Navigation – Plan du site

AccueilNuméros9Dossier3. Modèles d’analyse de l’écritureUn Frankenstein sémiotique : les ...

Dossier
3. Modèles d’analyse de l’écriture

Un Frankenstein sémiotique : les hiéroglyphes d’Athanase Kircher

Jean Winand
p. 213-251

Résumés

L’étude présentée ici vise à montrer par quels cheminements le père jésuite Athanase Kircher (1602-1680) est arrivé à proposer des traductions de textes hiéroglyphiques. Rejetant tout lien entre écriture et langue, Kircher interprétait les hiéroglyphes comme un assemblage de symboles qu’il s’agissait de déchiffrer. Dans cette quête, il s’appuya sur les écrits des auteurs classiques et chrétiens, principalement ceux qui appartenaient à l’école néo-platonicienne (Plotin, Porphyre, Jamblique). Kircher mobilisa également des textes ésotériques, comme les Traités hermétiques et les écrits de kabbalistes juifs et arabes. Les recherches de Kircher ne peuvent enfin être séparées de sa vision théologique, puisqu’il était persuadé qu’il existait une continuité de fait entre la révélation adamique et l’enseignement de la Bible, qui passait par une transmission indirecte dont il restait des traces dans plusieurs civilisations antiques (prisca theologia). Dans cette reconstruction, largement répandue à la Renaissance et aux Temps modernes, il était admis que l’Égypte ancienne avait joué un rôle de pivot majeur.

Haut de page

Notes de la rédaction

En raison des nombreux hiéroglyphes inclus dans le texte sous forme d’images, cet article n’est pas entièrement disponible en texte intégral, mais peut être téléchargé au format PDF.

Notes de l’auteur

Je remercie très chaleureusement Michèle Mertens et Stéphane Polis pour leur relecture attentive du manuscrit et les améliorations qu’ils y ont apportées. Mes confraternelles salutations vont également à Jean-Marie Klinkenberg, qui m’a aidé à mieux insérer mon texte dans une perspective sémiotique.

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Klock-Fontanille (2008).

1Dans la longue marche vers le déchiffrement des hiéroglyphes égyptiens, le père Athanase Kircher occupe une place à part, entre l’humanisme renaissant et le siècle des Lumières. Héritier des traditions classiques, grecque et romaine, profondément croyant, attentif aux enseignements des philosophies arabe et juive, ouvert — sans doute un peu trop — aux spéculations ésotériques de l’alchimie et de la kabbale, le savant père jésuite installé à Rome, au cœur de la chrétienté, s’est ingénié à malaxer ces différents ingrédients du savoir dans un vaste creuset d’où devait ressortir la solution d’un problème sémiotique resté sans solution pendant des siècles : celui de l’interprétation des anciens systèmes d’écriture égyptiens. Le déchiffrement d’une écriture est en effet un cas particulier et exemplaire du processus très général d’interprétation. Comme le note I. Klock-Fontanille, « le déchiffreur est un interprète, qui fait un travail de re-construction, puisqu’il transforme, ou tente de transformer, une “chose” non-signifiante, une occurrence matérielle, mais virtuellement signifiante, en objet signifiant »1.

2Après une introduction rapide sur la vie de Kircher (1.1.) et l’état des connaissances du monde occidental au début du xviie siècle (1.2.), j’aborde les sources de Kircher et j’envisage ses positions sur la nature des hiéroglyphes et la langue égyptienne (2.). Ensuite, j’examine la méthode mise au point par Kircher pour étudier les textes en tant que philologue et linguiste (3.), avant d’évaluer l’interprétation des hiéroglyphes à laquelle il pensait être arrivé (4.). Dans la section conclusive, je présente brièvement la réception immédiate de l’œuvre de Kircher au xviiie siècle et je suggère quelques éléments qui montrent en quoi, en dépit des apparences, cette œuvre originale et unique pourrait retrouver une actualité au sein de l’égyptologie moderne et des théories sémiotiques de l’écriture (5.).

1.1. Athanase Kircher (1602-1680)

  • 2 La bibliographie sur Kircher a tendance à devenir prolifique. Sur la vie de Kircher, voir Stolzenbe (...)
  • 3 En réalité, Kircher n’est pas le premier à avoir travaillé sur le copte, mais il est le premier à a (...)
  • 4 Il s’agit de ce qu’on appelle des scalae copto-arabes, c’est-à-dire des traités, plus ou moins déta (...)

3Quand le père jésuite Athanase Kircher arrive à Rome en 1633, là où il exercera l’essentiel de son activité d’enseignant et de scientifique, il a déjà une certaine expérience de l’Égypte ancienne2. Il a étudié les langues orientales à Würzburg, où il enseigna un temps avant de devoir quitter précipitamment la ville ravagée par les troupes du roi de Suède, Gustave Adolphe, lors de la guerre de Trente Ans. Envoyé dans le midi de la France par ses supérieurs, il entre en contact avec Nicolas-Claude Fabri de Peiresc, un prince de la République des Lettres, qui sera tout à la fois son mentor et son protecteur (Aufrère, 1990). Sur la recommandation de ce dernier, il se met à l’étude du copte, censé lui livrer la clé du déchiffrement des hiéroglyphes. Le résultat de ce premier travail d’envergure sera la publication de deux volumineux traités qui marquent officiellement le début des études coptes en Europe3. Le Prodromus Coptus sive Aegyptiacus voit le jour en 1636 ; il sera suivi en 1643 de la Lingua Aegyptiaca Restituta4.

4Une fois installé à Rome, il ne bougera plus guère, hormis quelques périples qui le mènent dans le sud de l’Italie et jusqu’à Malte. Il consacre l’essentiel de son activité à ses cours, dont il sera déchargé en 1646 pour se consacrer à ses recherches, ses publications et son musée de curiosités (Museum Kircherianum), qui devient un des endroits que les scientifiques étrangers de passage à Rome se doivent de visiter (Findlen, 1995 et 2001 ; Daxelmüller, 2002).

5En dehors de traités scientifiques touchant aux mathématiques, à la musique, à l’optique, à la spéléologie, Kircher a dévolu le plus clair de son temps à comprendre le message de l’Égypte ancienne. L’antique civilisation des bords du Nil exerça sur lui — comme sur bon nombre de ses contemporains — une véritable fascination. Dans cette abondante production, l’écriture hiéroglyphique tient une place considérable.

  • 5 L’opinion de Stolzenberg (2004a) tendant à réduire la part militante au profit d’une recherche scie (...)
  • 6 L’intérêt pour les langues orientales s’inscrit aussi dans la lutte entre catholiques et protestant (...)

6À Rome, Kircher a largement baigné dans l’esprit de la Contre-Réforme5. Il avait eu personnellement à souffrir de la guerre de Trente Ans. Aussi la visée ultime des travaux de Kircher reste-t-elle théologique. Chrétien sincère, son œuvre scientifique entend montrer la présence de Dieu et sa toute puissance. Dans cette démarche, où tout peut être utile, l’Égypte va jouer un rôle important. L’activité de Kircher aura le support de l’Église catholique, qui y voit un élément intéressant dans la (re)conquête des églises orientales et des pays orientaux, où les jésuites étaient très impliqués dans les activités missionnaires6.

1.2. L’Égypte et les hiéroglyphes avant Kircher

  • 7 Sur la redécouverte des hiéroglyphes en Occident, et singulièrement en Italie, au cours du Quattroc (...)
  • 8 Sur la réception des hiéroglyphes égyptiens dans la tradition classique, voir Winand (2005 et sous (...)
  • 9 Sur le texte d’Horapollon, voir notamment Thissen (1998 et 2001).
  • 10 Cf. Copenhaver (1992). Au cours de la Renaissance, la composition en fut attribuée à Hermès, que l’ (...)

7Dans la Rome du xviie siècle, l’Égypte est à la mode. Cette mode, qui date en fait du tout début du xvie siècle, s’exprime sous plusieurs formes : scientifique, spéculative, ésotérique, philosophique, artistique, etc. Au milieu de cet engouement, l’écriture hiéroglyphique tient une place de choix7. Divers éléments avaient créé un cadre particulièrement favorable pour relancer un goût de l’Égypte, qui s’était fortement estompé au cours du Moyen Âge. Tout d’abord, deux textes majeurs furent redécouverts au xve siècle, qui devaient compléter les informations données par les auteurs classiques8 : les Hieroglyphica d’Horapollon et le Corpus Hermeticum. Le manuscrit d’Horapollon fut retrouvé en 1419 par le moine-géographe Christofore Buondelmonti dans l’île d’Andros, d’où il fut ramené à Florence9. L’édition princeps des Hieroglyphica ne sortira que bien plus tard, en 1505, sur les presses de l’imprimeur Alde Manuce à Venise. Le traité sur les hiéroglyphes fera rapidement l’objet d’un engouement considérable. Très vite, vont paraître des traductions souvent accompagnées d’illustrations, comme celles d’Albrecht Dürer, qui agrémentent la traduction latine de Willibald Pirckheimer en 1512. En 1543, parut la première traduction française de Kerver, également illustrée, qui fut maintes fois rééditée aux xvie et xviie siècles. Le second moment fut la publication, en 1471, du Corpus Hermeticum par Marsile Ficin (1433-1499), qui exerça une influence majeure jusqu’à l’aube du xixe siècle10.

  • 11 L’étude d’Iversen (1968) sur les obélisques romains reste un classique.

8La diffusion de ces nouveaux textes était complétée et enrichie par la redécouverte de monuments authentiquement égyptiens ou égyptisants. Au premier rang de ceux-ci, il faut compter les obélisques, que les papes de la Renaissance intégrèrent dans un vaste programme de réorganisation urbanistique, doublée d’une entreprise à visée plus idéologique11. Tout au long de ses recherches, Kircher, qui s’était vu confier l’exégèse de l’obélisque Pamphile par le pape Innocent X, né Giovanni Battista Pamphili, accorda une attention spéciale aux obélisques qui, à ses yeux, constituaient le véhicule par excellence de la pensée théologique des sages égyptiens (2.6).

  • 12 La description et l’explication symbolique de la Mensa Isiaca occupent une place importante dans l’(...)

9Parmi les objets qui jouèrent un rôle de premier plan dans la réflexion des humanistes sur la civilisation égyptienne, figurait la Mensa Isiaca, également appelée Tabula Bembina du nom de son premier propriétaire, le cardinal Pietro Bembo. Découvert dans le premier quart du xvie siècle, cet objet entièrement décoré de représentations de divinités égyptisantes flanquées d’hiéroglyphes de fantaisie, fut rapidement considéré comme une source de première importance pour comprendre la religion de l’Égypte antique (Winand, sous presse b). Kircher, qui tenait la Mensa pour un monument authentiquement égyptien, l’utilisa abondamment dans sa reconstruction du système hiéroglyphique12, alors qu’on sait aujourd’hui qu’il s’agit d’un artefact romain réalisé au ier siècle de notre ère dans un style égyptisant.

10Si Kircher focalise naturellement son attention sur les monuments les plus impressionnants, il ne négligea pas pour autant d’autres types de sources, comme des stèles, des statues, mais aussi des cartonnages de momies, ou des objets moins prestigieux, marquant par là-même une rupture nette avec ses devanciers.

  • 13 Sur ce personnage, qui pensait pouvoir prouver que les hiéroglyphes avaient servi à noter le dialec (...)

11Durant tout le xvie siècle, il n’y eut aucune tentative sérieuse pour comprendre le fonctionnement des hiéroglyphes. Les travaux de Piero Valeriano (Hieroglyphica, 1556), de Goropius Becanus (Hieroglyphica, 1580)13, ou de von Hohenburg (Thesaurus hierogly-phicorum, 1611) visaient davantage à intégrer l’écriture égyptienne dans une réflexion générale sur les symboles et les emblèmes, dans la lignée d’Alciat, dont les Emblemata (1531) devaient connaître des douzaines de rééditions au cours du xvie siècle. Ainsi vit-on rapidement apparaître de nouveaux hiéroglyphes puisqu’il suffisait de maîtriser un code symbolique. L’origine de la mode de ces pseudo-hiéroglyphes (ou néo-hiéroglyphes comme on les appelle quelquefois), qui utilisaient abondamment le répertoire iconographique impérial romain, peut être retrouvée dans l’Hypnerotomachia Poliphili de Francesco Colonna, parue en 1499, qui fut un autre très grand succès de librairie.

2. Sur le chemin du déchiffrement

2.1. Les hiéroglyphes ou la voie royale pour atteindre à la Vérité

2.2. Les sources de Kircher

2.2.1. Les sources primaires

2.2.2. Les sources textuelles

2.3. La nature des textes hiéroglyphiques selon Kircher

2.4. Kircher et la langue égyptienne

3. Kircher philologue et linguiste

3.1. La méthode

3.2. Les hiéroglyphes

3.2.1. Les fondements du système hiéroglyphique

3.2.2. Les hiéroglyphes selon Athanase Kircher

3.3. L’exactitude philologique et épigraphique

4. L’interprétation des hiéroglyphes

4.1. L’interprétation des signes

4.1.1. La question de la classification et de la référence

4.1.2. La question des fonctions et les problèmes de syntagmatique

4.1.3. Étude de cas

4.2. L’interprétation des textes

4.3. Relations entre les hiéroglyphes et l’alphabet

5. Conclusion

5.1. La postérité de Kircher

5.2. Actualité de Kircher

Haut de page

Bibliographie

Assmann, Jan (2003), « Etymographie : Zeichen im Jenseits der Sprache », in A. & J. Assmann (éds), Hieroglyphen. Stationen einer anderen abendländischer Grammatologie, Munich, pp. 37-64.

Aufrère, Sydney H. (1990), La momie et la tempête : Nicolas-Clade Fabri de Peiresc et la curiosité égyptienne en Provence, Avignon, Alain Barthélemy.

Aufrère, Sydney H. (1999), « La lutte dans l’Europe des érudits pour les scalae copto-arabes… La redécouverte de la langue copte aux xvie et xviie siècles », in Aufrère & Bosson (éds), Égyptes … l’Égyptien et le copte, Musée archéologique Henri-Prades, Lattès, pp. 91-108.

Azim, Michel & Golvin, Jean-Claude (1982), « Historique du transport des obélisques de Karnak », Cahiers de Karnak, 7, pp. 209-211.

Beinlich, Horst (2002), « Athanasius Kircher und die Kenntnis vom Alten Ägypten », in Beinlich et al. (éds), Magie des Wissens. Athanasius Kircher 1602-1680, Universalgelehrter, Sammler, Visionär, Dettelbach, J.H. Röll Verlag, pp. 85-98.

Benaissa, Amin (2013), « Ammianus Marcellinus Res Gestae 17.4.17 and the Translator of the Obelisk in Rome’s Circus Maximus », ZPE, 186, pp. 114-118.

Christin, Anne-Marie (éd., 2012), Histoire de l’écriture. De l’idéogramme au multimédia, Paris, Flammarion.

Copenhaver, Brian P. (1992), Hermetica : The Greek Corpus Hermeticum and the Latin Asclepius in a New English Translation, with Notes and Introduction, Cambridge, Cambridge University Press.

Daxelmüller, Christoph (2002), « Ein Gang durch zeit und Raum – Das Museum Kircherianium, in Beinlich et al. (éds), Magie des Wissens. Athanasius Kircher 1602-1680, Universalgelehrter, Sammler, Visionär, Dettelbach, J.H. Röll Verlag, pp. 49-66.

Derrida, Jacques (1967), De la grammatologie, Paris, Éditions de Minuit.

Eco, Umberto (1995), The Search for the Perfect Language, trad. par J. Fentress, Oxford, Blackwell.

Emmel, Stephen (2004), « Coptic Studies before Kircher », in Immerzeel & van der Vliet (éds), Coptic Studies on the Threshold of a New Millennium. Proceedings of the 7th International Congress of Coptic Studies (OLA 133), Louvain, Peeters, pp. 1-11.

Farout, Dominique (2016), « De la Renaissance à la Restauration : quelques étapes du déchiffrement des hiéroglyphes », Les Cahiers de l’École du Louvre [En ligne], 9 (http://cel.revues.org/433).

Findlen, Paula (1995), « Scientific Spectacle in Baroque Rome. Athanasius Kircher and the Roman College Museum », Roma Moderna e Contemporanea, 3, pp. 625-665.

Findlen, Paula (2000), « The Janus Faces of Science in the Seventeenth Century : Athanasius Kircher and Isaac Newton », in Osler (éd.), Rethinking the Scientific Revolution, Cambridge, Cambridge University Press, pp. 221-246.

Findlen, Paula (2001), « Science, History, and Erudition. Athanasius Kircher’s Museum at the Collegio Romano », in D. Stolzenberg (éd.), The Great Art of Knowing. The Baroque Encyclopedia of Athanasius Kircher, Stanford, Stanford University Libraries, pp. 17-26.

Findlen, Paula (éd., 2004), Athanasius Kircher. The Last Man Who Knew Everything, New York et Londres, Routledge.

Fischer, Henry Georges (1986), L’écriture et l’art de l’Égypte ancienne. Quatre leçons sur la paléographie et l’épigraphie pharaoniques, Paris, P.U.F.

Gardiner, Alan Henderson (1957), Egyptian Grammar, Being an Introduction to the Study of Hieroglyphs, 3e éd., Oxford, Griffith Institute.

Grenier, Jean-Claude (1987), « Les inscriptions hiéroglyphiques de l’obélisque Pamphili. Un témoignage méconnu sur l’avènement de Domitien », Mélanges de l’École française de Rome, 99, pp. 937-961.

Håkansson, Hakan (2001), Seeing the Word. John Dee and Renaissance Occultism (Ugglan Minervaserien, 2), Lund, Lund University.

Harris, Roy (1995), Signs of Writing, Londres/New York, Routledge.

Harris, Roy (1998), Introduction to Integrational Linguistics, 1998, Oxford, Pergamon.

Iversen, Erik (1968), Obelisks in Exile I. The Obelisks of Rome, Copenhague, G.E.C. Gad.

Klock-Fontanille, Isabelle (2008), « Les mésaventures de l’interprétation : le cas des déchiffrements ‘ratés’ d’écritures inconnues », in Houdebine, Brunetière, Badir & Klinkenberg (éds), s.d. [2008], Les Aventures de l’interprétation, Actes du Colloque international « Sémiologie 2005 », Paris, Laboratoire DynaLang.

Laboury, Dimitri (2006), « Renaissance de l’Égypte aux Temps Modernes. De l’intérêt pour la civilisation pharaonique et ses hiéroglyphes à Liège au xvie siècle », in Warmembol (éd.), La Caravane du Caire. L’Égypte sur d’autres rives, Louvain, Versant Sud, La Renaissance du livre, pp. 43-68.

Lambrecht, Bérénice (2001), « L’obélisque d’Hermapion (Ammien Marcellin, Res Gestae XVII, 4, 17-23) », Museon, 114, pp. 51-95.

Malaise, Michel & Winand, Jean (1999), Grammaire raisonnée de l’égyptien classique, Liège, CIPL (Aegyptiaca Leodiensia, 6).

Marquet, Jean-François (1987), « La quête isiaque d’Athanase Kircher », Les études philosophiques, 2-3, pp. 227-241.

Marrone, Caterina (2002), I geroflici fantastici di Athanasius Kircher, Viterbe, Stampa alternativa & Graffiti.

Morenz, Ludwig (2008), Sinn und Spiel der Zeichen. Visuelle Poesie im Alten Ägypten, Cologne, Böhlau Verlag (Pictura et Poiesis, 21).

Nobbs, Alanna (2013), « Egypt in Late Antiquity : The Evidence from Ammianus Marcellinus », The Bulletin of the Australian Centre for Egyptology, 24, pp. 81-88.

Polis, Stéphane & Rosmorduc, Serge (2015), « The Hieroglyphic Sign Functions. Suggestions for a Revised Taxonomy », in Amstutz et al. (éds), Fuzzy Boundaries. Festschrift für Antonio Loprieno, Hamburg, Kai Widmaier Verlag, pp. 149-174.

Rastier, François (1991), Sémantique et recherches cognitives, Paris, P.U.F.

Stolzenberg, Daniel (2004a), Egyptian Oedipus. Antiquarianism, Oriental Studies and Occult Philosophy in the Work of Athanasius Kircher, Stanford University.

Stolzenberg, Daniel (2004b), « Four Trees, Some Amulets, and the Seventy-two Names of God. Kircher Reveals the Kabbalah », in Findlen (éd.), Athanasius Kircher. The Last Man Who Knew Everything, New York-Londres, Routledge, pp. 149-169.

Stolzenberg, Daniel (2013), Egyptian Oedipus : Athanasius Kircher and the Secrets of Antiquity, Chicago, The University of Chicago Press.

Thissen, Heinz Joseph (1998), Vom Bild zum Buchstaben : von der Arbeit an Horapollons Hieroglyphika, Stuttgart, Steiner.

Thissen, Heinz Joseph (2001), Des Niloten Horapollon Hieroglyphenbuch, Munich, De Saur Gruyter.

Totaro, Giunia (2009), L’autobiographie d’Athanasius Kircher. L’écriture d’un jésuite entre vérité et invention au seuil de l’œuvre. Introduction et traduction française et italienne, Berne, Peter Lang.

Vernus, Pascal (2003), « Idéogramme et phonogramme à l’épreuve de la figurativité : les intermittences de l’homophonie », in Morra & Bazzanella (éds), Philosophers and Hieroglyphs, Turin, Rosenberg & Sellier, pp. 196-218.

Vycichl, Werner (1985), Dictionnaire étymologique de la langue copte, Louvain, Peeters.

Winand, Jean (2005), « Les auteurs classiques et les écritures égyptiennes : quelques questions de terminologie », in Cannuyer (éd.), La langue dans tous ses états. Michel Malaise in honorem, Bruxelles-Liège-Louvain-la-Neuve-Leuven, Société belge d’Études orientales (Acta Orientalia Belgica, 18), pp. 289-300.

Winand, Jean (2013), Les Hiéroglyphes, Paris, P.U.F. [Que-sais-je ?, 3980].

Winand, Jean (2014), Décoder les hiéroglyphes. De l’Antiquité tardive à l’expédition d’Égypte, Bruxelles, Académie royale de Belgique (L’Académie en poche, 29).

Winand, Jean (2016), « Le nom de dieu », in Quertinmont (éd.), Dieux, Génies et démons en Égypte ancienne. À la rencontre d’Osiris, Anubis, Isis, Hathor, Rê et les autres, Paris, Somogy éditions d’art, pp. 25-33.

Winand, Jean (sous presse a), « When Classical Authors Encountered Egyptian Epigraphy », in Davies & Laboury (éds), The Oxford Handbook of Egyptian Epigraphy and Paleography, Oxford, Oxford University Press.

Winand, Jean (sous presse b), « La quête d’Isis ou la confirmation de Dieu : l’interpretatio Kircheriana », in Bonnet & Bricault (éds), La Réception des divinités du cercle isiaque de l’Antiquité à nos jours, Limoges, Presses Universitaires du Midi.

Winand, Jean (sous presse c), « Horapollon ou la fin d’un parcours », in Fournet (éd.), Horapollon : hellénisme et hiéroglyphes dans l’Antiquité tardive, Paris, Collège de France.

Winter, Erich (1991), s.v. Hieroglyphen, in Reallexikon für Antike und Christentum, XV, col. 83-103.

Haut de page

Notes

1 Klock-Fontanille (2008).

2 La bibliographie sur Kircher a tendance à devenir prolifique. Sur la vie de Kircher, voir Stolzenberg (2013, avec bibliographie antérieure) ; sur l’autobiographie de Kircher, voir Totaro (2009).

3 En réalité, Kircher n’est pas le premier à avoir travaillé sur le copte, mais il est le premier à avoir publié. Comme il ressort de la correspondance et des notes de ses prédécesseurs, certains avaient une bien meilleure idée de la nature du copte, et de ses relations avec le grec et les langues sémitiques (Emmel, 2004).

4 Il s’agit de ce qu’on appelle des scalae copto-arabes, c’est-à-dire des traités, plus ou moins détaillés, donnant des équivalences entre deux langues. Si leur préoccupation première reste le vocabulaire, on y trouve aussi des observations sur la morphologie et la grammaire.

5 L’opinion de Stolzenberg (2004a) tendant à réduire la part militante au profit d’une recherche scientifique désintéressée me semble devoir être nuancée.

6 L’intérêt pour les langues orientales s’inscrit aussi dans la lutte entre catholiques et protestants sur des questions théologiques (Stolzenberg, 2004, p. 118). Les débats de conscience de Peiresc concernant l’édition des manuscrits coptes, balançant entre Saumaise (plus qualifié, mais protestant) et Kircher (catholique), en sont une illustration.

7 Sur la redécouverte des hiéroglyphes en Occident, et singulièrement en Italie, au cours du Quattrocento et du Quincento, voir Laboury (2006), et de manière générale Winand (2014). Voir également Farout (2016) pour une présentation générale de la redécouverte des hiéroglyphes depuis la fin du Moyen Âge jusqu’au déchiffrement de Champollion.

8 Sur la réception des hiéroglyphes égyptiens dans la tradition classique, voir Winand (2005 et sous presse a).

9 Sur le texte d’Horapollon, voir notamment Thissen (1998 et 2001).

10 Cf. Copenhaver (1992). Au cours de la Renaissance, la composition en fut attribuée à Hermès, que l’on plaçait à une très haute antiquité, avant le temps des Pharaons. En 1614, Isaac Casaubon montra que le texte était d’une date beaucoup plus récente — aux alentours de l’époque du Christ —, et qu’il avait été rédigé originellement en grec et non en égyptien. Kircher, qui connaissait le travail de Casaubon, un protestant, s’en tint à la doxa primitive, et utilisa le Corpus Hermeticum comme une source de premier plan dans sa reconstruction du système philosophique de l’Égypte ancienne (Winand, sous presse b).

11 L’étude d’Iversen (1968) sur les obélisques romains reste un classique.

12 La description et l’explication symbolique de la Mensa Isiaca occupent une place importante dans l’Oedipus Aegyptiacus (t. III). Selon Kircher, la Mensa servait à exprimer à l’aide de symboles la théosophie universelle de l’Égypte ancienne (OA III, 85).

13 Sur ce personnage, qui pensait pouvoir prouver que les hiéroglyphes avaient servi à noter le dialecte d’Anvers, dont il était originaire, voir Winand (2014, p. 50).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Winand, « Un Frankenstein sémiotique : les hiéroglyphes d’Athanase Kircher »Signata, 9 | 2018, 213-251.

Référence électronique

Jean Winand, « Un Frankenstein sémiotique : les hiéroglyphes d’Athanase Kircher »Signata [En ligne], 9 | 2018, mis en ligne le 17 décembre 2018, consulté le 23 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/signata/1899 ; DOI : https://doi.org/10.4000/signata.1899

Haut de page

Auteur

Jean Winand

Jean Winand est docteur en langues et philologies orientales (1989) et agrégé de l’enseignement supérieur (2002). Il occupe la chaire d’égyptologie à l’université de Liège. Ses recherches portent principalement sur la langue et les écritures de l’Égypte ancienne. Ses principales publications sont Études de néo-égyptien. La morphologie verbale (1992), Grammaire raisonnée de l’égyptien classique (avec Michel Malaise, 1999), Temps et aspect en égyptien. Une approche sémantique (2006), Les Hiéroglyphes (2013) et Les Pharaons. Une histoire personnelle (2017). Il co-dirige avec Stéphane Polis le projet Ramsès. Une base de données annotée du néo-égyptien. Il est membre de l’Académie royale de Belgique.
Courriel : j.winand[at]uliege.be

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Signata sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search