Navigation – Plan du site

Russie

Chroniques sémiotiques russes : 2015-2016
Ludmila Boutchilina Nesselrode et Inna Merkoulova

Texte intégral

Je remercie Michel Costantini pour la relecture de ce texte.

1Dans les Chroniques précédentes, nous avons montré le caractère transversal et intégratif de la sémiotique russe. Multiforme et omniprésente, elle imprègne le terrain des sciences humaines dont la culturologie est devenue, dans la période post-soviétique, une discipline académique entre autres. La sémiotique de la culture reste donc encore « domaine immanent d’investigation » comme l’avait définie Boris Uspensky en 1981. Elle était plutôt intéressée

  • 1 Boris A. Uspensky, « À propos de la genèse de l’école sémiotique de Tartu et Moscou » [1981], You. (...)

[…] par l’objet lui-même de l’étude sémiotique, c’est-à-dire la culture dans telle ou telle de ses réalisations : non pas comment décrire, mais que décrire. Cela explique le caractère plus ou moins concret de nos études sémiotiques, qui sont toujours d’une manière ou d’une autre liées à l’analyse de textes concrets de la culture, c’est-à-dire qui ont toujours en fin de compte un caractère interprétatif. Nous ne nous occupons pas de la méthodologie concrète de l’analyse sémiotique et il semble que ce soit là encore un trait spécifique de nos recherches en sémiotique1.

  • 2 Il y a donc un retour vers les débuts de la sémiotique de la culture dans les années 60 du siècle d (...)

2Cette situation est actuellement en train de se transformer. Deux thématiques sont magistrales pour les études translinguistiques, translittéraires, transculturelles et donc sémiotiques. Ce sont : l’interdisciplinarité et le bilinguisme. Le problème nodal à l’intersection de deux champs est celui de métalangage pour la description des processus intégratifs2. Il pose la question de la sémiotisation de l’espace frontalier du passage — transfert, rapport, transition, transmission — des concepts, des structures et des modèles entre des langues et des langages. Ce fait marque une nouvelle phase dans le procès d’intégration des sciences humaines par la sémiotique. Il s’agit de construire un métalangage susceptible de fonctionner comme « code culturel ». Le profil qui en ressort est celui de la sémiotique des cultures et non plus d’une seule.

3Les « Chroniques sémiotiques 2015-2016 » s’organisent autour des actualités universitaires, institutionnelles, périodiques, éditoriales et honorifiques. Le mot-clé proposé aux moteurs de recherche est « sémiotique russe ». Les sources et les ressources de l’information présentée sont les sites des institutions, des revues et des éditions concernées, nos réflexions sur le manque de certaines données et les visites annuelles aux librairies de Moscou.

Quelques Centres et groupes de recherche

4Faire la chronique d’un champ concret d’étude dans un pays immense et bien centralisé revient à dégager une tendance dans le développement de ce champ. Tout développement est une dialectique de deux mouvements objectifs, extensif et intensif. Le premier relève du discourir, du discuter. Il produit une multiplicité d’instances, de concepts et de procédés. Le second est celui de recourir au ralliement de multiplicité. Il permet de passer à la synthèse des éléments isolés dans un lieu où convergent ceux de concours de confluence et de concentration. C’est le champ de recherche sémiotique. Il procède de la rencontre entre la linguistique et la philologie, entre la science et la littérature. Cette rencontre se configure par l’activité conjointe de l’Institut de linguistique RAN à Moscou et l’Institut de philologie du Département Sibérien (SO) RAN à Novossibirsk. Ces deux Centres de recherche sont les subdivisions structurelles de l’Académie Russe des Sciences dont le sigle se lit RAN en russe.

Institut de linguistique RAN à Moscou3

5Cet Institut est beaucoup plus important que son confrère sibérien. Il compte neuf départements chacun ayant plusieurs secteurs. Le département qui nous intéresse et qui est en étroite collaboration avec l’Institut de philologie est celui de la Linguistique théorique et appliquée. Il réunit le Secteur de la linguistique théorique, le Secteur de la linguistique appliquée et le Centre de recherche et d’enseignement sur théorie et pratique de la communication You. S. Stepanov. La raison d’être du Centre Stepanov4 créé en 2009 s’inscrit dans le nom qu’il porte.

6Ce Centre est l’acteur principal de l’intégration des sciences du langage par la sémiotique, médiateur du rapport de réversion de la linguistique à la littérature et vice versa. Youri S. Stepanov a été le créateur et le premier directeur du Centre. Valéry Z. Démiankov5 est son directeur actuel. Natalia Azarova, Svetlana Botchaver, V. Démiankov, Olga Sokolova et Vladimir Fechtchenko6 forment son équipe permanente.

7Les orientations de recherche sont :

  • Analyse interdisciplinaire des procès communicatifs dans les pratiques humaines actuelles

  • Analyse discursive et transformations inter-discursives dans la culture et dans la société

  • Fondements linguistiques du transfert culturel dans les sciences humaines et dans les arts

  • Métalangage et cultures terminologiques de la linguistique mondiale

  • Actions réciproques inter-linguistiques dans les discours de types différents

8Les monographies fondamentales publiées par le Centre Stepanov :

  • Sous le signe de “Méta”. Matériaux de la conférence Langages et métalangages dans l’espace de la culture à l’Institut de linguistique RAN les 14-16 mars 2011, Moscou/ Kalouga, 2011.

  • Les paramètres linguistiques de la civilisation contemporaine. Actes de la 1re conférence scientifique en mémoire de l’académicien RAN You. Stepanov, Moscou, 2013.

9L’historique des projets du Centre Stepanov soutenus par les subventions :

  • L’optimisation des processus communicatifs comme l’objet de recherche interdisciplinaire, Agence Fédérale pour la Science et l’Innovation 2009-2011. Directeur du Projet académicien RAN You. S. Stepanov.

  • Les paramètres linguistiques de la civilisation contemporaine, Ministère de l’Enseignement et de la Science 2012-2013. Directeur du Projet V.Z. Démiankov.

  • Les technologies linguistiques dans l’interaction des sciences humaines, Fondation Russe de la Science 2014-2016. Directeur du Projet V.V. Fechtchenko7.

Institut de philologie du SO RAN à Novossibirsk8

10Dans les Chroniques précédentes, nous avons mentionné les projets scientifiques et les programmes de recherche de cette institution pour montrer le contexte de ses publications en 2014. Esquissons maintenant sa structure pour montrer le contexte de l’activité scientifique de 2015-2016 conjointe avec celle de son confrère, le Département de Linguistique théorique et appliquée de l’Institut de linguistique, à savoir le Centre Stepanov. Igor V. Silantiev dirige toujours l’Institut de philologie. Les deux institutions sont inséparables dans leur activité scientifique, périodique et éditoriale.

11En suivant sa raison d’être, l’Institut effectue les recherches scientifiques fondamentales. Il met au point les conceptions applicables au domaine de la philologie. Il étudie aussi les langues, les langages, les littératures et le folklore des peuples de la Sibérie et de l’Extrême Orient. Le champ prioritaire de l’activité scientifique est « l’Héritage culturel des peuples de la Russie : le rapport de réciprocité entre les cultures russes et les cultures nationalement différentes »9. Cette orientation détermine la structure, les programmes scientifiques et les projets de recherche de l’Institut. Il s’organise en quatre secteurs. Le Secteur de l’Étude littéraire est porteur des enjeux sémiotiques des sciences humaines. Trois autres secteurs sont relatifs aux langues et au folklore des peuples autochtones de la Sibérie dans leur rapport de réciprocité avec la langue russe. L’Institut est l’éditeur de quatre revues. Elles invitent à la recherche et lui procurent des conditions. Chaque revue a son lieu et il joue son rôle bien précis à l’entrée et à la sortie du savoir en train de se produire collectivement.

12En simplifiant les choses, disons que la Revue philologique de Sibérie10 propose des thématiques et des discussions. Celle des Langues et folklore des peuples autochtones de la Sibérie11 fait accueil aux données de terrain. Elle prépare, publie, constitue et offre les corpus. La revue de Sujétologie et Sujétographie12 recherche, sélectionne et extrait, de ces corpus, des macro isotopies poétiques et mythologiques soit archétypes, sujets, motifs. Ces macro-isotopies vont être identifiées, triées, systématisées et cartographiées. Cette revue prépare l’enquête pour suivre les manifestations et les transformations de tels sujets dans les chefs d’œuvre de la littérature mondiale13.

13La Critique et Sémiotique14 se place sous le signe ‘méta’. Elle problématise et analyse des conduites, des corrélations, des synthèses et des transfigurations de ces isotopies dans les textes d’art verbal, littéraire, plastique et autres. Elle est actuellement une revue de quatre institutions — de l’Institut de philologie, de l’Institut de linguistique, de la RGGU et de la NGU, à savoir de sa Chaire de Sémiotique et d’Analyse du discours.

Université d’État de Novossibirsk (NGU)15

  • 15 Le nom international de cette Université est Novosibirsk State University. Elle a obtenu, en 2009, (...)
  • 16 Nous présentons ce laboratoire dans la rubrique Initiatives institutionnelles.

14Jamais deux sans trois. La sémiotique médiatise le rapport de réciprocité de la philologie à la linguistique et vice versa. Quatre structures d’enseignement et de recherche assurent cette entremise : la Chaire de Sémiotique et d’Analyse du discours, directeur I. Silantiev ; le Laboratoire de Sémiotique et d’Analyse du discours, le Laboratoire d’Étude littéraire et le Laboratoire de Sémiotique et de Systèmes de signe récemment créé16.

  • La Chaire de sémiotique et d’analyse du discours est une structure d’enseignement à la faculté de journalisme. Elle assure les cursus de : langue russe, stylistique et rédaction littéraire, sémiotique, théories de la littérature, de la communication et de l’analyse discursive. Les cursus linguistiques répondent à la spécificité du discours journalistique, un des plus universels et dynamiques dans le système communicatif actuel.

  • Le Laboratoire de sémiotique et d’analyse discursive est une structure de recherche conjointe avec l’Institut de philologie et l’Institut de linguistique. Son domaine a plusieurs champs : sémiotique générale, théorie du discours, analyse de la nature sémiotique et discursive des textes Le Laboratoire d’Étude littéraire est une structure de recherche dans le même domaine. Sa mission consiste à repérer, dégager, recueillir, répertorier, fixer, analyser et systématiser les sujets de la littérature russe. Ce travail permet d’étudier les lignes de succession des littératures anciennes et nouvelles dans le contexte du développement de la littérature mondiale. Cette recherche a deux aspects, historico-littéraire et théorique. Elle concerne : La spécificité des discours journalistique et publicitaire

    • La sémiotique des systèmes d’écriture

    • La sémiotique des textes de la littérature classique et contemporaine

    • L’analyse sémiotique des rapports de réciprocité entre la littérature d’art et les arts non verbaux

    • Les interactions discursives dans la communication contemporaine

    • La théorie et la méthodologie de l’analyse du discours

    • Les interactions du langage et du discours

  • Le Laboratoire d’Étude littéraire est une structure de recherche dans le même domaine. Sa mission consiste à repérer, dégager, recueillir, répertorier, fixer, analyser et systématiser les sujets de la littérature russe. Ce travail permet d’étudier les lignes de succession des littératures anciennes et nouvelles dans le contexte du développement de la littérature mondiale. Cette recherche a deux aspects, historico-littéraire et théorique. Elle concerne :

    • La révélation des sujets transversaux persistant dans la littérature

    • L’évolution des sujets et des motifs dans la littérature de différentes époques

    • L’influence des genres documentaires sur la littérature d’art

    • Les rapports intertextuels des œuvres littéraires

    • Les aspects de genèse et de régularités du développement initial des littératures en langues écrites récentes des peuples autochtones de la Sibérie et de l’Extrême Orient

15La principale mission scientifique de ce Laboratoire est la création du Dictionnaire de sujets et de motifs de la littérature russe qui n’a pas d’analogue dans la production scientifique russe. Trois volumes sont déjà publiés. Le premier (2003) porte sur les sujets bibliques, apocryphes, mythologiques et se rapportant aux rois et gouverneurs. Le second (2006) contient deux blocs thématiques : les sujets de calendrier et les sujets d’Europe occidentale développés par la littérature russe. Le troisième (2008, 2009) est consacré aux sujets antiques dans la littérature russe. Les volumes suivants seront consacrés aux sujets thanatologiques et aux sujets d’animaux, de plantes et de phénomènes naturels. Les publications de Critique et Sémiotique, de Sujétologie et Sujétographie de 2015-2016 ainsi que la Conférence de même nom et le Forum de folklore (à voir infra) illustrent bien l’avancement de ce projet.

16Parmi d’autres projets du Laboratoire, il faut mentionner celui de Poétique de la littérature d’art dans les dimensions dynamiques des motifs, des sujets et des genres. Ce projet conçoit la poétique de la littérature en tant que système de régularités intégrant en un tout uni (i) des unités de langage artistique de la littérature, (ii) des principes d’ordre artistique du texte littéraire et (iii) des aspects de tradition littéraire.

Initiatives institutionnelles

  • 17 L’université d’État des sciences humaines de Russie (RGGU en russe) dont nous avons déjà parlé dans (...)

17Citons parmi les nouvelles de ce genre : (i) la formation d’un nouveau Laboratoire à la faculté de Langues étrangères de l’Université de Novossibirsk, (ii) la création d’un nouveau groupe de recherche par le Centre Stepanov à l’Institut de linguistique, (iii) l’ouverture d’un nouveau séminaire par le Centre de recherche et d’enseignement « École anthropologique russe à RGGU »17, (iv) le démarrage, dans ce Centre, d’une nouvelle forme d’enseignement — le cursus en ligne d’Anthropologie sémiotique.

Laboratoire de Sémiotique et de Systèmes de signe, Faculté de Langues étrangères, NGU

18Ce Laboratoire a été institutionnalisé en 2015 au cours du projet sur la création des laboratoires mixtes à la NGU dans le domaine des sciences humaines, sociales et économiques18. C’est une structure de recherche. Il porte sur l’étude des questions interdisciplinaires de la théorie du signe. Il se rapporte à la sémio-linguistique, à la sémiotique de la culture et à la sémiotique du droit. Le champ central est donc la sémiotique — la base interdisciplinaire des recherches scientifiques. Leurs résultats deviennent ainsi relevants pour un large cercle de spécialistes. L’activité des sémioticiens du Laboratoire se coordonne avec l’Association internationale de la recherche en sémiotique, la Société royale du Canada et l’Association sémiotique des États-Unis. Les partenaires du Laboratoire sont : l’Institut de linguistique RAN, Wright State University (États-Unis), University of Toronto (Canada), University of St. Thomas (États-Unis). Les membres permanents de l’équipe sont Sergueï Proskourine, Vladimir Fechtchenko, Olga Khotskina, Anna Tsentner. Le directeur du Laboratoire est S. Proskourine. Les deux dernières publications de la liste assez longue sont :

  • Proskurin Sergey G., “Semiotics and writing systems”, Semiotica, 2015, no 205, 2015, p. 261-276.

  • Proskurin S.G., “Origin of Alphabets (English Summary)”, S.G. Proscurin, Scriptura Mundi. Balkanmedia and Wulfila House, Sofia 2014, p. 74-102.

Centre de recherche linguistique sur la poésie mondiale à L’Institut linguistique RAN19

19Parmi les initiatives institutionnelles du Centre Stepanov il y a la création du groupe « Centre de recherche linguistique sur la poésie mondiale »20 sous la direction de Natalia Azarova21. La raison d’être de ce groupe est d’installer une activité réciproque entre les théoriciens et les praticiens des langues et des littératures, entre les linguistes et les philologues. Un de ses objectifs principaux est d’offrir aux chercheurs de nouvelles possibilités à tout type d’étude comparée.

20Les champs de recherche du groupe sont, entre autres : (i) langages de la poésie mondiale dans leur interaction et leur interdépendance, (ii) dégagement de nouvelles tendances de la pensée et du langage, (iii) étude comparative et typologique de rythmique et de métrique de la poésie mondiale, classique et contemporaine ; construction d’une théorie générale de la métrique, (iv) théories et pratiques de la traduction poétique, une forme de rapport réciproque inter-linguistique et interculturelle, (v) réflexion métalinguistique des poètes de langues et de traditions poétiques différentes.

21L’activité scientifique du Centre suit le fil d’actualités des rubriques suivantes. Une de ses initiatives institutionnelles a été, entre autres, la participation, en 2015, à l’Université d’été avec les cours magistraux sur les sujets :

  • Y-a-t-il la norme dans le langage poétique ? par S. Botchaver ;

  • La poésie, se traduit-elle ? par N. Azarova22.

Séminaire « Terra incognita » à RGGU23

22L’initiative de séminaires d’un type nouveau à RGGU appartient au Centre RACh24. « Terra incognita » est le séminaire interdisciplinaire. Consacré aux différentes sciences humaines, il a lieu tous les quinze jours. L’accès au séminaire est libre25 puisqu’il s’annonce comme l’espace d’une recherche collective du savoir. Sa raison d’être est de « chercher, découvrir, rechercher et redécouvrir ». Ses trois premières séances font partie de la rubrique Activité.

23La nouveauté du séminaire est dans son format de travail non classique mais plurivoque :

  • Pour que la conversation soit productive, il faut y venir avec une connaissance préalable des thèses de l’intervention distribuées d’avance ;

  • L’intervention d’un lecteur invité dure 30 min ;

  • On discute collectivement les thèses avancées par l’intervenant. Les participants désignent les thèses les plus et les moins convaincantes. Ils proposent leurs hypothèses. Ils les argumentent et on rediscute26.

Cursus vidéo en ligne « Introduction à l’anthropologie sémiotique », entre autres

24Parmi de nouvelles formes d’enseignement, par vidéo et à distance, notons (i) Cursus de l’académicien RAN Viatch.Vs. Ivanov l’Introduction à l’anthropologie sémiotique et (ii) Projet de Module des cours spécialisé sur le rapport bilatéral entre deux sémiotiques, russe et française. Le responsable du projet est I. Merkoulova.

  • Du 25 septembre au 26 décembre 2016 : dix cours magistraux ouverts à tous ont eu lieu, à RGGU. Le format de Cursus est la vidéo en ligne. Le programme est disponible sur le site web du Centre RACh27.

  • 2015-2010 : plusieurs séances consacrées (i) au dialogue sémiotique franco-russe et (ii) à la lecture bilingue, en présence de Jacques Fontanille, de Sémiotique des passions. Des états de choses aux états d’âme, ouvrage de A.J. Greimas et J. Fontanille28, dans le cadre des séminaires du master/doctorat de Viatch. Vs. Ivanov, organisées par I. Merkoulova au centre RACh RGGU29.

Programmes et projets de recherche

  • 30 Le site officiel en anglais et en russe : http://www.рнф.рф/ru/, consulté le 13/11/16, ou http://ww (...)

25Nous avons déjà indiqué quelques programmes et projets en parlant des institutions. Ajoutons que la mi-novembre est une échéance autant pour la plupart des comptes rendus des projets terminés que pour le dépôt des dossiers participant aux concours de 2017 annoncés par le Fonds scientifique national, le RNF dans l’articulation en russe30. Ainsi, novembre est le mois intermédiaire : les projets ayant gagné les concours en 2013-2014 expirent en 2015-2016.

26Le nouveau concours de 2017 pour la recherche fondamentale vise à soutenir les projets dont la réalisation est planifiée pour 2017-2019. Il prévoit la possibilité de dérogation d’un à deux ans. L’acceptation des groupes scientifiques est limitée par l’âge des chercheurs : le groupe de recherche doit avoir 50 % au minimum de participants à l’âge ne dépassant 39 ans avant le 15 décembre 2016. Les projets gagnants en 2017 pour les années à suivre seront annoncés l’année prochaine sur le site du RNF. Le manque d’information précise sur les projets, d’une part, s’explique donc par le calendrier ainsi que, d’autre part, par une abondance d’événements de clôture des projets.

27Le confrère du FNR est le RFFI31, Fonds national de recherches fondamentales. Il a annoncé deux concours avec le 15 août 2017 comme date limite du dépôt des dossiers. Ils concernent les projets d’organisation, par les jeunes chercheurs, des événements scientifiques, nationaux et internationaux. Par contre, l’acceptation des dossiers pour les concours annoncés en 2016 est terminée. Ces concours concernaient les projets communs avec les Indes, la Bulgarie et le Royaume-Uni entre autres dans les domaines de la haute technologie.

Mobilité académique internationale

  • 32 http://минобрнауки.рф/ %D0 %BF %D1 %80 %D0 %BE %D0 %B5 %D0 %BA %D1 %82, consulté le 26/11/16.

28L’activité internationale de formation et de recherche est réglementée par le projet du Ministère de l’Enseignement et de la Science FR Mobilité académique internationale32. Son objectif est l’intégration de l’enseignement russe dans l’espace mondiale de la formation supérieure et de la recherche. Ce projet s’est mis en route selon cinq axes principaux :

  • 33 D’après le classement national 2014-15 (par AI Interfax, publié le 06/06/15) des universités de rec (...)

291) L’accueil des étudiants, des doctorants et des enseignants russes dans les universités étrangères s’effectue selon les programmes proposés par les universités d’accueil. La condition obligatoire de participation aux programmes pour obtenir la bourse étrangère est l’appartenance du demandeur à un établissement russe d’enseignement. Le Ministère informe les établissements sur les programmes et les bourses d’accueil. Les sites web des universités affichent tous la rubrique Projets internationaux. Tel site, telle mobilité universitaire. D’après notre enquête33, le site le plus informatif et, par conséquent, l’université la plus « mobile » est celle de Novossibirsk. Il annonce :

  • Le Programme « Enseignement global » qui contient les programmes de financement d’État de l’enseignement à l’étranger pour les citoyens russes sous réserve de revenir et de travailler trois ans dans l’entreprise ayant payé les études.

  • Les accords du Département des Relations internationales avec 132 établissements de 29 pays.

  • La participation des étudiants de l’Université aux programmes internationaux d’enseignement du Japon, de la Corée, de la Chine, de la France, de l’Allemagne et des Pays Bas.

  • Les étudiants de la France ne sont pas nombreux à NGU : trois en 2014, un en 2015. Il n’y a pas d’information pour l’année 2016.

    • 34 La « France » fait notre choix. Le site propose même les noms et les parcours des étudiants. Il y a (...)

    Les établissements français partenaires de l’Université comptent huit Écoles d’ingénieur et quinze Universités34.

  • Du 18 au 22 avril 2016 : la conférence Coopération avec les établissements d’enseignement supérieur en Sibérie : problèmes et solutions.

302) L’accueil des étudiants, des doctorants et des enseignants étrangers par les universités russes dépend du développement, dans les universités russes, de l’enseignement en langues européennes. Sur ce point, chaque démarche est individuelle si elle n’est pas inscrite dans les programmes collectifs. Pour toutes les questions sur ce point du Projet et sur les deux autres points qui suivent, il faut s’adresser au Centre de Russie pour la Science et la Culture35 à la capitale du pays où vous habitez.

313) La mobilité académique internationale des cadres scientifiques et pédagogiques s’inscrit dans les projets dont la réalisation fait la compétence du Département de science et de technologie du Ministère de l’Enseignement et de la Science de Russie. Toute information permettant de participer à la préparation des projets, congrès, symposiums, conférences, séminaires scientifique, technique et de recherche est affichée sur le site web spécialisé36. Il organise aussi l’échange de livres et de publications en littérature à la base bi- ou plurilatérale.

324) La reconnaissance des diplômes, des qualifications et des grades universitaires étrangers37 dépend du pays. La reconnaissance franco-russe s’est effectuée en 2015 par la signature de l’Accord intergouvernemental à ce sujet38. L’événement avait été préparé suite à l’initiative des trois Forums des présidents d’université en SHS de France et de Russie : à Paris en 2009, à Nice en 2012 et à Moscou en 201539. Les Forums sont coordonnés par le Rossotroudnitchestvo40 (« coopération de Russie »).

335) La diffusion et le renforcement des positions de la langue russe à l’étranger se réalisent par le Rossotroudnitchestvo. C’est une Agence fédérale pour la CEI, la diaspora russe à l’étranger et la coopération internationale culturelle et en sciences humaines auprès du MAE de Russie. Elle l’accomplit par l’intermédiaire de ses représentations dans les pays étrangers. Ce sont les Centres de Russie pour la Science et la Culture – les CRSC.

Centre de Russie pour la Science et la Culture à Paris41

34Le Centre à Paris a été créé en 1995. Il est la représentation en France de l’Agence fédérale Rossotroudnitechstvo et il fait partie du Forum des Instituts Culturels Étrangers à Paris (FICEP). Il contribue activement à la réalisation du projet Mobilité académique internationale. Les derniers événements :

  • Le 29 avril 2016, au siège du CNRS à Paris : le Séminaire international, dans le cadre du Cinquantenaire de la coopération scientifique et technique franco-russe et de la célébration du 20e anniversaire du partenariat entre le RFFI et le CNRS. Les participants :

    • Du côté de la Russie : les représentants du RFFI, des Instituts RAN et des Universités russes ;

    • Du côté des institutions russes en France : le conseiller à l’ambassade de Russie Kyrill Bykov et la consultante au CRSC à Paris Inna Merkoulova ;

    • Du côté de la France, les représentants de la DERCI du CNRS et les responsables des laboratoires des instituts du CNRS-partenaires des établissements russes tels que IN2P3, INC, INSMI, INP, entre autres42.

  • Du 27 au 28 février 2015 : à la RGGU à Moscou : le 3eForum des présidents d’université en SHS de France et de Russie. Les coordinateurs du Forum sont :

      • 43 E-mail : matveeva[at]rggu.ru.

      Anna Matvééva, responsable pour les Relations internationales auprès du président de l’Université RGGU, chef de la Direction universitaire de l’innovation43.

      • 44 E-mail : jean-luc.nahel[at]cpu.fr.

      Jean-Luc Nahel, conseiller pour les Relations internationales de la CPU – Conférence des présidents d’université44.

      • 45 E-mail : science.crsc[at]gmail.com ; centrederussie[at]yandex.ru.

      Inna Merkoulova, consultante pour la Science et l’Éducation au CRSC à Paris, secrétaire exécutif du Forum45.

  • Du 12 au 13 octobre 2016, au CRSC à Paris : la participation de la Russie à la Fête de la Science en France :

    • Dans le cadre de la 25e édition de la Fête de la Science et du 50e anniversaire de la coopération scientifique et technologique franco-russe, deux rencontres à Paris avec la participation des universitaires russes :

 

 

 * Présentation des programmes académiques de l’Université ITMO de Saint-Pétersbourg La Science et les nanotechnologies,
 * Lancement de la version russe du Rapport de l’UNESCO sur la science : vers 2030, éditée en 2016 par cette université.
 * Échanges entre professeurs et chercheurs des universités russes et françaises (RGGU, Universités de Toula, de Paris-8, de Nantes) dans le cadre du colloque international pour le 120e anniversaire de Lev Vygotsky46.

Activités scientifiques

35Cette rubrique regroupe en trois points les événements dont la thématique se rapporte aux questions sémiotiques.

Forums, Conférences, Colloques

36Les événements sont disposés en fonction des dates, à partir des plus récentes. Nous avons omis les sigles d’appartenance académicienne des Instituts déjà largement présentés.

  • Du 6 au 7 mars 2017 : la Conférence des jeunes chercheurs Anthropologie du temps au Centre de typologie et de sémiotique du folklore RGGU, à Moscou47.

  • Du 7 au 11 novembre 2016 : le Premier Forum Sibérien de folklore à l’Institut de philologie, à Novossibirsk48.

  • Du 20 au 21 оctobre 2016 : la Conférence Problèmes actuels de la linguistique cognitive et appliquée à l’Université d’Azerbaïdjan des langues organisée en collaboration avec l’Institut de philologie, à Bakou.

  • Du 11 au 14 octobre 2016 : la Conférence panrusse Les langues des peuples de la Sibérie et des régions confines à l’Institut de philologie, à Novossibirsk.

  • Le 3 octobre 2016 : les VIII Lectures Mélétinskiennes Analyse du texte, à RGGU, à Moscou.

  • Du 26 au 27 septembre 2016 : la Соnférence Linguistique et Sémiotique des Transferts culturels : méthodes, principes, technologies, organisée par le Centre Stepanov à l’Institut de linguistique, à Moscou. Quelques titres extraits du programme49 :

    • Théorie des transferts culturels et la linguistique par V. Fechtchenko

    • Communication : le structuralisme – la sémiotique – le transfert culturel par S. Botchaver

    • Problème de compréhension réciproque dans la conscience des sciences humaines dans la situation de plurilinguisme conceptuel par V. Postovalova

    • Techniques linguistiques de transfert des connaissances par V. Démiankov

    • La spécificité de la formation de métalangage de la linguoculturologie : aspects théoriques et méthodologiques par I. Zykova

    • « L’imaginaire verbal » de You. S. Stépanov et la stratégie de convergence du discours scientifique avec le discours artistique par I. Silantiev

    • Bilinguisme poétique comme procédé de transfert interculturel par N. Azarova

    • Hybridation de discours et l’interdépendance interdiscursive par O. Sokolova

      • 50 Le « S » majuscule signifie qu’il d’agit du sujet psycholinguistique de l’acte de discours et non p (...)

      Stratégies de construction de Sujets50 de poésie chinoise et le problème de transfert culturel par You. Dreïzis

    • Poésie comme le langage des arts : les signes des formes et les unités de figurativité par O. Séverskaïa51.

    • 52 Cet Institut est aussi une subdivision de la RAN.

    Du 11 au 13 juillet 2016 : la Conférence internationale Types de Sujet et procédés de sa représentation dans la poésie actuelle de 1990-2015, à l’Institut de linguistique et l’Institut de Russe Vinogradov52, à Moscou, dans le cadre du projet interuniversitaire russo-allemand, sous la direction de Henrike Stahl, Université de Trier et S. Botchaver, Institut de linguistique. Quelques titres tirés du programme :

    • Section 1 : La typologie de Sujet et les procédés de sa reconstruction.

 

 

 * Typologie de Sujet dans la poésie – fondements théoriques par H. Stahl, Trier.
 * Ready-made comme l’expérience de reconstruction de Sujet lyrique par А. Jitenev, Voronej.
 * Problèmes nouveaux d’un ‘nous’ ancien par N. Аzarova, Моscou.
 * Mécanisme cognitif de la dispersion du point de vue : stratégie d’auto communication dans la poésie russe des années 2000 par O. Sokolova, Moscou.

    • Section 2 : Le Sujet : dévoilement vs dissolution

 

 

 * Sujet lyrique comme objet d’émotions positives par A. Graf, Giessen.
 * Subjectivation par objectivation dans le texte poétique par V. Fechtchenko, Moscou.
 * Subjectivité de la forme. Parcours comparatif de la poésie russe actuelle par R. Hodel, Hambourg.
 * Objectivation du sujet et sa transformation dans la poésie de G. Loukomnikov 1990-2000 par M. Mauricio, Turin53.

    • Section 3 : Méthodes nouvelles d’étude de Sujet

 

 

 * Geste comme un fondement implicite du Sujet poétique par D. Larionov, Moscou.
 * Approches du Sujet dans la poétique cognitive par N. Soungatov, Moscou.
 * Subjectivation et la grammaire de l’imagination dans la poésie actuelle par E. Souslova, Moscou-Nijny Novgorod.
 * Sujet lyrique comme modèle d’état intérieur par I. Sokolov, Saint-Pétersbourg.

  • Du 15-16 juin 2016 : la IV Conférence internationale Démonologie comme le système sémiotique organisée par le Centre de typologie et de sémiotique du folklore avec le Département de recherche socioculturelle RGGU, à Moscou54.

  • Du 16 au 20 mai 2016 : la Conférence panrusse scientifique Sujétologie / Sujétographie-3, à l’Institut de philologie, à Novossibirsk. Les thématiques traitées concernent :

    • Questions de la théorie, de l’analyse et de la fixation des motifs littéraires, Table ronde

    • Rêves littéraires, Section 1

    • Beauté et laideur : les métamorphoses de thèmes et de motifs, Section 2

    • Sujets et motifs des littératures nationales de la Sibérie, Section 3.

    • 55 Idem.

    Du 4 au 5 mars 2016 : la Conférence internationale des jeunes chercheurs Anthropologie de l’espace, au Centre de typologie et de sémiotique du folklore RGGU, à Moscou55.

  • Du 19 au 21 novembre 2015 : la Conférence Le langage de la linguoculturologie : théorie vs empire, à l’Institut de linguistique, à Moscou. Organisé par le Groupe de problème « Recherche linguoculturologique », elle avait huit tables rondes :

    • Langage dans l’espace de la culture

    • Concepts principaux de la linguoculturologie

    • Signes culturellement marqués comme l’objet de description

    • Sémiotique de la culture dans le discours

    • L’universel et le culturellement spécifique dans le lexique et la phraséologie

    • Nom, symbole et texte dans la perspective linguoculturologique

    • Signes de la culture dans l’espace de l’art du langage

    • Niveaux systémiques de langage dans un raccourci linguoculturologique56.

  • Du 7 au 9 octobre 2015 : la Conférence Le discours poétique et le discours philosophique : histoire de l’interaction et l’état actuel57 par L’Institut de linguistique, à Moscou.

  • Du 5 au 7 juin 2015 : les 7e Journées Lotmaniennes à l’Université de Tallin Sémiotique du pouvoir : la violence ou l’autonomie58

Séminaires

37Les séminaires sont classés en premier lieu par institutions et en second lieu par dates dans l’ordre descendant.

    • 59 The Russian Presidential Academy of National Economy and Public Administration, School of Advanced (...)

    Du 24 au 26 novembre 2016 : Conférence internationale Résistance symbolique : les textes et les pratiques par le groupe « Monitoring du folklore contemporain » du Laboratoire d’étude théorique du folklore (École des études supérieures en sciences humaines et sociales, Académie russe d’Économie nationale et d’Administration publique auprès du Président de la Fédération de Russie59.

    • 60 Le sigle de ce Centre se lit comme RACh en russe. Nous l’utiliserons en tant qu’abréviature.

    Séminaires « Terra incognita » par le Centre de recherche et d’enseignement ‘École anthropologique russe’60 RGGU, à Moscou.

    • Le 22 novembre 2016, Séminaire 3 : Le Double monstrueux et le Buc émissaire : introduction à l’anthropologie fondamentale de René Girard, par M. Prorokova.

      • 61 Le terme employé en russe est le calque du mot anglais potestrity. Il désigne, en anthropologie, le (...)

      Le 9 novembre 2016, Séminaire 2 : La capacité potestative61 d’une science (une corrélation du pouvoir et des sciences humaines) par A. Sosland.

    • Le 25 octobre 2016, Séminaire 1 : La magie dans les essais philosophiques précoces de J.-P. Sartre par A. Gassiline.

  • Séminaires dits méthodiques organisés régulièrement par le Secteur de littérature de l’Institut de philologie, à Novossibirsk :

    • Le 7 novembre 2016 : Avant-garde sibérienne

    • Le19 septembre 2016 : L’Art africain et la culture française de la première moitié du 20e s. par N. Naïdenova, RUDN.

  • Séminaires réguliers à L’Institut de linguistique, à Moscou

      • 62 E-mail : barulin[at]iling-ran.ru.
      • 63 L’étude de l’état actuel de la théorie sur les origines du langage.

      Séminaire interinstitutionnel et interdisciplinaire du « Groupe de travail sur les aspects sémiotiques de genèse du langage », Secteur d’études comparées, direction d’A. Barouline62, centre d’intérêt : les problèmes de glottogenèse63.

      • 64 E-mail : mlk[at]iling-ran.ru.

      Séminaire du Groupe de problème « Recherches linguoculturologiques », Secteur de linguistique théorique, direction de M. Kovchova64, centre d’intérêt : le métalangage de la culturologie.

  • Séminaire régulier au Centre de recherche linguistique sur la poésie mondiale, à l’Institut de linguistique, à Moscou :

    • Le 17 novembre 2016 : la 20e séance : La table ronde sur les traces du projet « Le langage poétique russe : l’anthologie de textes anonymes »,

    • Le 24 mai 2016 : la 19e séance : Les pratiques poétiques mondiales

Soutenance de thèses

38L’enquête sur les thèses en sémiotique de 2015-2016 donne plus de réflexions que de titres. La transparence quasi totale dans la procédure de soutenance en Russie facilite la quête. Chaque thèse, au moins son autoréférat — un exposé des grandes lignes rédigé par l’auteur — ainsi que tous les documents administratifs qui l’accompagnent doivent être publiés sur Internet, sur le site de l’Université, rubrique Conseil de thèse, un mois et demi avant la soutenance et, ensuite, sur le site de la Bibliothèque nationale. Cette action vise à exclure le plagiat et à produire le feed-back en réponse à l’énonciation de la thèse. Les universités éloignées publient les vidéos des soutenances65. Ces pratiques permettent aux intéressés de constituer les bibliothèques électroniques des thèses. Nous les avons largement utilisées66 en tapant le mot-clé « sémiotique » + l’année.

  • 67 Cette expression appartient à V. Fechtchenko, 2008, op. cit.

39Étonnée par une mince récolte, nous avons établi une petite statistique pour la période des quinze dernières années à partir des données « négatives » 2015-2016. Le but de l’opération est d’obtenir une moyenne de récurrence du mot « sémiotique » dans les titres des thèses par disciplines. La moyenne de son apparition revient à deux-trois thèses par an ce qui explique trois titres seulement dans notre liste. La championne en sémiotique parmi les disciplines est la philosophie suivie de philologie, médecine, culturologie, architecture et droit. En revanche, si on introduit le terme clé à l’intérieur du site, en recherchant la « sémiotique » dans les textes des autoréférats, sa récurrence augmente considérablement. Autrement dit, la sémiotique reste toujours « tradition implicite »67 des sciences humaines russes. La raison objective de ces jeux aux cache-cache sémiotiques est la question de la spécialisation, qualification attribuée par la Commission supérieure d’attestation, la VAK en russe.

  • 68 http://vak.ed.gov.ru/ consulté le 30/11/16.
  • 69 Dans le système de doctorat russe, il y a deux grades. Dans notre expression, le ‘docteur en scienc (...)

40La spécialisation en sémiotique n’existe pas faute de passeport conforme68. Les thèses la mentionnant dans leur sujet se rapportent à la filière scientifique des « sciences philosophiques, philologiques et culturologie ». Nous retrouvons cependant « la sémiotique de la culture » dans le plus bas chaînon parmi les « directions de recherche » — objets problématiques — donc au niveau fondamental du champ d’étude de « philosophie de la culture ». Ce champ-là appartient à la filière de « sciences philosophiques ». Elle est assignée à la spécialisation interdisciplinaire complexe aux trois volets : « philosophie et histoire de la religion, anthropologie philosophique, philosophie de la culture ». Le contenu de cette direction dépend du procédé de la corrélation à retrouver — du rapport réciproque, du transfert mutuel, de la réversion – entre ses trois champs thématiques. Une fois établie, une telle corrélation favorise la position des problèmes de zone intermédiaire à l’intersection de trois champs. Elle favorise par conséquent l’élaboration et la réalisation des programmes scientifiques interdisciplinaires d’innovation. Le sujet de cette spécialisation est l’homme — sa religion, sa culture dans leurs diverses manifestations — par le biais de sémiotisation des données issues des sciences concrètes. Cette option académique fait la raison d’être de l’École anthropologique russe créée par Viatch. Vs. Ivanov à RGGU. À ce jour, il n’y a qu’une École de Master dans ce Centre de formation et de recherche scientifique. Trois thèses que nous faisons entrer dans les Chroniques 2015-2016 sont explicitement sémiotiques69.

  • Réalisations structurales du concept de ‘péché’ dans les épistémès russe et anglo-irlandaise à la frontière du XIXe et du XXe s. : la sémiotique des inversions conceptuelles (sur le matériel des œuvres de L.N. Tolstoï, T. Hardy et J. Joycepar Ekatérina V. Novokrechtchonnykh, Tumen, décembre 2016.
    La thèse est soutenue pour obtenir le grade de docteur en sciences philologiques, spécialisation « linguistique historico-comparative, typologique et corrélative » à l’Université d’État de Tumen. Elle concerne le développement du concept de pêché dans l’interdépendance de ses dimensions. L’objet de recherche est le paramétrage de ce développement pluridimensionnel par les constantes et les variantes du concept en question. La méthode est l’analyse conceptuelle et structurale du texte d’art70.

    • 71 Cf. le fichier « Yakouchevitch Irina V., Autoréférat », sur le site de la Bibliothèque Nationale d’ (...)

    Le modèle sémio-linguistique de symbole et sa variation verbale dans le texte poétique (sur le matériel de la poésie russe XIX-XXe s. par Irina V. Yakouchevitch, Moscou, juin 2016.
    La thèse a été soutenue pour obtenir le grade de Docteur ès sciences philologiques, spécialisation « Langue russe », à l’Université pédagogique municipale de Moscou. Elle concerne la modélisation sémantico-sémiotique du symbole — phénomène de langage, de pensée et de culture. Le concept de mot-symbole est fondamental dans cette recherche. Il est étudié dans l’unité de quatre projections : (i) en tant que signe, (ii) en tant que champ lexico-sémantique, (iii) en tant que définition du dictionnaire, (iv) en tant qu’image-clé du texte poétique71.

  • Sémiotique des parémies allemandes dans la communication verbale par Marina A. Sérioguina, Volgograd, 201572.
    La thèse a été soutenue pour obtenir le grade de Docteur ès sciences philologiques, spécialisation « Langues germaniques », à l’Université Fédérale du Sud. Elle ouvre un nouveau champ d’étude — la sémiotique des parémies allemandes. Elle a élaboré un modèle d’analyse sémiotique du fonctionnement des parémies dans la communication verbale73.

Publications périodiques : Critique et Sémiotique74

41Les titres de la revue spécialisée en sémiotique reflètent les lignes des programmes annuels d’étude et de recherche magistrale pour 2015-2016. Ils sont choisis en fonction du rapport à la sémiotique et des noms d’auteurs figurant déjà dans nos Chroniques.

2016, no 1 : Varia

  • Rythme comme système et comme phénomène. Deux procédés de l’interprétation du texte russe en vers par You. Chatine.

  • Notion de sens dans les conceptions linguistico-philosophiques par F. Veïssialli et J. Babaïev.

  • Isotopie textuelle : le mécanisme langagier de réalisation de la topique par Z. Iguina.

  • Génome comme (hyper)texte : de la métaphore à la théorie par S. Zolian et R. Jdanov.

  • L’ordre du jour et les stratégies d’auto description dans le discours-analyse par Е. Kogémiakine.

  • Pour la question de narrativité du problème textuel par Е. Barinova.

  • Pour la lecture ou pour la scène ? Problème de scénique de la traduction par E. Kouznetsova.

  • Sirène et Orphée : la construction mythologique de la Voix par V. Merline.

2015, no 2 : Varia

  • Sémiotique sémiologie : pour la question de la plénitude de la théorie du signe par You. Chatine.

  • Les images à la sémantique obscure : pour le problème de la structure de signe par N. Zlydneva.

  • À propos des erreurs dans le traitement de la sémiotique archaïque des sémites par B. Kleïman.

  • Principes de réplication de l’information culturelle par S. Proscourine.

  • De la variation de « l’indice à l’évidence enlevée » des nominations textuelles indirectes par M. Kiossé.

  • Stratégies cognitives dans le langage vingt ans plus tard par T. Yanko.

  • Pluralité définie vs pluralité indéfinie : à propos des aspects d’interactions par A. Ivleva et E. Fediaéva.

  • L’Auteur dans le miroir du texte : événement de manifestation par E. Ossetrova.

  • L’icône/image comme une des formes d’appel intertextuel par A. Kremneva.

  • Oral écrit dans la poésie : ré /conscientisation de l’opposition binaire traditionnelle par N. Azarova et A. Polian.

    • 75 Evelina Deyneka, docteur en médecine, est doctorante en sémiotique à l’Université de Paris-8 sous l (...)

    À propos de la sémantique, du syntactique et du pragmatique des « mondes possibles » dans l’espace tridimensionnel de l’idiolecte : les hallucinations hypnotiques et fantasy par E. Deyneka75 et M. Boulyguina.

  • La traduction de la poésie comme une pratique discursive particulière (sur le matériel des traductions en russe de la poésie anglophone par M. Tarassova.

  • Les concepts linguistiques et linguopoétiques dans la poésie : pour le problème de transfert inter-discursif par N. Fatééva.

  • Les sens du « langage anatomique » dans la littérature russe contemporaine par V. Marochi.

  • La revue « Prosōdia » comme l’énonciation de sujet par I. Silantiev.

  • Pour la question sur les frontières entre les discours philosophique et esthétique (S. Kierkegaard, F. Dostoïevski, L. Tolstoï) par А. Kozlov.

  • L’icône/image de l’ennemi dans la littérature romaine de l’époque du principat par E. Margarian.

  • Le dadaïsme en Allemagne : logique, sémiotique, stratégie par T. Simian.

2015, no 1

42Est consacré, dans sa plus grande partie, au problème du bilinguisme poétique. Indiquons quelques articles à la portée générale sans entrer dans les pratiques singulières des poètes du monde entier.

  • Pour le problème de sémiose du « mot hellénique » dans la littérature russe classique par A. Asojan, Saint-Pétersbourg.

  • À propos de quelques aspects de plurilinguisme dans la poésie romane de Moyen Âge par I. Tchelycheva, Moscou.

  • Langage des dieux, langage des hommes : le nom dans la poétique indoeuropéenne par K. Krasnoukhine, Moscou.

  • Auto-traduction du texte poétique comme une version de l’auto-communication par V. Fechtchenko, Moscou

Quelques nouvelles éditoriales

43Quand on écrit les chroniques en 2016, les livres qui se trouvent sous la main ont été édités et achetés en 2014-2015. Quelle est la tendance dans ce domaine ? L’impression générale est du changement de génération des lecteurs d’où le retour aux classiques de la sémiotique non pas seulement russe. D’une part, il y a une réédition massive des classiques. D’autre part, ont été publiés les traductions en russe des ouvrages européens consacrés aux auteurs du début du 20e siècle traités des classiques de la sémiotique russe — Pavel Florenski (1882-1937) et Youri Tynianov (1894-1943). Deux remarques encore : (i) la Sémantique structurale de A.J. Greimas, traduite en russe par Ludmila Zimina et sortie en 2004, est citée de plus en plus souvent dans les thèses et les articles de la Critique et Sémiotique en rapport avec la théorie de la signification ; (ii) la Sémiotique des passions. Des états de choses aux états d’âme de A.J. Greimas et J. Fontanille, traduite en russe par Inna Merkoulova et sortie en 2007 voit, en 2015, sa 3e édition après avoir été rééditée en 201076.

Retours aux classiques de la sémiotique

Mikhaïl Bakhtine (1895-1975)

2016

  • Les problèmes de la poétique de Dostoïevski [1929 /1972]

2014

  • L’œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Âge et sous la Renaissance [1965] suivi de « Rabelais et Gogol (L’art du mot et la culture populaire du rire) », le fragment de la thèse de Bakhtine Rabelais dans l’histoire du réalisme omis de la rédaction finale du livre sur Rabelais.

Youri Lotman (1922-1993)

2016

  • La Structure du texte artistique [1970]. L’Analyse du texte poétique [1972]

2015

  • Les entretiens sur la culture russe : Vie courante et traditions de la noblesse russe (18-début du 19e s.) [1993]

  • Аlexandre Sergueïevitch Pouchkine : La biographie de l’écrivain [1981]

2014 

  • Le roman de A.S. Pouchkine « Evguénï Onéguine ». Commentaires [1980]

    • 77 A.S. Pouchkine (1799-1837), poète russe ; N.M. Karamzine (1766-1826), historien, auteur de l’Histoi (...)

    Création du Karamzine. Roman-reconstruction [1987]77

  • À l’intérieur des univers pensants [1996]

Umberto Eco (1932-2016)

2016

  • Lector in fabula. La cooperazione interpretativa nei testi narrativi [1979]

2015

  • La Bustina Di Minerva [2000]

  • Numero zero [2015]

  • Le poetiche di Joyce [1965]

  • Dire quasi la stessa cosa. Esperienze di traduzione [2003]

2014

  • Arte e bellezza nell’estetica medievale [1987-2010] Il nome della Rosa [1980]

Natalino Valentini et Catherine Depretto en russe

2015

  • la traduction de l’italien par O. Khmelevskaya du livre de Natalino Valentini Pavel A. Florenski, Morcelliana, 2004 avec le soutien financier de SEPS à Bologne, en Italie78.

  • la traduction du français par V. Miltchina de la monographie de Catherine Depretto Formalisme en Russie, Paris, Institut d’Études slaves, 2009, éditée avec le soutien financier français par le Centre National du Livre79.

Quelques dernières parutions sémiotiques

    • 80 Cf. le site officiel de l’édition « La révolution culturelle » http://kultrev.ru consulté le 19/11/ (...)

    Linguistique et sémiotique des transferts culturels : méthodes, principes, technologies V.V. Fechtchenko (éd.), Moscou, Ed. Révolution culturelle, 2016. (500 p.)
    La monographie collective concerne l’élaboration de la théorie linguistique des transferts culturels à la base des pratiques mondiales d’interaction interlinguistique dans le savoir humain contemporain. Les transferts culturels sont compris comme le procès de transposition de savoir entre différentes cultures, communautés professionnelles et discours. L’exposé du livre descend du niveau de savoir humain comme un tout (le transfert interscientifique) et du niveau de savoir linguistique (le transfert intralinguistique) vers le niveau de langage et de discours en tant que base empirique de recherche. Sont examinées les actions réciproques interlinguistiques et interdiscursives dans le langage de la science et de la littérature artistique ainsi que l’interaction des codes dans diverses pratiques des cultures langagières80.

  • Les transferts culturels : problèmes de codes, S. Proskourine, A. Tsentner, O. Khotskina, M. Ivleva, B. Kleïman, A. Proskourina (éd.), Novosibirsk, NGU, 2015. (224 p.)
    La monographie collective concerne le problème de transferts culturels d’une tradition à une autre. Ce problème est déterminé par les codes fonctionnant dans les traditions concrètes. Il ne peut pas être compris en dehors d’un programme culturel adopté et sans aborder les principes de la sémiotique indoeuropéenne ni celle des autres traditions81.

  • Opposition « le nôtre — autrui » dans le langage, folklore, littérature, musique, culture : les matériaux du Forum régional en sciences humaines de la jeunesse scientifique, Novossibirsk, NGU, 2015. (93 p.)82.

  • La littérature russe dans le miroir de la sémiotique, Chatine, Youri V., Moscou, Institut de philologie SO RAN, Ed. Langues de la culture slave, coll. « Stratégies communicatives de la culture », 2015. (344 p.).

  • Le prisme de signe. Articles sur la sémiotique générale et la sémiotique d’espace : Liaison de signe. Sémiose spatiale. Sémiotique de la couleur. Sémiotique et esthétique. Les codes visuellement spatiaux de l’art, Tchertov, Léonid F., Moscou, Ed. Langues de la culture slave, coll. « Langue. Sémiotique. Culture », 2014. (320 p.).

  • Structure ouverte : Jacobson – Bakhtine – Lotman – Gasparov, Avtonomova Natalia, Моscou-Saint-Pétersbourg, Institut de philosophie RAN, RGGU, Ed. Centre d’initiatives humaines/Livre Universitaire, coll. « Propyleum russes », 2014. (509 p.).

Personalia

44Dans cette rubrique, le parcours des événements suit l’ordre descendant : de 2016 à 2015, des célébrations de grands savants toujours vivant et travaillant, aux hommages rendus à ceux dont l’héritage scientifique et poétique constitue le patrimoine culturel russe.

Boris A. USPENSKY

45Boris A. Uspensky dirige actuellement le Laboratoire d’Études sémio-linguistiques à l’École de philologie de la Faculté de Sciences humaines à l’Université Nationale de recherche, « École supérieure de l’économie »83.

46Les axes principaux de recherche du Laboratoire d’Études sémio-linguistiques :

47Langage et pensée

  • Moyens non linguistiques de communication

  • Point de vue comme la catégorie du langage et de l’art

  • Deixis dans le système de communication

  • Particularités structurelles du langage poétique

  • Linguistique et narratologie

  • Histoire de la culture à travers le prisme de noms propres

  • Sémiotique et le langage symbolique du pouvoir

  • Pragmatique historique84.

48Quelques événements de la vie du Laboratoire sémio-linguistique :

  • Le 13 octobre 2016 : la participation des membres de Laboratoire à la Conférence internationale La personne de Moyen Âge dans les sources écrites et archéologiques : La Russie Moscovite, l’Empire russe et leurs voisins, organisée par l’Institut de l’histoire de Russie RAN et al.

  • La participation d’une doctorante dans le projet commun à l’École supérieure d’économie (Moscou), l’Université de Saint-Pétersbourg, et les Universités de Cologne et de Varsovie.

  • Le 18 septembre 2015 : l’École a publié sur son site l’enregistrement vidéo de l’exposé de B.A. Uspenski lu le 14/09/15 Le monachisme en Russie et la tradition de changement de nom, thème : coopération internationale85.

49Moyens non linguistiques de communication.

50Les dernières publications de B.A. Uspensky :

  • « St. Anthony of Kievand the Earliest History of Russian Monasticism (Novitiatesin Old Rus’) », Slověne no 1, vol. 5, 2016. Moyens non linguistiques de communication.

  • « Sur l’École sémiotique de Moscou-Tartu », Slavica occitania, no 40, 2015, p. 29-33.

  • « Филологические наблюдения над текстом "Откровения Авраама" », Вопросы языкознания, no 5, 2015, p. 49-86 [« Observations philologiques du texte "Révélations d’Abraham" », Questions de philologie]86.

Boris F. EGOROV

51Boris F. Egorov, un des créateurs de l’école sémiotique de Tartu-Moscou, spécialiste de l’histoire des processus littéraires en Russie du 19-20e s., conseiller de l’Institut d’histoire RAN de Saint-Pétersbourg. Pour son 90e anniversaire, la revue Critique et Sémiotique lui a dédié son premier numéro de 201687. Elle a publié :

  • Egorov, B.F. De l’aspect subjectif de l’information et de la surabondance dans la réception du texte d’art », Critique et Sémiotique, 2015, no 2, p. 399-40488.

  • Egorov, B.F., « Attestation du rapporteur de la Thèse de Doctorat de You. V. Chatine « Processus de formation de genre et l’entité artistique du texte dans la littérature russe du 19e s. (Épopée. Lyrique)”, Novossibirsk, 1992 », Critique et Sémiotique, 2016, no 1, p. 251-257.

Lev S. VYGOTSKI

52Lev S. Vygotski (1896-1934), psychologue, pédagogue, auteur de la conception historico-culturelle du psychisme.

53Le 13 octobre 2016, à Paris, au CRSC : le Colloque scientifique international pour le 120e anniversaire de sa naissance L’Homme dans le monde de l’incertitude. Méthodologie de la cognition culturelle et historique, manifestation participant au Programme de la 25e édition de la Fête de la Science en France.

54À la Session « Sciences du langage », deux interventions ont traité du rapport de la sémiotique à la psychologie historique du langage/discours intérieurs :

  • L’Ouvrage « Sémiotique des passions. Des états de choses aux états d’âme » d’A.J. Greimas et J. Fontanille en russe : dialogue avec la théorie de Vygotski par I. Merkoulova, Paris-Sorbonne, CRSC

  • Lev Vygotski dans la perspective sémiotique. Le rapport de réversion et l’instance de l’autocensure dans le roman (Pour l’iconicisation des œuvres d’art concret)89.

Olga M. FREIDENBERG

  • 90 Le champ d’étude de O. Freidenberg est homologué ici à une des spécialisations de la VAC en science (...)

55Olga M. Freidenberg (1890-1955), philologue classique90, spécialiste de l’Antiquité, du folklore et de la culturologie.

  • 91 L’appellation internationale du Centre : Centre for Typological and Semiotic Folklore Studies : cf. (...)

56Du 22 au 24 décembre 2015, au Centre d’enseignement et de recherche Typologie et sémiotique du folklore91 de RGGU, à Moscou : les 23es Lectures Lotmaniennes Olga Mikhaïlovna Freidenberg dans la science, la littérature et l’histoire.

Marina I. TSVETAEVA

57Marina I. Tsvetaeva (1892-1941), poétesse, écrivaine, traductrice russe considérée en Russie comme un des plus grands poètes du 20e siècle.

58Le 15 décembre 2015, à Paris, au CRSC : la Présentation de l’édition bilingue de la Poésie lyrique dans la traduction de Véronique Lossky, en présence de la traductrice, du directeur des « Éditions des Syrtes » franco-suisses Serge de Pahle92, des slavistes, Georges Nivat, professeur émérite, et Tatiana Victoroff, maître de conférences (Université de Strasbourg)93.

59Les références du livre : Tsvetaeva, Marina, Poésie lyrique (1912-1941). Édition bilingue, traduit du russe, préface et annoté par Véronique Lossky. En 2 vol. , sans lieu, Éditions des Syrtes, 2015. Avec le soutien de l’Institut pour la traduction littéraire, Russie, et la Fondation Neva, Suisse.

  • Vol. I : « Poèmes de Russie (1912-1920) », Poésie lyrique (1912-1941), suivi de « La porte arrachée par Marina » par Georges Nival, p. 15-21.

  • Vol. II : « Poèmes de maturité (1921-1941) , Poésie lyrique (1912-1941), suivi de « Rythme, sens, sonorité : Tsvetaeva en français », p. 17-30.

Youri S. STEPANOV

  • 94 À voir : You. S. Stepanov, « Sémiotique des concepts », Costantini, 2010, op.cit., p. 39-47.

60Youri S. Stepanov (1930-2012), homme de lettres et de science, philologue et sémioticien, auteur de la sémiotique des concepts94.

61Du 2 au 4 juin 2015, à Novossibirsk : la Seconde conférence scientifique pan russe en mémoire de You. Stepanov Une changeante ‘image du langage’ dans la science et dans l’art par l’Institut de linguistique, l’Institut de philologie et l’Université de Novossibirsk. Les séances plénières ont porté sur :

  • You. S. Stépanov et l’espace pluridimensionnel du langage. Modérateurs I. Silantiév et V. Démiankov.

  • Langage, langue et texte : les constantes et les variables. Modérateurs : T. Yanko et O. Séverskaïa.

62Les concepts de la culture et les transferts culturels. Modérateurs S. Proskourine et P. Dronov.

63Les images du langage dans la science, dans la philosophie et dans la culture spirituelle. Modérateurs N. Fatééva, A. Vdovitchenko, N. Azarova, V. Marochy, V. Féchtchenko et S. Botchaver.

64Le texte d’art dans l’espace discursif. Modérateurs You. Chatine et I. Lochtchilov.

Haut de page

Notes

1 Boris A. Uspensky, « À propos de la genèse de l’école sémiotique de Tartu et Moscou » [1981], You. Lotman, B. Uspensky, Sémiotique de la culture russe. Études sur l’histoire, Lausanne, L’Âge d’Homme, 1990, p. 9-19, p. 19, la mise en valeur par l’auteur.

2 Il y a donc un retour vers les débuts de la sémiotique de la culture dans les années 60 du siècle dernier. Les mots qui précèdent le texte de B. Uspensky ci-dessus cité sont : « Autrement dit en vingt ans s’est cristallisé l’objet même de notre recherche. Et si dans un premier temps nous étions intéressés par le langage de la description (le métalangage), le comment décrire tel ou tel objet, à l’heure actuelle, nous sommes plutôt intéressés […] », la mise en valeur par l’auteur.

3 http://philology.nsc.ru/news/index.php ?id =24, consulté le 11/11/2016.

4 E-mail : stepanovcenter[at]iling-ran.ru ; à voir sur Stepanov infra, dans la rubrique Personalia.

5 Web : www.infolex.ru, cf. http://iling-ran.ru/main/scholars/demiankov, consulté le 23/11/16.

6 L’information sur le Centre Stepanov : http://iling-ran.ru/main/departments/linguistics/tpc, consulté le 20/11/16.

7 E-mail : takovich2[at]gmail.com cf. http://iling-ran.ru/main/scholars/feschenko, consulté le 23/11/16.

8 http://iling-ran.ru/main/, site consulté le 19/11/16.

9 http://philology.nsc.ru/about.php , consulté le 24/11/16.

10 http://www.philology.nsc.ru/journals/spj/index.php, consulté le 24/11/16.

11 http://www.philology.nsc.ru/journals/ykns/index.php, consulté le 24/11/16.

12 http://www.philology.nsc.ru/journals/sis/index.php , consulté le 11/11/16.

13 L’exemple français d’un recueil semblable : Brunel, Pierre (éd.), Dictionnaire des mythes littéraires (1988), nouvelle édition augmentée, Paris, Ed. Du Rocher, 1994.

14 http://www.philology.nsc.ru/journals/kis/index.php, consulté le 09/11/16.

15 Le nom international de cette Université est Novosibirsk State University. Elle a obtenu, en 2009, le statut d’Université Nationale de recherche. Son site web officiel : http://nsu.ru/, consulté le 20/11/16.

16 Nous présentons ce laboratoire dans la rubrique Initiatives institutionnelles.

17 L’université d’État des sciences humaines de Russie (RGGU en russe) dont nous avons déjà parlé dans les Chroniques 2014. Pour raccourcir le nom du Centre créé par Viatch.Vs. Ivanov, nous proposons de transcrire en lettres latines son sigle russe RACh soit « École anthropologique russe ».

18 http://www.nsu.ru/rs/mw/link/Media :/36294/Заявка_-_Проскурин_-_ФИЯ.pdf, consulté le 29/11/16.

19 Cf. http://plr.iling-ran.ru/ru/about, consulté le 22/11/16.

20 A voir http://plr.iling-ran.ru/ru/participants, consulté le 22/11/16.

21 Web personnel http://natalia-azarova.com/, cf. http://iling-ran.ru/main/scholars/azarova, consulté le 23/11/16.

22 Cf. http://plr.iling-ran.ru/ru/events, consulté le 20/11/16.

23 Cf. http://plr.iling-ran.ru/ru/about, consulté le 22/11/16.

24 http://kogni.ru/index/0-15, consulté le 23/11/16.

25 L’inscription préalable est par e-mail ra.school.edu[at]gmail.com. Elle est obligatoire pour deux raisons : (i) être dans la liste à l’entrée, (ii) recevoir les thèses de l’intervention afin d’être prêt à la discussion.

26 http://kogni.ru/news/terra_incognita_seminar_2/2016-11-03-1782 consulté le 22/11/16.

27 http://kogni.ru/news/onlajn_lekcii_vjach_vs_ivanova_sentjabr_dekabr_2016/2016-10-05-1778, consulté le 26/11/16.

28 Ce livre est sorti en russe en 2007, traduit par Inna Merkoulova.

29 http://www2.rsuh.ru/announcements.html ?id =358119.

30 Le site officiel en anglais et en russe : http://www.рнф.рф/ru/, consulté le 13/11/16, ou http://www.rscf.ru.

31 http://www.rfbr.ru/rffi/ru/contest/n_812 consulté le 26/11/16.

32 http://минобрнауки.рф/ %D0 %BF %D1 %80 %D0 %BE %D0 %B5 %D0 %BA %D1 %82, consulté le 26/11/16.

33 D’après le classement national 2014-15 (par AI Interfax, publié le 06/06/15) des universités de recherche classiques, fédérales et nationales sur l’internationalisation de la formation scientifique, la meilleure est la RUDN, l’Université Russe de l’Amitié des Peuples à Moscou http://www.rudn.ru, cf. http://www.rudn.ru/ ?pagec =138 , consulté le 29/11/16.

34 La « France » fait notre choix. Le site propose même les noms et les parcours des étudiants. Il y a sur le site l’information sur d’autres pays de la liste. Nous nous sommes limitée par les chiffres.

35 Le site Web officiel du CRSC à Paris : http://www.russiefrance.org, e-mail de contact : science.crsc[at]gmail.com.

36 www.science-forum.ru.

37 Pour cette question, le Projet du Ministère renvoie au site http://www.nic.gov.ru.

38 Cf. l’information du CRSC à Paris sur la célébration internationale de la Journée de la Science de Russie le 8 février 2016 : http://www.russiefrance.org/fr/activites/science_2016.html , consulté le 15/11/16.

39 Cf. http://www.russiefrance.org/fr/activites/education_2015.html , consulté le 16/11/16.

40 Le site officiel de l’Agence fédérale Rossotroudnitchestvo : http://www.rs.gov.ru , consulté le 10/11/16.

41 http://www.russiefrance.org/, l’adresse du Centre de Russie pour la Science et la Culture : 61 rue Boissière 75116 Paris.

42 Cf. http://www.russiefrance.org/fr/activites/science_2016.html, consulté le16/11/16.

43 E-mail : matveeva[at]rggu.ru.

44 E-mail : jean-luc.nahel[at]cpu.fr.

45 E-mail : science.crsc[at]gmail.com ; centrederussie[at]yandex.ru.

46 http://www.russiefrance.org/fr/activites/science_2016.html.

47 http://www.ruthenia.ru/folklore/index.htm consulté le 22/11/16.

48 Plus de renseignements sur l’activité de l’Institut de philologie : http://philology.nsc.ru/news/index.php ?id =24, consulté le 11/11/2016.

49 Cf. http://iling-ran.ru/main/news/160919_cult_transfer, consulté le 18/11/16.

50 Le « S » majuscule signifie qu’il d’agit du sujet psycholinguistique de l’acte de discours et non pas du sujet littéraire. En russe, cette distinction est terminologique : le [soub’ekt] est le sujet d’activité, d’énonciation ; le [siujet] est le thème, le motif, l’intrigue.

51 Cf. http://iling-ran.ru/main/news/160919_cult_transfer, consulté le 18/11/16.

52 Cet Institut est aussi une subdivision de la RAN.

53 http://iling-ran.ru/conferences/2016_poetry_subject_program.pdf, consulté le 18/11/16.

54 http://www.ruthenia.ru/folklore/sitechronik.htm.

55 Idem.

56 http://iling-ran.ru/main/conferences#2015, consulté le 19/11/16.

57 Cf. http://plr.iling-ran.ru/ru/events, consulté le 22/11/16.

58 http://journal-labirint.com/ ?p =4851 consulté le 22/11/16.

59 The Russian Presidential Academy of National Economy and Public Administration, School of Advanced Studies in the Humanities, Center of Theoretical Folklore Studies, Monitoring of Contemporary Folklore Group hold the International Conference "Symbolic Resistance : Texts and Practices", cf. http://www.ruthenia.ru/folklore/sitechronik.htm.

60 Le sigle de ce Centre se lit comme RACh en russe. Nous l’utiliserons en tant qu’abréviature.

61 Le terme employé en russe est le calque du mot anglais potestrity. Il désigne, en anthropologie, les formes pré-étatiques de pouvoir. Le mot français potestatif qualifie, en droit, ce « qui dépend de la volonté des parties contractantes » (Le Petit Robert). D’où la variante de traduction du sujet de séminaire : Le potentiel communautaire de la science.

62 E-mail : barulin[at]iling-ran.ru.

63 L’étude de l’état actuel de la théorie sur les origines du langage.

64 E-mail : mlk[at]iling-ran.ru.

65 C’est le cas de l’Université d’État de Tumen, en Sibérie : https://diss.utmn.ru/sovet/diss-sovet-212-274-15/, consulté le 29/11/16.

66 http://www.dslib.net, http://www.dissercat.com, sites des bibliothèques des thèses des autoréférats.

67 Cette expression appartient à V. Fechtchenko, 2008, op. cit.

68 http://vak.ed.gov.ru/ consulté le 30/11/16.

69 Dans le système de doctorat russe, il y a deux grades. Dans notre expression, le ‘docteur en sciences’ quelconques (littéralement : le « candidat aux sciences »…) correspond au ‘docteur de l’Université’. Le ‘Docteur ès sciences’ correspond au ‘Docteur d’État’.

70 https://www.docviewer.yandex.ru ; idem. : https://diss.utmn.ru/sovet/diss-sovet-212-274-15/zashchita/265093/ sites consultés le 30/11/16.

71 Cf. le fichier « Yakouchevitch Irina V., Autoréférat », sur le site de la Bibliothèque Nationale d’État http://www.search.rsl.ru consulté le 30/11/16.

72 Elle a été annoncée en 2014 et figure dans les données de deux ans.

73 http://www.dissercat.com/search ?keys =семиотика %202015, consulté le 29/11/16.

74 http://www.philology.nsc.ru/journals/kis/index.php, http://www.elibrary.ru/title_about.asp ?id =27817, www.nsu.ru/education/virtual/cs.htm, consulté le 15/01/15.

75 Evelina Deyneka, docteur en médecine, est doctorante en sémiotique à l’Université de Paris-8 sous la direction de M. Costantini. Elle est membre du GASP-8, groupe d’activité sémiotique de Paris-8. Elle est, en Russie, coordinatrice des Projets internationaux du Conseil scientifique sur la méthodologie de l’intelligence artificielle RAN, section « Neuro philosophie ». Son e-mail : edeyneka[at]mail.ru, edeyneka[at]outlook.com.

76 http://urss.ru/cgi-bin/db.pl ?lang =Ru&blang =ru&page =Book&id =197457.

77 A.S. Pouchkine (1799-1837), poète russe ; N.M. Karamzine (1766-1826), historien, auteur de l’Histoire de l’État Russe.

78 http://www.seps.it, cf. la quatrième de couverture du livre en russe.

79 http://www.centrenationaldulivre.fr, cf. http://en.unesco.org/, consultés le 10/11/16.

80 Cf. le site officiel de l’édition « La révolution culturelle » http://kultrev.ru consulté le 19/11/16 ; la quatrième de couverture, notre traduction.

81 https://www.academia.edu/24063858/ %D0 %9A %D1 %83 %DB2 ?auto =download consulté le 30/11/16, la quatrième de couverture, notre traduction.

82 http://www.philology.nsc.ru/elib/ consulté le 24/11/16.

83 E-mail : borisusp[at]gmail.com, cf. https://www.hse.ru/org/persons/34008161, 21/11/16.

84 https://philology.hse.ru/lingvosem/research, consulté le 22/11/16.

85 https://philology.hse.ru/lingvosem/announcements/196906105.html , consulté le 22/11/16.

86 https://www.hse.ru/org/persons/34008161#sci, consulté le 22/11/16.

87 http://www.philology.nsc.ru/journals/kis/pdf/CS_2016_1/01.pdf, consulté le 15/11/16.

88 http://www.philology.nsc.ru/journals/kis/pdf/CS_2015_2/29.pdf, consulté le 15/11/16.

89 http://fr.vogazeta.ru, http://fr.vogazeta.ru/ivo_fr/info/14835.html.

90 Le champ d’étude de O. Freidenberg est homologué ici à une des spécialisations de la VAC en sciences philologiques contemporaines celle de « philologie classique, philologie byzantine et grecque ».

91 L’appellation internationale du Centre : Centre for Typological and Semiotic Folklore Studies : cf. http://www.rsuh.ru ; le site d’information sur la recherche : http://www.ruthenia.ru.

92 http://www.editions-syrtes.fr, e-mail : editions[at]syrtes.ch.

93 Cf. http://www.russiefrance.org/fr/activites/culture_2016.html, consulté le 15/11/16.

94 À voir : You. S. Stepanov, « Sémiotique des concepts », Costantini, 2010, op.cit., p. 39-47.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ludmila Boutchilina Nesselrode et Inna Merkoulova, « Russie »Signata [En ligne], 2015-2016, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 10 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/signata/1440

Haut de page

Auteurs

Ludmila Boutchilina Nesselrode

Université Paris-8 Vincennes-Saint-Denis, équipe « Littérature, histoire, esthétique », Groupe d’activité sémiotique de Paris-8 (GASP8)

Articles du même auteur

  • Russie [Texte intégral]
    Chroniques sémiotiques russes : 2017
    Paru dans Signata, 2017
  • Russie [Texte intégral]
    Chroniques sémiotiques russes : 2014
    Paru dans Signata, 2014

Inna Merkoulova

Centre de Russie pour la Science et la Culture à Paris, Université Paris-Sorbonne, équipe « Sens-Texte-Informatique-Histoire »

Articles du même auteur

  • Russie [Texte intégral]
    École sémiotique de Moscou-Tartu. Histoire et état actuel des lieux
    Paru dans Signata, 2011
Haut de page

Droits d’auteur

Signata - PULg

Haut de page
  • Logo Presses universiatires de Liège
  • Logo Université de Liège
  • OpenEdition Journals