Navigation – Plan du site

AccueilNuméros12Concepts et critiquesArchive(s) et archivage(s)

Concepts et critiques

Archive(s) et archivage(s)

About the French words "archive" and "archivage"
Marie-Anne Chabin

Résumés

Il y a longtemps déjà que l’archive n’appartient plus aux archivistes, ni aux historiens. L’archive est passée d’un lieu restreint et feutré à l’espace web partagé. Et chaque acteur (producteur, utilisateur, intermédiateur) voit l’archive à sa façon.
Les archives sont multiples : dans leur essence de traces, dans leur forme intellectuelle et matérielle, dans leur rôle (politique, économique, juridique, social), dans l’image qu’on en a et dans l’image qu’on en donne, dans le mode de production, de diffusion et de stockage.
Les théories et les pratiques présentent un éventail de sens assez large que l’on peut tenter d’organiser et d’analyser pour dégager le sens même de cette diversité de sens d’archives au début du vingt-et-unième siècle.
Le document d’archives, l’archive, est un objet réel, avec une existence physique et une localisation ; qu’il soit papier ou numérique, il est toujours quelque part. Mais d’où vient cet objet ? Comment est-il créé ? Peut-on parler d’archive sans parler d’archivage ?
Le mot archivage, bien que récent de la langue française (milieu du xxe siècle) renvoie lui aussi à plusieurs acceptions selon le profil du locuteur. Selon les contextes, le geste de mise en archive (archivation, versement, transfert, sauvegarde, archivage…) peut apparaître comme secondaire, auxiliaire car c’est le résultat, l’objet archivé, qui seul compte ; ou bien il peut être vu comme essentiel car l’archivage embarque l’acte fort de sélection de ce qui est archivé, de choix entre ce qui va nourrir les archives et ce qui ne sera pas conservé ; mais il peut aussi être ressenti comme central quand la démarche de mémorisation est plus signifiante, au final, que ce qui est mémorisé.
Cet article tente une cartographie des archives et des archivages, des objets et des gestes qui les font exister.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Derrière le mot archives coexistent aujourd’hui des réalités variées. Il y a bien sûr les archives des archivistes, papiers séculaires et parchemins millénaires, cohérentes et homogènes, base de l’archivistique, même si celle-ci ne s’est constituée en discipline que plus tard (au xixe siècle pour les principes, au xxe siècle pour le nom). Ces archives-là constituent le tronc de l’arbre d’où partent diverses branches hétérogènes : les archives audiovisuelles, les archives ouvertes, les archives de l’édition, les archives familiales, etc. jusqu’aux données numériques conservées par défaut dès qu’elles ont été envoyées dans le cloud.

2Qu’est-ce qui caractérise les archives ? Qu’est-ce qui fait que des archives sont des archives et que ce n’est pas autre chose ? Le support ? Non, on trouve des archives sur tous les supports. La forme ? Non plus, toutes les formes sont possibles : plan imprimé, maquette, gros registre à ferrure, carte postale, carotte de forage, cahier, rouleau, dossier, échantillon de tissu, film 35 mm, document PDF, algorithme de calcul… L’émetteur ? Le destinataire ? La localisation ? L’usage ?

3Et d’où viennent-elles, ces archives ? Sont-elles archives de fait ou archives à la suite d’une opération destinée à leur procurer ce statut, et qu’on appellerait l’archivage ? À partir de quand une archive est-elle une archive ? Est-ce une notion absolue ou relative ? Une archive peut-elle cesser de l’être ?

4Le propos de cet article est de mettre en évidence les caractéristiques de ce que les uns et les autres appellent aujourd’hui archives, mais aussi d’analyser les différents sens du mot archivage, étonnamment présent dans l’appel à participation de ce numéro de Signata (j’y ai relevé avec intérêt pas moins de sept occurrences). Cette « cartographie » des valeurs d’archives s’appuie d’une part sur les définitions linguistique, professionnelle et légale de ce mot, d’autre part sur mon expérience professionnelle (des archives médiévales à la protection des données, en passant par les archives contemporaines et les archives audiovisuelles) et aussi sur une observation pluridécennale de l’usage de ces mots dans la presse (Chabin 1996 et 2014) ou dans la littérature.

Les mutations de l’archive

5L’archive n’est plus ce qu’elle était. Ou du moins, elle mute, elle essaime, elle se renouvelle, elle va de l’avant. Quand et comment se sont produites ces évolutions ?

Le mot et la chose

6Partons du mot « archives », en français.

7Le dictionnaire Littré1 (années 1870) les définit comme des « Anciens titres et documents » avec, en second sens le « Lieu où les archives sont déposées ». Littré précise l’étymologie : c’est, via le latin archivum, le mot grec ἀρχεῖον, désignant initialement la demeure des magistrats (archontes), puis le dépôt des pièces officielles du pouvoir. Le verbe ἄρχω signifie ici commander, tout en ayant également en grec le sens de commencer. Le double sens de contenant (le local) et de contenu (les documents) existe donc depuis l’origine. Le point le plus intéressant de la définition du Littré est le mot « titres » : les archives sont d’abord des preuves, des écrits qui permettent de revendiquer un bien, une propriété, un droit, grâce à la conjugaison de la solennité de leur fabrication et de la sécurité de leur conservation.

8Le Centre national de ressources textuelles et lexicales (CNRTL), en ligne2, donne une définition d’archives assez différente : « Ensemble de documents hors d’usage courant, rassemblés, répertoriés et conservés pour servir à l’histoire d’une collectivité ou d’un individu ». D’une part, le critère d’âge (ancien) fait place à un critère de « non usage » ; la nuance est importante car les deux notions ne se recouvrent pas. D’autre part, cette définition introduit la finalité historique des archives et, partant, l’intervention archivistique qui doit préparer ce nouvel usage. La notion de titre (documents qui créent des droits) est passée aux oubliettes. Entre les deux dictionnaires, la notion de patrimonialité des archives a bien progressé dans la société. Les archivistes se sont consacrés à la constitution du patrimoine en dehors des lieux de production des archives, au détriment de la gestion des titres, abandonnée on ne sait pas bien à qui du reste. Deux exemples (repris du dictionnaire de l’Académie) suivent la définition pour illustrer l’emploi familier du mot, symptomatiques de l’image ambivalente (positive/négative) des archives dans la société : « Mettez cela dans vos archives » pour dire « conservez cela avec soin » et « Cela est bon pour les archives » pour signifier qu’une chose n’a plus d’intérêt actuel. Ainsi, le même mot désigne ce qui doit être conservé dans le temps (le passé de demain) et ce qui n’a pas d’intérêt aujourd’hui. On voit là les deux extrémités de l’archive : sa valeur pour demain et son absence de valeur. Le temps est au cœur de l’archive.

9On ne peut discourir longuement sur le sens du mot archives sans citer la définition légale française figurant dans le code du patrimoine (article L211) :

Les archives sont l’ensemble des documents, y compris les données, quels que soient leur date, leur lieu de conservation, leur forme et leur support, produits ou reçus par toute personne physique ou morale et par tout service ou organisme public ou privé dans l’exercice de leur activité. La conservation des archives est organisée dans l’intérêt public tant pour les besoins de la gestion et de la justification des droits des personnes physiques ou morales, publiques ou privées, que pour la documentation historique de la recherche3.

10Cette définition a été initialement créée par la première loi sur les archives du 3 janvier 1979, il y a quarante ans, à une époque où l’éclat de l’archivistique française dépassait les frontières de l’hexagone et de l’Europe. La nouvelle loi sur les archives, du 15 juillet 2008, a ajouté la notion de « lieu de conservation » et la loi du 7 juillet 2016 a inséré à la va-vite l’incise « y compris les données ». Cette définition insiste sur le fait que l’âge n’est pas discriminant pour le statut d’archives, pas plus que la forme ou le support ; c’est là une définition volontariste, dans une société qui continue de voir dans les archives quelque chose d’ancien. Le point faible de cette définition est sa générosité : existe-t-il des documents ou des données qui ne soient pas générés par une activité ? Cette formulation et l’interprétation qui en est faite généralement conduit au « tout est archive ». On peut y voir l’illustration du proverbe : Qui trop embrasse mal étreint. De fait, la définition légale des archives a du mal à s’imposer, tant dans les administrations que dans les entreprises, et perd en crédibilité, quand, dans le même temps, de plus en plus documents sont qualifiés d’archives en dehors des archivistes et des services d’archives, et que de plus en plus de données créant des droits et des obligations échappent à cette appellation. De ce point de vue, le second paragraphe de l’article du code qui énonce la double finalité des archives : justification des droits et documentation historique est peut-être le plus important car c’est finalement lui qui contient la définition par l’usage, un usage à deux niveaux articulés ensemble dans cette loi, même si l’administration des Archives, rattachée depuis un demi-siècle en France au ministère de la Culture a tendance, de ce fait à privilégier la recherche historique et non la justification des droits.

11Il est utile, à ce stade, d’évoquer la terminologie anglo-saxonne correspondant à « archives ». L’anglais archives renvoie aux archives historiques, celles qui sont conservées dans une finalité de recherche ; pour les documents et données justifiant des droits, le terme anglais est records qui souligne le geste d’enregistrement, de mise en mémoire. Record est attesté en français également à la période médiévale puis les deux langues ont en quelque sorte fait leur choix linguistique : le terme français insiste sur la conservation sécurisée dans un lieu dédié (le contenant et son contenu), tandis que l’anglais met l’accent sur le processus d’enregistrement et insiste peut-être davantage sur la motivation de « mise en archive » (Chabin 2012). Toutefois, le mot archives tend à s’affirmer plus largement en anglais aussi, témoin le changement de nom du Public Record Office britannique en 2011, devenu The National Archives.

12Que suggèrent ces différentes définitions pour la caractérisation des archives, face à ce qui ne serait pas des archives ? Une première réponse à cette question vient du constat que, pendant des siècles, les archives ont été opposées aux livres ; les écrits, les documents, les informations se répartissaient en deux ensembles bien séparés : les documents d’archives et les livres (manuscrits puis imprimés) ; on le voit très nettement dans la création des institutions : les Archives du royaume et la Bibliothèque royale.

13Or, la différence essentielle, originelle, entre un document d’archives et un livre est que le second est sa propre finalité (on écrit un livre pour que ce livre existe, pour qu’il soit diffusé et lu) tandis que le document d’archives est a priori la trace d’un acte politique, administratif, économique dont le but est d’instaurer un droit, d’échanger des biens ou de l’argent, de produire des obligations, etc., et non de produire des archives ; de ce fait, les archives sont un sous-produit (l’anglais by product est plus précis) d’une action et non la finalité de cette action. Le livre est créé pour transmettre une connaissance, un savoir, tandis que l’archive découle, organiquement dit-on traditionnellement, d’une action dont elle n’est que la trace mais dont elle est toute la preuve. Et il n’y a pas de preuve sans contextualisation et sans date. La valeur du livre tient d’abord à son contenu ; celle de l’archive passe d’abord par ses coordonnées spatio-temporelles (quoi ? où ? quand ? avec qui ?).

14Depuis un peu plus d’un siècle, l’usage du mot archives a largement dépassé cette acception initiale de traces adjacentes de l’activité mais sans l’abandonner. Toutefois, depuis quelques décennies, le mot archives perd du terrain dans cette acception classique, provoquant un décalage entre le mot et la chose qu’il est censé nommer. D’un côté, malgré le volontarisme de la loi, les archivistes eux-mêmes le délaissent, croyant ainsi échapper à l’image poussiéreuse des archives dans la société, alors que paradoxalement ils contribuent sans doute, en la dénonçant, à l’entretenir… De l’autre, la révolution numérique, avec l’avènement des « données » que l’on oppose trop souvent aux « documents », a perdu ses repères archivistiques et ne sait pas comment s’accommoder du terme archives. Pourtant, les données collectées par les administrations, par les géants du Web et les réseaux sociaux, par les entreprises de commerce, sont pour une bonne partie des traces d’une activité dont la finalité n’est pas la production de ces données de connexion, de navigation, de transaction, mais la recherche d’information, l’acquisition d’un service, l’achat d’un bien, le profilage des clients, etc.

15Il est assez troublant de constater que le Règlement général pour la protection des données personnelles (RGPD) – réglementation conséquente pour la vie des citoyens européens depuis mai 2018 – n’utilise pas les mots archives ou archivage pour parler de la mise en sécurité des données personnelles collectées ou utilisées par les entreprises dans l’exercice de leurs activités et qui, pourtant, sont de nature à créer des droits et des obligations. Ces données entrent complètement dans la définition légale des archives mais lui sont en même temps totalement étrangères. Personne ne semble s’en émouvoir. Les termes archives et archivistique apparaissent bien dans le RGPD mais ne concernent que les archives historiques. Doit-on en conclure que les archives sont officiellement repoussées aux confins de la connaissance historique, hors du politique, hors de la vie des gens et des territoires ? La mobilisation des archivistes pour faire reconnaître comme « données ouvertes » (open data) une part des archives administratives qu’ils collectent aura-t-elle gain de cause ?

Extension du domaine de l’archive

16Sur le plan quantitatif, la perte du « territoire des données » par l’archive est compensée par la conquête de nouveaux territoires documentaires.

17On peut distinguer trois facettes principales à ce développement, tout en soulignant les interférences ou les recoupements entre ces trois dimensions : les archives de publications, la capture du réel à des fins patrimoniales, la documentation au service d’une cause.

18Dès la fin du xixe siècle, on utilise le mot archives pour désigner des corpus de textes publiés autour d’une discipline, comme par exemple les Archives de psychologie (1902-1947) ou la revue des Archives de philosophie (à partir de 1932). Quelques décennies plus tôt, on aurait parlé de Monumenta ou de Monuments. Le sens est évidemment celui de documents de référence pour la discipline, une dimension qui n’est que suggérée dans les définitions évoquées plus haut.

19Le mot archives va s’imposer également pour les collections chronologiques des publications périodiques, à commencer par la presse. Pour des raisons de mémoire, de préservation des sources, de réutilisation éventuelle et éventuellement de preuve de ce qui a été réellement diffusé, les journaux conservent par-devers eux au moins un exemplaire de leur production, en plus du dépôt légal de la presse géré à Paris par la Bibliothèque nationale de France et par les Archives départementales en province. Le journal Le Monde a ainsi mis ses archives en ligne pour les abonnés, un gisement circonscrit et abondant sur l’information en France depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Le terme archives de presse s’est imposé, mais on pourrait imaginer que « bibliothèque de presse » ait prévalu. La similitude avec les archives tient au caractère chronologique qui évoque la notion de registre, mais aussi à la fragilité du support et l’enjeu de pérennisation des collections. Cependant, le journal est bien, comme le livre, le produit ou encore la finalité autant que le support de l’action journalistique.

20Dans la même logique, la rubrique Archives d’un site ou d’un blog empile, dans l’ordre chronologique, les publications antérieures. Le classement chronologique apparaît comme le classement « archivistique » par défaut, alors que les fonds d’archives contiennent, à côté des registres, des objets plus complexes en lien avec la provenance, la portée et la valeur des documents. Ces mêmes sites et blogs proposent une catégorisation thématique des articles mais celle-ci semble déconnectée de la notion d’archives systématiquement associée, elle, à l’échelle du temps.

21C’est encore le terme archives qui est retenu, pour les mêmes raisons et en dépit des mêmes dissemblances, pour l’audiovisuel : les archives cinématographiques et les archives de la télévision, sont constituées à 95 % de productions diffusées. L’expression « archives audiovisuelles » est désormais consacrée et renvoie principalement aux diffusions télé et cinéma ; pourtant, de plus en plus d’archives « traditionnelles » (comptes rendus d’expérience, supports pédagogiques, procès-verbaux de chantier, entretiens) sont produites sous forme de vidéos.

22Le cas des « archives audiovisuelles de la justice » est grammaticalement intéressant : il s’agit de l’enregistrement audiovisuel de certains grands procès, choisis par le pouvoir politique, à des fins de mémoire collective et d’éducation (volonté de François Mitterrand et de Robert Badinter) ; c’est en quelque sorte une publication officielle, support à la fois de la transparence de l’Etat et de son discours politique. L’on a recours à la technique audiovisuelle mais il n’y a pas de réalisateur au sens de la création cinématographique. Les images sont un by product du procès et ne sauraient exister sans lui. La finalité reste le jugement. C’est pourquoi on pourrait aussi bien parler des « archives de la justice » audiovisuelles.

23Le deuxième domaine d’extension pour les archives, tout au long de la même période, concerne la production de documents, notamment visuels et/ou sonores (audiovisuels donc), ayant pour objectif direct la production de ces archives.

24Un des plus anciens exemples est la collection « Archives de la planète » lancée par Albert Kahn à partir de 1908, constituée de 72 000 autochromes et 170 000 mètres de films produits en une vingtaine d’années sur les cinq continents et conservés à Boulogne-Billancourt.

25À partir du moment où le mot archives est utilisé dans cette démarche, il entre dans la cartographie des usages, quoi qu’il désigne. On peut cependant y voir une rupture avec le principe archivistique fondateur de respect des fonds qui suggère – tout comme la définition légale des archives – que les archives ne sont pas produites pour elles-mêmes mais comme trace d’un engagement entre deux personnes, une transaction, une relation d’autorité, un service, une réclamation ou une défense de ses intérêts. En conséquence de quoi, les archives ne sauraient être créées pour être des archives. Mais s’agit-il vraiment d’une création ? Pas au sens artistique en tout cas, du moins, ce n’est pas ce qui prime ; l’essentiel est le témoignage et l’art du dessinateur ou du photographe est au service de la description du réel éphémère. Les images existent dans la nature à l’instant T et le « créateur » d’archives ne fait que capturer cette image avant qu’elle ne s’efface. Sur le plan archivistique, on pourrait arguer d’une opération de sauvegarde de témoignages plus que de création. La finalité de la démarche est la fixation de témoignages d’un monde en voie de disparition ; les photos et les films sont alors la trace de l’opération de sauvegarde.

26Depuis un demi-siècle, toute la production d’archives orales, rendue possible ou facilitée par la technologie, relève de ce même désir de capturer le réel aujourd’hui pour en rendre compte demain ou après-demain, avec des dizaines de milliers d’interviews de responsables qui apportent un autre éclairage aux archives administratives ou militaires, de personnels d’exécution qui disent ce dont les documents ne parlent pas, de représentants de minorités qui expriment ce qui est habituellement passé sous silence, de témoins d’événements dramatiques ou festifs qui se contredisent parfois. Les archives orales, c’est la voix de l’humain face aux institutions.

27Les contenus des réseaux sociaux, stockés par les plateformes, se rattachent à cet ensemble, avec une dimension chronologique d’empilement (même s’il y aurait beaucoup à dire sur la gestion de la date par les réseaux sociaux), avec cette dimension de capture de l’éphémère. On note ici que la notion archivistique de dossier, avec le regroupement des pièces d’une même affaire permettant de retracer la genèse d’une décision dans son contexte, a disparu. Il n’y a pas de dossiers préconstitués sur les réseaux sociaux ; il y a des données et des technologies qui permettent à l’utilisateur de créer ses propres dossiers.

28On peut encore évoquer dans cette catégorie de capture du réel les mémoriaux des attentats terroristes, avec les initiatives de collecte de quelques archivistes, depuis l’attentat contre Charlie Hebdo, afin de préserver l’éphémère (Van Eeckenrode et Bouquet, 2018).

29Un troisième ensemble de documents dénommés archives par leur auteur sans répondre à la définition classique des archives est constitué par la documentation rassemblée par des associations ou des communautés dans le but de soutenir un engagement militant.

30L’exemple le plus connu et le plus ancien de ce type d’archives est celui de la communauté LGBT. Dès les années 1970, des militantes de mouvements lesbiens collectent et regroupent tous types de documents (romans, revues, tracts, vidéos, témoignages…) ayant trait à la vie individuelle et aux actions militantes ; d’autres initiatives similaires se développent dans les années et décennies suivantes, fédérées aujourd’hui au travers d’un même site Internet : http://www.archiveshomo.info/​. Le site annonce dans sur sa page d’accueil : « Bienvenue sur le site du Conservatoire des Archives et des Mémoires LGBT ». Il y a le mot « conservatoire » qui a une connotation patrimoniale ; il y a le mot « mémoire » qui reste un mot très positif dans sa consonance ; mais c’est le mot archives qui a été retenu pour le nom de domaine, preuve de son autorité sémantique. On peut citer également le site http://www.archivesdufeminisme.fr/​ qui offre les mêmes caractéristiques.

31On apprend dans les formations de documentalistes et d’archivistes la différence entre les archives (les documents originaux qui procèdent des activités de l’organisme) et la documentation (les contenus à valeur ajoutée mis à disposition des utilisateurs, souvent sous forme de copie). Mais la constitution des archives est plus subtile et on doit attacher plus d’importance au rôle joué par les documents pour celui qui les produit, qui les recueille ou qui les gère. À cet égard, il est intéressant de rappeler la définition de fonds d’archives proposée par Michel Duchein dans le Manuel d’archivistique (Direction des Archives de France, 1970) « Ensemble des pièces de toute nature que tout corps administratif, toute personne, physique ou morale, a automatiquement et organiquement réuni en raison même de ses fonctions ou de son activité ». Il est précisé :

C’est dire qu’en font partie les minutes et les doubles des pièces expédiées et les originaux et les copies des pièces reçues, aussi bien que les documents élaborés en conséquence de l’activité interne de l’organisme considéré et les pièces réunies pour sa propre documentation, ainsi que les ensembles éventuellement hérités d’autres organismes auxquels celui-ci a succédé en tout ou en partie.

32Au-delà des courriers et dossiers d’affaires, la documentation et les « ensembles » documentaires hérités d’autres organismes sont des composantes du fonds d’archives. Autrement dit, le statut d’archives ne peut s’apprécier au vu des documents tels qu’ils se présentent, comme des objets statiques, déconnectés de leur mode de production et du rôle qu’ils jouent pour leur propriétaire. Le statut d’archives dépend de la valeur que le propriétaire accorde lui-même à ses documents et à l’usage qu’il en fait dans son activité.

  • 4 Présentation de l’exposition de l’œuvre de Dorothea Lange sous le titre « Politiques du visible » a (...)

33Un autre exemple (qu’on pourrait aussi rattacher à la rubrique précédente) est la production photographique de Dorothea Lange qui a photographié l’Amérique des années 1930, en proie à la crise économique, produisant des images de détresse afin de dénoncer les injustices et faire réagir l’opinion publique. La présentation de l’exposition parisienne de la photographe en 2018 précise que « Dorothea Lange considérait sa production photographique comme une pratique archivistique »4. Cette formule, sans doute récente, renforce le point de vue que sont archives ce que le producteur, ou l’éditeur, le commentateur, considère comme archives.

Un singulier pluriel…

34Le dictionnaire de l’Académie française (9e édition) est très clair : archives est un nom féminin pluriel5. À la fin du xxe siècle encore, un professionnel des archives qui utilisait le mot archives au singulier était rappelé à l’ordre6 … Le Dictionnaire des archives, français-anglais-allemand : de l’archivage aux systèmes d’information, publié en 1991 par l’AFNOR et l’École nationale des chartes (Delmas, dir. 1991), donne pour « document d’archives » la définition suivante : « Écrit ou enregistrement qui par lui-même ou par son support a une valeur probatoire ou informative. Singulier du mot archives ». La valeur ajoutée du pluriel tient à la fois à l’appartenance intellectuelle d’un document à un fonds (le document n’a de valeur archivistique que dans son contexte) et à son appartenance matérielle à un service d’archives qui assure à l’ensemble des archives sécurité et fiabilité.

35Quinze ans plus tard, sous les influences conjuguées de l’anglais, de l’informatique, des philosophes et de l’air du temps, même les responsables des Archives nationales parlent volontiers de telle ou telle « archive » … Ce singulier archive, a toutefois plusieurs sens.

36Eric Ketelaar, ancien directeur des Archives nationales des Pays-Bas et professeur honoraire à l’université d’Amsterdam, écrivait en 2006 :

Qu’est-ce que les archives ? Là où la plupart des archivistes anglais et français emploient le mot « archives » au pluriel, les scientifiques (en dehors de la profession des archivistes) se sont mis à employer le singulier : l’archive. Pour la plupart des anthropologues, sociologues, philosophes, théoriciens de la culture et de la littérature, l’archive est l’archive foucaldienne : « le système général de la formation et de la transformation des énoncés ».

37Au-delà de la grammaire, nul doute que la dimension philosophique de l’archive influe sur l’évolution de la discipline archivistique.

38Michel Foucault en 1969 :

Par archive, j’entends d’abord la masse des choses dites dans une culture, conservées, valorisées, réutilisées, répétées et transformées. Bref toute cette masse verbale qui a été fabriquée par les hommes, investie dans leurs techniques et leurs institutions, et qui est tissée avec leur existence et leur histoire. Cette masse de choses dites, je l’envisage non pas du côté de la langue, du système linguistique qu’elles mettent en œuvre, mais du côté des opérations qui lui donnent naissance. […] C’est, en un mot, […] l’analyse des conditions historiques qui rendent compte de ce qu’on dit ou de ce qu’on rejette, ou de ce qu’on transforme dans la masse des choses dites.

39L’archive de Michel Foucault semble a priori très éloignée des documents des Archives nationales. Et pourtant, plusieurs mots ou notions doivent rapprocher les deux ensembles : tout d’abord la masse d’informations rattachées à une culture ; de ce point de vue les Archives nationales sont une masse et ce n’est pas si choquant de les voir appelées l’Archive nationale, comme le font certains Anglo-saxons. Ensuite, il y a cette chaîne d’opérations (conservation, valorisation, transformation…) qui caractérise assez bien le travail archivistique et l’utilisation des archives. Enfin, la distinction entre ce que l’on énonce et ce que l’on rejette, la sélection voulue ou subie des données, est une des caractéristiques de la constitution des archives. Le singulier insiste, et c’est une bonne chose, sur la cohésion de l’ensemble, sur la nécessaire analyse de l’ensemble et non seulement de chacune des parties. L’archive foucaldienne est bien plus large que les Archives nationales mais elle les englobe en tant qu’énoncés sédimentés d’une communauté humaine.

40Le portrait que trace Jacques Derrida de l’archive, toujours au singulier, dans Mal d’archive, une impression freudienne (1995) résonne en termes archivistiques et invite à l’utilisation du singulier pour dénommer l’entité qui résulte de la consignation, de l’enregistrement, de la sélection. Surtout, il pose les questions, avant que les archivistes ne le fassent à leur tour, de l’impact du numérique sur l’oubli et la mémoire, mettant l’accent sur les enjeux de destruction et de conscientisation de la mise en archive.

41Le Goût de l’archive d’Arlette Farge (1989) a suscité l’enthousiasme, aussi bien des lecteurs-chercheurs que des archivistes, et ce succès a certainement fait beaucoup pour la popularisation du singulier « archive », tant dans le sens collectif de centre ou service d’archives (un anglicisme) que dans le sens de document d’archives.

42Parallèlement, les expressions « une archive audiovisuelle », « une archive radiophonique », « une image d’archive » ou tout simplement « une archive » se banalisent.

De l’objet-archive au geste d’archiver

  • 7 J’ai le souvenir très net que, du temps où j’étais archiviste départementale (de 1984 à 1994), l’us (...)

43Il semble bien que, pendant des siècles, les sociétés se soient passées de mot spécifique pour décrire l’action de « mise en archive », de transfert d’un objet documentaire vers « les Archives ». C’est en soi une information. Les archives sont au centre du dispositif de mémoire et les modalités de leur constitution ne soulèvent guère de question. Les documents sont peu nombreux (en comparaison de notre société de l’information), les moyens de la conservation sont simples, les règles sont tacites. La destinée d’archive était évidente, le lieu de conservation proche, l’opération simple. Au début du xxe siècle, on parlait dans les administrations et dans les entreprises de « classer aux archives ». À la fin du siècle, le terme technique pour les archivistes était « verser aux archives ». Le mot « archivage », attesté depuis les années 1930, ne s’est imposé qu’à la toute fin du siècle, et ce n’est pas le fait des archivistes7. Depuis, il a bien prospéré, avec trois acceptions à distinguer : un sens technique, un sens managérial et un sens social.

44Je m’appuie ici sur une étude des occurrences du mot archivage dans les archives du journal Le Monde, entre la création du journal en 1944 et 2014 (Chabin 2014). Les 477 occurrences du mot archivage dans le quotidien sur la période (c’est très peu) sont néanmoins révélatrices de l’utilisation du terme (à partir des années 1980) et de sa palette de sens dans des contextes variés. Quatre valeurs sont ressorties de cette analyse (dans l’ordre de fréquence d’emploi) : l’archivage comme mission de collecte et de conservation du patrimoine et de la mémoire collective (l’actualité de l’INA arrive en tête des thématiques, les médias sont naturellement intéressés par la télévision), l’archivage du point de vue des supports, l’archivage du point de vue des producteurs des documents qui archivent et l’archivage comme processus de mise en mémoire d’informations et de connaissances. Les trois dernières acceptions mettent en évidence trois développements de la notion d’archivage autour du sens étymologique de « mise en archive », analyse confortée par mes observations de ces toutes dernières années.

L’archivage comme procédé technique

45La première apparition du mot archivage dans les pages du Monde date de 1953. Il s’agit d’une interview du président du Syndicat des fabricants de meubles métalliques industriels et commerciaux lors du SICOB, le Salon professionnel des industries et du commerce de bureau qui s’est tenu à Paris de 1949 à 1990 : l’archivage est associé au classement et au stockage comme une des finalités du mobilier de bureau. La différence entre archivage et classement, ou entre archivage et stockage, n’est jamais très claire mais on peut conclure qu’« archivage » signifie « stockage de documents », par opposition au stockage d’autres matériaux dans l’industrie.

46Avec le développement des technologies informatiques, l’archivage confirme son sens de stockage des documents et des données. Ce dont la presse se fait écho, ce sont les performances des outils et systèmes d’archivage : réduction de la place de stockage, capacité de stockage des disques (un seul disque magnétique peut contenir 40000 images, note-t-on en 1977). L’archivage est vu à partir des supports et des outils de stockage. C’est une des fonctions de l’entreprise, au même titre que l’aménagement des bureaux, la flotte automobile, la restauration des employés, autant de tâches que les innovations technologiques et commerciales font évoluer dans l’entreprise d’abord, dans le secteur public ensuite. L’objectif est d’automatiser les fonctions, de gagner du temps, donc de l’argent dans une transaction gagnant-gagnant.

47Cette acception de l’archivage va se poursuivre au cours des décennies suivantes avec l’émergence puis la généralisation de l’« archivage électronique » et des « systèmes d’archivage électronique ». Le poids du support dans ces expressions et dans le procédé qu’elles désignent est particulièrement prégnant : on raisonne à partir du support et non à partir du statut des documents tel qu’il est énoncé dans la définition légale des archives qui insiste sur le « quel que soit le support ». Cette contradiction est rarement relevée. Elle est pourtant très structurante, ou plutôt déstructurante. Le support numérique, en imposant des outils et des compétences technologiques le plus souvent étrangères à l’archiviste (qui n’est pas un spécialiste du support mais un spécialiste des archives), brouille le jeu de la mise en archive : l’archiviste, s’il n’y prend garde, est marginalisé. Des auteurs anglosaxons et suisses ont mis en avant la nécessaire évolution de l’archiviste, dans le monde numérique, prônant l’évolution de « gardien de supports » vers un « gestionnaire de droits », mais cette théorie a malheureusement fait long feu, notamment en France où les outils maintiennent leur suprématie dans l’organisation des archives produites très majoritairement aujourd’hui sous forme numérique (McKemmish & Upward 1994 ; CDA CH/L 2002).

48Avec le développement des réseaux, avec l’offre d’externalisation dans le nuage (cloud), avec la cybercriminalité et la réglementation pour la protection des données, la sécurité s’impose comme une composante inévitable de l’archivage : l’archivage doit forcément aujourd’hui être sécurisé, à l’aide de technologies innovantes en termes de signature numérique, d’horodatage, de migration de format, etc.

49Cette acception de l’archivage est avant tout technique et le terme archivage est d’abord utilisé par les fournisseurs de matériels et de service aux entreprises et aux administrations, bien loin de l’activité des archivistes et de l’analyse de la valeur probante et des contenus. Il est intéressant à cet égard de relever que dans le glossaire de la Pratique archivistique française (1993) l’entrée archivage est minimaliste : « Action d’archiver. En informatique : mise en mémoire d’une donnée ». Le titre du Dictionnaire des archives, français-anglais-allemand : de l’archivage aux systèmes d’information (1991) est plus innovant mais surtout marketing car la définition donnée ensuite de l’archivage fait un peu marche arrière : « terme employé dans les bureaux pour le rangement des dossiers d’affaires terminées ». Dix ans plus tard, dans le Dictionnaire de terminologie archivistique de la direction des Archives de France (2001), le terme archivage a encore une définition très logistique mais il ne se limite plus au monde des bureaux ; le service d’archives entre en piste : « Transfert de documents qui ont cessé d’être d’utilité courante dans un local de stockage ou dans un service d’archives compétent pour les recevoir »8.

50Autrement dit, c’est le monde industriel, avec les prestataires en externalisation de documents et de données (« tiers-archiveurs » papier ou électroniques), qui a imposé « archivage » comme terme professionnel, terme que les archivistes ont fini par reprendre à leur compte. On parle aujourd’hui de plateforme d’archivage électronique ou de « programme interministériel d’archivage numérique » (VITAM) mais il s’agit d’abord de conservation numérique, c’est-à-dire d’un procédé technologique qui permet la pérennisation et la consultation d’importants volumes de fichiers. La qualité archivistique des contenus, le processus de sélection ne relèvent pas de cet archivage-là9.

51L’utilisation du dérivé « désarchivage » par un certain nombre de fournisseurs de service (il suffit de googliser le mot pour le constater) confirme cette acception logistique de l’archivage, malgré ma modeste tentative de rattacher le mot au processus de réévaluation des archives plusieurs années après leur « mise en archive » et de destruction des documents et données périmés (Chabin 2007, chap. 6 « Désarchiver » : http://www.marieannechabin.fr/​archiver-et-apres/​6-desarchiver/​).

L’archivage comme processus

52En parallèle et à l’opposé de l’approche de la gestion des « archives » par l’objet matériel, c’est-à-dire par le support, se situe l’approche par le risque.

53Les données du problème sont simples : 1) il y a un risque à conserver ou à ne pas conserver ; 2) ce risque doit être assumé par quelqu’un.

54Conserver ou ne pas conserver ? Telle est la question. Tout document (information enregistrée sur un support, quel que soit ce support) est une trace dont l’existence, la disparition ou la circulation non contrôlée et inopportune peut nuire à son propriétaire : sanction administrative en cas de destruction anticipée de documents réclamés par une autorité de contrôle ou en cas d’utilisation illégitime de données personnelles, ou bien échec d’un projet faute de disposer de données fiables suffisantes, ou encore accusation d’un tiers pour la divulgation d’informations laissées à l’abandon. Inversement, la présence ou l’absence d’archives peut se révéler très bénéfique si elle est anticipée avec finesse et justesse : gain de temps et de pertinence des collaborateurs dans l’accès à des données stratégiques (plutôt que de les réinventer), transparence vis-à-vis d’un audit ou du public (bénéfice médiatique ou du moins évitement d’un incident médiatique), possibilités de connaissance et de savoir à moindre coût. L’archivage s’oppose dans ce sens au « non-archivage », à l’attitude passive devant la production de données, à l’acceptation de l’absence de règle.

55Qui assume ce risque ? Qui, en cas de mauvais traitements des documents et des données, est juridiquement (civilement et pénalement) et moralement responsable ? C’est toujours le propriétaire des documents, c’est-à-dire l’entreprise, l’établissement, l’association au nom de qui ces documents et données ont été créés et utilisés. Sur le plan individuel, quelqu’un engage sa responsabilité dans l’existence, la non-existence et la diffusion des traces qu’il détient, et cet individu paiera de sa personne en cas de crise due à ces mauvais traitements, ou se verra reprocher de ne pas avoir fait ce qu’il aurait dû faire.

56On n’est plus dans un procédé technique mais dans un processus de management. Il ne s’agit plus de gérer un groupe d’objets (les documents) qui se trouvent déjà là et qu’il faut stocker en donnant accès à l’information qu’ils contiennent. Il s’agit ici de constituer un fonds d’archives, c’est-à-dire de séparer ce qui sera conservé de ce qui ne sera pas conservé, ou, en d’autres termes, de sélectionner ce qui sera archivé. Bien évidemment, l’ensemble résultant de la sélection devra, dans un second temps, être géré dans l’espace et dans la durée.

57La prise en compte du risque archivistique et de son corollaire en termes de conservation-destruction plus ou moins sécurisées nécessite des règles et un contrôle de l’application de ces règles. Dans cette perspective, l’archivage est le processus qui, en référence aux règles prédéfinies, fait d’un document lambda un document d’archives et le distingue du tout-venant informationnel. Le geste raisonné d’archiver créer l’archive.

58Cette acception de l’archivage, comme processus contrôlé par ceux qui assument le risque documentaire et mis en œuvre par ceux qui manipulent et gèrent l’information, est notamment défendue par le CR2PA, club des responsables de politiques et projets d’archivage confrontés aux enjeux de la conservation et de la destruction des actifs informationnels et des documents engageants (autres synonymes des archives au sens traditionnel, tous supports confondus). Il y a une dizaine d’années, le CR2PA a forgé l’expression « archivage managérial » pour démarquer cette approche d’archivage par le risque aussi bien de l’archivage logistique et de l’archivage électronique que de l’archivage à finalité historique. L’archivage managérial s’affirme comme un équivalent français du records management anglo-saxon : dès la création (achèvement-validation-diffusion) d’un document, celui-ci, en raison de son caractère engageant pour l’entreprise, doit être géré en lien avec le niveau d’engagement, c’est-à-dire en fonction des risques de non-disponibilité (risque mis en avant par la norme ISO 15489 sur le records management), de sur-conservation (au nom du Règlement général pour la protection des données personnelles, les personnes concernées par les données peuvent exiger leur effacement) et de divulgation indue (notamment le risque de cyberattaque).

  • 10 Les contenus du MOOC sont toujours disponibles sur le site et la chaîne Youtube du club : http://bl (...)
  • 11 Citations, respectivement, de Bruno A. Bernard (L’Oréal), Aurélien Cornaux (BnF), Aurélie Fouqueray (...)

59Comme support pédagogique de son discours, le « CR2PA, club de l’archivage managérial » (tel qu’il se nomme aujourd’hui), a produit un MOOC « Bien archiver, la réponse au désordre numérique », réalisé en partenariat avec l’université Paris10-Nanterre et diffusé avec succès sur la plateforme FUN (France Université Numérique) en 2015 et 201610. Au-delà des principes et bonnes pratiques de records management déclinés dans plus de soixante vidéos, l’acception organisationnelle et juridique de l’archivage ressort assez bien des propos de plusieurs intervenants du MOOC : « La question est de savoir : pourquoi on garde, pourquoi on jette ; c’est la première question » ; « Une politique managériale de haut niveau qui, finalement, va faire sortir cette information de pratiques individuelles génératrices de risques » ; « Faire du processus d’archivage un geste qui soit naturel mais aussi intelligent pour les collaborateurs de l’entreprise » ; « Repenser le numérique comme environnement et non plus comme support » ; « C’est effectivement plus une question de culture et d’éducation que d’état de l’art »11. Dans cette vision, l’archivage se situe entre analyse de risque et comportement responsable.

60L’archivage fait l’archive. La formule, en dépit de sa limpidité grammaticale, ne fait cependant pas l’unanimité. Elle est en effet contrecarrée par deux courants de pensée. D’une part, l’interprétation courante de l’englobante définition légale des archives qui conduit au « tout est archive » ; or, si tout est archive par défaut, il n’y a rien à archiver ; la question de la sélection ne se pose plus, sauf pour l’archiviste, investi du pouvoir de tri historique. D’autre part, la théorie selon laquelle les capacités de stockage et de recherche des outils numériques exonèrent désormais du tri, tout pouvant être conservé dans le cloud (ou via d’autres technologies naissantes), géré et/ou retrouvé grâce aux algorithmes.

61L’archivage managérial, en tant que processus responsable du choix de ce qu’une entreprise doit garder ou jeter dans son intérêt, trouve toutefois un écho dans les réflexions de chercheurs sur les archives du savoir et de la recherche, domaine a priori non concerné par les enjeux de risque financier et juridique (les interactions existent cependant et il faudrait approfondir le sujet). En réaction aux pratiques archivistiques du secteur public forgées dans les années 1970 dans la ligne de la généreuse définition déjà citée, Marc Ratcliff (université de Genève) écrit :

Pour toute une tradition archivistique, le problème fondamental consiste à définir les archives. Face à cette position épistémologique implicite, je propose d’explorer une hypothèse complémentaire : le problème fondamental, dont l’existence même des archives dépend, est de l’ordre du comportement archivistique.

  • 12 Cité par Goulven Le Brech, « La réflexivité en archivistique et l’objet “archives de la recherche”  (...)

62Le modèle C.R.C.A. (comportement de recherche/comportement archivistique) développé par Marc Ratcliff met en évidence la responsabilité du chercheur dans la sélection des traces et, par conséquent, dans la constitution des fonds (Ratcliff 2015)12.

63Quelle que soit l’acception que l’on retienne de l’archive, on doit constater que le geste de mise en archive (l’archivage) de tout objet d’information est créatrice de sens pour demain ; l’intervenant n’a pas toujours conscience de cette action mais elle est conscientisable et partiellement conscientisée à différents niveaux de responsabilité et d’intérêt.

  • 13 Le mot archivation est ici une traduction de l’anglais archivization, terme utilisé par la suite pa (...)

64C’est aussi le sens de la formule de Jacques Derrida quand il écrit (Le Mal d’archive, toujours, en 1995) : « L’archivation produit autant qu’elle enregistre l’événement », soulignant la dimension créatrice du geste au-delà du procédé technique13.

L’archivage comme démarche personnelle et pédagogique

65L’analyse des occurrences du mot archivage dans le journal Le Monde depuis sa création fait ressortir, au tournant du siècle, un nouvel usage du terme, dans un environnement artistique, pour désigner une démarche assez personnelle, voire intime, de mise en mémoire de ce que l’on a peur d’oublier, ou de perdre. Le journaliste Michel Guerrin écrit en 2003 : « L’archivage et l’accumulation sont également à la mode, adoptés par nombre d’artistes actuels », puis en 2004 : « Dans un autre registre, plusieurs expositions abordent la notion d’archivage comme geste artistique et moyen de produire de l’histoire. Amasser, révéler, détourner des images, parfois anodines, leur donner un statut noble, les faire parler14. »

66Au-delà de ces exemples journalistiques, il n’est plus rare de voir le substantif archivage et le verbe archiver utilisés dans un contexte a priori non archivistique où la connotation poussiéreuse de naguère fait place à une certaine faveur et même une certaine ferveur.

67Surtout, dans plusieurs exemples de « création archivistique revendiquée » apparaît une évolution du sens de l’archivage, un sens qui se distingue aussi bien du procédé technique de stockage et de conservation que du geste responsable d’anticipation des risques et des besoins d’information à venir. En effet, le focus mis sur la démarche en tant que telle suggère que le geste d’archiver pourrait être finalement plus important que les archives qui en résultent.

68Bien sûr, l’intention énoncée est de préserver des traces, d’en faire des archives que l’on pourra revoir, réécouter, relire, rejouer, revivre peut-être, mais il apparaît aussi, de manière ténue mais réelle, que la conscientisation du geste d’archiver capte autant sinon davantage l’attention que les objets-archives auxquels il donne naissance. L’instant de la mise en archive, l’archivage, concentre l’essentiel.

69Anouk Dunant Gonzenbach expose ainsi comment, à titre personnel, elle a « accompagné » un atelier de danse dans le projet d’archivage du processus de création artistique. Le point à souligner est la volonté de la compagnie de danse de s’inscrire dans une continuité d’activité chorégraphique plutôt que de simplement laisser les traces permettant un récit de ce qu’elle a fait hier. Même si l’archiviste met la main à la création matérielle des documents, l’important est l’existence du processus de danse à documenter et l’intention du producteur. L’intervention archivistique n’a pas de conséquence sur le contenu, si ce n’est pour le rendre plus lisible et plus pérenne. Cette intervention a par ailleurs une dimension pédagogique affirmée, avec l’intention d’associer les jeunes danseurs au processus de mémorisation de la chorégraphie, à la visualisation de la création que permet cet archivage (Dunant Gonzebach 2018).

70Dans le second MOOC du CR2PA, « Le mail dans tous ses états », Louise Merzeau analyse sa pratique de la messagerie électronique et pointe justement cette conscientisation du geste d’archiver, c’est-à-dire de classer dans les archives :

Au vu de la puissance actuelle des outils de recherche, on peut se demander s’il est utile, ou même nécessaire, d’archiver ses mails. Pour ma part, la réponse est très nettement oui, et ce pour plusieurs raisons. Une raison qui tient à une fonction générale, et peut-être par ailleurs assez personnelle, du classement dans son rapport à la mémorisation. Je pense que le classement permet de mémoriser, non seulement par le stockage, le tri, l’organisation qu’il génère, mais tout simplement parce que je vais moi-même, y compris sur le plan quasi-psychologique, je vais mémoriser ce que j’ai classé. Cela ajoute une couche de conscientisation, une sorte de métadonnée, pas forcément explicite et codée comme telle, mais qui va s’associer dans la mémoire au contenu qui est classé. C’est là une raison très générale et qui n’est pas propre au mail15.

71Un autre exemple est l’utilisation du verbe archiver dans l’écriture d’un journal de voyage. Exilé volontaire au bord du lac Baïkal, Sylvain Tesson (2011) écrit pour la journée du 8 avril 2010 :

Tempête. Tout ce qui reste de ma vie ce sont les notes. J’écris un journal intime pour lutter contre l’oubli, offrir un supplétif à la mémoire. J’archive les heures qui passent. Tenir un journal féconde l’existence. Le rendez-vous quotidien devant la page blanche du journal contraint à prêter meilleure attention aux événements de la journée – à mieux écouter, à penser plus fort, à regarder plus intensément.

72D’une certaine manière, l’archive est toujours le « sous-produit » d’une action dont la finalité se distingue de la création même de l’archive, mais la finalité n’est plus ici une mesure administrative ou une acquisition immobilière, ni même la constitution d’une documentation de savoir, la finalité est la prise de conscience de ces informations à l’instant T, l’intégration du possible à la vie présente, un moyen pour « l’archiveur » de se repérer et de se positionner dans le temps et l’espace grâce à ces éléments d’information qu’il s’approprie, qu’il ingère tout en les enregistrant. La fixation des données sur un support favorise l’appropriation ici et maintenant de ce que vit celui qui archive. Le fruit de l’archivage est alors une acquisition de connaissance immédiate et non une possibilité de connaissance dans un futur non défini. On assiste à une sorte de transfert de connaissance de l’objet archivé vers l’archiveur au moment même de la création de l’archive.

Conclusion

73Cette cartographie des sens affirmés ou constatés des mots archives et archivage, au gré des écrits et des comportements, met en évidence une diversification des usages telle que les mots semblent être parfois le seul lien entre les choses différentes qu’ils représentent.

74Les archives désignent des objets aussi variés que des titres juridiques, des publications, des journaux, des collections d’articles de blog, des fichiers numériques compressés, de la documentation militante, etc. mais il existe aussi d’autres mots pour caractériser ces objets d’information, ces traces de l’activité et ces sources de connaissance. Par ailleurs, si tout aspire à être archive, au moins dans le code du patrimoine, tout n’est pas archive dans la réalité. Quel est alors le point commun entre tous ces objets documentaires ? La question ne se posait pas dans un temps où les écrits se résumaient à des actes et des livres conservés dans des institutions différenciées selon des règles stables. Mais la démultiplication des acteurs de l’écrit, permise par le progrès des techniques et technologies d’enregistrement de l’information ont fait éclore une grande diversité d’objets que leurs propriétaires ou utilisateurs, de fait, appellent archives. Pour quelle raison ? Le point commun caractéristique de ces différents exemples « d’archives » n’est ni le statut de leur producteur ni leur contenu ni leur lien avec le passé ni leur processus de création, mais la relation qu’entretient celui qui parle avec le document dont il parle.

75Il ressort de cette analyse de l’emploi du mot archives que, fondamentalement, sont archives les documents que l’on regarde comme des archives, auxquels on attribue le statut d’archives. La plupart des acceptions du mot archive s’expliquent finalement par l’intention de la personne qui produit ou s’approprie un document, l’intention d’utiliser ce document dans le cadre de son activité (administrative, créatrice, sociale…), d’en faire un morceau de mémoire, une référence personnelle, une justification de son action. Cette acception élargie de l’archive peut sembler loin de la définition archivistique traditionnelle mais si on prend en compte la démocratisation de l’information (tout le monde produit, reçoit et manipule des écrits et des images dans sa vie quotidienne), l’emploi diversifié du mot archive(s) correspond plutôt bien à l’essence universelle et atemporelle de l’archive : une trace humaine que l’on estime importante, mise à part et gérée pour appuyer une action humaine.

76Ce que l’on peut noter, dans cette évolution qui n’en est pas vraiment une, c’est le passage d’une définition absolue des archives (des objets présentant telles caractéristiques intrinsèques) à une appréhension relative des archives. Face à l’image classique de documents d’archives statiques, alignés sur des rayonnages, l’intention de la personne qui crée, collecte ou utilise un document, devient centrale dans la place qu’occupent aujourd’hui les archives dans la société.

77Cette approche relative et dynamique des archives est sans doute à l’origine de l’émergence du mot archivage et à la faveur dont ce mot (et le geste qu’il porte) semble bénéficier depuis une décennie. L’analyse chronologique de l’usage des termes fait apparaître l’antériorité de l’acception technique d’archivage (le stockage d’archives) sur les acceptions de processus (managérial, artistique, personnel). Les différentes acceptions sont encore liées mais il faudra observer si l’écart entre la dimension technique et la dimension humaine ne se creuse pas au cours des prochaines années. Par ailleurs, sur le plan linguistique, il serait intéressant de comprendre pourquoi c’est le terme « archivage » qui a prévalu et non le terme « archivation », attesté pourtant dès les années 1950 et plus suggestif au regard des usages actuels.

78Sur les plans archivistique et sociologique, il faudrait également approfondir l’interaction entre le développement des technologies et l’appropriation de la notion d’archives par un nombre croissant d’interlocuteurs. Outre les capacités de la technologie au service de la production, de la diffusion et de l’utilisation de l’information, il est très vraisemblable que les réseaux, l’accélération des échanges qu’ils induisent et le sentiment d’éphémérité qui en découle pour les humains, jouent un rôle dans l’évolution des concepts d’archive et d’archivage dans la société.

79Les conclusions de ce panorama d’usage de mots autour de l’archive sont par nature limitées car il s’agit plus d’une observation critique que d’une étude scientifique, laquelle reste à mener, autour des concepts cette fois (les objets d’information et les gestes qui s’y rattachent), au-delà des mots, quels que soient les mots, en dépit des mots. Gageons que cette recension pourra y contribuer.

Haut de page

Bibliographie

Aimes, Paul (1952), « Avant-projet d’une théorie archivistique moderne », La Gazette des archives, 11, pp. 15-27 : https://www.persee.fr/doc/gazar_0016-5522_1952_num_11_1_1361.

Bazin, Maëlle & Van Eeckenrode, Marie (dir. 2018), Mise en archives des réactions post-attentats : enjeux et perspectives, La Gazette des archives, 2/250.

CDA CH/L (Conférence des directrices et des directeurs des Archives cantonales et des Archives fédérales, ainsi que de la Principauté du Lichtenstein) (2002), Stratégie globale pour la conservation à long terme des documents électroniques en Suisse : http://vsa-aas.ch/wp-content/uploads/2016/02/f_strategie.pdf.

Chabin, Marie-Anne (1996), « Les nouvelles archives ou conclusions d’une revue de presse », Gazette des archives, 172, pp. 107-130 : https://www.persee.fr/doc/gazar_0016-5522_1996_num_172_1_3395.

Chabin, Marie-Anne (2007), Archiver et après ? Paris, Djakarta : http://www.marieannechabin.fr/archiver-et-apres/.

Chabin, Marie-Anne (2012), Le Records management : concepts et usages, AFNOR, http://www.arcateg.fr/wp-content/uploads/2017/03/MAC-Le-Records-management.-Concept-et-usages-2012.pdf.

Chabin, Marie-Anne (2014), « L’archivage dans le Monde », sur blog : http://www.marieannechabin.fr/analyses/archivage-dans-le-monde/.

Delmas, Bruno (dir. 1991), Dictionnaire des archives, français-anglais-allemand : de l’archivage aux systèmes d’information, AFNOR/École nationale des chartes.

Derrida, Jacques (1995), Mal d’archive, une impression freudienne, Paris, Galilée.

Direction des Archives de France (1970), Manuel d’archivistique. Théorie et pratique des archives publiques en France, Paris, S.E.V.P.E.N.

Dunant Gonzebach, Anouk (2018), « Création, semis et palabres : l’archivage de processus de créations chorégraphiques et archives vivantes », in Archiver le temps présent. Les fabriques alternatives d’archives, Actes des Journées des Archives, UCLouvain, 26-27 avril 2018.

Farge, Arlette (1989), Le Goût de l’archive, Paris, Seuil.

Foucault, Michel (1969), « La naissance d’un monde » (entretien avec J.-M. Palmier), Le Monde, supplément : Le monde des livres, 7558, 3 mai 1969, p. VIII ; repris dans Dits et écrits I. 1954-1975, Paris, Quarto-Gallimard, 2001, texte 68.

Ketlaar, Eric (2006), « (Dé) Construire l’archive », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 2/82, pp. 65-70, https://www.cairn.info/revue-materiaux-pour-l-histoire-de-notre-temps-2006-2-page-65.htm.

McKemmish, Sue & Upward, Frank (1994), « Somewhere beyond custody », Archives & Manuscripts, 22/1, pp. 136-149, https://core.ac.uk/display/36806646.

Ratcliff, Marc J. (2015), « Archives des savoirs concurrentiels et comportement archivistique : le modèle C.R.C.A. », in Bert & Ratcliff (dir.), Frontières d’archives : recherches, mémoires, savoirs, Paris, Archives Contemporaines, pp. 17-28.

Tesson, Sylvain (2011), Dans les forêts de Sibérie, Paris, Gallimard.

Ven Eeckenrode, Marie & Bouquet, Frédéric (2018), « Archiver un lieu, documenter un geste : les mémoriaux éphémères des attentats de Bruxelles », in Archiver le temps présent. Les fabriques alternatives d’archives. Actes des Journées des Archives, UCLouvain, 26-27 avril 2018, http://hdl.handle.net/2078/197368.

Haut de page

Notes

1 https://www.littre.org/definition/archives.

2 http://www.cnrtl.fr/definition/archives/1.

3  https://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do?cidTexte=LEGITEXT000006074236&dateTexte=20181231.

4 Présentation de l’exposition de l’œuvre de Dorothea Lange sous le titre « Politiques du visible » au musée du Jeu de paume, 16 octobre 2018-27 janvier 2019, http://www.jeudepaume.org/?page=article&idArt=3017.

5 https://academie.atilf.fr/9/consulter/archives?page=1.

6 La publication en l’an 2000 de mon ouvrage Le management de l’archive, m’a valu une réputation de révolutionnaire.

7 J’ai le souvenir très net que, du temps où j’étais archiviste départementale (de 1984 à 1994), l’usage du mot archivage était extrêmement rare dans mon milieu professionnel.

8 https://www.francearchives.fr/fr/article/28204344.

9 http://www.programmevitam.fr/.

10 Les contenus du MOOC sont toujours disponibles sur le site et la chaîne Youtube du club : http://blog.cr2pa.fr/mooc/.

11 Citations, respectivement, de Bruno A. Bernard (L’Oréal), Aurélien Cornaux (BnF), Aurélie Fouqueray (Réseau Ferré de France), Louise Merzau (Paris10) et Philippe Bazin. Voir aussi les mots du teaser du MOOC : https://youtu.be/1fqtlhK1Kk0, et plus généralement le vocabulaire du CR2PA : http://www.cr2pa.fr/.

12 Cité par Goulven Le Brech, « La réflexivité en archivistique et l’objet “archives de la recherche” », 8e colloque du Groupe interdisciplinaire de recherche en archivistique (GIRA), Université de Montréal, 30 novembre 2018.

13 Le mot archivation est ici une traduction de l’anglais archivization, terme utilisé par la suite par d’autres philosophes, notamment Bernard Stiegler. Je l’ai toutefois lu récemment sous la plume d’un archiviste, Paul Aimès (1952).

14 http://www.marieannechabin.fr/analyses/archivage-dans-le-monde-5sur6/.

15 MOOC « Le mail dans tous ses états », Semaine 3. Écrire, lire, classer, https://vimeo.com/198836784.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Anne Chabin, « Archive(s) et archivage(s) »Signata [En ligne], 12 | 2021, mis en ligne le 31 mai 2021, consulté le 20 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/signata/2992 ; DOI : https://doi.org/10.4000/signata.2992

Haut de page

Auteur

Marie-Anne Chabin

Professeur associé à Paris 8, Marie-Anne Chabin enseigne la gestion des données à risque dans le master Gestion stratégique de l’information, tout en exerçant comme consultant-expert auprès des entreprises autour de sa méthode Arcateg, au sein de son cabinet Archive 17 créé en 2000 (www.arcateg.fr).
Elle a auparavant exercé comme archiviste départemental, consultant en GED et responsable de la vidéothèque d’actualités de l’INA. Elle est membre fondateur du CR2PA (Club de l’archivage managérial), regroupant de grandes entreprises.
Passionnée de diplomatique depuis ses études à l’École des chartes, elle aime à commenter l’actualité informationnelle et documentaire sur ses blogs et les réseaux sociaux.
Courriel : marie-anne.chabin[at]univ-paris8.fr
Associate Professor at the University of Paris 8 (Vincennes-Saint-Denis) for the records management training program, Marie-Anne Chabin is also Director of the advisory firm Archive 17, founded in 2000 (www.arcateg.fr).
A graduate of the École nationale des chartes, she first gained experience as an archivist in the public sector, then as a document management consultant and manager of the INA’s news video library. She is also a founding member of the CR2PA (French association for records management).
Passionate about the critical study of written documents (field of diplomacy) and of issues pertaining to memory, she likes to comment the news on her blogs and social networks.
Email: marie-anne.chabin[at]univ-paris8.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search