Navigation – Plan du site
Dossier
3. Modèles d’analyse de l’écriture

Une généalogie critique des théories de l’écriture

Histoire et épistémologie du pluralisme graphique
Sung Do Kim
p. 155-192

Résumés

Cet article a pour objectif d’effectuer un bilan des recherches consacrées au pluralisme graphique. Pour ce faire, nous examinons d’abord les présupposés épistémologiques de la grammatologie moderne, qui repose sur trois soubassements : le phonocentrisme, l’ethnocentrisme, l’évolutionnisme. Nous menons une critique de ces trois fondements de la grammatologie conventionnelle en nous référant aux différents courants critiques qui participent à l’émergence du paradigme du pluralisme graphique. Nous proposons ensuite une épistémologie du pluralisme graphique, reposant sur cinq principes : la pluri-dimensionnalité du graphisme, l’écriture comme support, l’économie politique des systèmes graphiques, l’intermédialité, l’écriture comme dispositif rétentionnel. Dans une sixième partie, nous esquissons un aperçu de l’état actuel des domaines du pluralisme graphique, du domaine biologique à l’écriture urbaine et augmentée, en passant par l’écriture numérique.

Haut de page

Texte intégral

1. Remarques préliminaires

1Les théories de l’écriture et l’histoire des idées relative à l’écriture relèvent d’un vaste champ de recherche dont les modalités d’approche et les objets sont pluriels et hétérogènes. Cet article ne prétend nullement traiter de la totalité de cette longue histoire. Son objectif est en effet de prendre en compte la dimension épistémologique et historique plurielle de l’histoire de l’écriture en élaborant un concept synthétisant ce pluralisme scriptural et graphique. Les réflexions exposées, souvent à contrecourant des idées conventionnelles sur l’écriture, relèvent plutôt d’un questionnement critique sur les fondements épistémologiques des théories modernes relatives à cette dernière.

2Nous examinerons donc avec précision les présupposés théoriques et les diverses positions manifestées dans les domaines de la linguistique, de la sémiotique, de l’anthropologie, de la philosophie et de l’histoire. Dans un second temps, en vue de mettre en évidence le caractère pluridimensionnel de notre recherche auquel renvoie la dénomination fédératrice « d’écriture », je m’efforcerai de construire une problématique inclusive et intégrale de l’écriture. Cette étude doit être considérée comme l’étape préliminaire de la généalogie du paradigme du pluralisme graphique qui s’inscrit dans l’histoire des sciences du langage et de la sémiotique (Kim, 2014a ; 2014b).

  • 1 Notons qu’à côté de l’acception courante de l’article « Écriture » du Dictionnaire des termes litté (...)

3Tout d’abord il convient de préciser que « l’écriture » ne doit pas être liée de façon privilégiée à telle ou telle discipline, car le champ sémantique de ce mot français est non seulement vaste mais aussi hétérogène (Van Gorps, 2005, p. 159). D’ailleurs, l’entrée « écriture » du Trésor de la Langue Française Informatisé propose une quinzaine d’acceptions différentes provenant de la littérature, du droit, des sciences administratives, etc., dont quelques unes méritent notre attention : « représentation graphique d’une langue », « action de composer un ouvrage littéraire »1, « preuve écrite ». Traducteur de l’ouvrage De la grammatologie de Jacques Derrida, j’ai souvent été confronté à la difficulté de choisir un terme coréen adéquat pour le mot français « écriture », employé 1033 fois dans cette œuvre monumentale. La difficulté de traduction presque insurmontable est due à sa polysémie. Au cours de cette traduction, j’ai éprouvé les effets d’une différence prégnante entre nos deux langues, car le répertoire des termes coréens équivalents au mot « écriture » reste assez limité, et insuffisant pour transmettre les nombreuses variations sémantiques du mot français.

4Cette complexité sémantique et épistémologique du terme conduit à considérer l’écriture comme un objet pluriel et socialisé se définissant dans sa matérialité, dans son organisation signifiante ainsi que dans son espace psychologique et psychanalytique, par des usages sociaux et institutionnels tant économiques, politiques et policiers (cf. Anis, 1994 ; Artière, 2013a) que médicaux (Artière, 2013b).

5Autrement dit, l’écriture ne doit pas être comprise comme un outil au service de l’oral ainsi que l’entendent communément les linguistes, mais « comme un moyen d’expression, de communication, constitué d’une réalité tout à la fois matérielle, visuelle et linguistique » (Souchier, Jeanneret & Le Marec, 2003, p. 25). En fait, c’est l’aventure du graphisme, c’est-à-dire du travail tracé, qui réalise deux opérations particulières par rapport à la parole : « elle mémorialise et elle extériorise le sujet travaillant et fabriquant du sens. Elle efface la vie en exhibant la chose » (Lafont, 1984, p. 44).

6J’adopte ici la définition proposée par Leroi-Gourhan selon laquelle le terme de graphisme désigne toutes les écritures non-langagières. La définition suivante de Krämer (2016, p. 7) rejoint celle du paléoanthropologue : « Par conséquent, “graphisme” est un nom générique qui, d’une part, souligne la parenté entre les écrits et les autres formes de représentation graphique — dont le diagramme représente le prototype. »

7Derrida (1967a, p. 65) a repéré dans « l’inscription durable d’un signe, le seul noyau irréductible du concept d’écriture ». Il a ainsi recommandé d’inclure tous systèmes de signes linguistiques, écrits ou oraux, pour faire de l’écriture la condition même de la fonction originelle de la signification. En brisant des barrières conventionnelles, Derrida propose d’appeler « archi-écriture » cette notion élargie. On notera que Melot (2015, p. 19) s’interroge « sur la coïncidence entre l’apparition de telles théories élargies de l’écriture et l’invention de l’enregistrement magnétique (1951) qui traite sur un même support signes sonores et signes optiques ou avec l’invention de techniques qui font reposer les signes sur des espacements binaires ». À titre d’exemple, une telle approche justifie le statut particulier d’une sémiotique de l’écrit numérique (cf. Souchier, 1996) et nous invite en même temps à être sensible à la problématique plus générale d’une anthropologie de l’écriture ainsi qu’à l’élaboration d’un carrefour interdisciplinaire des sciences humaines constitué autour de l’écriture (cf. Lafont, 1984 ; Lapacherie, 1998 ; Guichard, 2012).

8Michel Melot a bien remarqué cette expansion sémiotique de la catégorie de l’écriture. « Les sciences exactes et les sciences humaines semblent s’être liguées pour faire sortir l’écriture de ses rives afin d’y faire entrer des catégories de signes indicibles » (2015, p. 5). Il a ainsi décrit un nouveau paysage enrichi du territoire ouvert de l’écriture : « Chaque photographie, indéfiniment et exactement reproduite, est devenue un pictogramme en puissance et les codes numériques, inexorablement univoques, sont lus par des robots illettrés. L’écriture est un territoires ouvert à tous les vents » (2015, p. 6). En effet, dans la fabrication du texte écrit, le graphisme, le support (la matérialité et le média) et l’espace apparaissent comme trois éléments-clés. À ce sujet, Melot a bien saisi la spatialité et la granularité comme des critères définitoires de l’écriture : « [u]ne suspicion d’écriture existe lorsque les signes respectent un ordre dans l’espace et une sorte de granularité qui les rend reproductibles et les distingue du flux ininterrompu du paysage, de la voix et du geste » (2015, p. 16). Prendre en compte la dimension graphique, visuelle et corporelle de l’écriture exige un aperçu critique sur les variations personnelles et idéologiques qui s’expriment à travers l’histoire, l’économie, et la culture. Cette épaisseur culturelle et historique de l’écrit est couverte par la notion du pluralisme scriptural ou graphique.

9Une épistémologie pluraliste permettrait de préserver cette hétérogénéité indéniable, tout en intégrant harmonieusement et sans clivage ces ensembles signifiants qui constituent des caractères d’écriture, des matières, des textures ; en somme des « situations sémiotiques » selon la terminologie de Jacques Fontanille (2005, p. 15).

10Notre épistémologie se fonde sur l’idée que les domaines d’études de l’écriture concernent simultanément les aspects ontologiques, épistémologiques et méthodologiques. Un champ réel constitutif de l’écriture se manifeste par des faits particuliers qui peuvent faire l’objet d’une étude scientifique. L’écriture est complexe, si bien que son analyse concerne de nombreux domaines interdépendants, et donc de nombreuses disciplines scientifiques. Cette étude de l’écriture aboutit à l’idée d’une pluralité de disciplines selon une pluralité de méthodes dans la mesure où l’écriture concerne toutes les formes d’existence graphiques présentes dans le monde.

2. Les trois présupposés épistémologiques de la grammatologie moderne

11Avant de présenter l’esquisse d’une généalogie du pluralisme scriptural, il convient d’expliciter les présupposés ontologico-épistémologiques du concept restrictif de l’écriture, normalisé par la grammatologie moderne. Trois éléments constitutifs en émanent : le phonocentrisme, l’évolutionnisme, et l’ethnocentrisme.

  • 2 Le concept et les pratiques de l’écriture au sens graphique sont toutefois beaucoup plus subtils ch (...)

12Le premier fondement ontologique et épistémologique de la grammatologie moderne s’explique par son phonocentrisme. Selon l’éminent linguiste américain Bloomfield, la véritable écriture (« real writing ») a pour fonction principale la transcription des sons. Claude Hagège, dans son célèbre ouvrage L’Homme de paroles, soutient que « la communication orale, seule naturelle, est seule chargée de tout le sens d’origine » (1985, p. 83). Ce phonocentrisme se révèle d’une façon similaire chez les principaux théoriciens de l’écriture et de la littératie comme Ong, Goody, Clanchy. Dans le premier chapitre de The World’s Writing Systems (Daniels & Bright, 1996), Peter T. Daniels a réaffirmé cette définition de l’écriture comme phonographie, profondément enracinée dans la conception aristotélicienne selon laquelle les signes écrits doivent représenter les segments de sons. À propos du phonocentrisme, il est difficile de nier que la position énoncée par Saussure dans le CLG (« la langue a une tradition orale indépendante de l’écriture », 1972, p. 46) fournit un prétexte pour négliger la problématique de l’écriture dans les théories contemporaines du langage, et Derrida a justement relevé que la linguistique moderne, fondée sur la conception du langage du maître genevois, est solidaire d’un phonocentrisme et d’un logocentrisme hérités de la métaphysique occidentale2 (1967, pp. 63-64). Dans cette généalogie des racines phonocentriques, l’objet de l’écriture a été restreint comme un corrélat objectif et un redoublement matériel de la parole.

13La position classique des linguistes en témoigne et l’on pourrait multiplier les exemples similaires. La linguistique n’examine les systèmes graphiques de communication que s’ils dépendent complètement ou partiellement d’un système linguistique, s’ils sont (à différents degrés) une transposition graphique de ce que le langage manifeste par des signes vocaux. Par conséquent, ils situent la représentation graphique non pas sur un plan d’égalité avec la manifestation orale du langage mais comme un dérivé plus ou moins direct de celle-ci (cf. Llorach, 1968, p. 539). Dans ce cadre restreint, on ne saurait s’étonner que la majorité des linguistes ignorent la dimension graphique dans leur problématique qui est, en général, construite au sein des théories de l’écriture et de son histoire.

  • 3 Je me réfère ici à l’excellente histoire de l’histoire de la grammatologie moderne de Trigger (2004 (...)

14L’évolutionnisme explicite ou implicite constitue un deuxième fondement des théories sur l’histoire de l’écriture. Ce présupposé, remontant à l’anthropologue anglais Edward Taylor (1878) et à un autre savant, Isaac Tayor (1883), présente un schéma de l’évolution de l’écriture s’articulant autour de cinq étapes chronologiques : la pictographie, la logographie, le logosyllabaire, le syllabique puis l’alphabet. Par la suite, Gelb (1973), le fondateur de la grammatologie contemporaine, conceptualisa le principe unidirectionnel de l’évolution des écritures : toutes les écritures suivent le parcours de l’évolution étape par étape, et ne peuvent pas aboutir directement à l’étape finale en sautant les étapes intermédiaires3. L’aboutissement de cette évolution est la phonétisation alphabétique. Cette schématisation évolutionniste est également présente dans l’ouvrage magistral de Marcel Cohen (Cohen, 1958 ; voir également Cohen 1953 et Cohen & Peignot, 2005). Cet évolutionnisme correspond à une vision téléologique selon laquelle l’écriture alphabétique occupe le sommet de l’intelligence humaine (Boone, 1994, pp. 3-26).

15Dans ce schéma évolutionniste, les écritures hiéroglyphiques et idéographiques sont considérées comme appartenant au niveau bas et les sociétés sans écriture sont même exclues de la chaîne développementale. Cette idéologie s’enracine dans la pensée européenne du xviiie siècle, qui précède l’invention et la diffusion de la théorie de l’évolution par Darwin. C’est ainsi que Tort (1980, pp. 12-13), qui a travaillé sur les héritages de l’évolutionnisme dans l’histoire de la linguistique moderne, a pu avancer :

Tout ceci est en connexion étroite avec le xviiie siècle et prouve que l’évolutionnisme dans les théories du langage et de l’écriture fit l’objet d’une première systématisation chez Warburton au début des années 1740 et précède de très loin, comme portion déterminante de l’évolutionnisme anthropologique, l’apparition de la théorie biologique de l’évolution elle-même.

16Dans ce schéma, l’écriture chinoise est souvent évoquée pour légitimer ces arguments à travers une comparaison des langues et des écritures.

L’idée de l’évolution bloquée de la langue et de l’écriture chinoises date de cette époque, et la question sous-jacente à toute considération de la culture chinoise est bien, de ce fait, celle qui consiste à demander comment celle-ci a pu se maintenir en dépit du fardeau que constituait pour elle le caractère pesant et peu dynamique de ses systèmes signifiants (Ibid.).

17Ce préjugé évolutionniste est toujours présent dans de récents travaux comme l’indique le titre suivant, The Writing on the Wall : How Asian Orthography Curbs Creativity (Hannas, 2003). Selon cette hypothèse, l’Extrême-Orient est victime d’une déficience de la créativité technologique par rapport à l’Occident, déficience dont la cause principale seraient les systèmes d’écriture idéographique employés par les pays sinisés comme la Chine, la Corée, le Vietnam et le Japon : les écritures de cette région seraient moins analytiques que l’alphabet, qui exige de décomposer la parole en phonèmes. Selon cette logique évolutionniste sans fondement scientifique, l’écriture chinoise est absolument inapte à produire le saut intellectuel qualitatif qui conduirait à l’expression phonético-alphabétique.

  • 4 Concernant ce préjugé ethnocentrique sur l’écriture chinoise, un exemple assez ancien mais révélate (...)

18Le troisième présupposé de la grammatologie moderne s’exprime par son ethnocentrisme logocentrique, corrélat de l’évolutionnisme. La supériorité de l’alphabet phonétique s’affirme dans cette idéologie occidentale. La langue et l’écriture chinoise sont fréquemment citées comme des cas moins évolués dans l’histoire des langues et des écritures de l’humanité4.

La référence au chinois, dépourvu de flexion, vient souligner encore, d’une façon très conforme d’ailleurs à ce qu’était l’ethnocentrisme linguistique et grammatologique européen du siècle précédent du xviiie siècle où l’incommodité de l’écriture chinoise, comme ce fut le cas pour la plupart des missionnaires chrétiens, était expliquée en définitive par le peu de génie inventif de cette nation et par l’avantage combinatoire et significatif que les langues de la souche indo-européenne tirent de leur constitution flexionnelle. (Tort, 1980, p. 12.)

19À ce propos, il faut évoquer une série d’hypothèses énonçant la supériorité de l’écriture phonétique et des écritures alphabétiques qui seraient susceptibles de renforcer les aptitudes cognitives à l’abstraction, à l’analyse, au codage et à la classification. Les partisans de cette hypothèse sont très présents au sein de l’école de la communication de Toronto : M. McLuhan, H. Innis, W. Ong, R. Logan (2004), Cl. De Vos et D. de Kerckhove (2013). Le retard accusé dans les sciences et technologies chinoises s’expliquerait ainsi par l’absence d’abstraction dans les disciplines scientifiques de la Chine ancienne, qui ignorait le système alphabétique. Pourtant cette hypothèse est fondée sur un préjugé ethnocentrique, et plus précisément hellénocentrique, et néglige l’importance de l’appropriation des sciences indépendamment du type de système d’écriture. De surcroît, l’affirmation selon laquelle les caractères chinois relèvent d’une nature pictoriale, n’est que partiellement vraie. Typologiquement, la majorité des caractères chinois appartient à la catégorie phonographique, sans aucune relation pictographique en rapport avec les choses désignées. Pour saisir la nature de l’écriture chinoise, le sinologue américain John De Francis (1984, 1989) propose d’ailleurs le terme de sémasiographie plutôt que celui de logographie.

3. Critique des trois fondamentaux de la grammatologie conventionnelle

  • 5 Voir sur ce point le très intéressant travail de Herrenschmidt (2007). Il compare les trois système (...)

20Cette conception restrictive de l’écrit a été repoussée par plusieurs courants théoriques expliquant que l’écriture ne se limite pas à une fonction de transposition plus ou moins exacte du langage oral et que l’essentiel « est l’intrusion du graphisme en général, qui marque une nouvelle étape dans l’équipement intellectuel de l’humanité » (Molino, 1988, p. 144). Goody et Leroi-Gourhan s’accordent pour affirmer que la projection graphique permet un agencement multidimensionnel et significatif de l’espace. Après avoir relevé que la fabrication des tableaux, des listes et des formules a pour origine unique l’avènement de l’écriture5 et que le passage de la parole au texte écrit provoque des transformations cognitives de la pensée grâce aux opérations formelles de nature graphique, Goody (1979, p. 143) souligne la nécessité de rectifier le présupposé de la linguistique saussurienne, selon lequel l’écriture reproduit la parole :

L’écriture transforme nettement et de plusieurs manières, la nature même de la pratique du langage. Si l’on n’accorde pas à ce fait l’attention qu’il mérite, c’est en partie parce qu’on accepte partout la dichotomie faite par les linguistes entre langue et parole, cette dernière relevant du mode de communication orale. Mais qu’en est-il du mode écrit ? Est-ce seulement une technique d’enregistrement ? La sémiotique de l’écrit est-elle simplement un redoublement matériel de la sémiotique du parlé ? N’y a-t-il pas, plutôt qu’une bipolarité, un triangle linguistique, qui n’est pas uniquement un arrangement formel mais la représentation de forces par des vecteurs ?

21Selon Anne-Marie Christin, la définition phonocentrique n’est pas seulement partisane mais erronée dans la mesure où les peuples premiers caractérisés par leur oralité disposent de deux modes de communication différents, oral et visuel. D’une part, la langue parlée structurant ces ethnies se charge des échanges internes de l’information et de la connaissance, et transmet dans une longue temporalité la tradition rituelle, légendaire, mythique, de ses origines. D’autre part, le régime visuel permet à ces mêmes communautés d’avoir accès au monde magique et invisible, où la langue n’a pas cours. Cette auteure distingue foncièrement une telle communication de celle du langage verbal car elle opère entre deux univers hétérogènes l’un à l’autre : « [i]l s’agit d’une communication transgressive » (2001, pp. 627-636).

22Un autre éminent savant, Roy Harris (1993, 1995, 1998), ayant élaboré un modèle sémiologique, subversif et intégrationnel de l’écriture, réfute cette fondation phonocentrique en proposant un nouveau champ pour l’écriture, libérée de l’entrave de la notation de la parole. Dans son ambitieux programme de sémiologie de l’écriture et d’une nouvelle fondation épistémologique pour celle-ci, Harris déconstruit le cadrage phonocentriste, photographiste et autonomiste. Melot (2015, p. 8) a également participé à cette critique du phonocentrisme en affirmant que « loin de lui être soumis, le pouvoir de l’écriture précède et excède celui de la langue, la déborde et lui survit. Le monde des enregistrements dans lequel nous vivons a généralisé celui de l’écriture. Il englobe les sismographes et les électrocardiogrammes ». Déléage (2013a, 2013b) partage cette critique en indiquant que les écritures sont liées, à l’origine de nombreuses écritures amérindiennes, à un rituel ou une pratique sans rapport direct avec l’oralité.

23Il convient dans ce contexte de récuser deux conceptions réductrices de l’écriture qui sont intimement liées au phonocentrisme : la réduction technique et l’extériorité de l’écriture (que Derrida a admirablement révélées et critiquées). Le logocentrisme est inévitable dans les perspectives aristotélicienne et saussurienne puisqu’elles adoptent un schéma purement chronologique : l’homme a son idée ou son logos et l’exprime dans une langue parlée, puis fixe l’expression de sa pensée dans un système de signes écrits, censé transcrire phonétiquement la langue. Suivant cet ordre chronologique, l’écriture de la langue n’est qu’une déperdition qui a permis à la linguistique moderne l’effacement de l’écriture. La deuxième fondation, qui se résume en un évolutionnisme avec ou sans réserve, est aussi sévèrement critiquée par des spécialistes de l’écriture. Selon ce schéma évolutionniste, l’histoire de l’écriture se condense en une série d’étapes progressives aboutissant à la phase finale de phonétisation alphabétique. Harris a ouvert les hostilités contre ce qu’il nomme « l’illusion évolutionniste » qui nous force à adopter un scénario progressif et inéluctable de la représentation de la parole dans l’histoire des écritures (1986, pp. 57-75).

24Les arguments contre l’évolutionnisme tenace dans les théories de l’écriture sont multiples, mais il suffit d’en relever deux. En premier lieu, Harris souligne que l’origine de l’écriture ne peut s’expliquer ni par une figuration mimétique ni par la transcription de la parole mais par la notation des nombres :

A different evolutionary account from any so far mentioned is proposed by Schmandt-Besserat, who rejects the theory that the earliest form of writing was pictographic. Writing developed, according to Schmandt-Besserat, out of the primitive accounting system used in Mesopotamia from the ninth millennium B.C. onwards. This system was based on clay tokens or counters of various geometrical shapes, spheres, discs, cones, tetrahedrons, etc. (Harris, 1986, pp. 69-71.)

25De la sorte, il écarte l’hypothèse de la priorité naturelle des images iconiques en tant que signes. En somme, cette priorité picturale n’est qu’une illusion. Dans ce contexte, Harris affirme que l’essentiel de l’écriture ne réside pas dans le fait qu’elle est le reflet graphique du langage parlé, mais qu’elle est un système de représentation de la pensée ayant son autonomie sémiotique (1986, pp. 76-157). Klock-Fontanille (2016, p. 4) a bien remarqué une seconde limite importante de cette conception évolutionniste :

Le fait qu’on fasse passer pour une évolution continue un parcours historique entre des genres et états différents de systèmes graphiques, alors que la structure de ce système de genres (si elle existe) ne se prête pas à un parcours continu d’évolution téléologique, montre que la diversité des genres de systèmes graphiques est apparemment impensable, et que pour situer l’écriture par rapport à l’ensemble de ces genres, on est obligé de penser une évolution, avec des stades « primitifs » ou « archaïques » et des stades de « vraie » écriture.

26Du point de vue sémiologique, l’écriture est un moyen d’expression sans limites, un instrument beaucoup plus puissant que la communication orale (Harris, 1993, p. 10). Ce que la sémiologie peut apporter à l’étude de l’écriture, c’est la possibilité de sonder des raisons profondes de cette puissance. C’est ici qu’A.-M. Christin rejoint la critique formulée par Harris en affirmant qu’il n’existe guère de processus naturel d’évolution ou de mutation dans l’histoire de l’écriture, et elle ajoute « qu’elle naît d’une révolution, d’un dés-ordre, du bouleversement des normes traditionnelles de la communication sociale » (2001, p. 628). En effet, les divers régimes de communication restent un facteur déterminant dans la création de chaque écriture. Cela éclaire la genèse de l’écriture chinoise. Selon une étude récente, l’écriture chinoise originale, système de signes écrits inventé au xiiie siècle avant notre ère, consistait à noter non des énoncés de la langue parlée, mais les protocoles d’opérations de divination (Vandermeersch, 2013, p. 11).

27La troisième fondation de la grammatologie moderne se dévoile comme un ethnocentrisme ; il est nécessaire d’en préciser ses limites qui se manifestent sur plusieurs plans. Certains critiques défendent l’hypothèse de l’incommensurabilité des différentes écritures, car chacun des systèmes est unique et incomparable selon l’axiologie phonocentrique et européocentrique. Cet ethnocentrisme a désigné le système alphabétique grec comme le modèle d’une rationalité idéale de l’écriture ; il présuppose que cet alphabet est le plus achevé et le plus efficace par rapport aux autres systèmes d’écriture de type logographique ou idéographique. Dès lors, ces derniers apparaissent comme archaïques, moins évolués et représentent un état intermédiaire, situé entre la pictographie et l’écriture proprement dite.

28Selon Derrida, cet ethnocentrisme s’énonce de façon voilée sous une double forme ethnologique et théologico-métaphysique. La critique derridienne refusait d’ériger en vérité universelle le système alphabétique, inscrit dans la nébuleuse culturelle gréco-latine, tout en dépréciant toutes autres cultures qui ne reconnaissent pas à l’écriture cette fonction technique de notation phonétique. L’origine de l’écriture chinoise remet en cause cette hiérarchie plaçant au plus haut le modèle grec, alors qu’il serait plus raisonnable de prendre en compte les différences métaphysiques et religieuses (Vandermeersch, 2013). De ce point de vue, Battestini (2006, p. 9) a bien perçu le phénomène graphique africain en notant un habitus ethnocentrique :

Que l’oralité africaine masque la présence concrète de l’inscription du sens est, par contre, scientifiquement inacceptable, et que ses spécialistes s’opposent à l’étude des rapports de l’inscrit à l’oral ne peut être que le résultat d’un habitus préjudiciable à l’Afrique, dans lequel il faut supposer la trace d’un confort intellectuel, d’une irresponsabilité, et/ou d’un aveuglement à l’histoire du continent.

29À ses yeux, il s’agit d’une « péjoration implicite des systèmes symboliques et graphiques endogènes par des modes d’inscription du sens importés et plus “aboutis” » (2006, p. 10).

30La pensée de Derrida s’envisage donc comme une synthèse critique des trois fondations de la grammatologie moderne évoquée ci-dessus. Dès le départ, il rejette en effet toute conception exclusive de l’écriture fondée sur l’alphabet qui avait gardé pendant longtemps une position privilégiée dans l’imaginaire occidental, réduisant toutes les complexités culturelles et historiques des écritures et des pratiques graphiques de l’humanité.

4. L’émergence du paradigme du pluralisme graphique

4.1. La convergence des courants inclusif et pluraliste

  • 6 E.g., Derrida (1967a-b), Elkins (1999), Harris (1995), Klinkenberg (2005, 2012), Klock-Fontanille ( (...)

31Autour du pluralisme graphique et de l’autonomie scripturale se croisent des recherches associant la sémiotique, la linguistique, l’anthropologie, l’histoire de l’art, et autres sciences humaines. Les discussions sur la théorisation des codes qui ne relèvent pas de la notion stricte d’écriture ont lieu dans la plupart des cas dans des domaines interdisciplinaires6.

32Adopter cette voie pluraliste en anthropologie et en ethnologie est courant. Les débats ont été denses et les opinions controversées, mais depuis les années 1990 ils convergent vers l’acceptation de l’écriture comme outil de communication par l’inscription de marques et de signes dans le sens le plus large. L’ethnologue est en mesure de questionner le temps passé avant d’accepter comme évidence que les systèmes comme la pictographie, les pétroglyphes, les esquisses généalogiques, les modèles du terrain, les ‘insignia’ emblématiques, les ‘tallies’ tribaux, les syllabogrammes coloniaux forment une partie très importante des pratiques graphiques de l’humanité. Cette conceptualisation pluraliste issue de l’anthropologique soutient que toutes sortes d’inscriptions et de graphismes, et non une véritable écriture, forment des parties visibles de la culture. Sur ce sujet sensible, il suffira de rappeler qu’au xixe siècle, Garrick Mallery publia un ouvrage monumental, Picture-Writing of the American Indians (1893).

33Ces désaccords conceptuels sur ce qu’est une écriture et les propriétés du graphisme méritent une étude sérieuse. Ici le terme doit être compris dans un sens inclusif (cf. Leroi-Gourhan, 1964, pp. 187-216). Il indique, en l’absence de synthèse systématique, la mise en commun conceptuelle d’approches plurielles :

Est-il possible d’élaborer un concept d’écriture intégral, qui puisse inclure les formes d’inscription qui, jusqu’à présent, étaient exclues du concept d’écriture, comme les nombres, les écritures logiques, les formules scientifiques, les langages de programmation, la notation musicale, la chorégraphie ? C’est précisément ce que tente le concept de “visualité”, terme qu’on peut rendre par “dimension visuelle de l’écriture” ou “notational” iconicity. (Krämer, 2016, p. 3.)

34L’anthropologie permet non seulement d’évaluer l’impact de la littératie dans l’appréhension des phénomènes de psychologie sociale, mais éclaire le rôle de l’écriture dans l’évolution des raisonnements et des logiques humaines à l’œuvre dans les sociétés contemporaines (cf. Goody, 1979, 1986). C’est un lieu commun d’affirmer qu’une explication du passé d’un peuple serait incomplète si elle ne considère pas son organisation de l’espace à travers les signes visuels. Pourtant, pendant très longtemps, d’extraordinaires inventions graphiques couvrant différentes régions de la planète, par exemples les inventions graphiques des indiens d’Amérique (excepté l’écriture du Maya), ont été négligées dans les discussions sur la littératie. L’important ouvrage d’Elizabeth Hill Boone et Walter D. Mignolo, Writing without Words (1994), a ravivé ce débat au sein des sciences humaines, en rappelant la tentative d’Ignace Jay Gelb, lequel regroupa en 1952 les alternatives non phonétiques sous la rubrique « sémasiographie », terme qui regroupe, dans la grammatologie conventionnelle, les systèmes dont la fonction ne consiste pas à noter des sons. Les discussions ont mis en exergue les inscriptions américaines, africaines et asiatiques.

35Le linguiste Geoffrey Sampson (1985, pp. 26-45) a estimé que l’option sémasiographique débouchait sur une impasse en raison de la prolifération incontrôlables des signes. Toutefois, la sémasiographie reste une solution adaptée dans les cas où des peuples ne disposant pas d’une langue commune doivent échanger des informations dans le domaine limité des sciences et dans les cas de syntaxes spatiales non-linéaires, comme dans les mathématiques, la physique, la géographie, qui utilisent diverses catégories de diagrammes et de pictogrammes.

36En plus de l’anthropologie et de l’ethnologie, trois domaines ont participé à l’émergence et à la reconnaissance du paradigme pluraliste :

  1. L’histoire du livre, à travers l’étude des technologies liées à l’écriture et à la lecture (cf. Martin, 1988), mais aussi des pratiques sociales et culturelles qui contribuent à l’émergence d’une conscience collective écrite (cf. Chartier, 1986).

  2. La philosophie et ses développements épistémologiques, par exemple sur le rapport entre la construction de la pensée et la matérialité écrite du langage dans une perspective essentiellement grammatologique (cf. Derrida, 1967a, 1967b).

  3. La sémio-linguistique, dans des essais de modélisation, tente d’autonomiser l’écrit de l’oral, voire de l’affranchir de la langue pour l’appréhender dans une sémiologie autonome (cf. Anis, 1983, 1994, 1998 ; Harris, 1986, 1993).

4.2. Les perspectives sémiotiques et ontologiques relatives au pluralisme graphique

37Le pluralisme graphique se réfère à des phénomènes subtils. On pourrait en énumérer quelques exemples : des écritures multiples pour des langues différents dans la même communauté linguistique ou pour une même langue dans une même communauté. Le pluralisme recense également des principes sémiotiques multiples qui ont cours dans un même système. Par exemple, des éléments iconiques, phonétiques et conventionnels dans le système hiéroglyphique égyptien et dans celui des glyphes du nahuatl, ainsi que la lecture du Kipu, un mélange de décodage textuel et de performance vivante.

38Deux propriétés sémiotiques de l’écriture sont la visualité et la spatialité. L’écriture possède en effet un fonctionnement sémiotique double : une représentation visuelle des structures sonores et une autonomie graphique totale, indépendante du langage verbal. Roy Harris (1995) a conceptualisée cette dualité en distinguant des fonctions glossiques et non-glossiques. Klinkenberg (2005, 2012) a proposé une typologie des fonctions non-glossiques en cinq catégories : iconique, symbolique, topologique, indiciel et indexical. Il paraît raisonnable d’intégrer ces types de fonctions sémiotiques de l’écriture au sein du concept de pluralisme graphique. Battestini (2006, p. 11) a également contribué à construire cette voie pluraliste en suggérant une autre perspective « qui conduit à la théorie générale de l’inscription du sens, inclut le donné africain, pour laquelle l’écriture et le script ne seront plus seulement considérés sous l’angle de leur rapport à la langue, mais aussi dans leurs relations avec l’image, le texte et la culture ».

39Cette conception expansionniste de l’écriture rend corolairement nécessaire la définition des frontières entre le monde global des signes et le domaine graphique en distinguant les systèmes graphiques des autres systèmes de signes. La nécessité de reconnaître les valeurs et les rationalités de ces deux notions de l’écriture s’impose dans la mesure où chacune présente une attitude spécifique, des présupposés logiques et métaphysiques et des stratégies scientifiques dans l’étude de l’écriture. Je voudrais pour ma part élaborer un pluralisme graphique participant à une nouvelle grammatologie plus productive.

40Prenons ici pour exemple typique de ce pluralisme graphique l’usage de scripts multiples pour des langages différents dans une même communauté linguistique que sont les marques polyscripturales se manifestant dans les quartiers de Séoul et de Tokyo (où les phénomènes d’intermédialité sont nombreux). Le pluralisme graphique est aussi efficace pour expliquer le fonctionnement des multiples principes sémiotiques ou linguistiques dans un même système d’écriture (voir les exemples des hiéroglyphes égyptiens et des glyphes du nahuatl mentionnés ci-dessus). Il est en outre particulièrement intéressant de souligner les dimensions idéologiques et axiologiques et les contextes politico-culturels dans l’adoption ou l’absorption d’un nouveau système graphique dans les systèmes sémiotiques préexistants (cf. Sahlins, 1985). On prendra pour exemple un texte coréen du xve siècle qui explique les principes d’une nouvelle écriture alphabétique, qui apparaît comme un mariage ou une osmose harmonieuse de deux écritures (idéographique et alphabétique) totalement différentes.

5. Quelques éléments d’épistémologie du pluralisme graphique

5.1. La pluri-dimensionnalité du graphisme

41La non-linéarité et la multidimensionnalité du graphisme doivent être considérées comme le facteur essentiel du pluralisme graphique. Leroi-Gourhan, Derrida, Christin ont depuis plus d’un demi-siècle contribué à promouvoir cette ontologie et cette épistémologie pluraliste. De même, l’anthropologue et préhistorien souligne la dimension technologique et intellectuelle des formes écrites et des logiques qu’elles imposent à la pensée et à la mémoire. Leroi-Gourhan a bien révélé deux découvertes importantes : le dualisme verbal-graphique et une certaine indépendance du symbolisme graphique par rapport au symbolisme phonétique. En effet, selon lui, l’image graphique jouit d’une liberté dimensionnelle manquant à l’écriture alphabétique qui a généré la phonétisation, la linéarisation et l’abstraction de la pensée.

42Melot (2015, p. 8) a expliqué cette pluri-dimensionnalité en termes d’espace :

[...] l’espace de l’écriture est un espace orienté, structuré. Du fait qu’il est écrit ou peint, il acquiert une ou plusieurs directions. Il s’agit bien là d’une convention, pas d’une improvisation. Le sens “fait sens”. Le modèle linéaire d’une écriture calquée sur la parole nous a fait négliger cette dimension.

43En d’autres termes, « l’écriture a une vocation topographique que n’a pas l’oralité » (Melot, 2015, p. 10). Le symbolisme graphique bénéficie d’une certaine indépendance par rapport au langage phonétique : son contenu exprime dans les dimensions de l’espace ce que le langage phonétique exprime dans l’unique dimension du temps. La conquête de l’écriture a été précisément de faire que, par l’usage du dispositif linéaire, l’expression graphique soit complètement subordonnée à l’expression phonétique (Leroi-Gourhan, 1964, pp. 270-271). Mais la liaison du langage à l’expression graphique est de coordination et non de subordination, et, selon Leroi-Gourhan, ceux qui sont habitués à un appareil linguistique unique conçoivent mal le mode d’expression pluridimensionnel et rayonnant du graphisme d’avant l’écriture phonétique. En se référant à la notion de mythogramme du graphisme, Derrida (1967, p. 130), quant à lui, indique avec une perspicacité étonnante la nécessité historique de cette structure pluridimensionnelle :

Ce qui se donne aujourd’hui à penser ne peut s’écrire selon la ligne et le livre, sauf à imiter l’opération qui consisterait à enseigner les mathématiques modernes à l’aide d’un boulier. Cette inadéquation n’est pas moderne, mais elle se dénonce aujourd’hui mieux que jamais. L’accès à la pluridimensionnalité et à une temporalité délinéarisée n’est pas une simple régression vers le “mythogramme” : il fait au contraire apparaître toute la rationalité assujettie au modèle linéaire comme une autre forme et une autre époque de la mythographique.

44Derrida remarquait que le logocentrisme doit à Leroi-Gourhan une constellation de traits solidaires, tous liés à la linéarisation de l’écriture. Derrida appelle « cet avenir », déjà entamé, « la fin du livre » et il entend par là la fin de l’écriture linéaire annoncée par Leroi-Gourhan. Autrement dit, la fin de l’écriture linéaire est bien la fin du livre (Ibid., p. 129). Mais il faut être attentif à ce propos : Derrida n’y voit pas la disparition du support livre, mais l’émergence sur cet ancien support de nouvelles écritures. Cette ligne ne représente pas un modèle absolu malgré l’importance dont elle bénéficie dans l’histoire de l’écriture phonétique.

45La saisie conceptuelle des prévisions de Derrida implique une présentation des idées principales du grand préhistorien Leroi-Gourhan et nous amène à prolonger nos réflexions sur les rapports entre le mythe, le geste et l’écriture. L’anthropologue et préhistorien se propose de considérer l’évolution d’un fait capital émergeant avec l’Homo Sapiens dans le développement de l’Anthropos, c’est-à-dire la capacité d’exprimer des pensées par l’intermédiaire de symboles matériels. Il s’intéresse dans ce contexte à la naissance du graphisme. La technicité bipolaire des vertébrés culmine chez les anthropoïdes dans la formation de deux paires fonctionnelles : main/outil, face/langage. Cette bipolarité entraîne la reconnaissance des fonctions motrices de la main et de la face comme le facteur décisif du processus de modelage de la pensée par l’action matérielle et la création de symboles.

46Le graphisme n’a pas commencé par reproduire la réalité : le premier graphisme a exprimé le rythme plutôt que des formes figuratives. De surcroît, du point de vue de l’archéologie de la géométrie, la présence massive des figures et des signes abstraits et géométriques interroge. Une forme générale de la pensée évoquant l’animal en est la première étape. Par la suite, les figures géométriques (points, lignes, surfaces, volumes) entrent dans le domaine de la pensée comme symboles et comme abstractions de symboles. Le mot-clef est ici l’évocation, qui conduit à des abstractions en cascade. Mais à côté des figures reconnaissables, on constate une coexistence d’un grand nombre de signes géométriques comme des rectangles, des triangles, des trapèzes, etc. En l’absence d’une référence explicite binaire entre le signe et le sens, la figure-signe est, contrairement à la figure reconnaissable, « totalement indépendante de la chose signifiée, une création artificielle de l’esprit, préparant ainsi la voie à l’étude ultérieure des figures pour elles-mêmes » (Keller, 2006, p. 13). En conclusion, les hommes du Paléolithique étaient les premiers inventeurs de la surface de représentation et des éléments de base de la figure en général.

  • 7 Dans la même généalogie des idées françaises sur l’origine de l’écriture, ou plus précisément la na (...)

47Dès son origine, l’art figuratif a été directement lié au langage. L’époque contemporaine le considère (ou l’a considéré) comme proche de l’écriture. Il était une transposition symbolique et non la copie de la réalité. L’art figuratif est inséparable du langage et procède de l’ensemble « phonation et/avec l’expression graphique » (Leroi-Gourhan, 1964, pp. 206-256). Une part importante de l’art figuratif s’explique par ce que l’on appelle la picto-idéographie. Mais comme nous l’avons souligné, même aujourd’hui le rapport entre langage et expression graphique est plutôt un rapport de coordination que de subordination. L’image possède une liberté dimensionnelle qui manque toujours à l’écriture. L’image peut suggérer le processus verbal culminant avec la récitation du mythe, mais elle n’est pas attachée à ce processus. Son contexte disparaît avec le narrateur. Cela explique la profusion des symboles dans les systèmes sans écriture linéaire. André Leroi-Gourhan appelle cette écriture « mythographie », qui renvoie à une construction multi-dimensionnelle fondée sur le verbal. Les peuples de l’agriculture avaient inventé un système graphique identifié comme une écriture linéaire. Le mythogramme est en effet déjà un idéogramme. L’idéographie dans cette forme précède la pictographie, et l’art paléolithique est idéographique. Avec l’émergence de la représentation graphique figurative, le parallélisme est rétabli : la main a son langage avec le regard, et la face a son propre langage lié à l’écoute7.

  • 8 Christin approfondit ce concept de sémiotique spatiale de l’écriture par l’exploration de la notion (...)

48Le langage écrit, phonétisé et linéaire dans l’espace, devient subordonné au langage parlé qui est phonétique et linéaire dans le temps. L’écriture tend ainsi vers la constriction de l’image, vers une linéarisation plus stricte des symboles. Leroi-Gourhan a montré que le passage du graphisme multidimensionnel à l’écriture phonétique s’est accompli par une rupture dans le mode de répartition spatiale des signes sur leur support et d’une organisation pluri-dimensionnelle à la stricte linéarité8.

49Dans ce même contexte, la métaphysique et la mythologie de l’écriture des Mayas rejoignent la pensée de Jousse et Leroi-Gourhan. Les Mayas, ayant placé leur écriture glyphique au centre de leur expérience mythique, ont vu dans l’écriture alphabétique un danger qui prépare le durcissement de la pensée et la réduction du mystère du monde à une fausse transparence. Si le sens du réel est obscur, l’écriture doit rester énigmatique.

Chez les Mayas, le logos n’est jamais séparé du mûthos ; la raison graphique est restée mythique à la différence de ce qui s’est passé pour les Grecs (...) La présence de l’image dans l’écriture glyphique est la trace laissée par le mythe, ce mythe mutique (mûthos) qui exprime dans un langage silencieux ce qui se trouve aux fondements mêmes du mythe, les affects. Cet arrêt sur image est lié à la nécessité de laisser ouvert le passage qui (re)conduit aux affects sans aller trop rapidement vers les mots. […] Derrière l’énigme, il n’y a pas une réponse claire mais un signe obscur. (Ibid., pp. 61-62.)

50Le souci d’un graphisme qui ne soit plus totalement dépendant du verbe (au contraire des écritures alphabétiques grecque et latine) et qui conserve un lien privilégié avec la matière a suscité chez les partisans pluralistes comme Anne-Marie Christin un intérêt pour les écritures idéographiques (hiéroglyphique, cunéiforme et chinoise) ; l’auteure avoue avoir été influencée à cet égard par la lecture des Cantos d’Ezra Pound. Cela dit, l’approche des idéogrammes ne visait pas chez ce dernier le même objectif esthétique que dans l’œuvre qui nous occupe. Tout comme Eisenstein, référence par ailleurs indispensable à la compréhension de certains aspects du travail de Brakhage, Pound cherchait du côté des idéogrammes asiatiques un principe de création sémantique transposable dans son médium : la combinaison ou juxtaposition des symboles.

5.2. L’écriture comme support : matérialité, espace, corporalité

51Malgré la dématérialisation propre à l’écriture numérique, il ne faut pas oublier que l’écriture est avant tout une aventure matérielle en même temps qu’un outil intellectuel. L’histoire des écritures est intimement liée à celle de ses supports : l’argile, les os, le papyrus, le papier, etc. En effet, « l’écriture n’a jamais existé autrement que par l’intime et pérenne relation qui l’unit à son support » (Klock-Fontanille, 2010, pp. 13-20). Plus précisément, « la forme, la couleur, l’articulation sur la surface qui sert de support, les caractéristiques de ce support, les variables selon lesquelles le support peut changer, font partie des éléments qui participent à la construction de la valeur significative du signe d’écriture » (Klock-Fontanille, 2016, p. 13). En d’autres termes, écrire présuppose une activité exigeant un dispositif ou un équipement minimum, c’est-à-dire un support. De ce fait, l’histoire des écritures s’insère dans l’histoire des techniques.

52La problématique du support de l’écriture a été formulée en termes sémiotiques par Klock-Fontanille (2010, 2014) en relation avec la spatialité de l’écriture. Elle affirme que le support est bi-facial, présentant une face textuelle et une face praxique. Autrement dit, le support est « un dispositif syntaxique pour l’organisation des figures qui composent le texte, et [...] il est un dispositif matériel sensible pouvant être manipulé au cours d’une pratique » (2014, p. 38). Elle propose donc de faire une distinction entre le support formel et le support matériel : « [i] l s’agit de s’affranchir du phono-centrisme dominant pour essayer d’avancer vers la réintégration du scriptural dans le champ de la linguistique proprement dite » (2014, p. 31).

53L’histoire de l’écriture couvre donc deux champs indissociables : celui d’une histoire intellectuelle et celui d’une histoire technique. Cette thèse s’accorde avec l’idée que l’écriture apparaît comme une technologie essentielle de l’intelligence. Harris serait d’accord avec cet avis puisqu’il précise « qu’il s’agit non seulement d’activités pragmatiques mais aussi d’activités mentales ou cognitives exercées dans le cadre d’une situation sociale » (1998, p. 15). Autrement dit, pour l’intégrationniste, il faut remplacer ce genre d’abstraction par une théorie du signe où la signification naît d’une incorporation d’activités dans un contexte spécifique. Un élément important de son approche de l’écriture, reste la notion d’espace.

[...] avec l’écriture nous avons toujours affaire à une intégration d’activités humaines par rapport aux données de l’espace et du corps humain. D’où une restructuration de l’espace, à la fois dans le sens de l’espace matériel et dans le sens de l’espace psychologique. [...] L’invention de l’écriture a été surtout la construction d’une nouvelle logique de l’espace. (1998, p. 16.)

54Jay David Bolter, spécialiste des humanités numériques, reprend cette argumentation de la place première accordée à l’espace dans l’histoire de l’écriture dans son fameux Writing Space. Selon lui, « Each writing space is a material and visual field, whose properties are determined by a writing technology and the uses to which that technology is put by a culture of readers and writers. A writing space is generated by the interaction of material properties and cultural choices and practices » (2001, p. 12).

55À titre d’exemple, les travaux de Mireille Corbier, spécialiste de l’antiquité romaine, et du statut de l’écrit dans la société antique, propose « de cerner [...] l’existence et les contours d’un champ spécifique de “communication” écrite et publique, conçue comme telle, envisagée dans ses diverses dimensions [...] Cette communication passe [...] par des formes multiples et différenciées d’exposition au regard ou d’affichage de l’écrit » (2006, p. 9). Points importants : les domaines couverts par les textes édités par les autorités informant tous les citoyens, le choix différencié des supports et des écritures, en fonction du prestige accordé, et le choix des lieux retenus pour cette publication.

5.3 L’intermédialité : de l’histoire évolutionniste à l’archéologie de l’intermédialité culturelle

  • 9 À ce propos, on se reportera à l’excellente synthèse de Martin (1996).

56Pour explorer l’intermédialité de l’écriture, il est nécessaire d’évoquer des points de vue pertinents permettant de caractériser les rapports complexes entre l’écriture et ses supports d’une part, et d’autre part entre l’écriture et son espace social et politique, en particulier la circulation des médias de l’écriture tant en fonction de ses différents usages culturels que de ses transformations diachroniques9. De surcroît il faut éviter de raisonner purement et simplement sur les plans de la conversion et de l’évolution d’un régime médiatique à l’autre, pour approfondir la question en termes de relations intermédiales et interculturelles. Équipé d’une sémiotique matérielle, il faut également considérer l’institution des formes matérielles, en tenant compte de l’interrelation socialement établie entre le sens et la forme des objets sémiotiques. Autrement dit, la question de l’écriture-lecture de chaque nouveau média et la complexité culturelle de la topologie médiale doivent être envisagées. Par voie de conséquence, il faut saisir la tension entre la nouveauté d’un mode de manifestation de l’écrit et la profondeur historique de ce qui le rend interprétable. À la place d’une logique cumulative, il convient de se nourrir d’une réflexion épistémologico-sémiotique sur le sens de l’intermédialité de l’écriture en évitant une approche évolutionniste du média comme une pure accumulation de fonctionnalités (Jeanneret, 2001).

57Il faut adopter un historicisme comparatif modéré permettant de nous placer d’emblée à un niveau de réflexivité critique vis-à-vis des objets étudiés. Ce recul épistémologique peut nous protéger d’un ethnocentrisme grammatologique à travers une interprétation plus subtile des éléments fournis autour des médias de l’écriture dans des espaces culturels différents. En même temps, le champ à explorer implique que ces éléments soient les premiers jalons d’un parcours à venir et les premiers états d’une construction qui reste à édifier. Ces éléments peuvent s’énoncer de la façon suivante :

  1. la matérialité de l’écriture : « Outil intellectuel, l’écriture est en même temps une aventure matérielle » (Breton-Gravereau & Thibaul, 1998, p. 12).

    • 10 À ce sujet il est important de se rappeler la dimension corporelle ou presque érotique qui se manif (...)

    l’engagement corporel dans l’écriture10 ;

  2. la multiplicité et la relativité des modèles culturels convoqués ;

  3. l’intermédialité des supports de l’écriture ;

  4. l’espace social et économie politique de l’écriture.

58La véritable histoire de l’écriture via ce paradigme doit comprendre ce réseau complexe des éléments mentionnés dans une dynamique des échanges culturels et idéologiques. Prenons l’exemple de l’histoire culturelle de l’écriture chinoise dans les civilisations de l’Extrême-Orient. Ayant la conscience d’une interdépendance au sein de cette aire culturelle de l’écriture, on s’aperçoit de l’existence de rapports très intimes entre le texte et l’image qui sont explicites ou latents dans toutes les œuvres de l’art graphique. La nature idéophonographique de cette écriture nous impose d’emblée de nouvelles relations entre la forme et le sens de l’expression graphique (Christin, 1995). Dans cette civilisation de l’écriture chinoise, une image est avant tout à voir et offerte à la lecture en même temps. Par le même principe, un texte écrit est lu et vu dans un mouvement cogénétique et parallèle. Autrement dit, l’approche de l’image intègre un modèle herméneutique de la lecture, et l’approche de la lecture contient un mode contemplatif. Cette osmose sémiotique et pacifique se manifeste dans les différents médias et objets de la peinture, de la poésie, de la calligraphie, des manuscrits, des inscriptions diverses, du livre imprimé dans les quatre pays de la civilisation de l’écriture chinoise (Chine, Corée, Japon et Vietnam). Une étonnante cohérence apparaît en raison de l’extrême proximité entre le lisible et le visible. Cette proximité graphique est réalisée par une translation intermédiale comprenant les modalités expressives variées de la traduction d’un média à l’autre (Kerlan-Stephens, 2006, pp. 7-9).

59Dans ce contexte, les graffiti sont à considérer comme une catégorie remarquable de l’intermédialité de l’écriture. Baudrillard a saisi une caractéristique particulière de ce graphisme urbain qu’est la transversalité médiatique, en d’autres termes, une déconstruction du support de l’écriture.

Les graffiti, eux, n’ont cure de l’architecture, ils la souillent, ils l’oublient, ils passent à travers. L’artiste mural respecte le mur comme il respectait le cadre de son chevalet. Le graffiti court d’une maison à l’autre, d’un mur à l’autre des immeubles, du mur sur la fenêtre ou la porte, ou la vitre du métro, ou le trottoir, il chevauche, il dégueule, il se superpose (la superposition équivaut à l’abolition du support comme plan, tout comme le débordement équivaut à son abolition comme cadre). (2005, pp. 17-18.)

60Ce qui est hautement intéressant, c’est que Baudrillard a révélé une dimension corporelle, et érotique de l’écriture dans ce graphisme particulier.

Son graphisme est comme la perversion polymorphe des enfants, qui ignorent la limite des sexes et la délimitation des zones érogènes. Curieusement d’ailleurs, les graffiti refont des murs et des pans de la ville, ou des rames de métro et des bus, un corps, un corps sans fin ni commencement, tout entier érogénéisé par l’écriture comme le corps peut l’être dans l’inscription primitive du tatouage. (Ibid., p. 18.)

5.4. L’économie politique des systèmes graphiques

61Une théorie pluraliste de l’écriture doit inclure le problème du pouvoir, qui lui est intimement lié. De fait, on peut mentionner trois grandes fonctions universellement reconnues depuis son invention qui « ont prévalu dans des formulations scripturales différentes mais complémentaires :

  1. L’expression du pouvoir politique : écriture monumentale ;

  2. L’expression du pouvoir spirituel : écriture livresque ;

  3. L’expression du pouvoir individuel : écriture courante » (Mandel, 2004, p. 31).

62Il est important de comprendre la nature des rapports socio-politiques et des inégalités qui se manifestent dans les pratiques et les textes graphiques. À ce propos, Lévi-Strauss a souligné l’usage sociologique de l’écriture lorsque cette dernière est exploitée à l’encontre des personnes ou de groupes illettrés. Il faut citer le travail exemplaire d’économie politique relative à l’écriture d’Henri-Jean Martin, historien français, dans sa monumentale Histoire et pouvoirs de l’écrit (1988).
À travers une analyse sémiotico-anthropologique des pratiques graphiques, il serait possible d’examiner les processus sémiotiques par lesquels les catégories macro-sociologiques sont introduites dans les activités micro-contextuelles de l’écriture. Il faut également souligner les dimensions idéologiques des pratiques (parallèles aux idéologies linguistiques, cf. Silverstein, 1979) :

What comes to the fore in considering the ideological model are indigenous concepts of what writing was and what writing does, who was entitled to read and write (implying gender relations as well as those of social status), and the predicaments of cross-generational transmission. (Houston, 2004, p. 6.)

63En effet, la sémiotique de l’écriture doit inclure non seulement la syntagmatique de l’espace graphique mais aussi une pragmatique, traitant de ses usages et de ses contextes. En termes de pluralisme graphique, l’économie politique des systèmes graphiques pourrait révéler différentes formes sociales et axiologiques. L’étude des pratiques montre une connexion intime entre l’usage de l’écrit et ses modes de production, de consommation et de distribution. En particulier, la structure du pouvoir est un enjeu important dans l’étude des systèmes et des pratiques graphiques. Lévi-Strauss a insisté sur le fait que le graphisme n’est jamais neutre, en énonçant une hypothèse forte selon laquelle « la fonction première de l’écriture, comme un moyen de la communication, est de faciliter l’esclavage des autres humains » (1961, p. 292).

64La question des rapports du pouvoir pose le problème de l’ethnocentrisme, qui doit être replacé dans le contexte historique de la décolonisation qui a suivi la fin de la seconde Guerre mondiale. La position de Lévi-Strauss vis-à-vis de l’écriture peut être comprise comme une voix réflexive et critique de la civilisation occidentale.

65Les graffiti fournissent un autre exemple révélant la dimension politique, mais cette fois transgressive et urbaine, de l’écriture (voir Billiez, 1998 et Baudrillard, 2005).

5.5. L’écriture comme dispositif « rétentionnel »

66Derrida a été le premier penseur contemporain à construire une problématique philosophique de l’écriture comme mémoire et de la mémoire comme écriture (en rejetant l’idée reçue d’inscription essentielle et atemporelle qui dominait les plans de l’information), de la signification et de la trace. Le concept d’écriture comme trace et mouvement permanent, en particulier, pourrait offrir une nouveauté épistémologique et une grande intelligibilité dans le champ pluraliste des théories de l’écriture. En effet, on envisage l’écriture et la mémoire comme mouvement qui se continue à l’infini sur un double plan spatial et temporel. Derrida propose un néologisme pour le désigner, en référence aux développements contemporains des sciences de la génétique, de la cybernétique et des mathématiques (Brockmeier, 1992, pp. 140-155). Effectivement, comme on pourra le constater dans la section suivante, ses notions fondamentales — « l’écriture, la trace, le gramme » — doivent être envisagées en résonance avec l’environnement scientifique et technologique des années 1950 et 1960 (Gaston et Maclashlan, 2011, pp. 11-14, 91-93 et Bradley, 2008, pp. 52-56).

67Par conséquent, lorsque l’on étudie la conception derridienne de l’écriture et de la mémoire, il faut cerner ce double sens, inspiré d’une part des notions génétique et cybernétique, et de l’autre compris dans un sens conventionnel comme une forme de communication scripturale médiatisée par une matérialité signifiante.

  • 11 À ce sujet, voir Galinon-Mélénec (2011), Galinon-Mélénec & Zlitini (2013), Galinon-Mélénec et al. ( (...)

68Ce qu’il faut retenir de la pensée derridienne dans le cadre du paradigme pluraliste de l’écriture, c’est le concept de « trace ». Sans la « trace », il n’est possible d’imaginer ni écriture, ni traitement, ni communication, ni enregistrement, ni archivage ou modification de l’information. En même temps, il existe plus de formes et de types de traces que ce qu’on l’entend par traces d’écriture et de langage au sens étroit du terme11.

69En déconstruisant l’opposition linguistique, saussurienne, entre signifiant et signifié, Derrida propose une opposition grammatologique entre présence et trace, en s’appuyant sur la métaphysique heideggérienne. L’écriture doit être pensée comme trace. Contrairement au signe, une trace n’est pas spécifique. La trace introduit dans l’environnement un artefact. Certes, elle est trace de quelque chose (comme le signifiant renvoie à un signifié), mais elle est aussi inscription dans autre chose. En somme, la trace est un concept essentiel dans le paradigme pluraliste de l’écriture dans la mesure où elle peut couvrir les deux champs.

70Il s’agit d’abord de ces pratiques et mouvements générateurs de différences qui ne sont perceptibles et intelligibles que parce qu’ils engendrent des traces. Elles s’expriment dans des processus médiatisés par des signes et des activités comme l’écriture, mais aussi des processus médiatisés par des signes et des pratiques propres à la mémoire. Le concept de trace vise ainsi à cerner le principe d’un mouvement ou programme qui soit commun à l’écriture et à la mémoire. Derrida pouvait dans ce contexte s’inspirer des études de Leroi-Gourhan. Il a admirablement démontré que les capacités humaines d’écriture et de remémoration n’avaient cessé d’être élargies et extériorisées.

71Pour Derrida le principe de la trace assume la force motrice dans le processus de décentrement de l’esprit humain. Cette puissance a continuellement renforcé la capacité biologique limitée de la mémoire humaine. Il affirme que « si l’on acceptait la formule de Leroi-Gourhan, on pourrait parler d’une libération de la mémoire » (1967, pp. 125-126). Dans l’évolution de la main et de l’esprit, il s’est produit un processus d’extériorisation déployant une dynamique incessante de fabrication de traces. On constate donc ici une combinaison dynamique de la mémoire et de l’écriture.

6. Les domaines du pluralisme graphique

6.1. Le domaine biologique : le code génétique

72La généalogie des idées biologiques et génétiques — qui avaient défini explicitement leurs recherches en termes de code et de codex, donc d’écriture et de séquences de traces — est à construire, car elle recouvre un champ peu exploré. Dans ce contexte, l’affirmation de Derrida qui suit nous paraît révélatrice dans la mesure où elle anticipe ou prévoit une affinité ontologique et épistémologique entre la génétique (ou la biologie) et la grammatologie (ou la linguistique) : « [l]e biologiste parle aujourd’hui d’écriture et de pro-gramme à propos des processus les plus élémentaires de l’information dans la cellule vivante » (Derrida, 1967, p. 19).

73Il convient de rappeler quelques faits historiques de la génétique moderne. Deux biologistes anglais, D. Watton et F.G. Crick, ont découvert la structure de l’ADN environ 10 ans avant que Derrida n’écrive De la grammatologie. Dans cette généalogie des conceptions scripturales et linguistiques du code génétique, il faut également évoquer les recherches de deux biologistes français, F. Jacob et J. Monod, sur l’ARN messager. Cette conceptualité scripturale et graphique de l’information biologique implique la combinaison, la transposition, la ponctuation et l’effacement de lettres. En effet, dans un paradigme pluraliste de l’écriture, il est légitime de comparer l’ADN — support du code génétique — aux principes de composition de l’écriture alphabétique et informatique, dans la mesure où il est possible de transposer l’alphabet des bases azotées de la molécule fondamentale en données numériques miscibles à l’infini et, ainsi, d’ouvrir de nouvelles perspectives liés à la pluralité de l’écriture génétique. Le rapport entre la biologie et l’écriture s’explique par celui d’une métaphore et d’un modèle. La décomposition du système de synthèse des protéines in vitro produit une molécule emblématique de la biologie moléculaire, l’ARNt, molécule qui transfère un acide aminé à une protéine en une synthèse (interprétation biochimique) et réalise ce faisant le décryptage du code génétique (interprétation informationnelle). Cet ARN, qui était au départ un contaminant de la fraction étudiée, se révèle être la molécule active.

74Le code génétique est formé par la succession des bases donnant une série d’instruction ou mots de 3 lettres pris dans un alphabet de 4 lettres. Les 4 lettres
A, G, G, T, sont les initiales des 4 bases, adénine, cytosine, guanine et thymine appartenant à la double hélice de l’ADN, disposée comme les barreaux d’une échelle hélicoïdale tournant sur elle-même autour d’un axe et formant des paires de façon bien précise. Les 4 lettres du code génétique forment des mots de 3 lettres — les codons — et il y a 64 combinaisons possibles (soit 4 x 4 x 4, ou 43) qui peuvent se succéder en une infinité de combinaisons.

75Hans-Jorg Rheinberger a proposé une synthèse démontrant que les principaux biologistes moléculaires d’après la seconde guerre mondiale ont conceptualisé et même fabriqué leurs objets scientifiques et leurs procédures expérimentales en raisonnant en termes d’inscription, de traces et d’articulations graphématiques représentant parfaitement des formes généralisées d’écriture. Il souligne non la réplication des expériences mais leur reproduction, qualifiée de différentielle car elle vise à produire des différences, des « unprecedented events » (1997, p. 110) ; il fait ici référence au concept de différence de Derrida, combinant différences temporelle et spatiale. Johnson (1997, pp. 45-46) a bien saisi ce trait différentiel : « le modèle derridien de l’écriture comme processus dynamique de différence […] sur son archivage statique. »

76La transcription du corps humain à travers le Projet Humain Visible et le Projet Humain Génome conservés à la Bibliothèque nationale de médecine et à l’Institut national de la santé sont des projets d’archivage bien connus et cités par les médias. La métaphore du corps humain comme livre apparaît fréquemment dans les descriptions du « Human Genome Project » qui établit une corrélation entre les livres et la vie. Par exemple, dans un rapport public, le changement dans l’orthographe des lettres du DNA peut augmenter les chances de développer une maladie.

77La métaphore de l’humain comme texte lisible génère une littérature écrite pour le grand public. Les informations relatives au séquençage des gènes indiquent clairement comment nos corps sont métaphoriquement perçus, mais aussi qu’ils sont les pages d’un texte pour la recherche chromosomique à travers la GenBank au National Center for Biotechnology website (www.ncbi.nlm.nih.gov). Cette partie de nos corps écrite par quatre lettres de l’alphabet est accessible sur le site Web cité ci-dessus. La reproduction de nos corps est décrite comme un processus de l’écriture et notre code comme étant transcrit dans le DNA de la cellule, la reproduction est considérée comme un processus d’écriture, comme un programme (du latin : programma, notice publique, provenant lui-même du grec, prographein, annoncer une notice publique). Le programme et le code écrits peuvent produire du texte informatique, mais aussi le texte du corps qui peut être réécrit.

6.2. Le domaine informatique

78De nombreux scientifiques soutiennent l’affirmation selon laquelle l’humanité vit une troisième révolution graphique et grammaticale, succédant à deux inventions majeures : celle de l’écriture des langues, survenue en Mésopotamie, et celle de la monnaie frappée. L’écriture informatique et réticulaire accomplit une convergence des langues, des images, des sons et, enfin, de la monnaie même. C’est une écriture hypermédiale composée d’éléments hétérogènes. L’écriture informatique tend à devenir une nouvelle forme d’analogie générale jouée traditionnellement par la monnaie, en rendant possible une commune mesure des entités hétérogènes lors d’échanges sémiotiques via différents médias.

79Clarisse Herrenschmidt, spécialiste de l’écriture ancienne, éclaircit ainsi la problématique des révolutions liées à l’écriture : « [l]a troisième révolution graphique reprend à son compte les sémiologies linguistiques, arithmétiques et monétaires, les dépasse en les conservant. Ce faisant, elle inscrit l’Homme dans une relation différente à la matière, à l’environnement, à son histoire scientifique et politique » (2007, p. 494). De son côté, Jean Lassègue (2007), adopte un point de vue anthropologique défendant une thèse générale selon laquelle l’informatique résulte d’une convergence entre la façon de concevoir les nombres et les langues, convergence que seule la longue histoire de l’écriture a rendue possible. Il repère trois moments caractéristiques de cette convergence pour justifier le rôle joué par l’écriture qui constitue un événement décisif dans cette aventure : l’alphabétisation, la grammatisation, la formalisation (2007, pp. 83-103).

80Melot (2015, pp. 134-135) a bien décrit le nouveau paysage de l’écriture numérique :

Cette écriture, qui fait l’objet de multiples brevets, est devenue une écriture “augmentée”. S’y ajoutent les commandes de fonctions qui la manipulent et peuvent la faire basculer dans d’autres systèmes que celui de la langue ou dans d’autres périmètres que celui du scribe. L’écriture s’est robotisée en ajoutant aux caractères de nombreux signes fonctionnels […].

81Il convient d’évoquer quelques propriétés essentielles de cette écriture particulière : la numérisation, la programmation, l’absence d’auto-référentialité, la virtualité et l’hybridité.

82La numérisation consiste à coder des informations sous une forme numérique. On peut mentionner deux domaines principaux d’application de cette numérisation : les mesures physiques et le lien sémiotique.

Dans le cas de l’activité sémiotique, qui gravite essentiellement autour de la nature des langues et des rapports de sens qu’elles instituent dans les interactions, la numérisation s’applique à tous les registres qualitatifs rendant possibles la catégorisation, le repérage en particulier spatio-temporel, le classement et la hiérarchie des phénomènes sémiotiques en langue. (Ibid., p. 86.)

83Ensuite, l’écriture informatique dispose d’instructions procédurales pour effectuer les opérations automatiques d’un traitement sur les suites de nombres et les phénomènes numérisés. Cette originalité du processus de programmation en tant qu’écriture s’explique par la convergence instaurée entre grammatologie et arithmétique. C’est ici qu’un pronostic de Derrida (1967, p. 9) doit être rappelé : « [e]nfin, qu’il ait ou non des limites essentielles, tout le champ couvert par le programme cybernétique sera champ d’écriture. »

84Enfin, l’écriture informatique souligne la plasticité conférée au langage humain. C’est-à-dire une auto-référentialité et une variabilité discursive des valeurs ou une « modifiabilité » des conditions d’emploi. On constate en revanche dans l’écriture informatique la fixation des conditions d’emploi des termes primitifs, qui sont absents du langage humain. Cette non-réflexibilité est un avantage plutôt qu’un inconvénient.

Un code informatique n’est pas réflexif, personne n’écrit avec lui indépendamment d’une machine et ses signaux représentent des signes écrits (lettres, caractères, chiffres, etc.) qu’utilisent les humains. Si un code devenait réflexif, ce serait une catastrophe pour le travail des machines et la fin du privilège humain en matière de sens. (Herrenschmidt, 2007, p. IV.)

85Il faut encore mentionner la virtualité comme une propriété capitale de l’écriture hypermédiale (Levy, 1995, pp. 33-48 ; Ryan, 1999, pp. 78-107). Hayles (1999, pp. 29-30) a appelé celle-ci « écriture virtuelle » dans la mesure où elle manque de matérialité. Cette dématérialisation exige de sortir des notions établies de « la présence et de l’absence » en y préférant la tendance (pattern) et le hasard (randomness).

86Enfin, nous pourrions évoquer l’hybridité comme une propriété importante (cf. Kim, 2006, pp. 126-127). La numérisation des informations a une conséquence essentielle sur l’écriture : l’informatique peut, concurremment et en association, traiter l’écrit en mode texte (chaîne de caractères) et en mode image (configuration singulière). Le réductionnisme linguistique qu’a imposé l’informatique des années 1950 et 1960 laisse ainsi place à un travail du texte dans son double caractère linguistique et visuel.

87De nos jours, l’écriture électronique partage ses qualités avec l’écriture picturale de la pré-écriture. En combinant l’écriture alphabétique avec les images et les diagrammes, les spécialistes de l’hypermédia définissent l’ordinateur comme un espace d’écriture qui hésite entre les modes intuitifs et abstraits de la représentation (Bolter, 2001, pp. 47-76). Un texte électronique comme une page de site Web peut être un éparpillement des signes alphabétiques parmi les éléments d’images présentant des grandeurs et fonctions variées (comme les éléments statiques) ou animées qui s’adressent à l’auteur et aux lecteurs en référence à la parole.

88Selon certains, nous vivons à l’ère de la culture visuelle et l’hypermédia a soutenu cette révolution. Mais étant donné que l’hypermédia se situe encore dans une phase d’imitation, il est plus juste d’adopter une perspective qui souligne la continuité des médias de l’oralité, de l’écriture et de la vision.

89Nous pouvons apercevoir les qualités éclectiques et animées de l’écriture picturale de l’ordinateur dans les formes du GUI (Graphical User Interface) inventé par Douglas Englebart et Alan Key.

90À travers le contrôle des métaphores visuelles des logiciels, l’usager gère les programmes et les fichiers : par exemple, s’il souhaite éliminer un fichier, il le dépose dans une poubelle métaphorique. Chaque image est ainsi une réification de certains aspects du processus informationnel. Les actions numériques donnent aux icônes de l’écran et du bureau leur signification. Comme pour les éléments de l’écriture picturale, les icônes n’évoquent pas seulement des documents et des programmes à l’usager : ils fonctionnent aussi comme document et programme. Réorganiser les fichiers et activer les programmes est un processus d’écriture similaire à celui qui consiste à disposer les lettres en colonnes dans l’ordre alphabétique. Les icônes de l’ordinateur sont des unités énergétiques qui focalisent un pouvoir opératif.

91Le texte complexe ainsi constitué demeure accessible à partir de dispositifs divers, dont l’exemple-type est la souris (interfaces multimodales) : il s’agit de moyens d’intervenir sur le texte en ne passant plus par la saisie sur le clavier. Ces gestes s’affranchissent radicalement du code alphabétique et actualisent une interprétation fondée essentiellement sur la lecture de l’image, en même temps qu’ils ménagent une place à une nouvelle forme de lecture : après la lecture oralisée, puis la silencieuse, le numérique fait naître ou renaître une lecture « gestualisée ».

92Dans l’écriture picturale, avant et après l’alphabétisation, des éléments existent à la marge entre la signification linguistique et la signification picturale, en particulier lorsque le texte pictural est un récit. Parfois, ces mêmes éléments s’insèrent dans un monde formel pur et deviennent une structure visuelle que nous admirons pour son économie visuelle. Sont-ce ces éléments qui hésitent entre le statut de signes et celui d’images, ou est-ce le lecteur qui tergiverse ?

93En effet, pour comprendre l’impact historique de l’écriture numérique il faut rappeler la longue histoire culturelle des médias et des supports de l’écriture, du papyrus, du codex, de l’imprimerie, etc. (Bolter, 2001). Les chiffres montrent ici que de plus en plus de personnes écrivent et lisent numériquement de par le monde. Bien que le livre imprimé résiste de façon inattendue, il a déjà perdu le statut cognitif et social qu’il avait à l’époque classique.

94Il faut aussi souligner les propriétés de la remédiation du numérique. En somme, l’écriture numérique présente les aspects hybrides et convergents des différents médias. Les formes précédentes de l’inscription sémiotique se combinent dans l’espace numérique (Bolter & Grusin, 2000). Par cette remédiation, les anciens médias ne sont pas chassés par un nouveau, selon une logique déterministe du « ceci tuera cela » : les différents médias comme le texte imprimé, le film, la télévision, la musique, la vidéo, l’image numérique s’intègrent dans cette nouvelle plate-forme numérique de l’écriture.

95Le paysage de l’écriture s’enrichit donc via le numérique, et l’on assiste à la naissance d’une écriture augmentée. Il reste à comprendre la signification sémiotique d’œuvres d’art comme celles de Jenny Holzer, laquelle expose une configuration des mots installés et écrits sur une façade architecturale dans un environnement urbain. Que se passe-t-il avec les interfaces numériques dans la ville ainsi augmentée ? Le rôle des organes techniques d’écriture dans la constitution transgénérationnelle des savoirs et des disciplines a été récemment souligné dans une perspective organologique générale (Fauré, 2014) : « [l]’écriture est une interface avec moi-même et avec les autres, c’est une interface mnémotechnique [...] elle permet de s’extérioriser à la fois pour soi-même et pour les autres dans une logique publicitaire (au sens de “rendre public”) » (Ibid., p. 160).

96Avec l’écriture numérique comme interface, la confusion entre destinataires et émetteurs s’installe. Et l’automatisation et l’industrialisation de l’écriture imposent un nouvel agencement du public et du privé. En effet, les utilisateurs des réseaux sociaux constatent le « floutage » des catégories des destinataires et émetteurs de messages numériques. Cette confusion est due à la propriété automatique de l’écriture numérique. Fauré (2014, p. 165) a souligné avec justesse ce changement de configuration : le passage d’une production d’écriture avec les organes numériques présupposant une production consciente et nécessitant des compétences à une production d’écriture automatique et inconsciente. Il existe un autre élément-clef dans l’écriture numérique appareillée avec des capteurs et des interfaces programmables rendant possible la production, le stockage et le transfert des données : « [c]ette captation de données comportementales et physiologiques est toujours une forme d’écriture, mais c’est une écriture automatique qui ne nécessite pas de compétence particulière. »

6.3. Les notations mathématique et chimique comme écriture

6.3.1. « Diagrammaticité » de l’écriture mathématique

97L’écriture mathématique est un objet par excellence pour la conception pluraliste dans la mesure où elle « [...] est vecteur de sens et d’idées » (Villani, 2012, p. 200). Il suffit de penser à quelques formules très connues, comme E = mc² (Einstein) ou xⁿ + yⁿ = zⁿ (Fermat), pour comprendre que les formules mathématiques incarnent ce mode de fonctionnement d’une façon très efficace en abrégeant en quelques symboles des concepts complexes. On peut mentionner deux catégories essentielles d’écriture en mathématique : « [c]elles qui vivent avec un ou des figures géométriques [...] en absence desquelles le texte est presque constamment impossible à lire, voire à déchiffrer [...] et celles qui se développent toujours sans ces figures, mais pour lesquelles les tracés géométriques sont des illustrations et non des éléments incontournables » (Dhombres, 2012, p. 159).

98La notation mathématique devient aussi un champ significatif de l’écriture. En particulier, l’écriture mathématique devient un objet propre pulsatif de l’algèbre figurative. L’une des modalités de la représentation mathématique est celle des diagrammes. Le sens commenté est un morphisme de diagramme (cf. Guitart, 2013).

99Il faut cerner une triple tension nécessaire entre les trois ordres des figures, des lettres et des preuves. La communicabilité et l’homogénéité de ces trois pôles est à souligner. En mathématique, l’acte d’écrire est considéré comme « écritures et modifications de diagrammes » et il faut faire attention à la pulsion existante entre écrire et modifier du diagramme.

100Une figure mathématique accomplit une triple fonction : emblématique, « logotopique » et topologique. Une lettre en écriture mathématique est un chiffre, un code, un symbole. Une preuve assume une construction, un discours, un algorithme, pourtant, « au niveau du geste diagrammatique ces distinctions s’estompent et s’entretiennent dynamiquement, il a de la pulsation mathématique » (Guitart., p. 145). La conception sémiotique du diagramme de Peirce est efficace vu la fonction qu’il joue en mathématique. Selon cet auteur, un diagramme est un hypoicône représentant la forme d’une relation intelligible. Et la théorie sémiotique du diagramme permet d’analyser diverses mathématiques en proposant une typologie des fonctions des diagrammes :

  • expression des relations logiques ;

  • de composition de relations et fonctions.

101Gilles Châtelet a cerné l’acte créateur du diagramme en mathématique et son mouvement de pensée transversal quand la pensée se libère de ses contraintes. Autrement dit, « la pratique mathématicienne est une manipulation de diagrammes, et […] l’émergence du sens mathématique ressort de cette manipulation » (Guitart, 2013, p. 147).

102Toutes les pratiques mathématiques — l’arithmétique, l’algèbre et la géométrie classiques — s’inscrivent dans un acte et une lecture de la découverte et de l’approfondissement mathématiques. Au fond, il faut comprendre qu’ici les deux modes « lecture » et « écriture » n’en constituent qu’un.

103Dans ce cadre, l’algèbre figurative, qui consiste à voir en diagrammes et propose l’unification de l’algèbre et de la géométrie dans la pratique « diagrammatique », contient divers éléments de l’écriture mathématique, comme des figures, des lettres, des espaces et des lieux de substitutions littérales.

6.3.2. L’écriture chimique

104Enfin, je voudrais dire quelques mots sur l’écriture pictographique de la chimie, qui conserve sa stabilité depuis près d’un siècle et demi. Elle appartient en effet au champ de l’écriture dans un paradigme pluraliste. L’écriture chimique consiste à représenter les transformations temporelles des diverses entités de l’état microscopique des réactants à l’état final des produits cibles de la chimie de synthèse, car « la science des transformations de la matière, la chimie, s’inscrit dans le temps » (Laszlo, 2013, p. 176). Il s’agit là d’une invariance essentielle de l’écriture iconique des formules structurales chimiques inventées en 1860. C’est-à-dire qu’elle se base sur la notation de la transformation chimique. Ce langage iconique consiste à identifier des opérateurs microscopiques, réactifs, catalyseurs ou enzymes. Et cette écriture particulière implique une narration de ce mode de description des étapes d’un périple, les acquisitions faites en chemin et se manifestant dans toute transaction.

105Pour terminer, il faut noter la créativité de cette écriture, qui dispose de rythmes ternaires et binaires permettant, respectivement, de composer des trivalences, des oppositions ou des mises en parallèle. Ce commentaire éclaire notre propos : « Toute phrase, par sa structure même, anime et entraîne la plume qui l’écrit. De même, l’écriture d’une structure chimique ne suffit pas à elle-même. Elle est rêverie » (Lazlo, 2013, pp. 187-188).

6.4. Notation musicale et chorégraphique

106Il est également intéressant d’évoquer deux écritures différentes, quoique proches, relevant du champ pluraliste de l’écriture : l’écriture musicale et l’écriture chorégraphique.

107L’écriture musicale se compose de trois types de lettres : le chiffre (ou lettre du nombre), la lettre alphabétique (ou lettre du langage), la note (ou lettre du musical). Dans l’histoire des notations musicales, Jean-Jacques Rousseau a pris une initiative volontariste en proposant une écriture chiffrée pour réformer l’écriture traditionnelle du solfège. Il estimair que cette nouvelle écriture était plus claire que la notation traditionnelle, laquelle produit une multitude de signes inutilement diversifiés. Rousseau précisait que la musique se fonde sur des rapports quantitatifs qui peuvent être explicités ; et pour justifier ce projet d’une nouvelle écriture tentant de ramener la musique à sa simplicité première, il invoquait l’héritage grec dans lequel la musique et les mathématiques partageaient le même alphabet (cf. Nicolas, 2013, pp. 11-42).

108Pourtant il faut bien saisir des spécificités de cette écriture, qui n’est ni une représentation d’un matériel sonore ou gestuel humain déjà présent, ni un langage interne à la musique, ni un enregistrement technique d’une réalité sonore :

Cette manière de voir, l’écriture musicale reviendrait à “dire” les sons, à “signifier” les gestes musiciens de sorte que la partition, qui en résulterait, pourrait être comprise comme constituant une sorte de message destiné à être communiqué à l’auditeur. (Nicolas, 2013, p. 26.)

109Il existe deux écritures chorégraphiques majeures : Chorégraphie ou l’art de décrire la Danse, de Raoul Auger Feuillet (1700) et une cinétographie de Rudolf Von Laban, destinée à écrire les mouvements, y compris ceux de la danse, proposée en 1928. L’écriture chorégraphique est un cas particulier de l’écriture au sens pluraliste. Sa fonction principale consiste à décomposer des positions en éléments simples à partir desquels elle accomplit un chemin tracé en indiquant la cadence, les mesures marquant les airs. En somme, l’écriture chorégraphique a pour vocation de noter des figures tracées sur le sol par le danseur (cf. Barbin, 2013). Si l’on se réfère à la terminologie de Peirce, les signes que Feuillet utilise pour indiquer les positions et les pas relèvent des trois catégories que sont l’icône, l’indice et le symbole, dans la mesure où ces signes ont les caractères de la ressemblance, de la modification et de la simple convention : « [l]es positions sont celles des deux pieds, un pied étant représenté par une icône, où sont figurés la pointe, la cheville et le talon » (Barbin, 2013, p. 61). Repérer des affinités entre cette écriture et d’autres langages est intéressant dans la mesure où elle dispose d’une « figurativité » et d’une syntaxe verbale. Voici l’explication qu’en propose Von Laban : « Puisqu’elle est une composition de mouvement, la danse peut être comparée au langage parlé. De même que les mots sont formés de lettres, les mouvements sont formés d’éléments […] Ce langage du mouvement, en accord avec son contenu, sollicite l’activité de l’esprit d’une manière similaire à celle du langage verbal, mais plus complexe » (Von Laban, 2003, p. 79).

6.5. Écriture urbaine et augmentée

110La ville numérique est avant tout une ville augmentée d’informations et de connaissances, réalisées sous forme d’écritures. Les pratiques de l’écriture et le statut politique et social de l’écriture ont changé depuis son apparition parallèlement aux changements des technologies de l’information et de la communication. Ces transformations ont influencé considérablement toutes les dimensions de la lecture et de l’écriture, Au point que le terme de « littératie », qui a désigné les compétences de lecture et d’écriture à l’époque moderne, réclame une nouvelle définition à l’ère numérique. Dans cette nouvelle écologie de l’écriture, les usagers des réseaux sociaux comme Twitter et Facebook sont en train de redéfinir les pratiques quotidiennes de l’écriture (cf. Biagini, 2012, pp. 39-102). La ville augmentée, associée à la généralisation des smartphones et des médias sociaux, a rendu possible une écriture spatialisée, située, et localisée. À ce propos, le grand spécialiste américain des nouveaux médias, Jay David Bolter, a employé l’heureuse expression writing on the world, pour évoquer les potentialités inédites de l’écriture numérique dans un environnement urbain équipé par la réalité augmentée.

111Pour comprendre l’impact historique de l’écriture numérique, il faut se souvenir de la longue histoire culturelle des médias et des supports de l’écriture, du papyrus et du codex à l’imprimerie et au numérique (cf. Bolter, 2001). Augmenter l’espace urbain avec des informations et des traces numériques n’est pas vraiment nouveau : dans toutes les villes anciennes et modernes, on peut retrouver des inscriptions et des traces d’écriture sur le papier, le bronze, le marbre, l’écran, la façade électrique et parfois sur le ciel ; bien avant l’arrivée des médias modernes, ces inscriptions correspondaient à une forme plus ancienne des médias. Les traces les plus durables, comme les proclamations gravées sur la pierre, ont toujours été le produit d’intentions formelles et politiques ; et les personnes ou groupes autorisés à produire ces traces urbaines et a détenir les ressources techniques adéquates ont toujours été soigneusement choisis. La nouveauté des médias numériques est que toute interaction laisse des traces pouvant être facilement enregistrées, massivement stockées et aisément récupérées. Cette traçabilité intrinsèque est également présente dans la ville augmentée.

112Dans une étude à venir, nous proposons d’approfondir les questions de la valeur et de l’emploi des traces numériques dans le contexte de l’espace urbain augmenté en adoptant une hypothèse centrale selon laquelle la ville augmentée concerne avant tout une nouvelle configuration de l’écriture : celle-ci établit de nouvelles relations sémiotiques de la mémoire et des traces numériques laissées par les nouvelles technologies informationnelles et communicationnelles, qui sont des machines de rétention tertiaire (Jeanneret, 2011).

113L’expression anglaise urban markup (marquage urbain) est une formule-clé pour désigner les aspects participatifs des médias, mobiles, implantés et localisés. Ces derniers contiennent et fournissent des applications diverses de GPS, des technologies de balisage (tagging), de détection, et des écrans urbains. Le marquage urbain change le lecteur privilégié en « tagger », en interprète implanté, et finalement en un producteur culturel. Cette participation a généré le soi-disant « Web 2.0 », qui est un système de croyance relatif à l’Internet social.

114Sur le réseau, la communication culturelle s’organise de groupe à groupe, et non d’individu à groupe, comme à la télévision, et cela en dépit des tentatives pour dominer le Web : les pratiques participatives de collecte et balisage deviennent sociales au point de défier l’autorité des médias de masse (McCullough, 2008).

115Il existe un domaine nouveau du marquage urbain qui est sujet de production culturelle : la recherche, l’érudition et le savoir. Ni totalement médias organisés comme les médias de masse du xxe siècle, ni graffiti laissés et trouvés aux hasards du passé, les nouvelles pratiques de projection, de cartographie, d’étiquetage, et de partage élargissent la participation dans l’inscription urbaine.

116Ces inscriptions ont une durée plus grande et un accès plus ouvert que la signalétique casuelle qui a fait partie de l’expérience humaine. Elles engagent des codes distincts et laissent une trace et une piste. Ces nouvelles inscriptions bénéficient d’une plus grande liberté et d’une étendue plus large que les mots officiels des inscriptions physiques permanentes. Ces inscriptions numériques impliquent des populations différentes de celles ayant produit les graffiti. On constate l’existence d’une nouvelle sphère culturelle d’informations ambiantes. Dans les études de l’urbanisme du média, il faut porter de l’attention à ce milieu pris entre l’expression de l’autorité et l’expression du refus ou de la transgression. Sémiotiquement parlant, il serait hautement intéressant de réaliser une histoire environnementale des informations dans l’espace urbain.

117Quels sont donc les traits essentiels du marquage urbain dans la ville augmentée ? Un mélange des annonces commerciales, des « tokens » de la mémoire personnelle, des réseaux sociaux ad hoc, des informations de masse, des références ubiquitaires et des graffiti obscurcissent notre expérience perceptuelle.

118À travers différents exemples d’appropriation dans l’espace urbain augmenté, nous avons évoqué ci-dessus une grande diversité d’objets, de signes et de traces inscrits dans l’environnement numérisé. Ces inscriptions numériques dans les métropoles doivent être interrogés pour cerner l’appropriation symbolique et politique de l’espace public numérisé. Marquage urbain numérique et appropriation sont solidaires dans la mesure où il n’y a pas d’appropriation symbolique sans marquage de l’espace. L’espace urbain augmenté n’est pas une exception, puisque le marquage urbain accompagne toutes les formes d’appropriation, depuis les plus symboliques et virtuelles jusqu’aux réelles et matérielles. Les identités collectives et idéologiques se projettent et se construisent dans ce processus, qui reflète ainsi la matérialisation de formes de pouvoir sur l’espace urbain. Par conséquent, le marquage numérique correspond à la dimension spatiale de la violence symbolique (au sens de Pierre Bourdieu) dans la mesure où il inscrit, dans une certaine durée, les traces d’appropriation de l’espace en imposant un pouvoir sur cet espace augmenté.

7. Conclusion

119Dans cette contribution, nous avons reconstruit une brève généalogie critique des théories de l’écriture. Il s’agissait plus précisément de fournir quelques éléments d’histoire et d’épistémologie du pluralisme scriptural et graphique, dans le cadre duquel l’écriture est à considérer comme un objet pluriel dans un sens triple : méthodologique, épistémologique, et ontologique.

120Après avoir explicité les présupposés ontologico-épistémologique du concept restrictif de l’écriture tel que construit par la grammatologie moderne, nous avons présenté plusieurs courants théoriques soutenant que l’écriture ne se limite pas à une fonction de transposition du langage oral. Nous avons ensuite souligné une convergence des courants inclusif et pluraliste dans les domaines de l’anthropologie, de l’histoire du livre, de la philosophie, de la linguistique et de la sémiotique.

121Dans la cinquième section, qui constitue une partie essentielle de ce travail, nous avons évoqué quelques éléments d’ontologie et d’économie du pluralisme graphique. Le premier élément concerne la pluri-dimensionalité du graphisme. À ce propos, Leroi-Gourhan a insisté sur le fait que l’image graphique jouit d’une liberté dimensionnelle effacée par l’écriture alphabétique qui a généré la phonétisation, la linéarisation et l’abstraction de la pensée. Le deuxième élément définit l’écriture comme support en comprenant trois catégories qui sont la matérialité, l’espace, la corporalité. En effet, l’écriture est avant tout une aventure matérielle, et selon Bolter, l’espace de l’écriture est généré par l’interaction des propriétés matérielles et des pratiques culturelles. Le troisième élément, l’intermédialité, est tout aussi important dans l’ontologie pluraliste de l’écriture, dans la mesure où dans les différents lieux choisis de l’écriture, les objets sont produits dans un contexte historico-culturel. Le quatrième élément d’une ontologie pluraliste de l’écriture consiste à la conceptualiser comme mémoire et trace : le concept de trace vise à cerner le principe d’un mouvement ou programme qui soit commun à l’écriture et à la mémoire. Le cinquième élément se définit par une économie politique des systèmes graphiques. Le pluralisme graphique doit en effet inclure le problème du pouvoir, toujours intimement lié à la question de l’écriture. Dans la dernière section nous avons évoqué quelques domaines importants de l’ontologie pluraliste de l’écriture. Dans cet éventail très large, on retrouve les domaines biologique, informatique, mathématique, chimique, musical et chorégraphique ainsi que l’écriture urbaine et augmentée.

122Pour conclure, il convient d’ajouter quelques remarques épistémologiques. La principale difficulté que soulève le concept de pluralisme graphique est de réussir à maintenir la communication et d’assurer les conditions de possibilité du comparatisme entre les différents champs de la recherche sur l’écriture. Nous postulons qu’il n’existe pas une, mais plusieurs conceptualités et pratiques scripturales dans les sciences humaines. Et sur ce point, notre position relève du pluralisme épistémologique : « [l]e pluralisme épistémologique devrait conduire au respect réciproque de l’autonomie des divers régimes de vérité et de légitimité dont se réclament les savoirs en présence » (Jewsiewicki, 2001, p. 628). D’autre part, adoptant un pluralisme ontologique par rapport au concept de l’écriture, il ne faut pas s’interroger sur le fait de savoir si une entité x, c’est-à-dire une écriture donnée, existe ou n’existe pas : il faut, au contraire, s’interroger sur le type d’existence de cette écriture. Je plaide ouvertement en faveur de ce pluralisme ontologique : toute trace graphique, qu’elle soit langagière ou non, possède une même dignité ontologique. Nous tenons que cette approche ouverte du pluralisme ontologique respecte la richesse de l’écriture plurielle.

Haut de page

Bibliographie

Anis, Jacques (1983), « Pour une graphématique autonome », Langue Française, 59 (Le signifiant graphique), pp. 31-44.

Anis, Jacques (1994), « Présentation », LINX, 31, Écritures, pp. 7-11.

Anis, Jacques (1998), Texte et ordinateur. L’écriture réinventée ?, Bruxelles, De Boeck Université.

Artière, Philippe (2013a), La Police de l’écriture. L’invention de la délinquance graphique. 1852-1945, Paris, La Découverte.

Artière, Philippe (2013b), Clinique de l’écriture : une histoire du regard médical sur l’écriture, Paris, La Découverte.

Barbin, Evelyne (2013), « Chorégraphie et Cinétographie : une mutation de l’écriture informatique », in Nicolas (éd.), Les Mutations de l’écriture, Paris, Éditions de la Sorbonne, pp. 61-79.

Barthes, Roland (1953), Le Degré zéro de l’écriture, Paris, Le Seuil.

Barthes, Roland (1970), L’Empire des signes, Paris/Genève, Skira.

Battestini, Simon (éd., 2006), De l’écrit à l’oral : Le phénomène graphique africain, Paris, L’Harmattan.

Baudrillard, Jean (2005), « Kool Killer ou l’insurrection par les signes », Éditions les partisans du moindre effort, www.lpdme.org, pp. 10-43.

Biagini, Cédric (2012), L’Emprise numérique. Comment internet et les nouvelles technologies ont colonisé nos vies, Montreuil, Éditions L’Échappée.

Billiez, Jacqueline (1998), « Littérature de murailles urbaines : signes interdits vus du tram », in Billiez et al., (éds), Des Écrits dans la ville. Sociolinguistique d’écrits urbains : l’exemple de Grenoble, Paris, L’Harmattan, pp. 99-164.

Bolter, Jay David (2001), Writing Space : Computers, Hypertext, and the Remediation of Print, Mahwah, Lawrence Erbaum.

Bolter, Jay David & Grusin, Richard (2000), Remediation: Understanding New Media, Cambridge, MIT Press.

Boone, Elizabeth Hill (1994), « Introduction: Writing and Recording Knowledge », Boone & Mignolo (éds), pp. 3-26.

Boone, Elizabeth Hill & Mignolo, Walter D. (éds), Writing Without Words: Alternative Literacies in Mesoamerica & the Andes, Durham et Londres, Duke University Press.

Bradley, Arthur (2008), Derrida’s Of grammatology: an Edinburgh Philosophical Guide, Edinburgh, Edinburgh University Press.

Breton-Gravereau, Simone & Thibault, Danièle (1998), L’Aventure des écritures : matières et formes, Paris, Bibliothèque Nationale de France.

Brockmeier, Jens (1992), ‘Reines Denken’. Zur Kritik der teleologischen Denkform, Amsterdam, Grüner-John Benjamins.

Chartier, Roger (1986), Les Pratiques de l’écrit, histoire de la vie privée. Tome 3 : De la Renaissance aux Lumières, Paris, Le Seuil.

Christin, Anne-Marie (1995), L’Image écrite, ou la déraison graphique, Paris, Flammarion.

Christin, Anne-Marie (2001), « De l’espace iconique à l’écriture », L’Anthropologie, 105 (4), pp. 627-636.

Christin, Anne-Marie (dir., 2001), Histoire de l’écriture. De l’idéogramme au multimédia, Paris, Flammarion.

Cohen, Marcel (1953), L’Écriture, Paris, Éditions sociales.

Cohen, Marcel (1958), La Grande Invention de l’écriture et son évolution, Paris, Imprimerie nationale, Klincksieck.

Cohen, Marcel & Peignot, Jérôme (2005), Histoire et art de l’écriture, Paris, Robert Laffont.

Corbier, Mireille (2006), Donner à voir, donner à lire. Mémoire et communication dans la Rome ancienne, Paris, CNRS.

Daniels, Peter T. & Bright, William (1996), The World’s Writing Systems, Oxford, Oxford University Press.

Déléage, Pierre (2013a), Inventer l’écriture : rituels prophétiques et chamaniques des Indiens d’Amérique du Nord, xvie-xixe, Paris, Les Belles Lettres.

Déléage, Pierre (2013b), Le Geste et l’écriture : langues de signes, Amérindiens, logographie, Paris, Armand Colin.

DeFrancis, John (1984), The Chinese Language: Fact and Fantasy, Hawaii, University of Hawaii Press.

DeFrancis, John (1989), Visible Speech: The Diverse Oneness of Writing Systems, Hawaii, University of Hawaii Press.

Derrida, Jacques (1967a), De la grammatologie, Paris, Minuit.

Derrida, Jacques (1967b), L’Écriture et la Différence, Paris, Le Seuil.

De Vos, Claude & De Kerckhove, Derrick (2013), Écrit-Écran. Tome 1 : Formes graphiques, Paris, L’Harmattan.

Dhombres, Jean (2012), « De l’écriture des mathématiques en tant que technique de l’intellect », in Guichard (éd.), pp. 158-197.

Elkins, James (1999), The Domain of Images, New York, Cornell University Press.

Fauré, Christiane (2014), « Les interfaces digitales », in Stiegler (éd.), Digital Studies : organologie des savoirs et technologies de la connaissance, Limoges, Fyp éditions, pp. 157-168.

Fontanille, Jacques (2005), « L’écriture entre support et surface : pour un dépassement de la problématique traditionnelle des écritures », in Klock-Fontanille & Arabyan (éds), Les écritures entre support et surface, Paris, L’Harmattan, pp. 183-200.

Galinon-Mélénec, Béatrice (éd., 2011), L’Homme trace. Perspectives anthropologiques des traces contemporaines, Paris, CNRS.

Galinon-Mélénec, Béatrice & Zlitini, Sami (éds, 2013), Traces numériques. De la production à l’interprétation, Paris, CNRS.

Galinon-Mélénec, Béatrice et al. (éds., 2015), L’Homme-trace, Paris, CNRS.

Gaston, Sean & Maclashlan, Ian (éds., 2011), Reading Derrida’s Of Grammatology, London, New York Continuum.

Gelb, Ignace (1973), Pour une théorie de l’écriture, Paris, Flammarion (éd. orig., Chicago, 1952).

Goody, Jack (1979 [1977]), La Raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, Paris, Minuit (trad. franç. de The Domestication of the Savage Mind, Cambridge, Cambridge University Press).

Goody, Jack (1986), La Logique de l’écriture. Aux origines des sociétés humaines, Paris, Armand Colin.

Guichard, Éric (éd., 2012), Écritures : sur les traces de Jack Goody, Paris, Presses de l’ENSSIB.

Guignes, Joseph de (1759), Mémoire dans lequel on prouve que les Chinois sont une colonie égyptienne, avec un Précis du Mémoire de M. l’Abbé Barthélemy, sur les lettres Phéniciennes, Bayerische Staats Bibliothek.

Guitart, René (2013), « Figures, lettres et preuves : pulsation et figuration au lieu de l’écriture », in Nicolas (éd.) Les Mutations de l’écriture, Paris, Éditions de la Sorbonne, pp. 141-156.

Hagège, Claude (1985), L’Homme de paroles, Paris, Fayard.

Hannas, William (2003), The Writing on the Wall: How Asian Orthography Curbs Creativity (Encounters with Asia), Philadelphia (PA), University of Pennsylvania Press.

Harris, Roy (1986), The Origin of Writing, London, Duckworth.

Harris, Roy (1993), La Sémiologie de l’écriture, Paris, CNRS.

Harris, Roy (1995), Signs of Writing, London, New York, Routledge.

Harris, Roy (1998), « Théories de l’écriture, une approche intégrationnelle », in Lapacherie (éd.), pp. 15-17.

Hayles, N. Katherine (1999), « Virtual Bodies and Flickering Signifiers », in Hayles et al. (éds), How We Became Posthuman, Chicago & London, University of Chicago Press, pp. 25-49.

Herrenschmidt, Clarisse (2007), Les Trois écritures : langue, nombre, code, Paris, Gallimard.

Houston, Stephen D. (2004), The First Writing, Cambridge, University Press.

Jeanneret, Yves (2001), « Écriture et multimédia », in Christin (éd.), pp. 387-394.

Jeanneret, Yves (2011), Y-a-t-il (vraiment) des technologies de l’information ?, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion.

Jewsiewicki, Bogumil (2001), « Pour un pluralisme épistémologique en sciences sociales », Annales, Histoire, Sciences Sociales, 56 (3), pp. 625-641.

Johnson, Christopher (1997), Derrida: The Scene of Writing, New York, Routledge.

Jousse, Marcel (2008), L’Anthropologie de Geste, Paris, Gallimard.

Keller, Olivier (2006), La Figure et le Monde : une archéologie de la géométrie, Paris, Vuibert.

Kerlan-Stephens, Anne (2006), Du visible au lisible, texte et image en Chine et au Japon, sous la direction de Cécile Sakai, Éditions Philippe Picquier.

Krämer, Sybille (2016), « Entre discursivité et iconicité, un nouveau regard sur les écritures », Actes Sémiotiques, [En ligne], no 119 (http://epublications.unilim.fr/revues/as/5629).

Kim, Sung Do (2006), « Quelques notes épistémologiques sur la sémiotique de l’hypermédia », Degrés, 34, pp. 126-27.

Kim, Sung Do (2009), « La raison graphique de Saussure », Cahiers Ferdinand de Saussure, 61, pp. 23-42.

Kim, Sung Do (2014a), « Prolégomènes à une sémio-anthropologie de l’écriture : éléments paradigmatiques d’une intermédialité de l’écriture », in Lardellier (éd.), Formes en devenir, London, ISTE Editions, pp. 89-104.

Kim, Sung Do (2014b), « Some Remarks on the Epistemological Foundations of the Semio-Anthropology of Writing », Chinese Semiotic Studies, 10/1, pp. 43-55.

Klinkenberg, Jean-Marie (2005), « Vers une typologie générale des fonctions de l’écriture. De la linéarité à la spatialité », Académie royale de Belgique. Bulletin de la Classe des lettres et des sciences morales et politiques, 16, 1-6, pp. 157-196.

Klinkenberg, Jean-Marie (2012), « Old Techniques, New Technologies. Contemporary Fertilization of Writing Functions », Epistémè, 7, pp. 195-209.

Klock-Fontanille, Isabelle (2010), « Des supports pour écrire d’Uruk à Internet », Le français aujourd’hui, 3, pp. 13-30.

Klock-Fontanille, Isabelle (2014), « Penser l’écriture : corps, supports et pratiques », Communication & Langage, 4 (182), pp. 29-43.

Klock-Fontanille, Isabelle (2016), « Repenser l’écriture Pour une grammatologie intégrationnelle », Actes Sémiotiques, [En ligne], no 119, Disponible sur : http://epublications.unilim.fr/revues/as/5623, Document créé le 29/01/2016.

Lafont, Robert (1984), Anthropologie de l’écriture, Paris, Centre Georges Pompidou.

Lapacherie, Jean-Gérard (éd., 1998), Propriétés de l’écriture, Presses universitaires de Pau et des Pays de l’Adour.

Lassègue, Jean (2007), « Quelques remarques historiques et anthropologiques sur l’écriture informatique », in Nicolas (éd.), Les Mutations de l’écriture, Paris, Éditions de la Sorbonne, pp. 83-103.

Laszlo, Pierre (2013), « Mutation d’écriture en chimie », in Nicolas (éd.), Les Mutations de l’écriture, Paris, Éditions de la Sorbonne, pp. 175-198.

Leroi-Gourhan, André (1964-1965), Le Geste et la Parole (vol. 1, Technique et langage ; vol. 2, La mémoire et les rythmes), Paris, Albin Michel.

Lévi-Strauss, Claude (1961), Tristes Tropiques, Translated by John Russell, New York, Criterion Books.

Llorach, Emilio Alarcos (1968), « Les représentations graphiques du langage », in Martinet (éd.), Le Langage, Paris, Gallimard.

Logan, Robert K. (2004), The Alphabet Effect: A Media Ecology Understanding of the Making of Western Civilization, Cresskill, Hampton Press.

Mandel, Ladislas (2004), Du pouvoir de l’écriture, Gap, Atelier Perrousseaux.

Martin, Henri-Jean (1996), Histoire et pouvoirs de l’écrit, Paris, Librairie académique Perrin.

McCullough, Malcolm (2008), « Epigraphy and the Public Library », in Aurigi & De Cindio (éds), Augmented Urban Spaces: Articulating the Physical and Electronic City, Aldershot, Ashgate, pp. 61-72.

Melot, Michel (2015), Une brève histoire de l’écriture, Paris, Jean-Claude Béhar.

Molino, Jean (1988), « Le Langage et le symbolique », in Leroi-Gourhan (éd.), Les Voies de l’Homme, Paris, Albin Michel.

Nicolas, François (2013), « Les enjeux logiques de l’écriture musicale et de ses mutations en cours », in Nicolas (éd.), Les Mutations de l’écriture, Paris, Éditions de la Sorbonne, pp. 11-42.

Olson, David R. (1994), The World on Paper: The Conceptual and Cognitive Implications of Writing and Reading, Cambridge, Cambridge University Press.

Peirce, Charles Sanders (1978), Écrits sur le signe, textes rassemblés, traduits et commentés par G. Deledalle, Paris, Le Seuil.

Rheinberger, Hans-Jorg (1997), Toward a History of Epistemic Things: Synthesizing Proteins in the Test Tube, Stanford, Stanford University Press.

Ryan, Marie-Laure (1999), Cyberspace Textuality. Computer Technology and Literary Theory, Bloomington, Indiana University Press.

Sahlins, Marshall David (1985), Islands of History, University of Chicago Press.

Sampson, Geoffrey (1985), Writing Systems. A Linguistic Introduction, Stanford, University Press.

Saussure, Ferdinand de (1915/1984), Cours de linguistique générale, Paris, Payot (première édition par Ch. Bally & A. Séchehaye en 1915).

Saussure, Ferdinand de (1972), Cours de linguistique générale, Paris, Payot.

Silverstein, Michael (1979), « Language Structure and Linguistic Ideology », in Cline, Hanks & Hofbauer (éds), The Elements: A Parasession on Linguistic Units and Levels, Chicago: Chicago Linguistic Society, pp. 193-247.

Souchier, Emmanuel (1996), « L’écrit d’écran. Pratiques d’écriture et information », Communication & Langages, 107, pp. 105-119.

Souchier, Emmanuel, Jeanneret, Yves, & Le Marec, Joëlle (2003), Lire, écrire, récrire : objets, signes et pratiques des médias informatisés, Paris, Bibliothèque Centre Pompidou.

Taylor, Isaac (1883), The Alphabet. An Account of the Origin and Development of Letters. vol. I, Semitic Alphabets, vol. II, Aryan Alphabets, Londres, Kegan Paul.

Tylor, Edward Burnett (1878), Researches into the Early History of Mankind and the Development of Civilization, Boston, Estes & Lauriat.

Tchang, Tcheng-Ming (1937), L’Écriture chinoise et le geste humain, Shanghai, Paris, Librairie Orientaliste.

Tort, Patrick (1980), Évolutionnisme et linguistique, suivi de Schleicher, August, La Théorie de Darwin et la science du langage. De l’importance du langage pour l’histoire naturelle de l’homme, édition réalisée avec le concours de Modigliani, Denise, Paris, J. Vrin.

Trigger, Bruce Graham (2004), « Writing Systems : A Case Study in Cultural Evolution », in Houston (éd.), The First Writing, Cambridge, Cambridge University Press, pp. 39-69.

Van Gorps, Hendrik et al. (2005), Dictionnaires des termes littéraires, Paris, Honoré Champion.

Vandermeersch, Léon (2013), Les Deux Raisons de la pensée chinoise, Paris, Gallimard.

Villani, Cédric (2012), Mathématiques en liberté : Liberté, réalité, responsabilité, Montreuil, éd. La ville brûle.

Von Laban, Rudolf (2003), La Danse moderne éducative, Bruxelles, Complexe.

Haut de page

Notes

1 Notons qu’à côté de l’acception courante de l’article « Écriture » du Dictionnaire des termes littéraires (« mode visuel de conservation et transmission de messages linguistiques au moyen de signes alphabétiques »), Roland Barthes (1953) avance un concept spécifique selon lequel l’écriture est un terme intermédiaire entre la langue, qu’il considère comme une sorte d’horizon collectif, et le style, c’est-à-dire le rituel par lequel l’écrivain s’individualise et se distingue des autres auteurs.

2 Le concept et les pratiques de l’écriture au sens graphique sont toutefois beaucoup plus subtils chez Saussure que Derrida ne le croit. En effet, le graphisme saussurien peut s’inscrire dans le paradigme de la diagrammatologie, car les diagrammes jouent un rôle primordial dans la construction des théories du langage (Kim, 2009).

3 Je me réfère ici à l’excellente histoire de l’histoire de la grammatologie moderne de Trigger (2004, pp. 39-68).

4 Concernant ce préjugé ethnocentrique sur l’écriture chinoise, un exemple assez ancien mais révélateur de la fantaisie des arguments concernant l’origine des écritures et celle de l’écriture chinoise est celui de Joseph de Guignes (1721-1800), qui chercha à prouver que les Chinois sont une colonie égyptienne (1769).

5 Voir sur ce point le très intéressant travail de Herrenschmidt (2007). Il compare les trois systèmes d’écriture dans la perspective d’une aventure sémiologique unique : les modes d’écriture des langues, des nombres sur la monnaie frappée et l’écriture numérique, fondée sur un code informatique. Le diagnostic de l’auteure sur l’avenir de l’écriture connaissant une explosion graphique est instructif (2007, p. 499). EIle décrit aussi une conséquence de cette révolution graphique : « [n]ous coulons presque dans un océan d’images, qui nous rend maladroits dans le raisonnement, quasi inaptes à l’argumentation et au débat, car dans l’image la négation est impossible — outil fondamental à toute affirmation » (2007, p. 502).

6 E.g., Derrida (1967a-b), Elkins (1999), Harris (1995), Klinkenberg (2005, 2012), Klock-Fontanille (2016), Olson (1994).

7 Dans la même généalogie des idées françaises sur l’origine de l’écriture, ou plus précisément la naissance du graphisme en général, je voudrais évoquer les arguments de Marcel Jousse (2008), qui nous a laissé une recherche très riche sur l’origine gestuelle de l’écriture en accordant toute son importance au geste humain. Selon lui, le mimogramme est une écriture primordiale qui a pour origine le « mimème interactionnel », tandis que l’écriture au sens strict n’est plus qu’une pauvre « algébrose » de la grande expression mimographique première en raison d’une dégradation des gestes, aussi bien corporels-manuels, que laryngo-buccaux et graphiques, parce que vidés de leur réalité originelle par des millénaires d’usure. En effet, l’origine gestuelle de l’écriture se confirme dans l’étymologie concrète de l’écriture chinoise. Par exemple, l’idée du sacrifice est rendue par le geste de la main droite présentant de la viande à la divinité. Cette traduction concrète des idées abstraites par des gestes humains est démontrée par l’analyse étymologique détaillée et concrète de l’écriture chinoise par un disciple chinois de Jousse : « [e]n résumé, les êtres et les actions sont représentées par les caractères dans leurs réalités sensibles, c’est-à-dire chacun avec sa nuance propre et ses détails caractéristiques. Ceci constitue le premier aspect du concrétisme de l’écriture chinoise — aspect purement graphique » (Tchang, 1937, p. 187).

8 Christin approfondit ce concept de sémiotique spatiale de l’écriture par l’exploration de la notion de la pensée de l’écran qui est antérieure à celle du graphisme dans son ouvrage majeur L’Image écrite (1995).

9 À ce propos, on se reportera à l’excellente synthèse de Martin (1996).

10 À ce sujet il est important de se rappeler la dimension corporelle ou presque érotique qui se manifeste dans les instruments de l’écriture par lesquels on s’introduit dans l’espace des signes. Comme Barthes l’a noté à titre d’exemple, « c’est dans la papeterie que commence le commerce du signe avant même qu’il soit tracé » (1970, p. 113). En décrivant la papeterie japonaise, il a bien saisi les deux matières primordiales de l’écriture et de la papèterie : la surface et l’instrument traceur. Au fond, dans cette civilisation, l’écriture s’assume comme le jeu d’une pulsion. « Tout, dans l’instrumentation, est dirigé vers le paradoxe d’une écriture irréversible et fragile, qui est à la fois, contradictoirement, incision et glissement » (Ibid., p. 116).

11 À ce sujet, voir Galinon-Mélénec (2011), Galinon-Mélénec & Zlitini (2013), Galinon-Mélénec et al. (2015).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sung Do Kim, « Une généalogie critique des théories de l’écriture », Signata, 9 | 2018, 155-192.

Référence électronique

Sung Do Kim, « Une généalogie critique des théories de l’écriture », Signata [En ligne], 9 | 2018, mis en ligne le 17 décembre 2018, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/signata/1662 ; DOI : 10.4000/signata.1662

Haut de page

Auteur

Sung Do Kim

Sung Do Kim est professeur de sémiotique et des théories linguistiques à l’Université de Koryo, et a été professeur invité dans différentes université (Cambridge, Harvard, Oxford). Il est vice-président de l’Association internationale d’études sémiotiques et président de l’Association coréenne de la culture visuelle. Auteur de plusieurs ouvrages en coréen et d’articles en français, comme « Anthropologie de l’urbain », ou encore « anthropologie des langages », il est en outre traducteur de nombreux ouvrages, tels ceux de M. Arrivé, J. Derrida, U. Eco, J.-M. Floch, A.J. Greimas, S. Peirce et F. de Saussure. En 1994, il fut lauréat du prix Mouton d’Or attribué par la revue Semiotica.
Courriel : dodo[at]korea.ac.kr

Haut de page

Droits d’auteur

Signata - PULg

Haut de page
  • Logo Presses universiatires de Liège
  • Logo Université de Liège
  • OpenEdition Journals