Navigation – Plan du site

AccueilCollection électroniqueChroniques2019France

2019

France

Chronique de la sémiotique en France 2019
Julien Thiburce

Texte intégral

1Dans le prolongement des années passées, 2019 s’est affirmée être un moment de réalisations scientifiques importantes. Des séminaires aux soutenances de thèses et d’habilitations à diriger des recherches, en passant par les colloques et congrès, cette année se caractérise par une activité foisonnante et une concrétisation des recherches entreprises. Aussi, on pourra noter les hommages rendus à des personnes ayant marqué la recherche en sémiotique.

Séminaires

2Hébergé à la Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme – Maison Suger, le Séminaire International de Sémiotique à Paris (SaISie) de 2018-2019 s’est intitulé « La constitution des collectifs. Créativité de groupe, projets participatifs et reconnaissance institutionnelle », prolongeant et relançant les questions autour de la créativité de l’institution, comme cela avait déjà été mentionné dans la chronique 2018. Il a été coordonné par Pierluigi Basso Fossali, avec la participation active du conseil scientifique composé de Denis Bertrand, Anne Beyaert-Geslin, Jean-François Bordron, Nicolas Couégnas, Ivan Darrault-Harris, Maria Giulia Dondero, Jacques Fontanille, Didier Tsala-Effa et Alessandro Zinna.

3Dans l’esprit fédérateur du séminaire, cette thématique a accueilli des interventions sur des objets divers dans un format expérimental : lors de séances dédiées, des groupes de recherche nationaux (comme le CeReS de Limoges, le MICA de Bordeaux) et internationaux (le Centre de Sémiotique et Rhétorique à Liège, l’Institut d’études Romanes Médias et Arts au Luxembourg) se sont emparés du thème de l’institution en tant que formation et consolidation de groupes pour y répondre à partir de leurs problématiques de travail respectifs et dans l’horizon d’un débat commun.

4Ce thème a alors exprimé une double pertinence : d’une part, il a permis de saisir des enjeux de société qui se posent dans la formation de groupes, les relations entre des collectifs sociaux ou dans les communautés humaines ; d’autre part, il a favorisé l’articulation d’une diversité d’approches au sein notre discipline et au-delà (en sociologie, notamment), ceci afin d’activer un faire de la recherche qui parvient à la fois à collectiviser et à respecter les hétérogénéités. La question des institutions a ainsi préparé le terrain du séminaire SaISie de 2019-2020 intitulé « Rôles actantiels et horizons écologiques des formes de vie. Paradoxes et pièces manquantes dans le paradigme écologique », où l’actantialité permet de travailler les tensions entre un positionnement énonciatif canalisé dans des programmes narratifs et le caractère insaturable de la signification mis en jeu dans la perception d’un environnement.

5Le programme et les enregistrements audio des interventions sont disponibles sur le site de l’Association Française de Sémiotique (http://afsemio.fr/​actualites/​seminaires/​seminaire-de-paris/​seminaire-international-de-semiotique-a-paris-2018-2019/​).

6L’édition 2018-2019 de l’atelier de sémiotique de l’EA 4426 Médiations, Informations, Communication, Arts (MICA) de l’Université de Bordeaux-Montaigne, a été dirigé par Anne Beyaert-Geslin et Ludovic Chatenet et a porté sur le thème « Rencontre de la sémiotique et des sciences humaines ». Un tel thème avait alors pour objectif de questionner, d’une part, les apports de la sémiotique aux sciences humaines, en rendant compte de la pertinence de ses outils théoriques et méthodologiques, mais aussi, d’autre part, les tensions sous-jacentes à la rencontre interdisciplinaire invitant à affiner ses fondamentaux. L’argumentaire et le programme de l’atelier du MICA 18-19 sont eux aussi disponibles sur le site de l’AFS (http://afsemio.fr/​actualites/​seminaires/​atelier-de-semiotique-du-mica/​atelier-du-mica-a-bordeaux-2018-19/​).

7Pendant l’année 2019, l’UMR 5191 Interactions, Corpus, Apprentissages, Représentations (ICAR) a animé deux séminaires : le séminaire de l’équipe LANgues, Discours, Énonciation, Sémiotique (LANDES), sous la responsabilité de Pierluigi Basso Fossali et Nathalie Rossi-Gensane, a été consacré au thème « modalité/modalisation », avec la participation, entre autres, de Marion Colas-Blaise, Laurent Gosselin, Jean-Marie Klinkenberg, et Laurent Perrin ; le séminaire du groupe de recherche Confluences sémiotiques a porté sur la thématique « accords/désaccords », préparant l’organisation scientifique et logistique du congrès de l’AFS 2019.

Manifestations scientifiques et autres activités des groupes de recherche

8Sur le plan de la recherche internationale en sémiotique, l’année a été marquée par la tenue du Congrès de l’Association Française de Sémiotique 2019, du 11 au 14 juin à Lyon, sur le thème « (Dés)accords : à la recherche de la différence propice ». Organisé conjointement par l’AFS, Confluences Sémiotiques (UMR 5191 ICAR), le LabEx ASLAN, l’Université Lumière Lyon 2 et l’ENS de Lyon, il a accueilli une soixantaine de communications – dont seize conférences plénières et une table ronde sous le titre « post-vérité et démocratie » – articulées autour d’une dizaine d’axe : (i) tensions idéologiques et politiques ; (ii) les (dés)accords réglés en discours et en langue ; (iii) accords sensoriels ; (iv) les (dés)accords dans les arts ; (v) conflits en littérature ; (vi) (dés)accords historiques et opérateurs sémiotiques ; (vii) l’introjection textuelle des avis conflictuels ; (viii) les (dés)accords médiés ; (ix) les (dés)accords comme facteurs identitaires ; (x) fédérations et controverses : questions épistémologiques.

9Ce congrès a accueilli des chercheurs en sciences du langage et en sciences de l’information et de la communication, mais aussi des collègues de la recherche scientifique et des recherches artistiques. Lors d’un magnifique concert donné pour l’occasion dans le Grand Amphithéâtre de l’Université Lumière de Lyon, les instrumentistes ont contribué aux réflexions sémiotiques en montrant les tensions et ajustements entre leur appropriation intime des œuvres et leur participation à cette pratique collective.

10Une réception à l’Hôtel de Ville de Lyon aura permis de valoriser les liens entre les pratiques de la recherche et les autres pratiques sociales. Les actes du congrès sont disponibles sur le site de l’AFS (http://afsemio.fr/​wp-content/​uploads/​Désaccords-Actes-AFS-2019.pdf).

11À Lyon également, les doctorants et jeunes chercheurs de l’UMR 5191 ICAR ont organisé un colloque ICODOC 2019, du 7 au 9 octobre, sur le thème « Émotion, empathie, affectivité. Les sujets et leur subjectivité à travers les pratiques langagières et éducatives ». À partir d’un dialogue entre les sciences du langage et les sciences de l’éducation, cette troisième édition du colloque cherchait à problématiser les liens entre les émotions telles qu’elles sont vécues et leurs gestions et traduction en discours, autour de trois axes de travail : Émotions, langages, apprentissages ; Émotions, données, indices ; Émotions, subjectivité du chercheur, réflexivité. Parmi les conférences plénières invitées, Maria Giulia Dondero a proposé une intervention intitulée « Les forces dans l’image et gestualités émotionnelles ». Une publication des actes est disponible aux éditions SHS Web of Conferences (https://www.shs-conferences.org/​articles/​shsconf/​abs/​2020/​09/​contents/​contents.html).

12Parmi les autres manifestations de l’année 2019, on peut également noter le colloque « Viande(s) – Stéréotypies sémiotiques et inquiétudes culturelles » organisé les 20 et 21 juin à l’Université Paris Descartes par le Groupe d’Activités Sémiotiques de Paris 8 (Gasp8). À la suite du colloque intitulé « La parole aux animaux. Conditions d’extension de l’énonciation » (janvier 2017) dont les actes ont été publiés sur le site Fabula (mars 2018), ce thème avait pour but de questionner la formation de l’image de l’animalité, de l’humanité et de leurs relations réciproques par l’analyse de la chair devenue viande selon une perspective interdisciplinaire. L’argumentaire, le programme et le livret des résumés sont disponibles sur le site de l’AFS (http://afsemio.fr/​colloque-viandes-stereotypies-semiotiques-et-inquietudes-culturelles/​).

13L’association Grand Paris Sémiotique (réseau doctoral Paris 1, Paris 2, Paris 4, Paris 5 et Paris 8) a organisé quant à elle un colloque consacré au thème de « La mobilité enrayée » les 22 et 23 novembre. Ce titre cherchait à pointer les paradoxes à l’œuvre dans les solutions apportées par les divers moyens de déplacements, à partir de quatre axes privilégiés : les figures de la mobilité, les parcours entravés de la mobilité, les formes contradictoires et contrariées du voyage, la mobilité et l’immobilité en tension. Ce colloque a également été l’occasion d’un débat entre générations de la recherche sémiotique en laissant une large place à des interventions de doctorants et jeunes chercheurs.

142019 a également vu la tenue du colloque sur une autre problématique sociétale : les nudges. Organisé du 16 au 18 octobre 2019 par le CeReS à Limoges, sous la responsabilité de Jacques Fontanille et sous la Présidence d’honneur de Paolo Fabbri, ce colloque visait à mobiliser les outils de la sémiotique, des sciences politiques, des sciences cognitives et des sciences de gestion pour répondre, en théorie et en pratique, aux questions de société sous-jacents à la thématique « De la manipulation à l’incitation – Inflexion des comportements et politiques publiques ». Intégré à un programme de recherches financé par la Région Nouvelle-Aquitaine, et commun aux deux Universités de Poitiers et Limoges, ce colloque était consacré aux politiques publiques et à la structuration conceptuelle des problématiques de « manipulation et d’incitation », préparant ainsi la tenue d’un deuxième colloque qui sera dédié aux résultats des études de terrain et de la dimension « développement durable » du programme AAP, et organisé en 2021 à Poitiers, à l’initiative du Centre de Recherche en Gestion (CEREGE). L’argumentaire, le programme, les résumés et les vidéos des interventions sont disponibles sur le site du colloque (https://www.unilim.fr/​ceres-colloquenudges2019/​) et quelques contributions sont publiées dans la revue Actes Sémiotiques (https://www.unilim.fr/​actes-semiotiques/​6679).

15Une ouverture vers des questions technologiques aura également été réalisée à travers le colloque « Les corpus audiovisuels : quelles approches ? quels usages ? », organisé à Paris les 11 et 12 juin à Paris par l’équipe PLIDAM (Pluralité des Langues et des Identités : Didactique, Acquisition, Médiations) de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO), sous la responsabilité scientifique de Louise Ouvrard et Peter Stockinger. Orienté à la fois vers des questions techniques de constitution et de traitement de données et des problèmes théoriques ayant trait à l’évolution du statut des images et des sons produits, cette manifestation scientifique avait pour finalité de profiter de projets passés ou en cours pour mettre en lumière les enjeux sous-jacents à la mobilisation de corpus audiovisuels (vidéos, images, sons) dans le cadre non-exclusif de l’enseignement des langues et des cultures. L’argumentaire et le programme sont disponibles sur le site du colloque (http://www.inalco.fr/​actualite/​colloque-international-corpus-audiovisuel-approches-usages-11-12-juin).

16À Paris également, le 18 octobre 2019, s’est tenue une journée d’études intitulée « Pensée identitaire et cosmopolitisme. Martin Heidegger / Ernst Cassirer ». Organisée par Emmanuel Faye, Jean Lassègue et François Rastier, avec le soutien de l’Université Européenne de la Recherche (Paris), du Centre Georg Simmel – Recherches franco-allemandes en sciences sociales, EHESS-CNRS, UMR 8131), de l’ERIAC (Université de Rouen Normandie) et de l’Institut Ferdinand de Saussure, cette journée visait évaluer les projets contrastés des deux philosophes, de leur débat à Davos en 1929 jusqu’aux publications les plus récentes de leurs travaux.

17Enfin, on peut mentionner une rencontre internationale qui ne s’est pas tenue en France mais en Turquie, à Istanbul, du 18 au 20 septembre : le Congrès international des sciences sociales - CONGIST’ 19 dont le thème était « La Ville et ses langages ». Organisé par la Faculté des lettres d’Istanbul, en partenariat avec l’Université de Limoges et l’Association de Langue et Littérature de Turquie, ce congrès a permis un dialogue interdisciplinaire autour d’une question transversale aux sciences humaines concernant les dynamiques de transformation des espaces urbains, des expériences multiples que l’on peut en faire, de leur transformation dans le temps à partir d’un matériau discursif foisonnant – de la traduction des expériences urbaines par des écrits littéraires à leur mise en image par les peintures et les mosaïques, en passant par les traces archéologiques de pratiques passées.

18Ce congrès a montré les liens forts entre les milieux de la recherche en Turquie et en France, à travers des sessions thématiques très riches, portant sur des objets de recherche tantôt relatifs à une ville et une époque, tantôt adoptant une approche contrastée sur le plan spatial et/ou temporel. Un aperçu du contenu du congrès est disponible à travers le programme sur le site dédié (https://congist.org/​fr/​fr-c/​).
Une publication des travaux est disponible sur le site de l’Istanbul University Press (https://iupress.istanbul.edu.tr/​tr/​book/​languages-and-meaning-of-the-city/​home).

Publications

19Parmi les publications attendues en 2019, on trouve les Actes du Congrès international de l’Association Française de sémiotique 2017 qui s’est tenu 30 mai au 2 juin 2017 à Paris, dans les locaux et sous le haut patronage de l’Unesco. Ce congrès tout particulier, intitulé « Greimas aujourd’hui : l’avenir de la structure », célébrait le centenaire de la naissance Algirdas Julien Greimas (1917-1992). Avec pour responsable de l’édition numérique Verónica Estay Stange et pour coordinateurs Denis Bertrand, Jean-François Bordron, Ivan Darrault et Jacques Fontanille, ces actes rendent compte du large spectre des questions théoriques et méthodologiques traitées dans les articles parus aux AFS éditions, comme on peut le lire dans le dernier paragraphe de l’introduction : « de l’immanence en question jusqu’au retour sur le signe, de la narrativité profonde à la diversité des diagrammatisations sémiotiques, en passant par l’univers modal, les passions et le monde sensible, dans ses composantes profondes, comme le rythme, ou dans ses manifestations particulières, comme l’ouïe, le goût, l’odorat ou la vue ».

20Ces actes montrent que la structure ouvre une constellation notionnelle qui n’a pas fini d’animer la réflexion sémiotique et que l’avenir de la structure est « dans la sémio-diversité ». Les lecteurs pourront ainsi profiter de la publication des contributions portant sur une multiplicité d’objets à partir d’un ancrage sémiotique divers sur le site de l’AFS (http://afsemio.fr/​publications/​greimas-aujourdhui-lavenir-de-la-structure-actes-du-congres-de-lafs-2017/​).

21Une autre publication dont la vocation était de rendre hommage au sémioticien lituanien peut être parcourue à travers le numéro 123 de la revue Langages. Dirigé par Jacques Fontanille et Alessandro Zinna, ce numéro a pour titre éloquent « Dialogue entre la sémiotique structurale et les sciences », visant à montrer les « interactions (emboîtements ou superpositions, interventions successives ou simultanées, solutions complémentaires ou alternatives, renforcements ou remises en question) » et terrains partagés entre la perspective sémiotique « structurale » à laquelle Greimas a grandement contribué. Une sémiotique (i) qui adopte une « position métalinguistique », (ii) qui s’appuie sur des disciplines telles que la linguistique, la philosophie et l’anthropologie considérées comme « sous-champs » et (ii) qui opèrent des « homologies naturelles » aussi bien entre les matières de l’expression qu’entre les matières du contenu.

22Les articles parus dans ce numéro portant sur des objets tels que le design, l’éthologie, la musique, la littérature ou encore la psychanalyse sont disponibles sur la page dédiée à la revue Langages (https://www.cairn.info/​revue-langages-2019-1.htm).

23Dans la continuité des publications tournées vers les figures de la sémiotique, les Actes du colloque d’Albi 2016 en hommage à Paolo Fabbri aux éditions CAMS/O permettent de parcourir les contributions articulées autour du thème « Utopies et formes de vie. Mythes, valeurs et matières ». À l’occasion du prix décerné au documentaire « La solution radiochat. Regards sur les déchets radioactifs », le colloque visait à mettre en œuvre une réflexion portant sur les problèmes épistémologiques et sociétaux soulevés par la recherche d’une communication efficace pour s’adresser aux générations à venir en signalant le danger constitué par les dépôts de déchets nucléaires. Les propositions réunies dans ces actes sous la direction de Pierluigi Basso Fossali, Denis Bertrand et Alessandro Zinna sont organisées en trois sections (Langage et utopie ; L’utopie située ; Matières vivantes) et incluent un aparté de Juan Alonso Aldama rendant hommage au sémioticien italien dans une forme poétique.

24Les contributions évaluées et publiées sont disponibles sur le site Médiations sémiotiques des (http://mediationsemiotiques.com/​archives/​11416).

25On peut aussi signaler un certain nombre d’ouvrages de sémiotique ou côtoyant la sémiotique parus en 2019 (par ordre alphabétique et de manière non exhaustive) :

  • Guy Achard-Bayle, Maximilien Guérin, Georges Kleiber et Marina Krylyschin, Les Sciences du langage et la question de l’interprétation (aujourd’hui), Limoges, Lambert Lucas.

  • Sophie Anquetil, Carine Duteil-Mougel et Vivien Llobveria, Le Sens des données. Le statut du corpus et herméneutique à l’aune des humanités numériques, Paris, L’Harmattan.

  • Anne Beyaert-Geslin, Ludovic Chatenet et Françoise Okala, Monuments, (dé)monumentalisation : approches sémiotique, Limoges, Presses universitaires de Limoges.

  • Amir Biglari et Nathalie Watteyne, Scènes d’énonciation de la poésie lyrique moderne. Approches critiques, repères historiques, perspectives culturelles, Paris, Classiques Garnier.

  • Martine Bocquet, Sur les traces du signe avec John Deely. Une histoire de la sémiotique, Limoges, Lambert-Lucas.

  • Julia Bonaccorsi et Sarah Cordonnier, Territoires. Enquête communicationnelle, Paris, Éditions des Archives Contemporaines.

  • Verónica Estay Stange, Pauline Hachette et Raphaël Horrein, Sens à l’horizon ! Hommage à Denis Bertrand, Limoges, Lambert-Lucas.

  • Mokhtar Farhat, Humour, parodie et dérision dans la Tunisie postrévolutionnaire, Limoges, Lambert-Lucas.

  • Audrey Moutat, Son et sens, Liège, Presses universitaires de Liège.

  • François Rastier, Exterminations et littérature. Les témoignages inconcevables, Paris, PUF.

26Plusieurs numéros de revues consacrés plus ou moins directement aux perspectives sémiotiques sont parus en cette année 2019, dont le numéro 199 de Communication & Langages portant sur le thème « Quand le document fait société », coordonnée par Anne Cordier.

27Les numéros 181-182 de la revue Pratiques portaient quant à eux sur « Le récit en questions », sous la direction d’André Petitjean.

28On note également le volume XXIV de la revue Texto ! dont le numéro 2 a été coordonné par Guillaume Carbou.

29La revue Actes sémiotique a fait paraître le numéro 122 au sein duquel des collègues ont rendu hommage à Claude Zilberberg.

30Enfin, on peut orienter les lecteurs vers la parution du numéro 49 de la revue MEI (Médiation et information) qui s’intéresse à « La communication à l’épreuve du geste numérique », sous la direction de Pierluigi Basso Fossali, Marion Colas-Blaise, Maria Giulia Dondero. https://pufc.univ-fcomte.fr/​revues/​semen/​semen-49.html.

Soutenances de thèse

31Parmi les recherches ayant été présentées et soutenues dans le cours de l’année 2019, on peut mentionner par ordre alphabétique et de manière non exhaustive, les thèses de doctorat de :

  • Patricia Veronica Moreira, A emergência do sensível na semiótica discursiva : uma abordagem historiográfica, sous la co-direction de Jacques Fontanille et Jean Cristtus Portela.

  • Dogny Elysee Ouentchist, Rôles et fonctionnement de structures signifiantes dans la modalisation de l’affichage à Abidjan, sous la co-direction de Nicolas Couégnas et Hilaire Bohui Djedje.

  • Alain Perusset, Sens et significations de nos formes de vie : dialogue intersémiotique, sous la direction de Jean-Jacques Boutaud et Thierry Herman.

  • Hadria Khelifi, Didactique du discours : le français langue d’écrit universitaire en Algérie. Étude contrastive entre filières scientifiques et sciences humaines, sous la direction de Driss Ablali.

Autres nouvelles

32L’année 2019 a été aussi marquée par le décès de Marcel Détienne (Liège 11/10/1935 - Nemours 21/03/2019), helléniste dont les travaux majeurs sur la mythologie et les récits fondateurs trouvent des points d’intersection, et entrent en interaction, avec ceux de la sémiotique. Un hommage de Paolo Fabbri est publié sur le site de l’AFS (http://afsemio.fr/​paroles-dhommage/​hommage-a-marcel-detienne/​).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Thiburce, « France »Signata [En ligne], Chroniques, mis en ligne le 21 septembre 2021, consulté le 18 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/signata/3394 ; DOI : https://doi.org/10.4000/signata.3394

Haut de page

Auteur

Julien Thiburce

CNRS – UMR 5191 ICAR

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search