Navigation – Plan du site

AccueilCollection électroniqueChroniques2019Brésil

2019

Brésil

Méditation sur des ruines
Ivã Carlos Lopes

Texte intégral

1En contemplant dans les années 1930 la grande esplanade — Praça da Sé — où la ville de São Paulo bâtissait une cathédrale toute neuve, Claude Lévi-Strauss avait écrit la remarque suivante : « […] c’était le centre des affaires, fidèle au style et aux aspirations de l’Exposition de 1889 : la Praça da Sé, place de la Cathédrale, à mi-chemin entre le chantier et la ruine […] » (Tristes Tropiques, chapitre XI – São Paulo). Il ne savait pas si bien dire, hélas, dans l’énonciation d’un trait persistant non pas de São Paulo, mais en fait de la dynamique du pays au fil de son histoire. Vers la fin du xxe siècle, Caetano Veloso devait composer un morceau où il entonnait une synthèse comparable : « Partout, ici, on se croirait dans un chantier, alors qu’il s’agit déjà de ruines » (paroles de la chanson « Fora da Ordem », 1991). Il faut dire qu’entre ces deux cycles, cela peut basculer quand même assez vite, et sans transition perceptible. Ayant bénéficié, une dizaine d’années durant, de la conjoncture favorable du début du xxie siècle, le Brésil avait pu donner l’impression de s’acheminer vers une période de prospérité économique doublée d’un certain progrès dans le partage des revenus et du bien-être social. De grands chantiers s’étaient alors mis en place ; on s’offrait même le luxe, assez rare en Amérique Latine, d’un régime démocratique dans ses lignes générales. Renversement des tendances, chute libre des cours de nos matières premières à l’exportation, contre-offensive du grand capital et de ses lieutenants locaux, découverte et annonce de gigantesques gisements de pétrole au large de la côte du pays — attisant les convoitises de la puissance impériale états-unienne —, recolonisation en cours du sous-continent avec son chapelet de coups d’État pas forcément dissimulés (Honduras 2009, Paraguay 2012, Brésil 2016, Bolivie 2019, on en passe…) ; le pays dévalera à tombeau ouvert, en l’espace de quelques années, la pente le ramenant à sa vieille condition subalterne, sans qu’il s’agisse à proprement parler d’un retour à la case départ : à présent on tombe beaucoup plus bas. Adieu veau, vache, cochon, couvée. Inégalités sociales, à nouveau, au palmarès mondial ; alignement servile du pays sur la géopolitique des USA ; démantèlement de l’industrie ; ravages irréversibles dans l’environnement ; politique ultra-libérale au service exclusif du grand patronat et du milieu des finances ; reprise du chômage… et c’est reparti pour un décor qui nous est si familier, celui du malaise social, sauf que cette fois en plus aigu et, sans doute, en plus durable. Le poète portugais Nuno Júdice nous pardonnera l’emprunt de son célèbre titre : c’est bien sur des ruines encore fumantes que nous évoluons maintenant, et nous avons beaucoup de réflexion à faire au milieu de ce paysage.

2À peine investi en janvier 2019, le nouveau gouvernement en place n’y est pas allé de main morte pour attaquer la fonction publique sur tous les fronts. En témoigne l’un des premiers actes de la nouvelle équipe : extinction sommaire du ministère de la Culture. De nouvelles coupes sont venues s’ajouter sans tarder aux crédits de l’éducation supérieure et de la recherche publique, pourtant déjà assez esquintées depuis le coup d’État de 2016. En même temps le ministère de l’Éducation (qui gère, outre l’école élémentaire, l’université et la recherche) s’est lancé dans une offensive tous azimuts contre les universités publiques dont il s’est appliqué à bafouer l’image devant l’opinion générale, en mettant sur la sellette, avant tout, les recherches proclamées « peu utiles », autrement dit l’investigation fondamentale dans les sciences dures et l’essentiel de ce qui se fait dans les sciences humaines et sociales. C’est dans un tel contexte de pénurie budgétaire et d’attaques gouvernementales contre tout ce qui bouge dans la culture, l’éducation et la recherche que se sont, malgré tout, produites les manifestations scientifiques de la saison 2019 dans les principaux centres de recherche sémiotique du pays. On ne sera donc pas surpris de constater, dans les débats en cours, une attention plus marquée à l’égard des problèmes politiques et sociétaux ; effectivement, jamais autant que ces dernières années la tribu sémiotique brésilienne n’a tourné son regard analytique vers « ce qui se passe » dans la vie sociale, politique et économique, ici et maintenant. Contre la même toile de fond se sont dessinées les initiatives didactiques et le mouvement de la recherche se traduisant par les ouvrages parus et les thèses soutenues dans au moins une demi-douzaine d’universités, sans doute davantage, de fait, dont nous produisons un aperçu en annexe.

3En dépit des intempéries, la récolte 2019 des manifestations sémiotiques aura été riche et variée, tant du point de vue des objets d’étude visés que de celui des ancrages géographiques et des groupes de recherche impliqués dans le planning des différentes rencontres. Que ce soit dans des journées d’études, des colloques et des congrès organisés par les sémioticiens ou que ceux-ci aient participé à des manifestations scientifiques multidisciplinaires comme un groupe parmi d’autres, l’année a vu se succéder quantité de conférences et de communications portant sur tout le large éventail de la recherche sémiotique ; peu à peu la consolidation de la sémiotique fait son chemin au-delà de ses centres pionniers comme São Paulo ou Araraquara, toujours actifs, mais dont les pas sont désormais emboîtés par de jeunes cellules situées dans d’autres États de la Fédération. Nous les déclinerons dans cet ordre.

4Deux rencontres collectives importantes ont été accueillies par l’UNESP à Araraquara. Dès le mois de janvier le colloque international « Langages syncrétiques : nouveaux objets, nouvelles approches théoriques », réunissait des chercheurs venus de la Belgique et du Brésil. Dans le cadre du programme de recherches binational « Approche sémiotique des objets syncrétiques » (sous la responsabilité de Jean Portela pour l’équipe brésilienne, et de Maria Giulia Dondero pour l’équipe belge), ce colloque faisait suite aux travaux de la journée d’études « Les langages syncrétiques : vers une approche énonciative et matérielle », qui s’était tenue le 18 octobre 2017 sur les rives de la Meuse. C’est aussi à Araraquara que se sont accomplies, mi-octobre, les deux journées de débats du groupe de travail (GT) « Sémiotique » de l’ANPOLL, association nationale des chercheurs dans les études linguistiques et littéraires. Sous la direction de Matheus Schwartzmann (UNESP) et de Silvia Maria de Sousa (UFF), les discussions ont porté sur la vaste problématique de « la sémiotique et la vie sociale », objet des recherches collectives du groupe de travail pour la période 2018–2020.

5La capitale de São Paulo a renouvelé ses événements périodiques. Au mois d’octobre le Groupe d’Études Sémiotiques de l’USP faisait la 18e édition du miniENAPOL de Sémiotique où les étudiants du master et du doctorat font état de l’avancement de leurs recherches, suivie du huitième Séminaire de Sémiotique USP, consacré cette année à la mémoire de Claude Zilberberg (1938–2018), où une douzaine de chercheurs en provenance de différents coins du pays rendaient hommage au fondateur de la sémiotique tensive. Ce séminaire s’affirmait en écho et en dialogue avec la quinzaine d’articles parus au mois d’avril dans un numéro spécial de la revue Estudos Semióticos (USP) entièrement consacré à la discussion de l’œuvre de Zilberberg, où se côtoyaient linguistes, anthropologues, littéraires, musicologues, psychanalystes, et d’autres chercheurs venant de différents horizons dans les sciences de l’homme.

6En novembre, le professeur Ivo Assad Ibri dirigeait à l’Université Catholique de São Paulo (PUC-SP) une nouvelle édition des rencontres internationales sur le Pragmatisme, où la sémiotique de C. S. Peirce occupe tous les ans une place centrale. C’est dans la même université que le CPS, Centre de Recherches Socio-sémiotiques, a tenu du 10 au 13 décembre son colloque annuel qui dans cette moisson célébrait les vingt-cinq ans de la fondation de ce groupe de recherche (1994–2019). Au programme, le bilan des études développées dans les multiples ateliers du CPS (sur la mode et la consommation, sur l’art, sur l’esthétique et le goût, sur l’espace urbain, sur les médias…) pendant la dernière année, de même que des séances plénières avec l’intervention de sémioticiens du Brésil (Diana Luz Pessoa de Barros, J.L. Fiorin, Kati Caetano, L. Tatit, Norma Discini, Yvana Fechine, Ana Sílvia Médola, Marisa Giannecchini, Sandra Fisher…) et de l’étranger (Isabelle Klock-Fontanille, de l’Université de Limoges). C’est aussi en 2019 que, par les soins de ses directeurs, le CPS a organisé pour la revue Galáxia (PUC-SP) un dossier spécial dédié au centenaire d’A.J. Greimas (1917–1992) qui comprenait la traduction en portugais de sept études parues dès 2017 au numéro 120 des Actes Sémiotiques (Limoges), dont certaines écrites par des chercheurs qui, à quelque moment, ont été de proches collaborateurs du maître lithuanien, comme François Rastier, Jean Petitot ou Jacques Fontanille. Il faut saluer la persévérance d’Ana Claudia de Oliveira et d’Éric Landowski, les directeurs du CPS, qui ont su animer un centre aussi actif de recherche à São Paulo depuis un quart de siècle ; on en aperçoit les fruits, au demeurant, dans de nombreuses universités brésiliennes où enseignent à présent, répartis sur différents ancrages disciplinaires, leurs anciens élèves.

7Profitant de sa présence à São Paulo, l’USP et l’Université Mackenzie se sont associées pour inviter Isabelle Klock-Fontanille à faire une double conférence sur la sémiotique visuelle en compagnie de Maria Giulia Dondero qui venait d’arriver pour une mission de travail à Araraquara. La rencontre a eu lieu dans les locaux de Mackenzie le 9 décembre devant les collègues et les doctorants en Lettres des deux universités.

8Mais au fil de l’année d’autres pôles ont pu contribuer, à leur tour, à l’enrichissement de l’agenda sémiotique. À l’Université Fédérale de Rio de Janeiro - UFRJ, la cellule de recherches sémiotiques NUPES, dirigée par Regina Souza Gomes, a organisé en 2019, le 25 avril, sa deuxième journée d’études avec une participation importante de doctorants et de jeunes étudiants venus de différentes universités pour parler de leurs recherches en cours, de même que pour écouter les professeurs invités : Diana Luz Pessoa de Barros (professeure émérite USP/Mackenzie), Silvia Maria de Sousa (UFF), Renata Mancini (UFF), Sandro Torres de Azevedo (UFRJ).

9Diana Luz Pessoa de Barros se voyait offrir, les 3 et 4 juin à Fortaleza, les hommages du quatrième colloque de sémiotique du Ceará, promu, comme les précédents, par le SEMIOCE – Groupe d’Études Sémiotiques de l’Université Fédérale du Ceará. Deux journées où les conférenciers provenant de plusieurs centres de recherche brésiliens mettaient en lumière, à tour de rôle, chacun une facette de l’œuvre de Diana Luz, ancienne élève d’A.J. Greimas, référence de rigueur dans toute bibliographie sémiotique qui se respecte au Brésil ; une enseignante en pleine activité intellectuelle, qui a formé des dizaines de docteurs dans la discipline et aux alentours, source d’inspiration majeure pour l’ensemble des sémioticiens d’orientation discursive. Salle comble à l’amphithéâtre de l’UFC pour ces deux journées de colloque qui n’ont fait que confirmer le dynamisme de la sémiotique à Fortaleza, désormais un foyer de première importance pour la recherche et la formation au niveau national. On reparlera de Diana Luz, pour qui l’année 2019 aura été particulièrement mouvementée, avec des participations dans nombre d’autres manifestations et de cours.

10Il ne faut pas oublier, en outre, les grands congrès multidisciplinaires qui ont réservé une place à la participation des sémioticiens, dont on retiendra les deux manifestations principales de l’année. Tout d’abord, au début du mois de mai la ville de Maceió, dans l’État d’Alagoas, était le siège du congrès international de l’ABRALIN – Association Brésilienne de Linguistique, qui y fêtait son cinquantenaire de fondation. Parmi les nombreuses séances sectorielles qui se partageaient le calendrier des manifestations, trois symposiums contemplaient la sémiotique, chacun abritant une quinzaine d’exposés. D’abord, Waldir Beividas (USP) et Sueli Maria Ramos da Silva (UFMS) ont dirigé la rencontre « Sémiotique. Enjeux contemporains de la théorie et de la pratique analytique ». Ensuite, Renata Mancini (UFF) et Vera Lúcia Abriata (UNIFRAN) ont fait dialoguer de nombreux collègues dans leur séance consacrée aux questions de la traduction et de l’adaptation intersémiotique des textes. Ricardo N. de C. Monteiro (UFCA) et A.V. Pietroforte (USP) ont proposé à leur tour une discussion sur l’analyse de la chanson, toutes tendances sémiotiques confondues.

11Un peu plus tard, dans le cadre du SIMELP, symposium international sur la langue portugaise qui a fait venir des participants des quatre coins du globe, avaient lieu à Porto de Galinhas, dans le Pernambouc, au mois d’août, différentes rencontres d’intérêt sémiotique. Les questions du discours dans l’éducation ont rassemblé des chercheurs de plusieurs perspectives dont celle de la sémiotique. Autour des coordinatrices, Diana Luz Pessoa de Barros et Lucia Teixeira (UFF, Niterói, RJ), une quinzaine de participants ont pris part aux débats. Un deuxième groupe, consacré à la sémiotique discursive en général, réunissait autant de communications à propos des objets et des langages de manifestation les plus variés, sous la coordination de Maria Luceli Faria Batistote (UFMS, Campo Grande, MS) et de Luciana Maria Crestani (UPF, Passo Fundo, RS).

12L’année a été par ailleurs scandée de cours ponctuels organisés, dans différents centres, à l’occasion de la visite d’enseignants invités. De tels cours se sont succédé à trois reprises à l’USP. Grâce à l’initiative de son groupe d’études sémiotiques, Matheus Nogueira Schwartzmann donnait, en avril, un cours sur la théorie sémiotique des formes de vie et des pratiques (J. Fontanille) dans la sixième édition de la série « Sémiotique séminale ». Il était suivi, en septembre, d’un septième cours dispensé par Diana Luz Pessoa de Barros portant sur quatre points spécifiques de la sémiotique (la narrativité et ses régimes d’interaction ; les actants et les acteurs de l’énonciation ; l’analyse du plan de l’expression des textes ; la sémiotique et les questions sociétales). Invité par le professeur Waldir Beividas, Juan Alonso Aldama (Université Paris Descartes) assurait dans la deuxième quinzaine d’octobre un séminaire intensif « Sémiotique et politique » sous les auspices du programme d’internationalisation PRINT-CAPES. Enfin, du 2 au 5 décembre à l’Université Catholique de São Paulo, Éric Landowski offrait devant les membres du CPS un cours intitulé « Sémiotique de l’interaction ».

13Avec nos collègues des sciences humaines et sociales, que nous côtoyons dans le milieu de la résistance au gouvernement lèse-patrie, nous autres les sémioticiens nous retrouvons confrontés ces dernières années à des changements en pire dans notre société, changements d’une vitesse et d’une violence assez déroutantes. En nous projetant, comme tant d’autres, dans l’urgence de l’ici-maintenant, une telle évolution récente tend à rétrécir la place des développements plus sereins, plus en recul, de la méditation épistémologique et théorique. À nous de nous battre pour que ces secteurs de la recherche, qui eux aussi nous associent souvent à nos voisins dans le cadre des humanités, et sans lesquels on risquerait de perdre l’idée même du sens de notre intervention, ne soient pas jetés aux oubliettes. Chez nous il fait nuit ; il n’empêche, nous continuons de travailler. Nous résistons et persistons pour pouvoir, tôt ou tard, découvrir une pointe de lueur, serait-elle minime, car une telle situation ne saurait durer à tout jamais.

Ouvrages parus en 2019

14CESAROTTO, Oscar. Inconsciências. Psicanálise, semiótica, cultura material [Inconsciences. Psychanalyse, sémiotique, culture matérielle]. São Paulo : Iluminuras, 2019, 216 p.

15COSTA, Marcos Rogério Martins. A Semiótica e o Círculo de Bakhtin : a polifonia em Dostoiévski [La sémiotique et le Cercle de Bakhtine : la polyphonie chez Dostoïevski]. Jundiaí, SP : Paco Editorial, 2019, 365 p.

16COSTA, Max ; DIAS, André. Semiótica e produção de sentido : comunicação, cultura e arte [Sémiotique et production du sens : communication, culture et art]. Curitiba : Intersaberes, 2019, 242 p.

17KOTHE, Flávio René. Literatura e sistemas intersemióticos [Littérature et systèmes intersémiotiques]. Cotia, SP : Editora Cajuína, 2019, 302 p.

18MELLO, Cynthia. Semiótica do turismo aplicada [La sémiotique du tourisme appliquée]. Curitiba : Appris, 2019, 221 p.

19TATIT, Luiz. Passos da semiótica tensiva [Cheminements de la sémiotique tensive]. São Paulo : Ateliê Editorial, 2019, 256 p.

Thèses soutenues en 2019

Thèses présentées à l’Université de São Paulo (USP)

20Marcelo Costa Segreto. A canção e a oralização : sílaba, palavra e frase [La chanson et la production orale : la syllabe, le mot, la phrase]. Doctorat en Sémiotique et Linguistique Générale, sous la direction de Luiz Tatit.

21Renato Razzino Ernica. Uma perspectiva intercultural sobre o jogar [Une perspective inter-culturelle à propos du jeu]. Doctorat d’Études linguistiques et littéraires en anglais, sous la direction d’E. Harkot-de-La-Taille.

22Ricardo Akira Sanoki. A significação no desenho : linguagem e semiótica [La signification dans le dessin : langage et sémiotique]. Doctorat en Sémiotique et Linguistique Générale, sous la direction d’A.V. Pietroforte.

23Edison Gomes Junior. A adaptação cinematográfica do romance Paranoid Park : uma visada semiodiscursiva [L’adaptation filmique du roman Paranoid Park : une visée sémio-discursive]. Doctorat d’Études linguistiques et littéraires en anglais, sous la direction d’E. Harkot-de-La-Taille.

24Daniel Carmona Leite. Protagonismo e estratégias semióticas no discurso de jovens brasileiros : liberdade, semiliberdade e juventude indígena [Protagonisme et stratégies sémiotiques dans le discours de jeunes brésiliens : liberté, semi-liberté, jeunesse indigène]. Doctorat en Sémiotique et Linguistique Générale, sous la direction d’I.C. Lopes.

25André Luiz Ming Garcia. O livro ilustrado de conto de fadas : forma(s) e natureza [Le livre illustré de contes de fées : forme(s) et nature]. Doctorat en Langue et Littérature Allemandes, sous la direction de Helmut Paul Erich Galle.

Thèses présentées à l’Université Catholique de São Paulo (PUC-SP)

26Lúcia Ferraz Nogueira de Souza Dantas. Contribuições da filosofia de C.S. Peirce para uma investigação acerca de questões de fenomenologia e ontologia das obras de arte [Apports de la philosophie de Ch.S. Peirce aux recherches sur la phénoménologie et l’ontologie des œuvres d’art]. Doctorat en Philosophie, sous la direction d’Ivo Assad Ibri.

27Ana Paula Azarias da Fonseca. Formação de professores, currículo e as semiotizações do tema educação em Veja [Formation d’enseignants, cursus et les aspects sémiotiques de la rubrique « éducation » dans l’hebdomadaire Veja]. Doctorat en Éducation, sous la direction de Marina Graziela Feldmann.

Thèses présentées à l’Université de l’État de São Paulo (UNESP)

28Victor Hugo Cruz Caparica. A audiodescrição de histórias em quadrinhos : perspectivas semióticas [La description audio de la bande dessinée : perspectives sémiotiques]. Doctorat en Linguistique et Langue Portugaise, sous la direction d’Arnaldo Cortina.

29Geiza Gimenes Saraiva. Território e identidade : a descoberta do ouro nas disputas entre Brasil e França [Territoire et identité : la découverte de l’or dans les disputes Brésil-France]. Doctorat en Linguistique et Langue Portugaise, sous la direction de Jean C. Portela.

30Patrícia Verônica Moreira. A emergência do sensível na semiótica discursiva : uma abordagem historiográfica [L’avènement du sensible en sémiotique discursive : une étude historiographique]. Doctorat en Linguistique et Langue Portugaise, sous la direction de Jean C. Portela.

31Maria Georgina dos Santos Pinho e Silva. Iperu U’komanto : formas e sentidos no mito Makunaima [Iperu U’komanto : formes et sens dans le mythe de Makounaïma]. Doctorat en Linguistique et Langue Portugaise, sous la direction de Matheus Nogueira Schwartzmann.

Thèses présentées à l’Université d’État de Londrina (UEL)

32Daniela Raffo Scherer. Mafalda em dez tirinhas : uma experiência de leitura pelo viés da semiótica [Mafalda en dix strips : une expérience de lecture à la lumière de la sémiotique]. Doctorat en Études du Langage, sous la direction de Loredana Limoli.

Thèses présentées à l’Université Fédérale Fluminense (UFF)

33Paula de Souza Soares. Da identificação à exposição : um estudo semiótico sobre práticas fotográficas e curatoriais [De l’identification à l’exposition : une étude sémiotique des pratiques photographiques et curatoriales]. Doctorat d’Études du langage, sous la direction de Silvia Maria de Sousa.

34Mariana de Souza Coutinho. À espera do inesperado : graus de concessão na tradução intersemiótica de Game of Thrones [L’attente de l’inattendu. Les degrés de concession dans la traduction intersémiotique de Game of Thrones]. Doctorat d’Études du langage, sous la direction de Renata Ciampone Mancini.

35Raiane Nogueira Gama. Entre o factual e o ficcional : o jornalismo em quadrinhos no caminho para o hibridismo entre linguagens [Entre l’événementiel et le fictionnel : le journalisme en BD sur le chemin de l’hybridisme langagier]. Doctorat d’Études du langage, sous la direction de Renata Ciampone Mancini.

36Alexandra Robaina dos Santos. Transmidialidade e humor : um estudo semiótico do Porta dos Fundos [Transmédialité et humour. Une étude sémiotique de la chaîne YouTube « Porta dos Fundos »]. Doctorat d’Études du langage, sous la direction de Silvia Maria de Sousa.

Thèses présentées à l’Université Fédérale du Pernambouc (UFPE)

37Rodrigo Martins Aragão. Telejornalismo transmídia : modos de endereçamento e estratégias enunciativas no Jornal Nacional [Journalisme audiovisuel transmédia : modes d’adresse et stratégies d’énonciation dans le journal télévisé « Jornal Nacional »]. Doctorat de Communication, sous la direction d’Yvana Fechine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ivã Carlos Lopes, « Brésil »Signata [En ligne], Chroniques, mis en ligne le 21 septembre 2021, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/signata/3370 ; DOI : https://doi.org/10.4000/signata.3370

Haut de page

Auteur

Ivã Carlos Lopes

Universidade de São Paulo – USP

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search