Navigation – Plan du site

AccueilCollection électroniqueChroniques2015-2016Luxembourg

2015-2016

Luxembourg

Les années 2015-2016 de la sémiotique luxembourgeoise
Emmanuelle Pelard

Texte intégral

1En 2015-2016, l’activité sémiotique du Luxembourg a connu plusieurs temps forts.

i) L’équipe

2L’équipe de sémioticiens du Luxembourg, constituée par Marion Colas-Blaise (Professeur, directrice de l’Institut d’Études Romanes, Médias et Arts – Université du Luxembourg), par Gian Maria Tore (enseignant-chercheur, Institut d’Études Romanes, Médias et Arts), par Matteo Treleani (chercheur postdoctoral, Institut d’Études Romanes, Médias et Arts, jusqu’en juillet 2015) et par plusieurs doctorants, s’est élargie avec l’arrivée d’Emmanuelle Pelard (chercheur postdoctoral, Institut d’Études Romanes, Médias et Arts) en décembre 2015.

ii) Les projets de recherche

3Les projets de recherche en cours entendent explorer les pratiques de création artistique, de recherche et d’archivage renouvelées à l’ère numérique à travers une approche sémiotique. Ils s’inscrivent dans la continuité des précédents projets de recherche fondés sur l’étude de la ou des médiation(s) sémiotiques. Le projet de recherche « Langages et médias : la réénonciation d’événements culturels » (2014-2017), qui réunit, outre les sémioticiens, une chercheuse en information et communication ainsi qu’un historien de l’art a fourni un cadre théorique à de nombreux travaux de recherche.

iii) Congrès et colloques

4L’intérêt de recherche pour la notion de médiation a opéré comme un trait d’union dans l’organisation de plusieurs activités scientifiques. De fait, les années 2015 et 2016 furent prolifiques s’agissant de colloques, de congrès ou cycles de conférence au Luxembourg et à l’étranger.

5Ainsi, les membres de l’équipe du Luxembourg ont été invités à donner des conférences dans des universités étrangères et ils ont participé à de nombreux colloques de sémiotique dans des pays européens et non européens.

6Parmi les activités liées de manière directe à l’Université du Luxembourg, retenons la convention entre l’Università Ca’ Foscari de Venise et l’Université du Luxembourg, qui a donné lieu à deux conférences internationales :

  • l’une sur le format « MicroMacro. Scale Jumping in the Artwork », qui s’est tenue dans le cadre de la Biennale Art contemporain de Venise, le 5 mai 2015 ;

  • l’autre sur la notion de détail, intitulée « MicroMacro. Pratiques du détail », qui a eu lieu lors de la Biennale de l’Architecture de Venise, le 30 mai 2016.

7Les journées d’études ont accueilli des chercheurs de renommée internationale, en provenance d’universités françaises, italiennes, belges et luxembourgeoises. Les communications qui ont animé ces deux journées MacroMicro 2015-2016 étaient issues de plusieurs champs disciplinaires (sémiotique, histoire de l’art, études cinématographiques, etc.).

8Autre événement à caractère interdisciplinaire qui a ouvert l’année sémiotique 2015, cette fois au Luxembourg : le colloque « Sonder l’abyme. La mise en abyme dans les textes et les images », organisé par Tonia Raus et Gian Maria Tore les 16 et 17 janvier 2015, au Casino- Forum d’art contemporain.

9Surtout, l’équipe de l’Institut d’Études Romanes, Médias et Arts (Marion Colas-Blaise, Gian Maria Tore, Paul di Felice, Veronica Estay Stange, Céline Schall) a organisé les 1er, 2, 3 et 4 juillet 2015 le congrès international de l’Association Française de Sémiotique : « Sens et médiation. Substances, supports, pratiques : matérialités médiatiques ». Il a réuni plus d’une centaine de chercheurs, de onze pays différents. Quatre journées de réflexion ont permis des échanges intenses et un vrai partage autour du concept de médiation et de sa pertinence en sémiotique.

10Enfin, en automne 2016, ont été initiées les premières activités d’un cycle scientifique en trois volets, intitulé « La question du –re. Recréer, réexposer, remédier, reproduire, relocaliser, resignifier, retransmettre, recadrer, reprendre, réénoncer », dans le cadre du projet de recherche « Langages et médias : la réénonciation d’événements culturels » (2014-2017). Il s’agit d’analyser la réénonciation, c’est-à-dire la relocalisation, la recontextualisation ou encore la remédiation d’événements culturels : par exemple, d’opéras au cinéma, d’expositions qui sont réexposées dans un autre lieu muséal ou encore de textes poétiques remédiés sous forme de performances. Le premier volet de ce cycle s’est déroulé à l’automne 2016 dans le cadre des « Mardis de l’art », un cycle de conférences sur l’art contemporain, au Casino-Forum d’art contemporain (Luxembourg), le 25 octobre (« La question du –re, propos introductifs » par Hubertus Von Amelunxen), le 22 novembre (« Une réexposition dit-elle toujours la même chose ? » avec Elitza Dulguerova, Françoise Poos et Anke Reitz) et le 6 décembre 2016 (« Re-créer, est-ce créer ? » par Carine et Elisabeth Krecké). « La question du –re » sera déclinée à nouveau en 2017 par la tenue d’un séminaire international de février à juin et elle se clôturera par un colloque international les 11, 12 et 13 octobre 2017 : « Re-make ! Réénoncer, relocaliser, remédier à l’ère numérique », au Mudam Luxembourg – Musée d’Art Moderne Grand-Duc Jean. Ce colloque sera organisé par Marion Colas-Blaise, Paul Di Felice, Emmanuelle Pelard et Gian Maria Tore.

iv) Publications

11Les publications scientifiques ne sont pas en reste. Nous retiendrons deux exemples représentatifs.

12Tout d’abord, la publication, en 2016, du volume à caractère encyclopédique intitulé L’énonciation aujourd’hui. Un concept clé des sciences du langage (Limoges, Lambert-Lucas), sous la direction de Marion Colas-Blaise, Laurent Perrin et Gian Maria Tore. Cet ouvrage réunit 25 contributions de linguistes et sémioticiens reconnus qui repensent à de nouveaux frais la notion d’énonciation. L’originalité du volume est d’avoir (ré)uni autour de la question de l’énonciation deux perspectives disciplinaires, linguistique et sémiotique, de faire dialoguer des chercheurs d’horizons théoriques divers (la sémiotique, la philosophie du langage, les linguistiques de l’énonciation, la pragmatique, l’analyse du discours, l’analyse du discours en interaction, l’éthologie, l’analyse conversationnelle, les linguistiques du texte et du phénomène de la grammaticalisation, etc.) autour de notions phares telles que la deixis, le point de vue, les instances d’énonciation, l’interaction, le contexte socioculturel ou la diachronie.

13Enfin, Denis Bertrand, Marion Colas-Blaise, Ivan Darrault-Harris et Veronica Estay-Stange ont publié, en 2016, le volume « Sens et médiation » (http:/afsemio.fr/ ?p =1152), qui réunit les articles issus du Congrès de l’Association Française de Sémiotique 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Pelard, « Luxembourg »Signata [En ligne], Chroniques, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 21 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/signata/1434 ; DOI : https://doi.org/10.4000/signata.1434

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Pelard

Institut d’Études Romanes, Médias et Arts, Université du Luxembourg

Articles du même auteur

  • Luxembourg [Texte intégral]
    2017 pour la sémiotique luxembourgeoise
    Paru dans Signata, Chroniques
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Signata sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search