Navigation – Plan du site
Dossier
3. La mise en question des paradigmes

Déambulations autour du paradigme et de la temporalité de l’interaction

Véronique Traverso
p. 129-144

Résumés

Cet article se situe dans le domaine de la linguistique interactionnelle. J’examine comment la notion de paradigme peut faire écho aux notions clés de l’appareillage descriptif et conceptuel de cette approche. Les questions principales qui sont envisagée sont celles de la description de la temporalité de l’interaction, et de la position de l’analyste par rapport à ce qui se passe pour les participants (etic vs emic). Ces questions sont discutées à partir de l’analyse d’une série d’extraits d’interactions naturelles.
L’auteur met en avant les termes suivants : linguistique interactionnelle, temporalité, perspective descriptive, réparation, recherche de mot.

Haut de page

Texte intégral

1L’objectif de cet article est d’examiner la notion de paradigme à la lumière de l’appareillage conceptuel de la linguistique interactionnelle, pour mesurer comment elle pourrait permettre de saisir et d’éclairer certains de ses objets. Dans ce champ de recherche, ce sont des processus que l’on cherche à étudier, ceux qui sont liés à la production et à la réception de la parole, par des locuteurs engagés dans les situations sociales. Cette orientation vers les processus fait que, plutôt que les ressources linguistiques en elles-mêmes et pour elles-mêmes, ce sont les manières qu’ont les locuteurs de les mettre en œuvre dans les échanges, quelle que soit la situation sociale concernée, qui sont l’objet des recherches. Cette orientation implique aussi que l’on prenne en compte dans les analyses l’ensemble des ressources utilisées par les participants, qu’elles soient linguistiques ou liées au corps (gestes, regards, mouvements, postures). Cette dimension multimodale ne sera toutefois pas intégrée dans la réflexion qui suit.

2Je commencerai par passer en revue rapidement une série de définitions du paradigme, à titre de points de repère initiaux, pour reprendre dans un deuxième temps des notions clés de l’appareillage descriptif et conceptuel de la linguistique interactionnelle, en observant comment la notion de paradigme peut leur faire écho. La dernière partie de l’article est consacrée à l’analyse de quelques extraits.

1. Paradigme : quelques éléments de repérage qui servent de point de départ

3Ce rapide parcours s’effectuera en trois étapes : la première concernant les définitions initiales, puis l’usage de la notion de paradigme qui est faite dans une des dimensions de « la syntaxe de l’oral aixoise », enfin un relevé d’usages différents de la notion dans un certain nombre d’études.

1.1. Syntagme et paradigme

4Commençons par la distinction saussurienne entre :

5(I) – d’une part, les relations entre mots qui s’établissent dans le discours :

Les mots contractent entre eux, en vertu de leur enchaînement, des rapports fondés sur le caractère linéaire de la langue, qui exclut la possibilité de prononcer deux éléments à la fois (1971, p. 171) ;

6le rapport syntagmatique ainsi défini est in praesentia ; il repose sur deux ou plusieurs termes également présents dans une série effective ;

7(II) – et d’autre part, les processus cognitifs par lesquels les mots s’associent dans la mémoire :

Les mots offrant quelque chose de commun s’associent dans la mémoire, et il se forme ainsi des groupes au sein desquels règnent des rapports très divers. Ainsi le mot enseignement fera surgir inconsciemment devant l’esprit une foule d’autres mots (enseigner, renseigner, etc., ou bien armement, changement, etc., ou bien éducation, apprentissage). (1971, p. 71.)

8Ce rapport associatif (paradigme) unit des termes in absentia dans une série mnémonique virtuelle.

  • 1 TLFI : « Ensemble des unités d’un certain type apparaissant dans un même contexte et qui sont de ce (...)

9Ce sont les traits définitoires essentiels, repris également dans les dictionnaires1, fondés sur l’opposition « syntagme / paradigme » et sur leur principes fonctionnels respectifs, de l’ordre de la combinaison pour le premier, et de la substitution pour le second. Ainsi Jakobson :

[…] la sélection (et, corrélativement, la substitution) concerne les entités associées dans le code mais non dans le message donné, tandis que, dans le cas de la combinaison, les entités sont associées dans les deux ou seulement dans le message effectif. Le destinataire perçoit que l’énoncé donné (message) est une combinaison de parties constituantes (phrases, mots, phonèmes, etc.) sélectionnées dans le répertoire de toutes les parties constituantes possibles (code). Les constituants d’un contexte ont un statut de contiguïté, tandis que dans un groupe de substitution les signes sont liés entre eux par différents degrés de similarité, qui oscillent de l’équivalence des synonymes au noyau commun des antonymes. (Jakobson 1963, pp. 48-49.)

  • 2 Pour Saussure, ces relations paradigmatiques n’ont pas « pour support l’étendue ; leur siège est da (...)

10La représentation de la production de la parole que ces notions sous-tendent est qu’au cours de la production, le locuteur combine syntagmatiquement des unités qu’il sélectionne au sein de paradigmes mis à sa disposition par la langue (le code, pour Jakobson ci-dessus) ou disponibles dans son savoir2. Cette représentation entre en contradiction avec différents principes de la linguistique interactionnelle. Notamment la notion de sélection, au sein de paradigmes, d’unités qui seront combinées peut être sujette à discussion. En effet, la vision proposée ci-dessus considère que s’opère une sélection entre des phonèmes et des morphèmes qui sont combinés pour former les mots (« décapsuler », « décapsuleur », « encapsuler », « capsule », « encapsulation »), entre des morphèmes dans des paradigmes grammaticaux (ex. les pronoms), de choix de mots dans des paradigmes désignatifs (les maisons / logements blanches / blancs), etc. conformément aux modèles de la linguistique structurale. Les approches relevant de la linguistique interactionnelle adoptent une conception dans laquelle si combinatoire il y a, elle relève davantage du bricolage (que de l’application de règles strictes), et elle combine des unités que l’on pourrait dire prêtes à l’emploi, d’une manière décrite en ces termes par Hopper :

In place of a uniformly available language system, we should reckon with a massively large pool of linguistic resources, one that is not uniformly available, and a few simple linear techniques, a “toolkit”, for combining them into structured utterances. This pool is a collection that consists of many different kinds of items, among which are:
– constructions, that is, formulaic pieces with open slots;
– fixed expressions of many kinds, which may or may not correspond to syntactic phrases in a traditional sense;
– fragments, that is, partial utterances;
– discourse markers, including conjunctions such as and, when;
– intensifiers such as really, even (not necessarily distinct from the discourse markers)
– lexical items (to the extent that they are separate from the above) (Hopper 2011, p. 23).

11À partir de cette vision de la production de la parole, la part que l’on pourrait attribuer au paradigme dans la description (de ce qui se passe dans les productions des locuteurs rappelons-le, et non dans le réservoir que serait la langue, ou la boîte noire que serait leur tête) se trouve considérablement réduite, puisqu’en effet une grande partie des constructions, formules et expressions sont des entités prêtes à l’emploi, dont la composition ne résulte pas, à chaque occurrence, d’une sélection d’unités qui sont ensuite combinées.

1.2. Les entassements paradigmatiques dans la syntaxe de l’oral

12L’opposition syntagme / paradigme est exploitée dans la partie du modèle aixois de description de l’oral (Blanche Benveniste 1997) qui s’attache aux phénomènes liés à la production de la parole, à l’aide de la notion d’entassement paradigmatique :

Les énoncés écrits sont produits selon un déroulement linéaire orienté. C’est sur ce modèle que F. de Saussure a projeté les deux axes d’analyse du syntagme et du paradigme […] L’axe des syntagmes, représenté par une ligne horizontale, dans le sens de la lecture, marque l’enchaînement d’éléments qui se suivent (ex. sujet, verbe et complément). On le parcourt dans un seul sens, de l’avant vers l’après. L’axe des paradigmes, représenté à la verticale, ne correspond à rien qui soit écrit, dans la pratique d’un texte en prose. C’est dit Saussure, l’axe mémoriel des séries potentielles, série lexicale pour cabane, hutte, maison, bicoque et série grammaticale pour habitait, habite, habitera, habiterait. […] Les éléments d’un même paradigme ne peuvent jamais survenir en même temps. […] La langue parlée laisse voir les étapes de sa confection. On y trouve des entassements d’éléments paradigmatiques et des allers et retours sur l’axe des syntagmes. (Blanche Benveniste 1997, p. 17.)

13Ces « entassements » se trouvent dans les recherches de mots, au cours desquelles les locuteurs piétinent sur un emplacement, par exemple :

Ce qui était fantastique dans ce… dans ce… camping, enfin dans ce…, cet hôtel c’est qu’on était carrément en face du Kilimandjaro (Ibid., p. 17),

14Blanche Benveniste commente ces fonctionnements dans les termes suivants :

Chacun de nous, en parlant, cherche ses mots, et en énumère souvent plusieurs avant de trouver le bon. Cette énumération correspond exactement à l’axe paradigmatique de Saussure. Mais ici les éléments du paradigme sont tous présents à la fois […]. Tous les essais de lexique sont conservés, puisqu’on ne peut pas, en parlant, gommer ce qu’on vient de dire. Ces énumérations, qui ne font pas avancer le discours, mais le laissent sur un même emplacement paradigmatique, sont exaspérantes à lire si on les fournit dans l’ordre ordinaire de la lecture en lignes suivies. On n’y distingue plus de qui appartient au déroulement syntagmatique et ce qui, venant de l’ordre paradigmatique, se trouve indûment sur la même ligne. (Ibid.).

15Dans les recherches de mots peuvent être insérés des commentaires, par exemple :

  • 3 L’énoncé est ici représenté en “bribes”, qui permettent de distinguer, dans la mise en forme spatia (...)

Il fallait voir le euh- (ah zut - - j’arrive plus à trouver le nom)
 le brevet
 le
 le brevet là de secouriste
 le brevet de secouriste (Ibid., p. 18)3,

ainsi que des recherches d’aide, par exemple :

no 1- ça fait un… comment on dit ? Je sais plus… un chose ; là
no 2- Une écharpe ? un col roulé ? Un…
no 1- Mais non ! Le truc blanc qu’ils ont, ceux qui se sont cassé la, le, euh…
no 2- Ah oui ! no 1- la la la la cheva-
no 2- la minerve !
no 1 Voilà ! La minerve (Ibid., p. 19).

16Les allers et retours sur l’axe syntagmatique de leur côté s’observent :

17– dans les corrections, lorsque le locuteur revient en arrière pour modifier un élément qu’il a déjà produit, par exemple :

Et je lui ai dit ben écoute si écoutez si vous voulez […] je pourrais très bien faire ça (Ibid., p. 21).

18– dans les ajouts d’« incidentes », c’est-à-dire des insertions d’éléments additionnels (de type incise) qui suspendent momentanément le fil syntagmatique du discours, par exemple (l’incidente est soulignée) :

Il y avait, sur la Plaine, le Majestic, il me semble qu’il s’appelait le Majestic, et le Mondain sur le boulevard Chave (Ibid., p. 22).

19Cette représentation du processus de production de la parole repose sur le syntagme, temporel, enchaînement d’éléments qui se suivent, déroulement linéaire orienté, allant de l’avant vers l’après par rapport auquel le recours à la notion de paradigme permet de décrire les moments où la temporalité de cette production est suspendue pour un arrêt, un piétinement.

20Cette même analyse est appliquée aux listes paradigmatiques (Bilger 1989), pour des cas comme :

Je découvris aussi des instruments chirurgicaux
des seringues hypodermiques
des bandages […].

21Elle l’est aussi aux coordinations et aux disfluences (voir en particulier une discussion systématique dans Kahane & Pietrandrea 2012). Nous reviendrons sur les disfluences (formes de réparations pour l’analyse conversationnelle) dans la partie 3 de l’article. Observons ici le traitement des listes dans l’approche interactionnelle.

22Dans les approches interactionnistes, les listes ont été abordées, non en tant que productions qui font piétiner la construction du tour de parole sur un emplacement déterminé syntaxiquement, mais à travers les différences (prosodiques par exemple) qui distinguent les différents items composant la liste. Autrement dit, les analyses s’attachent à dégager ce qui relèverait d’une syntagmatique (progressivité) de la liste (Jefferson 1990, Selting 2007, Traverso 2012). Signalons toutefois l’étude de Duvallon & Routarinne (2005) dans laquelle les auteurs intègrent l’analyse en bribes aixoise à une approche conversationnelle pour étudier les parenthèses dans le discours. Ils recourent à la notion de paradigme pour distinguer deux types de suspensions dans la progression du tour. Dans certaines, les éléments produits pendant la suspension entrent dans un rapport de substitionalité, comme dans :

(2) [He.f Sg 105]
01 et mä en niinku hävinny tavallaan mitään muuta
PRT I NEG-1 PRT lose-PPC in a way anything-PAR else-PAR
in a way I didn’t lose anything except
02 ku ne mitä se (0.8) mitä hän söi (.)
CNJ those what
that one (0.8) what he eat-PST
for what that one (0.8) what he ate (.)

23Ici, le locuteur suspend la progression du tour pour remplacer le mode de désignation de la personne dont il parle « that one » (ligne 02), par « il ». Dans ce cas, il y a donc une halte dans la progression syntagmatique et existence d’une relation paradigmatique entre l’élément produit pendant la suspension et un élément produit antérieurement. Dans d’autres cas, comme:

(6) [Streamer.f Sg 089]
se on kyllä korkea aika niin     se meidän viiri aikaansaada
it’ s high time, you know,     to get our streamer done
ei liity nyt mitenkään tähän asiaan (nyt ni)
it’ s in no way connected with this matter (you know)

24ce qui est produit pendant la suspension de la progression du discours, n’entre ni en relation syntagmatique, ni en relation paradigmatique avec ce qui l’entoure : le locuteur produit un commentaire que l’interlocuteur doit comprendre comme ne relevant ni de la suite du tour, ni d’un rapport de substitution à un élément antérieur du tour. C’est la définition proposée de la parenthèse:

Thus the parenthesis remains outside of both the syntagmatic and the paradigmatic axis, as it were, and therefore differs from the word replacements and construction modifications. (Duvallon & Routarinne 2005, p. 8.)

1.3. Paradigme : série potentielle ; série effective ?

25Un rapide parcours des emplois du terme de « paradigme » montre que les auteurs en font différents usages, qui peuvent correspondre à :

  • une série potentielle, c’est-à-dire tout ce qui pourrait commuter avec un certain élément dans un contexte considéré. C’est là la définition “classique” ;

  • une série effective 1. Dans l’approche par bribes (Blanche Benveniste 1997), ou dans certains travaux sur la reformulation, on considérera comme paradigme ce qui est effectivement produit dans une prise de parole ou au cours d’une recherche de mot. Dans ce dernier cas, au cours du piétinement (par exemple « dans ce camping euh dans ce dans cet hôtel »), on a une prise en compte minimale de la temporalité puisque l’on considère qu’il y a suspension —, mais le parcours lui-même du paradigme (effectif et non virtuel, puisqu’il est constitué des “candidats” proposés) n’est pas conçu comme temporalisé. On pourrait considérer que la représentation par bribes, avec les retours à la ligne visualise la temporalité de la production, mais ce n’est pas complètement le cas, puisque, dans la représentation des aller-retour sur l’axe syntagmatique, la représentation adoptée est fondée sur « la séquence maximale » (Blanche Benveniste 1997, p. 21) :

des systèmes     nouveaux
des systèmes mécaniques     nouveaux
[…] la version la plus développée du syntagme nominal vient en second, alors que dans la première version, plus courte, une place était restée vide (Ibid.).

26La représentation fondée sur la séquence maximale consiste en quelque sorte à bouleverser la temporalité de la production en suspendant les éléments représentés pour laisser une place à un élément qui ne sera produit qu’après.

    • 4 « Il s’agit, en première approximation, de listes de syntagmes (en général nominaux, parfois verbau (...)

    une série effective 2. Dans certains usages du terme paradigme, il en vient à désigner, d’une façon complètement “détemporalisée”, l’ensemble des éléments utilisés pour désigner un certaine entité dans un texte (champ lexical, toutes les anaphores / cataphores, voir la notion de « Paradigme définitionnel », Mortureux 19934).

  • 5 Ou encore dans le “paradigme interactionniste” pour référer à l’autre grande acception du terme par (...)

27Dans la section suivante, nous allons examiner quelles notions-clés de la linguistique interactionnelle peuvent être mises en regard de celle de paradigme, et inversement observer comment certains phénomènes décrits comme relevant du paradigme dans d’autres approches sont conceptualisés en linguistique interactionnelle. Cette réflexion nous conduira à souligner et discuter certaines dimensions centrales des approches interactionnistes5, notamment la temporalité et le choix du point de vue « émique », point de vue des membres.

2. Les approches de la linguistique interactionnelle

  • 6 Les deux autres dimensions essentielles étant le caractère situé, et la co-construction de la parol (...)
  • 7 Schegloff présente la notion de progressivité en ces termes : « The default relationship between th (...)

28Dans les approches de la linguistique interactionnelle, le caractère “temporalisé” de la production de la parole, ordre syntagmatique, est une des dimensions essentielles que les descriptions cherchent à prendre en compte de façon systématique6, avec les notions de temporalité (succession d’éléments), de séquentialité (implication d’un élément suivant par un premier élément) et de progressivité. La progressivité désigne l’orientation des participants vers l’avancée de l’interaction, par l’enchaînement attendu d’éléments : un mot après l’autre, une unité de construction du tour après l’autre, une deuxième partie de paire après une première partie de paire, etc. C’est là ce que Schegloff (2007) appelle la « relation par défaut » entre les élements successifs, à différents niveaux d’organisation, c’est-à-dire une succession sans interruption et sans élément venant s’insérer et suspendre la progression7. Il n’est pas rare bien sûr que certains éléments viennent suspendre momentanément la progression de l’interaction, par exemple, au niveau du tour, les réparations ou, au niveau de la séquence, l’obtention retardée d’une réponse après une question. Mais Stivers & Robinson (2006) montrent toutefois que la progressivité est toujours préférée par les participants (voir aussi Stivers, Enfield & Levinson 2010). On peut donc facilement faire un lien entre la notion de syntagme et celle de progressivité, les deux référant à une production de la parole de l’ordre du parcours et de la trajectoire. En revanche, il en va différemment pour le paradigme. La difficulté première que l’on rencontre est que le paradigme est immobile ; il est hors du temps. C’est en quoi il est toujours discutable d’associer cette notion aux différents aspects de la production de la parole. L’autre aspect de la question qui surgit lorsqu’on examine les aspects des descriptions interactionnelles que l’on pourrait associer à la notion de paradigme concerne la position “surplombante” qu’il semble impliquer bien souvent. Nous discutons ces points ci-dessous, en passant en revue les aspects de la description interactionnelle pour lesquels la notion de paradigme pourrait être intéressante.

29On pourrait chercher à établir un lien entre le paradigme et le principe général présidant à l’interprétation de la parole en interaction par quiconque s’y trouve engagé (et en conséquence par les analystes) : « why that now » (Schegloff & Sacks 1973) :

Past and current work has indicated that placement considerations are general for utterances. That is: a pervasively relevant issue (for participants) about uttterances in conversation is « why that now » […]. That is to say, some utterances may derive their character as actions entirely from placement considerations. (Schegloff & Sacks 1973, p. 299.)

30Ce principe est formulé pour souligner l’importance de la séquentialité dans la compréhension de ce qui se passe dans l’interaction, l’emplacement séquentiel pouvant dans certains cas déterminer la valeur d’action des énoncés produits. On pourrait proposer que le “that” de la fameuse formule « why that now » puisse être entendu comme signifiant « ça plutôt que ça », « tel enchaînement plutôt que tel autre », « telle action plutôt que telle autre ». Cette vision est indirectement formulée par Sidnell lorsqu’il commente le principe dans les termes suivants :

[…] recipients must work to recognize what action some particular practice of speaking is being used to accomplish and, inversely, why this particular practice has been selected to accomplish it. (2013, p. 83.)

31La sélection de telle pratique particulière pourrait impliquer qu’il existe un ensemble de réalisations auxquelles le locuteur aurait pu recourir pour son action.

32Dans le même ordre d’idée, on pourrait associer certaines descriptions de la « préférence » (Pomerantz 1984) à la notion de paradigme. On parle de « préférence » pour décrire les enchaînements qui, dans le cadre d’un échange, sont plus simples et produits plus rapidement que d’autres qui sont souvent précédés de pauses, d’hésitations, dans des tours plus complexes et accompagnés de justifications (par exemple le refus après l’invitation est dispréféré par rapport à l’acceptation). Ce que l’on conceptualise en formulant le fait que l’acceptation est préférée au refus, l’accord au désaccord, etc. construit une forme de paradigme en dégageant la catégorie de ce qui peut enchaîner après une certaine action (ex. l’ensemble des réponses possibles après un compliment par exemple, cf. Kerbrat-Orecchioni 1987), et en distinguant encore deux sous-catégories parmi ces actions en deuxième position. On serait là dans une sorte de série potentielle.

  • 8 Les cas comme ceux qui sont étudiés dans Traverso & Ravazzolo (2016) de paradigmes désignatifs util (...)

33La question que soulève cette conception est celle de la pertinence de cette vision pour les locuteurs. La sélection dans un ensemble potentiel de réalisations possibles est-elle sous-jacente au processus de production et d’interprétation des locuteurs ? Plus précisément, si l’on peut observer dans les interactions que la production effective d’un locuteur en deuxième position dans un échange ne correspond parfois pas à ce que le premier avait projeté, peut-on, en restant fidèle à ce qui est pertinent pour les participants, faire intervenir un paradigme des enchaînements possibles pour expliquer le décalage entre l’attente et la réalisation ? Autrement dit, la construction de paradigme dans ces cas ne contraint-elle pas à abandonner l’approche « émique » (Pike 1967), par laquelle on tente de s’approcher le plus possible de l’expérience des participants, ou du moins de ne pas la perdre de vue, pour s’engager dans une approche « étique » (liée aux catégorisations du chercheur)8.

34On pourrait également associer la notion de paradigme aux « collections » pour l’étude des phénomènes interactionnels. Ce sont des ensembles d’occurrences d’un certain phénomène (par exemple les usages d’une particule comme « oh », d’un type de construction comme la dislocation, les modes de réalisation d’une certaine action dans une certaine position, par exemple le refus après une offre, etc.). On retrouve ici la série effective 1, version “faible” de la notion de paradigme, une liste, une collection.

35Enfin, on peut également considérer que les descriptions de la réparation, et notamment de la recherche de mot, telles qu’elles sont faites en analyse conversationnelle, ne sont pas si éloignées de celle dans laquelle Blanche-Benveniste fait intervenir la notion de paradigme. Mais les descriptions interactionnelles cherchent justement à remettre les essais successifs (le paradigme chez Blanche-Benveniste) dans le temps de la production, en considérant d’une part que si la progression de l’interaction est effectivement suspendue, la recherche de mot ouvre une nouvelle activité qui présente sa progression propre, et en prenant en compte d’autre part que la recherche de mot s’effectue en interaction, et qu’elle est en conséquence organisée séquentiellement, donc temporellement. Dans la seconde partie de l’article, nous nous concentrons sur ces cas.

3. La recherche de mot : une description temporalisée

36Les extraits présentés ci-dessous proviennent en partie de la base de données CLAPI9, et d’autres font partie du corpus de conversations familières étudié dans Traverso 1996. Il s’agit de visites entre amis.

37Commençons par l’analyse d’un extrait :

Extrait 1. Conversation familière Navye (CLAPI)
1  LIN  elle tricote toujours euh : =
2  ANN  =ouais ouais bien
3  LIN  avec passion =
4  ANN  =ouais avec frénésie
5  LIN  ouais même on peut dire (.) carrément

38Dans cet extrait, aux lignes 3 et 4, LIN et ANN produisent des syntagmes « avec passion », « avec frénésie » qui viennent exploiter la construction « elle tricote toujours » produite à la ligne 1 par LIN. Il est également intéressant de noter que, à la ligne 5, LIN fait un commentaire métadiscursif sur la gradation construite dans les tours précédents.

39On pourrait également suggérer que, dans sa question de la ligne 1, L indique peut-être un manque de mot après « toujours », notamment par la présence du « euh » (mais il peut être suivi d’un geste ou d’une mimique qui complèterait l’énoncé qui semble, sans prise en compte de la multimodalité, inachevé ; elle peut aussi tout simplement produire un énoncé inachevé syntaxiquement, mais complet actionnellement). Dans la première hypothèse, dans sa réponse, après les morphèmes de confirmation, ANN produit ce qui pourrait être considéré comme une complétion « bien » (dans la seconde, ce serait une évaluation sans lien syntaxique avec le tour 1).

40Le même type de phénomène est attesté dans l’extrait suivant, où les deux locuteurs plaisantent sur des histoires de chats :

Extrait 2. Conversation familière Navye (CLAPI)
1  ANN  i voulait plus manger Poussinet
2  YVO  ah bon
3  ANN  ouais : (parce que) Céline elle dormait avec Papoune
4  YVO  ça l’avait troublé
5  ANN  ouais ça l’avait troublé ça l’avait traumatisé ((rire))

  • 10 Montrant à la fois qu’il a compris que l’histoire est finie, et qu’il en a saisit le sens (cf. Sack (...)

41En réception de l’histoire racontée par ANN à propos de son chat (Poussinet) qui boudait parce que sa fille (Céline) dormait avec le chat « invité » qu’elle gardait (Papoune), YVO produit ligne 4 un commentaire10. À la ligne suivante, ANN accuse réception de ce commentaire (« ouais »), le répète (« ça l’avait troublé ») et y ajoute une reformulation (« ça l’avait traumatisé »).

42Dans les deux cas, on pourrait constituer les paradigmes des éléments qui viennent commuter (ou s’additionner) sur les emplacements (« (bien), avec passion, avec frénésie », et « troublé, traumatisé »). Mais dans les deux cas, on perd beaucoup à gommer la temporalité de ces productions.

43Dans les deux cas en effet, les participants font fonctionner une gradation, qui est soulignée explicitement dans l’extrait 1 (« ouais même on peut dire (.) carrément »), et simplement repérée par le rire ligne 5 dans l’extrait 2.

44Dans l’extrait 2, la répétition de la construction « ça l’avait… » est essentielle pour la tonalité ironiquement dramatique donnée à cette histoire de chat boudeur. Et la répétition est justement éminemment temporelle (puisque la reprise une deuxième fois est justement ce qui fonde la notion même de répétition).

45Observons maintenant quelques extraits dans lesquels les contributions des partenaires dans la recherche de mot sont rejetées.

46Dans le premier extrait, le rejet n’est pas complet :

Extrait 3. Conversation familière. Démarcheurs à domicile (corpus Traverso)
1  LEA  ouais mais j` comprends que t` façon i vienne
2    et il essaie d` me fourguer sa :/
3    (0.4)
4  FRE  sa [came/
5  CAR  [°xx°
6  LEA  oui/ sa marchandise/ mais moi j` lui avais dit […]

47À la ligne 2, la locutrice hésite dans la production de son énoncé (allongement de « sa » et elle le laisse inachevé. Après une pause, ligne 3, un de ses interlocuteurs lui propose le syntagme « sa came » complétant l’expression « fourguer sa came ». Tout en ratifiant cet apport (ligne 6, « oui »), LEA semble ne pas l’intégrer dans son discours : elle ne le répète pas, mais opte pour un autre mot « marchandise » (opérant un changement de registre).

48Détemporaliser ces productions, en se focalisant sur le paradigme des éléments susceptibles de compléter la construction verbale (“came”, “camelote”, “marchandise”, “produit”, “article”, etc.), reviendrait d’une part à en gommer le caractère collaboratif, et tendrait d’autre part à dissimuler le rejet par L de la contribution de F. L’une et l’autre (la construction collaborative et le rejet d’une proposition) sont nécessairement organisés temporellement.

49Dans les deux extraits suivants, les rejets sont plus explicites :

Extrait 4. Conversation familière. Cérangé (corpus Traverso)
1  LIN  ((à propos d’un tableau au mur que P regarde)) c’est
2    d` la : : comment ça s’appelle déjà
3  PAU  d` la pyro
4  ALB  de quoi
5  PAU  gravure
6  ALB  sérigraphie
7  LIN  c’est pas d` la pyro c’est d` la sérigraphie

50Dans cet extrait, LIN en appelle explicitement à la collaboration de ses interlocuteurs pour trouver le mot qui lui manque. La façon dont cette recherche collective s’effectue est intéressante. La première participante à collaborer est PAU, ligne 3. Elle propose un mot qui vient répondre à la demande de L (« comment ça s’appelle déjà »). Le mot proposé « pyro » désigne une technique de gravure, et il est produit sous une forme abrégée (diminutif du mot “pyrogravure”). L’intervention de ALB à la ligne 4 manifeste que ce locuteur rencontre un problème (par sa question « de quoi », cf. un open class repair initiator, Drew 1997). En réponse, PAU complète syntagmatiquement sa première production (« gravure », ligne 5), reconstruisant, à distance, le terme complet « pyrogravure ». Ligne 6, ALB propose alors un autre mot (une autre technique), « sérigraphie », qui est entériné par LIN à la ligne 7.

51On peut bien évidemment considérer que les participants parcourent (cherchent dans) le paradigme des noms désignant des techniques graphiques, mots qui s’associent dans leur mémoire (cf. Saussure 1971 [1916], p. 171). Mais, outre que la production de la ligne 5 ne relèverait pas de ce paradigme mais de la complétion d’un mot composé — ou alors d’un autre paradigme « pyrolyse, pyrotechnie, etc. »—, recourir à la notion de paradigme nous fait cette fois encore perdre la temporalité / séquentialité des productions des différents locuteurs, essentielle dans les processus interactionnels, et dont Goodwin & Goodwin (1986) ont montré la mise en œuvre progressive et multimodale à une granularité très fine.

52Dans le dernier extrait, les participants sont en train de discuter des techniques utilisées par les démarcheurs à domicile.

Extrait 5. Conversation familière. Démarcheurs à domicile (corpus Traverso)
1  FRE non non tu- tu peux pas enc- tu peux pas prendre en compte ou
2    tu n` peux pas entendre/ (0.3) mais quelque part tu dois en
3  ->    faire quelque [chose\] de c` refus\ =
4  CAR   [hm/ ]
5  CAR  =ouais bien sûr
6 ->  FRE  pas c` refus/ de [ce]
7 ->  CAR   [de] cet intérêt : et de ce refus/
8    [°c’est un peu xxxx° ]
9 ->  FRE  [non :\ de c- de- de cet(te) euh : :] non/ de c- de c- de
10 ->    cet(te) euh : :/ comment on dit euh :/
11    (1.4)
12 ->  JUL  ouais/ t` as quelqu’un qui v- qui qui [(dit) ]
13 ->  FRE   [de c` ] pré-requis/
14 ->    qui te dit attention voilà :\ moi euh :/ (.) a priori j` suis
15    pas intéressé/ maint`nant (0.4) euh :/ vous m` dites que c’est
16    génial ou j` sais pas trop quoi/ je veux bien/ vous entendre/
17    (0.3) mais sachez que (.) [..]

53À la ligne 1, FRE soutient l’idée qu’un vendeur à domicile doit tenir compte (« faire quelque chose », ligne 2) des réticences exprimées par les clients prospectés qui acceptent de l’écouter tout en lui disant qu’ils n’achèteront pas le produit qu’il leur propose. C’est le complément du syntagme verbal « faire quelque chose de », ligne 3, qui sera la base de la recherche de mot. En effet, après avoir produit « c` refus », et obtenu l’assentiment de CAR, FRE revient sur ce mot ligne 6, en le disqualifiant « pas c` refus/ », et en répétant le début du syntagme prépositionnel qu’il laisse inachevé. CAR collabore immédiatement à cette recherche, ligne 7, en proposant non un mot, mais un syntagme complexe, qu’elle fait suivre d’un commentaire (« [de] cet intérêt : et de ce refus/ »). Ceci entraîne un nouveau refus de F ligne 9, qui continue à exhiber sa difficulté à trouver le mot juste, par la répétition de la préposition (« [non :\ de c- de- de cet(te) euh : :] non/ de c- de c- de cet(te) euh : :/ »), avec des modifications de « ce », vers « cet » ou « cette », qui projettent soit un mot commençant par une voyelle, soit un mot féminin, ces indices marquant les répétitions du sceau du syntagme, avec la projection « intégrée » de ce qui suit . À la fin de son tour de parole, ligne 10, FRE ouvre à nouveau la recherche du mot juste à l’ensemble du groupe « comment on dit euh :/ ».

54Après une longue pause ligne 11, c’est JUL qui intervient et collabore à la recherche de mot en initiant une tout autre construction (« ouais/ t` as quelqu’un qui v- qui qui dit »). Il est rapidement interrompu par FRE, qui reprend sa construction initiale (le complément prépositionnel de « faire quelque chose de »), et produit le mot « pré-requis » (ligne 13). Il est intéressant d’observer que le mot est immédiatement élaboré par une relative (« [de c` ] pré-requis/ qui te dit attention voilà :\ moi euh :/… », ligne 14), qui reprend, mais en l’attribuant au pré-requis et non à « quelqu’un », ce que JUL vient d’essayer de proposer.

55Dans cet extrait, en plus des phénomènes collaboratifs et séquentiels que nous avons observés dans les extraits précédents, on voit à l’œuvre le bricolage lexical collectif (ici sur une base de désaccord), qui est plus ample que le parcours d’un (ou de) paradigme(s).

4. Bilan

56Le point d’arrivée de cette déambulation, et le glanage qui a pu être fait en cours de route, est que recourir au paradigme pour la description des fonctionnements interactionnels impliquerait d’en étendre sensiblement la portée.

57Une des difficultés tient à la volonté des analyses de linguistique interactionnelle de produire une description au plus proche de celle que les participants eux-mêmes effectuent. La notion de paradigme est le fait de l’analyste (par exemple ce que nous avons appelé le paradigme comme série effective 2), qui regroupe certains éléments prélevés dans les productions des locuteurs pour former un “ensemble”, hors discours, hors interaction et hors temporalité. Si l’on sait bien que les locuteurs peuvent parfois “remonter” vers l’arrière de la production, reprendre un élément ancien, répondre ou faire écho à distance, etc., il est loin d’être sûr qu’ils passent par le truchement d’un paradigme.

58Mais le point d’achoppement majeur, comme j’ai essayé de le montrer, est le caractère statique, au sens de immobile, d’atemporel, de cette notion telle qu’elle est généralement présentée et comprise. Or l’objectif central de la linguistique interactionnelle est de rendre compte des processus de production de la parole en interaction, qui, en tant que processus sont fondamentalement temporalisés. L’approche par paradigme semble annihiler la possibilité de prendre en compte la construction progressive, et parfois “responsive”, “dialogique”, des productions. Déplacer la portée de la notion de paradigme de sorte à rendre ces prises en compte possibles, temporaliser le paradigme en quelque sorte, aurait pour conséquence de déconstruire l’opposition au sein de laquelle cette notion fait sens en linguistique, dans un système avec le syntagme, vidant partiellement ce dernier de sa spécificité.

Haut de page

Bibliographie

Auer, Peter (2002), « Projection in Conversation and Projection in Grammar », InLiSt, 33, http://www.inlist.uni-bayreuth.de/issues/33/Inlist33.pdf.

Bilger, Mireille (1988), « Les réalisations en ET TOUT (ça) à l’oral », Recherches sur le français parlé, 9, publication du GARS, Université de Provence, pp. 97-109.

Blanche Benveniste, Claire (1997), Approche de la langue parlée en français, Paris, Ophrys.

Drew, Paul (1997), « “Open” Class Repair Initiators in Response to Sequential Sources of Trouble in Conversation », Journal of Pragmatics, 28 (1), pp. 69-101.

Duvallon, Outi & Routarinne, Sara (2005), « Parenthesis as a Resource in the Grammar of Conversation », in Hakulinen & Selting (éds), Syntax and Lexis in Conversation: Studies on the Use of Linguistic Resources in Talk-in-interaction, Amsterdam, John Benjamins, pp. 45-74.

Goodwin, Marjorie Harness & Goodwin, Charles (1986), « Gesture and Participation in the Activity of Searching for a Word », Semiotica, 62, 1/2, pp. 51-75.

Hopper, Paul J. (2011), « Emergent Grammar and Temporality in Interactional Linguistics », in Auer & Pfänder (éds), Constructions: Emerging and Emergent, Götingen, De Gruyter, pp. 22-44.

Jakobson, Roman (1963), Essais de linguistique générale, Paris, Seuil.

Jefferson, Gail (1990), « List-Construction as a Task and Resource », in Psathas (éd.), Interaction Competence, New York, Irvington Publishers, pp. 63-92.

Kahane, Sylvain & Pietrandrea, Paola (2012), « La typologie des entassements en français », 3e congrès mondial de linguistique française, SHS Web of Conferences, 1, pp. 1809-1828, http://www.shs-conferences.org/articles/shsconf/pdf/2012/01/shsconf_cmlf12_000238.pdf

Kerbrat-Orecchioni, Chaterine (1987), « La description des échanges en analyse conversationnelle : L’exemple du compliment », DRLAV, 36/37, pp. 1-53.

Kuhn, Thomas S. (1962), The Structure of Scientific Revolutions, Chicago, The University of Chicago Press, nouv. éd. 1970; trad. fr. La Structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion, 1972.

Mondada, Lorenza & Traverso, Véronique (2016), « Beyond Orality: Interaction and Multimodality », in Detey, Durand, Laks & Lyche (éds), Varieties of Spoken French: A Source Book, Oxford, Oxford University Press, pp. 108-123.

Mortureux, Marie-Françoise (1993), « Paradigmes désignationnels », Semen, 8 ; mis en ligne le 25 mai 2007, consulté, le 15 janvier 2015, http://semen.revues.org/4132.

Pike, Kenneth L. (1967), « Etic and Emic Standpoints for the Description of Behavior », in Hildum (dir.), Language and Thought: an Enduring Problem in Psychology, Princeton (NJ), D. Van Norstrand Company, pp. 32-39.

Pomerantz, Anita (1984), « Agreeing and Disagreeing with Assessments: Some Features of Preferred/Dispreferred Turn Shapes », in Atkinson & Heritage (éds), Structures of Social Action: Studies in Conversation Analysis, Cambridge, Cambridge University Press, pp. 57-101.

Sacks, Harvey (1986), « Some Considerations of a Story Told in Ordinary Conversations », Poetics, 15, pp. 127-138.

Saussure, Ferdinand de (1916), Cours de linguistique générale, publié par Bally & Sechehaye, Lausanne-Paris, Payot ; nouv. éd. 1971 ; https://fr.wikisource.org/wiki/Livre :Saussure_-_Cours_de_linguistique_g %C3 %A9n %C3 %A9rale,_ %C3 %A9d._Bally_et_Sechehaye,_1971.djvu.

Schegloff, Emanuel A. (1980), « Preliminaries to Preliminaries: Can I Ask You a Question? », Sociological Inquiry, 50, pp. 104-152.

Schegloff, Emanuel A. (2007), Sequence Organization in Interaction, Cambridge, Cambridge university Press.

Schegloff, Emanuel A. & Sacks Harvey (1973), « Opening Up Closings », Semiotica, 8, pp. 289-327.

Selting, Margret (2007), « Lists as Embedded Structures and the Prosody of List Construction as an Interactional Resource », Journal of Pragmatics, 39, pp. 483-526.

Stivers, Tanya & Robinson, Jeffrey D. (2006), « A Preference for Progressivity in Interaction », Language in Society, 35, 3, pp. 367-392.

Stivers, Tanya, Enfield, N.J. & Levinson, Stephen C. (éds, 2010), « Question-Response Sequences in Conversation across Ten Languages », Journal of Pragmatics, 42, 10, pp. 2615-2860.

Streek, Jurgen (1995), « On Projection », in Goody (éd.), Interaction and Social Intelligence, Cambridge, Cambridge University Press, pp. 84-110.

Traverso, Véronique (1996), La Conversation familière, Lyon, PUL.

Traverso, Véronique (2012), « Listes et mise en place de classes d’objets dans les échanges ordinaires », in Capello, Conenna & Dufiet (éds), Synonymie au-delà du lexique, Udine, Forum, pp. 111-131.

Traverso, Véronique (2016), Décrire le français parlé en interaction, Paris, Ophrys.

Traverso, Véronique & Ravazzolo, Elisa (2016, à paraître), « Définitions ostensives co-construites. Le cas de la visite guidée », Langages.

Haut de page

Notes

1 TLFI : « Ensemble des unités d’un certain type apparaissant dans un même contexte et qui sont de ce fait dans un rapport d’opposition, de substituabilité (par opposition à syntagme) » ; Dictionnaire de l’académie : « Ensemble des éléments d’un mot ou d’une phrase susceptibles de commuter, que l’on peut faire varier en les substituant l’un à l’autre dans un contexte donné (paradigme des déterminants, articles, etc.) ».

2 Pour Saussure, ces relations paradigmatiques n’ont pas « pour support l’étendue ; leur siège est dans le cerveau ; elles font partie de ce trésor intérieur qui constitue la langue chez chaque individu » (Ibid., p. 171).

3 L’énoncé est ici représenté en “bribes”, qui permettent de distinguer, dans la mise en forme spatiale, ce qui relève de l’axe du syntagme de ce qui relève de l’axe du paradigme (Ibid., p. 17).

4 « Il s’agit, en première approximation, de listes de syntagmes (en général nominaux, parfois verbaux) fonctionnant en coréférence avec un vocable initial dans un discours donné. Il faudra, ultérieurement, préciser la chose en distinguant d’abord, parmi les reformulants, entre syntagmes à valeur désignative et périphrases définitionnelles (paraphrases) » (Mortureux 1993, p. 14).

5 Ou encore dans le “paradigme interactionniste” pour référer à l’autre grande acception du terme paradigme. Dans le cadre de ce numéro en particulier, il me semble en effet important de prendre au sérieux les différences de paradigmes, et de présenter aussi clairement que possible, dans ceux auxquels on se réfère, la façon dont les objets sont conceptualisés et ce qui est tenu comme descriptible par les méthodes adoptées, en en définissant aussi les limites, faisant ainsi écho à Kuhn : « L’utilité d’un paradigme est de renseigner les scientifiques sur les entités que la nature contient ou ne contient pas et sur la façon dont elles se comportent. Ces renseignements fournissent une carte dont les détails seront élucidés par les travaux scientifiques plus avancés. En apprenant un paradigme, l’homme de science acquiert à la fois une théorie, des méthodes et des critères de jugement, généralement en un mélange inextricable » (Kuhn 1962, trad. fr. p. 155).

6 Les deux autres dimensions essentielles étant le caractère situé, et la co-construction de la parole en interaction, cf. Mondada & Traverso 2016, Traverso 2016.

7 Schegloff présente la notion de progressivité en ces termes : « The default relationship between the components of most kinds of organization is that each should come next after the prior. In articulating a turn-constructional unit, each element each word, for example should come next after the one before ; in fact, at a smaller level of granularity, each syllable indeed, each sound should come next after the one before it. So also with the several turn-constructional units that compose a multi-unit turn ; so also with the consecutive turns that compose a spate of talk ; so also with the turns that compose a sequence, etc. Moving from some element to a hearably-next-one with nothing intervening is the embodiment of, and the measure of, progressivity » (Schegloff 2007, p. 15).

8 Les cas comme ceux qui sont étudiés dans Traverso & Ravazzolo (2016) de paradigmes désignatifs utilisés par le guide dans des visites guidées de jardin semble assez différent, car le guide dans ces cas rapporte des nomenclatures de plantes et des variantes nominales (nom populaire, nom usuel, nom latin, etc.).

9 http://clapi.ish-lyon.cnrs.fr/.

10 Montrant à la fois qu’il a compris que l’histoire est finie, et qu’il en a saisit le sens (cf. Sacks 1986).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique Traverso, « Déambulations autour du paradigme et de la temporalité de l’interaction », Signata, 8 | 2017, 129-144.

Référence électronique

Véronique Traverso, « Déambulations autour du paradigme et de la temporalité de l’interaction », Signata [En ligne], 8 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 25 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/signata/1400 ; DOI : 10.4000/signata.1400

Haut de page

Auteur

Véronique Traverso

Véronique Traverso est directrice de recherche au CNRS au laboratoire ICAR à Lyon. Elle est spécialiste de l’analyse des interactions et de linguistique interactionnelle multimodale. Ses publications récentes sont : Décrire le français parlé en interaction, chez Ophrys (2016) ; Interactions, dialogues, conversations : l’oral en français langue étrangère avec E. Ravazzolo, V. Traverso, E. Jouin-Chardon et G. Vigner (2015). Elle travaille sur des situations d’interaction variées, publiques et privées, en français, en arabe et en contexte plurilingue.

Haut de page

Droits d’auteur

Signata - PULg

Haut de page
  • Logo Presses universiatires de Liège
  • Logo Université de Liège
  • OpenEdition Journals