Navigation – Plan du site
Épistémologies

De l’œil au cerveau … et retour

Voir et faire voir
From Eye to Brain… and back
Francis Édeline

Résumés

Qu’il existe un lien entre vision et connaissance ne peut être nié. Cependant ce lien est loin d’être direct, et peut s’exercer dans les deux directions. Pour préciser cette liaison il convient d’abord d’établir une distinction entre information et connaissance. Ensuite il faut examiner ce qui, dans la perception visuelle, revient véritablement au stimulus, et ce qui résulte d’une élaboration périphérique. Enfin il faut se demander comment peut s’opérer, à partir d’une saisie visuelle globale, une transposition dans un langage chronosyntaxique.
Ces préalables étant posés, on pourra analyser une série d’exemples, tirés des domaines les plus divers, et illustrant le rôle du visuel dans la découverte scientifique, technique ou mathématique, dans la pratique didactique, et enfin dans l’imagination symbolique ou poétique.

Haut de page

Texte intégral

1L’élaboration des stimulations reçues par les cellules de la rétine peut aboutir à la formation d’un signe visuel. Symétriquement, pour communiquer ses idées ou ses théories, le sujet humain est souvent amené à créer des signes visuels. L’objet de cette étude est de comparer ces deux processus.

1. De l’œil au cerveau…

  • 1 Pour une saisissante description de ces avancées, lire l’ouvrage de Sémir Zeki (1993).

2Sur le plan neurophysiologique, la configuration de la rétine et de ses cellules réceptrices ainsi que le trajet qui mène de l’œil au cerveau sont de mieux en mieux connus. Le cerveau lui-même, notamment dans ses aires visuelles, a commencé à lâcher quelques-uns de ses secrets1. Cependant le langage dans lequel se formulent ces découvertes est celui des stimuli, de l’influx nerveux, de l’impression sensorielle, alors que le sémioticien cognitiviste (dont ce n’est pas la spécialité) cherche à y trouver des éclaircissements sur l’apparition de la sémiose. Il aimerait caractériser ce même trajet par des concepts tels qu’information, catégorisation, fonction de renvoi, et si possible sens. Je me bornerai donc à détailler de cet ensemble les aspects qui ont une portée directe sur la constitution d’une sémiose.

3Vu de très loin le trajet en question comporte trois sections (Fig. 1) d’une dimension étonnamment contrastée. On y observe deux zones structurées complexes, reliées par un câble mince fait de fibres parallèles et entre lesquelles il ne se passe rien.

Fig. 1

Fig. 1

Répartition des moyens perceptifs.

4La zone extra-corticale, dite aussi cerveau périphérique, comporte la rétine et une série de cinq couches spécialisées opérant divers regroupements (Fig. 2). La rétine proprement dite est faite de 120.106 bâtonnets en périphérie et 7.106 cônes dans la zone centrale ou fovéa. La cellule photosensible, de très petite dimension et très effilée (± 20 µ2), réagit à l’impact d’un photon. Un seul photon suffit en principe pour déclencher une cascade de réactions chimiques se traduisant par l’envoi d’une impulsion nerveuse « standard ». Il n’y a en effet aucune gradation dans la réaction : elle a lieu ou n’a pas lieu, c’est du tout ou rien et on l’appellera information. Il n’y a pas encore de sens à ce stade. On conçoit immédiatement que des impressions telles que « champ uniforme », ou « dégradé », qui impliquent des millions de cellules, ne peuvent être que des constructions.

Fig. 2

Fig. 2

Les regroupements opérés dans la rétine.

5Si on se place du point de vue de l’évolution, on peut considérer comme progrès la multiplication de ces informations élémentaires, et donc l’apparition d’organes dotés de cellules de plus en plus nombreuses, comme l’œil humain.

6À la sortie de cette zone périphérique il ne reste plus que 1.106 fibres nerveuses, soit le taux de compression extraordinaire de ± 125. Pensons à nos images JPEG et imaginons ce qu’il en resterait si on les comprimait de 125 au lieu de l’habituel 10 ou 20 … Cela suffit cependant au cerveau, qui consacre à la vision une bonne part de ses 86.000.106 de neurones, et en extrait des données précises sur la couleur, le mouvement, la forme et l’éloignement. Il obtient ces résultats en recombinant de diverses manières les trains d’impulsions (eux-mêmes déjà dus à des regroupements complexes) reçus via le nerf optique.

7Dans le cerveau en effet les choses se compliquent. À l’entrée on constate une remarquable correspondance point par point entre la rétine et l’aire V 1 du cortex visuel. Pour chaque sensorialité, l’homunculus qui s’y dessine est une carte de l’espace couvert par cette exploration sensorielle. La fig. 3 montre l’homunculus du cortex moteur, soit la surface du corps, anamorphosée en fonction de la densité en récepteurs sensoriels des zones représentées. La correspondance est plus topologique que métrique, et les contours sont ajoutés. De tels homunculus, volontiers grimaçants dans les traités (ici, celui de Zeki, 1993), sont en fait des vues d’artiste. Par exemple celui-ci est asexué : il faut croire qu’il n’y a pas de nerfs dans cette région du corps…

Fig. 3

Fig. 3

L’Homunculus du cortex moteur (d’après ZEKI).

8D’autres aires sensorielles du cerveau ont de semblables cartes. Par exemple pour les sensations auditives, selon la formule de Brémer (1963, p. 38) « le clavier périphérique se projette sur la surface corticale ». Or on change ici plusieurs fois de modalité : les ondes sonores sont d’abord « étalées » spatialement le long de la cochlée, puis traduites en impulsions nerveuses, acheminées vers l’aire de réception cérébrale où elles s’étalent à nouveau en bandes parallèles, d’octave en octave.

9Jusqu’à ce point le concept d’isomorphisme des Gestaltistes semble tenir, mais les choses vont changer à partir de là. La structure qui apparaît maintenant, c’est la fragmentation fonctionnelle, soit une fragmentation de l’image en ses différents aspects (couleur, forme, mouvement…), chacun étant traité dans une ou plusieurs zones, distinctes mais étroitement interconnectées. Il n’existe donc aucun endroit du cerveau où puisse se trouver une représentation complète et intégrée des stimuli enregistrés (Zeki 1993, p. 377).

10En ce qui concerne les réponses espérées par le sémioticien, elles se limitent pour l’heure à la confirmation d’une continuité dans l’anasémiose, depuis la réception des stimuli jusqu’aux élaborations les plus complexes. Il n’y a pas lieu de considérer qu’une différence qualitative fondamentale intervient quelque part entre information et sens. Tout le long du trajet nous avons affaire aux mêmes impulsions cadencées. Chaque stimulation individuelle entre dans le circuit sous la forme d’une unité binaire d’information (un bit : la cellule est activée ou inhibée) et participe, pour sa minuscule part, à l’élaboration finale.

11C’est donc erronément que Colin Cherry affirmait, en 1957, au nom de la théorie de l’information : « Ce sont les signes que nous transmettons, non leur sens ». On dira plutôt : Il n’y a pas de signes vides. Pour ma part je n’hésiterai pas à voir dans la formule de Cherry la réaffirmation du traditionnel dualisme, qui tient à ménager à tout prix les prérogatives d’un esprit irréductible à la chimie et à la physique des circuits nerveux.

12Pour une réponse aux autres questions, il faudra attendre.

13Les éléments, nouveaux et précis, fournis par les avancées récentes de la neurophysiologie, nous permettent de brosser un tableau résumé du problème global à résoudre par l’interface visuelle entre le monde extérieur et l’être vivant.

  • 2 …mais il y a une limite à la miniaturisation, qui semble ici atteinte.

14La rétine n’a pas d’autre moyen de transcrire le monde qu’en le parcellarisant, en l’émiettant en une multitude de stimuli disjoints. C’est elle qui le fragmente, imposant même la dimension des fragments2, et c’est au système situé à l’aval qu’il revient de le recomposer, en regroupant ces stimuli de façon réglée pour en construire le sens. Une telle mise en rapport d’éléments initialement disjoints est une syntaxe : le cerveau est une machine de mise en relation ou, comme le formule Zeki (1993 : 378), le système « signale la cohérence » des stimuli. Il le fait essentiellement en repérant des alignements et en délimitant des zones homogènes, c’est-à-dire en faisant le relevé des « qualités translocales » déjà chères à Ehrenfels en 1890.

15Les détecteurs de motifs (alignements, coins, bords, orientation, fréquence spatiale…) et autres structures d’inhibition/activation de la rétine constituent une grille abstraite. Une sorte de « tableau de tous les tableaux possibles », par référence auquel tout spectacle nouveau doit être situé. Il en résulte son abstraction, ou plus précisément l’inscription de ce spectacle dans des catégories. Comme pour les axes cartésiens, il s’agit d’un simple cadre de référence : il n’impose rien. Étant implémenté il n’a pas non plus à être créé à chaque fois.

  • 3 Dès 1917, D’Arcy Thompson (1994 : 38) écrivait « la forme d’un objet n’est qu’un diagramme de force (...)

16Implicite dans ces opérations, il y a une confiance en la cohérence du monde3, confiance justifiée puisque l’évolution a entériné ces mécanismes en les implémentant dans des organes spécialisés et à fonctionnement automatique. Ces considérations autorisent un réalisme pragmatique.

2. … et du cerveau à l’œil

17Lorsqu’on cherche à communiquer une théorie, ou même une simple pensée, on l’accompagne presque toujours de gestes et de tracés, schémas ou diagrammes, destinés à en faciliter la saisie. Le rapport entre un signe visuel d’une part et une pensée fondamentalement amodale d’autre part, n’est cependant pas évident et nous aurons à en identifier la nature. Or cela fonctionne. Que peut-il bien y avoir de commun entre elle et lui, quelque chose de si déterminant qu’on peut s’en servir comme base pour une homologation convaincante et indiscutée ? Je ne pourrai apporter une réponse à cette question qu’après avoir passé en revue quelques-uns de ces adjuvants graphiques.

2.1. Le corpus de Gilbert DURAND

18Il n’est plus très à la mode d’invoquer Gilbert Durand en sémiotique, et pourtant c’est vers lui que je me tournerai pour introduire cette seconde partie de mes réflexions.

19L’idée forte de Gilbert Durand, qui a rassemblé un immense corpus de symboles, est que l’imaginaire forme un tout structuré et non une collection d’images sans relations entre elles. S’intéressant uniquement au plan du contenu de ces signes il a cherché à en identifier les plans de polarisation. Ceci masque le fait que les symboles diffèrent aussi sur le plan de l’expression, de sorte que voisinent dans la même case de son célèbre tableau des entités formellement aussi distinctes que l’Androgyne et la Croix, ou le Rouet et la Spirale.

20Un premier problème sera donc : comment combler le vide entre l’extraordinaire simplicité visuelle de certains symboles d’une part, et l’extraordinaire complexité des contenus que nous leur associons de l’autre ? Un second problème sera de situer la ligne de partage entre les symboles visuellement simples et les symboles visuellement complexes.

21L’arborescence suivante (Fig. 4) précise ce dont il s’agit en distinguant deux classes de symboles fondamentalement différentes ; les symboles de réflexion et les symboles de contemplation. Les premiers ont comme support l’image d’une entité (réelle ou imaginaire) dont il faut absolument savoir, pour les comprendre, le fonctionnement, l’usage ou le destin. L’image d’un rouet n’est un symbole que si on sait qu’il est employé par des femmes, qu’il comporte une roue et un fuseau, et sert à transformer une masse amorphe de fibres en un fil continu. Même un œuf, en dépit de la simplicité de sa forme, ne peut fonctionner comme symbole si on ignore ce qu’il contient, d’où il sort, ce qu’il devient… C’est pourquoi je les ai nommés symboles de réflexion (Édeline, 1994 et 2008).

Fig. 4

Fig. 4

Classement des symboles en fonction de leur signifiant.

22Tout autre est le fonctionnement des symboles de contemplation, qui présentent une forme très simple mais ne sont la figure d’aucun objet, tout en engendrant facilement une fascination hypnotique. C’est de ce type d’images qu’il sera question ci-après.

2.2. Un petit corpus d’idiogrammes

23C’est le moment de rappeler le conseil de Gaston Bachelard : « l’image ne peut être étudiée que par l’image », formule qui a tout pour plaire à l’expérimentateur que je suis. Nous passerons donc brièvement en revue une sélection d’images de ce type. Certaines d’entre elles ont un usage universel (la croix, la spirale…), d’autres sont à usage strictement privé, d’autres encore, créations personnelles, sont utilisées par leur créateur à des fins didactiques. On pourrait appeler idiogrammes celles qui sont spécifiques à un auteur.

  • 4 Cette figure pourrait n’être autre que la « rouelle » celtique.

24Mon premier exemple sera celui de Jean Scot Erigène qui, au ixe siècle, écrivit un livre intitulé Periphyseon. Ce livre allait avoir un profond retentissement, jusqu’à Raymond Lulle et ses continuateurs du xive siècle. On trouve chez Barbara Obrist (2003 : 9) une description de cette figure et de son interprétation. L’ouvrage de Jean Scot se présente, comme chez Platon, sous la forme d’un dialogue, dans lequel le maître se sert, didactiquement, d’une « figure visible et corporelle » afin de faire saisir la façon dont les causes premières progressent vers la multiplicité. Il s’agit d’un cercle, avec des lignes rayonnant depuis son centre jusqu’à la circonférence (Fig. 5a)4.

25Deux modes de connaissance, ou plus précisément d’apprentissage, sont ici opposés : on peut apprendre « de l’extérieur » par les sens, mais aussi comprendre « de l’intérieur » par l’imagination à l’aide de figures géométriques.

a : figure de Jean Scot Erigène

b : Le Quinconce

26Le cas du quinconce est particulièrement intéressant. Il n’a guère fait jusqu’ici l’objet d’études sérieuses, hormis celle de Massimo Leone (2005), qui a amorcé le recensement de son corpus. Sur le plan perceptif la figure (Fig. 5b) se distingue par le grand nombre d’alignements subjectifs qu’elle permet (six) pour un nombre réduit d’unités (cinq). Ces alignements sont en fait des constructions, des fictions perceptives telles que les ont si bien étudiées Kanizsa (1980) et Nakayama (2002). La figure est en outre une unité qu’on peut aisément multiplier en un réseau plan, ce qui donne le « verger » familier, où on engrange d’autres avantages encore : occupation économique du plan (le sol), commodité de circulation, allocation équitable de la lumière.

  • 5 L’anecdote est racontée par Root-Bernstein, 2010. Incidemment je soulignerai ici l’amorce d’un male (...)

27Pour le chimiste, le quinconce fait penser à la structure cristalline des pérovskites, qui sont en quelque sorte des quinconces en trois dimensions (Fig. 6). Dans cette structure d’une symétrie remarquable et d’une rigidité sans pareille, ce ne sont pas moins de 43 alignements binaires et ternaires qu’on peut repérer, pour seulement 15 points. Le quinconce élémentaire s’y retrouve 9 fois. Il n’est donc pas surprenant que le Prix Nobel de physique en 1987, Karl Alexander Müller, récompensé pour ses recherches sur la supraconductivité à haute température, ait avoué avoir été conduit à sa découverte par sa fascination, depuis ses études avec comme professeur Wolfgang Pauli, pour l’extrême symétrie de ce cristal5. Il en a fait son idiogramme.

Fig. 6

Fig. 6

La pérovskite : un quinconce en 3D.

  • 6 Exemple : la croix gammée. Néanmoins ceci n’entame pas les conclusions de Cacchione et al. (2014) q (...)
  • 7 Eizykman, dans sa discussion, réfute une telle « répétition hypogrammatique ».

28Tous les analystes ont relevé le fait que Paul Klee était intéressé par les signes graphiques et par leur relation avec des figures plastiques ou iconiques. Certaines de ces figures apparaissent chez lui avec une grande fréquence, celles que Boris Eizykman (1997, pp. 96 et 110) appelle « les croisillons de Paul Klee » (Fig. 5c). Klee n’a jamais commenté lui-même ces idiogrammes, et encore moins donné d’elles un signifié univoque et précis. Une hypothèse a cependant été discutée qui, même si rien ne permet de la confirmer, suggère une remarque intéressante : celle selon laquelle désormais (i.e. depuis que l’homme est alphabétisé) notre appréhension des figures visuelles fait aussi appel à leur ressemblance à des signes alphabétiques6. Or effectivement un alphabet complet ainsi que tous les chiffres peuvent être extraits de ces croisillons, et en particulier les trois lettres du nom du peintre7. Pour cette raison la figure est également bien connue des Francs-Maçons, qui la nomment « clé des chiffres ».

Fig. 5c

Fig. 5c

Les « croisillons » de Paul KLEE.

29Rudolf Arnheim a fait allusion, à plusieurs reprises (1982, p. IX), à une sorte de schéma qu’il superposait mentalement et automatiquement à chaque spectacle qu’il contemplait, paysage aussi bien qu’œuvre d’art dans un musée. Il illustre le pouvoir du centre et est constitué de la superposition d’un réticule carré et d’une série de cercles concentriques (Fig. 5d).

Fig. 5d

Fig. 5d

Le schéma d’Arnheim.

30Chaque élément du spectacle est automatiquement situé sur la grille, et ses relations avec un autre élément sont appréciées en fonction de leur situation respective sur cette grille.

  • 8 Découverte parmi ses papiers après son décès en 1957, non datée avec précision.

31Moins connue est la figure dessinée par Brăncuşi8 au-dessus de la phrase, écrite en cursive et en français : « relativement, tel que moi » et signée (Fig. 5e). Aucun commentaire ne permet de savoir comment ces sept cercles concentriques et ces deux triangles isocèles se raccordent à la personnalité du sculpteur ou à sa vision plastique. Aussi les hypothèses les plus diverses ont-elles été formulées, parfois jusqu’au délire interprétatif, en se basant tant bien que mal sur les nombreux aphorismes écrits par Brăncuşi. Vulcanescu (1983) parle plus sobrement d’une imagological selfdefinition.

Fig. 5e

Fig. 5e

Figure emblématique dessinée par Brancusi.

32L’intérêt marqué de William Butler Yeats pour le surnaturel est avéré. Néanmoins ses réflexions sur la structure de l’univers cherchent à se formuler d’une façon cohérente et rationnelle (Unterecker, 1975, p. 25). À nouveau une figure géométrique sera choisie par lui pour aider à saisir l’interaction de deux polarités opposées et complémentaires : deux cônes co-axiaux (Fig. 5f).

Fig. 5f

Fig. 5f

Le double cône de Yeats

33Les deux cônes étant dessinés en perspective, on en déduit que le schéma mental de Yeats est tridimensionnel.

2.3. La composition des symboles

Fig. 7

Fig. 7

Groupement des éléments d’un Mandala - La fonction « ET ».

34Les symboles visuels peuvent présenter de nombreux niveaux de complexité formelle. Un cas exemplaire est celui du Mandala tantrique, qui a été analysé par de nombreux chercheurs (Tucci, 1974 ; Seckel, 1976 ; Édeline, 1984) Tous y relèvent les composants suivants : le point central, une croix, un cercle et un carré, superposés. Le signifié symbolique de chaque composant est parfaitement identifié, et la figure globale les réunit tous. Ces signifiés sont engendrés par des formes qui, dans le cas présent, sont toutes centrées et fortement symétriques. Chacune d’elles a des implications que l’on peut décrire au niveau plastique, avant tout investissement symbolique :

Le point marque un centre infiniment petit et un entourage infiniment grand.
La croix ne délimite aucune zone mais fournit des axes orthogonaux de segmentation.
Le cercle détermine une zone centrale de dimension finie et une zone externe de dimension infinie. Sa symétrie est maximale et il ne présente aucune orientation préférentielle.
Le carré détermine les mêmes zones externe et interne, mais avec quatre orientations préférentielles.

35Si on les superpose en vertu de leur propriété commune (la centration) on obtient la mise en commun du centre et une composition des propriétés selon des opérateurs ET. Le symbole s’est sensiblement complexifié et est déjà devenu un Mandala. Si par contre on se borne à les disposer côte à côte on ne les combine pas aussi efficacement en une figure globale possédant à la fois tous les caractères ci-dessus énumérés.

  • 9 Voir p. ex. les Transparences de Francis Picabia.
  • 10 Le Z-rod est dessiné comme une lance brisée en deux endroits, et le V-rod comme une flèche brisée e (...)

36Ceci illustre un aspect de la syntaxe des images. Gogel (1978) a démontré que plus deux entités visuelles étaient rapprochées plus on considérait comme probable l’existence d’un lien entre elles. Plusieurs degrés de proximité sont possibles : juxtaposition, tangence, intersection et superposition (Édeline, 2006), mais l’effet de fusion obtenu dépend aussi de la nature des images rapprochées. Ainsi la superposition de deux figures iconiques est généralement problématique9 et la simple juxtaposition est préférée dans ce cas, comme dans le signe hiéroglyphique égyptien rappelé par Otte (2015) et où, pour désigner un port on juxtapose les images iconiques d’une porte et d’une embarcation chargée (Fig. 8). Par contre l’exemple du mandala a montré que la superposition de deux ou même plusieurs signes plastiques était possible et avantageuse. Il existe un cas intermédiaire : la superposition d’un signe plastique sur un signe iconique. Il se rencontre dans la syntaxe des signes pictes, où les éléments du répertoire vont généralement par paires (Jackson, 1984). Les paires de signes iconiques (comme le Miroir et le Peigne) ne sont jamais superposées, mais on peut superposer un signe plastique, linéaire et quasi abstrait10, à un signe iconique.

Fig. 8

Fig. 8

(a) Hiéroglyphe du port – (b) *Les mêmes figures superposées – (c) Z-rod superposé à un serpent (signes pictes).

37La complexification peut se poursuivre. Le bouddhisme a d’abord ajouté des couleurs dans les triangles formés entre la croix et le carré (généralement choisies parmi blanc, jaune, rouge, vert et turquoise), ce qui détruit la symétrie parfaite de la figure. Ensuite l’évolution se poursuit, dans le sens d’une iconisation de plus en plus poussée. Le cercle deviendra trois cercles concentriques formés respectivement de fleurs de lotus, de diamants et de flammes stylisé(e)s. Le carré se transforme en temple et s’adjoint quatre portes. Le reste de la surface est progressivement meublé de toutes sortes d’images bien identifiables mais qui font de l’ensemble un symbole à la fois de réflexion et de contemplation.

38Parmi les idiogrammes décrits plus haut, plusieurs sont nettement articulés selon ce principe de superposition additive : ceux de Scot, de Klee, d’Arnheim et de Yeats. L’intervention de la troisième dimension, avérée chez Yeats et dans le pérovskite (prolongement du quinconce), est plus délicate à apprécier. Pour un chimiste chaque point de la Fig. 6 représente un atome, dont la couleur précise la nature, et le diamètre la dimension relative. Pour un non-spécialiste cependant ces aspects iconiques et/ou conventionnellement codés n’ont pas cours. Il n’y a plus que des points dont la couleur, pas plus que la dimension, ne sont pertinentes. Il ne reste qu’une figure abstraite avec ses alignements de points. On peut ainsi, de la même figure, faire deux lectures qui en font, selon le cas, un symbole de réflexion ou un symbole de contemplation.

2.4. Discussion

39Le problème à résoudre est celui de fonder une homologation entre un sens amodal (p. ex. une théorie abstraite) et un tracé graphique (i.e. ne comportant que des traits et aucune surface) appartenant clairement à la modalité visuelle.

40Qu’est-ce qu’une théorie ? C’est un ensemble cohérent et structuré de concepts. Une première conclusion de bon sens, alors, est qu’on ne peut homologuer cette théorie, au mieux, qu’à une image aniconique, ce qui est effectivement observé. Mais la question n’est pas entièrement résolue pour autant.

41À propos de Jean Scot, Obrist fait les trois observations qui s’imposent :

  1. ces figures ont (notamment) une fonction didactique, ce sont des aides à la transmission du savoir ;

  2. ce sont des constructions mentales, faites dans un but de méditation et de contemplation ;

  3. elles n’ont aucune ressemblance mimétique à quoi que ce soit.

42Obrist souligne même fermement que les traits 2 et 3 n’impliquent aucunement une cosmologie de type platonicien, où de telles figures préexistent : ici elles sont chaque fois construites spécifiquement par leur auteur.

43Le trait no 1 pourrait faire penser que ces figures visuelles sont des ajouts à postériori, mais ce n’est pas le cas : elles forment la base même du système doctrinal et sont les instruments permettant d’en organiser les éléments. On leur attribue même une véritable fonction cognitive, avec cet argument catégorique ainsi formulé par Obrist (2003 : 38) : elles sont « destinées à présenter l’essence de l’art, basées sur l’idée que, contrairement à l’arbitrarité des signes linguistiques, les formes picturales peuvent préserver le savoir original ». Obrist conçoit donc ces images comme fonctionnant dans deux directions. Elles permettent de transmettre un savoir existant mais aussi, grâce à leur fonction cognitive, permettent l’acquisition d’un savoir nouveau, ce qui pose une fois de plus la question d’un passage réversible du modal à l’amodal.

44La méfiance vis-à-vis de l’arbitrarité de la convention linguistique est partagée par René Guénon (1962, pp. 33-38) dans son argumentation sur la supériorité du symbole graphique, mais il ajoute « l’homme n’est pas un pur esprit, il a besoin d’une base sensible pour s’élever vers les sphères supérieures ». Il ne s’agit donc que d’un support, un point d’appui, un adjuvant, nullement indispensable, pour la méditation. Le langage de Guénon n’est certes pas celui d’un neurophysiologiste mais il n’en formule pas moins des remarques très pertinentes. Pour lui le langage « reproduit la marche de la pensée » (traduisons : il est chronosyntaxique) alors que le symbole est « synthétique », donc plus intuitif et supérieur en ce point au langage. En conclusion pour Guénon « le sensible peut symboliser le suprasensible » (traduisons : « le modal symboliser l’amodal ».)

45La poursuite de la réflexion nous aura ainsi fait rencontrer le problème du mot symbole et de ses deux acceptions à première vue inconciliables. Pour la première, avec les chimistes, les logiciens et Peirce, le symbole consiste en une relation conventionnelle rigide et univoque. Pour la seconde au contraire le symbole est un signe ouvert, un signifiant susceptible de recevoir une multiplicité de signifiés à découvrir à travers lui. En effet il ne peut accepter n’importe quel signifié, mais seulement une catégorie déterminée par sa forme géométrique (pour les symboles visuels).

46Aurons-nous l’occasion de réconcilier les deux sens de ce mot essentiel à une théorie du signe ? C’est le moment de revenir à la neurophysiologie, dont les acquis récents nous suggèreront une solution à ce problème.

  • 11 En raison du puissant réseau d’interconnections du cerveau, rappelé plus haut.

47Tout d’abord la notion de modalité sensorielle tend actuellement (Auvray, 2005) à être redéfinie, non comme un sous-ensemble immuable du cerveau, mais comme une configuration neuronale plastique et remodelable, même à l’âge adulte. C’est la seule manière d’expliquer les phénomènes de suppléance sensorielle, qui permettent par exemple à un aveugle de retrouver des sensations pseudo-visuelles à partir de stimulations tactiles ou auditives. Si de telles suppléances sont possibles c’est nécessairement qu’il se forme, à partir des diverses voies sensorielles, une configuration neuronale identique et transférable11, un commun dénominateur formel, c’est-à-dire la base même d’homologations diverses. Le concept d’isomorphisme doit donc être considérablement élargi, de façon à embrasser plutôt des configurations perceptuelles générales.

48Ceci n’a toutefois lieu que dans le cerveau central, qui travaille à partir de la première série de regroupements opérés par le cerveau périphérique et cherche à les interpréter. S’il ne trouve aucun objet mémorisé acceptable, il en construit un nouveau ou renonce à toute interprétation (Groupe µ, 2015, chap. VI). Or précisément, dans les symboles graphiques dits de contemplation, les traits repérés par le cerveau périphérique, via les détecteurs de motifs (alignements, orientation, coins, bords, fréquence spatiale…), ne suffisent pas pour mener à une identification iconique complète et satisfaisante. Il s’ensuit la classique prolifération de signifiés hypothétiques qui accompagne la perception de ces symboles : la croix, la spirale, etc. C’est pourquoi, venant d’un éminent spécialiste de la Gestaltpsychologie, le schéma d’Arnheim est révélateur car il est très exactement la projection graphique de la structure des principaux détecteurs de motifs tels qu’ils sont disposés et câblés dans la rétine. La fixation quasi hypnotique dont sont souvent l’objet ces symboles cadre elle aussi très bien avec ce schéma.

49Toute cette discussion jette un jour nouveau sur la distinction proposée par le Groupe µ (1992) entre signe plastique et signe iconique.

50Un signe visuel complet comporte un volet plastique et un volet iconique, forcément issus tous deux des informations reçues de la rétine et ayant fait l’objet d’un prétraitement au niveau extracortical. On découvre que le signe plastique est la partie d’un signe visuel dont l’interprétation ne prend en charge que les résultats bruts de l’analyse faite par le cerveau périphérique. Lorsque c’est possible (c.-à-d. lorsque les informations reçues sont suffisamment riches), le cerveau central procède à une analyse plus complète et élabore aussi un signe iconique. Les symboles de contemplation sont une catégorie d’images où ce n’est pas possible, mais où néanmoins le cerveau périphérique livre des schémas clairs et structurés, mais pouvant convenir à un grand nombre de contenus.

  • 12 À ne pas confondre avec le symbolisme de la couleur, en dehors de toute figure.

51L’usage de la couleur se situe exactement à la charnière des deux régimes, puisqu’elle n’intervient qu’au terme d’un calcul effectué par le cerveau central. Là réside sans doute l’explication de l’absence de symboles colorés12 et l’extrême rareté des symboles impliquant des surfaces. On ne peut guère avancer sur ce point que les surfaces noires ou blanches (donc achromatiques) contrastées du Yin/Yang (Fig. 9).

Fig. 9

Fig. 9

Le Yin / Yang

52Mais il convient de reconsidérer aussi la distinction entre symboles de contemplation et de réflexion. Les particularités de leur fonctionnement résultent directement de leur structure, et notamment, pour les premiers, l’impression d’inexhaustibilité et l’illusion de transcendance. Ils seraient d’ailleurs plus proprement appelés symboles plastiques. Les seconds sont alors des symboles iconiques, et ils ne diffèrent des icônes habituelles que par l’ampleur des analogies auxquelles ils se prêtent.

53Ainsi s’éclaire la raison profonde de ces caractères singuliers des figures symboliques qui ont tant émerveillé et intrigué les chercheurs, les conduisant à des constructions spéculatives (et parfois délirantes), telles que les archétypes jungiens.

54La prise en considération des modalités physiques et nerveuses de la perception permet d’expliquer, de la façon la plus simple

  • leur quasi universalité ;

  • leur pouvoir hypnotique ;

  • leur capacité à engendrer des signifiés multiples ;

  • la nature profonde de la distinction plastique / iconique ;

  • l’apparente incompatibilité des deux types de symboles.

55Il reste à expliquer le mouvement inverse, celui des idiogrammes, qui part d’un concept abstrait et aboutit à un tracé conçu d’emblée comme signe visuel. Puisqu’on dispose dès le départ de la configuration neuronale transférable postulée plus haut, il n’y a plus qu’à opérer le transfert vers le visuel. C’est ici qu’interviennent les traits abstraits qu’il faut préserver dans le transfert, et dont l’inventaire se limite à quelques couples d’opposés très généraux : ouvert/fermé, symétrique/asymétrique, centré/diffus, fini/infini, rayonnant/statique, stable/instable… Pour des raisons d’efficacité la figure devra rester aussi simple que possible, afin d’assurer sa polyvalence.

Haut de page

Bibliographie

ARNHEIM, Rudolf (1982), The Power of the Center – A Study of Composition in the Visual Arts, Berkeley, Univ. of California Press.

AUVRAY, Malika (2005), « La suppléance perceptive - Implications sur les définitions de nos modalités sensorielles », VOIR, 30-31, pp. 88-99.

BRÉMER, Frédéric (1963), « De la sensation à l’action », BP Review, 9, pp. 36-41.

CACCHIONE Trix, INDINO Marcello, FUJITA Kazuo, ITAKURA Shoji, MATSUNO Toyomi, SCHAUB Simone, AMICI Federica (2014), « Universal ontology : Attentive tracking of objects and substances across languages and over development », Intern. J. of Behavioral Development, 38, 6, pp. 481-486.

DURAND, Gilbert (1960), Les Structures anthropologiques de l’imaginaire, Paris, Bordas.

DURAND, Gilbert (1964), L’Imagination symbolique, Paris, Presses Universitaires de France.

ÉDELINE, Francis (1984), « Structure perceptive et sémiotique du mandala », Cahiers Internationaux de Symbolisme, 48-49-50, pp. 91-112.

ÉDELINE, Francis (1994), « Analogie projective et symbole de contemplation », Cahiers Internationaux de Symbolisme, 77-78-79, pp. 83-90.

ÉDELINE, Francis (2006), « Le Monogramme et le conflit des codes », Visible, 2, pp. 33-64.

ÉDELINE, Francis (2008), « La spirale : un symbole visuel universel », Cahiers Internationaux de Symbolisme, 119-120-121, pp. 47-76.

EIZYKMAN, Boris (1997), Klee : Balançoire (des mondes) - Introduction à l’analyse des images, Québec, Éditions Balzac.

GOGEL Walter Charles (1978), « Le principe de proximité dans la perception visuelle », Pour la Science, 9, 1, pp. 49-57.

GROUPE µ (1992), Traité du signe visuel, Paris, Seuil.

GROUPE µ (2015), Principia semiotica, Bruxelles, Les Impressions nouvelles.

GUÉNON, René (1962), Symboles fondamentaux de la Science sacrée, Paris, Gallimard.

JACKSON, Anthony (1984) The symbol stones of Scotland, Kirkwall, The Orkney Press.

KANIZSA, Gaetano (1997), La Grammaire du voir, Paris, Diderot, arts et sciences.

LEONE, Massimo (2005), « On the QuincunX », in CLÜVER Claus, PLESCH, Véronique & HOEK, Léo (éds), Orientations - Space/Time/Image/Word, Amsterdam, Rodopi, 2005, pp. 289-304.

MARR, David (1982), Vision, New York, Freeman.

OBRIST, Barbara (2003), « Visualization in Medieval Alchemy », HYLE, 9, pp. 131-170.

OTTE, Marcel (2014), « Signes et symboles, facteurs du langage graphique », in TROLETTI Federico (éd.), Prospects for the prehistoric Art Research, Capo di Ponte (Italie), Edizioni del Centro, p. 179.

PAIK Se-Bum, RINGACH Dario L. (2011), « Retinal origin of orientation maps in visual cortex », Nature Neuroscience, 14, pp. 919-926.

THOMPSON, D’Arcy Wentworth (1994), Forme et croissance, Paris, Seuil (trad. fr. de On Growth and Form, Cambridge University Press, 1961).

ROOT-BERNSTEIN Robert (2003), « Sensual Chemistry - Aesthetics as a Motivation for Research », HYLE, 9, pp. 33-50.

RUBIN Nava, NAKAYAMA Ken, SHAPLEY Robert (2002), « The Role of Insight in Perceptual Learning : Evidence from Illusory Contour Perception », in FAHLE Manfred & POGGIO Tomaso (éds), Perceptual Learning, Cambridge, MIT Press, pp. 235-251.

SECKEL, Dietrich (1976), Jenseits des Bildes – Anikonische Symbolik in der buddhistischen Kunst, Heidelberg, Carl Winter Universitätsverlag.

TUCCI, Giuseppe (1969), Teoria e Pratica del Mandala, Rome, Astrolabio Ubaldini ; tr.fr. Théorie et pratique du Mandala, Paris, Fayard, 1974.

UNTERECKER, John (1975), A Reader’s Guide to W.B. Yeats, London, Thames and Hudson.

VULCĂNESCU, Romulus (1983), « Relativement, tel que moi », Ethnologica, pp. 115-120, Bucarest, République socialiste de Roumanie.

WUNENBURGER, Jean-Jacques (2014), « Imaginaire et représentation : de la sémiotique à la symbolique », in IRIS - Imaginaires andalous, WALTER, Philippe, pp. 39-48, Grenoble, Centre de recherche sur l’imaginaire.

ZEKI, Semir (1993), A Vision of the Brain, London, Blackwell.

Haut de page

Notes

1 Pour une saisissante description de ces avancées, lire l’ouvrage de Sémir Zeki (1993).

2 …mais il y a une limite à la miniaturisation, qui semble ici atteinte.

3 Dès 1917, D’Arcy Thompson (1994 : 38) écrivait « la forme d’un objet n’est qu’un diagramme de forces ». Dans une de ses précieuses intuitions, David Marr (1980 : 49) avait déjà suggéré que la cohésion de la matière mène plutôt à des contours doux, ce qui les rend abondants et commodément détectables, au besoin en créant des contours subjectifs. On peut considérer que les études de Gogel (1978) reposent sur pareille hypothèse : pour cet auteur deux stimuli ont d’autant plus de chance d’être liés qu’ils sont proches (liaison markovienne). Cette même idée est la base d’une nouvelle théorie très prometteuse (Paik et Ringach, 2011).

4 Cette figure pourrait n’être autre que la « rouelle » celtique.

5 L’anecdote est racontée par Root-Bernstein, 2010. Incidemment je soulignerai ici l’amorce d’un malentendu classique entre les artistes et les scientifiques : pour Müller il s’agissait d’une « motivation esthétique », confondant ainsi symétrie et beauté.

6 Exemple : la croix gammée. Néanmoins ceci n’entame pas les conclusions de Cacchione et al. (2014) qui démontrent expérimentalement que les processus primaires (dits de bas niveau) de la cognition ne sont en rien influencés par le langage.

7 Eizykman, dans sa discussion, réfute une telle « répétition hypogrammatique ».

8 Découverte parmi ses papiers après son décès en 1957, non datée avec précision.

9 Voir p. ex. les Transparences de Francis Picabia.

10 Le Z-rod est dessiné comme une lance brisée en deux endroits, et le V-rod comme une flèche brisée en un endroit seulement, mais cette interprétation n’est pas confirmée : ces signes se présentent avant tout comme linéaires et abstraits par comparaison avec tous les autres. Ils semblent plutôt jouer un rôle analogue à celui de nos brisures ou signes de bâtardise héraldiques.

11 En raison du puissant réseau d’interconnections du cerveau, rappelé plus haut.

12 À ne pas confondre avec le symbolisme de la couleur, en dehors de toute figure.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Répartition des moyens perceptifs.
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/2393/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 2
Légende Les regroupements opérés dans la rétine.
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/2393/img-2.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Fig. 3
Légende L’Homunculus du cortex moteur (d’après ZEKI).
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/2393/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 4
Crédits Classement des symboles en fonction de leur signifiant.
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/2393/img-4.png
Fichier image/png, 42k
Titre Fig. 5a-b
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/2393/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/2393/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 6
Légende La pérovskite : un quinconce en 3D.
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/2393/img-7.png
Fichier image/png, 118k
Titre Fig. 5c
Légende Les « croisillons » de Paul KLEE.
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/2393/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 5d
Légende Le schéma d’Arnheim.
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/2393/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 5e
Légende Figure emblématique dessinée par Brancusi.
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/2393/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 5f
Légende Le double cône de Yeats
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/2393/img-11.png
Fichier image/png, 53k
Titre Fig. 7
Légende Groupement des éléments d’un Mandala - La fonction « ET ».
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/2393/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 8
Légende (a) Hiéroglyphe du port – (b) *Les mêmes figures superposées – (c) Z-rod superposé à un serpent (signes pictes).
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/2393/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 9
Légende Le Yin / Yang
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/2393/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francis Édeline, « De l’œil au cerveau … et retour », Signata [En ligne], 10 | 2019, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/signata/2393 ; DOI : 10.4000/signata.2393

Haut de page

Auteur

Francis Édeline

Né en 1930, de formation scientifique. A publié de nombreuses études sur le symbolisme et sur la poésie dans les Cahiers Internationaux de Symbolisme, le Journal des Poètes, le Courrier du Centre International d’Études Poétiques, Dialectica, In’hui, Versus, TEXTE, Protée, Semiotica, VOIR, Art&Fact, Word&Image, Z. für Semiotik, VISIO etc. Auteur de monographies sur Ian Hamilton Finlay (1977) et sur Pierre et Ilse Garnier (1982), ainsi que de Vocaliques (1987), un essai sur les voyelles. Produit un numéro spécial des Cahiers Internationaux de Symbolisme consacré à l’Herméneutique du Mandala (1984). En préparation : L’Intersémiotique et Les Voies du Symbole. Depuis sa fondation, il est membre du Groupe µ, avec lequel il a publié notamment : Rhétorique Générale (Larousse, 1970 ; Seuil, 1982, traduit en 15 langues), Rhétorique de la Poésie (Complexe, 1977 ; Seuil, 1990, traduit en roumain, en italien et en portugais) ; Traité du Signe Visuel (Seuil, 1991, traduit en espagnol, en italien et en arabe), Principia semiotica (Impressions nouvelles, 2016), ainsi que d’innombrables articles.
Courriel : venus33[at]skynet.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Signata - PULg

Haut de page
  • Logo Presses universiatires de Liège
  • Logo Université de Liège
  • OpenEdition Journals