Navigation – Plan du site

Image et connaissance

Maria Giulia Dondero
Traduction(s) :
Image and Knowledge [en]

Notes de la rédaction

Avec la collaboration de Sémir Badir, Jean-Marie Klinkenberg, Thierry Lenain, François Provenzano, Göran Sonesson

Texte intégral

1Ce numéro explore la complexité des rapports entre vision, image et connaissance. La vision est questionnée en tant qu’action perceptive qui configure l’activité de savoir notamment dans le cadre de l’expérimentation scientifique, ainsi que comme une des activités régulatrices de la justesse des productions et des résultats scientifiques — elle sert donc non seulement comme élément d’instauration de la connaissance mais aussi comme instrument de vérification / validation de la connaissance (Édeline, Allamel-Raffin, Cholet, Moutat).

2Si en sémiotique et en épistémologie des sciences, on peut se poser la question de l’amodalité de la connaissance, ce numéro de Signata montre de manière assez explicite que la connaissance est toujours dépendante d’une matérialité textuelle, voire d’une discursivité qui peut se déployer dans une variété de formes diagrammatiques. Celles-ci se caractérisent par une densité figurative et par une tendance à la schématisation plus ou moins marquées (Leclercq). Elles permettent de tester non seulement ce qui est là, présent, mais aussi ce qui est possible. Ces tests fonctionnent comme des actions transformant des règles en tracés et des tracés en formes, à savoir en totalités pouvant assumer le statut de preuves.

3Ce numéro ne porte pourtant pas exclusivement sur la connaissance strictement scientifique, produite via l’exercice de la vision et testée via une série d’images entendue comme une chaîne d’éléments amenant à la démonstration ou à la vulgarisation scientifiques, selon une tradition qui va de Peirce à Latour ; il s’agit dans ce numéro de prendre en considération également la manière dont les images, fussent-elles artistiques, publicitaires, et plus ou moins régies par des logiques commerciales, politiques ou didactiques, peuvent éclairer un style de raisonnement ou bien affiner la conscience de notre propre perception — puisque l’image est un instrument d’autoréflexion pour elle-même et pour nous, les observateurs (Festi, Roque, Lenain, Le Guern).

4La matérialité de la connaissance n’est pas exclusivement prise en compte du point de vue des documents scientifiques ou des expériences rhétoriques des images artistiques et publicitaires, visant à préfigurer des formes de vies alternatives, mais aussi du point de vue de ses médiatisations multiples (Pittalis). De ce point de vue, la connaissance est abordée comme une affaire de médiations, médiatiques aussi, où l’écran concurrence le papier pour s’affirmer comme dispositif de symbolisation de la vie de la culture (Basso Fossali). Les supports deviennent ainsi des acteurs de la médiation de la connaissance, une connaissance qui est directement liée aux technologies et à la rhétorique incarnée par leurs dispositifs (Fabre).

5Si l’image permet de focaliser et orienter l’attention en fournissant une objectivation de gestes et de phénomènes, il ne faut pas oublier qu’elle est aussi un support de projections sensibles ainsi qu’un terrain d’opérations énonciatives qui ouvrent tant à la mise à distance qu’à la projection dans les mondes possibles de l’image et à l’enveloppement par l’image (Basso Fossali, Bordron).

6Entre la mise à distance caractérisant le contrôle et la pénétration caractérisant l’immersion, la structure des points de vue offerts par l’image peut être considérée comme un pivot de la connaissance. Car l’image, bien loin de nous proposer une vue des choses, peut nous offrir un banc d’essai de plusieurs manières de regarder, une confrontation en acte entre plusieurs cheminements de la pensée, étant donné qu’elle n’est jamais irénique ni statique (Massaert, Sonesson).

7Ce numéro de Signata explore ainsi la spécificité de l’apport de la vision à la connaissance, et s’interroge sur les manières dont les images peuvent devenir source de connaissance, d’argumentation, de négociation, peuvent servir de support à la mémoire, à l’expérimentation, à la découverte, à la dénonciation, dans le cadre des sciences, des arts mais aussi des pratiques publicitaires, politiques et didactiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Giulia Dondero, « Image et connaissance », Signata [En ligne], 10 | 2019, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 11 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/signata/2479

Haut de page

Droits d’auteur

Signata - PULg

Haut de page
  • Logo Presses universiatires de Liège
  • Logo Université de Liège
  • OpenEdition Journals