Navigation – Plan du site

AccueilCollection électroniqueChroniques2015-2016Lituanie

2015-2016

Lituanie

La sémiotique en Lituanie : chronique 2015-2016
Kęstutis Nastopka et Jūratė Levina

Texte intégral

1Les recherches sémiotiques en Lituanie s’organisent notamment autour du Centre Greimas de la sémiotique et de la théorie littéraire de l’université de Vilnius. La sémiotique y est enseignée par le professeur affilié Kęstutis Nastopka, les maîtres de conférences Nijolė Keršytė, Loreta Mačianskaitė, Dalia Satkauskytė, les conférencières Gintautė Žemaitytė, Jurga Katkuvienė et Jūratė Levina. Chaque année, les étudiants en master de sémiotique suivent les cours de socio-sémiotique donnés par Eric Landowski, professeur invité. Le professeur de l’Université des sciences de l’éducation Dainius Vaitiekūnas et le directeur de la maison d’édition Baltos lankos Saulius Žukas sont, eux aussi, liés aux recherches sémiotiques du Centre. Le directeur du Centre Greimas est le professeur Arūnas Sverdiolas, philosophe et phénoménologue.

2L’année 2014 a marqué le début du fonctionnement de l’Institut international de la sémiotique à Kaunas. L’Institut est rattaché à l’Université technologique de Kaunas et fait partie de l’Association nordique pour les études sémiotiques (Nordic Association for Semiotic Studies) à côté de Tartu, Lund et Aarhus. Le directeur de l’Institut est le professeur Dario Martinelli. Il a repris le poste d’Eero Tarasti, qui était directeur de l’Institut international de la sémiotique à Imatra (Finlande) de 1988 à 2014. L’Institut à Kaunas a organisé, en 2015 et 2016, des colloques internationaux auxquels les chercheurs du Centre Greimas ont participé eux aussi. Dario Martinelli, pour sa part, a donné une conférence à la Semaine des études académiques du Centre Greimas en 2016.

3Depuis la fondation du Centre en 1992, un séminaire interdisciplinaire, où se rencontrent les approches sémiotique et phénoménologique des problèmes, a lieu chaque semaine, de septembre à juin. En 2015-2016, on a pu écouter, entre autres, dans le cadre de ce séminaire, les conférences de Per Aage Brandt (« Le développement de la théorie des modalités après Greimas ») et d’Eric Landowski (« De la sémiotique vivante » et « Quêtes d’identité, crises d’altérité »).

4Les 22-24 octobre 2015, en collaboration avec l’Université humanitaire européenne et l’Institut français, le Centre Greimas a organisé un colloque international Le Temps de Roland Barthes.

5En ce qui concerne les publications, le principal organe de diffusion de la sémiotique en Lituanie est Semiotika. La revue était fondée en 1994, sept numéros ont paru avant 1999. L’édition a été renouvelée en 2012. Depuis 2015, la revue est publiée (un numéro par an) sur support électronique http://www.semiotika.lt/​zurnalas-semiotika/​. On y trouve des articles et des analyses de différents objets sémiotiques publiés en lituanien avec les résumés en anglais ou en français, ainsi que des travaux des sémioticiens d’autres pays, traduits en lituanien.

6Semiotika 11, 2015 a publié deux articles sur la passion amoureuse : l’un sur l’amour dans la littérature lituanienne (« Non découvert mais nécessaire : l’amour dans le roman de Vincas Mykolaitis-Putinas Dans l’ombre des altaires » par Virginija Cibarauskė et Paulius Jevsejevas) et le deuxième sur l’amour dans les Mille et Une Nuits (« La difficile union des amants : Ghânim et Qût al-Qulûb” par Heidi Toelle). Les autres publications : « Texte et subtexte : sur l’exemple de deux poèmes de Boris Pasternak » par Tomas Venclova, « La place de la psychanalyse dans l’édification de la sémiotique de Greimas : de Sémantique structurale à Sémiotique des passions » par Ivan Darrault-Harris.

7Semiotika 12, 2016 a publié l’entretien de Kęstutis Nastopka avec Per Aage Brandt « À propos de sémiotique, de mathématique, de musique et de poésie », l’analyse sémiotique de l’emballage d’un produit de vodka lituanien par Edvardas Kavarskas, l’article d’Agnė Gecevičiūtė sur l’aspect plastique de la signification dans la musique, l’analyse sémiotique d’un recueil des poèmes de Gytis Norvilas par Kęstutis Nastopka et une recherche supplémentaire d’Heidi Toelle sur l’amour arabe (« Essai d’analyse sémiotique de la passion amoureuse telle que lexicalisée et perçue par les Arabes à l’époque classique »).

8Les recherches sémiotiques sont aussi publiées par la maison d’édition Baltos lankos et par la revue portant le même nom. En 2016, il est paru, chez Baltos lankos, la traduction des essais socio-sémiotiques d’Eric Landowski Le sens hors de texte [Prasmė anapus teksto] (traduits en lituanien par Paulius Jevsejevas).

9En 2016, la maison d’édition Žara a publié la traduction des Fragments d’un discours amoureux de Roland Barthes (traduit en lituanien par Jurga Katkuvienė et Greta Štikelytė).

10De 2007 à 2015, les chercheurs du Centre Greimas ont rédigé un dictionnaire encyclopédique des termes littéraires lituaniens sur support électronique : Avantekstas (www.avantekstas.flf.vu.lt). Le dictionnaire décrit les domaines actuels de réflexion sur la littérature. On y présente des approches théoriques telles que la sémiotique, l’intertextualité, l’herméneutique, la critique textuelle, la narratologie, la déconstruction. Le dictionnaire donne les équivalents des termes lituaniens en anglais, français, allemand et russe. La description des termes contient des exemples de la culture lituanienne et des contributions des chercheurs lituaniens.

11Depuis la fondation du Centre, à Druskininkai, ville d’eau lituanienne, on organise chaque année, vers la fin du mois de juin ou vers le début du mois de juillet, la Semaine des études académiques, à laquelle participent des chercheurs et des étudiants en sciences humaines et sociales de différents instituts de recherches scientifiques et universités de la Lituanie, ainsi que des chercheurs de l’étranger. L’objectif de la Semaine est la collaboration interdisciplinaire et internationale entre chercheurs, enseignants et étudiants, la circulation des idées et des projets scientifiques, la stimulation de la pensée polémique.

12Pendant la Semaine académique de 2015, des chercheurs lituaniens ont débattu les problèmes de l’esthétique, de la phénoménologie ; d’autres ont présenté leurs analyses sémiotiques en matière d’art et de poésie. En 2016, dans une table ronde, les sémioticiens Saulius Žukas, Kęstutis Nastopka, Nijolė Keršytė, les critiques littéraires Darius Kuolys, Mindaugas Kvietkauskas, Jūratė Levina et le philosophe Arūnas Sverdiolas ont discuté de l’actualité de l’héritage de Greimas dans la Lituanie d’aujourd’hui. D’autres conférenciers ont présenté les résultats de leurs recherches dans les domaines de l’histoire, de la sociologie et de l’intertextualité. En 2015, le lecteur étranger était le professeur de l’université Anhembi Morumbi (São Paulo) Ricardo de Castro Monteiro (« La sémiotique du patrimoine : Andalousie », « Sociosémiotique et l’analyse de la politique et de la culture »), en 2015 et 2016, le professeur émérite de l’université d’Ohio (US) Algis Mickūnas (« L’expérience hors du temps et hors de l’espace » et « La conscience de Don Quichotte et la carotte de Sancho Panza »).

13Le projet principal de 2015-2016 du Centre Greimas est lié au centenaire de la naissance d’Algirdas Julien Greimas, que l’UNESCO a introduit dans le calendrier des commémorations de 2017. En Lituanie, l’année 2017 a été proclamée, sur décision du Parlement de la République de Lituanie, l’année de Greimas. Le projet de recherches archivistiques et bibliographiques et de diffusion de l’héritage lituanien de Greimas est dirigé et mené par Mme le Dr. Jūratė Levina. Y participent également : le professeur Kęstutis Nastopka, le professeur Arūnas Sverdiolas, les doctorantes Magdalena Slavinska et Austėja Oržekauskienė.

14En 2015-2016, on a examiné le matériel d’archives lié à Greimas (lettres, textes dactylographiés et manuscrits des articles publiés et non publiés, photos) et on a rassemblé les archives des copies numériques de ce matériel. La base des copies numériques des publications lituaniennes de Greimas a été mise en place. La plupart de ces publications sont intégrées à la bibliographie de publications lituaniennes publiée sur le site www.semiotika.lt/greimas en lituanien et en anglais. On publie également, sur ce site, du matériel photo, vidéo et audio à propos de Greimas, ainsi que la liste exhaustive des documents de l’héritage greimassien gardés aux archives de la Lituanie. Sur la base de ces recherches, on a prévu un programme de diffusion de l’héritage de Greimas, on a proposé des lignes directrices de recherches, on a préparé pour la publication un corpus de textes greimassiens, des mémoires à propos de Greimas, des interviews et des articles concernant la vie et l’activité de Greimas en Lituanie.

15L’année prochaine, les archives numériques du Centre Greimas seront complétées par un nouveau matériel à propos de Greimas, venant d’archives privées. On envisage de mener des recherches scientifiques et de mettre en place des publications sur la base du matériel d’archives rassemblé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kęstutis Nastopka et Jūratė Levina, « Lituanie »Signata [En ligne], Chroniques, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/signata/1432 ; DOI : https://doi.org/10.4000/signata.1432

Haut de page

Auteurs

Kęstutis Nastopka

Articles du même auteur

Jūratė Levina

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Signata sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search