Blasco-Dulbecco 1999, p. 112). On notera que, pour la troisième sorte de détachement, Ma sœur, je lui parle beaucoup, une analyse en termes de double marquage est exclue, l’élément détaché ne pouvant exercer de fonction auprès du verbe en l’absence de préposition : *Je parle beaucoup ma sœur. En revanche, une telle analyse s’imposerait pour À ma sœur, je lui parle beaucoup, où la fonction complément d’attribution serait vue comme réalisée deux fois, par le pronom clitique lui et par le nom sœur. Il convient néanmoins de remarquer, à la suite de Blasco-Dulbecco (2006, p. 33), que, dans ce dernier cas, l’élément détaché, s’il est censé exercer la même fonction syntaxique que le pronom clitique, ne possède pas les propriétés des éléments régis définies dans le cadre aixois, comme par exemple la possibilité d’extraction ou de mise en contraste : ? ?C’est à ma sœur que je lui parle beaucoup (extraction) ; ? ?À ma sœur et pas à ma cousine, je lui parle beaucoup (contraste). Il en serait d’ailleurs de même pour les deux premières sortes de détachements, Ma sœur, elle adore le chocolat et Le chocolat, ma sœur l’adore, pour lesquelles une analyse en double marquage ne peut, malgré tout, être totalement écartée, bien que le syntagme nominal détaché soit préférentiellement considéré comme non régi par le verbe (en accord, d’ailleurs, avec une position répandue, cf. par exemple Neveu (2000b, p. 113) à propos des topiques : « dans tous les cas, le segment détaché a le statut de non-argument »).

95Quoi qu’il en soit, et peut-être de manière un peu paradoxale, le détachement avec rappel, notamment des deux premières sortes, où le syntagme nominal détaché et son pronom de rappel sont mutuellement substituables, ne relève pas des relations d’entassement. Sans doute pour des raisons intonosyntaxiques, dans le cadre aixois (et au sein de Rhapsodie), le détachement à gauche est envisagé à un niveau exclusivement macrosyntaxique, le syntagme nominal détaché étant localisé dans une unité (minimale) de macrosyntaxe autre que celle de son pronom de rappel : le prénoyau.

96En revanche, on signalera que, dans le cadre fribourgeois de micro et macrosyntaxe, le syntagme nominal détaché n’est pas nécessairement vu comme non régi. Ainsi, pour le Groupe de Fribourg (2012, p. 157), dans certains cas, « le constituant détaché coexiste avec un pronom clitique coréférentiel, qui remplit la même fonction d’argument que lui ». Dans les deux premières sortes de détachements, on a affaire à une « homonymie de construction » ou « métanalyse » (voir Groupe de Fribourg 2012, pp. 182-183 ; Béguelin 2000, p. 257). Le syntagme nominal détaché soit constitue à lui seul une unité rectionnelle (appelée clause dans le cadre fribourgeois) suivie d’une autre unité rectionnelle se trouve le pronom de rappel, soit exerce de manière « extraposée », selon le terme du Groupe de Fribourg, une fonction (ici, respectivement, sujet et objet direct) au sein de la même unité rectionnelle que son pronom de rappel. Dans la seconde analyse, « une même place syntaxique [est] instanciée deux fois » (Béguelin 2000, p. 257), ce que n’admet normalement pas la grammaire traditionnelle, comme le note également Béguelin (2000, p. 257). En revanche, la troisième sorte de détachement, Ma sœur, je lui parle beaucoup, est vue de manière univoque comme comportant deux unités rectionnelles car le syntagme détaché est « manifestement non régi » (Béguelin 2000, p. 256) du fait de l’absence de la préposition établissant un lien syntaxique avec le verbe (voir aussi Groupe de Fribourg 2012, p. 183).

4.2. La reprise (syntaxique), parmi les relations d’équivalence

  • 25 Feuillard-Aymard (1989, p. 138) souligne que « la notion de reprise […] est particulièrement ambigu (...)

97Pour Feuillard-Aymard (1989), les relations d’équivalence comprennent également, outre la coordination et le relais, le phénomène dit de reprise (syntaxique). Dans ce dernier cas, comme dans celui du relais, « dont la reprise [syntaxique] diffère essentiellement […] du point de vue du sens » (Feuillard-Aymard 1989, p. 138), une même fonction ou un même rôle sont assurés parallèlement. Ainsi, « un élément peut être analysé comme la reprise [syntaxique] d’un autre élément, quand il se superpose à lui sémantiquement, et qu’il est susceptible, en principe, d’exercer le même rôle ou la même fonction que ce dernier dans un énoncé donné » (Feuillard-Aymard 1989, p. 139). Par exemple, dans les deux premières sortes de détachements, Ma sœur, elle adore le chocolat et Le chocolat, ma sœur l’adore, ma sœur est la reprise (syntaxique) du pronom elle et le chocolat, du pronom le25. Élément détaché et pronom peuvent être supprimés de manière alternative : Elle adore le chocolat / Ma sœur adore le chocolat ; Ma sœur l’adore / Ma sœur adore le chocolat. Ma sœur, ou le chocolat, d’une part, et le pronom, d’autre part, sont analysés comme se rattachant au même élément (verbal) et comme intégrés au même niveau hiérarchique dans la phrase (voir Feuillard-Aymard 1989, p. 140). Néanmoins, l’intégration est vue comme moins immédiate pour l’élément détaché que pour le pronom (voir Feuillard-Aymard 1989, p. 139). La notation de la reprise (syntaxique), dans les visualisations fonctionnelles, s’appuie sur deux barres parallèles (voir Feuillard-Aymard 1989, p. 396) :

Figure 12

Figure 12

Visualisation fonctionnelle 1 de la reprise (syntaxique)

98La notation précédente est privilégiée par Feuillard-Aymard (1989), sans doute du fait de l’intégration considérée comme inégale du pronom et de sa reprise (syntaxique). Cependant, en principe, une autre notation est possible, où chacun des deux éléments serait analysé comme exerçant la même fonction (ici, la fonction objet direct) ouverte par la relation de reprise (syntaxique) :

Figure 13

Figure 13

Visualisation fonctionnelle 2 de la reprise (syntaxique)

99Il convient de signaler que, outre le détachement avec rappel, Feuillard-Aymard (1989, p. 139) considère aussi comme participant de la reprise (syntaxique) les cas de « répétition pure et simple d’une même unité », à la fois noyau du syntagme repris et du syntagme détaché : le vent soufflait de la mer, un vent sec et chaud qui desséchait la terre et attisait le feu (J.M.G. Le Clézio, Mondo, p. 12 ; exemple emprunté à Feuillard-Aymard 1989, p. 396). Il s’agit de « reformulations, dans lesquelles les deux désignations successives [relèvent] du même domaine d’interprétation (jusqu’à répéter le même nom […]) » (Noailly 2000, p. 56), mais lorsque, précisément, ces reformulations vont « jusqu’à répéter le même nom », elles ne sont pas notées comme des relais.

4.3. La reprise (syntaxique) : parfois une relation d’équivalence intégrative ?

100La troisième sorte de détachement avec rappel, Ma sœur, je lui parle beaucoup, est également analysée comme une reprise (syntaxique) par Feuillard-Aymard (1989, pp. 139-141). Cependant, l’élément détaché, n’étant pas introduit par une préposition, ne peut exercer la fonction de l’élément qu’il reprend, lequel n’est alors pas effaçable : Je lui parle beaucoup vs *Je parle beaucoup ma sœur. Feuillard-Aymard (1989, pp. 140-141) propose, dans un tel cas, soit « quil y a[it] disjonction entre l’aspect lexical [supporté par l’élément détaché] et l’aspect syntaxique [supporté par le pronom] d’un même rôle ou d’une même fonction », soit que le pronom serve de point d’incidence à l’élément détaché puisque, celui-ci ayant besoin de celui-là pour apparaître dans la phrase, ils ne sauraient posséder le même point d’incidence. Cette troisième sorte de détachement n’est pas sans évoquer le cas où, la relation de relais étant utilisée pour noter la reformulation, cette dernière porte sur un syntagme prépositionnel tout en étant exprimée par un syntagme nominal (voir supra au § 3.3.4.). Elle a également son pendant dans les cas de répétition lexicale : Remous obscurs, venus d’en arrière, jusqu’à ce jour même, ce long, cet interminable jour (L. Aragon, Les Cloches de Bâle, Denoël, 1934, p. 280 ; exemple emprunté à Noailly 2000, p. 55).

101La troisième sorte de détachement avec rappel (comme ce dernier cas de répétition, dans un syntagme prépositionnel, d’une unité d’abord dans un syntagme nominal) pose une nouvelle fois le problème de l’articulation entre relations d’équivalence et relations de dépendance. Les relations d’équivalence sont-elles nécessairement la conséquence de la présence de relations de dépendance ? Peuvent-elles, dans certains contextes, être dotées d’une capacité intégrative au sein de la structure ? Devenues relations intermédiaires entre équivalence et dépendance, peuvent-elles alors évoluer vers une fonction (un peu à la manière d’une apposition, toutefois en gardant un caractère référentiel et en restant dépourvues de valeur prédicative) ? Au regard des deux visualisations possibles indiquées ci-dessus (figures 12 et 13) pour la reprise (syntaxique), il serait intéressant de réserver la première visualisation (figure 12) à ce troisième cas de détachement et la seconde (figure 13) aux deux premiers cas.

  • 26 La pertinence d’un traitement « strictement » syntaxique, plutôt que macrosyntaxique, paraît confir (...)

102Malgré le côté délicat de la troisième sorte de détachement, la notion de reprise (syntaxique), dans le cadre de la linguistique fonctionnelle, rend possible un traitement « strictement » syntaxique du détachement avec rappel26, envisagé comme participant de relations d’équivalence. Sauf dans le cas où, pour la troisième sorte de détachement avec rappel, la première solution de Feuillard-Aymard (1989, p. 141) est retenue, le recours à la reprise (syntaxique) permet d’aller dans le sens d’un assouplissement du principe de la séparation de la référence et du rôle posé par Lambrecht (1994), le topique étant alors doté d’une référence mais aussi d’un rôle.

5. Conclusion

103Par cet examen des relations d’équivalence à la lumière de certaines relations d’entassement, on a souhaité mettre en avant une sorte de relations syntaxiques, que l’on peut présenter comme étant (tout au moins en partie) d’ordre paradigmatique, dont l’existence est généralement minorée par rapport aux relations de dépendance. Pourtant, les relations d’équivalence permettent notamment à certaines fonctions soumises au principe d’unicité (parfois décrit comme « une seule fonction par proposition ») d’y échapper, tels les sujets ou objets coordonnés, mis en relais ou mis en reprise. Le problème de l’articulation entre relations de dépendance et relations d’équivalence, celles-ci pouvant souvent être présentées comme la conséquence de la présence de celles-là, a également été posé et il a été pointé certains cas, relatifs au relais et à la reprise (syntaxique), où les relations d’équivalence semblent évoluer vers une plus grande autonomie. En rapport à la différence de traitement, ou non, entre éléments régis et éléments recteurs dans le domaine des relations d’équivalence, de telles relations, de coordination mais aussi de relais, ont pu être dégagées au-delà de la phrase (définie à partir d’un critère syntaxique) sous certaines conditions (notamment de partage d’un élément régi). Cette mise en regard des relations d’équivalence avec certaines relations d’entassement a en outre permis de souligner le caractère immanent de ces notions, qui sont à situer dans leurs cadres théoriques (linguistique fonctionnelle vs cadre aixois de micro et macrosyntaxe) et leurs cadres d’analyse (phrase définie à partir d’un critère syntaxique vs unité rectionnelle ou regroupement d’unités rectionnelles) respectifs. On notera aussi que, là où, au sein du cadre aixois, les relations d’entassement s’opposent à des relations de dépendance à la fois micro et macrosyntaxiques, au sein de la linguistique fonctionnelle, les relations d’équivalence s’opposent à des relations de dépendance strictement syntaxiques. Or, la prise en compte d’une relation d’équivalence telle que la reprise (syntaxique) permet un traitement strictement syntaxique (autrement dit, pas nécessairement macrosyntaxique) de (tout au moins) certains cas de détachement avec rappel pronominal (que l’on peut situer à lintérieur d’une seule phrase définie sur un plan syntaxique là où, dans le cadre aixois, sont généralement impliquées deux unités rectionnelles). Enfin, la mise en regard entre relations d’équivalence et relations d’entassement pourrait être prolongée par l’examen d’autres relations de la dernière (mais non de la première) sorte, dégagées par le cadre aixois et/ou le groupe Rhapsodie, telles lesdites disfluences (« bredouillages, hésitations, maladresses, reprises », Blanche-Benveniste et al. 1990, p. 20), très souvent attachées à l’élaboration d’un discours oral, et les réponses à des questions.

Haut de page

Bibliographie

Antoine, Gérald (1958-1962), La Coordination en français, 2 vol. , Paris, D’Artrey ; Caen, Minard, 1996-2001.

Astésano, Corine, Espesser, Robert & Rossi-Gensane, Nathalie (2008), « Quelques cas particuliers de détachement à gauche – ou la prosodie à l’aide de la syntaxe », Actes des xxviie Journées d’Étude sur la Parole, Avignon, juin 2008.

Aymard, Colette (1975), « L’apposition », Actes du 2e colloque international de linguistique fonctionnelle, Clermont-Ferrand, CRDP, pp. 135-143.

Béguelin, Marie-José (dir., 2000), De la phrase aux énoncés : grammaire scolaire et descriptions linguistiques, Bruxelles, De Boeck/Duculot.

Benzitoun, Christophe, Dister, Anne, Gerdes, Kim, Kahane, Sylvain, Pietrandrea, Paola & Sabio, Frédéric (2010), « Tu veux couper là faut dire pourquoi. Propositions pour une segmentation syntaxique du français parlé », Actes du 2e congrès mondial de linguistique française, pp. 2075-2090.

Berrendonner, Alain (2002), « Les deux syntaxes », Verbum, 1-2, Y a-t-il une syntaxe au-delà de la phrase ?, Tome XXIV, coordonné par M. Charolles, P. Le Goffic & M.-A. Morel, pp. 23-35.

Bikialo, Stéphane (2000), « La reformulation créative dans Le palace de Claude Simon : détournement de la reformulation et déroute de la nomination », Semen [En ligne], 12, mis en ligne le 4 mai 2007 (consulté le 15 février 2016).

Blanche-Benveniste, Claire (1997), Approches de la langue parlée en français, Paris, Ophrys.

Blanche-Benveniste, Claire, Bilger, Mireille, Rouget, Christine & Van Den Eynde, Karel (1990), Le Français parlé. Études grammaticales, Paris, CNRS Éditions.

Blanche-Benveniste, Claire, Borel, Bernard, Deulofeu, José, Durand, Jacky, Giacomi, Alain, Loufrani, Claude, Meziane, Boudjema & Pazery, Nelly (1979), « Des grilles pour le français parlé », Recherches sur le français parlé, 2, pp. 163-206.

Blanche-Benveniste, Claire & Caddéo, Sandrine (2000), « Préliminaires à une étude de l’apposition dans la langue parlée », Langue française, 125, pp. 60-70.

Blasco-Dulbecco, Mylène (1999), Les Dislocations en français contemporain. Étude syntaxique, Paris, Champion.

Blasco-Dulbecco, Mylène (2006), « Propositions pour le classement typologique de quelques détachements », L’Information grammaticale, 109, pp. 27-33.

Caddéo, Sandrine (2008), « L’apposition : une construction multiforme », Travaux de linguistique, 57, pp. 63-72.

Charolles, Michel & Péry-woodley, Marie-Paule (2005), Introduction au numéro Les Adverbiaux cadratifs, Langue française, 148, pp. 3-8.

Combettes, Bernard (2011), « Phrase et proposition. Histoire et évolution de deux notions grammaticales », Le Français aujourd’hui, 173, pp. 11-20.

Detey, Sylvain, Durand, Jacques, Laks, Bernard & Lyche, Chantal (dirs, 2010), Les Variétés du français parlé dans l’espace francophone : ressources pour l’enseignement, Paris, Ophrys.

Feuillard, Colette (1995), « L’analyse syntaxique », Actes du xixe colloque international de linguistique fonctionnelle, Coimbra, 21-26 mai 1993, pp. 245-248.

Feuillard-Aymard, Colette (1989), La Syntaxe fonctionnelle dans le cadre des théories linguistiques contemporaines, Thèse d’État, Université Paris V.

Forsgren, Mats (2000), « Apposition, attribut, épithète : même combat prédicatif ? », Langue française, 125, pp. 30-45.

Gerdes, Kim & Kahane, Sylvain (2009), « Speaking in Piles. Paradigmatic Annotation of a Spoken French Corpus », Proceedings of the fifth Corpus Linguistics Conference, Liverpool.

Godard, Danièle (2005), « Problèmes syntaxiques de la coordination et propositions récentes dans les grammaires syntagmatiques », Langages, 160, pp. 3-24.

Grevisse, Maurice (1936) Le Bon Usage, Gembloux, Duculot ; 12e édition par André Goosse, 1988.

Groupe de Fribourg (2012), Grammaire de la période, Berne, Peter Lang.

Havu, Eva & Pierrard, Michel (2008), « La prédication seconde en français : essai de mise au point », Travaux de linguistique, 57, pp. 7-21.

Huyghe, Richard (2015), « Les typologies nominales : présentation », Langue française, 185, pp. 5-27.

Kahane, Sylvain & Pietrandrea, Paola (2012), « La typologie des entassements en français », Actes du 3e congrès mondial de linguistique française, pp. 1809-1828.

Lacheret, Anne, Kahane, Sylvain, Pietrandrea, Paola, Avanzi, Mathieu & Victorri, Bernard (2011), « Oui mais elle est où la coupure là ? Quand syntaxe et prosodie sentraident ou se complètent », Langue française, 170, pp. 61-80.

Lambrecht, Knud (1994), Information Structure and Sentence Form: Topic, Focus and the Mental Representations of Discourse Referents, Cambridge, Cambridge University Press.

Martinet, André (1960), Éléments de linguistique générale, Paris, Armand Colin, 1980.

Martinet, André (dir., 1979), Grammaire fonctionnelle du français, Paris, Didier.

Mazziotta, Nicolas (2012), « Approche dépendancielle de la coordination des compléments du verbe en ancien français », Actes du 3e congrès mondial de linguistique française, pp. 187-199.

Ministère de L’éducation (1975), Bulletin officiel, 30, 31 juillet, Paris.

Ministère de l’Éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie (1998), Terminologie grammaticale, Paris, CNDP.

Neveu, Franck (2000a), « L’apposition : concepts, niveaux, domaines. Présentation », Langue française, 125, pp. 3-17.

Neveu, Franck (2000b), « Quelle syntaxe pour l’apposition ? Les types d’appariement des appositions frontales et la continuité référentielle », Langue française, 125, pp. 106-124.

Noailly, Michèle (2000), « Apposition, coordination, reformulation dans les suites de deux GN juxtaposés », Langue française, 125, pp. 46-59.

Riegel, Martin, Pellat, Jean-Christophe & Rioul, René (1994), Grammaire méthodique du français, Paris, PUF ; édition revue et augmentée, 2009.

Rossi-Gensane, Nathalie (2010), « Encore quelques remarques sur la phrase », La Linguistique, vol. 46, fasc. 2, pp. 69-107.

Rousseau, André (2007), « La coordination : approche méthodologique, critique et raisonnée des questions essentielles », in A. Rousseau, L. Begioni, N. Quayle & D. Roulland (dirs), La Coordination, Rennes, PUR, pp. 17-57.

Tesnière, Lucien (1959), Éléments de syntaxe structurale, Paris, Klincksieck, 1982.

Van Den Bussche, Henri (1988), « Typologie des constructions dites appositives », Travaux de linguistique, 17, pp. 117-135.

Vendler, Zeno (1967), « Verbs and Times », Linguistics in Philosophy, Ithaca, New York, Cornell University Press, pp. 97-121.

Haut de page

Notes

1 Ce cadre théorique est notamment présenté dans Blanche-Benveniste et al. (1990). La microsyntaxe, syntaxe de rection (ou encore, simplement, syntaxe), est distinguée de la macrosyntaxe, description de l’au-delà de la rection qui prend en compte des relations de dépendance hors du domaine de la complémentation verbale et qui sert en particulier à analyser, parmi d’autres, des phénomènes tels que certains détachements (voir aussi infra en 4.).

2 Les travaux du groupe Rhapsodie s’inscrivent dans un projet d’annotation syntaxique et prosodique de français parlé financé par l’Agence Nationale de la Recherche (contrat ANR 07 Corp-030-01, Corpus prosodique de référence du français parlé, 2008-2012) et dirigé par Anne Lacheret.

3 La ponctuation n’est pas indiquée.

4 Par souci de simplicité, seules les conventions liées aux entassements sont signalées.

5 Dans la théorie fonctionnelle, le prédicat, élément central de la phrase, est un morphème (ou un ensemble de morphèmes fonctionnant comme un morphème unique).

6 Complément d’objet direct. Cette abréviation ne sera plus explicitée par la suite.

7 On rappelle (voir supra au § 2.1.) que l’unité rectionnelle est l’« unité maximale de la microsyntaxe, […] séquence construite autour d’une tête qui ne dépend microsyntaxiquement d’aucune autre unité » (Lacheret et al. 2011, p. 4), ou encore « un élément constructeur (de catégorie variée) entouré d’unités qui dépendent de lui » (Benzitoun et al. 2010, p. 2077).

8 Les phrases, définies à partir d’un critère uniquement syntaxique, sont délimitées par de doubles barres dans les exemples de relations d’équivalence au-delà de la phrase.

9 Corpus Phonologie du Français Contemporain : http://www.projet-pfc.net.

10 Il est à cet égard intéressant de rappeler que le terme apposition signifie, de par son étymologie latine, « posé à côté ».

11 Comme il sera de nouveau expliqué infra au § 3.1.1., l’apposition de phrase, à part (voir Neveu 2000b, pp. 110-111, et Van den Bussche 1988, pp. 118-120), ne sera pas prise ici en compte.

12 Pour l’apposition, en relation au critère référentiel, un mode lié et un mode détaché ont de très longue date été associés (voir Neveu 2000a pour un historique), en raison de l’existence de tours latins tels que urbs Lugdunum, où deux noms au même cas et considérés comme coréférentiels se suivent. C’est aussi à cause du critère référentiel qu’une même analyse a souvent été appliquée à la traduction française des tours de cette sorte, comme la ville de Lyon (voir par exemple la Nomenclature grammaticale pour l’enseignement du français dans le second degré de 1975, B.O. 30, p. 2378), bien que le second segment, de Lyon, soit assimilable à un complément de nom (ce dont prend acte, d’une certaine façon, la Terminologie grammaticale de 1998 qui évoque dans ce cas une « épithète » en « construction indirecte » et ne reconnaît d’appositions que « détachées », p. 19).

13 Des différences syntaxiques peuvent néanmoins être notées entre apposition et attribut. Le segment apposé est toujours effaçable, contrairement à l’attribut introduit par une copule explicite : Lyon, la capitale des Gaules, a une longue histoire / Lyon a une longue histoire vs Lyon, qui était la capitale des Gaules, a une longue histoire / *Lyon, qui était, a une longue histoire. L’apposition ne peut être ciblée par une question, ni pronominalisée, à l’inverse de ce qui se produit pour l’attribut : Lyon était la capitale des Gaules / Qu’était Lyon ? / Lyon l’était.

14 Riegel et al. (1994, p. 167) remarquent à ce propos que « l’absence de déterminant [apparaît] comme la marque d’actualisation incomplète du nom, le [syntagme nominal] ayant alors une valeur attributive et non référentielle (cas des attributs, des appositions […]) ». En revanche, cette formulation n’est pas conservée dans l’édition de 2009 (p. 314), où il est question de « détermination référentielle faible du nom ».

15 Comme il a déjà été mentionné supra au § 3.1., les appositions de phrase ne sont pas prises en compte. Elles représentent en effet un cas très particulier, leur forme étant celle d’un syntagme nominal sans déterminant (hors une autre forme possible, non envisagée ici, qui est celle d’un syntagme relatif précédé par le démonstratif ce) et l’effacement de leur point d’incidence (le reste de la phrase) les conduisant à devenir le prédicat de la phrase : Il n’a rien dit, chose étonnante. / Chose étonnante.

16 Rappelons que les appositions de phrase ne sont pas prises ici en compte.

17 La structure du syntagme la capitale des Gaules, comme celle du syntagme une longue histoire, n’est pas détaillée.

18 Noailly (2000, p. 54) présente ainsi, sur un plan sémantique et énonciatif, la reformulation : […] ou bien on comprend le second [syntagme nominal] comme mieux coïncidant à la chose que le premier, et on est alors dans le processus d’écriture par retouches et rectifications successives (c’est ce à quoi correspondent les paraphrases en « ou plutôt ») ; ou bien alors on considère que ces dénominations successives s’ajoutent, s’empilent, et constituent une approche certes toujours indirecte de l’objet de discours, mais meilleure qu’une nomination simple, parce que l’oscillation évite une vision unilatérale (cela correspondant plutôt à la paraphrase par « ou, en d’autres termes », « ou, si l’on préfère », « ou encore »).

19 À la suite de G. Kleiber & M. Vuillaume (2011), cités par Huyghe (2015, p. 8), on précisera qu’un nom abstrait peut notamment être doté d’un référent « immatériel » et/ou « inaccessible aux sens ».

20 On rappelle que, conformément aux conventions établies par le groupe Rhapsodie, les accolades ouvrante et fermante marquent respectivement le début et la fin de la liste et la balise, le point de jonction.

21 Complément d’objet indirect. Cette abréviation ne sera plus explicitée par la suite.

22 Dans une conception opposant pôle référentiel et pôle attributif, telle qu’exposée, par exemple, dans Noailly (2000), la présence d’une coréférence empêche de parler, non seulement de coordination, mais aussi d’apposition (du fait du caractère prédicatif du second élément). La reconnaissance d’une relation de relais vient donc combler une sorte de « trou » syntaxique.

23 On se concentrera sur les cas de détachement en excluant les cas dits de « redondance fonctionnelle » sans dislocation qui reçoivent chez certains auteurs une analyse particulière en termes d’« affixe de conjugaison » (voir notamment Groupe de Fribourg 2012, pp. 157-159).

24 Dans le cadre aixois, le noyau correspond à l’unité minimale centrale de macrosyntaxe.

25 Feuillard-Aymard (1989, p. 138) souligne que « la notion de reprise […] est particulièrement ambiguë, son interprétation syntaxique étant l’inverse de son interprétation sémantique ». Comme il apparaît dans les exemples, c’est le pronom de rappel qui reprend sémantiquement l’élément détaché. Toutefois, sur un plan syntaxique, c’est l’élément détaché, moins immédiatement intégré à la structure, qui reprend le pronom.

26 La pertinence d’un traitement « strictement » syntaxique, plutôt que macrosyntaxique, paraît confirmée par la prise en compte d’indices prosodiques invitant à interpréter comme une seule unité rectionnelle l’ensemble constitué par le segment détaché et par le segment comportant le pronom de rappel (voir Astésano et al. 2008).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Visualisation fonctionnelle 1 de la coordination6
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/1392/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Figure 2
Légende Représentation de l’« arbre à bulles »
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/1392/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 3
Légende Visualisation fonctionnelle 2 de la coordination
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/1392/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Figure 4
Légende Visualisation fonctionnelle 3 de la coordination
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/1392/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Figure 5
Légende Stemma de la jonction
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/1392/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Figure 6
Légende Visualisation fonctionnelle 4 de la coordination
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/1392/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Figure 7
Légende Visualisation fonctionnelle de la coexistence
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/1392/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 8
Légende Stemma de l’apposition17
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/1392/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Figure 9
Légende Visualisation fonctionnelle de l’apposition
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/1392/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 10
Légende Visualisation fonctionnelle du relais (exemple 1)21
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/1392/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Figure 11
Légende Visualisation fonctionnelle du relais (exemple 2)
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/1392/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Figure 12
Légende Visualisation fonctionnelle 1 de la reprise (syntaxique)
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/1392/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Figure 13
Légende Visualisation fonctionnelle 2 de la reprise (syntaxique)
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/1392/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Rossi-Gensane, « Syntaxe et paradigme(s) : outre les relations de dépendance, les relations d’équivalence », Signata, 8 | 2017, 65-99.

Référence électronique

Nathalie Rossi-Gensane, « Syntaxe et paradigme(s) : outre les relations de dépendance, les relations d’équivalence », Signata [En ligne], 8 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 25 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/signata/1392 ; DOI : 10.4000/signata.1392

Haut de page

Auteur

Nathalie Rossi-Gensane

Nathalie Rossi-Gensane est professeur de sciences du langage à l’Université Lumière Lyon 2, où elle enseigne la linguistique française, et membre du laboratoire ICAR (UMR 5191). Au sein de ses domaines de recherche que sont la syntaxe et la sémantique, le français écrit et le français oral, ses travaux portent plus particulièrement sur les constructions détachées en rupture, les problèmes de segmentation — à l’écrit et à l’oral — et les rapports entre grammaire et linguistique.

Haut de page

Droits d’auteur

Signata - PULg

Haut de page
  • Logo Presses universiatires de Liège
  • Logo Université de Liège
  • OpenEdition Journals