Navigation – Plan du site
Technologies

Éléments d’analyse figurative, thématique et axiologique des représentations et visualisations numériques de la temporalité

Elements for a figurative, thematic and axiological analysis of digital representations of temporality
Sophie Pittalis

Résumés

Parmi les transformations impulsées par les évolutions du numérique, la relation au temps et, en l'occurrence, les représentations du temps qui en découlent, constitue un corpus spécifique d’une grande diversité. Les temporalités visuelles qui se déploient dans ce contexte, du signe à l’objet jusqu’aux environnements visuels ont pour particularité d’être affranchies des contraintes du temps physique. Elles matérialisent la transposition, ou le détournement de certains instruments de mesure du temps allant même jusqu’à faire émerger des formes singulières de temporalité. De fait, le temps numérique est un temps maîtrisé, virtuel et sans espace tangible, voire même un temps immédiat, le « temps-réel », ou perçu comme tel, dans les usages de réseaux sociaux et de dispositifs d’information. Il s’agit d’un temps modélisé ou à modéliser pour expérimenter la navigation par l’orientation dans les ressources numérisées et/ou les contenus informationnels eux-mêmes au travers des bases de données. C’est aussi, en définitive, une succession d’indices sur les modes de perceptions et de représentations contemporaines du temps.
La navigation dans la temporalité des ressources extraites, par exemple, de bases de données muséales ou historiques, ou dans les productions d’information comme les blogs ou murs de publications, a propulsé l’émergence de dispositifs de visualisation variés : historique de navigation,
timeline ou frise chronologique, Wayback Machine,… où le temps fait l’objet de modélisations et d’expérimentations interactives. L’observation de ce corpus spécifique en une grammaire dynamique de signes iconiques et plastiques de la temporalité, a pour objectif d’identifier les propriétés génériques, les indices et les affordances de ces dispositifs, scénographiant par le visuel, le cadre perceptif et cognitif de l’expérience du temps numérique. Dans le numérique la temporalité est comme suspendue. Il n’y a pas de trop tôt ou de trop tard mais il y a surtout le moment de l’action. Fortement reliée à l’expérience interactive, l’immédiateté en tant que repère temporel du présent de l’action, requiert une médiation, voire même, est directement perceptible parce qu’elle se traduit par une médiation visuelle. Parallèlement, le temps voué à l’irréversibilité s’ouvre néanmoins à la réversibilité lorsqu’il s’inscrit dans la temporalité numérique. Au moyen du mode opératoire emprunté à la segmentation des Unités Sémiotiques Temporelles, il s’agira d’observer, à partir d’un corpus réparti en quatre volets thématiques, le déroulement de l’expérience visuelle interactive du temps et de faire ressortir les aspects les plus significatifs des évolutions de la représentation du temps. Cet essai de typologie vient ainsi questionner les formes et visualisations de la temporalité interactive, comment l’utilisation de ces dispositifs renvoie à un nouveau rapport au temps, et par là même, à d’autres formes d’accès aux connaissances.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Parmi ces signes se trouvent les exemples déterminants de la ligne et de la flèche de temps. Dans l (...)
  • 2 Le contexte d’observation s’inscrit dans la multiplicité des supports d’affichage fixes ou mobiles (...)
  • 3 Quand bien même serait-il possible d’aller jusqu’à considérer « qu’il n’y a pas de "sémiotique visu (...)

1Dans l’espace numérique, lieu d’expériences interactives, se déploie un temps uchronique (cf. Couchot 2014) en ce sens qu’il est affranchi des contraintes du temps physique. C’est dans ce contexte qu’émergent de nombreux signes de la temporalité1 qui, en tant qu’éléments et/ou environnements visuels du numérique2, orientent vers des connaissances dont ces signes seraient tantôt supports tantôt vecteurs. Dès lors se pose la question des formes de relation que les signes numériques de la temporalité entretiennent avec la connaissance. De même, les moyens d’en appréhender le sens, notamment dans une perspective épistémique d’accès aux connaissances (archives historiques, bases de données spécialisées...), mais aussi au travers d’éventuelles transformations paradigmatiques des représentations du temps, posent-ils question. On identifie a priori deux situations dans lesquelles les signes et visualisations numériques de la temporalité peuvent être liées à la connaissance : en sélection d’un item (lien interactif) pour accéder à des ressources et dans l’expérimentation d’un temps virtuel qui rend possible d’autres représentations et perceptions du temps. La dimension perceptive y est sollicitée dès lors que le visuel in-forme, c’est-à-dire, instruit sur la situation observée, sur la ou les étape(s) parcourue(s) ou, plus prosaïquement, sur le(s) résultat(s) obtenu(s). Et il se trouve parallèlement des séquencements et des temporalités propres au numérique et à ses formes interactives qui nécessitent d’emprunter tant aux outils de la sémiotique visuelle3 qu’à ceux de la sémiotique temporelle pour en distinguer les transitions visibles.

2Après avoir caractérisé les notions d’image et de représentation du temps virtuel, l’observation de la temporalité spécifique du numérique conduira à proposer une modélisation qui emprunte aux Unités Sémiotiques Temporelles (UST) pour une approche sémiotique de la temporalité numérique. Une typologie des étapes structurelles essentielles des représentations numériques du temps en quatre volets permettra ainsi d’entrevoir le processus par lequel l’image évolue progressivement vers un dispositif numérique, et de s’interroger, en retour, sur l’expérience visuelle de la temporalité qui en résulte.

1. Visuel du temps virtuel

3Pour remettre en perspective les spécificités du contexte numérique plurisémiotique, il convient de souligner que l’image numérique s’avère être tout à la fois hétérogène, hybride et polymorphe par la diversité des formes qu’elle peut emprunter (icônes, graphiques, illustrations, cartes, photographies, images de synthèse,..) et fusionner par son ADN numérique. À partir d’un plan en deux dimensions, l’image peut se déployer en représentations axonométriques, en trois dimensions au travers des images de synthèse et modélisations 3D, en quatre dimensions en incorporant la dimension du temps et davantage encore sur certaines visualisations expertes (financières ou scientifiques). Elle peut intégrer des comportements (interactivité), être dotée de plusieurs fonctions (informative, narrative, symbolique...) et peut être qualifiée d’immersive ou participer d’un procédé de réalité augmentée. Affranchie de sa fixité initiale (Bertin 1967, p. 7), l’image devenue numérique donne à voir mais aussi à agir selon le parcours de navigation et/ou d’exploration dans lequel elle s’inscrit. Ainsi caractérisée, l’image numérique investit l’espace de l’interface, ce dispositif global de visualisation. Dans le cadre de certaines interfaces heuristiques, immersives ou augmentées, la frontière entre image et dispositif tend à s’estomper. Peraya et Meunier précisent d’ailleurs que, « […] contrairement au langage oral, les unités visuelles ne présentent pas nécessairement un caractère discret : elles se présentent comme un continuum visuel — graphique ou figuratif — difficilement fragmentable » (1999, p. 3).

4Indépendamment de la dimension politique et des fonctions stratégiques du dispositif décrit par Agambem (2007), c’est davantage la nature de l’image qui est ici questionnée. Celle-ci est perçue comme un dispositif iconique combiné au dispositif technique de communication, voire comme « une image-système » que Lavaud (2006, p. 238) met en lien avec le programme de développement, et de transformations, qui la constitue. Car les images numériques « renvoient à une matrice qui n’est plus une image » (Belting 2004, p. 54). Si bien que suivant la réflexion de Couchot, « il est alors raisonnable d’avancer l’hypothèse que l’image serait soumise à une condition d’intelligibilité comparable à celle qui enveloppe le langage, faisant intervenir non plus l’espace figuratif et ses composants, mais le temps et des directions » (2007, p. 47). Dès lors, l’image et toute autre forme de représentation numérique sont à appréhender également comme support de la temporalité caractéristique des environnements informatisés. Cette temporalité computationnelle est qualifiée par une terminologie de l’instantanéité, du temps réel, et du temps virtuel. Selon les dispositifs et leur degré d’interactivité, des modifications de temporalité synchrone ou asynchrone peuvent se produire, déployant alors un temps sans espace qui relève de l’instantanéité du temps perçu et de l’immédiateté qui procède d’une « mise en boucle des individus avec l’information » (Renucci 2014, p. 208).

2. Segmentation pour l’analyse en Unités Sémiotiques Temporelles

  • 4 Initialement conçues pour l’analyse de la temporalité sémiotique musicale, les UST ont été à l’étud (...)

5Parmi les divers courants théoriques qui alimentent les recherches en sémiotique visuelle, les UST4 ont des ramifications de recherche qui s’appliquent plus particulièrement en poésie numérique programmée et, de façon connexe, dans le domaine visuel. Dans une approche empirique, c’est la segmentation nécessaire à l’analyse en UST qui s’avère utile pour aborder les formes de la représentation interactive et numérique du temps, et de ce qu’elles donnent à voir de l’expérience de la temporalité dans ce contexte. Il convient toutefois de souligner que cette démarche circonscrit l’expression d’un phénomène qui s’inscrit par essence dans un mouvement qui renvoie à la quiddité même du temps décrite par Aristote, où la réalité du temps dépend de l’articulation du mouvement physique avec celui de l’âme qui le distingue pour en faire un modèle, un objet d’analyse non temporel.

Fig. 1

Fig. 1

Trois types de segmentation des UST appliqués aux représentations numériques, les trois faces cachées du cube forment une réserve pour l’intégration ultérieure d’autres unités sémiotiques temporelles.

6Il apparaît ainsi une possibilité d’analyser l’image-processus/dispositif en faisant appel à trois grands types de segmentations pratiquées dans le modèle des UST : l’État/ le Processus/ l’Événement. La signification de ces segments temporels pris dans leur séquence d’ensemble provient de l’interaction de différents médias (Moreau, 2014). Cette triade entre en résonnance avec le déploiement de l’interactivité pour appréhender le passage/la transition (le processus) d’un état présent (l’instant de l’action) vers un ou des évènements qui résultent d’une sélection et s’inscrivent dans la durée du processus. Elle permet, parallèlement, de décomposer le parcours constitué des liens interactifs qui en construisent la partition temporelle. La convergence des différents niveaux de l’analyse et des Unités Sémiotiques Temporelles (fig. 1) permet de mieux appréhender comment la triade État/Processus/Évènement segmente en correspondance le plan du contenu mis en relation avec le plan de l’expression dans une perspective axiologique de fixité/transition, disparition/transformation, irréversibilité/réversibilité.

  • 5 En l’occurrence, il s’agit de la forme élémentaire de la ligne de temps (ou timeline) qui est simpl (...)

7L’analyse figurative/ thématique et axiologique procédant de la typologie sémantique de Greimas et modélisée à partir des trois segmentations des UST (fig. 2) mène à l’évaluation thymique des représentations visuelles et numériques de la temporalité dans une trajectoire proche d’une ligne du temps5.

Fig. 2

  • 6 L’irréversibilité/réversibilité au croisement de l’abscisse "ÉVÈNEMENT" et de l’ordonnée "Analyse a (...)

ÉTAT

PROCESSUS

ÉVÈNEMENT

Analyse thématique

initial, stable

Transition

Résultat

Analyse figurative

point de départ, repère, curseur

sélection et déplacement

affichage des informations

Analyse axiologique

fixité/transition

disparition/transformation

irréversibilité/réversibilité6

Tableau des segmentations d’UST et des niveaux d’analyse de la typologie sémantique.

8Cette trajectoire permet une représentation figurée et séquencée de l’(inter)action qui se produit avec les représentations temporelles numériques. Les relations de sens se dessinent au croisement des trois types d’analyse ainsi il ressort de l’analyse du signe de la timeline une circularité au niveau axiologique entre État/Processus/Évènement confirmée par la dominante de transformation qui caractérise le /Processus/, dominante elle-même reliée au thème du changement voué à la temporalité.

3. Éléments de typologie visuelle du temps numérique

9La typologie hiérarchisée sur laquelle repose la modélisation de l’expérience interactive se distribue en quatre catégories qui marquent la progression hétérogène des représentations de l’icône à l’image-objet, aux espaces documentaires des systèmes d’information jusqu’aux environnements augmentés de la temporalité numérique.

10Un premier volet s’attache à la grammaire iconique du temps et des objets temporels des systèmes d’information. Il renvoie à un corpus qui en rassemble les formes génériques. Cet ensemble souligne les caractéristiques du langage visuel de la temporalité qui s’exprime dans le cadre du numérique. L’analogie avec instruments de mesure du temps est très présente tandis que se développent différents degrés d’iconicité dans leurs représentations.

11Le deuxième se réfère à l’élément clé pour la navigation dans les données notamment historiques, désigné par les termes « ligne de temps » ou « timeline ». La ligne de temps, qui n’est pas sans évoquer la flèche du temps, est un objet emblématique de la représentation du temps numérique. Les timelines sont faites de segments et, selon le Groupe µ, « les trois segments traditionnellement distingués sur l’axe du temps — passé-présent-futur — confèrent sa directionnalité à cet axe. Le présent est bien un segment et non un point, car il a une épaisseur » (2015, p. 234).

  • 7 Le portail de l’archivage du Web recense 279 milliards de pages html archivées depuis les premières (...)

12Les dispositifs d’exploration dans les dimensions historiques des archives numériques en constituent un troisième volet. Deux projets viennent illustrer comment la valeur temporelle et documentaire de l’archive est scénarisée visuellement pour la recherche et l’exploration des informations : le premier, The Wayback Machine de l’Internet Archive7 qui est une forme de machine à remonter les différentes étapes de publication opérées au fil du temps sur le World Wide Web, le second, Venice Time Machine, qui se présente comme une autre forme de machine à remonter le temps documentaire de la cité des Doges en s’appuyant sur les outils de visualisation d’information.

13Enfin, le dernier volet porte sur les dispositifs de réalité augmentée superposant les images du passé en des lieux tridimensionnels et réels situés dans l’espace urbain. Dans ce contexte, la transversalité et la porosité des frontières entre mondes réel et virtuel se révèle au fur et à mesure des expérimentations, tout comme la complexité phénoménologique qui est sous-jacente à la perception de cette superposition de réalités.

14Au final, l’ensemble se présente comme l’ébauche d’une typologie sémiotique de la temporalité visuelle numérique qui déploie en quatre étapes non exclusives la variation hétérogène des représentations numériques du temps, en lien avec un système d’informations (base de données géolocalisées, catalogues informatisés, archives et bibliothèques numériques,..).

4. Corpus iconographique

  • 8 Doueihi (2013, p. 13).
  • 9 Metzger, Lallich-Boidin (2004).

15Des questions se sont déjà posées au sujet de la temporalité numérique susceptible de modifier notre rapport au temps8 et parallèlement situant l’étude des temporalités de ce contexte comme une voie incontournable vers la signification et le sens9.

16Ainsi, dans ce prolongement, la constitution d’un corpus tend à distinguer les indices visibles de modifications émanant des éléments et dispositifs visuels interactifs et leurs potentiels apports cognitifs.

4.1. Grammaire iconique du temps numérique

17Les éléments constitutifs d’une grammaire visuelle iconique du temps numérique sont identifiables lors de la navigation sur le web. Ils forment un ensemble de signes iconiques et plastiques de la temporalité des réseaux d’information. Dans ce registre, les horloges, sabliers, et barres de progression font partie des icônes temporelles fréquemment employées. Elles illustrent l’heure, le temps qui passe, et la durée du temps d’attente pour voir la recherche aboutir, ou encore le temps de (télé)chargement des données (qu’il s’agisse de texte, de son, d’une vidéo ou d’une application).

18Comme pour la forme progressive en anglais décrite dans la systématique énonciative (Joly 1987), seul le temps passé est perçu. La jauge ou le curseur ne sont pas une indication prédictive du temps, mais bien celle d’un décompte, comme un sablier décrémente une durée à l’inverse du temps qui s’écoule. Contrairement au fait d’incrémenter, décrémenter permet de proposer une lecture prédictive du temps. Cette catégorie thymique incrémenter/décrémenter peut être transposée au cœur du processeur et de ses processus, et par voie de conséquence, elle est également identifiable dans l’interaction et la rétroaction. Il y a donc accumulation d’expériences, mais il y a également la possibilité permanente d’un retour possible sur les expériences menées. Décrémenter renvoie de fait à l’opportunité d’anticiper d’autres stratégies de parcours et, par conséquent, à celle d’expérimenter d’autres formes pour s’orienter et accéder aux contenus.

Fig. 3

Fig. 3

Corpus iconographique des représentations numériques du temps et de la temporalité.

19Les représentations iconiques et graphiques de la temporalité (fig. 3) font chacune l’objet d’un répertoire varié susceptible d’alimenter une classification particulièrement fournie. Elles sont des signes temporels discrets car peu prééminents dans le visuel de la page html, où elles peuvent être contextuellement et momentanément centralisées dans l’affichage de l’écran, telles les barres de progression. Elles véhiculent les affordances d’un environnement performatif où le temps n’est pas à la contemplation, mais au contrôle de la durée et à une quête de maîtrise certaine, liée à l’instantanéité rassurante des résultats affichés par les processus de recherche et de calcul. L’état de l’horloge, de l’aiguille qui se déplace ou des chiffres numériques qui s’incrémentent évolue à chaque seconde dans un processus de transposition virtuelle et analogique du temps physique, afin d’instaurer les conditions de l’(inter)action. Progressivement, la structure du cadran se schématise pour produire de façon circulaire ou carrée un support affranchi de ses repères horaires et sur lequel n’apparaissent plus qu’en chiffres vectoriels ou en pixels l’heure ou la durée d’un temps parallèle à l’espace physique tridimensionnel. Cette même durée va s’illustrer non plus numériquement, mais de façon iconique, par la version antique d’une autre analogie du tempus fugit : le sablier. Celui-ci indique que dans ce creuset les références temporelles se brassent et s’affichent dans une promiscuité stylistique au travers des pages de résultats des moteurs de recherche.

20Les représentations du temps linéaire et du temps cyclique s’observent respectivement avec la barre linéaire de progression, qui est une figure structurellement proche de la flèche du temps, et dans la barre circulaire de progression qui se décline également en trames et/ou en pointillés simulant un découpage temporel pour traduire une progression. La progression du temps, symbolisée par la barre linéaire ou circulaire, représente de fait une durée plus ou moins brève et elle correspond au temps de l’action suspendue — momentanément — dans l’attente de l’aboutissement du processus lancé d’un clic de souris. Dans ce registre, une variété de propositions conséquentes peuvent être observées, dont celles qui relèvent du détournement, notamment sous la forme d’une cigarette horizontale en barre linéaire de progression vitale. L’observation de cet ensemble révèle un glissement sémiotique sur le plan visuel et sur le plan conceptuel. C’est ainsi que l’on passe d’une représentation qui exprime la durée en unités de temps mesurables à une durée sans temps. En effet, la durée initialement affichée par ses représentations en unités de temps finit par l’être en pourcentages ou en proportions sans lien direct avec la durée de l’action. Ce n’est alors plus en unités de temps mais, en quantité d’octets téléchargés que s’opère la quantification. Cela devient par conséquent la représentation d’un temps dont la durée n’est pas quantifiée, celui du temps de téléchargement qui se matérialise en pourcentage de quantité d’informations téléchargées plus qu’en durée de vitesse de téléchargement. Cela revient à représenter le temps écoulé, sans pour autant présumer du temps réel nécessaire à l’accomplissement de l’action. Cela pourrait correspondre à une sorte de « hors-temps » avec l’illusion de l’immédiateté. Une immédiateté contribuant à ce changement paradigmatique émanant des représentations temporelles qui se forment dans le passage du temps physique vers le temps virtuel.

21Comment les représentations du temps, ou de la temporalité, peuvent-elles s’affranchir du schéma linéaire ou cyclique pour expérimenter un temps numérique différent de celui de la temporalité humaine ? Sauf à s’aventurer sur les territoires de la modélisation scientifique (mathématique, physique ou astrophysique), l’expérimentation par la visualisation d’un temps autre peine à s’extirper du cadre linéaire. Tandis que la modélisation de temporalités peut s’envisager au travers de nouvelles modalités de représentation et de visualisation du temps pour tenter de représenter ne serait-ce que le futur du passé.

22Les agendas numériques aux plannings partagés et collaboratifs caractérisent ce phénomène de transposition des représentations du temps sous leurs formes habituelles dans un contexte numérique pourtant éloigné structurellement et ontologiquement de l’expérience humaine et incarnée du temps. La gestion du temps sur le long terme y est représentée par des organigrammes séquentialisés ou linéaires, ce qui amène à constater que les propositions alternatives d’un temps circulaire à l’échelle de la journée, de la semaine ou du mois sont plus rares.

4.2. Lignes de temps

  • 10 C’est en 1863 qu’apparaît la première chronologie historique dans Le Grand Ploetz, du nom de son au (...)

23La pratique de la chronologie historique schématique et/ou illustrée a fait l’objet de nombreuses réalisations depuis la fin du dix-neuvième siècle10. Elle a cependant été abondamment réinventée au travers des médias numériques et plus particulièrement dans les contextes d’archives numérisées et bases de données historiques, dont les portails s’appuient sur la ligne de temps pour faciliter l’exploration des données mises à disposition des publics. La ligne est l’horizon-repère d’un parcours chronologique linéaire à des fins d’exploration qui peut s’avérer complexe à l’usage.

  • 11 De nombreux logiciels (Dipity, Time rime, Tiki-Toki, Office Timeline…) permettent de fabriquer, per (...)

24Les lignes de temps sont souvent désignées par l’anglicisme prééminent de timelines, et empruntent parfois la terminologie surannée de frise chronologique. Certaines propositions en spirales ou arcs de flèche tendraient à infléchir la forme canonique de la flèche du temps. Pour autant, celle-ci symbolise le cours du temps de l’expérience humaine et elle oriente la conception d’un temps qui s’écoule dans une trajectoire linéaire. L’élaboration des lignes de temps renvoie donc à la flèche, cette même flèche du temps dont les limites sont ainsi décrites par Bertrand et Fontanille : « […] projetée sur d’autres expériences et d’autres usages, elle ne peut que nourrir l’incompréhension et entretenir un véritable “aveuglement” temporel » (2006, p. 2). Même identifié, ce risque ne semble pourtant pas freiner la prolifération des timelines11.

Fig. 4

Fig. 4

Trois modalités de représentations de la ligne de temps : de la trajectoire rectiligne à la spire.
En haut: A walk through human evolution, timeline, Author: joe lertola
À gauche: Timeline evolution of life.svg, licence CC0 1.0, Author: LadyofHats
À droite: Spiral representation of the geologic time scale (
GeologicTimeSpiral.jpg in http://ykonline.yksd.com/​) voir aussi Geological time spiral.png by U.S Geological Survey, CC0 1.0.

25Sur le plan de l’expression se distribuent des trajectoires rectilignes, des versions incurvées et en spirale, des perspectives linéaires ou sous forme d’axonométries (illusion de perspective). Une collection conséquente de représentations se déploie à l’échelle du temps historique pour explorer les bases de données et archives numérisées. Progressivement, émergent des timelines (fig. 4) qui tentent de s’émanciper du paradigme de la flèche du temps à travers des propositions variées de navigation.

26S’éloignant de l’image-processus, la timeline, en tant que ligne pourvue de repères temporels et d’un curseur à déplacer de façon réversible, se fait dispositif à part entière. La transposition visuelle de cette ligne de réversibilité traduit là encore un changement de paradigme temporel, tout en étant l’un des particularismes stimulants de l’expérience du temps numérique qui rend possible une exploration descendante du temps virtuel documentaire, puis ascendante pour revenir au segment du présent.

  • 12 Fontanille (2005, p. 22).

[…] l’observateur, qu’il soit immergé ou à distance du procès, se pense alors comme une position de référence fixe et autonome — et non comme un flux en devenir ajusté au devenir du procès, par rapport à laquelle il faut répartir des phases de procès12.

27La tentative de représenter un flux temporel est illustrée par la timeline of modern music du Guardian (fig. 5) qui, tout en conservant en partie inférieure la frise chronologique interactive et linéaire, propose un deuxième niveau supérieur de navigation. Un large ruban de la traversée temporelle de l’histoire du Rock semble se dérouler frontalement, par effet de perspective, face à l’observateur qui peut le faire défiler d’avant en arrière au moyen du curseur temporel et en sélection d’icônes.

28Les modélisations du temps interactif sont alors le reflet tangible de la mémoire collective/et de l’oubli/ externalisé(e) et sauvegardé(e) dans les bases de données.

4.3. Navigation dans les archives

29L’interactivité et la temporalité numérique s’expérimentent au travers de systèmes d’information aussi variés que multiples dont quelques-uns, parmi les plus emblématiques, proposent une exploration documentaire abondante en visualisations.

4.3.1. The Wayback Machine

Fig. 6

Fig. 6

Deux pages écrans de l’interface de la Wayback Machine de l’Internet Archive.

30Dans l’axe existentiel et essentiel de la mémoire et de l’oubli se profile le projet entropique de l’Internet Archive qui, depuis 1996, archive l’ensemble des publications existantes ou ayant déjà été publiées sur le World Wide Web quelle qu’en soit la catégorie (sites, blogs, bibliothèques numériques…). Le dispositif qui propose à la consultation les archives de l’ensemble de ces contenus, sur un ou deux niveaux d’arborescence à partir de leur page d’accueil, a été nommé the WayBack Machine, ce qui signifie littéralement machine à remonter le temps (fig. 6). L’accès aux résultats s’effectue en trois modalités parallèles. Une liste renvoie aux dates annuelles et activables des publications effectuées au fil du temps, un calendrier montre les dates mensuelles encerclées d’un halo bleu pour souligner les étapes de modifications, enfin un histogramme est structuré par année tel le skyline d’une ligne temporelle en ombre chinoise. Cette visualisation composée de courbes, de creux et d’arrêtes représente l’activité annuelle de publication d’un site.

31Ainsi le texte ou la liste, le nuage de dates clés et la visualisation en histogramme donnent trois niveaux d’accès temporels et progressifs aux archives des publications web qui se densifient, s’incrémentent ou se décrémentent suivant la fréquence des mises à jour et/ou des modifications du contenu. La culture de cette forme de communication numérique s’analyse en collectant et comparant des captures d’écrans, tels des instantanés de ce qui a été avec ce qui est, en attendant d’observer ce qui sera dans un futur présent.

4.3.2. Ontologies sémiotiques et grammaires formalisées pour remonter le passé

32Le projet Venice Time Machine prend appui sur les données historiques de la République de Venise pour remonter le temps et expérimenter l’apparition de la cité et son évolution à l’intérieur de ses murs et de ses canaux.

33A l’instar des procédés employés par Google Earth pour explorer la terre, ses continents, ses villes et leurs rues en quelques sélections successives de points géolocalisés, le projet sur la Cité des Doges doit permettre de zoomer dans le temps et de reconstituer avec détails le contexte d’un lieu précis à un instant donné (Dessibourg 2013). L’archive est un vivier indiciel et l’organisation et l’interconnexion de sources d’archives hétérogènes est le défi majeur de ce projet où chaque type de document (sons, textes, images, cartographies, objets 3D) s’indexe en domaines eux-mêmes catégorisés en grammaires générales formalisées pour recréer certaines parties du passé. Il est également fait recours aux ontologies sémiotiques pour optimiser les bases de données documentaires multidimensionnelles des systèmes de connaissance. Dans cette perspective de reconstitution et de modélisation historique immersive, remonter le temps de la cité s’effectue au moyen d’un dispositif de visualisation complexe où convergent une diversité de documents, de contenus, de supports, de formats, de technologies innovantes (réalité augmentée et/ou réalité virtuelle immersive, géolocalisation). Toutefois, remonter le temps implique aussi dans ce projet une adaptation du dispositif technologique documenté avec une variété d’usages qui, selon le sujet, adopteront le point de vue de l’historien, du chercheur, de l’informaticien, de l’office du tourisme vénitien, et enfin du public. L’acquisition des connaissances de l’histoire de la cité opère d’abord dans l’adéquation temporelle de la convergence des résultats et de leurs scénarisations, puis dans la concomitance de leurs apparitions, positionnements (affichage) et comportements (interactivité).

4.4. Phénoménologie augmentée

34La représentation du temps et de la temporalité numérique marque enfin une transition plus manifestement phénoménologique que Paolo Fabbri (2009) avait ainsi en quelque sorte anticipée :

Il faudrait, je crois, ne pas oublier qu’une “phénoménologie” est toujours une phénoménologie des apparences — phainomena — et que phainomena a la même racine que “phantasmes”, “fantômes”. La phénoménologie de l’esprit est aussi une phénoménologie des esprits. Les esprits, les fantômes, viennent, les uns, du passé, les autres du futur. Pour sortir de la mythologie du présent vécu, phénoménologique, il faut voir le présent comme toujours habité par les fantômes du passé, et ceux du futur.

35Cette rencontre transtemporelle des esprits trouve une forme d’écho dans la convergence des temps que mettent en œuvre certains dispositifs de visualisation. Il est désormais possible de faire l’expérience de lieux emblématiques à l’aide d’un équipement mobile (lunettes, smartphone, tablette…) pourvu d’un procédé de réalité augmentée, que ce soit au cœur d’une ville (Londres, Berlin, Montréal…) ou d’un site historique (Cluny, Rome)13.

36À ce stade des évolutions numériques, le passé et le présent d’une scène sélectionnée par le positionnement géolocalisé d’un observateur se superposent et se fusionnent sur une même image et sur un même écran d’affichage. Comparer ce qui est et ce qui fut (la ville contemporaine et la ville ancienne) est à ce point de convergence enfin visualisable. Accéder à ces expériences amplifie la connaissance des lieux historiques documentés par les informations visuelles qui concernent leurs transformations dans le temps.

  • 14 L’application Streetmuseum est le projet développé par le musée de Londres qui intègre l’archive ac (...)

37Ce sont, de façon très concrète, les propositions de Streetmuseum14 qui permet de visiter Londres via un dispositif mobile pourvu de l’application logicielle idoine et de superposer aux scènes citadines la réalité augmentée de documents photographiques qui matérialisent des points de vue historiques sur la ville.

  • 15 Initiative de l’office du tourisme berlinois qui mise sur la propagation des images du dispositif s (...)

38Suivant une approche technologique similaire, avec le projet Berlin Flashback15, le mur de Berlin devient le support d’un mixage d’archives historiques et de photographies actuelles qui se déclenchent avec le flash d’appareils intégrés dans le dispositif. La dimension ectoplasmique de la phénoménologie se révèle tout particulièrement dans le cadre de cette expérimentation, le fantôme du mur apparaissant sur les clichés actuels pour témoigner de ce qu’il fût dans le passé en superposition sur ses vestiges.

39Outre-Atlantique, Montréal en histoires16 se revendique comme un parcours techno-historique dont la vocation est de faire revivre, là encore à partir d’un procédé de superpositions géolocalisées sur les bâtiments et monuments, les grands évènements fondateurs de la cité ainsi que ses personnalités marquantes pour en transmettre les récits fondateurs.

40De ces quelques exemples, il ressort que l’instantanéité de l’expérience, l’apparition/la disparition, la superposition du passé des images d’archives au présent de la scène, l’association temps et mouvement et/ou la concordance de temps et de lieu mettent en évidence les relations structurantes du plan de contenu qui se distribuent entre État/Processus/Évènement pour appréhender les signes de la temporalité numérique.

41Remonter le temps numérique interactif et jouer de la réversibilité temporelle sur le plan virtuel peut alors s’apparenter à une vue de l’esprit, au sens d’une modélisation par projection des temporalités individuelles et collectives dans l’expérience d’un temps réel, virtuel et augmenté. C’est également un ensemble de visualisations heuristiques d’un temps historique et modélisé. Ces formes interactives de la temporalité renvoient aussi aux représentations contemporaines d’un temps rêvé et pragmatique, tantôt linéaire ou circulaire, voire même réversible, dans la perspective d’une machine à remonter le temps (et à le dérouler à nouveau) des bases de données documentaires et historiques à visualiser.

42Les représentations numériques du temps et de la temporalité génèrent des expériences inédites qui permettent de percevoir sur un même plan des événements ne pouvant jusqu’alors être expérimentés autrement que successivement, et de visualiser parallèlement le passé et le présent.

43L’aptitude perceptuelle et cognitive que décrit Norbert Elias entre en résonnance avec une re-contextualisation simulée du passé, avec les possibilités d’étude comparative de situations passées et présentes et in fine avec de potentielles prospectives après les reconstitutions historiques rendues accessibles au moyen du numérique. Chaque étape étant mémorisable ne serait-ce que « d’un seul regard », il devient possible pour la mémoire de réorganiser les événements passés selon d’autres séquencements :

La capacité propre à l’espèce humaine de saisir d’un seul regard, et par là même de relier, ce qui, dans une même séquence continue d’évènements, a lieu “plus tôt” et “plus tard”, “avant” et “après”. La mémoire joue un rôle décisif dans ce type de représentation qui voit ensemble ce qui ne se produit pas au même moment. […] “Plus tôt” et “plus tard” traduisent ici la capacité humaine à embrasser dans une seule représentation des événements qui n’ont pas lieu en même temps et qui ne sont pas non plus éprouvés comme simultanés. (Elias 1984, p. 93.)

  • 17 Groupe µ (2015, p. 236).

44Ainsi, l’emblématique ligne de temps peut s’apparenter au modèle réduit d’une flèche bidirectionnelle, qui traverse les périodes historiques et peut être visualisée à la fois dans son ensemble et dans le détail de ses segments. Au moyen des propriétés numériques info-documentaires, des comparaisons systématiques peuvent être effectuées afin de faire ressortir les correspondances ou divergences des événements, ou encore surligner des segments historiques. Cette amplification cognitive laisse entrevoir l’avenir avec une perception plus fine de l’enchaînement et de l’imbrication des événements, dans la succession des relations de causes et d’effets qui jalonnent le passé jusqu’au présent. Car ainsi que le Groupe µ le rappelle « [s]émiotiquement parlant donc, aucune unité n’a de sens par elle-même : elle n’en acquiert un que dans une insertion dans une chaîne temporelle cohérente »17.

45La visualisation et l’exploration d’archives ou de données historiques à l’aide des signes numériques de la temporalité suscite l’expérience phénoménologique immersive ou augmentée de se représenter, de comprendre au sens propre du terme, le contexte du passé reconfiguré pour en saisir à la fois l’épaisseur du présent et les lignes de perspectives futures. La perception y est directement associée à l’action. L’interactivité qui prévaut dans les environnements numériques conduit à emprunter différents parcours sémantiques et temporels, ces parcours étant eux-mêmes réversibles il y a là une potentielle réflexivité, voire même de possibles anticipations, propices à d’autres formes de représentations et de connaissances telles celles qui pourraient relever d’un futur du passé rendu perceptible au présent. Là se trouve probablement la perspective d’un champ expérimental pour la sémiotique temporelle visuelle.

Haut de page

Bibliographie

Agamben, Giorgio (2007), Qu’est-ce qu’un dispositif ?, Paris, Éditions Payot & Rivages.

Belting, Hans (2004), Pour une anthropologie des images, Paris, Éditions Gallimard.

Bensa, Alban (1997), « Images et usages du temps », Terrain, no 29, pp. 5-18.

Bertin, Jacques (1967), Sémiologie graphique, Paris, Mouton/Gauthier-Villars.

Bertrand, Denis & Fontanille, Jacques (éds, 2006), Régimes sémiotiques de la temporalité, Paris, PUF, Collection “Formes sémiotiques”.

Couchot, Edmond (2007), Des images, du temps et des machines dans les arts et la communication, Arles, Éditions Jacqueline Chambon, Actes Sud.

Couchot, Edmond (2014), « Temps de l’histoire et temps uchronique », Hybrid, revue des arts, Disponible en ligne : http://www.hybrid.univ-paris8.fr/lodel/index.php?id=179 (consulté le 20/07/2016).

Deleuze, Gilles (2003), « Qu’est-ce qu’un dispositif ? », Deux régimes de fous, Textes et entretiens 1975-1995, Paris, Les éditions de Minuit.

Dessibourg, Olivier (2013), « Venise au fil numérique du temps », Le Monde, Disponible depuis le 28/02/2013 sur : http://www.lemonde.fr/sciences/article/2013/02/28/venise-au-fil-numerique-du-temps_1840810_1650684.html.

Doueihi, Milad (2013), Qu’est-ce que le numérique ?, Paris, PUF.

Elias, Norbert (1984), Du temps, Paris, Fayard, coll. Agora.

Fabbri, Paolo (2009), « Simulacres en sémiotique », Actes Sémiotiques, no 112. Disponible sur : http://epublications.unilim.fr/revues/as/2889.

Fontanille, Jacques (2005), « Temps et discours. Pour une sémiotique des “figures” et des régimes temporels », in Guillemette & Hébert (éds), Signes des Temps, Temps des Signes, Les Presses de l’Université de Laval.

Groupe µ, (Édeline Francis & Klinkenberg Jean-Marie) (éds, 2015), Principia Semiotica, aux sources du sens, Bruxelles, Les impressions nouvelles.

Joly, André (1987), Essais de systématique énonciative, Presses universitaires de Lille, Collection « Psychomécanique du langage ».

Klinkenberg, Jean-Marie (1996), Précis de sémiotique générale, Bruxelles, De Boeck Université.

Klinkenberg, Jean-Marie (2010), « La sémiotique visuelle : grands paradigmes et tendances lourdes », in Cartographie de la sémiotique actuelle, SIGNATA, Annales des sémiotiques 1/2010, Presses Universitaires de Liège, pp. 91-109.

Lavaud, Sophie (2006), « Les images systèmes : des alter ego autonomes », in Barboza & Weissberg (éds.), L’Image actée, L’Harmattan, pp. 237-249.

Metzger Jean-Paul, Lallich-Boidin Geneviève (2004), « Temps et documents numériques », Document numérique 4/2004 (Vol. 8), pp. 11-21.

Moreau, Jean-Pierre (2014), « Vers les Unités sémiotiques temporelles intermédias ? », http://presentcontinu.com/vers-les-unites-semiotiques-temporelles-intermedias/

Peraya Daniel et Meunier Jean-Pierre (1999), « Vers une sémiotique cognitive », Cognito no 14, pp. 1-16.

Renucci Franck (2014), « L’homme-interfacé, entre continuité et discontinuité », Hermès, La Revue, no 68, pp. 203-211.

Haut de page

Notes

1 Parmi ces signes se trouvent les exemples déterminants de la ligne et de la flèche de temps. Dans l’approche anthropologique décrite par Bensa (1997), la représentation du temps en tant que reflet culturel et construction mentale est schématiquement circulaire et fermée dans les traditions ancestrales, et davantage linéaire et ouverte à l’heure de la modernité.

2 Le contexte d’observation s’inscrit dans la multiplicité des supports d’affichage fixes ou mobiles des technologies numériques. Le numérique se conçoit comme « un corps textuel et discursif » constitué par la technologie, mais aussi tel « un corpus résultant des rapports dynamiques entre code, interfaces et usages » (Doueihi 2013, p. 16).

3 Quand bien même serait-il possible d’aller jusqu’à considérer « qu’il n’y a pas de "sémiotique visuelle" » (Klinkenberg 1996, p. 377), les apports à une théorie de la communication visuelle de cette branche de la sémiotique sont précieux pour analyser la diversité des phénomènes visuels numériques. Il est considéré dans ce cadre que le sens provient de l’expérience d’où émane la structure notamment par la corporéité, fût-elle virtuelle, des signes (Klinkenberg 2010, p. 99). Cette conception permet d’aborder le sens de l’expérience interactive des dispositifs sociotechniques d’information et de communication.

4 Initialement conçues pour l’analyse de la temporalité sémiotique musicale, les UST ont été à l’étude depuis 1992 au laboratoire de Musique et Informatique de Marseille (MIM) sous la direction de François Delalande.

5 En l’occurrence, il s’agit de la forme élémentaire de la ligne de temps (ou timeline) qui est simplement schématisée par un axe horizontal et des repères.

6 L’irréversibilité/réversibilité au croisement de l’abscisse "ÉVÈNEMENT" et de l’ordonnée "Analyse axiologique" trouvera à se prolonger dans la catégorie thymique incrémenter/décrémenter.

7 Le portail de l’archivage du Web recense 279 milliards de pages html archivées depuis les premières publications en ligne jusqu’aux plus récentes. Il permet de saisir dans le temps les évolutions structurelles et formelles d’une même source de publication.

8 Doueihi (2013, p. 13).

9 Metzger, Lallich-Boidin (2004).

10 C’est en 1863 qu’apparaît la première chronologie historique dans Le Grand Ploetz, du nom de son auteur Karl Ploetz.

11 De nombreux logiciels (Dipity, Time rime, Tiki-Toki, Office Timeline…) permettent de fabriquer, personnaliser ou adapter une ligne de temps tout en contribuant à propager ce dispositif en diverses formes.

12 Fontanille (2005, p. 22).

13 Voir le projet Gunzo de Cluny : http://www.institutimage.fr/index.php?menu=Gunzo&nomBtn=Gunzo&lang=fr et le projet Rome Reborn qui reconstitue en réalité virtuelle 3D la Rome antique de l’an 320 : https://www.romereborn.org/

14 L’application Streetmuseum est le projet développé par le musée de Londres qui intègre l’archive active de centaines de photographies de la ville depuis les débuts de la Photographie : https://www.museumoflondon.org.uk/Resources/app/Dickens_webpage/home.html.

15 Initiative de l’office du tourisme berlinois qui mise sur la propagation des images du dispositif sur les réseaux sociaux pour promotionner à la fois la ville et l’expérience augmentée : http://www.archimag.com/archives-patrimoine/2014/09/25/berlin-museum-flashback-photos-touristes-archives-invisibles-oeil.

16 L’expérience existe depuis l’été 2015 au cœur de la vieille ville : http://www.montrealenhistoires.com/applicationmobile/.

17 Groupe µ (2015, p. 236).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Trois types de segmentation des UST appliqués aux représentations numériques, les trois faces cachées du cube forment une réserve pour l’intégration ultérieure d’autres unités sémiotiques temporelles.
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/2350/img-1.png
Fichier image/png, 217k
Titre Fig. 3
Légende Corpus iconographique des représentations numériques du temps et de la temporalité.
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/2350/img-2.png
Fichier image/png, 353k
Titre Fig. 4
Légende Trois modalités de représentations de la ligne de temps : de la trajectoire rectiligne à la spire.En haut: A walk through human evolution, timeline, Author: joe lertolaÀ gauche: Timeline evolution of life.svg, licence CC0 1.0, Author: LadyofHatsÀ droite: Spiral representation of the geologic time scale (GeologicTimeSpiral.jpg in http://ykonline.yksd.com/​) voir aussi Geological time spiral.png by U.S Geological Survey, CC0 1.0.
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/2350/img-3.png
Fichier image/png, 751k
Titre Fig. 5
Légende Ligne de temps de l’histoire de la musique moderne (The Guardian) https://www.theguardian.com/​music/​interactive/​2011/​jun/​11/​history-modern-music-timeline.
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/2350/img-4.png
Fichier image/png, 363k
Titre Fig. 6
Légende Deux pages écrans de l’interface de la Wayback Machine de l’Internet Archive.
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/2350/img-5.png
Fichier image/png, 589k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Pittalis, « Éléments d’analyse figurative, thématique et axiologique des représentations et visualisations numériques de la temporalité », Signata [En ligne], 10 | 2019, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/signata/2350 ; DOI : 10.4000/signata.2350

Haut de page

Auteur

Sophie Pittalis

Sophie Pittalis est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lille. Diplômée de l’École Nationale de Création Industrielle (ENSCI) en 1992, elle a soutenu sa thèse de doctorat en 2005 sur les visualisations heuristiques pour la recherche et l’exploration de données dans la production de sens. Elle a été membre du comité d’experts du Réseau Thématique Pluridisciplinaire Visual Studies de l’ISHS-CNRS et membre du comité d’experts RES MESHS dans le cadre d’un cycle de recherche en visualisation de données. Ses recherches s’inscrivent dans une démarche à la fois phénoménologique, sémio-cognitive ancrée dans le design et la communication pour appréhender le visuel, la visualité, les dispositifs numériques de visualisations, et portent également sur les représentations et les structures de l’imaginaire.
Page personnelle : https://pro.univ-lille.fr/sophie-pittalis/publications/.
Courriel : sophie.pittalis[at]univ-lille3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Signata - PULg

Haut de page
  • Logo Presses universiatires de Liège
  • Logo Université de Liège
  • OpenEdition Journals