Navigation – Plan du site

Signata 13 / Modes, modalités et modalisations

Échéance : 10 septembre 2020
Pierluigi Basso Fossali, Marion Colas-Blaise et Julien Thiburce

Présentation

Le mode, la modalité et la modalisation font l’objet de vifs débats tant en linguistique qu’en sémiotique, en philosophie (on songe notamment aux recherches s’inscrivant dans le sillage de l’empirisme radical de Souriau) qu’en sociologie (surtout avec les travaux de Latour ou de Goffman pour la sociologie interactionniste). Si le mode conditionne les conditions d’assertabilité d’une proposition linguistique, la modalité, aux côtés de la temporalité et de l’aspectualité (TAM), détermine les procès (faire) et états (être) des différents acteurs qui composent une scène énonciative, notamment sur le plan du savoir, du vouloir, du croire. La modalisation implique quant à elle une rhétorique et une négociation de l’agir qui (re)structurent et (re)distribuent les charges modales entre les acteurs d’un récit, entre les participants à une scène pratique. Tel est le soubassement théorique général de la réflexion à laquelle vous invitent Pierluigi Basso Fossali, Marion Colas-Blaise et Julien Thiburce qui assurent la codirection du numéro 13 de la revue Signata/Annales des sémiotiques, Signata/Annals of Semiotics (parution 2022). Sur le fond d’un dialogue avec d’autres disciplines, la question du mode, de la modalité et de la modalisation est remise sur le métier, avec la volonté de faire le point après des années de recherches intenses sur le sujet dans le domaine sémiotique et linguistique.

Les pistes sont nombreuses. Ainsi, en quoi est-il pertinent, d’une part, de considérer la modalité comme un opérateur syntaxique et d’en étudier la portée sémantique, et, d’autre part, d’évaluer sa contribution à la (dé)stabilisation d’une scène actantielle ? Il sera intéressant de suivre les agencements complexes de type inter-modal, mais aussi de se demander en quoi la modalité peut être arrachée à sa dépendance par rapport au verbe qu’elle sert, à la faveur d’un emploi « absolu ». Remonter aux valences, c’est-à-dire aux valeurs de la valeur et au jeu interprétatif mis en place, est-ce se donner les moyens de rendre compte de la dimension à la fois sensible et critique de la modalité, en tant qu’elle est propre à réévaluer les conditions mêmes de la prédication ? Par ailleurs, les modalités ouvrent non seulement sur la dimension rhétorique des discours, mais encore, plus largement, ils peuvent être conçus en lien avec des environnements et des espaces institutionnels, des représentations et des normes, des pratiques et des praxis, des médias et des supports. Enfin, les modalités peuvent être pensées de concert avec les modes (d’existence ou de présence : réel, actuel, virtuel, potentiel).

Ce numéro de revue vise à étendre le champ des analyses, souvent verbocentrées, à d’autres formes de manifestation sémiosique, surtout de type visuel. Par exemple, à côté de la réflexion comparatiste entre textes en langues différentes, il s’agira de s’interroger sur le lien entre modalisation et spatialisation des images.

Ces pistes sont développées dans l’argumentaire étendu. Les contributions pourront s’intégrer dans un ou plusieurs des axes suivants, ou avoir une nature transversale :

  1. La modalité et la scénarisation actantielle : le rôle de la modalité dans la gestion des relations entre des acteurs d’un récit et la négociation des rôles en interaction.

  2. Du point de vue de l’énonciation, l’articulation des modalités linguistiques avec les modalités sensorielles (différences entre les sens).

  3. La modalité et les mondes possibles : au sujet de la dynamique diastémique des rapprochements et des espacements.

  4. De la typologie au « vécu modal » : modalité, modulation, scansion et partition.

  5. Des modalités énonciatives aux modes d’existence socio-anthropologiques (Souriau, Latour…).

Informations pratiques

  • Les propositions d’articles (1 page) seront attendues pour le 10 septembre 2020.

  • Les articles sont attendus pour la dernière semaine d’avril 2021.

  • Retour aux auteurs-rices : juin 2021.

  • Retour des articles définitifs : dernière semaine de septembre 2021.

  • Dossier publié dans le n° 13 de Signata, parution : février 2022.

Les propositions d’articles sont à adresser à : pierluigi.basso[at]univ-lyon2.fr ; marion.colas[at]uni.lu ; julien.thiburce[at]ens-lyon.fr.

Consignes aux auteurs-rices : https://journals.openedition.org/signata/1163

Argumentaire

Arrière-plan

La modalité est une thématique classique dans les sciences du langage et, d’une manière ou d’une autre, chaque théorie linguistique et sémiotique a dû attribuer une place à son rôle si évident, sur le plan de la manifestation, et si mystérieux, vu sa « nature » sémantique profonde. Souvent, on préfère traiter la modalité comme opérateur syntaxique et laisser à la philosophie la tâche d’investiguer sa profondeur sémantique. En effet, sa rection syntaxique est fréquemment traitée comme clé d’accès à sa portée sémantique, en introduisant, par exemple, l’idée qu’elle fonctionne comme une « validation des représentations », un peu comme la force illocutoire porterait sur le contenu descriptif de la proposition. Cette perspective aide à détecter des cas où le contenu modal est conçu lui aussi comme un contenu descriptif — de re —, par rapport à la modalité classique qui implique une appréciation du sujet de l’énonciation — modalités de dicto.

  • 1 En sémiotique du discours, la question de la représentation est traitée comme une déclinaison figur (...)

Une vision alternative est d’estimer que des séparations de ce type sont moins heuristiques que la reconnaissance d’une participation de la modalité à la construction de la représentation même, à savoir à la scénarisation actantielle1. Bref, l’activité énonciative n’appliquerait pas la modalité à posteriori sur une scène actantielle déjà stable, mais participerait à sa mise en perspective et à sa stabilisation, à travers une économie actantielle, une dominante aspectuelle, etc.

Une autre perspective encore refuserait de commencer l’enquête à partir de la fonction de la modalité, pour focaliser l’attention sur les différences sémantiques entre les modalités, sur leur pluralité et sur leur polysémie. En ce sens, l’emploi absolu d’un verbe modal nous interroge pour son rejet d’un rôle servile de la modalité — elle ne dépend plus de la valeur discursive d’un autre verbe —, afin d’affirmer une densité sémantique presque inextricable qui semble se rabattre sur tous les autres emplois : « je veux », « je peux », je dois », etc., devient une condition existentielle sans interprétant immédiat, sans explication, comme « je perçois ». Des modalités de l’être, dirait-on, mais en réalité, on sait bien que cet « être » est immédiatement évalué pour son potentiel et la modalité est justement là pour ne pas valider une dissociation entre l’être et le faire.

  • 2 « L’espace modal ne peut pas, à notre sens, être autre chose, qu’un espace inter-modal de part en p (...)
  • 3 « L’actant est donc un lieu de combinatoire modal » (Coquet 1984, p. 11).
  • 4 Voir Fontanille & Zilberberg (1998, p. 178).

Une autre perspective est celle qui n’accepte pas de suivre la linéarité du signifiant verbal pour assurer une discrétisation des modalités, même si elles se manifestent dans un seul et même segment discursif. C’est une perspective bien attestée dans la tradition sémiotique : chez Claude Zilberberg, il n’y a que des espaces sémiotiques inter-modaux2 ; chez Jean-Claude Coquet, l’acteur ne peut être conçu que comme le réceptacle et le moteur de plusieurs modalités3. La trame modale n’est pas faite seulement d’agencements complexifiants, mais aussi de lacérations et de rapiéçages, à savoirs de co-présences peu probables (syntaxes modales inconséquentes) et de paradoxes internes (profils modaux contradictoires). Tension et hétérogénéité seraient alors des métamodalisations qui obligeraient le sujet de la pratique sémiotique en cours à organiser des fronts modaux internes (autonomes) et externes (hétéronomes), stabilisants (certitudes) ou dynamisants (possibilités), fronts à gérer de manière dialectique4.

Pour ce qui concerne la « nature » des modalités, il y a plusieurs positions attestées dans les sciences du langage qui ont décidé épistémologiquement de :

  1. les assumer comme des opérateurs linguistiques qui n’ont pas besoin d’interprétant extérieur au langage lui-même, au point que leur polyvalence ou leur polysémie éventuelle ne sont que le reflet d’usages attestés ;

  2. les qualifier comme des opérateurs logiques qui suivent l’armature propositionnelle des discours ;

  3. les rattacher à une profondeur thymique qui se précise grâce à elles, en structurant ainsi des effets de sens pathémiques en discours.

  • 5 La destinalité est l’extension maximale de chaque enjeu de sens selon une inflexion événementielle, (...)

Par rapport à ces différentes interprétations théoriques, il y a deux stratégies principales : choisir la prééminence heuristique d’une option épistémologique au détriment des autres, ou assumer les modalités globalement comme une interface, à la fois praxéologique — entre l’intralinguistique et la scène d’accueil de la pratique énonciative — et sémantique —, entre les différentes dimensions de la signification (cognitive, affective, pragmatique, et sensible). Selon cette dernière stratégie, ici privilégiée, la modalité ne qualifie pas des valeurs, mais des valences, à savoir la valeur de la valeur, ce qui ouvre un arrière-plan fondateur — autonome (ex. le caractère) ou hétéronome (ex. le rôle institutionnel) — et un horizon de réalisation – téléologique (ex. l’aspiration) ou destinal5 (ex. la vanité). Voici des intervalles de sens qui demandent à être interprétés ultérieurement dans les enjeux modaux. C’est pourquoi les modalités expriment toujours une condition critique de la prédication. Pour les sciences du langage, cette réflexion pourrait s’avérer extrêmement utile car l’interprétant des modalités n’est pas une attitude propositionnelle externe, mais une intentionnalité énonciative problématique qui cherche à s’insérer dans une trame d’autres intentionnalités attestées ou imaginaires. En effet, cette trame intentionnelle nous consigne les valences comme déjà « sémiotisées » et donc dotées d’un aspect critique visant leurs conditions interprétatives. Il s’agit alors de se demander si elles sont pragmatiques, cognitives et passionnelles ou, lorsque qu’elles sont composites, si elles affichent une syntaxe interne.

  • 6 Cf. Basso Fossali (2013). La modalisation a deux autonomisations par rapport à l’ancrage figuratif (...)

C’est à travers cette idée d’insertion d’une trame modale qui traverse une sémiosphère entière que la notion de modalisation peut révéler tout son potentiel heuristique. La portée d’une modalité ne peut qu’avoir des répercussions sur les équilibres modaux des autres instances de la même scène actantielle ou sur les scènes agencées spatialement ou temporellement6. La première démonstration de cette règle générale concerne la scène énonciative elle-même : une modalité attribuée à l’énonciateur ne peut pas ne pas avoir un impact et sur l’énonciataire prévu et sur l’interlocuteur qui acceptera un contrat de lecture ou qui ratifiera une proposition d’interaction. En tout cas, la redistribution continue des modalités peut être ressentie comme un paradigme de profils actantiels coprésents dans le même espace discursif.

On pourrait parler d’une sorte d’enveloppe modale qui motive des stratégies modales intra-discursives. Cette enveloppe peut relever des praxis, des normes internes à un espace institutionnel donné, des supports et des médias utilisés, des facteurs environnementaux ou encore d’un corps réfractaire à la programmation linguistique et sémiotique. La modalisation est finalement une modélisation influente qui « habite » l’espace social sous forme de réseau (intégration d’intérêts) et de tension dissociative (émancipation culturelle). Ainsi, potentiellement, une contiguïté peut déjà signifier une connivence (par ex. entre un représentant institutionnel et son conjoint qui est entrepreneur), d’où une rhétorique de la prise de distance qui fonctionne comme une propédeutique aux accords et aux désaccords.

La modalisation constitue ainsi une archéologie critique des liens implicatifs (par ex. des engagements informels des interactants) car, dans son armature nue, elle suspend la superposition immédiate de lectures axiologiques institutionnalisées. Au fond, le caractère mystérieux des modalités pourrait être lié à leur caractère protosymbolique, leur modélisation influente étant presque une suggestion iconique, une implication primitive, mais capable d’imposer une interprétation des enjeux symboliques sur une échelle plus vaste et amplifiée par préfigurations possibles (imaginaire modal). D’ailleurs, il faut rappeler qu’en sémiotique les modalités ont été liées à la description de la compétence des actants, mais on a reconnu aussi la présence d’une existence modale qui ne peut pas être inférée par présupposition à partir des performances produites. Il y a là un réservoir modal qui alimente : (i) des programmations alternatives de l’action (bien que restées hypothétiques) ; (ii) des scénarisations imaginaires (rêves, etc.), (iii) des hypothèses sur les états d’âme d’autrui (analogisations, empathie, etc.).

Les modalisations ouvrent la dimension rhétorique des discours en activant un régime d’influence réciproque, voire une polémologie potentielle, et introduisent ainsi de la contingence là où leurs opérations légitimes devraient suivre les dispositifs et les codes. Comme on a procédé à la typologisation des modalités, une opération similaire devrait être faite pour les modalisations. Par exemple, pour ce qui concerne les modalisations transitives, on pourrait distinguer :

  1. Modalisations activatrices vs inhibantes (sur le plan conatif)

  2. Modalisations unilatérales vs plurilatérales (sur le plan agentif)

  3. Modalisations exclusives vs participatives (sur le plan distributif)

  4. Modalisations délibérées vs involontaires (sur le plan intentionnel).

  • 7 On peut profiter ici des apports majeurs de la microsociologie d’Erving Goffman sur la « modalisati (...)

Cette typologie montre en soi l’utilité de sortir de l’idée que la modalisation est seulement la qualification d’une posture énonciative ou d’une attitude intentionnelle. En effet, elle problématise le cadre intersubjectif de leur distribution selon les structures d’adresse et les régimes d’interaction, médiés par des genres discursifs et par des statuts textuels7.

Départ

Ce numéro de Signata vise à recenser les avancées sémiotiques et linguistiques autour des notions de modalité et de modalisation : la première semble être au cœur de la détermination actantielle en imposant une structuration réciproque de l’être par le faire et du faire par l’être, ce qui donne au domaine sémiotique sa capacité spécifique de tenir ensemble l’existant et le possible, la détermination et la variation, la prise et l’émancipation. La modalité est la soustraction du sémiotique à l’ontologie, laquelle exigerait qu’il y ait un « être » au début de tout. La modalité, comme une sorte de clinamen actif sur les valences, catalyse un monde possible, soutient l’opération linguistique qui instaure la modélisation fictive d’un plan de référence où transplanter des enjeux, nos projets de sens : c’est la vitalisation d’une cartographie de signes, l’indice du « respect » sémiotique du fait qu’au commencement était l’action (Goethe), que l’écologie fondamentale des valeurs est l’implication du potentiel transformatif, activé ou subi.

Ainsi, nous avons besoin de la modalisation pour donner à ce paysage actantiel un régime d’influences réciproques, de perturbations constantes et enregistrées, sur le plan sémiotique, en termes de tension interactantielle et de multiplication de points de vue. La modalisation donne aux cadres actantiels une inflexion au flux d’informations sur l’état interne des acteurs en jeu, c’est-à-dire une dose d’indétermination, l’héritage et le transfert des charges modales s’ouvrant à une diffraction d’espaces d’acquisitions et de finalisations (mondes possibles).

  • 8 La notion de rentrée ou re-entry correspond, dans la théorie des systèmes, à la réintroduction des (...)

Modalités et modalisations peuvent être les candidates idéales pour représenter le premier niveau de complexification des relations sémiotiques, auquel s’ajouterait la figurativité. En effet, cette dernière est, d’une part, l’incarnation locale d’une situation — elle se présente comme une détermination substantielle des rôles actantiels en acte ; d’autre part, elle fonctionne comme une incubatrice d’autres déterminations et interactions modales — elle affiche de manière condensée et latente une série de développements formels ultérieurs. À travers la figurativité, la scène actantielle modalisée devient la convergence instable d’une série de scénarisations en compétition, chaque acteur humain ou non humain pouvant jouer sur ses traits constitutifs pour détourner une transformation narrative qu’on voudrait linéaire et cohérente. La figurativité nous amène à considérer qu’au commencement était l’événement. Pourtant, cette figurativité sémiotique n’est que la réapparition d’un arrière-plan sensible à partir duquel la cartographie des signes a été discernée en constituant son plan de l’expression distinctif. Ce qui était au départ une manœuvre « logique » d’inter-définition de l’être et du faire, afin d’instaurer un paysage linguistiquement opérable, subit inévitablement une rentrée8 de son écologie sensible et les modalités trouvent alors de nouveau des appréciations selon les « sens », la polysensorialité. Ainsi, la multimodalité des discours — notion apparemment fondée sur une homonymie théoriquement trompeuse — peut réapparaître comme la modalisation même des conditions énonciatives, là où l’existence et la performance linguistiques trouvent leur détermination réciproque. La figurativité réaffirme les conditions d’exercice des signes, lesquels ne peuvent pas prétendre s’inscrire dans un terrain purement logique d’opérations formelles. Les modalités logiques semblent devoir payer tôt ou tard des dettes sémantiques à leur condition d’énonciation, ce qui est au fond une leçon fondamentale de la phénoménologie husserlienne.

Mais il y a une autre conséquence que l’on peut tirer : les modalités ne peuvent pas ne pas se transformer tôt ou tard en modalisation. Un texte procédural doit à un moment ou un autre guider le lecteur (et, au fond, chaque texte a de manière plus ou moins évidente cette ambition) ; une mise en scène théâtrale un jour ou l’autre capturera la conscience d’un roi. Entre modalité et modalisation, il y a l’oscillation constitutive entre sémantique et pragmatique, d’une illocution qui ne peut pas être significative sans prise et d’une perlocution qui ne peut se reconnaitre « signifiante » sans une structuration à laquelle elle reste couplée pour fuir la dérive chaotique de ses effets secondaires.

D’une part, la modalisation doit s’étudier également au niveau textuel, en tant qu’elle a en charge une dynamique (dans une perspective dynamiciste) ; d’autre part, une modalité qui se manifeste à la surface textuelle doit être interprétée à partir d’un genre qui en indique la pertinence pour une mise en situation sous régime expérientiel ou fictionnel.

Tournant

Sans qu’elles soient exclues, les pistes d’une reconstruction historico-culturelle de la notion de modalité ou de la comparaison typologique entre langues ne peuvent pas satisfaire la sémiotique ; le phénomène modal se manifeste dans des configurations sémiotiques non verbales et interroge les relations entre le sens et les sens, la condition énonciative et les prétentions assertives de l’énoncé, les traductions constantes entre l’expérientiel et le linguistique, entre les configurations sémiotiques et les domaines institutionnels. L’épistémologie même est une rentrée du modal dans les conditions d’observation, de modélisation, de compréhension.

Le problème du mode concerne les conditions et les intentions d’assertabilité ; la modalité intériorise ces conditions à l’intérieur de l’énoncé avec l’idée d’en contrôler la détermination (d’où la lexicalisation à travers des verbes modaux) ; la modalisation offre une compétition rhétorique explicite à la distribution inévitable des charges modales entre les actants de l’énoncé. Telles sont les premières solutions pour encadrer rapidement la question modale grâce à des marques linguistiques immédiatement détectables, avec le facteur aggravant que cette lexicalisation est utilisée aussi sur le plan métalinguistique. Grandeurs repérables et déjà lexicalisées, les modes et les modalités risquent d’être assumés comme des briques syntaxiques et sémantiques de base, ce qui empêche de questionner la configuration dans laquelle leur potentiel sémiotique émerge et se précise. L’extension du modal à la totalité des langages n’arrive pas à effacer le « verbocentrisme » ; ainsi, l’analyse de ce qui est à la base du contenu sémantique de la modalité reste évasif et les formes expressives de ses manifestations non lexicales, une suggestion analogique.

Ainsi, une série de questions semblent s’imposer à l’attention des chercheurs, où le « sémiotique » interroge aussi les certitudes du « linguistique ». Pour organiser ces questions, nous pouvons essayer de distinguer de manière instrumentale des axes et des approches diversifiés, afin de facetter une exploration qui pourrait trouver sa propre intégration à travers les différentes contributions du numéro.

Axes de travail

(I) Le premier axe correspond à une approche qui traite l’énonciation comme activité configuratrice (scénarisation) : la modalité est alors saisie comme qualification de l’implication d’un actant dans la transformation des valeurs prise en charge par le cadre énonciatif. Des passages qualificatifs peuvent être distingués : du clinamen (contingence modalisatrice) à la modalisation intentionnelle (imaginaire modal), à la modalisation effectuelle (par intervention, avec des médiations ; par simple opposition physique irréfléchie de notre corps), pour terminer avec la modalisation figurale (dans un monde fictif).

(II) Le deuxième axe favorise une approche qui observe la modalité comme émergente dans la scène même de l’énonciation ; dans cette perspective, la description des modalités doit se passer du recours aux verbes modaux et d’autres formes codées de manifestation, afin d’appréhender des modalités en tant qu’instances qui participent à l’activité configuratrice et qui arrivent à coaguler des scènes dotées d’une consistance sémantique et dotées d’une tension transformatrice. Cette approche doit nécessairement se positionner là où les modalités sensorielles (différences entre les sens) et les modalités linguistiques s’articulent.

  • 9 Voir Nølke (2013, p. 246).

(III) Le troisième axe appelle une approche qui veut aborder les compétitions entre plusieurs modalisations et leur distribution entre des instances d’énonciation dotées chacune d’une mise en perspective et d’une appréciation spécifique des modalités imputées et auto-attribuées. En ce sens, on pourra reconnaitre des fronts (et même des patterns) modaux où les implications projetées et assumées sont appréciées selon leur caractère « autonome » (subjectivation), « hétéronome » (contrastivation9), « diastémique » (mode). À la dialectique entre le faire-être et l’être pour faire qui fonde le sujet modal et aux tensions interactantielles qui fondent les modalisations, il faut ajouter les intervalles d’appréciations (versant diastémique) qui sont à la base des écarts épistémiques et de leurs ancrages sur différents mondes possibles (dans ce cas, selon la tradition de Bally, le sujet modal doit être dissocié de l’instance de l’énonciation).

(IV) Selon un quatrième axe, l’approche peut se concentrer sur le vécu modal dans des scénarios pragmatiques enchaînés. La particularité de cette approche relève d’une appréciation intransitive du modal, qui ne participe plus à la détermination des scénarisations, donc à une coagulation, du sens, au profit d’une fluidification des tensions (attraits, répulsions, interférences, etc.). Nous pouvons reconnaître alors une prosodie existentielle (modulation), un rythme événementiel (scansion modale) et des phrasés dans les initiatives instauratrices (partition modale).

  • 10 Voir Fontanille & Couégnas (2018).
  • 11 Voir Colas-Blaise (2020).

(V) Une cinquième approche peut tirer toutes les conséquences d’un rapprochement des modalités (d’altération et d’imperfection) avec le mode du synaptique (relationalité) dont témoignent, selon Souriau ([1943] 2009), des prépositions, des conjonctions et des adverbes10. Il s’agit de montrer en quoi les modalités/modalisations, plutôt que d’être subordonnées au faire ou à l’être, font tenir (font faire et font être) l’homme, le monde et/ou le procès11.

Bibliographie

Adam, Jean-Michel (2001), « Types de textes ou genres de discours ? Comment classer les textes qui disent de et comment faire ? », Langages, no 141, pp. 10-27. DOI : https://doi.org/10.3406/lgge.2001.872.

Bally, Charles (1942), « Syntaxe de la modalité explicite », Cahiers Ferdinand de Saussure, II, pp. 3-13.

Basso Fossali, Pierluigi (2013), Semiotica a prova desperienza, Milano, Unicopli.

Basso Fossali, Pierluigi (2015), « L’interprétation dans son espace phénoménologique : jeux de langage et implémentation publique », Metodo, vol. 3, no 1, pp. 113-138. DOI : https://doi.org./10.19079/metodo.3.1.113.

Basso Fossali, Pierluigi (2017), Vers une écologie sémiotique de la culture, Limoges, Lambert-Lucas.

Basso Fossali, Pierluigi (dir., 2020), Langue française, no 126, « Incitation à l’action et genres de discours programmateurs ». URL : https://www.cairn.info/revue-langue-francaise-2020-2.htm.

Benveniste, Émile (1966), Problèmes de linguistique générale, Tome 1, Paris, Gallimard.

Benveniste, Émile (1974), Problèmes de linguistique générale, Tome 2, Paris, Gallimard.

Bertrand, Denis et Coquet, Jean-Claude (dirs, 2011), « Comment dire le sensible ? Recherches sémiotiques », Littérature, 163.

Brandt, Per Aage ([1988] 1992), La Charpente modale du sens. Pour une sémio-linguistique morphogénétique et dynamique, Aarhus, Aarhus University Press.

Colas-Blaise, Marion (2010), « L’énonciation à la croisée des approches. Comment faire dialoguer la linguistique et la sémiotique ? », Signata, 1, pp. 39-89. DOI : https://doi.org/10.4000/signata.283.

Colas-Blaise, Marion (2020), « Modalités, modes d’existence et modes d’expérience », in D. Bertand & I. Darrault-Harris (dirs), Hommage à Jacques Fontanille, Limoges, Lambert-Lucas.

Combettes, Bernard (2006), « Du niveau textuel au niveau énonciatif dans la grammaticalisation », Langue française, no 149, pp. 48-60. DOI : https://doi.org/10.3917/lf.149.0048.

Coquet, Jean-Claude (1984), Le Discours et son sujet I. Essai de grammaire modale, Paris, Klincksieck.

Culioli, Antoine (1990), Pour une linguistique de l’énonciation, tome 1, Paris-Gap, Ophrys.

Dubois, Jean (1969), « Énoncé et énonciation », Langages, no 13, pp. 100-110. DOI : https://doi.org/10.3406/lgge.1969.2511.

Ducrot, Oswald (1994), « À quoi sert le concept de modalité ? », in N. Dittmar & A. Reich (éds), Modalité et Acquisition des Langues, Berlin, De Gruyter, pp. 111-129.

Eco, Umberto (1979), Lector in fabula, Milano, Bompiani ; tr. fr. Lector in fabula. Le rôle du lecteur ou la coopération interprétative dans les textes narratifs, Paris, Grasset, 1985.

Fabbri, Paolo & Latour, Bruno (2000), « The Rhetoric of Science: Authority and Duty in an Article from the Exact Sciences », Technostyle, vol. 16, no 1, pp. 91-138.

Fontanille, Jacques (1998), Sémiotique du discours, Limoges, PULIM.

Fontanille, Jacques (2003), « Paesaggio, esperienza ed esistenza », Semiotiche, no 1, Torino, Aracne, pp. 73-100.

Fontanille, Jacques (2007a), « Paysages, expérience et existence. Pour une sémiotique du monde naturel », in I. Marcos (éd.), Dynamiques de la ville. Essais de sémiotique de l’espace, Paris, L’Harmattan.

Fontanille, Jacques (2007b), « Avant-propos : émotion et sémiose », Semiotica, 163, pp. 1–9.

Fontanille, Jacques & Couégnas, Nicolas (2018), Terre des sens. Essai d’anthroposémiotique, Limoges, PULim.

Fontanille, Jacques & Zilberberg, Claude (1998), Tension et signification, Liège, Mardaga.

Genette, Gérard (1972), « Du mode », Figures III, Paris, Seuil, pp. 183-224.

Gévaudan, Paul (2013), « Les rapports entre la modalité et la polyphonie linguistique », in P. Gévaudan, U. Detges & V. Atayan (dirs), Modalität und Polyphonie. Modalité et polyphonie. Modalidad y polifonía, Tübingen, Stauffenburg, pp. 39–59.

Goffman, Erving (1974), Frame analysis. An essay on the organization of Experience, Harvard, Cambridge ; tr. fr. par I. Joseph et P. Joseph, Les Cadres de l’expérience, Paris, Minuit, 1991.

Goodman, Nelson (1984), Of Mind and Other Matters, Cambridge, Harvard University Press.

Gosselin, Laurent (2010), Les Modalités en français. La validation des représentations, Amsterdam - New York, Rodopi.

Greimas, Algirdas Julien (1983), Du sens II. Essais sémiotiques, Paris, PUF.

Greimas, Algirdas Julien & Courtés, Joseph (éds, 1986), Sémiotique. Dictionnaire raisonné de la théorie du langage, II, Paris, Hachette.

Grize, Jean-Blaise (1996), Logique naturelle et communication, Paris, PUF.

Halliday, M.A.K. (1967a), « Notes on Transitivity and Theme in English: Part 1 », Journal of Linguistics, vol. 3, no 1, pp. 37-81.

Halliday, M.A.K. (1967b), « Notes on Transitivity and Theme in English: Part 2 », Journal of Linguistics, vol. 3, no 2, pp. 199-244.

Halliday, M.A.K. (1994), Introduction to functional grammar, London, Edward Arnold.

Kerbrat-Orecchioni, Catherine (1980), L’Énonciation. De la subjectivité dans le langage, Paris, Armand Colin.

Kress, Gunther & van Leeuwen, Theo (2006), « Modality: designing models of reality », Reading Images. The Grammar of Visual Design, London, Routledge, pp. 154-174.

Latour, Bruno (2012), Enquête sur les modes d’existence. Une anthropologie des Modernes, Paris, La Découverte.

Le Querler, Nicole (1996), Typologie des modalités, Caen, Presses universitaires de Caen.

Lewis, David (1973), Counterfactuals, Cambridge, Harvard University Press.

Maingueneau, Dominique (1991), L’Analyse du discours : introduction aux lectures de l’archive, Paris, Hachette.

Meunier, André (1974), « Modalités et communication », Langue française, no 21, pp. 8-25. DOI : https://doi.org/10.3406/lfr.1974.5662.

Mondada, Lorenza (2018), « Questions on the move. The ecology and temporality of question/answers in mobility settings », in A. Deppermann & J. Streeck (eds.), Modalities and temporalities, Amsterdam, Benjamins, pp. 161-202.

Monte, Michèle (2011), « Modalités et modalisation : peut-on sortir des embarras typologiques ? », Modèles linguistiques, no 64, pp. 85-101. DOI : https://doi.org/10.4000/ml.353.

Nølke, Henning (2013), Le Regard du locuteur : pour une linguistique des traces énonciatives, Paris, Kimé.

Parret, Herman (1983), « La mise en discours en tant que déictisation et modalisation », Langages, no 70, pp. 8397. DOI : https://doi.org/10.3406/lgge.1983.1154.

Perrin, Laurent (2012), « Modalisateurs, connecteurs, et autres formules énonciatives », Arts et Savoirs, vol. 2. DOI : https://doi.org/10.4000/aes.500.

Petitot, Jean (1989), « Modèles morphodynamiques pour la Grammaire cognitive et la Sémiotique modale », RSSI (Canadian Semiotic Association), vol. 9, nos 1-2-3, pp. 17-51.

Rabatel, Alain (2005), « Les postures énonciatives dans la co-construction dialogique des points de vue : coénonciation, surénonciation, sousénonciation », in J. Bres, P.-P. Haillet, S. Mellet, H. Nølke & L. Rosier (éds), Dialogisme et polyphonie. Approches linguistiques, Bruxelles, De Boeck & Larcier, pp. 95–110.

Rastier, François (2006), « Formes sémantiques et textualité », Langages, no 163, pp. 99-114. DOI : https://doi.org/10.3917/lang.163.0099.

Rocci, Andrea (2017), Modality in Argumentation: A Semantic Investigation of the Role of Modalities in the Structure of Arguments with an Application to Italian Modal Expressions, Dordrecht, Springer.

Saussure, Louis de, Moeschler, Jacques, & Puskas, Genoveva (eds.), 2007, Tense, Mood and Aspect: Theoretical and Descriptive Issues (Cahiers Chronos), vol. 17, Amsterdam, Rodopi.

Sidnell, Jack & Stivers, Tanya (2013), The Handbook of Conversation Analysis, Chichester, Wiley-Blackwell.

Souriau, Étienne ([1943] 2009), Les Différents Modes d’existence, Paris, PUF.

Strick, Robert (1971), « Quelques problèmes posés par une description de surface des modalités en français », Langue française, no 12, pp. 112-125. DOI : https://doi.org/10.3406/lfr.1971.5564.

Sulkunen, Pekka & Törrönen, Jukka (1997), « The production of values: The concept of modality in textual discourse analysis », Semiotica, vol. 113, nos 1-2, pp. 43-70.

Thiburce, Julien (à paraître), « “Là c’est ici hein”. La deixis entre interactions in vivo et médiations tierces de la ville », in A. Biglari et M. Colas-Blaise, Les Déictiques à l’épreuve des discours et des pratiques, Paris, Classiques Garnier.

Vérine, Bertrand & Détrie, Catherine (2003), « Dialogisme et narrativité : la production de sens dans Les Fées de Charles Perrault », Nouveaux Actes Sémiotiques, no 88, Limoges, PULim.

Vion, Robert (2001), « Modalités, modalisations et activités langagières », Marges Linguistiques, vol. 2, pp. 209-231. DOI : https://doi.org/10.3406/lgge.2004.966.

Vion, Robert (2004), « Modalités, modalisations et discours représentés », Langages, no 156, pp. 96-110. DOI : https://doi.org/10.3917/lang.156.0096.

Vion, Robert (2006), « Les dimensions polyphonique et dialogique de la modalisation », Le Français moderne, vol. 74, no 1, pp. 1-10.

Zilberberg, Claude (1981), Essai sur les modalités tensives, Amsterdam, John Benjamins.

Haut de page

Notes

1 En sémiotique du discours, la question de la représentation est traitée comme une déclinaison figurative qui s’interpose entre prédication et assomption (ou rejet) des valeurs afin de garantir des effets modalisants dans le dispositif énonciatif même.

2 « L’espace modal ne peut pas, à notre sens, être autre chose, qu’un espace inter-modal de part en part » (Zilberberg 1981 : 36).

3 « L’actant est donc un lieu de combinatoire modal » (Coquet 1984, p. 11).

4 Voir Fontanille & Zilberberg (1998, p. 178).

5 La destinalité est l’extension maximale de chaque enjeu de sens selon une inflexion événementielle, ou en tout cas selon l’indétermination créée par la confluence des initiatives prises par des acteurs autonomes. Ainsi, l’horizon destinal offre une scénarisation alternative par rapport aux enjeux narratifs polémiques ou contractuels qui caractérisent le présent et ses tensions téléologiques. La distinction entre téléologie et horizon destinal est utile pour aborder les modalités car ce qui motive une initiative (par ex. appliquer une théorie pour une exploitation technologique) entre en tension avec l’ouverture à de nouvelles conditions de motivation (par ex. la réfutation possible de la théorie à travers des manifestations initialement considérées comme fortement improbables). Voir Basso Fossali (2017).

6 Cf. Basso Fossali (2013). La modalisation a deux autonomisations par rapport à l’ancrage figuratif (côté imaginatif) : (i) l’homogénéisation concessive de l’espace psychologique et de l’espace social (modalisations endogènes et exogènes) ; (ii) la temporalisation des relations (modalisations rétrospectives ou prospectives).

7 On peut profiter ici des apports majeurs de la microsociologie d’Erving Goffman sur la « modalisation » (keying), qui constitue un des deux types de « transformations » de normes et de conventions attendues, à côté de la « fabrication » (fabrication). La modalisation est une interprétation personnelle de rôles sociaux selon un « mode » (key) défini comme « the set of conventions by which a given activity, one already meaningful in terms of some primary framework, is transformed by the participants to be something quite else » (Goffman 1974, p. 43). Aussi, si la modalisation est une transformation reconnue par l’ensemble des participants à l’interaction, il n’en va pas de même pour la fabrication, qui est « the intentional effort of one or more individuals to manage activity so that a party of one or more others will be induced to have a false belief about what it is that is actually going on » (Goffman 1974, p. 83). En linguistique et en sémiotique, il est ainsi précieux de prêter attention aux dynamiques pragmatiques selon lesquelles s’ajustent et s’enchâssent des plans micro-interactionnel — conditions spécifiques d’une pratique — et macro-interactionnel — (dé)stabilisation de normes effectivement ou supposément partagées.

8 La notion de rentrée ou re-entry correspond, dans la théorie des systèmes, à la réintroduction des distinctions fondatrices au sein du système qui en a déjà bénéficié, avec le résultat qualitatif paradoxal d’une prise de distance progressive par rapport à ce qui était au fondement (par ex. une paralyse décisionnelle créée par l’objectivation progressive des limites décisionnelles et des effets secondaires). Au lieu de bloquer la règle, la ré-application d’une règle (par ex. une distinction catégorielle) à ce que l’on pourrait croire déjà réglé provoque une sorte d’insolvabilité d’un apport de sens qui était apparemment déjà garanti. L’hypothèse est que chaque ostension énonciative d’une modalité se prête à des phénomènes de rentrée (par ex., l’affirmation péremptoire d’un pouvoir faire absolu et unilatéral est potentiellement un abyme sceptique qui entame la conscience du roi, ou au moins des personnages shakespeariens…).

9 Voir Nølke (2013, p. 246).

10 Voir Fontanille & Couégnas (2018).

11 Voir Colas-Blaise (2020).

Haut de page
  • Logo Presses universiatires de Liège
  • Logo Université de Liège
  • OpenEdition Journals