Navigation – Plan du site

AccueilNuméros12Institutions et gestes de l'archiveEnjeux et principes d’un modèle d...

Institutions et gestes de l'archive

Enjeux et principes d’un modèle descriptif des Collectes de mémoires

Issues and principles of a descriptive model of memory collections
Claire Scopsi

Résumés

Les Collectes de mémoires, sont des productions publiées sur le web, composées de documents d’archives numériques ou numérisés, éditorialisés pour produire un document composite relatant un fait du passé. Elles émergent sur le web à partir de 2005, favorisées par les progrès du numériques et la mise à disposition de documents anciens par le biais des archives ouvertes, et des valorisations des corpus dans le cadre des humanités numériques. Leur multiplication témoigne des usages publics du passé et à ce titre elles sont susceptibles de devenir un objet d’étude des Memory studies. Parfois produites en dehors de tout institution, elles ne sont actuellement ni répertoriées, ni conservées. Les modèles de description documentaires (EAD, Dublin Core) ne sont pas adaptés à ces documents composites, dont la textualité réside dans les modalités de structuration d’éléments documentaires préexistants. En s’appuyant sur des exemples, cet article propose le principe et les primitives d’un modèle de description de ces documents composites, en s’appuyant sur la caractérisation de la sélection, de l’ordonnancement et de la visualisation des unités documentaires composant une Collecte de mémoires. Il conclut par l’importance d’élaborer des critères d’analyse formelle des marques d’autorité des sites afin d’en qualifier le degré de fiabilité. Ce modèle vise à mieux connaître ces formes éditoriales afin de les répertorier, et d’en conserver la structure.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En proposant dans cet article la grammatisation des Collectes de mémoires numériques, j’introduis dans les Memory studies un objet original, défini par sa structure sémiotique et non par sa légitimité institutionnelle. Il s’agit de penser la mémoire collective en dehors des structures épistémologiques classiques qui distinguent radicalement la mémoire de l’histoire et de la saisir par sa forme observable : sa forme documentaire. Par l’expression Collectes de mémoires, je désigne donc des productions publiées sur le web, composées de documents d’archives ou de témoignages enregistrés, associés ou non à des documents originaux, et éditorialisés pour produire un document composite relatif à un fait du passé. On assiste à un phénomène de multiplication de ces publications, lié au contexte numérique et aux pratiques anthologiques identifiées par Milad Doueihi (2011). À partir de 2005, les formats de vidéos adaptés au web, les caméras numériques à prix abordables et les plateformes d’hébergement vidéos en cloud se développent. Le grand public enregistre et filme des témoignages et les met en ligne en toute autonomie ; avec les logiciels de publication web (comme Wordpress, Drupal, Joomla, et la famille des Wiki), il éditorialise et valorise des documents numérisés et les intègre à des textes. Ces opportunités éditoriales rencontrent une période de grand intérêt public pour l’histoire et de nouvelles approches du patrimoine.

2Longtemps ignorés, les sites web de mémoires commencent à apparaitre dans des travaux de recherche, car ils sont les traces observables de la relation qu’entretiennent les sociétés avec leur passé commun et recèlent parfois, comme nous le verrons plus loin, d’intéressants ensembles de témoignages populaires sur le passé. Mais les initiatives des associations et des particuliers ne sont pas répertoriées par les bibliothèques ou les centres d’archives, dont les efforts se concentrent sur les collections physiques, ou les productions émanant d’institutions. Elles demeurent donc dispersées sur le web, et, si elles apparaissent dans la base du dépôt légal du web français de la BNF, on ne peut les y retrouver car il n’en existe pas de description bibliographique, puisque ce que je nomme ici Collectes de mémoires n’est pas un type de document ni un genre identifié. On découvre donc ces pépites par bouche à oreille ou par un patient travail de recherche dans les résultats des moteurs de recherche du web. C’est ainsi que j’ai identifié les sites web que je cite pour appuyer cet article. La conséquence de cette absence d’identification est que ces sites mémoriels ne suscitent pas encore, en tant que tels, d’efforts de conservation. Ils disparaissent, ou sont démantelés lors de leur migration ou de leur archivage. Les sites ou portails de mémoires se sont multipliés depuis une quinzaine d’années, et cette durée permet d’observer leurs évolutions et la façon dont leurs structures sont traitées lors des migrations vers d’autres environnements de publication. On constate alors, que si les documents unitaires et leurs métadonnées descriptives, survivent parfois à la migration de la collection, les éléments d’éditorialisation, c’est-à-dire les tris, les assemblages et les agencements de ces pièces, pourtant également porteurs de sens, disparaissent dans l’opération. Ce caractère éphémère rend difficile l’étude de ces productions foisonnantes et le principe d’un modèle formel de description de ces documents composites que j’amorce ici, vise d’une part à signaler aux archivistes ou bibliothécaires patrimoniaux l’intérêt de conserver ces Collectes de mémoires et, d’autre part, d’entamer une réflexion sur la possibilité de décrire la façon dont les documents numériques unitaires s’intègrent dans des ensembles composites pour produire, à chaque fois, une connaissance originale.

3Pour cela, je présenterai dans la première partie le contexte d’apparition de ces Collectes de mémoires et les enjeux de leur description. Dans la deuxième partie j’analyserai la nature de ces productions : mémoires « collectives » (Halbwachs 1925), et « empruntées » (Ricœur 2003), elles sont des mémoires « documentaires » au sens de Nora (1984), et peuvent être décrites en tant qu’objets sémiotiques. Dans la troisième et dernière partie, je montrerai quels peuvent être les critères de description des éléments de textualité d’une Collecte de mémoires. Je proposerai l’exemple de la description des sélections et des ordonnancements de ressources, et celui de la qualification des autorités informationnelles.

1. Définition des Collectes de mémoires : un phénomène de retour sur le passé lié au numérique

4Dans Histoire et mémoires, conflits et alliance, Philippe Joutard (2013) avance la thèse d’un phénomène mémoriel et en retrace l’émergence. Il rappelle qu’à l’édition scientifique de l’histoire se sont ajoutés l’édition populaire et l’engouement du public pour les récits vécus. Certains, comme le Cheval d’Orgueil, de Pierre-Jackez Hélias (1975), rencontrent des succès en librairie. Des émissions de télévision, avec les séries documentaires de Hubert Knapp1, se sont glissées dans ce créneau dès la fin des années 1950. Le théâtre de témoignage, dans la lignée de la production engagée d’Armand Gatti, connait encore une grande vitalité2. Le Chagrin et la pitié de Marcel Ophüls (1971) et Shoah de Claude Lanzmann (1985) sont devenus les références, parfois controversées, d’un genre cinématographique qui repose sur des témoignages menés et contextualisés par le cinéaste pour construire un récit historique (Besson 2012). Depuis les années 2000, les outils de captation numérique ont contribué à des œuvres mémorielles diversifiées, s’adressant à un public plus spécifique ou plus réduit. Des web-documentaires, des audio guides, des expositions virtuelles opèrent une médiation en ligne des mémoires collectées (Besson et Scopsi 2016).

5Parallèlement, on assiste à ce que le philosophe Jürgen Habermas a appelé « l’usage public de l’histoire » (1988) et Jacques Revel et François Hartog « usage politique du passé » (Hartog et Revel 2001). C’est une approche affective de l’histoire, sans distanciation scientifique, qui s’exprime par la voix des témoins. Il s’agit aussi d’une appropriation de la mémoire collective par les gouvernements et les institutions nationales sous la forme de commémorations et d’exhortations au devoir de mémoire. Les commémorations de la Guerre 14-18, ont ouvert la voie à de nouvelles opérations mémorielles. La grande collecte lancée en 2013 et 2014 à l’occasion du centenaire de la Grande Guerre par la mission du Centenaire, la Bibliothèque nationale de France et le réseau des Archives de France a invité les Français à montrer leurs souvenirs familiaux de la Grande Guerre (correspondance, dessins, photographies, objets) à des professionnels des Archives nationales et départementales. Les plus intéressants ont été numérisés et mis en ligne sur le site internet du lieu de collecte, voire, pour les plus prestigieux, sur le site national de la Grande Collecte3.

6Les archives numérisées ouvertes de la Library of Congress, de Gallica, d’Europeana, et des multiples portails de valorisation de sources numérisées qui ont vu le jour depuis la première décennie du 21e siècle, sont disponibles pour tous les projets de valorisation. Les documents et leurs métadonnées circulent librement et sont réintégrées dans de nouvelles productions. Des amateurs-experts s’en emparent pour les réutiliser dans des articles de blogs, des expositions virtuelles, des webdocumentaires ou des bases de données (Beaudouin et al. 2018). Des pratiques similaires s’observent dans le monde muséal. Fin 2017, le musée de Bretagne4 met en ligne sous licence Creative Commons/Domaine Public 150 000 œuvres et documents, en incitant le public à les réutiliser. Ces productions de collectionneurs ou d’historiens amateurs se mêlent, sur le web, aux valorisations patrimoniales et scientifiques. Les missions des professionnels de la science, de la connaissance et du patrimoine évoluent et chercheurs, archivistes, bibliothécaires, conservateurs de musées, sont de plus en plus incités à produire des contributions sur le web. Les institutions patrimoniales investissent les plateformes du web pour publiciser leurs collections. Retronews5, le « site de presse de la BNF », illustre cette tendance. Les sources de presse et les illustrations qu’il propose sont issues de Gallica, où chacun peut les consulter. Retronews les republie, intégrées à des articles rédigés, par des chercheurs, sur un mode volontairement vulgarisateur. Du côté des collections graphiques, la plupart des grands musées ont ouvert des expositions virtuelles sur la plateforme Google Arts6. Des œuvres choisies y sont thématisées et accompagnées de cartels.

7La méta-discipline des Humanités Numériques conduit, entre autres, à des projets d’archivage des données de la recherche, produites par le passé ; tout au moins pour les données qui n’ont pas été irrémédiablement perdues. Bertrand Müller s’inquiète, en 2006, de la « situation précaire des archives de la connaissance dans les archives publiques et universitaires » (Müller 2006, § 10) et s’interroge sur l’absence d’une réflexivité qui interdira dans le futur de « reconstituer le contexte, c’est-à-dire l’espace social et conceptuel configuré par les enjeux et les effets des controverses dans le champ scientifique à un moment donné ». Le Rapport sur la sauvegarde des données qualitatives des sciences sociales, présenté en 2003 au Ministère délégué à la Recherche et aux nouvelles technologies (Cribier et Feller 2003), déplore que « les enquêtes, les entretiens qui ont donné la parole à des anonymes, une fois publiés les textes, articles ou rapports qu’ils ont alimentés, n’ont fait que rarement l’objet d’une conservation propre » (Ibid., p. 4). Depuis, des projets de numérisation pour la conservation de ces corpus ont été lancés. Ils s’accompagnent de la réalisation de portails de valorisation de ces données et des recherches qu’elles ont occasionnées. C’est le cas, par exemple, de Criminocorpus7, portail consacré à l’Histoire de la justice, de Bobines Féministes8, projet de valorisation de films et archives liées au Mouvement de Libération des Femmes, ou du projet ANR LITTéPUB, qui a ouvert une plateforme consacrée aux relations entre la littérature et la publicité9.

8L’intérêt des Collectes de mémoires ne réside pas seulement dans leur contribution aux commémorations nationales ou à la médiation patrimoniale. Ces sites commencent à intéresser les chercheurs car ils sont les indices des mutations que le web introduit dans le processus mémoriel et notamment la façon dont s’y estompent les frontières entre institutionnels et amateurs. Ainsi, Sophie Gebeil a tracé dans le dépôt légal du web, l’émergence, entre 1999 et 2014, des mémoires des communautés et associations d’immigrés maghrébins (Gebeil 2016). Valérie Beaudouin, constate « qu’une grande partie de la mémoire de la Grande Guerre en ligne est produite par des individus hors institution, qui ont acquis une visibilité inédite grâce à l’essor d’internet » (Beaudouin 2018, p. 69). Marta Severo poursuit en 2019, avec le projet ANR Collabora, son étude de la relation des institutions et des amateurs, autour des plateformes contributives du secteur culturel10. Comme dans d’autres domaines des sciences participatives, les « historiens de métier », que Marc Bloch (1949) et Paul Ricœur (2003) considèrent comme seuls compétents pour dire l’histoire, rencontrent sur la toile, les « pro-am » (Leadbeater et Miller 2004 ; Flichy 2010) c’est à dire les amateurs éclairés. Dans notre domaine, il s’agit d’historiens amateurs ou de collectionneurs passionnés, qui confrontent leurs méthodes dans les forums ou dans les zones de commentaires des blogs, et ont désormais accès aux sources numérisées de l’Open Archive. Le glissement de l’amateur au professionnel se fait insensiblement. Par exemple, le groupe de chercheurs indépendants, Prisme 14-1811 qui anime un blog consacré aux fusillés de 14-18, a été constitué par le général Bach, historien, ancien commandant du Service Historique de l’Armée de Terre entouré d’historiens amateurs.

9Toutes ces activités aboutissent à la production, sur le web, de documents composites résultant d’une sélection, d’un ordonnancement de documents parfois originaux, parfois déjà mis en ligne dans des bases d’archives ouvertes. S’y ajoutent des commentaires et des annotations produites uniquement par les auteurs du site, ou bien ouvertes à la participation des internautes. Ces publications peuvent être réalisées par des acteurs divers, particuliers, associations, archivistes ou professionnels des musées et mémoriaux, scientifiques… Ces différences contribuent à la complexité de cet objet. Mais elles ont en partage – outre d’être des narrations du passé – la même nature composite et numérique et la même fragilité. Ce sont des éphémères du web, dont la permanence et la valeur documentaire n’ont pas encore été pensées.

2. Les enjeux d’une description adaptée des collections mémorielles en ligne

10Un regain d’intérêt pour certaines de ces productions se dessine parmi les institutions de commémoration. La mission Centenaire 14-18 a labellisé les projets « les plus innovants et les plus structurants pour les territoires »12. Parmi ces projets figurent des sites web, et le site Mémoire des poilus de la Vienne13, qui établit un mémorial virtuel des soldats de 14-18, nés dans la Vienne et décédés pendant le conflit, affiche ce label. Le site a été créé et animé par Frédéric Coussay, un informaticien et généalogiste amateur.

11La recherche ménage une place, modeste encore, aux « mémoires en ligne » (Scopsi et Besson 2016). Les Memory studies ont vu l’importance nouvelle du web dans la construction des mémoires collectives, avec l’émergence des mémoriaux en ligne (Haskins 2007) et la capacité, propre au web, d’inscrire des mémoires « on-the-fly » (Hoskins 2009). Mais ces travaux portent davantage sur l’inscription mémorielle du présent par les mnémotechnies, que sur le travail d’anamnèse sur le web à partir de traces collectées. Louise Merzeau défend l’idée d’une grammatisation de la mémoire qui prenne en compte la « transformation de la trace numérique en souvenir », c’est-à-dire la conversion des traces en documents (Merzeau 2014, p. 60), mais elle demeure dans les limites de la mémoire individuelle et des souvenirs personnels. L’intérêt pour l’anamnèse collective à partir des traces numériques, qui est la caractéristique des Collectes de mémoires, se développe surtout avec les commémorations de la première guerre mondiale, et s’appuie donc beaucoup sur les sites de ce thème. Dès 2004, Nils Fabiansson dresse un panorama des sites web consacrés à la grande guerre et conclut que les contenus importent moins que les interactions que le réseau autorise entre les chercheurs. Il prédit que le web conduira à une mémoire de la Grande Guerre plus iconographique et plus internationale (Fabiansson 2004, p. 176). Le blog Sources de la Grande Guerre14 créé en 2012 par Michaël Bourlet (enseignant-chercheur en histoire) et Gwladys Longeard (archiviste-paléographe et conservatrice du patrimoine) établit une liste de sites mémoriels, dont une trentaine sont des blogs d’amateurs. Par le biais de l’étude des usages du patrimoine numérisé de la Première Guerre mondiale, des chercheurs en viennent à s’intéresser aux forums, blogs et sites alimentés par les documents des archives ouvertes (Natale 2017), et aux motivations et pratiques de leurs auteurs (Amar et Chevallier 2018).

12Malgré ce regain d’intérêt, nombreux sont les exemples de sites qui, malgré leur succès ou leur intérêt, courent le risque de disparaitre. Le site Histoires de ch’tis15, a été créé en 2005. Il publie des « textes » courts (4 ou 5 lignes), le plus souvent en patois, proposés par les internautes ou rédigés par les fondateurs du site. Tous sont consacrés à des faits anciens et des souvenirs liés au travail des mines et à l’environnement social des cités minières. Il compte en 2019 près de 20 000 histoires, 10 000 illustrations et 3 000 membres inscrits. Cependant il n’a jamais, à ma connaissance, fait l’objet d’un article de la presse locale, ni d’un lien sur le site du Centre Historique Minier de Leuwarde.

13Les blogs, Mémoire de Langeac16 et Mémoire de Siaugues17, animés par un policier de Haute Loire entre 2008 et 2015, ont rassemblé les habitants de ces petites régions suburbaines et rurales autour de l’histoire de leurs localités. Ils comptabilisent environ 200 000 visiteurs et les échanges autour des cartes postales ou documents anciens publiés sur les blogs, construisent une mémoire locale de l’urbanisme, des commerces et des petits artisans locaux. En déshérence depuis 2015, ces blogs sont toujours visibles et suscitent encore quelques commentaires. Ils disparaitront tôt ou tard, frappés d’obsolescence logicielle ou lorsqu’on jugera inutile de renouveler l’hébergement.

14Il arrive heureusement que les collectes soient préservées en étant confiées à des centres d’archives. Mais l’on se heurte alors à une autre difficulté : celle de la granularité documentaire. En effet, les Collectes de mémoires sont des œuvres composites qui intègrent et éditorialisent d’autres œuvres ou documents. Lorsque, dans les bases d’archives, le primat est donné à la composante et non à l’œuvre composite, c’est la structure et le sens de l’œuvre mémorielle qui disparaissent, comme le montre l’exemple du projet Memorias de la Faceef.

  • 18 L’adresse de ce site était en 2016 : http://memorias.faceef.fr. Le site n’est plus accessible en 20 (...)

15Le projet Memorias, lieux de mémoire et d’histoire de l’immigration et de l’exil espagnols en Île-de-France a été mené par la Fédération d’Associations et Centres d’Émigrés Espagnols en France (Faceef). L’objectif de Memorias est de recenser tous les lieux d’histoire et de mémoire de l’immigration espagnole en France, à Paris et dans l’ensemble de l’Île-de-France. La dimension historienne est clairement énoncée sur le site : « Il y a donc urgence à repérer et étudier ce patrimoine matériel et immatériel pour enrichir nos connaissances sur l’histoire de l’immigration espagnole en France. » Il s’agit de produire des connaissances. Dans le cadre de ce projet, des entretiens oraux ont été menés avec des témoins et publiés sur un site dédié18.

Figure 1.

Figure 1.

Copie d’écran du site http://www.memorias.faceef.fr/​ effectuée par l’auteur de l’article en 2015. Le site est fermé depuis 2016.

16Le site initial, qui se veut un « lieu de mémoire », propose un ensemble cohérent de documents numériques ordonnés et introduits par des textes qui présentent l’objectif du projet Memorias, ses partenaires, ses acteurs et sa méthodologie. La page d’accueil affiche des vignettes qui sont des photogrammes issus des captations des entretiens. On y perçoit les contours d’un genre visuel déjà codifié : le témoignage filmé (Descamps 2006 ; Scopsi 2017). Le témoin, assis, y est présenté face à la caméra et filmé en « plan poitrine ». On repère rapidement un déséquilibre des genres (deux femmes et quatre hommes) et une diversité des âges. Le regard s’attarde sur les punctums : le béret et le carrelage de cuisine visibles dans une vignette, contrastent avec la bibliothèque fournie et l’œuvre d’art qui figurent au second plan de deux autres vidéos ou avec le fond sombre et la chaise impersonnelle du studio où se sont déroulés trois des entretiens. Cette mosaïque nous donne à voir la diversité des témoins, de leur classe sociale, mais aussi des conditions de réalisation et de mise en scène des témoignages.

17Après le dépôt de bilan de la Faceef, le site a été fermé et il n’existe de trace de la page d’accueil que dans la copie d’écran réalisée en 2015, ce qui n’autorise plus que l’analyse succincte que je viens de livrer. Les enregistrements oraux des témoins ont été versés dans le catalogue Odysseo de l’association Génériques où ils apparaissent sous la forme suivante, lorsqu’on recherche par le terme Faceef.

Figure 2.

Figure 2.

Résultat de recherche par le terme « Faceef » dans Odysseo le 17 mars 2019.

18Les entretiens ont été sauvegardés, mais la granularité de l’accès a changé, les vignettes ont disparu remplacées par un générique unifié, et la logique de la collecte, c’est à dire ce qui reflétait le regard et l’intention des initiateurs du projet, est difficilement perceptible.

19La Collecte de mémoires présente parfois une collection de documents résultant d’une curation. C’est le cas, par exemple des expositions virtuelles, des billets de blogs illustrés de documents d’archives numérisés, ou même de sites plus ambitieux qui présentent de vastes ensembles de documents, issus de sources ouvertes, éditorialisées autour d’un thème commun. L’unité de ces collections ne résulte pas d’un versement préalable à la conservation, mais de la « cueillette » et de la valorisation de documents issus de sources diverses. Le terme curation désigne la pratique intentionnelle d’un individu ou d’un groupe d’individus, qui consiste à agencer des contenus ou des fragments, par différents moyens techniques et dans un contexte éditorial donné. Le néologisme désigne souvent une activité professionnelle dont la finalité est de rechercher, assembler et partager continuellement des contenus pertinents sur un sujet donné, à l’aide d’outils numériques (comme les agrégateurs). C’est ainsi qu’il a été défini par Rohit Barghava (2009). Je prends ici le terme au sens, plus général, que lui donne Marcello Vitali Rosati (2016), qui insiste davantage sur le fait qu’il s’agit d’une pratique réalisée par un ou plusieurs individus dans un contexte fermé. Ce sens est plus proche de la notion de « curateur d’exposition » (Glicenstein 2015), qui comprend une relation critique et narrative aux contenus assemblés.

  • 19 Content Management System.

20Constitué et éditorialisé par Nadja Ringart, réalisatrice, féministe et sociologue, et Hélène Fleckinger, historienne du cinéma, le corpus Bobines Féministes est une plateforme de valorisation des archives vidéos numérisées et des documents de formats divers (iconographie, textes, articles, témoignages, affiches, musiques et chansons, objets militants etc.), témoignant des débuts du Mouvement de Libération des Femmes (MLF). La collection est composée de plusieurs centaines de documents multi formats, annotés, indexés et organisés en parcours thématiques. Elle s’appuie sur un travail participatif de collecte et d’incitation à l’archivage et à la mise en mémoire, mené depuis 2012 auprès des militantes, témoins de cette époque. Il comporte également des copies numériques autorisées de vidéos et de documents issus de bibliothèques, de cinémathèques spécialisées ou de l’INA. Les données sont gérées avec le CMS19 Drupal. Des développements spécifiques ont été réalisés afin de permettre une navigation fine d’un document à l’autre et de juxtaposer des articles et des documents dont l’association fait sens. Dans la plateforme Bobines, chaque document peut être considéré comme l’annotation d’un ou plusieurs autres, sans hiérarchie prédéfinie. Un article de presse scanné vient contextualiser une vidéo ; une vidéo illustre un texte ; des documents graphiques forment controverse ou, au contraire, se précisent l’un l’autre. L’exemple ci-dessous montre trois documents formant un ensemble cohérent : une photographie du défilé du 1er mai 1971 mené par le Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire (FHAR), un entretien vidéo avec une militante du FHAR, un article du numéro du 23 avril 1971 du périodique Tout, développant les revendications qui feront l’objet de la manifestation du 1er mai 1971, mais sans annoncer cette manifestation. Les auteurs du site ont intégré manuellement des liens pour que ces trois archives qui leur paraissent indissociables, s’affichent côte à côte à l’écran.

Figure 3.

Figure 3.

Copie d’écran du portail « Bobines féministes, en 2019 ».

21Lorsque s’est posée la question de la migration des contenus de la plateforme vers un autre logiciel, il est apparu que les parcours de navigation seraient définitivement perdus. Les fichiers numériques des documents unitaires et leurs métadonnées descriptives au format Dublin Core, sont exportables, mais pas les annotations et les liens minutieusement mise en place entre les documents. Or, ces liens font partie intégrante du récit historique que livrent les auteures. L’enjeu, dans la curation, n’est plus de décrire le document, car celui-ci est souvent déjà décrit et mis en ligne dans une archive ouverte. C’est l’agencement global qui porte le sens original de la collecte. Mais les schémas de description courants ne sont pas adaptés aux documents composites. Par exemple, le format Dublin Core, très utilisé dans les archives ouvertes, ne permet de décrire que le document unitaire.

3. Décrire les Collectes de mémoires en tant qu’objet sémiotique

  • 20 Encoded Archival Description ou description archivistique encodée.

22Les archivistes, en rédigeant un instrument de recherche, produisent la description d’une collection composite. Avec le schéma EAD20, cette description peut être formalisée jusqu’à un certain point. Mais l’instrument de recherche s’applique à un ensemble constitué pour une conservation, et ne concerne pas les publications numériques qui valorisent des documents. L’EAD n’est donc pas conçu pour décrire des procédés d’éditorialisation. Pourtant, son exemple nous permet ici d’appréhender le double enjeu d’une modélisation formelle. D’une part, la modélisation permet de rédiger des métadonnées utiles afin d’identifier une collection et ses composantes et de lui fournir des points d’accès ; d’autre part, elle propose une structure normée de rédaction d’instruments de recherche et un vocabulaire adapté à sa nature de document composite.

23Dresser un modèle formel complet adapté à la structure particulière des Collectes de mémoires serait bien sûr trop long pour cet article. Je me contenterai d’évoquer quelques primitives : les sélections, les ordonnancements, les visualisations et les formes d’autorité. Mais tout d’abord, la nature particulière des Collectes de mémoires doit être précisée. Ce sont des éditorialisations de documents assemblés autour d’un objet du passé. De ce fait, leur nature est triple :

  • une nature psychique : ces Collectes relèvent du phénomène mémoriel : ce sont les manifestations d’une anamnèse, et, en tant que phénomène psychique, elles sont intentionnelles, c’est-à-dire qu’elles s’appliquent à un objet du passé. Elles sont les mémoires « de quelque chose » (Brentano 1944, p. 101).

  • une nature documentaire : la composante psychique s’exprime via la médiation documentaire qui est une inscription du mnème, et peut prendre la forme d’un document isolé (photographie, texte, témoignage enregistré) ou d’un ensemble de documents (album, exposition, corpus, ouvrage site web etc.) Mais, en tant que document composite, la Collecte est autre chose qu’une somme de textes, car, comme nous l’avons vu, leur agencement contribue à la constitution du sens.

    • 21 « L’auteur opère son choix entre tous les sujets, entre toutes les formes littéraires et documentai (...)

    une nature narrative : les Collectes de mémoires sont une écriture du passé. Ce caractère ne s’exprime pas uniquement au travers de la textualité des unités documentaires qui la composent, mais aussi par la textualité spécifique des collectes, s’appuyant sur la sélection, l’agencement et les procédés de visualisation. Cela nous renvoie à la définition de l’œuvre de l’esprit par Paul Otlet (1934), comme une « sélection continue » et un « ordre de disposition »21.

24Les Collectes de mémoires sont structurées en premier lieu, par les modalités et les critères de sélection des ressources. La sélection peut être manuelle : l’auteur de la narration choisit un document particulier qu’il intègre de façon unitaire au récit, en maîtrisant pleinement le choix des documents. C’est ce qu’il fait lorsqu’il choisit, dans une archive ouverte, une photographie pour illustrer un texte. La sélection peut aussi être automatique. L’auteur délègue alors la sélection à un algorithme, auquel il soumet des critères de sources et/ou de filtres de contenus, et il ne consulte pas forcément chaque document. C’est ce qui s’applique lorsqu’un auteur inclut un fil de syndication pour afficher les nouveautés d’une archive ouverte, ou d’un blog, dans son propre site. Enfin, la sélection peut être collaborative lorsque des internautes sont invités à effectuer des sélections manuelles pour alimenter la narration. La maîtrise du choix par l’auteur principal dépend alors des règles de validation qu’il instaure. Dans le site Histoires de Ch’tis (ci-dessous), la narration résulte de milliers de micro-récits et documents choisis par les internautes, que les auteurs du site valident et publient dans un Wiki.

Figure 4.

Figure 4.

Histoires de ch’tis, http://www.histoires-de-chtis.com/​ (copie d’écran réalisée le 15/10/2019).

25Un deuxième élément de structuration est l’ordonnancement des ressources. De nombreux éléments des sites mémoriels sont représentés sous des formes ordonnées : des éléments sont affichées sous forme de listes ou de mosaïques, ou bien regroupés pour former des classes dotées de sens ou pour produire un effet visuel et esthétique. On peut distinguer ainsi des tris objectifs, réalisés automatiquement à partir d’une métadonnée (mot-clé, nom propre, date etc.) et qui sont facilement reproductibles en utilisant la même clé de tri. Le site Mémoire des Poilus de la Vienne présente des fiches militaires de soldats qu’il classe selon deux types d’ordonnancements : l’un par la ville de naissance du soldat, l’autre par son régiment. L’emplacement de ces deux index, qui encadrent la fiche, dénote l’importance de ce double point d’accès. Il représente l’identité du site et la spécificité du travail de son auteur : une généalogie militaire centrée sur le département de la Vienne.

Figure 5.

Figure 5.

Site Mémoires des poilus de la Vienne - http://poilusdelavienne.blogspot.com/​ le 31/03/2019.

26Les tris subjectifs reposent sur des critères implicites. Réalisés manuellement, ils relèvent de la culture ou du point de vue de l’auteur de la narration. Ils sont plus complexes à décrire et à reproduire en cas de migration logicielle, car il faut conserver l’emplacement de chaque élément dans le groupe. Par exemple, dans le portail Bobines féministes, la disposition des rubriques thématiques de la page, propose aux visiteurs un parcours logique qui les conduit des origines du mouvement féministe (« mythe des origines »), aux grands thèmes de revendications (« Avortement-Contraception », « Viol » …), et s’achève par des angles d’analyse (« Journaux-Revues », « Solidarités internationales »).

Figure 6.

Figure 6.

Site Bobines féministes. Copie effectuée en 2018. http://dev.labex-arts-h2h.fr/​bobinesfeministes/​base/​.

27L’ordonnancement peut aussi consister en des liens sémantiques entre des ressources qui concernent des classes peu nombreuses (moins d’une dizaine de documents), liées par un sens fort, que le producteur cherche à mettre en évidence par l’ordonnancement et l’affichage. Juxtaposée à d’autres éléments dans un contexte différent, la même image prend un tout autre sens. Dans la figure 7 (ci-dessous), qui reproduit un extrait de la fiche Wikipédia consacrée à Rimbaud, le fragment d’une photographie censée représenter Rimbaud trentenaire à Aden, est intégré à une série de portraits classés par ordre chronologique. L’ensemble montre l’évolution physique du poète à travers ses portraits.

Figure 7.

Fiche Wikipédia item Arthur Rimbaud (extrait). Copie effectué le 15/10/2019.

Figure 8.

Figure 8.

Chez les libraires associés https://chezleslibrairesassocies-rimbaud.blogspot.com/​2010/​04/​rimbaud-photos-retouchees.html.

Blog consacré à Rimbaud (fragment). Copie effectuée le 15/10/2019.

28Dans la figure 7, le même fragment de photographie, associé aux mêmes portraits, invite à comparer les formes du visage, et devient un indice qui alimente la controverse sur l’authentification du portrait d’Aden comme étant celui de Rimbaud. Dans les deux exemples, les mêmes documents ont des statuts différents. Un modèle formel de description de Collecte de mémoires doit pouvoir caractériser ces rapprochements de documents.

29Un troisième type d’éléments de structuration relève des « schèmes organisateurs » (Flon et Jeanneret 2010) c’est-à-dire des procédés de visualisation standards mis en œuvre dans l’univers du web. Certains procédés d’affichage sont devenus très courants dans les Collectes de mémoires parce qu’ils sont produits par des modules intégrés aux CMS et qu’ils couvrent des besoins récurrents dans les narrations mémorielles.

30C’est le cas (liste non exhaustive) :

  • des listes, qui sont l’expression d’une classe de ressources, positionnées les unes au-dessous des autres, ordonnée ou non ;

  • des diaporamas qui sont l’expression d’une classe de documents de type image, ordonnés selon un tri objectif ou subjectif ;

  • des time lines qui sont l’expression d’une classe de documents ordonnés par un tri sur un critère objectif de date ;

  • des cartes qui sont l’expression d’une classe de documents ou de données ordonnées sur un critère objectif de lieu ;

  • des mosaïques etc.

31Ils ne sont pas sans rappeler les « patterns » de Jack Goody qui désigne sous ce terme des formes standardisées de réorganisation de l’information (à travers des listes ou des tableaux). Souvent d’ordre visuel, ce dispositif formel « oriente la production du sens, qu’il ne définit pas en lui-même par sa disposition spatiale sur le support d’inscription. » (Flon et Jeanneret 2010). Il peut être utile d’intégrer la mention de ce schème organisateur dans un modèle de description, pour indiquer, par exemple, que lors d’un changement de logiciel, cette fonctionnalité de visualisation doit être reproduite par le nouvel outil.

32Les modalités éditoriales d’autorité forment un quatrième type d’élément structurel. Le terme de Collecte de mémoires s’applique sans distinction aux corpus scientifiques, aux archives, aux mémoriaux en lignes, aux blogs d’amateurs, de collectionneurs. Pour des motifs sociaux ou culturels, nous n’accordons pas le même statut à ces productions. Or la fidélité des Collectes de mémoires au fait passé, sa vérité donc, est un paradigme fondamental parce que toute mémoire, est, selon Ricœur une « requête de vérité » (Ricœur 2003, p. 66). Ce qui distingue les Collectes de mémoires des œuvres de fiction, est donc la confiance que nous accordons d’une part à l’authenticité de leurs documents, et d’autre part leur véracité, c’est à dire leur capacité à représenter le réel. Les marques d’autorité des Collectes de mémoires sont des éléments objectifs sur lesquels se fonde cette confiance.

33Je prends ici la notion d’autorité au sens que lui donne Evelyne Broudoux (2007) qui s’appuie sur la définition, par Annah Arendt, de l’autorité comme une soumission volontaire, impliquant une relation inégalitaire et hiérarchique entre les individus (c’est-à-dire que les uns acceptent l’autorité d’un autre), et une transmission de cette relation par cooptation, comme une tradition (Broudoux 2007, p. 1). Par exemple, la confiance du lecteur dans la parole des historiens, assurée par principe à l’ensemble des historiens parce qu’ils appartiennent à la classe des scientifiques, est une soumission symbolique qu’aucune loi ou règle écrite n’impose mais qui est inscrite dans notre culture et notre société. Certaines catégories d’autorités énoncées par Evelyne Broudoux sont visibles dans nos sites mémoriels. Elles peuvent servir de point de départ pour construire un indice d’autorité, qui permettrait de caractériser la valeur historiographique d’un site.

34L’autorité énonciative repose sur la rhétorique, la personnalité et la force perlocutoire d’un individu, c’est-à-dire sur sa capacité à produire un effet et faire réagir un auditoire. L’autorité énonciative sur le web, peut s’évaluer par la notoriété, la popularité ou l’influence d’un auteur, qui se mesure désormais de façon quantitative par le nombre de clics, de liens entrants, ou des citations (Alloing 2016). Elle s’évalue aussi de façon qualitative, selon les représentations sociales induites par la présentation que l’auteur fait de lui-même et de son travail de collecte. Par exemple, le concepteur du site Mémoire des poilus de la Vienne construit son autorité énonciative par plusieurs procédés qualitatifs. Il fait preuve de transparence en signant ses articles de son vrai nom (on peut le « Googliser » et constater que la presse locale du Centre lui consacre des articles et qu’il est invité à livrer des conférences). Il fait preuve de sincérité en se présentant comme « passionné d’histoire en général et de généalogie en particulier » ce qui revient à indiquer, de façon implicite, qu’il n’est pas un historien de profession. Il suggère son expertise par son ancienneté dans la pratique du blogging (depuis 2009), et le fait qu’il anime plusieurs blogs (cela compose une sorte d’œuvre). Ces procédés montrent aussi que l’autorité énonciative des amateurs croise assez peu les critères d’autorité des institutions scientifiques. L’autorité institutionnelle, au contraire, est une caractéristique de « classe » que détiennent certaines professions ou institutions et qui se répercute sur leurs membres. Cette autorité peut bénéficier indirectement aux amateurs, par le jeu de labels et de partenariats qui manifestent une reconnaissance du travail de l’amateur par les institutions. Ainsi, le site Mémoire des poilus de la Vienne est inscrit à l’inventaire général du patrimoine culturel de la région Nouvelle Aquitaine et affiche le label de la Mission centenaire. L’autorité liée au contenu relève d’un genre dont tous les représentants sont a priori revêtus d’un même degré d’autorité. L’historiographie fait plus autorité que le roman historique, et, selon Ricœur et Bloch, les chartes et traités sont plus fiables que les témoignages oraux. Le genre se repère par des traces éditoriales, comme la présence d’un appareil critique et d’une bibliographie, ou la ligne éditoriale d’une plateforme d’hébergement. Dans les Collectes de mémoires, le fait que l’auteur prenne soin de citer exactement la source des documents numériques présentés, est, à l’évidence, un élément majeur pour renforcer l’indice d’autorité. L’ouverture du site aux commentaires des internautes et l’établissement de dialogues ouverts entre l’auteur et les visiteurs renforcent encore la confiance, car les visiteurs peuvent critiquer et contester des sources ou signaler des inexactitudes. Ces modalités d’autorité font partie de l’identité du site et elles devront figurer dans une description de la Collecte.

Conclusion

35Cet article rend compte d’un travail en cours et esquisse la démarche de modélisation d’une forme d’éditorialisation des mémoires, étroitement liée aux innovations numériques, et aux mouvements d’Open Archives. J’ai essayé de montrer que ces sites, qui consistent en un assemblage de ressources patrimoniales numériques ou numérisées, sont utiles pour appréhender la relation des sociétés contemporaines au passé et pour accéder à de nouvelles sources de connaissances historiques. Étudier ces Collectes de mémoires dépend de la capacité des bibliothèques, des centres d’archives et des institutions patrimoniales en général, à identifier, répertorier, décrire et conserver les sites mémoriels traitant des thèmes qui les concernent. Mais les outils méthodologique et conceptuel de ces traitements documentaires restent à concevoir. Les quatre exemples d’éléments de structuration avancés montrent qu’il est possible de caractériser ces Collectes en s’appuyant sur leur nature documentaire et narrative. Un schéma de description adapté à la nature spécifique de ces sites composites, peut ainsi conduire à l’élaboration de répertoires et de catégorisations utiles pour la Recherche, et, à un horizon plus lointain, à produire des logiciels de publication de Collectes de mémoires, intégrant ces jeux de métadonnées afin de les produire dès la conception du site. Un travail de recensement plus complet des éléments à intégrer à un modèle formel est actuellement en cours et doit permettre de poser les bases d’un modèle en langage RDFS.

Haut de page

Bibliographie

Alloing, Camille (2016), La E-réputation. Médiation, calcul, émotion : médiation, calcul, émotion, Paris, CNRS Éditions.

Amar, Muriel & Chevallier, Philippe (2018), « Les usages des documents patrimoniaux numérisés sur la Grande Guerre : naissance d’un questionnement » in Beaudouin, Chevallier & Maurel (dir.), Le Web français de la Grande Guerre : réseaux amateurs et institutionnels, Presses universitaires de Paris Nanterre, 2018, pp. 21-43.

Beaudouin, Valérie (2018), « Les amateurs et la mémoire », in Beaudouin, Chevallier & Maurel (dir.), Le Web français de la Grande Guerre : réseaux amateurs et institutionnels, Presses universitaires de Paris Nanterre, pp. 55-79.

Beaudouin, Valérie, Chevallier, Philippe & Maurel, Lionel (2018), Le Web français de la Grande Guerre : réseaux amateurs et institutionnels, Presses universitaires de Paris Nanterre.

Besson, Rémy (2012), La Mise en récit de Shoah, Thèse (Histoire), Paris, EHESS.

Besson, Rémy & Scopsi, Claire. (dir., 2016), « La médiation des mémoires en ligne », Les Cahiers du numérique, 12(3), pp. 9-14.

Bhargava, Rohit (2009), Manifesto For The Content Curator: The Next Big Social Media Job Of The Future? (30 septembre 2009) Consulté 19 mars 2019, URL : https://www.rohitbhargava.com/2009/09/manifesto-for-the-content-curator-the-next-big-social-media-job-of-the-future.html.

Bloch, Marc. (1949), Apologie pour l’Histoire ou Métier d’Historien, Paris, Armand Colin.

Brentano, Franz (1944), Psychologie du point de vue empirique. Traduction et préface de Maurice de Gandillac, AbeBooks. Consulté 28 novembre 2015, URL : http://www.abebooks.fr/servlet/SearchResults?an=BRENTANO%20,%20Franz&tn=PSYCHOLOGIE%20DU%20POINT%20DE%20VUE%20EMPIRIQUE%20Traduction%20et%20pr%E9face%20de%20Maurice%20de%20Gandillac&cm_sp=mbc-_-ats-_-all.

Broudoux, Evelyne (2007), Construction de l’autorité informationnelle sur le web. https://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00120710/document.

Cribier, Françoise & Feller, Élise (2003), Rapport sur la sauvegarde des données qualitatives des sciences sociales : Projet de conservation des données qualitatives des sciences sociales recueillies en France auprès de la « société civile ». Rapport présenté au Ministère délégué à la Recherche et aux nouvelles technologies. Consulté le 9 décembre 2016, URL : https://cmtra.org/avec/lib/elfinder-2.0-rc1/files/NOS%20ACTIONS/Publications/Dossiers%20documentaires/Archives%20sonores/techniques%20de%20documentation/CRIBIER_2003_Projet%20de%20conservation%20des%20donn%c3%a9es%20qualitatives%20des%20sciences%20sociales%20recueillies%20en%20France%20aupr%c3%a8s%20de%20la%20soci%c3%a9t%c3%a9%20civile.pdf.

Descamps, Florence (2006), « Et si on ajoutait l’image au son ? Quelques éléments de réflexion sur les entretiens filmés dans le cadre d’un projet d’archives orales », Bulletin de l’AFAS. Sonorités, 29(29). URL : http://journals.openedition.org/afas/34.

Doueihi, Milad (2011), Pour un humanisme numérique, Paris, Seuil.

Fabiansson, Nils (2004), « The Internet and the Great War: the impact on the making and meaning of Great War history », in Saunders, N. (ed.), Matters of Conflict: Material Culture, Memory and the First World War, Londres, Routledge, pp. 166‑179.

Flon, Émilie & Jeanneret, Yves (2010), « La notion de schème organisateur, outil d’analyse sémio-pragmatique des écrits d’écran », Revue des Interactions Humaines Médiatisées (RIHM) = Journal of Human Mediated Interactions, 11(1). Consulté le 23 mars 2019, URL : http://hal.univ-grenoble-alpes.fr/hal-01290732.

Gebeil, Sophie (2016), « Les mémoires de l’immigration maghrébine sur le web français de 1999 à 2014 », Les Cahiers du numérique, 12(3), pp. 115‑138.

Glicenstein, Jérôme (2015), L’Invention du curateur : mutations dans l’art contemporain, Paris, Presses Universitaires de France.

Habermas, Jürgen (1988), « De l’usage public de l’histoire. La vision officielle que la République fédérale a d’elle-même est en train d’éclater », in Devant l’histoire. Les documents de la controverse sur la singularité de l’extermination des Juifs par le régime nazi, Paris, Éditions du Cerf.

Halbwachs, Maurice (1925), Les Cadres sociaux de la mémoire, Paris, PUF. Consulté à l’adresse http://www.uqac.ca/zone30/Classiques_des_sciences_sociales/classiques/Halbwachs_maurice/cadres_soc_memoire/cadres_soc_memoire.html.

Hartog, François & Revel, Jacques (dir., 2001), Les Usages politiques du passé, Paris, École des hautes études en sciences sociales.

Haskins, Ekaterina (2007) “Between Archive and Participation: Public Memory in a Digital Age”, Rhetoric Society Quarterly, 37(4), pp. 401‑422. https://doi.org/10.1080/02773940601086794.

Hoskins, Andrew (2009), « Digital Network Memory », in Erll & Rigney (dir.), Mediation, Remediation, and the Dynamics of Cultural Memory, Walter de Gruyter.

Leadbeater, Charles & Miller, Paul (2004), The Pro-Am Revolution: How enthusiasts are changing our economy and society, Londres, Demos.

Merzeau, Louise (2014), « Mémoire numérique : entre éditorialisation et grammatisation », Les Cahiers de la SFSIC, (10), pp. 56‑76.

Mounier, Pierre (2010), « Manifeste des Digital Humanities », Journal des anthropologues, 122-123, pp. 447-452.

Müller, Bertrand (2006), « À la recherche des archives de la recherche. Problèmes de sens et enjeux scientifiques », Genèses, no 63(2), pp. 4‑24.

Natale, Enrico (2016), « Les médiations numériques du patrimoine. Le cas du centenaire de la Première Guerre mondiale », RESET. Recherches en sciences sociales sur Internet, (6). https://doi.org/10.4000/reset.787.

Nora, Pierre (dir.) (1984), « Entre Mémoire et Histoire, la problématique des lieux », in Nora (dir.), Les Lieux de Mémoire Paris, Quarto, Gallimard (XXV-XLII).

Otlet, Paul (1934), Traité de Documentation : Le Livre Sur Le Livre. Théorie et Pratique, Mons, Éditions Mundaneum.

Ricœur, Paul (2003), La Mémoire, l’Histoire, l’Oubli, Paris, Seuil.

Scopsi, Claire (2017), « Les entretiens de mémoire filmés par des amateurs : L’amateur en histoire à la lumière de l’amateur en cinéma », in Turquety & Vignaux (dir.), L’Amateur en cinéma. Un autre paradigme. Histoire, esthétique, marges et institutions, pp. 315‑333. Consulté le 29 mars 2019, URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01967967.

Scopsi, Claire (2019), « Modélisation de la structure éditoriale des narrations mémorielles en ligne : La question des ressources liées », in Médiations des savoirs : la mémoire dans la construction documentaire : actes du 4e colloque scientifique international du Réseau MUSSI, 77‑92. Consulté le 25 avril 2020, URL : https://mussi2018.sciencesconf.org/data/24_FR.pdf.

Severo, Marta (2019), Plateformes contributives patrimoniales. Entre institution et amateur. HDR, Université de Lille.

Vitali Rosati, Marcello (2016), « Qu’est-ce que l’éditorialisation ? », Sens Public. Consulté le 23 avril 2020, URL : http://www.sens-public.org/article1184.html.

Haut de page

Notes

1 Citons notamment « les croquis », « Les provinciales » ou « ceux qui se souviennent ». Les séries télévisées de Knapp laissent la part belle aux témoignages et sont produites de la fin des années 1950, au milieu des années 1980.

2 Parmi de nombreuses autres : la Compagnie Kokoya, http://ciekokoya.wixsite.com/kokoya-international, la compagnie La Maggese http://lamaggese.fr/ interprètent sur scène des témoignages recueillis auprès d’une population.

3 http://www.lagrandecollecte.fr/lagrandecollecte/.

4 http://www.collections.musee-bretagne.fr/.

5 https://www.retronews.fr/.

6 https://artsandculture.google.com/.

7 https://criminocorpus.org/fr/.

8 http://dev.labex-arts-h2h.fr/bobinesfeministes/base/.

9 http://littepub.net/.

10 Elle y a consacré un mémoire d’Habilitation à la Direction de Recherches soutenue en 2019.

11 http://prisme1418.blogspot.com/.

12 http://www.centenaire.org/fr/la-mission/le-label-centenaire.

13 http://poilusdelavienne.blogspot.com/.

14 https://sourcesdelagrandeguerre.fr/.

15 http://www.histoires-de-chtis.com/index.php. Il comptait le 6 janvier 2018, 19 305 histoires et 9 626 photos classées par thèmes.

16 http://langeac.centerblog.net/.

17 http://siauguesstemarie.centerblog.net/.

18 L’adresse de ce site était en 2016 : http://memorias.faceef.fr. Le site n’est plus accessible en 2019.

19 Content Management System.

20 Encoded Archival Description ou description archivistique encodée.

21 « L’auteur opère son choix entre tous les sujets, entre toutes les formes littéraires et documentaires et, pour le traiter, entre tous les ordres de disposition, entre toutes les idées, toutes les possibilités de phrases, entre tous les mots. Car élaborer une œuvre, c’est procéder à une sélection continue. » (Otlet 1934, p. 257).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Copie d’écran du site http://www.memorias.faceef.fr/​ effectuée par l’auteur de l’article en 2015. Le site est fermé depuis 2016.
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/3085/img-1.png
Fichier image/png, 144k
Titre Figure 2.
Légende Résultat de recherche par le terme « Faceef » dans Odysseo le 17 mars 2019.
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/3085/img-2.png
Fichier image/png, 581k
Titre Figure 3.
Légende Copie d’écran du portail « Bobines féministes, en 2019 ».
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/3085/img-3.png
Fichier image/png, 232k
Titre Figure 4.
Légende Histoires de ch’tis, http://www.histoires-de-chtis.com/​ (copie d’écran réalisée le 15/10/2019).
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/3085/img-4.png
Fichier image/png, 857k
Titre Figure 5.
Légende Site Mémoires des poilus de la Vienne - http://poilusdelavienne.blogspot.com/​ le 31/03/2019.
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/3085/img-5.png
Fichier image/png, 485k
Titre Figure 6.
Légende Site Bobines féministes. Copie effectuée en 2018. http://dev.labex-arts-h2h.fr/​bobinesfeministes/​base/​.
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/3085/img-6.png
Fichier image/png, 834k
Légende Fiche Wikipédia item Arthur Rimbaud (extrait). Copie effectué le 15/10/2019.
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/3085/img-7.png
Fichier image/png, 260k
Titre Figure 8.
Légende Chez les libraires associés https://chezleslibrairesassocies-rimbaud.blogspot.com/​2010/​04/​rimbaud-photos-retouchees.html.
Crédits Blog consacré à Rimbaud (fragment). Copie effectuée le 15/10/2019.
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/3085/img-8.png
Fichier image/png, 265k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Scopsi, « Enjeux et principes d’un modèle descriptif des Collectes de mémoires »Signata [En ligne], 12 | 2021, mis en ligne le 31 mai 2021, consulté le 28 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/signata/3085 ; DOI : https://doi.org/10.4000/signata.3085

Haut de page

Auteur

Claire Scopsi

Claire Scopsi est docteur en Sciences de l’information et de la communication. Elle enseigne les techniques de la documentation et des archives audiovisuelles à l’Institut National des Techniques de la Documentation (Cnam Paris). Ses travaux portent sur pratiques du numérique et de l’audiovisuel pour la constitution de mémoires collectives en ligne, notamment les mémoires des communautés immigrées. Son travail d’HDR en cours de rédaction porte sur « la documentalité de la mémoire ».
Courriel : claire.scopsi[at]lecnam.net

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Signata sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search