Navigation – Plan du site

AccueilNuméros9Dossier3. Modèles d’analyse de l’écritureLorsque la langue ne rencontre pa...

Dossier
3. Modèles d’analyse de l’écriture

Lorsque la langue ne rencontre pas l’écriture

La question du déchiffrement des écritures
Isabelle Klock-Fontanille
p. 193-212

Résumés

L’article se propose d’étudier l’apport de la question du déchiffrement à la théorie des écritures, en tirant les leçons des grandes tentatives que l’histoire a connues, qu’elles aient été couronnées de succès ou qu’elles aient été un échec. Le déchiffrement a pu progresser à partir du moment où l’on a reconnu (1) que l’écriture était un système possédant une organisation interne autonome et que (2) le rapport que ce système entretient avec la langue n’est ni d’identité ou de traduction, ni même de transcodage, mais consiste en une synchronisation ou un ajustement. La synchronisation que le déchiffrement établit peut opérer tantôt grâce à des parallélismes, tantôt par symbolisation et distribution. Dans le premier cas (dont le travail de Champollion fournit un bon exemple), la méthode est comparative, procédant par analogie ; le second cas nous rapproche de la cryptographie, qui privilégie la reconstruction interne en mettant les régularités formelles du système en évidence (l’exemple canonique étant ici le déchiffrement du Linéaire B par Ventris). Le déchiffrement apparaît dès lors comme un processus interprétatif qui permet de (re)construire le système en passant de la substance à la forme, cette systématicité étant la garante de sa validité.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La recherche est restée assez longtemps prisonnière d’une vision représentative-phonocentriste (et ethnocentriste) de l’écriture. Et lorsqu’elle s’en est libérée, elle a eu parfois tendance à oublier une caractéristique intrinsèque de l’écriture, à savoir que la part d’image fait partie intrinsèquement de l’écriture et que peu à peu cette part d’image a été évacuée ou occultée ; mais qu’en même temps le phonétisme a toujours existé. Plus précisément, on est en présence, non pas de deux codes distincts, mais d’un continuum, d’un code comportant intrinsèquement une dimension iconique et une dimension linguistique. Dans une étude de 2004, C. Touratier observe d’une part que l’écriture ne fait pas partie de la langue et n’entre pas du tout dans la définition de ce qu’est le langage (l’écrit est second par rapport à l’oral), et que d’autre part, l’écriture est indissociable du langage. Goody le précise, « le langage est toujours impliqué » dans l’écriture (1994, p. 30), même dans l’écriture dite pictographique, que l’on oppose facilement aux autres systèmes d’écriture sous prétexte qu’elle s’appuierait « sur une communication visuelle largement indépendante du langage parlé » (Gelb, 1974, p. 1034).

2Or, il y a aujourd’hui une dévalorisation de l’approche linguistique qu’on réduit — à tort — à la fonction ancillaire de l’écriture. Nous voudrions réfléchir sur le rapport langue-écriture. En effet, il est au fondement de la question du déchiffrement des écritures.

3Nous partirons de la réflexion de Benveniste dans ses Dernières leçons de linguistique au Collège de France (2012). Dans la Leçon 8, la première consacrée à l’écriture (ce sont les leçons 8 à 15 qui sont consacrées à l’écriture), le point central est la question de la relation langue-écriture : « comment repenser à neuf, dans leur relation primordiale, la langue et l’écriture » (p. 91). Pour lui,

  1. il y a une relation langue-écriture (les premières phrases de la leçon 8 mettent en avant le caractère indissociable des deux) ;

  2. la relation langue-écriture est une relation de conversion réciproque : Benveniste parle à deux reprises de « la conversion soudaine de la langue en image de la langue » (p. 93) ;

  3. l’écriture est un système sémiologique dépendant et homologue du système de la langue.

4Nous étudierons les points suivants :

  1. Comment et pourquoi la question de la relation langue-écriture a-t-elle permis de débloquer la question du déchiffrement des écritures ?

  2. L’écriture est un système et c’est le déchiffrement qui le (re)construit. Cette construction est le résultat de la correspondance entre la langue et l’écriture. Cela a deux conséquences : (i) si l’écriture est un système qui possède une organisation interne, on peut la soumettre à l’analyse ; (ii) dire qu’il y a une correspondance entre la langue et l’écriture, c’est bien sûr dire que l’écriture transcrit la langue, mais c’est aussi dire que l’écriture est le produit de deux modes de communication hétérogènes et complémentaires, qu’elle relève à la fois du visuel et du graphique d’un côté, et du verbal de l’autre. Et c’est cela qui permettra que la correspondance, la synchronisation fonctionne.

  3. Quels processus peuvent être envisagés ? Nous envisagerons le déchiffrement comme traduction, puis transcodage. Nous montrerons les limites de ces deux approches pour nous attacher au déchiffrement comme processus interprétatif.

1. L’émergence de la notion de déchiffrement : comment et pourquoi la question de la relation langue-écriture a-t-elle permis de débloquer la question du déchiffrement des écritures ?

5La relation langue-écriture semble aller de soi pour nous, mais cela n’a pas toujours été le cas dans le champ de la recherche, et cela explique le fait que la question du déchiffrement soit longtemps restée bloquée. Si on prend le cas des hiéroglyphes égyptiens par exemple, il faut attendre le xviiie siècle pour comprendre qu’ils correspondaient à une langue ; et même une fois que la chose a été admise, il a encore fallu deux déblocages (qu’on doit, en fait, à Champollion) : d’une part, admettre que l’écriture constitue un système, et d’autre part comprendre que ce système est un code autonome par rapport à la langue, parfois même différent.

  • 1 Sur le déchiffrement des hiéroglyphes égyptiens, voir, entre autres, Doblhofer (1957, tout particul (...)

6Regardons comment, au xviie siècle, on envisageait les hiéroglyphes égyptiens. Pour Kircher (1636, p. 260), l’un des plus grands savants de l’époque1 :

Les hiéroglyphes sont bien une écriture, mais non l’écriture composée de lettres, mots et parties du discours déterminées dont nous usons en général. Ils sont une écriture beaucoup plus excellente, plus sublime et plus proche des abstractions, qui, par tel enchaînement ingénieux des symboles, ou son équivalent, propose d’un seul coup à l’intelligence du sage un raisonnement complexe, des notions élevées, ou quelque mystère insigne caché dans le sein de la nature ou de la Divinité. (Trad. de Drioton citée chez Derrida, p. 120.)

7Le principe posé est que le hiéroglyphe exige, de par sa nature symbolique, une interprétation d’intuition, fondée sur la connaissance de l’énorme littérature sur les symboles venant de l’Antiquité classique, des auteurs arabes et de la kabbale, incompatible avec la recherche de valeurs de convention, correspondant à des mots ou des sons du langage. La méthode consiste alors à accoler à chaque signe un ou plusieurs termes suggérant une interprétation ou symbolique ou symbolico-religieuse — le symbolique et l’allégorique étant proclamés fondamentaux à la connaissance de l’Égypte ancienne.

8Voici, à titre d’exemple, la « lecture » donnée par Kircher d’un cartouche (les signes inclus dans les cartouches expriment des noms royaux, découverte qui se fera au xviiie siècle) : « les bienfaits du divin Osiris doivent être procurés par le moyen des cérémonies sacrées et de la chaîne des Génies, afin que les bienfaits du Nil soient obtenus… » Or ledit groupe de signes est à lire : « Apriès ». Kircher est à la recherche inlassable d’une Weltanschauung égyptienne dans les hiéroglyphes — nulle syntaxe, nulle grammaire ne pouvant intervenir.

  • 2 Notons néanmoins qu’il y a parfois chez Kircher des équivalences posées entre un signe et un phonèm (...)

9Pourtant Kircher avait noté le lien entre la langue égyptienne et le copte, ce en quoi il avait parfaitement raison. D’ailleurs, c’est une des hypothèses qui servira de point de départ à Champollion. En revanche, il ne pouvait pas imaginer une correspondance entre l’écriture et la langue2 :

À Kircher revient donc le mérite d’avoir ouvert une porte, par son identification du copte et de l’égyptien — et le démérite d’avoir, sur le champ, refermé celle-ci, en affirmant la qualité purement symbolique des figures hiéroglyphiques. (David, 1965, p. 44.)

10Le xviiie siècle est aussi un siècle où l’expansion vers l’Orient atteint un très haut niveau : on découvre la Chine, les marchands certes mais surtout les missionnaires jésuites. On découvre qu’il existe dans le chinois autant de caractères qu’il y a de mots, et on insiste sur le caractère international de cette écriture. Il faut souligner que la connaissance des propriétés de l’écriture chinoise précède de très loin, en Europe, celle du système lui-même et de la langue.

  • 3 L’ouvrage fut très rapidement traduit en plusieurs langues (allemand et néerlandais en 1668, anglai (...)

11Un des principaux vulgarisateurs des informations relatives à la Chine est Kircher, le même qui s’est intéressé à l’égyptien. Il publie en 1664 un ouvrage magistral sur la Chine, qui connaîtra un énorme succès (China monumentis qua sacris qua profanis, nec non variis Naturae et Artis Spectaculis, aliarum rerum memorabilis argumentis illustrata3).

12Kircher soutient que les mystères de l’écriture hiéroglyphique ont été introduits en Chine par Cham, fils de Noé, et dans l’Arca Noe (Kircher, 1675), il identifie Cham avec Zoroastre, l’inventeur de la magie. Et il explique :

Les premiers Chinois (comme j’ay desja dit) étant descendus des Egiptiens ont suivi leurs façons de faire pour leurs escritures, non pas quant à la composition des lettres, mais quant aux figures tirées de diverses choses naturelles, lesquelles leur servoient pour manifester leur concept. C’est pourquoy ils avoient autant de signes pour l’expliquer qu’ils avoient de choses à énoncer. (La Chine d’Athanase Kirchere de La Compagnie de Jesus, 1670, p. 305.)

  • 4 Kircher nuance parfois ses propos. En effet, il dit plusieurs fois que l’écriture chinoise est fait (...)

13La comparaison avec les hiéroglyphes égyptiens est une question qui lui tient à cœur. La différence réside dans le fait qu’on a d’un côté, une écriture ordinaire qui correspond à des mots, à une langue, destinée à des offices vulgaires, et de l’autre la sublimité des hiéroglyphes égyptiens. Pour Kircher, les caractères chinois ne constituent pas un mystère à résoudre comme les hiéroglyphes égyptiens. Il s’agit d’une écriture utilisée encore de son temps dont la clé avait été largement dévoilée. Par ailleurs, alors que la connaissance hiéroglyphique demeurait loin de la vie familière, interdite au peuple, parce que tenant aux choses supérieures et mystérieuses, les caractères chinois étaient utilisés dans la vie quotidienne. Enfin et surtout, les caractères chinois s’épuisent dans leur correspondance avec les mots de la langue, leur interdisant tout mystère, contrairement aux hiéroglyphes égyptiens4.

14Les caractères chinois entretiennent donc une relation univoque avec les mots qui révèle leur pauvreté par rapport aux hiéroglyphes égyptiens. Le caractère chinois n’a rien de mystérieux, et il ne sert pas à cacher des vérités aux profanes, c’est un instrument ordinaire de communication, en relation avec une langue, le chinois (Klock-Fontanille, 2010).

15La fin du xviie siècle et la première partie du xviiie siècle sont, en somme, l’époque à laquelle les esprits critiques professent un pessimisme total quant à la possibilité de dégager le sens des hiéroglyphes égyptiens.

16Mais, au xviiie siècle, apparaissent deux faits qui seront, directement ou indirectement, favorables à l’application de la notion de déchiffrement aux écritures mortes : d’abord, on restitue aux formes graphiques leur importance réelle. C’est l’œuvre de Warburton, dans son Essai sur les hiéroglyphes des Égyptiens (trad. 1744), qui construit une théorie du progrès de l’écriture, fondée principalement sur l’observation des formes. Nulle recherche d’une quelconque correspondance entre les caractères de telle écriture morte et les mots ou les sons d’une langue ne préoccupe Warbuton, dont le propos ne rejoint pas l’idée de déchiffrement. Il met en place une histoire/typologie de l’écriture : par une gradation simple, l’histoire générale de l’écriture va « depuis l’état de la peinture jusqu’à l’état de la lettre », l’Égypte étant l’unique cas où cette théorie reçoive une illustration intégrale. C’est le classement bien connu, devenu traditionnel, en écriture pictographique, idéographique, phonétique, elle-même subdivisée en syllabique et alphabétique.

17Le deuxième fait, c’est, avec Champollion, la reconnaissance du rapport langue-écriture, jusque dans le système égyptien, c’est-à-dire la valorisation du langage. C’est ce qui a permis l’émergence de la notion de déchiffrement au début du xixe siècle.

18Donc, d’une part, poser, au début du xixe siècle, la question du déchiffrement d’une écriture, c’est poser le principe de la relation, de la correspondance entre langue et écriture.

19Cela, on le doit à Champollion. Bien avant lui, on pensait que la langue copte dérivait de l’ancienne langue des Égyptiens. Mais lorsqu’il commence à étudier la pierre de Rosette, Champollion est de plus en plus conscient de l’apport potentiel de la langue copte à la compréhension de l’égyptien. Et il se servira de cette correspondance, qui sera une des clés du déchiffrement. Cette rigueur de correspondance entre écrit et parlé, qui définit toute lecture, était à l’opposé des conceptions symbolistes. C’est une idée tout à fait nouvelle au début du xixe siècle, qui n’est pas acceptée par tout le monde. Pour preuve, cet extrait d’un texte de Quatremère, un des (innombrables) candidats au déchiffrement des hiéroglyphes qui a édité en 1808 Recherches critiques et historiques sur la langue et la littérature de l’Égypte :

De tant de monumens précieux qui constituoient l’ancienne littérature Égyptienne, le temps ne nous a laissé qu’un petit nombre de fragments : telles, 1.° quelques bandelettes de momies, publiées par Rigor, D. Montfaucon, le comte de Caylus, &c., et couvertes de caractères qui paraissent appartenir à l’écriture hiérogrammatique ou sacerdotale ; 2.° l’inscription de Rosette, seul monument connu de l’écriture épistolique ou vulgaire : car je ne parle point ici de ces hiéroglyphes qui couvrent les obélisques, les parois des grottes et des temples ; attendu que ces caractères, exprimant des idées plutôt que des sons, n’appartiennent à aucune langue exclusivement. (1808, pp. 3-4.)

20Et d’autre part, à cette valorisation du langage, il faut ajouter une autre notion qui apparaît à la même époque : on se pose la question du statut scientifique de l’objet qu’on étudie.

21On commence à considérer l’écriture comme un ensemble signifiant que l’on soupçonne de posséder une organisation, une articulation interne autonome. Mais ce système n’existe pas préalablement au travail du déchiffreur, ce n’est pas un donné, qu’il suffit de dévoiler, il est à construire. Ainsi Champollion dans son Précis du système hiéroglyphique des anciens Égyptiens :

Une inscription hiéroglyphique présente l’aspect d’un véritable chaos ; rien n’est à sa place ; tout manque de rapport ; les objets les plus opposés dans la nature se trouvent en contact immédiat et produisent des alliances monstrueuses : cependant des règles invariables, des combinaisons méditées, une marche calculée et systématique ont incontestablement dirigé la main qui traça ce tableau, en apparence si désordonné ; ces caractères, tellement diversifiés dans leurs formes, n’en sont pas moins des signes qui servent à noter une série régulière d’idées, expriment un sens fixe, suivi, et constituent ainsi une véritable écriture. (1824, p. 305.)

22Donc, le déchiffrement est une (re)construction et une activité de modélisation, puisqu’une écriture n’existe pas tant qu’elle n’a pas été déchiffrée. C’est une activité créatrice, inventive, et soumise à un contrôle de cohérence. Chadwick utilise d’ailleurs le terme « inventeur » (1972, p. 128).

23Résumons : premièrement, l’écriture est un système et c’est le déchiffrement qui le (re)construit. Deuxièmement, cette construction est le résultat de la correspondance entre la langue et l’écriture. Cela a pour corollaire les deux conséquences qui ont été annoncées dans l’introduction : (i) si l’écriture est un système qui possède une organisation interne, on peut la soumettre à l’analyse ; (ii) dire qu’il y a une correspondance entre la langue et l’écriture, c’est bien sûr dire que l’écriture transcrit la langue, mais c’est aussi dire que l’écriture est le produit de deux modes de communication hétérogènes et complémentaires, qu’elle relève à la fois du visuel et du graphique d’un côté, et du verbal de l’autre. Et c’est cela qui permettra que la correspondance, la synchronisation fonctionne.

24Pensons à Ventris par exemple, le déchiffreur du linéaire B, qui essayait de voir « comment ajuster la langue étrusque à l’écriture Linéaire B » (Chadwick, 1972, p. 58).

25Donc, une fois qu’on a posé qu’il y a une relation entre langue et écriture, il faut se demander comment se fait cette synchronisation, cet ajustement.

2. Le déchiffrement comme activité de traduction d’un langage dans un autre : une impasse

26Prenons l’exemple des hiéroglyphes égyptiens et de leur déchiffreur. Avant Champollion, d’autres s’étaient intéressés aux hiéroglyphes. Nous avons évoqué Kircher qui avait noté le lien entre la langue égyptienne et le copte, ce en quoi il avait parfaitement raison. En revanche, il ne pouvait pas imaginer une correspondance entre l’écriture et la langue.

27Entre Kircher et Champollion, il aura fallu de longs débats, aux xviie et xviiie siècles, pour que soit vaincue la répugnance du public et des savants d’Europe à considérer comme écriture véritable le système hiéroglyphique égyptien — cela en raison de sa forme figurative, hiéroglyphique qui, selon les uns, ne pouvait indiquer qu’un symbolisme « mystérieux », et, selon les autres, qu’une notation non-élaborée des représentations. Il convient d’insister ici sur le poids considérable de l’autorité des auteurs classiques, notamment de la tradition (néo-)platonicienne.

28Pour Champollion, le trait commun de toutes les aberrations qui l’ont précédé était d’avoir négligé la question langue-écriture et méconnu les ressources offertes par le copte. À chaque page du Précis (1824) et de la Grammaire (1836), sont présents l’idée ou les problèmes de la relation de l’écrit et du parler dans l’écriture égyptienne.

  • 5 Avant que Young et Champollion n’entrent en lice, la pierre de Rosette avait tenté bien des savants (...)

29Pourtant, Åkerblad5 fonde précisément son étude sur cette correspondance et sur le copte. Cela, il l’explique clairement dans La Lettre au citoyen Sylvestre de Sacy, au sujet de l’Inscription Égyptienne du Monument de Rosette, qui date de 1802 : « L’examen approfondi que vous avez fait de cette inscription, aussi bien que la connoissance que vous avez de la langue Copte, langue qui m’a servi de flambeau dans toutes ces recherches… » (1802, p. 2). Toujours dans la même lettre, il présente un commencement de déchiffrement, par la lecture des noms propres du texte démotique de la pierre de Rosette, qu’il compare avec la version grecque. Mais il échoue : son erreur a probablement été de considérer le démotique comme une écriture alphabétique et par conséquent comme plus propre au déchiffrement que les hiéroglyphes dont le texte était d’ailleurs le plus gravement mutilé. C’est même le point de départ indiscuté de tout son travail. La lettre commence par la remarque suivante : « La rareté des monumens de l’écriture alphabétique des Égyptiens, connus jusqu’à ces dernières années, avoit opposé un obstacle invincible aux efforts faits par les savans pour découvrir l’alphabet de cet ancien peuple… » (1802, p. 1). Et un peu plus loin : « Je me propose seulement de vous faire passer en revue un petit nombre de mots qui nous feront connoître toutes les lettres qui composent l’alphabet Égyptien. La première planche qui accompagne cette lettre, représente ces mots ; l’autre contient les lettres Égyptiennes, disposées selon l’ordre de l’alphabet Copte » (1802, p. 3).

30Donc, sans entrer dans le détail de l’argumentation, il négligea la suppression des voyelles (l’égyptien n’écrit pas les voyelles). Les voyelles ont, pourtant, posé un problème aux deux savants. Dans sa réponse, Sylvestre de Sacy écrit ceci à Åkerblad : « Un autre endroit foible de votre analyse, ce sont les figures auxquelles vous assignez la valeur de voyelles. Il semble, à cet égard, qu’il y règne un peu trop d’arbitraire. » (1802, p. 67).

31Où est l’erreur d’Åkerblad ? C’est d’avoir posé une relation d’identité entre les deux codes, ou plutôt d’avoir considéré que l’écriture n’était qu’un calque de la langue. Pour le dire autrement, les noms propres qui semblaient relever de ce qu’on a pu appeler des « instructions interprétatives » ont fini par l’induire en erreur.

32Le cas des noms propres est intéressant : ils sont la porte par laquelle tout déchiffreur tente d’entrer dans la forteresse qu’il assiège, pour reprendre des termes qu’on trouve volontiers dans les textes. De fait, les noms propres ont un statut particulier. Ils peuvent être déchiffrés, car ils n’obéissent pas aux mêmes règles du code : ils sont, non pas traduits, mais simplement transcrits ; c’est une référence directe. Ainsi, dans le cas d’un texte bilingue ou digraphe, si la place des noms propres est la même, peut-on en déduire la valeur phonétique. Si on a assez d’occurrences, on peut arriver à réduire une langue/écriture inconnue à du connu. C’est ce qu’avait fait Grotefend pour ce qu’on appelait à l’époque la « première écriture persépolitaine » (le vieux-perse) à partir de plusieurs inscriptions : après avoir déterminé des noms propres (Xerxès, Darius, Atarxerxès, etc.), il a pu reconnaître, plus ou moins, la valeur d’une dizaine de signes cunéiformes, tout au moins les consonnes D, R, S, X, T (Friedrich, 1954, pp. 44-49 ; Klock-Fontanille & Monville, 2007). C’est le point de départ de la démarche de Champollion, avec l’étude des cartouches, ainsi qu’il le rappelle lui-même dans la lettre à M. Dacier (1822) :

  • 6 Cette dernière phrase est intéressante en ce qu’elle montre que Champollion tentait encore de faire (...)

L’interprétation du texte démotique de l’inscription de Rosette par le moyen du texte grec qui l’accompagne, m’avait fait reconnaître que les Égyptiens se servaient d’un certain nombre de caractères démotiques auxquels ils avaient attribué la faculté d’exprimer des sons, pour introduire dans leurs textes idéographiques les noms propres et les mots étrangers à la langue égyptienne. On sent facilement l’indispensable nécessité d’une telle institution dans un système d’écriture idéographique. Les Chinois, qui se servent également d’une écriture idéographique, emploient aussi un procédé tout-à-fait semblable et créé pour le même motif6. (rééd. 1989, pp. 3-4.)

33Cela dit, si l’intérêt des noms propres est évident, Young, le concurrent de Champollion, lit Arsinoé là où il faut lire César...

34Par ailleurs, l’apport est souvent très limité : pensons à ce qu’a apporté l’analyse des noms propres dans la bilingue de Karatepe (Klock-Fontanille, 2008). Il s’agit d’un texte, découvert en 1947, écrit en phénicien et en hiéroglyphes hittito-louvites, alors très mal connus. Un savant a repéré d’abord le nom du roi Azitawanda, puis un autre le nom de la ville d’Adana. Mais cela ne prouvait rien ; voici ce qu’en dit M. Dunand :

Si le professeur Bossert eut tout de suite l’intuition que ces deux écritures représentaient deux versions du même texte, il restait à le prouver, en retrouvant dans cette multitude de signes hiéroglyphiques ceux qui correspondaient à des mots et à des phrases du texte phénicien. Un de ses élèves, le Dr Franz Steinherr, mit le premier le doigt sur le nom hiéroglyphique du roi Azitawandas, en se fondant sur les recherches de son maître parues dans son livre Asia, en 1946. Puis Bossert repéra de son côté le nom d’Adanna. Mais ces noms propres ne prouvaient rien d’autre que le texte en hiéroglyphes hittites mentionnait le même personnage et la même ville que le texte phénicien. (1946-1948, pp. 34-35.)

35Donc, dans la mesure où l’on pose une relation d’identité et qu’on raisonne en termes de traduction, on aboutit soit à des erreurs, soit à des résultats très limités. En effet, ajustement implique correspondance, conversion entre les deux, et non identité. Car l’écriture est « pluricode », intermédiale, intersémiotique, et non simplement un code second destiné à représenter le code premier et principal qu’est la parole.

3. Le déchiffrement comme transcodage : ses limites

36« Transcodage » est utilisé dans le sens proposé par J.-M. Klinkenberg : « En termes techniques, un transcodage permet à un même signifié de transiter par des substances différentes (par exemple, pour la langue, les substances sonore et graphique) ; il consiste à établir des équivalences entre signifiants » (1996, p. 110).

37Prenons l’exemple d’un document bilingue ou digraphe. Ce type de document semble être l’instruction interprétative par excellence. Tout chercheur qui s’attaque à une écriture inconnue, espère trouver une bilingue. Quel type de transformations, de conversions permet un document bilingue ou digraphe ?

38Un texte bilingue produit des équivalences. Le principe est donc d’observer des correspondances entre un segment 1 inconnu et un segment 2 connu, ce qui va (doit) permettre de réduire le segment 1 à du connu.

39Mais, pourquoi un texte bilingue n’apporte-t-il jamais de solution immédiate et unique au problème du déchiffrement ?

    • 7 Pour l’égyptien, par exemple, il faut noter que la notion de textes bilingues/trilingues est trompe (...)

    Les textes ne sont pas forcément des traductions, ce sont parfois des paraphrases ou des adaptations7.

  1. Les deux parties d’un texte bilingue ne sont pas écrites dans la même langue ou dans la même écriture : il y a une différence de code.

40Or, on ne peut donc pas comparer les deux parties d’un texte bilingue ou digraphe (texte A inconnu / texte B connu) à un texte crypté face au texte décrypté correspondant (texte crypté / texte décrypté). En fait, entre le texte crypté et le texte décrypté, il y a le chiffrement, le cryptage ; alors que, entre le texte inconnu et le texte écrit dans une autre langue ou une autre écriture, il y a une différence de code. Dans le premier cas, l’opération est réversible, pas dans le deuxième. Si on traduit un texte d’une langue A dans une langue B et qu’on le retraduit dans la langue A, on n’aura pas (nécessairement) le même texte.

41Quelles sont les méthodes utilisées par les savants pour opérer cette synchronisation entre langue et écriture, pour réaliser ce transcodage ?

3.1. La synchronisation peut se faire sous forme de parallélismes : la méthode comparative8

  • 8 Pour une étude de détail des §3.1-3.2, voir Klock-Fontanille (2003).

42La démarche de Champollion est la suivante : pour opérer la synchronisation entre langue et écriture, il raisonne sur des parallèles correctement classés, et toujours enrichis, il privilégie la comparaison. Le principe est de rassembler le plus de matériaux observables possibles, de manière à pouvoir observer des correspondances entre un segment 1 inconnu et un segment 2 connu, ce qui va permettre de réduire le segment 1 à du connu.

43C’est donc un raisonnement par comparaison analogique. La clé, c’est ce qui motive le raisonnement (le lien entre la langue copte et la langue égyptienne). On a là un modèle intuitif et empirique, fondé sur une adéquation entre cette intuition et les faits observés. La démarche se fonde ensuite sur un raisonnement par accumulation d’arguments.

44Prenons l’exemple du cartouche de Ramsès : Champollion identifie facilement les deux derniers signes. Il les connaît par le cartouche de Ptolemaios : ce sont des S. Le premier signe, un cercle pointé, semble quant à lui représenter le soleil. Or Champollion sait, d’après le copte, que le Soleil se lit . Reste le signe central. Il figure sur la pierre de Rosette, dans une expression traduisant le mot grec « anniversaire ». Champollion le rapproche alors du copte hou-micé, qui signifie « jour de naissance ». Il en déduit que ce signe correspond au mot copte micé qui se traduit par « naître, mettre au monde ». Dès lors, il est en mesure de transcrire un des noms les plus célèbres de l’histoire égyptienne : Rê-m(e)s-(e)s-(e)s, Ramsès. Mieux, il peut aussi le traduire : le Soleil (Rê) l’a mis au monde.

45Vient ensuite le cartouche de Thoutmès : sa structure ressemble étrangement à celle du cartouche de Ramsès. Il y retrouve le S final, le M(E)S du milieu. Mais le premier signe diffère. Il s’agit cette fois d’un ibis sur un pavois. Or, c’est l’animal sacré de Thot. Ne pourrait-il pas servir à écrire le nom de ce dieu ? Dans ce cas, le cartouche se transcrit par « Thot-mes-es ». C’est ainsi qu’apparaît le nom de ce pharaon que les Grecs appellent Thoutmôsis. Avec ces deux noms, Champollion vient bel et bien de découvrir une partie des clés du système hiéroglyphique (il manque, en effet, les classificateurs sémantiques).

46Donc, c’est là la clé, puisqu’une partie est écrite phonétiquement, l’autre idéographiquement. Le transcodage est réussi. Champollion a identifié les deux codes, avec des règles différentes.

3.2. La synchronisation peut se faire par symbolisation et distribution : la méthode cryptographique

47La pierre de Rosette a permis de mettre en relation langue et écriture, grâce à une hypothèse de départ (la langue qui se cache derrière les hiéroglyphes est la même que la langue du deuxième texte écrit en démotique, et les deux textes traduisent l’original grec). Quand on n’a pas d’hypothèse de départ, et/ou quand on n’a pas de document bilingue ou digraphe, la méthode comparative ne fonctionne pas.

48Par conséquent, les différents chercheurs, en tous cas ceux qui ont fait avancer le déchiffrement, ont utilisé un autre modèle, à savoir la méthode cryptographique.

49Le point de départ est qu’il y a une ressemblance évidente entre une écriture qu’on ne sait pas lire et un code secret. Le codage est lui-même un système : tout code secret peut théoriquement être élucidé.

50Le principe de base est l’analyse et le dépouillement des textes jusqu’à ce qu’apparaissent des groupements et des séquences qui se répètent régulièrement. Si l’on peut rassembler un nombre suffisant d’exemples, on peut découvrir que tel groupe de signes dans le texte chiffré correspond à une fonction déterminée : par exemple, telle séquence sert de conjonction. On arrive ainsi petit à petit à déterminer le sens de la plupart des groupes chiffrés, sans savoir les prononcer. On peut parfaitement concevoir qu’un déchiffreur obtienne le sens complet d’un texte écrit dans une langue qu’il ignore, et sans établir une seule valeur phonétique.

51L’exemple le plus célèbre est le déchiffrement du linéaire B par Ventris. Cela ne nous étonne pas, puisque Ventris, qui était architecte, avait été décrypteur de la Royal Air Force pendant la guerre.

52Contrairement à Champollion, Ventris ne disposait pas de texte bilingue et partit pour sa part d’une construction abstraite pour arriver à l’hypothèse grecque. Il travailla de manière extrêmement abstraite, établissant des tables de fréquence avec des numéros correspondant aux différents signes, examinant les variations, sans se préoccuper vraiment du problème de savoir quelle langue se trouvait derrière le linéaire.

53Il construisit ainsi, hypothèse après hypothèse, une sorte de langue théorique (Chadwick, 1972 ; Klock-Fontanille, 2003). Ensuite, il essaya d’accorder une valeur phonétique à ce qu’il croyait être des voyelles, puis des consonnes, et c’est peu à peu qu’il en vint à la conclusion que le système étudié servait à noter la langue grecque.

54En juin 1952, Ventris sentit que le code « écriture Linéaire B » avait « craqué » (Chadwick, 1972, p. 102). En d’autres termes, Ventris a opéré la coïncidence entre les deux codes : l’écriture et la langue, ici la langue grecque. C’est ce que les déchiffreurs appellent une « clé ».

55Cette démarche, on le voit, privilégie la reconstruction interne. Et cette reconstruction est légitimée par sa propre régularité interne. Devant les mystères que représentent les irrégularités, il s’agit de mettre à jour la régularité sous-jacente, algébriquement formulable.

56C’est donc cette reconnaissance du rapport langue-écriture qui a permis les déchiffrements en cascade à partir du début du xixe siècle.

57Avec les deux modèles qui viennent d’être présentés, nous avons deux démarches possibles, mais ces deux démarches sont étanches l’une à l’autre tant qu’on n’a pas ce que les savants appellent la « clef », c’est-à-dire tant qu’il n’y a pas superposition, synchronisation entre le texte visuel et le texte de la langue. Mais la clé n’a pas le même statut dans les deux cas :

  • Dans la méthode cryptographique, la clé, c’est quand le code « craque », cela arrive en fin de parcours ; en effet, comme on l’a vu, la recherche est menée grâce à un modèle spéculatif, dominé par la recherche d’une cohérence interne.

  • Dans l’autre cas, la clé, c’est ce qui motive le raisonnement. On l’a vu pour les hiéroglyphes égyptiens (cela a aussi été le cas pour le vieux-perse). On a là un modèle intuitif et empirique, fondé sur une adéquation entre cette intuition et les faits observés. La démarche se fonde ensuite sur un raisonnement par accumulation d’arguments.

58Pourtant, nous pensons que cette approche est, elle aussi, insuffisante. Deux questions restent posées : quelle est la finalité du déchiffrement ? Et qu’est-ce qui permet de valider le déchiffrement ? En effet, dans certains cas, la même méthode peut aboutir à des réussites, dans d’autres à des erreurs, voire à des aberrations. Pensons à la méthode cryptographique, toujours citée en exemple parce qu’elle a permis le déchiffrement du Linéaire B. Mais l’assyriologue allemand, Carl Frank, venu en 1923 au problème du déchiffrement des hiéroglyphes qu’on appelait à l’époque « hittites », a fait une étude cryptographique des codes et écritures secrètes employées pendant la première guerre mondiale et a montré qu’un classement et une analyse systématique du matériel dont on dispose permettaient à eux seuls de trouver la solution. Et en fait, à part la lecture de quelques vocables géographiques, il n’a abouti à rien, sinon à une énorme erreur, à savoir que la langue des inscriptions hiéroglyphiques était le hourrite (Doblhofer, 1957, pp. 215-217). Cette méthode a été utilisée dans d’autres cas, sans résultat : par exemple, l’écriture giblitique reste toujours énigmatique.

59Comment expliquer que le même déchiffreur puisse déchiffrer avec succès une écriture et n’aboutir qu’à des aberrations quand il s’attaque à une autre écriture ? Hrozný, le génial déchiffreur de l’écriture cunéiforme hittite en 1915, s’est ainsi intéressé, dans ses dernières années, à toutes les écritures non déchiffrées dont il avait connaissance, certes avec beaucoup moins de bonheur. Pensons à son travail sur l’écriture proto-indienne, reposant sur certaines ressemblances purement extérieures avec les hiéroglyphes « hittites », ou à ses explications concernant l’écriture linéaire B crétoise qui n’étaient qu’embrouillamini de mots hittites et babyloniens (1939 ; 1949).

60En 1949, Hrozný publie Les Inscriptions crétoises, essai de déchiffrement. Sa clé, outre des ressemblances plus que douteuses avec le hittite hiéroglyphique, le cypriote classique, l’égyptien, le proto-indien, le phénicien et autres alphabets archaïques, était que la langue des inscriptions appartenait à un rameau de l’indo-européen proche du hittite. Les résultats sont à la hauteur de l’intuition, comme l’explique Chadwick :

Voici sa traduction, trouvée page 304, d’un texte de Pylos (les points d’interrogation sont de lui) :
Centre administratif Hatahuâ, le palais a tout consommé ( ?)
Centre administratif Sahur(i)ta : (c’est) un mauvais ( ?) terrain ( ?) Il (livre en) tribut 22 ( ?) (mesures), 6 mesures T de capsules de safran.

Nous traduisons à présent ce texte comme suit : il s’agit de la tablette PY Eb 317 :
Voici comment la prêtresse, les porte-clefs, les gens de la suite, et Westreus sont occupants à bail : (cela vaut) tant de semence : blé + 6 unités.
L’arbitraire du travail de Hrozný est tellement patent que personne ne l’a pris au sérieux. C’est une tragédie qui se renouvelle trop souvent dans le monde savant : une grande figure respectée produit sur ses vieux jours des ouvrages indignes de sa maturité, et ni amis ni disciples n’ont le courage de le lui dire. (1972, p. 49.)

61Pourtant, où est la preuve ? La question de la validation reste entière. Si le déchiffrement est envisagé comme une transformation entre deux codes obéissant à des règles différentes, il peut alors relever de l’interprétation, c’est-à-dire de l’« assignation d’une signification à une séquence linguistique » (Rastier, 1987, p. 274), le déchiffreur est alors un interprète, qui fait un travail de re-construction, puisqu’il transforme, ou tente de transformer, une « chose » non-signifiante, une occurrence matérielle, mais virtuellement signifiante, en objet signifiant.

4. De la compréhension linguistique à la connaissance interprétative : le déchiffrement comme interprétation

62Le cas de l’étrusque est intéressant. En effet, l’étrusque n’est toujours pas considéré comme déchiffré. L’analyse des processus de conversion ne permet pas d’évaluer le degré de réussite de ce transcodage/transfert (Klock-Fontanille, 2006).

63Au début de notre étude, nous avons évoqué les notions qui apparaissaient au début du xixe siècle et qui permettaient de comprendre les déchiffrements en cascade qui ont eu lieu pendant ce siècle : la reconnaissance de la correspondance entre langue et écriture et le fait qu’on se pose la question du statut scientifique de l’objet qu’on étudie. On a commencé à considérer l’écriture comme un ensemble signifiant que l’on soupçonne de posséder une organisation, une articulation interne autonome. Mais ce système n’existe pas préalablement au travail du déchiffreur, il est à construire.

  • 9 Les lamelles de Pyrgi sont trois tablettes en or, écrites en phénicien et en étrusque, trouvées en (...)

64Ces deux points sont essentiels. Les lamelles de Pyrgi9 amènent à comprendre ce que Pallottino (1978) appelle la « réalité négative » de l’étrusque qui appartient à l’essence même de la langue.

65Pour ce qui concerne les textes étrusques subsistants, on sait qu’ils sont maintenant compréhensibles avec une relative certitude — non seulement les inscriptions courtes constituées surtout d’éléments onomastiques et de formules stéréotypées, mais aussi les documents plus longs et plus complexes dont nous réussissons tant bien que mal à saisir le sens général — sans pouvoir dire avec cela que nous « connaissons » vraiment la langue étrusque. Évidemment la compréhension linguistique ne coïncide pas avec la connaissance interprétative.

66Par ailleurs, nous possédons de très nombreuses données désormais assurées dans le champ de la phonétique, de la morphologie, de la sémantique, etc. Mais il s’agit toujours de données particulières, partielles, occasionnelles, dignes seulement d’être notées dans leur apparence extérieure pour ainsi dire, auxquelles manque ce lien ou fondement de connaissance structurelle organique qui pourrait leur assurer une mise en place et une valeur plus précise. En conclusion,

ce qui nous manque est proprement la connaissance de la langue dans ses plus intimes structures. Et ceci dépend essentiellement [...] de l’impossibilité où nous sommes d’insérer les faits particuliers dans un cadre ou de les rapporter à un modèle qui nous soit familier et qui nous permette d’en expliquer l’organisation. (Pallottino, 1978, p. 23.)

  • 10 Il faut tout de même signaler que les possibilités du déchiffrement peuvent connaître des limitatio (...)

67En somme, nous ne connaissons pas le système de l’étrusque. Il nous semble que c’est bien cette notion de système à construire qui constitue la définition, la finalité et la condition de la validation d’un déchiffrement10. Voici ce que dit Chadwick à propos de M. Ventris, qui était architecte :

L’œil d’un architecte ne voit pas dans un bâtiment une simple façade, un assemblage d’éléments décoratifs et fonctionnels : il voit au-delà de l’apparence et sait distinguer les traits essentiels du dessin, la structure des parties, la charpente de l’ouvrage. C’est ainsi que Ventris était capable de discerner dans la confondante diversité des signes mystérieux de cette écriture les schémas et les constantes qui révélaient la structure cachée. C’est cette qualité, le don de saisir l’ordre sous l’apparence de la confusion qui est la marque des grands hommes, en tout ce qu’ils ont produit. (1972, p. 17.)

68Mais c’est à Champollion — toujours lui — que l’on doit l’idée que l’écriture est un système et que le rôle du déchiffreur est de voir ce système (voir l’extrait déjà cité §1, tiré de son Précis du système hiéroglyphique des anciens Égyptiens).

69C’est cette notion de système, qui est toujours à construire pour l’étrusque, qui permet de dire à la fois qu’il n’y a pas de mystère et que le déchiffrement n’est pas achevé.

70Pour le dire un peu schématiquement, les lectures proposées sont limitées à un texte, à une occurrence particulière. On ne peut établir de règles qui pourraient s’affranchir de ces occurrences que nous avons en notre possession et s’étendre par contagion, par propagation à d’autres objets. C’est donc un lien fermé sur lui-même, limité, statique, une vision atomiste. La possibilité d’affranchissement du texte et du déchiffreur et la capacité de propagation sont, nous semble-t-il, le propre de l’interprétation.

71Cette distinction entre les types de relations établies (fermé/ouvert) apporte une réponse à la question de la validité, la validation du déchiffrement. Tant qu’on se contente de « traduire », on peut comprendre n’importe quoi n’importe comment et on n’a aucun moyen de valider ou d’invalider. En effet, le principe étant d’accoler une signification à un signe, tout est possible.

72Prenons l’exemple du disque de Phaïstos, qui n’est toujours pas déchiffré (Godart, 1990, pp. 196-209 ; 1994). Michel Lejeune, grand savant, recevait, en tant que membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, de fort nombreuses lettres proposant des déchiffrements du disque de Phaïstos, ou d’autres écritures d’ailleurs. Les auteurs de ces missives ne comprenaient pas toujours pourquoi on ne les prenait pas au sérieux. De manière plaisante, Michel Lejeune a montré à ses étudiants que l’on pouvait, en partant de bases fausses, mais bien connues, construire un déchiffrement du disque cohérent, mais évidemment inacceptable : il a proposé une lecture du disque, sur la base du vieil-anglais ! Voici deux propositions de « traductions » du début de la face A (il s’agit du même passage). Celle de Jean Faucounau (1999) :

Et (moi) Arion, fils d’Argos, (je suis) sans égal
Et je partage le butin en provenance du combat
Et j’ai fait des ravages à Iasos
Et grâce à (Athéna) Nikè ( ?), j’ai mis (la ville) en cendres
Et j’éclipse la gloire ( ?) de N.

Et celle de Corsini :

À la grand dame des Keftiou, à la grande Athéna dominatrice des animaux, exterminatrice des Iraphiotes, Rontes, fils de Danaos, aspergea, Rontes dans le temple des Keftiou, Rontes fils de Danaos aspergea l’arbre.

73Ces deux lectures ne sont peut-être pas fausses, mais elles sont fermées sur elles-mêmes, c’est-à-dire qu’elles sont fondées sur une identité des deux codes (écriture et langue), un calque, et absolument pas sur la mise en évidence des règles de transcodage qui aboutirait à la mise en place d’un système.

74Dans son article « Methods of decipherment », Gelb (1975) a le mérite de se poser la question de la validation, il a, nous semble-t-il, une intuition intéressante, mais il ne la pousse pas assez loin :

As a test of a decipherment, we should insist on the translation of a full text, not simply excerpts. It is frequently possible to provide a persuasive interpretation for a small portion of the text, such as a phrase or even a sentence, but this cannot be a decipherment if the rest of the text is gibberish. (1975, p. 103.)

75Un contre-exemple : lorsque Ventris a découvert que derrière le linéaire B se cachait du grec, c’était inimaginable. Chadwick le rappelle :

La position d’Evans sur le minoen était alors si fortement assise que le grec semblait hors de question, et Ventris écrivait : « Ma théorie selon laquelle le minoen pourrait être du grec est très évidemment fondée sur un mépris délibéré de la vraisemblance historique ». À ce moment-là, on n’eût trouvé personne pour s’aventurer à le contester. (1972, pp. 57-58.)

  • 11 On constate la présence, attendue au titre de la grammaire comparée, de la désinence de datif athém (...)

76Au moment de la découverte, c’est précisément cette capacité de s’affranchir du texte et de se propager qui a rendu immédiatement le déchiffrement valide. Lorsque, dans une tablette de Pylos, par exemple, on lit eme pode, on trouve des formes attendues au titre de la grammaire comparée, des formes qu’on avait reconstruites de manière théorique et hypothétique11. Et là, non seulement elles apparaissaient telles qu’on les attendait, mais en plus, en retour, elles ont permis de comprendre des formes de grec classique.

77C’est donc cette possibilité de généralisation à toute production nouvelle (et donc à la langue) qui nous permet de dépasser le déchiffrement comme traduction et comme transcodage pour accéder au déchiffrement comme interprétation.

Conclusion

78De la conception du déchiffrement comme traduction, puis transcodage, nous sommes arrivée au déchiffrement comme interprétation. Car un déchiffrement ne peut se réduire à la restauration d’un système graphique et à l’identification de ses éléments.

79L’écriture est une sémiotique : les sémiotiques sont des systèmes de signes, comprenant un plan de l’expression et un plan du contenu (Hjelmslev, 1966, 1971). Par ailleurs, les systèmes sémiotiques sont des codes à double articulation, à savoir des codes où les plus petits éléments du plan de l’expression ne connaissent pas d’équivalents dans le plan du contenu.

80Dans les codes à première articulation seulement, tous les éléments du plan de l’expression trouvent chacun un équivalent dans le plan du contenu.

81Dans le cas d’une écriture, l’expression se décompose en substance et en forme :

  • La substance correspond à ce que Klinkenberg appelle « objet graphique » ; si cette substance est sans forme, c’est une matière.

  • La forme, c’est la structure, le système ; par exemple, dans le cas de notre alphabet, il peut s’agir de la langue française.

82De manière plus générale, si on propose que toute écriture est un système sémiotique, on considérera qu’elle est constituée d’une matérialité (une substance) corrélée à une forme de l’expression. Ainsi tels « objets graphiques » correspondront-ils à tel code linguistique.

83La question qui se posera alors dans le cas d’une écriture inconnue : comment passe-t-on de la substance à la forme ? En effet, nous sommes en présence d’une substance de l’expression : une réalisation concrète, dont nous pensons qu’il y a un système, une organisation (pensons à ce que Chadwick disait de Ventris, ou aux propos de Champollion lui-même). Mais nous n’arrivons pas à passer de cette substance à la forme. C’est le cas de l’étrusque : on peut mettre en relation la substance de l’expression et la substance du contenu (on peut lire les textes et les comprendre). Mais on ne peut pas passer de la substance de l’expression à la forme de l’expression (quel système linguistique y a-t-il derrière l’écriture ?). Dans le cas du disque de Phaïstos, nous en sommes toujours à nous demander s’il y a une forme.

84Avec la notion de système, nous avons pu montrer que poser la question du déchiffrement en disant que c’est la synchronisation entre langue et écriture en termes de « transcodage », est sinon faux, du moins simpliste. En effet, c’est réduire l’écriture à l’expression et faire de la langue le contenu. C’est donc une vision représentative de l’écriture. Ce serait aussi considérer l’écriture comme un code à une seule articulation.

85La question du déchiffrement a consisté à étudier les procédures qui permettent de passer de la substance à la forme. Car, comme on le rappelait, si la forme est indépendante de la substance, l’inverse n’est pas vrai : une substance linguistique manifeste nécessairement une forme linguistique. Mais cela est insuffisant. En effet, nous avons défini l’écriture comme une pratique et avons considéré que l’écriture transcrit certes la langue, mais elle est le produit de deux modes de communications hétérogènes et complémentaires, elle relève à la fois du spatial/visuel et du graphique d’un côté, et du verbal de l’autre. C’est en envisageant le déchiffrement comme interprétation qu’on peut faire émerger l’écriture comme code à double articulation et donc faire advenir le plan du contenu.

Haut de page

Bibliographie

Åkerblad, Johan David (1802), Lettre sur l’Inscription égyptienne de Rosette, Adressée au C.en Silvestre de Sacy, Prof. de langue Arabe à l’École Spéciale des langues Orientales vivantes, &c., Paris, De l’Imprimerie de la République, An X.

Benveniste, Émile (2012), Dernières leçons, Collège de France 1968 et 1969, Paris, Gallimard-Seuil.

Chadwick, John (1972), Le Déchiffrement du Linéaire B : aux origines de la langue grecque, Paris, Gallimard.

Champollion, Jean-François (1822, rééd. 1989), Lettre à M. Dacier, secrétaire perpétuel de l’Académie Royale des inscriptions et belles-lettres, relative à l’alphabet des hiéroglyphes phonétiques employés par les Égyptiens pour inscrire sur leurs monuments les titres, les noms et les surnoms des souverains grecs et romains, par M. Champollion le jeune, rééd. A. Fontfroide, Bibliothèque artistique et littéraire.

Champollion, Jean-François (1824), Précis du système hiéroglyphique des anciens Égyptiens ou Recherches sur les éléments de cette écriture sacrée, sur leurs diverses combinaisons, et sur les rapports de ce système avec les autres méthodes graphiques égyptiennes, Paris.

Champollion, Jean-François (1836, rééd. 1997), Grammaire égyptienne ou principes généraux de l’écriture sacrée égyptienne appliquée à la représentation de la langue parlée, Paris, Solin-Actes Sud.

Champollion, Jean-François (1841), Dictionnaire en écriture hiéroglyphique, Paris, Firmin Didot Frères.

David, Madeleine (1965), Le Débat sur les écritures et l’hiéroglyphe aux xviie et xviiie siècles et l’application de la notion de déchiffrement aux écritures mortes, Paris, École Pratique des Hautes Études.

Derrida, Jacques (1967), De la grammatologie, Paris, Les éditions de Minuit.

Doblhofer, Ernst (1957), Die Entzifferung alter Schriften und Sprachen, Wien, Paul Neff Verlag.

Dunand, Maurice (1946-1948), « Une nouvelle version des inscriptions phéniciennes de Karatépé », Bulletin du musée de Beyrouth, 8, pp. 17-36.

Faucounau, Jean (1999), Le Déchiffrement du disque de Phaïstos, Paris, L’Harmattan.

Friedrich, Johannes (1954), Entzifferung verschollener Schriften und Sprachen, Berlin-Göttingen-Heidelberg, Springer-Verlag.

Gelb, Ignace J. (1974), « Forms of Writings », Encycloedia Britannica, Chicago, vol. 19, pp. 1033-1045.

Gelb, Ignace J. (1975), « Methods of decipherment », Journal of the Royal Asiatic Society, 2, pp. 95-104.

Godart, Louis (1990), Le Pouvoir de l’écrit. Aux pays des premières écritures, Paris, A. Colin.

Godart, Louis (1994), « Le mystère du disque de Phaïstos », Archéologie Nouvelle, 4, pp. 72-88.

Goody, Jack (1994), Entre l’oralité et l’écriture, Paris, PUF.

Hjelmslev, Louis (1966), Le Langage, Paris, Minuit.

Hjelmslev, Louis (1968-1971), Prolégomènes à une théorie du langage, Paris, Minuit.

Hjelmslev, Louis (1971), Essais linguistiques, Paris, Minuit.

Hrozný, Bedřich (1915), « Die Lösung des hethitischen Problems », MDOG, 56, 1915, pp. 17-50.

Hrozný, Bedřich (1939), Sur la plus ancienne migration de peuples et sur le problème de la civilisation proto-indienne, Prague.

Hrozný, Bedřich (1949), Les Inscriptions crétoises. Essai de déchiffrement, Prague, Orientální Ustav.

Kircher, Athanasius (1636), Prodromus coptus sive aegyptiacus, Rome, Propaganda Fide.

Kircher, Athanasius (1664), China monumentis qua sacris qua profanis, nec non variis Naturae et Artis Spectaculis, aliarum rerum memorabilis argumentis illustrata. Traduction française : (1670), La Chine d’Athanase Kirchere de La Compagnie de Jesus, illustrée de plusieurs monuments tant sacrés que profanes, et de quantité de Recherches de la nature & de l’art. A quoi on a adjousté de nouveau les questions curieuses que le Serenissime Grand Duc de Toscane a fait depuis peu au P. Jean Grubere touchant ce grand Empire. Avec un Dictionnaire Chinois et François, lequel est tres-rare, & qui n’a pas encores paru au jour. Traduit par F.S. Dalquie, Amsterdam. Réimpression : Genève, 1980.

Kircher, Athanasius (1675), Arca Noe, in tres libros digesta, quorum I. De rebus quae ante Diluvium, II. De iis, quae ipso Diluvio ejusque duratione, III. De iis, quae post Diluvium a Noëmo gesta sunt, quae omnia nova Methodo, nec non summa argumentorum varietate, explicantur, & demonstrantur, Amsterdam.

Klinkenberg, Jean-Marie (1996), « L’analyse des discours pluricodes. Le cas de l’écriture », dans Sept leçons de sémiotique et de rhétorique, Toronto, Éditions du Gref, pp. 103-137.

Klock-Fontanille, Isabelle (2003), « Peut-on modéliser le déchiffrement des écritures ? », Modèles Linguistiques, XXIV-1, vol. 47, pp. 69-90.

Klock-Fontanille, Isabelle (2006), « Le déchiffrement de l’étrusque : histoire, problèmes et perspectives », Res Antiquae, 3, pp. 351-368.

Klock-Fontanille, Isabelle (2008), « Retour sur l’histoire du déchiffrement des hiéroglyphes hittito-louvites : quelques réflexions sur le statut de La bilingue de Karatepe », Atti del 6e Congresso di Ittitologia, A. Archi & R. Francia edd., Studi Micenei ed Egeo-Anatolici, L, pp. 479-492.

Klock-Fontanille, Isabelle (2010), « La Chine illustrée d’Athanase Kircher (China monumentis illustrata, 1667). La découverte des caractères chinois et son apport aux débats sur les écritures au xviie siècle », Res Antiquae, 7, pp. 129-144.

Klock-Fontanille, Isabelle (à paraître), « The Decipherment of Cuneiform Hittite by Hrozný : Methodological Issues », Actes du colloque Hrozný and Hittite : The First Hundred Years, 12-14 novembre 2015, Prague.

Klock-Fontanille, Isabelle & Monville, Émeline (2007), « De cuneatis, quas vocant, inscriptionibus persepolitanis legendis et explicandis relatio ou comment Grotefend perça le mystère du vieux-perse », Res Antiquae, 4, pp. 65-76.

Pallottino, Massimo (1978), La Langue étrusque, problèmes et perspectives, Paris, Les Belles Lettres.

Quatremère, Étienne (1808), Recherches critiques et historiques sur la langue et la littérature de l’Égypte, Paris, De l’Imprimerie Impériale.

Rastier, François (1987), Sémantique interprétative, Paris, PUF.

Touratier, Christian (2004), « Les écritures, approche linguistique », dans A. Piolat (éd.), Écriture, approches en sciences cognitives, Publications de l’Université de Provence, pp. 69-90.

Warburton, William (1744, rééd. 1977), Essai sur les hiéroglyphes des Égyptiens. Où l’on voit l’origine et le progrès du langage et de l’écriture, l’antiquité des sciences en Égypte, et l’origine du culte des animaux, Traduit de l’anglais de M. Warburton. Avec des observations sur l’antiquité des hiéroglyphes scientifiques, et des remarques sur la chronologie et sur la première écriture des Chinois, Paris, Aubier-Flammarion (traduction : L. des Malpeines). Extrait de l’ouvrage plus général de Warburton, William (1738-1741), The divine legation of Moses demonstrated on the principles of a religion deist, from the omission of the doctrine of a future state of reward and punishment in the Jewish dispensation, in six books, London, F. Gyles.

Winand, Jean (2013), Décoder les hiéroglyphes. De l’Antiquité tardive à l’expédition d’Égypte, Bruxelles, Académie royale.

Haut de page

Notes

1 Sur le déchiffrement des hiéroglyphes égyptiens, voir, entre autres, Doblhofer (1957, tout particulièrement, le chapitre ii : « Das Rätsel der Sphinx : Die Entzifferung der ägyptischen Schrift ») ; Winand (2013).

2 Notons néanmoins qu’il y a parfois chez Kircher des équivalences posées entre un signe et un phonème. Kircher pensait d’ailleurs qu’on pouvait établir un lien entre les hiéroglyphes et la naissance de l’alphabet.

3 L’ouvrage fut très rapidement traduit en plusieurs langues (allemand et néerlandais en 1668, anglais en 1669, français en 1670).

4 Kircher nuance parfois ses propos. En effet, il dit plusieurs fois que l’écriture chinoise est faite de hiéroglyphes, alors que l’écriture maya se voit refuser l’appellation de hiéroglyphique. La frontière est que l’écriture chinoise, comme l’égyptienne, permet des exploitations symboliques.

5 Avant que Young et Champollion n’entrent en lice, la pierre de Rosette avait tenté bien des savants. Parmi eux, le célèbre orientaliste français Sylvestre de Sacy. Mais il fut obligé d’avouer son impuissance à déchiffrer les textes de Rosette et il transmit la copie à l’archéologue suédois David Åkerblad.

6 Cette dernière phrase est intéressante en ce qu’elle montre que Champollion tentait encore de faire un rapprochement entre le chinois et l’égyptien. Cela sera abandonné plus tard, comme l’explique Champollion-Figeac dans la préface au dictionnaire, qu’il a édité : « On ne pourra donc adopter le dictionnaire chinois pour modèle égyptien, que si ces analogies existent réellement entre la langue et l’écriture chinoises et la langue et l’écriture égyptiennes. Or, c’est ce qui n’est point, ou plutôt, c’est ce qui n’est plus : nous allons nous expliquer » (Champollion, 1841, p. XV « Préface de l’éditeur »).

7 Pour l’égyptien, par exemple, il faut noter que la notion de textes bilingues/trilingues est trompeuse. Il s’agit souvent d’une adaptation et non d’une traduction, au sens moderne, d’une langue dans une autre. Dans cette perspective, la langue première pour les décrets ptolémaïques (pierre de Rosette et autres) est le grec.

8 Pour une étude de détail des §3.1-3.2, voir Klock-Fontanille (2003).

9 Les lamelles de Pyrgi sont trois tablettes en or, écrites en phénicien et en étrusque, trouvées en 1964 à Pyrgi, le port de Caere : deux tablettes étrusques entourent le texte punique. Ces textes se rapportent bien tous les trois à une dédicace faite dans le sanctuaire de Pyrgi aux environs de 500 avant J.-C. Mais les libellés en étrusque et en punique présentent des divergences, et le texte punique n’est pas une traduction littérale de l’étrusque. En outre, le texte punique est loin d’être parfaitement clair : les spécialistes du domaine sémitique qui l’ont étudié ont proposé des interprétations sensiblement différentes.

10 Il faut tout de même signaler que les possibilités du déchiffrement peuvent connaître des limitations. Dans le cas de l’étrusque, la documentation est pauvre et répétitive, ce qui représente un frein au déchiffrement. Rappelons les réflexions de L. Godart à ce sujet dans un article consacré au disque de Phaïstos : « Sans doute convient-il de s’interroger sur les conditions nécessaires qui doivent présider à tout déchiffrement. En premier lieu, il faut avoir une idée plus ou moins claire du contenu du texte auquel on s’affronte ; en second lieu, il faut avoir une idée précise du système d’écriture qui est utilisé ; ensuite, il faut disposer d’un élément en mesure de fournir une hypothèse de départ et, enfin, il faut avoir à sa disposition un nombre de signes et de groupes de signes suffisamment élevé pour permettre de vérifier les éventuelles hypothèses de déchiffrement que l’on propose. » (Godart, 1994, pp. 83-84)

11 On constate la présence, attendue au titre de la grammaire comparée, de la désinence de datif athématique *ei, au degré plein (latin i long <*ei, sanskrit e long <*ei), alors que le grec du premier millénaire a généralisé le degré zéro, sous l’influence du locatif ancien. On a, d’autre part, le plaisir de lire la racine *sem- sous sa forme attendue au datif singulier, sans trace de l’analogie partie du cas indéterminé du neutre singulier (hen). À ce niveau de concordance avec ce qui est attendu (ou plutôt possible, car on ignorait quand les transformations analogiques s’étaient produites), le doute n’est plus possible : on n’est pas parti du grec du premier millénaire, dont les données n’auraient pas abouti au déchiffrement correct de la forme eme, mais on a retrouvé cette dernière, dont la comparaison laissait supposer l’existence dans une période indéterminée de l’histoire de la langue grecque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Klock-Fontanille, « Lorsque la langue ne rencontre pas l’écriture »Signata, 9 | 2018, 193-212.

Référence électronique

Isabelle Klock-Fontanille, « Lorsque la langue ne rencontre pas l’écriture »Signata [En ligne], 9 | 2018, mis en ligne le 17 décembre 2018, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/signata/1839 ; DOI : https://doi.org/10.4000/signata.1839

Haut de page

Auteur

Isabelle Klock-Fontanille

Isabelle Klock-Fontanille est professeur de sciences du langage à l’Université de Limoges (France), où elle dirige le Centre de Recherches Sémiotiques. Elle est la directrice de l’ELCOA (École des Langues et Civilisations de l’Orient Ancien, ICP, Paris). Ses recherches concernent essentiellement les langues et les écritures de l’Anatolie antique. Elle s’intéresse actuellement tout particulièrement à la langue des habitants de l’Anatolie avant l’arrivée des Hittites (les Hattis). Ses recherches sur les écri­tures portent en grande partie sur les écritures antiques, plus particulière­ment sur la question des supports, mais elles consistent de manière plus générale en une histoire et sémiotique des écritures et de leur déchiffrement. Elle est membre senior de l’Institut Universitaire de France.
Courriel : isabelle.klock-fontanille[at]unilim.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Signata sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search