Navigation – Plan du site

Signata 12 / Sémiotiques de l’archive

Échéance : 1er novembre 2018
Maria Giulia Dondero, Andreas Fickers, Gian Maria Tore et Matteo Treleani

Présentation

L’archive, un mot qui évoquait jadis un « passé poussiéreux » (Chabin, 1996), est revenu depuis quelques années à l’ordre du jour dans les sciences humaines et sociales. « Enregistrements » et « footages », « témoignages » et « mémoire » (la mémoire collective, la mémoire des appareils numériques), « données » (« data ») et « traces », « références » et « dossiers », « héritage » et « patrimoine » : tels sont les mots fétiches de notre présent. Aujourd’hui, on dit « archiver » et non plus « effacer » dans nos dispositifs numériques, l’effacement étant même devenu plus compliqué que l'archivage (Manovich, 2001 ; Hoog, 2009 ; Paolucci, 2013). Certes, « la société toute entière vit dans la religion conservatrice et dans le productivisme archivistique » (Nora, 1984). Mais peut-on dire que l’archivage est désormais un impératif de la « culture numérique » (Doueihi, 2008 ; Ernst, 2013) ? L’affirmation du numérique comme dispositif de démultiplication matérielle est-elle solidaire d’un retour de l’archive, conçue pour assumer des fonctions de stabilisation et d’unification ? Ou au contraire l’archive participe-t-elle elle-même à la ré-éditorialisation des contenus et donc à la production du nouveau (Stockinger, 2015) ? Quoi qu’il en soit, il semble évident que, à l’ère numérique, nous vivons dans une « société de l’enregistrement » (Ferraris, 2013) : toute production digitale est automatiquement archivée, et bon nombre de nos pratiques quotidiennes sont tracées sous la forme de données numériques (Merzeau, 2009). Nonobstant l’incertitude liée à la durée des supports de stockage (le numérique étant l’un des supports le moins durables du point de vue technique — la démagnétisation des disques durs impliquant la perte potentielle des données après quelques années), notre société reste une société de la patrimonialisation massive (Morozov, 2013). Sur un autre plan, l’une des raisons d’être de la (trans)discipline très actuelle appelée « Digital Humanities » (Mounier, 2010) semble reposer aussi sur les ressources des documents disponibles, ainsi que sur les calculs et sur les visualisations que l’on peut effectuer numériquement.

Il nous semble aujourd’hui que, face à de tels enjeux, un questionnement sémiotique peut se révéler éclairant. Il s’agit d’approcher un domaine aux matérialités et aux pragmatiques multiples (dispositifs et interfaces, pratiques de formatage et de lecture, visualisations et référenciations) et aux procédures et aux valorisations stabilisatrices (conservation et collecte d’une part, attachement à l’« original » et au « patrimonial » d’autre part). On sait à quel point l’archive se fonde sur un binôme paradoxal (« mythologique ») : préservation et accès. On sait aussi à quel point chacune des opérations qui lui sont inhérentes est une re-sémiotisation : sélection et valorisation d’une part, re-cadrage et ré-éditorialisation d’autre part, à savoir traduction inter-sémiotique, re-médiation, re-énonciation (Day, 2014). Que l’on songe tout simplement au culte somme toute récent et peu questionné de l’édition du film restauré et patrimonialisé, accessible « finalement » dans sa « meilleure version », qui est souvent dite « director’s cut » : ce dernier est bien un « mythe » (Marie & Thomas, 2008), la version prétendument retrouvée, restaurée et resituée n’étant en général qu’une nouvelle version du film. Préserver et rendre accessible, c’est toujours redéfinir, repenser et refaire.

Archiver, c’est, en termes sémiotiques, « ré-énoncer », et donc produire du nouveau. À cet égard, l’archive peut être abordée aussi du point de vue de sa performativité sémiotique. Archiver, c’est en quelque sorte moins une constatation de ce qui a été qu’une production de ce qu’on veut faire. C’est même détruire au moins autant que conserver, car sélectionner c’est ipso facto perdre ce qu’on a filtré (Landwehr, 2016). Ainsi, quelles sont les conditions de félicité d’une telle performativité ?

D’autre part, si l’on conçoit l’archive comme le lien particulier entre une question matérielle et une question temporelle, deux autres questions fort intéressantes pour la sémiotique actuelle se posent. Premièrement, la matérialité (les « substances de l’expression » dans la sémiotique structurale) : comment lier de manière pertinente et rigoureuse des dispositifs matériels et des formes signifiantes ? Deuxièmement, la temporalité (la « diachronie ») : comment faire trianguler des dispositifs, des formes et des temporalités ? Mais aussi : quelles exigences comporte une telle triangulation ? épistémiques ou déontologiques, voire politiques, ou bien un nœud complexe entre celles-ci ? Dans tous les cas, il semble bien que les mots clés de l’archive sont de l’ordre du « fiable » (cf. la nécessité philologique, Rastier, 2013) et de l’« authentique » (cf. la mise en question de la numérisation, Bachimont, 2017). Sans doute peut-on ajouter aussi, plus en profondeur, le « persuasif » : l’archivage ne doit-il pas s’accompagner d’une méta-narration qui permette de nous faire croire à sa propre justesse ? Et doit-on aller même plus loin, en relevant le « pouvoir » et le « devoir » de l’archive, à savoir sa portée foncièrement politique et éthique (cf. le « mal d’archive » selon Derrida, 1995) ? Quoi qu’il en soit, on ne peut se poser la question des usages d’archives sans se poser celle de l’usage qu’est toute constitution d’archive. Et c’est là une situation que le numérique complique, encore une fois, du fait que, dans l’environnement numérique, faire, c’est déjà archiver.

Ce numéro de Signata vise à questionner l’archive d’un point de vue sémiotique ou sémio-pragmatique — si l’on entend par « sémiotique » non pas une discipline unique, mais une pluralité de manières de questionner le « sens », les formes et les valeurs au sein des disciplines historiques, sociologiques, philosophiques, linguistiques, médiatiques, artistiques, etc. Le but de ce dossier sur les sémiotiques de l’archive est d’essayer de constituer une cartographie qui embrasse — à titre indicatif :

  • Les termes et les concepts : les nombreuses déclinaisons et constellations de l’« archive » ; y compris ses idéologies, telles l’autorité ou l’accessibilité. On encourage notamment le repérage des croisements entre de telles constellations terminologiques-conceptuelles et les théories sémiotiques, par exemple l’idée de l’archivage comme ré-énonciation.

  • Les pratiques : la distinction critique et critiquable entre archivage et usage d’archives ; l’archivage comme sémiotisation (lecture du « passé » et tactique pour le présent) ; la notion de « sémiophore » de Pomian ; l’analyse scientifique ou la création artistique via les archives.

  • Les dispositifs : approche critique de l’archive et l’interface, ses visualisations, éditions (ou éditorialisations), contextualisations, remédiations ; les liens entre le numérique et l’archive ; la numérisation et l’archivage.

  • L’indexation : peut-on archiver tout type de documents au travers des mêmes métadonnées standard (auteur, date, lieu de production, etc.) ou faut-il constituer des archives organisées autrement, par des descripteurs visuels, par exemple, dans le cas des images, selon la proposition de Manovich ? Il s’agit d’une piste qui articule autrement disciplines de l’archive et sémiotique, avec les instruments d’analyse plastique que celle-ci peut proposer à celles-là.

  • Les disciplines : approches différentes, convergentes, polémiques, diplomatiques ; critique des Digital Humanities ; dialectique entre approches qualitatives (deep readings, à la Ginzburg) et quantitatives (distant readings, à la Moretti), concernant la taille des collections d’objets et les postures des sujets des recherches. Il s’agit d’investiguer la manière dont la sémiotique, la science des médiations, peut intervenir dans ce débat des disciplines.

Échéances et modalités de soumission

Les articles doivent parvenir pour le 1er novembre 2018, aux adresses suivantes : mariagiulia.dondero[at]uliege.be; andreas.fickers[at]uni.lu; matteo.treleani[at]univ-lille3.fr;gm.tore[at]gmail.com.
Publication : fin 2019.

Normes éditoriales

Consignes aux auteurs : https://journals.openedition.org/signata/1163

Bibliographie

Badir, S. et Baetens, J. (2004), Dossier « L’archivage numérique : conditions, enjeux, effets », Protée, vol. 32, n. 2.

Bachimont, B. (2017), Patrimoine et numérique, Ina Editions.

Chabin, M-A. (2000), Le Management de l’archive, Hermès.

Davallon, J. (2006), Le Don du patrimoine, Hermès Science.

Day, R. (2014), Indexing it all. The subject in the age of documentation, information and data, MIT Press.

Derrida, J. (1995), Mal d’archive, Gallimard.

Doueihi, M. (2011), Digital Cultures, Harvard University Press.

Ernst, W. (2012), Digital Memory and the Archive, University of Minnesota Press.

Farge, A. (1989), Le Goût de l’archive, Le Seuil.

Ferraris, M. (2013), Âme et iPad, Coll. Parcours numériques, Les Presses de l’Université de Montréal.

Fickers, A. (2012), « Towards A New Digital Historicism? Doing History in The Age of Abundance », in VIEW. Journal of European Television History and Culture.

Fickers, A. (2013), « Experimental Media Archaeology: A Plea for New Directions », in Van den Oever, A., Techné/Technology Researching Cinema and Media Technologies, their Development, their Impact, Amsterdam University Press, pp. 272-278.

Foucault, M. (1969), L’Archéologie du savoir, Gallimard.

Heinich, N. (2011), La Fabrique du patrimoine. De la cathédrale à la petite cuillère, Maison des Sciences de l’Homme.

Galloway, A. (2012), The Interface Effect, Polity Press.

Gefen, A. eds. (2015), « Des chiffres et des lettres : les humanités numériques », Critique n° 819-820.

Ginzburg, C. (1989), Mythes, emblèmes, traces. Morphologie et histoire, Flammarion.

Hoog, E. (2009), Mémoire Année Zéro, Le Seuil.

Jeanneret, Y. (2014), Critique de la trivialité. Les médiations de la communication, enjeu de pouvoir, Editions Non Standard.

Landwehr, A. (2016), Die anwesende Abwesenheit der Vergangenheit: Essay zur Geschichtstheorie, Frankfurt a.M. Fischer.

Manovich, L. (2001), The Language of New Media, MIT Press.

Manovich, L. (2015), « Data Science and Digital Art History », International Journal for Digital Art History, 1, 13–35.

Mayer-Schonberg, V. (2011), Delete. The Virtue of Forgetting in the Digital Age, Princeton University Press.

Merzeau, L. (2009), « Du signe à la trace. L’information sur mesure », Hermès, n° 53, p. 21-29.

Moretti, F. (2013), Distant Reading, Verso.

Mounier, P. (2010), « Manifeste des Digital Humanities », Journal des anthropologues, 122-123, p. 447-452.

Morozov, E. (2013), To Save Everything Click Here, Public Affairs.

Nora, P. (1997), Les Lieux de mémoire, Gallimard.

Paolucci, C. (2013), « Archives, patrimoine et mémoire. Un regard sémiotique sur la tiers-mondialisation du savoir à l’ère de la numérisation », in V. Frey & M. Treleani (eds), Vers un nouvel archiviste numérique, L’Harmattan/INA, 75-103.

Pomian, K. (1990), « Musée et patrimoine », in H-P. Jeudy (eds), Patrimoines en folie. Editions de la Maision des Sciences de l’Homme.

Rastier, F. (2011), La Mesure et le Grain. Sémantique du corpus, Honoré Champion.

Rastier, F. (2013), « La sémiotique des textes du document à l’œuvre », in V. Frey & M. Treleani (eds), Vers un nouvel archiviste numérique, L’Harmattan/INA.

Saemmer, A. (2015), Rhétorique du texte numérique. Figures de la lecture, anticipation de pratiques, Presses de l’ENSSIB.

Schnapp, J. (2017), « The Intimate Lives of Cultural Objects » in J. Sayers (ed.), Routledge Companion to Media Studies and Digital Humanities, Routledge.

Stockinger, P., (2015), « The semiotic turn in digital archives and libraries », Cahiers du numérique 11, 1.

Stockinger, P. (2011), Les archives audiovisuelles. Indexation description et publication. Hermès.

Sinatra M., Vitali-Rosati M. (2014), « Histoire des humanités numériques », in M. Sinatra & M. Vitali-Rosati (eds), Pratiques de l’édition numérique, Coll. Parcours Numériques, Les Presses de l’Université de Montréal, p. 49-60,

Treleani, M. (2014), Mémoires audiovisuelles, Coll. Parcours Numériques, Les Presses de l’Université de Montréal.

Treleani, M. (2017), Qu’est-ce que le patrimoine numérique ? Une sémiologie de la circulation des archives, Le Bord de l’Eau.

Yates, F. (1966), The Art of Memory. Routledge.

Haut de page
  • Logo Presses universiatires de Liège
  • Logo Université de Liège
  • OpenEdition Journals