Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13Le modal au prisme des sciences d...

Le modal au prisme des sciences du langage

Encadrements théoriques et présentations des résultats relevant d’une réflexion collective
Pierluigi Basso Fossali, Marion Colas-Blaise et Julien Thiburce

Résumés

Ce texte introductif reprend les réflexions qui étaient à la base de l’argumentaire accompagnant l’appel à contribution (introduction), tire un premier bilan des textes reçus à partir des axes de recherche initialement prévus (1), reconfigure le domaine thématique en suivant et en entrelaçant les propositions des différents auteurs (2), considère attentivement les corpus et les exemples utilisés dans les articles pour observer comment les retombées heuristiques et les lacunes résistantes des approches méthodologiques utilisées impactent le patrimoine conceptuel qui structure habituellement les territoires modaux en linguistique et en sémiotique (3). Ne voulant pas se borner à une série de petites synthèses des apports contenus dans le volume, ce texte introductif offre des clefs de lecture et surtout des propositions théoriques ouvertes, en essayant de promouvoir un cercle vertueux entre analyse de corpus et théorie, points de départ épistémologiques et tensions descriptives.

Haut de page

Notes de la rédaction

L’élaboration du projet de ce numéro de Signata est le résultat d’un travail collectif ; cependant, dans ce texte introductif, on peut distinguer des contributions plus personnelles : Pierluigi Basso Fossali pour l’introduction et le paragraphe 1, Marion Colas-Blaise pour le paragraphe 2, Julien Thiburce pour le paragraphe 3.

Texte intégral

Introduction

Arrière-plan

1La modalité est une thématique classique dans les sciences du langage et, d’une manière ou d’une autre, chaque théorie linguistique et sémiotique a dû attribuer une place à son rôle si évident, sur le plan de la manifestation, et si mystérieux, vu sa « nature » sémantique profonde. Souvent, on préfère traiter la modalité comme opérateur syntaxique et laisser à la philosophie la tâche d’investiguer sa profondeur sémantique. En effet, sa rection syntaxique est fréquemment traitée comme clé d’accès à sa portée sémantique, en introduisant, par exemple, l’idée qu’elle fonctionne comme une « validation des représentations », un peu comme la force illocutoire porterait sur le contenu descriptif de la proposition. Cette perspective aide à détecter des cas où le contenu modal est conçu lui aussi comme un contenu descriptif — de re —, par rapport à la modalité classique qui implique une appréciation du sujet de l’énonciation —modalités de dicto.

  • 1 En sémiotique du discours, la question de la représentation est traitée comme une déclinaison figur (...)

2Une vision alternative est d’estimer que des séparations de ce type sont moins heuristiques que la reconnaissance d’une participation de la modalité à la construction de la représentation même, à savoir à la scénarisation actantielle1. Bref, l’activité énonciative n’appliquerait pas la modalité à posteriori sur une scène actantielle déjà stable, mais participerait à sa mise en perspective et à sa stabilisation, à travers une économie actantielle, une dominante aspectuelle, etc.

3Une autre perspective encore refuserait de commencer l’enquête à partir de la fonction de la modalité, pour focaliser l’attention sur les différences sémantiques entre les modalités, sur leur pluralité et sur leur polysémie. En ce sens, l’emploi absolu d’un verbe modal nous interroge pour son rejet d’un rôle servile de la modalité - elle ne dépend plus de la valeur discursive d’un autre verbe —, afin d’affirmer une densité sémantique presque inextricable qui semble se rabattre sur tous les autres emplois : « je veux », « je peux », je dois », etc., devient une condition existentielle sans interprétant immédiat, sans explication, comme « je perçois ». Des modalités de l’être, dirait-on, mais en réalité, on sait bien que cet « être » est immédiatement évalué pour son potentiel et la modalité est justement là pour ne pas valider une dissociation entre l’être et le faire.

  • 2 « L’espace modal ne peut pas, à notre sens, être autre chose, qu’un espace inter-modal de part en p (...)
  • 3 « L’actant est donc un lieu de combinatoire modal » (Coquet 1984, p. 11).
  • 4 Voir Fontanille & Zilberberg (1998, p. 178).

4Une autre perspective est celle qui n’accepte pas de suivre la linéarité du signifiant verbal pour assurer une discrétisation des modalités, même si elles se manifestent dans un seul et même segment discursif. C’est une perspective bien attestée dans la tradition sémiotique : chez Claude Zilberberg, il n’y a que des espaces sémiotiques inter-modaux2 ; chez Jean-Claude Coquet, l’acteur ne peut être conçu que comme le réceptacle et le moteur de plusieurs modalités3. La trame modale n’est pas faite seulement d’agencements complexifiants, mais aussi de lacérations et de rapiéçages, à savoirs de co-présences peu probables (syntaxes modales inconséquentes) et de paradoxes internes (profils modaux contradictoires). Tension et hétérogénéité seraient alors des métamodalisations qui obligeraient le sujet de la pratique sémiotique en cours à organiser des fronts modaux internes (autonomes) et externes (hétéronomes), stabilisants (certitudes) ou dynamisants (possibilités), fronts à gérer de manière dialectique4.

5Pour ce qui concerne la « nature » des modalités, il y a plusieurs positions attestées dans les sciences du langage qui ont décidé épistémologiquement de :

  1. les assumer comme des opérateurs linguistiques qui n’ont pas besoin d’interprétant extérieur au langage lui-même, au point que leur polyvalence ou leur polysémie éventuelle ne sont que le reflet d’usages attestés ;

  2. les qualifier comme des opérateurs logiques qui suivent l’armature propositionnelle des discours ;

  3. les rattacher à une profondeur thymique qui se précise grâce à elles, en structurant ainsi des effets de sens pathémiques en discours.

  • 5 La destinalité est l’extension maximale de chaque enjeu de sens selon une inflexion événementielle, (...)

6Par rapport à ces différentes interprétations théoriques, il y a deux stratégies principales : choisir la prééminence heuristique d’une option épistémologique au détriment des autres, ou assumer les modalités globalement comme une interface, à la fois praxéologique – entre l’intralinguistique et la scène d’accueil de la pratique énonciative — et sémantique —, entre les différentes dimensions de la signification (cognitive, affective, pragmatique et sensible). Selon cette dernière stratégie, ici privilégiée, la modalité ne qualifie pas des valeurs, mais des valences, à savoir des valeurs de la valeur, ce qui ouvre un arrière-plan fondateur — autonome (ex. le caractère) ou hétéronome (ex. le rôle institutionnel) — et un horizon de réalisation — téléologique (ex. l’aspiration) ou destinal5 (ex. la vanité). Voici des intervalles de sens qui demandent à être interprétés ultérieurement dans les enjeux modaux. C’est pourquoi les modalités expriment toujours une condition critique de la prédication. Pour les sciences du langage, cette réflexion pourrait s’avérer extrêmement utile car l’interprétant des modalités n’est pas une attitude propositionnelle externe, mais une intentionnalité énonciative problématique qui cherche à s’insérer dans une trame d’autres intentionnalités attestées ou imaginaires. En effet, cette trame intentionnelle nous consigne les valences comme déjà « sémiotisées » et donc dotées d’un aspect comparatif visant leurs conditions interprétatives. Il s’agit alors de se demander si elles sont proportionnées ou démesurées du point de vue pragmatique, cognitif ou passionnel ou, lorsqu’elles sont composites, si elles affichent une syntaxe interne cohérente.

  • 6 Cf. Basso Fossali (2013). La modalisation a deux autonomisations par rapport à l’ancrage figuratif (...)

7C’est à travers cette idée d’insertion d’une trame modale qui traverse une sémiosphère entière que la notion de modalisation peut révéler tout son potentiel heuristique. La portée d’une modalité ne peut qu’avoir des répercussions sur les équilibres modaux des autres instances de la même scène actantielle ou sur les scènes agencées spatialement ou temporellement6. La première démonstration de cette règle générale concerne la scène énonciative elle-même : une modalité attribuée à l’énonciateur ne peut pas ne pas avoir un impact et sur l’énonciataire prévu et sur l’interlocuteur qui acceptera un contrat de lecture ou qui ratifiera une proposition d’interaction. En tout cas, la redistribution continue des modalités peut être ressentie comme un paradigme de profils actantiels coprésents dans le même espace discursif.

8On pourrait parler d’une sorte d’enveloppe modale qui motive des stratégies modales intra-discursives. Cette enveloppe peut relever des praxis, des normes internes à un espace institutionnel donné, des supports et des médias utilisés, des facteurs environnementaux ou encore d’un corps réfractaire à la programmation linguistique et sémiotique. La modalisation est finalement une modélisation influente qui « habite » l’espace social sous forme de réseau (intégration d’intérêts) et de tension dissociative (émancipation culturelle). Ainsi, potentiellement, une contiguïté peut déjà signifier une connivence (par ex. entre un représentant institutionnel et son conjoint qui est entrepreneur), d’où une rhétorique de la prise de distance qui fonctionne comme une propédeutique aux accords et aux désaccords.

9La modalisation constitue ainsi une archéologie critique des liens implicatifs (par ex. des engagements informels des interactants) car, dans son armature nue, elle suspend la superposition immédiate de lectures axiologiques institutionnalisées. Au fond, le caractère mystérieux des modalités pourrait être lié à leur caractère protosymbolique, leur modélisation influente étant presque une suggestion iconique, une implication primitive, mais capable d’imposer une interprétation des enjeux symboliques sur une échelle plus vaste et amplifiée par des préfigurations possibles (imaginaire modal). D’ailleurs, il faut rappeler qu’en sémiotique les modalités ont été liées à la description de la compétence des actants, mais on a reconnu aussi la présence d’une existence modale qui ne peut pas être inférée par présupposition à partir des performances produites. Il y a là un réservoir modal qui alimente : (i) des programmations alternatives de l’action (bien que restées hypothétiques) ; (ii) des scénarisations imaginaires (rêves, etc.), (iii) des hypothèses sur les états d’âme d’autrui (analogisations, empathie, etc.).

10Les modalisations ouvrent la dimension rhétorique des discours en activant un régime d’influence réciproque, voire une polémologie potentielle, et introduisent ainsi de la contingence là où leurs opérations légitimes devraient suivre les dispositifs et les codes. Comme on a procédé à la typologisation des modalités, une opération similaire devrait être faite pour les modalisations. Par exemple, pour ce qui concerne les modalisations transitives, on pourrait distinguer :

  1. Modalisations activatrices vs inhibantes (sur le plan conatif)

  2. Modalisations unilatérales vs plurilatérales (sur le plan agentif)

  3. Modalisations exclusives vs participatives (sur le plan distributif)

  4. Modalisations délibérées vs involontaires (sur le plan intentionnel).

  • 7 On peut profiter ici des apports majeurs de la microsociologie d’Erving Goffman sur la « modalisati (...)

11Cette typologie montre en soi l’utilité de sortir de l’idée que la modalisation est seulement la qualification d’une posture énonciative ou d’une attitude intentionnelle. En effet, elle problématise le cadre intersubjectif de leur distribution selon les structures d’adresse et les régimes d’interaction, médiés par des genres discursifs et par des statuts textuels7.

Départ

12Ce numéro de Signata vise à recenser les avancées sémiotiques et linguistiques autour des notions de modalité et de modalisation : la première semble être au cœur de la détermination actantielle en imposant une structuration réciproque de l’être par le faire et du faire par l’être, ce qui donne au domaine sémiotique sa capacité spécifique de tenir ensemble l’existant et le possible, la détermination et la variation, la prise et l’émancipation. La modalité est la soustraction du sémiotique à l’ontologie, laquelle exigerait qu’il y ait un « être » au début de tout. La modalité, comme une sorte de clinamen actif sur les valences, catalyse un monde possible, soutient l’opération linguistique qui instaure la modélisation fictive d’un plan de référence où transplanter des enjeux, nos projets de sens : c’est la vitalisation d’une cartographie de signes, l’indice du « respect » sémiotique du fait qu’au commencement était l’action (Goethe), que l’écologie fondamentale des valeurs est l’implication du potentiel transformatif, activé ou subi.

13Ainsi, nous avons besoin de la modalisation pour donner à ce paysage actantiel un régime d’influences réciproques, de perturbations constantes et enregistrées, sur le plan sémiotique, en termes de tension interactantielle et de multiplication de points de vue. La modalisation donne aux cadres actantiels une inflexion du flux d’informations sur l’état interne des acteurs en jeu, c’est-à-dire une dose d’indétermination, l’héritage et le transfert des charges modales s’ouvrant à une diffraction d’espaces d’acquisitions et de finalisations (mondes possibles).

  • 8 La notion de rentrée ou re-entry correspond, dans la théorie des systèmes, à la réintroduction des (...)

14Modalités et modalisations peuvent être les candidates idéales pour représenter le premier niveau de complexification des relations sémiotiques, auquel s’ajouterait la figurativité. En effet, cette dernière est, d’une part, l’incarnation locale d’une situation — elle se présente comme une détermination substantielle des rôles actantiels en acte ; d’autre part, elle fonctionne comme une incubatrice d’autres déterminations et interactions modales — elle affiche de manière condensée et latente une série de développements formels ultérieurs. À travers la figurativité, la scène actantielle modalisée devient la convergence instable d’une série de scénarisations en compétition, chaque acteur humain ou non humain pouvant jouer sur ses traits constitutifs pour détourner une transformation narrative qu’on voudrait linéaire et cohérente. La figurativité nous amène à considérer qu’au commencement était l’événement. Pourtant, cette figurativité sémiotique n’est que la réapparition d’un arrière-plan sensible à partir duquel la cartographie des signes a été discernée en constituant son plan de l’expression distinctif. Ce qui était au départ une manœuvre « logique » d’inter-définition de l’être et du faire, afin d’instaurer un paysage linguistiquement opérable, subit inévitablement une rentrée8 de son écologie sensible et les modalités trouvent alors de nouveau des appréciations selon les « sens », la polysensorialité. Ainsi, la multimodalité des discours — notion apparemment fondée sur une homonymie théoriquement trompeuse — peut réapparaître comme la modalisation même des conditions énonciatives, là où l’existence et la performance linguistiques trouvent leur détermination réciproque. La figurativité réaffirme les conditions d’exercice des signes, lesquels ne peuvent pas prétendre s’inscrire dans un terrain purement logique d’opérations formelles. Les modalités logiques semblent devoir payer tôt ou tard des dettes sémantiques à leur condition d’énonciation, ce qui est au fond une leçon fondamentale de la phénoménologie husserlienne.

15Mais il y a une autre conséquence que l’on peut tirer : les modalités ne peuvent pas ne pas se transformer tôt ou tard en modalisation. Un texte procédural doit à un moment ou un autre guider le lecteur (et, au fond, chaque texte a de manière plus ou moins évidente cette ambition) ; une mise en scène théâtrale un jour ou l’autre capturera la conscience d’un roi. Entre modalité et modalisation, il y a l’oscillation constitutive entre sémantique et pragmatique, d’une illocution qui ne peut pas être significative sans « prise réelle » et d’une perlocution qui ne peut se reconnaitre « signifiante » sans une structuration à laquelle elle reste couplée pour fuir la dérive chaotique de ses effets secondaires.

16D’une part, la modalisation doit s’étudier également au niveau textuel, en tant qu’elle a en charge une dynamique (dans une perspective dynamiciste) ; d’autre part, une modalité qui se manifeste à la surface textuelle doit être interprétée à partir d’un genre qui en indique la pertinence pour une mise en situation sous régime expérientiel ou fictionnel.

17Sans qu’elles soient exclues, les pistes d’une reconstruction historico-culturelle de la notion de modalité ou de la comparaison typologique entre langues ne peuvent pas satisfaire la sémiotique ; le phénomène modal se manifeste dans des configurations sémiotiques non verbales et interroge les relations entre le sens et les sens, la condition énonciative et les prétentions assertives de l’énoncé, les traductions constantes entre l’expérientiel et le linguistique, entre les configurations sémiotiques et les domaines institutionnels. L’épistémologie même est une rentrée du modal dans les conditions d’observation, de modélisation, de compréhension.

18Le problème du mode concerne les conditions et les intentions d’assertabilité ; la modalité intériorise ces conditions à l’intérieur de l’énoncé avec l’idée d’en contrôler la détermination (d’où la lexicalisation à travers des verbes modaux) ; la modalisation offre une compétition rhétorique explicite à la distribution inévitable des charges modales entre les actants de l’énoncé. Telles sont les premières solutions pour encadrer rapidement la question modale grâce à des marques linguistiques immédiatement détectables, avec le facteur aggravant que cette lexicalisation est utilisée aussi sur le plan métalinguistique. Grandeurs repérables et déjà lexicalisées, les modes et les modalités risquent d’être assumés comme des briques syntaxiques et sémantiques de base, ce qui empêche de questionner la configuration dans laquelle leur potentiel sémiotique émerge et se précise. L’extension du modal à la totalité des langages n’arrive pas à effacer le « verbocentrisme » ; et si on essaie de le dépasser, l’analyse de ce qui est à la base du contenu sémantique de la modalité reste évasif et les formes expressives de ses manifestations non lexicales, une suggestion analogique.

19Ainsi, une série de questions semblent s’imposer à l’attention des chercheurs, où le « sémiotique » interroge aussi les certitudes du « linguistique ». Pour organiser ces questions, comme nous en avons fait le vœu dans la présentation de ce volume, nous avons essayé de distinguer des axes de travail et de les soumettre aux approches diversifiées mobilisées par les contributeurs. Le moment est venu d’expliciter de manière plus précise ces axes pour passer ensuite à une première recension des types de développement que les questions formulées ont reçus par les différentes contributions du numéro.

20(i) Le premier axe correspond à une approche qui traite l’énonciation comme activité configuratrice (scénarisation) : la modalité est alors saisie comme qualification de l’implication d’un actant dans la transformation des valeurs prise en charge par le cadre énonciatif. Des passages qualificatifs peuvent être distingués : du clinamen (contingence modalisatrice) à la modalisation intentionnelle (imaginaire modal), à la modalisation effectuelle (par intervention, avec des médiations ; par simple opposition physique irréfléchie de notre corps), pour terminer par la modalisation figurale (dans un monde fictif).

21(ii) Le deuxième axe favorise une approche qui observe la modalité comme émergente dans la scène même de l’énonciation ; dans cette perspective, la description des modalités doit se passer du recours aux verbes modaux et d’autres formes codées de manifestation, afin d’appréhender des modalités en tant qu’instances qui participent à l’activité configuratrice et qui arrivent à coaguler des scènes dotées d’une consistance sémantique et dotées d’une tension transformatrice. Cette approche doit nécessairement se positionner là où les modalités sensorielles (différences entre les sens) et les modalités linguistiques s’articulent.

  • 9 Voir Nølke (2013, p. 246).

22(iii) Le troisième axe appelle une approche qui veut aborder les compétitions entre plusieurs modalisations et leur distribution entre des instances d’énonciation dotées chacune d’une mise en perspective et d’une appréciation spécifique des modalités imputées et auto-attribuées. En ce sens, on pourra reconnaitre des fronts (et même des patterns) modaux où les implications projetées et assumées sont appréciées selon leur caractère « autonome » (subjectivation), « hétéronome » (contrastivation9), « diastémique » (mode). À la dialectique entre le faire-être et l’être pour faire qui fonde le sujet modal et aux tensions interactantielles qui fondent les modalisations il faut ajouter les intervalles d’appréciations (versant diastémique) qui sont à la base des écarts épistémiques et de leurs ancrages dans différents mondes possibles (dans ce cas, selon la tradition de Bally, le sujet modal doit être dissocié de l’instance de l’énonciation).

23(iv) Selon un quatrième axe, l’approche peut se concentrer sur le vécu modal dans des scénarios pragmatiques enchaînés. La particularité de cette approche relève d’une appréciation intransitive du modal, qui ne participe plus à la détermination des scénarisations, donc à une coagulation, du sens, au profit d’une fluidification des tensions (attraits, répulsions, interférences, etc.). Nous pouvons reconnaître alors une prosodie existentielle (modulation), un rythme événementiel (scansion modale) et des phrasés dans les initiatives instauratrices (partition modale).

  • 10 Voir Fontanille & Couégnas (2018).
  • 11 Voir Colas-Blaise (2020).

24(v) Une cinquième approche peut tirer toutes les conséquences d’un rapprochement des modalités (d’altération et d’imperfection) avec le mode du synaptique (relationalité) dont témoignent, selon Souriau ([1943] 2009), des prépositions, des conjonctions et des adverbes10. Il s’agit de montrer en quoi les modalités/modalisations, plutôt que d’être subordonnées au faire ou à l’être, font tenir (font faire et font être) l’homme, le monde et/ou le procès11.

1. Réponses et positionnements critiques par rapport aux axes thématiques du numéro

  • 12 De fait, le paragraphe précédent (à savoir, l’introduction) correspond à l’argumentaire publié sur (...)

25Si un argumentaire fonctionne un peu comme un mandat à investiguer collectivement un périmètre de questions théoriques et/ou d’objets12, la présentation orientée de la thématique « Modes, modalités et modalisations » a reçu des réponses à la hauteur de la mission, avec une bonne correspondance entre les problèmes initialement retenus et les aspects développés par les auteurs, et ce sans renoncer à élargir ou à préciser ultérieurement les enjeux avec des apports originaux et enrichissants.

  • 13 Les majuscules renvoient aux articles que les auteurs en question ont publiés dans le présent numér (...)

26Avant tout, il faut souligner la dimension interdisciplinaire de l’enquête sur les modalités, défi qui a été relevé par plusieurs auteurs, avec des “importations” conceptuelles, des comparaisons locales ou même à travers un dialogue serré. C’est le cas de Sémir BADIR13, qui a montré la possibilité de rapprocher des paradigmes assez éloignés — la conception des états mentaux en philosophie et les théories modales en linguistique et en sémiotique —, sans confondre les ambitions et les objectifs différents. Mais justement les références à la philosophie priment largement les renvois à d’autres disciplines, comme l’anthropologie, la sociologie ou la psychologie, et un dialogue plus technique au sein des sciences du langage est normalement privilégié. Cette remarque peut être nuancée à partir de la bibliographie mobilisée, car plusieurs auteurs qui n’appartiennent pas aux domaines de la philosophie et de la linguistique sont convoqués, mais la réflexion sur les modalités semble inviter à travailler moins sur les regards disciplinaires que sur leur appareil conceptuel, en profitant des porosités ou des généalogies communes (traditions) entre les différents métalangages.

  • 14 Pour la question de la syntaxe modale voir les contributions de BASSO FOSSALI, COLAS-BLAISE et GUIL (...)

27Bien que largement thématisées en sciences humaines et sociales, les modalités restent un objet théorique puissant mais plutôt fuyant, qui mérite toujours un supplément de réflexions ; bref, le débat est encore très vif, comme les articles ici réunis en témoignent parfaitement, en particulier lorsqu’on passe par des précisions distinctives (modalité vs modalisation), ou par des réarticulations problématiques (modalités sémiotiques et modalités sensorielles) ou encore par des régimes de signification distincts (le caractère discret des modalités et le continuum des modulations). Si la continuité est thématisée par plusieurs auteurs, le recours à la notion de modulation est plus limité (BASSO FOSSALI, COLAS-BLAISE), ce qui mérite une réflexion supplémentaire (voir le paragraphe suivant). En effet, la modulation peut recevoir d’autres formes de problématisation, mais sollicite en tout cas, par contraste, la question de la syntaxe (inter)modale, fondée sur un caractère discret des modalités14, ou bien des reformulations théoriques plus profondes comme les « tonalités modales » dans l’article de Jacques Fontanille (à travers une hiérarchisation, une modalisation dominante traverse en continuité des constitutions modales locales). De manière générale, il nous semble que les différentes focalisations thématiques du numéro relèvent moins d’une incompatibilité d’approches que d’une complémentarité bienvenue. Ainsi, la question typologique est abordée de manière pointue par Sémir BADIR, mais elle ne peut qu’avoir un rôle de réorganisation par rapport à des réflexions éparses dans les autres contributions et recevoir en même temps des éléments critiques.

  • 15 Sur l’impossibilité de séparer nettement le dictum et le modus, voir aussi la contribution de Santi (...)

28Les axes présentés dans l’argumentaire publié sur le site (voir aussi l’introduction de cet article) ont fonctionné davantage comme des points de convergence. Le premier axe, qui observe les modalités à l’intérieur des stratégies argumentatives et plus généralement rhétoriques, est au cœur de plusieurs contributions (BADIR, FONTANILLE, RABATEL). Sans oublier la dimension pragmatique, Alain RABATEL montre que la complexité modale des textes est liée, d’une part, à la multiplication des énonciateurs (intra-discursifs) et des prises en charge et, d’autre part, à la profondeur sémantique constituée par des scénarios modaux d’arrière-plan et par des modalisations locales émergentes (voir à ce propos les tangences possibles avec le modèle par tonalités modales proposé par Fontanille). Ainsi, à partir d’un plan macrosémantique, on peut montrer que chaque énoncé est infléchi par une zone modale d’accueil et convoqué dans un scénario de tensions implicites ou explicites relevant d’une pluralité de points de vue qui traitent des objets discursifs qui ne sont jamais “neutres” (RABATEL15). Pierre HALTÉ, qui ajoute la validation réciproque des composantes scripturales et visuelles des textes syncrétiques, montre que la résolution de ces tensions doit avoir recours à des calculs inférentiels concernant l’intentionnalité du producteur du texte.

29Les relations entre les modalisations énonciatives et les modalisations énoncives reçoivent une description soignée dans la contribution de Ralitza BONÉVA, à travers une application au discours cinématographique, application qui montre déjà l’intérêt mais aussi les difficultés à étendre une théorie du modal au-delà de la sphère strictement verbale (voir aussi HALTÉ).

  • 16 Cette deuxième conception est compatible avec la position d’Alain RABATEL qui définit la modalisati (...)

30Nous ne pouvons pas ne pas remarquer que la notion de modalisation reçoit des élaborations conceptuelles diverses à l’intérieur des différentes approches à l’énonciation : elle peut être interprétée rhétoriquement comme tentative d’influencer la compétence modale de l’énonciataire ou être conçue comme des inflexions des enjeux sémantiques opérées par l’énonciateur afin de thématiser sa disposition intentionnelle16. On pourrait souligner que, dans les deux cas, la modalisation reste une opération de « filtrage » des contenus prédiqués qui peut s’installer entre énonciateur et énonciataire (interprétation transitive) ou entre les valeurs sémantiques mobilisées et un foyer d’assomption (interprétation réflexive : voir par ex. la contribution de Jacques FONTANILLE). D’une part, on peut se demander si les filtrages n’arrivent pas à s’entrecroiser pendant les pratiques énonciatives et si cela ne complexifie immédiatement la position des sujets énonciatifs, pris à la fois par une intentionnalité communiquée et par une intentionnalisation vécue sous forme de jugement ou d’émotion. D’autre part, on peut faire l’hypothèse que la modalisation réflexive trouve une forme de traitement énonciatif, entre autres, sous la forme du mode verbal. C’est ce que peut suggérer, par exemple, cette description très suggestive du mode subjonctif en français : « on l’emploie donc chaque fois que l’interprétation l’emporte sur la prise en compte de l’actualisation du procès, lorsque s’interpose entre le procès et sa verbalisation l’écran d’un acte psychique (sentiment, volonté, jugement) » (Riegel et al. 1994, p. 563).

31Au vu du terme correspondant utilisé normalement dans la grammaire anglaise, mood, on pourrait effectivement opérer une extension et nommer toutes les attitudes propositionnelles ou filtres prédicatifs/assomptifs modes, afin de les distinguer des modalisations transitives. Si la modalité participe de la constitution de la position actantielle, le mode infléchirait potentiellement cette même constitution (ex. « Il semblerait que je puisse le dire ») à travers une (dé)problématisation de la stabilité de l’univers figuratif qui devrait assurer un ancrage au contenu modalisé. La « validation » de ce contenu (Gosselin 2010) subit alors, à son tour, une modalisation, ce qui semble empêcher d’identifier immédiatement une corrélation entre une modalité énoncée et les modes d’existence des valeurs internes au procès thématisé en discours (voir à ce propos la position critique de Sémir BADIR par rapport à la proposition de Fontanille 1998). Cela dit, la relation entre modes et modalités pourrait être abordée comme un cas de syntaxe modale (transmodale par rapport à la syntaxe intermodale qui combine des modalités), ce qui ne manque pas d’avoir alors des impacts sur le mode d’existence que l’on assure au procès thématisé. Toutefois, il est évident aussi que la combinaison inévitable des modalités avec des modalisations réflexives et transitives transforme nécessairement les statuts des pivots modaux, qui ne sont plus de simples opérateurs mais des interprétants des conditions actantielles (énonciatives et énoncives) mêmes.

  • 17 L’axe trois sur les modalités et les mondes possibles a reçu une série riche de problématisations d (...)

32Une dimension modale qui participe aux tissages des relations, en qualifiant les types d’implication dans les valeurs constituant le monde possible17, et une autre qui fonctionne comme « écran » par rapport aux paysages de relation constitués semblent reproduire, dans leur combinaison, la décoïncidence entre énonciateur et observateur, voix et point de vue (dimension intradiscursive), ce qui ne manque pas de rappeler aussi la non superposition et donc l’absence d’une correspondance nécessaire, voire l’autonomie possible, entre modalités assertées et états mentaux (dimension pragmatique : voir BADIR).

33À ce propos, Luisa RUIZ MORENO nous offre la possibilité d’évaluer les enjeux modaux dans l’articulation entre stratégie énonciative et réception, en soulignant l’écart existant entre un « regard catégorisant » qui traite la portée modale du discours comme stabilisation d’un cadre de valeurs enfin calculables et un « regard tensif » qui ne cesse d’appréhender l’intervention modale énoncée comme une incursion intersubjective qui met en résonance des fronts actantiels (dans le cas analysé par RUIZ MORENO, l’État, les producteurs et les consommateurs) sans permettre à la scène qui les inclut de rejoindre une « consistance » sémantique à même de favoriser des assomptions épistémiques avérées et des enjeux narratifs incontestables. Afin de généraliser ces remarques, on pourrait estimer que la mobilisation du modal en discours (i) peut s’attacher totalement aux profils actantiels en délimitant de nouvelles formes d’implication, lisibles et toniques — on parlera alors de coagulation modale ; (ii) elle peut être saturée par des inférences hautement prévisibles et vidée ainsi de toute dynamisation des cadres relationnels – absorption modale qui donne lieu à des scénarios atones et enfin stériles ; (iii) la mobilisation du modal peut favoriser une compénétration des programmations actantielles qui arrivent ainsi non seulement à coexister mais à trouver des formes de corroboration réciproque — fluidification modale (voir BASSO FOSSALI) ; (iv) mais le modal mobilisé en discours peut ne pas prendre racine dans le sol actantiel ni profiler des canalisations de forces — le contraire de l’absorption est alors une sorte de “transpiration” modale qui affecte les actants du plan de l’énoncé aussi bien que ceux du plan de l’énonciation, à tel point qu’une indétermination implicative s’installe et s’autoalimente. Étant donné que l’on sait bien que les lisières entre les effets cathartiques et les pièges textuels (du côté de Pygmalion ou de celui de Dorian Gray, peu importe) ne sont pas si certaines, on peut estimer que les cas de « transpiration » modale ne sont pas rares et méritent bien une étude spécifique.

34Pour le reste, la gestion du modal en deçà de cette indétermination de frontières semble poursuivre des couplages entre des fronts modaux et c’est dans le jeu de confrontation entre ces fronts ou grâce à la transposition vers d’autres couplages que l’on arrive à stabiliser des configurations modales lisibles. L’hétérogénéité modale exige des conversions et, pour ce qui concerne les pratiques discursives, une articulation délicate s’installe entre la modalisation des conditions énonciatives et la portée modale négociée en discours, susceptible de profiter de conversions immédiatement disponibles, mais à même aussi de ré-encadrer la pertinence de l’acte de langage ou d’essayer une autonomie relative (fiction).

35D’ailleurs, l’appropriation de la langue que toute pratique énonciative nécessite passe par la tentative de médier entre une mise en forme individuelle et un “formatage” culturel, rencontre inévitable de modalisations diverses. En ce sens, même l’énoncé le plus neutre, comme un constatif apparemment doté d’une portée seulement descriptive, est déjà le fruit d’un équilibre, à savoir d’une convergence tensive entre connaissance validée (encyclopédie) et jugement (individuel). C’est ce qu’affirme Santiago GUILLÉN dans son article, en essayant de penser cette convergence comme liée à une force modale mythique, comme dans une sorte de réinterprétation de la conciliation des termes opposés : conciliation des forces modales opposées (autochtones/étrangères, immanentes/transcendantes, individuelles/collectives) catalysée par le langage. Ainsi, si l’on peut bien pratiquer la démythisation comme interprétation critique des sémantismes apportés par les récits qui cachent leur origine, on ne peut pas en revanche procéder à une démodalisation radicale des discours, car la tension mythique initiale reste inévitablement activée, en se déclinant à travers des équilibres toujours inachevés et des modalités “sous conditions” (voir les « rétromodalités » indiquées toujours par GUILLÉN).

36Si le logos tente de construire des conciliations modales stables, le pathos cherche à assurer une signification même face à des tumultes modaux (Fontanille 1999) ; mais l’instance de l’énonciation ne peut qu’afficher une conduite discursive qui passe à travers des moments de maîtrise et d’autres d’effervescence modale, en essayant ainsi de composer l’image (éthos) d’un sujet doté d’un vécu modal, noyau pulsant de sa forme de vie. En suivant la contribution de Marion COLAS-BLAISE, les tensions modales déploient une « énergétique » qui attend des mises en forme, des « styles d’existence » à la recherche d’une « identité modale » à même de se révéler autrement (la décoïncidence propre à une forme de vie dans sa dialectique intime entre idem et ipse, Ricœur 1990).

37Cette identité modale singulière, soumise constamment à un test de “composition” — et donc de “tenue” malgré l’altération, l’inflexion du devenir —, s’exprime symboliquement à travers le visage, comme l’article d’Anne BEYAERT-GESLIN le démontre. Le visage est justement traversé par un processus d’iconisation (une iconicité qui exprimerait une prototiercéité — image — à même de régimenter les apparences locales — pictures). Cela dit, ce processus doit être interprété comme résistance et à la corrosion des caractères fondant la reconnaissance distinctive et à la dispersion compositionnelle sollicitée par les déformations des “incontinences” expressives, sous le joug des contingences pathétiques et somaesthésiques (dévisagéification). Encore une fois, nous trouvons la rencontre des fronts modaux : la dignité désirante de la surexposition d’un visage et la collusion des observations de deuxième ordre qui intime le respect d’une individualisation socialement négociable et stable, même au risque d’avoir recours à une simple façade. Soumis apparemment à un monitorage obsessif de son aspect changeant, le visage se révèle être un objet largement accompagné par des tensions modales jusqu’à sa garde imaginaire. Sa possession idéalisée, caractérisée par une potentialisation de sa méréologie intégratrice selon Beyaert, est toutefois si volatile que tôt ou tard on a besoin de traduire le visage en image fétiche. Les régimes contradictoires de la visagéité, entre surexposition et inaccessibilité (BEYAERT-GESLIN), nous ramènent à l’axe thématique (le quatrième dans notre recension initiale, soumise aux auteurs) du vécu modal, avec des précisions sur le “phrasé” existentiel. Ce dernier semble modaliser les acteurs selon des moments de conscience auto-représentationnelle, concrétisés par des poses, et des intervalles de surexposition non monitorée qui laissent à la spontanéité de l’apparaître contingente la possibilité de résoudre les tensions modales contraignantes en modulations expérientielles, en expérimentations interactionnelles, du fait de réussir à être les uns pour les autres.

38La contribution d’Anne BEYAERT-GESLIN articule aussi le deuxième axe de l’argumentaire publié (voir aussi l’introduction) avec le cinquième, à savoir elle rejoint, à travers la surexposition du visage, et la question des modalités qui conditionnent l’activité énonciative même et donc l’implication de cette dernière dans un environnement sensoriel (vision complémentaire à celle intradiscursive et traitée ici, entre autres, par THIBURCE et BASSO FOSSALI), et la relation entre modalités et modes d’existence selon l’approche suggérée par les travaux de Souriau (perspective développée en particulier par Marion COLAS-BLAISE). Les compénétrations modales entre perception, énonciation et interprétation sont à la base de la contribution de THIBURCE ; à travers l’exemple d’une exposition muséale qui met en scène ce « trou noir » de la cosmologie sociale qu’est la prison, THIBURCE observe in vivo le multilatéralisme des modalisations, les acteurs impliqués étant à la fois passifs (instances visées par les modalisations) et actifs (instances de modalisation).

39Au fond, les axes proposés aux auteurs étaient des reflets des plans de pertinence (Fontanille 2008) qu’une enquête des relations entre modes, modalités et modalisations doit nécessairement traverser : d’un examen intradiscursif (i) on passe à l’analyse des pratiques énonciatives situées (ii), pour prendre en compte alors les tensions stratégiques entre modalisations activées et modalisations reçues (iii) et terminer alors sur une évaluation de l’écologie modale d’une forme de vie (iv), laquelle découvre que la consistance même de son monde est le fruit d’équilibres modaux entre instaurations et valorisations de l’existant. Maintenant, le volume mérite une lecture transversale qui n’est plus strictement liée aux axes initiaux, mais à une série de questions cruciales sur lesquelles les auteurs se sont mesurés et qui relancent la réflexion sur les modalités initialement encadrée.

2. Les modalités, les modalisations et les modes d’existence : réflexions croisées pour un modèle « intégratif »

40La notion de modalité, associée à celles de modalisation et de mode d’existence, est assurément une de celles qui ont le plus contribué à développer la pensée sur le sens. Du moins en sémiotique et en linguistique. Tant il est vrai que ces notions sont au cœur de la construction d’une scène modale qui s’organise autour d’instances modales et d’un ou plusieurs procès modalisés. D’une scène qui permet de régler la distance entre des instances pourvues d’une identité modale et un objet de sens, plus ou moins accessible, plus ou moins possible vs impossible, plus ou moins certain vs incertain, désirable vs indésirable, nécessaire vs contingent, permis vs interdit… On continuera, d’un point de vue plus strictement sémiotique, en mettant les modes d’expérience (devoir, vouloir, croire, savoir, pouvoir, etc.) en relation avec des modes d’existence (virtualisé, actualisé, potentialisé, réalisé) (Fontanille 1995).

41Dire cela, ne serait-ce, au fond, que reprendre des distinctions classiques, sur lesquelles, de surcroît, sémioticiens et linguistes pourraient se rejoindre ? Les contours de la notion de modalité semblent stabilisés. Elle ne s’en prête pas moins à des réexamens, à des remises en question, à des approfondissements et enrichissements qui en font sans doute une des notions-clés à même de témoigner de la vitalité des recherches — surtout, ici, en sémiotique et linguistique — au fil des décennies. Et tel est un des objectifs principaux que nous cherchons à atteindre dans le cadre de ce numéro de Signata : examiner plusieurs parcours théoriques, pour non seulement dresser un bilan d’étape, mais encore tracer des pistes à explorer.

42Le débat sur les modalités aurait donc un soubassement partagé, dans ses grandes lignes, par des chercheurs d’obédiences théoriques différentes ; des sémioticiens et des linguistes, en l’occurrence, avec une échappée vers la philosophie (BADIR). Et la modalité autoriserait sinon le dialogue, du moins des échanges féconds. Sans doute, à condition que ne soient pas méconnues les inflexions décisives apportées par les uns et par les autres. Les convergences entre propositions théoriques s’accompagnent, nécessairement, de divergences. Ou, du moins, elles sont concurrentes.

43Dégageons quelques lignes conductrices.

  • 18 Laurent Gosselin (2010) retravaille cette opposition en s’interrogeant, dans une perspective sémant (...)

44Ainsi, fondamentalement, deux approches théoriques entrent en concurrence l’une avec l’autre : celle, privilégiée par Laurent Gosselin et rappelée par certains des auteurs de ce volume (BADIR, HALTÉ, RABATEL), qui pose au départ la bipartition ballyenne entre le modus et le dictum18 ; celle, enfin, qui vise à rendre compte moins de la réaction d’un sujet à l’objet que de la relation qui se noue entre eux (RABATEL). D’ailleurs, comme le souligne Ralitza BONÉVA, le dictum ne se résume pas à une pure objectivité et Santiago GUILLÉN se prononce contre une dissociation stricte du dictum et du modus.

45D’une part, les modalités constituent des jugements portant sur un « contenu représenté » (dictum). D’autre part, dans une approche que l’on peut appeler dynamiciste, les modalités sont impliquées dans la construction sémiosique d’un objet de sens, pas à pas et de proche en proche, depuis ses fondements jusqu’à la réalisation. Elles gèrent l’entrejeu des déterminations et des potentialités, la succession de moments de stabilisation et de déstabilisation, bref, la quête du sens, avec ses retours en arrière et ses bifurcations possibles. Que la théorie de l’énonciation convoquée soit restreinte ou étendue, que l’énonciation se distingue par exemple de la production (artistique) et de l’implémentation (BASSO FOSSALI) ou qu’elle recouvre l’ensemble de l’acte sémiosique, y compris la perception, le devenir du sens culmine dans la projection débrayante d’un objet de sens énoncé qui prend une forme apparemment définitive au contact d’un support et d’un matériau. En tenant compte du fait que le matériau oppose une résistance et exerce une contrainte (BONÉVA). Dans ce cas, l’énonciation est nécessairement de l’ordre de l’interaction, de la négociation.

46Plus largement, la modalité peut indiquer la clef ou la tonalité dans lesquelles une partition (au sens musical du terme) peut être interprétée. Telle remarque de Bruno Latour (2015, p. 27) revêt alors une acuité particulière : critiquant le fait que dans « il veut danser », « il aimerait bien pouvoir danser », « il aimerait tellement bien savoir danser »…, le « danser » est conçu, dans la perspective du modus et du dictum, comme inchangé, il appelle à ce que l’acte, mieux, le « ce qui » passe à l’acte, soit pris en considération. Tel est l’angle sous lequel on peut traiter la modalité-prédicat portant sur un autre prédicat, c’est-à-dire exprimant les conditions d’un procès non réalisé, mais pourvu d’un autre mode d’existence (Fontanille 2003 [1998]).

47Ensuite — et il s’agit d’une deuxième ligne conductrice —, les différentes approches linguistiques et sémiotiques ici retenues semblent s’accorder sur l’existence d’instances qui se positionnent, s’engagent, voire prennent des contenus en charge. Plusieurs points méritent une attention particulière.

48À la suite de Laurent Gosselin, certains auteurs (BADIR, HALTÉ, RABATEL) s’interrogent sur les instances de validation et, plus largement, sur les degrés et sur les formes d’un engagement. Ce qui est alors remarquable, c’est la mise en concurrence d’une perspective autocentrée (celle d’une instance qui dit « je ») et d’une perspective que nous disons allocentrée. En effet, ici et là, les auteurs entrevoient la possibilité d’un décentrement. Si, comme le note Sémir BADIR, Gosselin prévoit comme instances en charge de la modalité la réalité objective, la subjectivité et l’institution, la sémiotique procède à une tripartition semblable. En effet, dirons-nous, la « réalité » sous ses différentes formes — notamment, l’espace, la nature, la divinité, la « Raison, la Science, la Société, etc. » — comme tiers transcendant (une non-personne, selon Benveniste ; Coquet 2007, p. 84) peut être considérée comme une instance modalisant le faire et l’être d’une instance hétéronome cherchant à s’affirmer comme « je », ou encore l’interaction d’un sujet et d’un objet. Suffit-il, dès lors, d’opposer l’objectivité à la subjectivité ? Selon nous, la subjectivité du sujet, que nous disons “subjective”, n’émerge qu’au terme d’un processus : à partir de l’enveloppement d’une instance sensible se positionnant par rapport au il y a, jusqu’à l’appréhension d’un quelque chose par une instance percevante et, enfin, à la production et à l’implémentation dans un langage, c’est-à-dire dans une structure syntaxique, d’un objet de sens stabilisé, pris en charge par un sujet cognitif. Tel commentaire de Jean-Claude Coquet (2007, p. 43) permet de préciser notre pensée : « Le processus objectivant se double […] d’un processus expérientiel (l’“expérientiel” inclut l’instance corporelle, le non-sujet) et subjectivant (le “subjectivant” ne prend en considération que l’instance judicative, le sujet) ».

49Nous venons de mentionner la prise en charge de contenus par un sujet, c’est-à-dire l’engagement qui non seulement manifeste un accord, mais encore endosse une responsabilité. Sans doute a-t-on intérêt, pour rendre compte des différentes modalités (épistémiques, aléthiques, appréciatives, axiologiques…), à distinguer la prise en charge de la prise en compte, qui la précède et l’annonce. Voire, à repenser les types de la prise en charge sur le modèle des modes d’existence réalisé, potentialisé, virtualisé et actualisé (Fontanille 2003 [1998]) : si la prise en charge est réalisante et renvoie au faire et à l’être, la déprise en charge est potentialisante, c’est-à-dire sensible aux conventions, aux contenus doxiques, etc. (croire, adhérer) ; la prise en compte peut être dite “virtualisante” (vouloir et devoir) et liée à des possibles ; la préprise en charge, enfin, est actualisante (savoir, pouvoir).

50Dans ce cas, franchissons un pas et retenons une troisième ligne conductrice : reprenons, sur de nouveaux frais, le couple « absence vs présence ». Une analyse affinée distinguera des types de présence, c’est-à-dire des qualités et des degrés de présence, sur la base d’un « battement du potentiel et de l’actuel » qu’Anne BEYAERT-GESLIN situe à mi-chemin entre la présence et l’absence. Non seulement les modulations de la présence, discrète ou affichée, renvoient-elles aux modes d’existence distingués par les sémioticiens, mais c’est à partir du champ de présence que peut se comprendre la modalisation de l’espace (Fontanille 1989, p. 55), où l’exposition ou le faire savoir de l’informateur l’emporte ou non sur l’inaccessibilité (faire ne pas savoir), ou encore où se négocient les positions de l’obstruction (ne pas faire savoir ; qui peut prendre la forme du masquage du visage ; BEYAERT-GESLIN) et de l’accessibilité (ne pas faire ne pas savoir), (re)conquise. Enfin, comme le rappelle Anne BEYAERT-GESLIN, les modulations de la présence peuvent être rapportées à la gradation allant de la collusion à l’antagonisme, en passant par la discorde et la conciliation (Fontanille 1989, p. 56) ; bref, dirons-nous, la présence comprend un substrat possiblement polémique et elle peut se manifester par l’établissement de relations conflictuelles entre les actants.

51Les jeux de présence opèrent ainsi des rapprochements et des éloignements, à la base de la distance qui règle le rapport entre les actants, ainsi qu’entre un observateur et un procès. On peut d’ores et déjà prévoir différents niveaux d’appréhension des modalités existentielles, à partir de la mise en présence par des instances sensibles, les bases étant tensives et aspectuelles, jusqu’à une narrativisation possible, quand les transitions sont converties en transformations. La présence est indissociable de la direction d’un ajustement, qui peut être un ajustement au monde. Sans doute cet ajustement est-il, comme pour les énoncés en relation avec le monde, bidirectionnel. Il incombe alors aux modalités d’indiquer comment le procès est envisagé, notamment quand la présence est « réique », c’est-à-dire — et Anne BEYAERT-GESLIN de citer Souriau (2009 [1943], p. 123) — « indifférente » au ici et au , au sein d’un univers spatialisé et temporalisé.

52Le cadre ayant été établi, est-il possible de concevoir un modèle intégratif qui confie à la modalité et à ses variantes un rôle déterminant dans la production et la gestion du sens ? Notre proposition est la suivante : la modalité ne se contente pas d’indiquer les conditions de la réalisation d’un procès, mais, plus largement, elle est une dimension consubstantielle de toute production sémiosique. Elle est responsable de la dynamicité que nous avons entrevue. En ce sens, on ne saurait concevoir de discours totalement dénué de modalisations, qui serait pour ainsi dire “amodal”. Tout discours serait au moins traversé par des tensions entre des connaissances déjà validées, de type encyclopédique, et des jugements personnels (GUILLÉN). Nous aimerions défendre l’idée que la dynamique sémiosique est alimentée par des démodalisations et des remodalisations (rétroactives) du faire et de l’être, c’est-à-dire par une circularité donnant lieu à une réintensification et à une resensibilisation des procès réalisés. On y verra la manière ultime de la relancer, incessamment. Aspectuellement, c’est l’inaccompli qui prévaut. Et avec lui, l’ouverture sur un imaginaire, sur l’échange — nous le verrons — de simulacres modalisés (FONTANILLE).

53Dénouons donc cette complexité, pas à pas, en distinguant des paliers d’organisation du sens différents. Commençons par les modalités au sens plus restreint du terme.

54Elles s’agencent au sein de suites prédicatives, d’une syntaxe modale, que l’on parle ou non de surmodalisation (BASSO FOSSALI). On assiste à des hiérarchisations, c’est-à-dire à la mise en avant de certaines modalités, d’autres étant reléguées à l’arrière-plan ; cela en fonction de leur caractère explicite ou implicite (RABATEL). D’où aussi la production de dominantes modales (FONTANILLE). Cependant, nécessité est de rendre compte également de la « profondeur modale » qui fait que vouloir être/faire peut être rapporté à la fois à l’introspection (être réflexif), à l’attachement (être locatif), au désir (être attributif), etc. (BASSO FOSSALI). Ce à quoi s’ajoute la (re)distribution des charges modales sur des instances différentes, le passage entre les modulations et les modalisations pouvant se prêter à des interprétations différentes, voire contradictoires, notamment sous la pression du milieu social.

55La visée syntagmatique produit ainsi des enchaînements de modalités définitoires de la compétence modale d’une instance — d’une compétence qui peut être impliquée dans des processus d’acquisition et de perte, de transfert, etc., avant d’ouvrir sur la programmation narrative plus ou moins cohérente et vectorisée. Cela en s’accordant, plus ou moins, avec les déterminations sociales et sociétales. Quand la syntaxe modale est passionnelle, la disposition passionnelle est fonction de dispositifs modaux qui sont sensibilisés et chargés de valeurs. Fontanille nous apprend, ici, que les régimes de modalisation pourvoient le processus de modalisation de propriétés non seulement modales, mais encore aspectuelles et tensives, le tout donnant lieu à des tonalités modales. D’où un éclairage nouveau, à plusieurs titres.

56D’abord, le processus de la modalisation aspectualisant implique une pensée des limites : du trop et du trop peu, par opposition au juste milieu (MORENO). Ensuite, la modélisation tensive peut rendre compte de logiques tensives ascendantes et descendantes, du gain d’intensité, quand les modalités d’atones deviennent toniques et reconfigurent les relations avec le destinataire (persuasives dans le premier cas, elles deviennent injonctives dans le deuxième). On voit ici que les paramètres aspectuel et tensif permettent d’argumenter l’idée de modalités non plus catégoriques, mais tensives (MORENO). D’après Ralitza BONÉVA, le processus de la modalisation « verse » dans la tensivité.

  • 19 Après la lecture du livre d’hommage À même le sens (2021), Fontanille propose cette suite : [Phorie (...)

57Quelles conclusions peut-on en tirer ? Les modalités ont non seulement une dimension aspectuelle, mais encore elles sont dotées d’un soubassement tensif. Les tensions convergentes ou divergentes caractérisent la dynamique portée par la phorie, entre attraction et répulsion. Nous proposons de considérer une attitude diathétique (Bordron, 2011) fondamentale, une qualité modale primitive, qui n’est pas encore une qualité de quelque chose, mais qui correspond aux relations qui s’esquissent entre des proto-vouloirs, des proto-devoirs, des proto-savoirs, etc. peut-être contraires. D’où l’idée de prévoir une étape de la genèse du sens qui marque la transition entre les mouvements phoriques, d’une part, les aspectualisations et les modalisations proprement dites, d’autre part : nous appelons cette étape celle des proto-modalités (COLAS-BLAISE)19. Une instance sort de l’inhérence à elle-même et prend forme, encore en deçà d’une véritable séparation des instances. Elle est portée par des forces actantielles collectives, voire impersonnelles ou non personnelles (nous avons mentionné, supra, le rôle joué par le il y a).

58Aussi les modalités sont-elles sous-tendues par des modulations (ouvrante, clôturante, ponctualisante et cursive), avec les effets de visée et de saisie correspondants et des différences de tempo, des accélérations et des décélérations du devenir, des retards et des précipitations (Fontanille & Zilberberg 1998). Selon Pierluigi BASSO FOSSALI, les modulations sont impliquées dans une scénarisation, avant même les déterminations actantielles, spatiales, temporelles et avant toute assomption d’un point de vue. Sans doute l’agir — que nous disons “impersonnel”, “non personnel”, “collectif”… — reste-t-il en deçà de l’acte proprement dit (THIBURCE). Les modulations peuvent se convertir les unes dans les autres (ainsi, Pierluigi BASSO FOSSALI commente le passage de la modulation boulestique à la modulation déontique ou potestative). Par ce biais, les modalités renouent avec l’expérience sensible. Distinguera-t-on les possibles de sens des potentialités ? Les modulations constituent, écrit Pierluigi BASSO FOSSALI, un « potentiel modal fluide », à la base de tout enjeu de signification. C’est par ce biais que l’on peut conférer à tout projet sémiosique un ancrage (proto)modal : nous avons suggéré que les modalités et leur préfiguration protomodale ainsi que prototypique ne constituent pas seulement des conditions de la construction du sens, mais que, en raison de leur caractère matriciel, elles la traversent de part en part et sont responsables d’une dynamique à jamais relancée. Les modulations, ajoute Pierluigi BASSO FOSSALI, peuvent être pensées au sein du « couplage » entre des dispositions et un environnement, ce qui nous renvoie à ce positionnement liminaire d’une instance qui, face au il y a, émerge à peine. La question est avant tout celle des mises en accord ou en désaccord sensibles : une question de « proportion » et de « disproportion » (BASSO FOSSALI). Nous dirons que des styles expérientiels émergent qui, associés à des styles praxiques favorisant la reprise anaphorique, esquissent des choix de valences prêts à accueillir des valeurs et entrent dans la composition de formes de vie. Comme le souligne Pierluigi BASSO FOSSALI, celles-ci opèrent une « transposition » qui clôt un circuit.

59C’est sur ces bases que peuvent s’esquisser des thématiques modales et des figurativités, à partir de réinvestissements, de complexifications et de spécifications contextuelles, d’entrecroisements. Il est alors possible, sur le fond des ajustements dont il a été question, de circonscrire des configurations modales, en comblant aussi le vide avec l’expression langagière. Les catégorisations linguistiques sont variées. Ainsi, Alain RABATEL en élargit considérablement l’empan, afin de rendre compte de « zones textuelles/discursives ». Au-delà du verbe, la modalité est liée à l’ensemble du lexique, à des constructions de phrase, etc. La sémiotique choisit de considérer les dynamiques énonciatives, en déplaçant également l’accent des contenus modaux aux formes de l’expression, non seulement linguistiques, non seulement visuelles, qu’il s’agisse d’énoncés syncrétiques ou de productions cinématographiques (HALTÉ, BONÉVA), mais encore comportementales (des « schèmes de comportement dominants dans la tonalité modale », selon Jacques FONTANILLE).

60Ce dernier point a son importance parce que ce qui est visé, dans ce cas, c’est le mode d’énonciation des modalités. La « scénarisation modale », en relation avec une « scène discursive », avec une scénographie particulière, par exemple celle de l’exposition, (THIBURCE), peut être dramatisante, théâtralisante (BASSO FOSSALI). Elle s’accompagne de sa spectacularisation (BASSO FOSSALI mentionne le spectacle comique). Elle est ainsi donnée à voir plus ou moins, selon le « régime de modalisation » (FONTANILLE) ; donc en fonction du processus de modalisation, qui est intense et/ou extense, discret ou ostensible, localisé ou diffus… Au plan de l’expression, des marques modales qui traduisent des stratégies énonciatives, dont celle — non sans paradoxe apparent — de l’effacement énonciatif (BONÉVA), témoignent d’un double mouvement d’investissement et de possible désinvestissement d’une instance modalisée et modalisatrice.

61Continuons encore. Les syntaxes modales sont manifestées en discours par des tons (BASSO FOSSALI, THIBURCE) et ces tons rendent perceptibles des « modules » fondés sur des variations notamment d’intensité. Une fois encore, nous franchissons un pas considérable. On peut avancer, en effet, qu’il appartient à la coloration ou à la tonalité modale de (re)sensibiliser le dispositif énonciatif pour le mettre proprement sous les yeux : pour le montrer, plutôt que de le dire seulement. Pour montrer, aussi, une identité modale. S’il en va ainsi, dirons-nous, c’est parce que la coloration ou tonalité modale garde en mémoire les modulations tensives protomodales, les attitudes et les dispositions souvent passionnelles. Elle témoigne d’une rythmique particulière qui est celle, profondément, de ces styles expérientiels dont il a été question. La coloration ou tonalité modale, associée à des aspectualisations et des axiologisations, assure ainsi le lien entre ce soubassement protomodal et les configurations modales qui, solidarisant un plan du contenu et un plan de l’expression, se donnent en spectacle.

62Sur ces bases, on dira que le modèle intégratif, qui articule ensemble modulations, aspectualisations et modalités, permet de dégager les strates où opère une « coénonciation ». On en trouve les prémisses au niveau des modulations (BASSO FOSSALI). Or, la coénonciation ne repose pas seulement sur les interactions et négociations entre instances autocentrées, mais — nous l’avons suggéré supra — elle prend le risque d’un décentrement confiant une activité énonciative au il y a, à l’environnement au sens large (écoécriture). Ce point nous semble essentiel : l’instance construisant un monde signifiant est également affectée par des forces souterraines allocentrées, qui sont ancrées dans les modulations, voire qui secouent le carcan « autocentré vs allocentré », s’autonomisant (nous avons parlé d’un tiers actant), s’autodéterminant, pour mieux s’imposer à elle. Elles peuvent déborder tout projet de sens initial (démodalisation de l’instance autocentrée). Il nous semble que l’on peut comprendre ainsi une proposition de Pierluigi BASSO FOSSALI, qui est décisive : celle du caractère à la fois « constitué » et « trouvé » du sens. Et c’est le sens ainsi configuré qui est mis en scène.

63En même temps, nous ne saurions en rester là. Un dernier point mérite considération. La mise en spectacle a une dimension fictive. Jacques FONTANILLE détecte dans l’imaginaire, distinct du mode d’existence réalisé, un des effets essentiels de la modalisation. En témoigne la mise en circulation de « simulacres modalisés ». Il nous semble intéressant, alors, de distinguer le fictif du mode de la fiction qui, selon Jacques Fontanille et Nicolas Couégnas (2018), « ordonne toute instauration d’un monde signifiant ». Essayons d’argumenter cette position en rappelant, d’abord, l’aspect « hypothétique qui affecte le futur de tout monde (possible) » (BADIR). On peut développer l’idée que les (proto)modalités ont pour mission, entre autres, de rendre compte de possibles du sens, non point en disant que cela est (vrai), mais en montrant un état de choses possible ou la possibilité d’un état de choses : si cela est vrai. En cela, la (proto)modalisation renvoie avant tout au mode d’existence du virtualisé, dans l’attente de l’actualisation et de la réalisation (les potentialités relevant du mode d’existence potentialisé).

64Si le fictif/le fictionnel caractérisent le « monde possible », Santiago GUILLÉN apporte un éclairage complémentaire, en s’attardant sur le récit mythique comme élaboration du « monde possible d’un récit » à partir duquel nous pouvons penser notre propre monde ; plus exactement, il s’agit de penser « les divers mondes que nous habitons ».

65La notion de réalisation mérite qu’on s’y arrête davantage : si elle se définit par la rencontre des formes discursives avec la réalité aux deux plans du contenu et de l’expression (Fontanille 2003 [1998]), l’accomplissement au sens où l’entend Etienne Souriau (2009 [1956], pp. 195-196) est à jamais reporté, inatteignable. D’où un aspect que les sémioticiens disent inaccompli et qui est pris en charge, précisément, par la modalisation. Nous retrouvons, une nouvelle fois, la question de la dynamique, profonde ou discursive, avec ses projections en avant et ses réversibilités liées aux modulations, avec ses investissements et ses réinvestissements modaux rétroactifs, ses pas de côté, aussi, qui font que la modalisation donne lieu à des circulations indéfinies et n’est jamais dénuée de tensions.

66Pour finir, retrouvons la question de l’imaginaire. Nous osons avancer à la suite de Souriau (2009 [1943], p. 123) que l’imaginaire est une « variété du monde ontique ». Ou encore, selon Latour (2012, p. 42), la fiction comme façonnement et mise en forme dirige l’attention moins vers l’« illusion » ou le « faux » que vers le « fabriqué », le « consistant » et le « réel ». Notre proposition (COLAS-BLAISE) est de considérer que la fictionnalisation constitue une surmodalisation qui, tout en gérant la circulation des simulacres fictifs et le passage progressif au stade de la réalisation, inscrit la construction d’un monde signifiant dans le champ du réel. C’est dans le champ du réel que peuvent se déployer les modulations et les simulacres modaux, que peuvent se négocier des distances et des rapprochements, que peuvent émerger des configurations modales plus ou moins complexes. Cela grâce à l’activité énonciative et à ses mouvements, ses retours en arrière remodalisants, ses bifurcations, ses rythmiques propres ; grâce, enfin, à la qualité de sa scénarisation spectaculaire.

3. Domaines sociaux d’application et tests de résistance entre théories et corpus

67En prenant du recul par rapport à l’ensemble des articles qui composent ce volume, le modèle intégratif que l’on vient tout juste de décrire semble corrélé, ou en tout cas lié, à la diversité des matériaux d’analyse mobilisés pour tester et mettre à l’épreuve les théories linguistiques et sémiotiques sur les notions de mode, modalités, modalisations et mode d’existence. Si la thématique de ce volume a suscité un dialogue entre la sémiotique, les divers champs des sciences du langage et les autres sciences sociales comme cela a été exposé dans les deux sections précédentes, les genres discursifs, les objets culturels et les pratiques sémiotiques étudiés, ou à tout le moins pris en compte dans l’enquête sur ces notions, couvrent un large spectre (poly)sémiotique.

68Nous essaierons d’appréhender ces matériaux variés en cherchant ainsi à trouver différents points de (dis)continuité entre les corpus ou exemples illustratifs retenus par les auteurs. Nous proposerons également de pister les multiples angles de lecture adoptés et de systématiser les différentes clés interprétatives mises en œuvre.

69Sur le plan épistémologique et historique des disciplines, d’abord, la thématique soumise à la communauté à travers ce treizième volume de Signata a occasionné des contributions qui nous font retrouver des objets et des terrains de réflexion traditionnels, voire privilégiés, en linguistique et en sémiotique. On pense ici notamment aux discours qui relèvent des genres mythologiques (GUILLÉN), dramaturgiques (FONTANILLE), littéraires (COLAS-BLAISE) et communicationnels (RUIZ MORENO). Dans ce sens, les modalités ont pu être appréhendées en tant que principes actifs d’une transformation d’états émotionnels, de valeurs et d’ethos, notamment dans une perspective tensive.

70L’analyse du processus de « rhinocérisation » proposée par Jacques FONTANILLE, en tension entre un devenir non-humain et un devenir humain, développe avec précision les enjeux méthodologiques qui sous-tendent la description des modalités de manière processuelle (dans la progression de la dramaturgie) et par palier selon des régimes spécifiques (dans leurs articulations avec des modalisations et des modes d’existence, on pense notamment à l’imaginaire modal). Ce qui nous parait particulièrement éclairant pour cette analyse, c’est qu’elle opère un couplage entre deux dynamiques épistémologiques, à la charnière entre une étude de cas spécifique (la pièce de Ionesco), qui place au premier plan les outils méthodologiques qu’il est pertinent de mobiliser dans une analyse modale, et une perspective théorique de sémiotique générale, qui lie entre elles des notions associées au repértoire des modalités (notamment, modalisations, modes d’existence, tonalités modales, dispositif modaux, identité modale, orientation axiologique). En puisant dans la profondeur sémantique du texte dramaturgique et dans les interactions entre des vivants humains et non-humains mises en scène, l’analyse sémiotique se permet à la fois d’interroger la contemporanéité des topoï qu’il exprime, leurs formes de vie sociale, politique et culturelle et de mettre en regard différentes recherches — une recherche artistique élaborée par Ionesco et des recherches scientifiques qui prennent racine dans les travaux en éthologie.

71Luisa RUIZ MORENO se consacre elle aussi à un corpus unique, en analysant un écusson noir apposé sur les emballages de produits alimentaires transformés, « créé au Mexique par le Secrétariat de la Santé dans le but de faire baisser la consommation des substances alimentaires nocives lorsque ingérées en excès ». Portant sur un texte de loi mexicain (modification de la norme NOM-051-SCFI/SSA1-2010, publiée le 27 mars 2020 au journal officiel mexicain), l’article se propose en effet d’étudier les relations complexes entre deux modalisations (implicites et atones) qui se nouent à travers cet écusson noir, en montrant les contraintes qui agissent sur sa rhétorique de persuasion, en distinguant les rôles des différents acteurs impliqués (gouvernement, producteurs, consommateurs, etc.). L’écusson noir émerge en tant « résultat d’un procédé de superposition de deux traditions visuelles » et qui « reprend une compétence potentielle de la culture, celle du faire-être au moyen du paraître, et la fait passer à l’état de réalisation en appliquant de fait une structure véridictoire — ce qui est annoncé comme étant vrai contient une complexité de fond — sur l’information alimentaire fournie par les fabricants des produits » (RUIZ MORENO). En étudiant avec minutie la charte graphique mise en place pour encadrer et contrôler l’utilisation de cet icone, cette étude de cas démontre que cet objet sémiotique est le catalyseur d’une « énergie modale », à la fois sur les plans sanitaire (informer du caractère nocif de certains aliments et ingrédients), juridique (réguler et sanctionner les pratiques des producteurs et des distributeurs) et social (faire changer les comportements et les habitudes).

72Dans une dynamique méthodologique complémentaire, Pierluigi BASSO FOSSALI propose « un nouveau voyage dans le vaste archipel théorique des modalités », non pas à partir d’un corpus unique, mais à travers une série d’exemples qui s’interrogent réciproquement et convoquent des domaines sociaux hétérogènes (arts, droit, sciences, etc.), offrant ainsi « une première complexification des modèles proposés pour s’ajuster à des territoires modaux concrets ». D’un tableau autoportrait d’Eugène Carrière (1901) vers des compositions musicales jazz, en passant par le spectacle comique, cette exploration théorique se propose de soumettre des notions phares et des modèles à une première phase de test. En suivant le même principe directeur, l’article de Pierre HALTÉ enquête les notions de modalités et de jugement « dans les relations texte / image » à partir d’une série d’exemples choisis sur le web, des « énoncés scripto-iconiques tirés de genres de discours variés (bande dessinée, mèmes, panneaux de signalisation, etc.) ». À la suite de Klinkenberg (2020), dans une étude de leur dimension syncrétique, différents genres sont alors convoqués pour décrire « les cas où la partie linguistique de l’énoncé scripto-iconique exprime une modalité sur la partie non-linguistique de ce même énoncé, et, à l’inverse, les cas où les éléments non-verbaux de l’énoncé expriment un jugement portant sur les éléments verbaux » (HALTÉ).

73Ce volume profite d’une diversité d’exemples également mobilisés dans la contribution de Ralitza BONÉVA, mais cette fois-ci dans une continuité générique d’une « modalisation filmique », notamment en se focalisant sur la scène du retour au parc de Blow-up (1966) de Michelangelo Antonioni. En travaillant sur la notion de contexture (une sorte de tissu dans la durée phénoménologique du plan, au croisement de plusieurs paramètres), elle se propose d’étudier la manière dont les charges modales apparaissent et dont des subjectivités se négocient dans le film et à travers le film. L’auteur aborde notamment la problématique de l’effacement énonciatif à partir d’une distinction terminologique et pratique entre modalisations énonciatives (qui concernent les protagonistes de l’acte de discours, à savoir le sujet de l’énonciation et son destinataire) et modalisations énoncives (qui se rapportent aux protagonistes de l’énoncé, protagonistes de l’événement). En étudiant elle aussi la dimension syncrétique des signes verbaux et non-verbaux dans Le Sapin renversé de Ivan Cherkelov et Vasil Zhivkov (2006), cette étude rend compte des configurations modales entre différents éléments d’un même plan, sous l’égide de la dialectique de l’accord et du désaccord entre les dimensions plastique, figurative et figurale de l’énonciation filmique.

74Dans une contribution qui porte sur un autre type de matériau d’enquête, Julien THIBURCE s’intéresse à certains énoncés mobilisés dans le parcours de l’exposition internationale et itinérante Prison programmée à Genève (Suisse) puis à Lyon (France) et enfin à Dresde (Allemagne) de 2019 à 2021. Il s’intéresse à l’énonciation muséale plus particulièrement pour la mise en tension de la figure du prisonnier au sein de l’espace social, une figure sculptée à partir de clichés, d’images mythiques et fantasmées. À partir de captures d’écran d’enregistrements audiovisuels de visites guidées, l’exposition s’affirme être l’espace de négociations multiples non seulement de cette figure du prisonnier, mais surtout des points de vue à partir desquels se constituent et se transforment des représentations des milieux carcéraux et de leurs acteurs. L’énonciation muséale est appréhendée non seulement à partir des discours verbaux énoncés, créés, repris, cités et commentés par le commissariat d’exposition, mais également à partir des formes de spatialisation opérées par des éléments de scénographie polysémiotiques. En travaillant spécifiquement sur un dispositif de médiation qu’il propose d’appeler « table des négociation », il décrit « le caractère bilatéral de la modalisation en jeu dans la scénarisation de l’action de jugement : il y a tout à la fois une instauration et une négociation de points de vue de personnes / d’acteurs qui jugent et de personnes / d’acteurs qui sont jugés ». Notamment à partir de l’étude d’une phrase inscrite sur cette table de négociations (« tu vaux mieux que tes actes »), les images mobilisées et leur annotation sous forme de diagrammes mettent ainsi en évidence la dialectique qui sous-tend l’énonciation muséale entre dialogue et dialogisme.

75Anne BEYAERT-GESLIN propose de travailler sur autre dynamique interactionnelle, celle à l’œuvre dans l’instauration et la transformation du visage. Cette étude théorique plus que méthodologique s’appuie sur un ensemble de contributions en philosophie (Sartre 1948 ; Deleuze & Guattari 1980 ; Levinas 1995 ; Jullien 2016), en anthropologie (Leroi-Gourhan 1964 ; Ingold 2013) et en histoire de l’art (Belting 2013) avec lesquelles entrer en dialogue pour affiner l’identité modale du visage dans une perspective sémiotique. Ce dernier « n’est pas seulement cet objet sémiotiquement vide qui prend son sens lorsqu’il est visé par un sujet, dans la jonction, mais, pris dans une interaction, un visage-chose qui se stabilise en un visage-objet sous les effets conjugués d’une “machinerie” intérieure et du face-à-face » (BEYAERT-GESLIN). Ainsi, le visage est abordé dans sa dimension performative et événementielle (Zilberberg 2016), dans son avènement, sa persistance et son effacement. La contribution revêt un intérêt certain pour un test de résistance de la notion de modalité, notamment dans son entrecroisement avec celle de « transformations existentielles », « en associant le visage-objet à une actualisation et le “retour” au visage-chose à une potentialisation, la réalisation transformant le visage-objet en masque » (BEYAERT-GESLIN). Des exemples issus de l’iconologie (les « Têtes d’expressions des passions de l’âme » réalisés au 17e siècle par Charles Le Brun) et de la littérature romanesque (La Nausée de Jean-Paul Sartre ou encore Le chef-d’œuvre inconnu d’Honoré de Balzac) donnent matière à penser quant aux éléments de réflexion avancés sur les différentes natures possibles du visage (portrait, autoportrait, masque).

76Dans un autre dialogue épistémologique, entre linguistique et sémiotique, Alain RABATEL s’intéresse aux pratiques gastronomiques et plus précisément au cas de la recette de la « Soupe au pistou » telle qu’elle a pu être analysée par Greimas (1983). Après avoir posé les prémisses de son cadre théorique en linguistique énonciative, notamment à travers des exemples forgés hérités de Bally et des extraits de discours littéraires et médiatiques, il met en évidence les continuités et discontinuités entre son approche de la modalité et du point de vue et celle de Laurent Gosselin (2010). Ceci permet ensuite de se diriger vers la formulation avisée d’un retour critique sur l’analyse greimassienne de la recette provençale qu’il a glosée à l’aide de différents marqueurs : segmentations des différentes parties, entre crochets, des graisses (impératifs présents = ImpP), italiques (indicatifs présents = IndP), soulignements (futurs simples ou antérieurs et périphrases verbales) ou petites capitales (consignes temporelles), inclusion dans un encadré des parties commentées par Greimas. Du point de vue méthodologique, cette annotation et cette glose du texte (ré)analysé s’avèrent importantes pour guider le lecteur dans le repérage des parties commentées et discutées. En définitive, la recette n’est pas appréhendée comme un texte statique : elle est conçue en tant que composition sémiotique complexe où « un discours de programmation de l’action (DPA) est intriqué à un discours d’incitation à l’action (DIA) (Rabatel 2020) comportant ces dimensions modales significatives, comme on l’a vu avec l’alternance fondamentale des ImpP et IndP ». L’analyse montre en fin de compte qu’il est « insuffisant de se livrer à une analyse des modalités et a fortiori des modalisations sans prendre en compte la matérialité discursive du texte, en discours, ses dimensions énonciatives et praxiques ». Comme le constate Julien THIBURCE au sujet de l’observation des expériences des publics au musée, où étudier les parcours de visite effectifs et les formes de (ré)énonciation en acte, « il serait judicieux d’enrichir les analyses verbo-centrées des modalités et de la modalisation en s’intéressant aux données prosodiques, multimodales, praxiques, pluri-sémiotiques des recettes » (RABATEL). En poursuivant et en maintenant ce dialogue fécond entre linguistique et sémiotique, les contributions de Sémir BADIR et de Marion COLAS-BLAISE développent une autre forme de ré-analyse, qui s’appuie quant à elle sur des modélisations théoriques, sur des exemples forgés déjà mobilisés par le passé, notamment (Perrin 2008), et sur des phrases extraites de récits littéraires — Ainsi, de Yann Andréa (2000). Dans le même mouvement, l’analyse des notions de mythe et d’actes rituels formulée ici par Santiago GUILLÉN ne portent pas à proprement parler sur des récits mythologiques Canaques ayant trait au concept de Mana, mais à la lecture théorique qui en a été faite notamment par Marcel Mauss (1902) et par Maurice Leenhardt (1947). Du point de vue du matériau d’analyse, un palier de complexité s’ajoute ici, étant donné que l’on n’a pas accès aux données primaires (les observations de terrain), mais que l’on a affaire à des données secondaires (les analyses constituées et situées sur les plans historique, géographique et culturel). Ici, le terrain d’analyse n’est alors pas celui du mythe en tant que tel, mais la lecture et la théorisation qui en sont, dans une perspective philologique et herméneutique.

77Une réflexion cruciale d’ordre méthodologique marque le point final de ce numéro thématique et mérite selon nous d’être mentionnée ici, au risque de provoquer un effet de spoiler et de nous attirer les foudres des lecteurs. Sous l’égide d’une « écologie sémiotique », la contribution de Pierluigi BASSO FOSSALI cherche enfin à montrer que « le sujet de l’énonciation devrait être moins considéré comme le gérant d’actes illocutoires sous l’égide des cadres institutionnels qui en assurent la force que comme l’instance qui doit traiter une prédication toujours dans un état critique ». Du point de vue des exemples et des corpus convoqués dans les tests de résistance entre théories et corpus sur la notion de modalité, on en vient alors à s’interroger sur les positionnements discursif et éthique des chercheur.e.s à travers les ré-énonciations opérées par l’analyse : « certes, ce n’est pas avec des phrases isolées que l’on pourra faire émerger cette complexité et même des corpus textuels pourront montrer des actes manqués ou dissimulés, mais les enjeux modaux traversent le dispositif même de l’énonciation, la médiation que celui-ci offre à la communication » (BASSO FOSSALI). En trame de fond, cette réflexion nous interroge quant (i) aux formes de traitement et d’analyse de corpus, (ii) à la stabilisation des plans de l’expression et du contenu des discours, des objets et des pratiques étudiés, (iii) à l’expression d’une prise de distance ou d’un rapprochement des chercheurs avec leur objet et leur terrain d’enquête et (iv) à la gestion des accords et désaccords potentiellement occasionnés par des prises de positions épistémologiques.

78Avant de vous laisser à l’exploration et à la lecture critique des textes réunis dans ce riche volume, il convient de présenter l’organisation des trois sections. Les contributions de la première section dédiée aux « modalités et stratégies énonciatives : discours et enjeux méthodologiques » mettent au premier plan les réflexions sur les outils d’analyse pertinents pour saisir et décrire les configurations modales qui sous-tendent les pratiques sémiotiques. En réponse à ce texte introductif, conçu comme cadre épistémologique général à l’intérieur duquel repérer des complémentarités et souligner des contrastes entre les différentes approches, ces études de cas spécifiques formulent des propositions analytiques concrètes et posent des problèmes pratiques précis. La deuxième section se consacre ensuite à des objets et terrains qui demandent une prise de recul sur les scènes pratiques étudiées, en prêtant attention aux « constitutions des positions et des cadres modaux » dans leurs « dimensions praxique et générique ». La dernière section porte quant à elle sur « la conceptualisation des modalités », son « statut » et son « rôle épistémologique » et, dans un vif échange avec d’autres champs, elle questionne l’héritage notionnel et son devenir dans les sciences du langage. De manière transversale à ces trois sections, une boucle s’opère sur les conceptualisations et les méthodes d’analyse identifiées au préalable dans l’argumentaire (voir § introduction).

Haut de page

Bibliographie

Basso Fossali, Pierluigi (2013), Semiotica a prova desperienza, Milano, Unicopli.

Basso Fossali, Pierluigi (2017), Vers une écologie sémiotique de la culture, Limoges, Lambert-Lucas.

Belting, Hans (2013), Faces. Eine Geschichte des Gesichts, München, C.H. Beck Verlag ; tr. fr. Faces : une histoire du visage, Paris, Gallimard, 2017.

Bordron, Jean-François (2011), L’Iconicité et ses images, Paris, PUF.

Bordron, Jean-François (2020), « Modalités, modes d’existence et modes d’expérience », in D. Bertrand & I. Darrault-Harris (dirs), Hommage à Jacques Fontanille, Limoges, Lambert-Lucas.

Coquet, Jean-Claude (1984), Le Discours et son sujet I. Essai de grammaire modale, Paris, Klincksieck.

Coquet, Jean-Claude (2007), Phusis et logos. Une phénoménologie du langage, Paris, Presses Universitaires de Vincennes.

Deleuze, Gilles & Guattari, Félix (1980), Mille plateaux. Capitalisme et schizophrénie 2, Paris, Les Éditions de Minuit.

Fontanille, Jacques (1989), Les Espaces subjectifs. Introduction à la sémiotique de l’observateur, Paris, Hachette.

Fontanille, Jacques (1995), « Le tournant modal en sémiotique », Organon. Revista de Instituto de Letras da UFRGS, Universidade Federal do Rio Grande do Sul, 23, pp. 177-193.

Fontanille, Jacques (1998), Sémiotique du discours, Limoges, PULIM, nouv. éd. 2003.

Fontanille, Jacques (1999), Sémiotique et littérature, Paris, PUF.

Fontanille, Jacques (2003), « Paesaggio, esperienza ed esistenza », Semiotiche, No 1, Torino, Aracne, pp. 73-100.

Fontanille, Jacques (2008), Pratiques sémiotiques, Paris, PUF.

Fontanille, Jacques & Couégnas, Nicolas (2018), Terre des sens. Essai d’anthroposémiotique, Limoges, PULIM.

Fontanille, Jacques & Zilberberg, Claude (1998), Tension et signification, Liège, Mardaga.

Goffman, Erving (1974), Frame analysis. An essay on the organization of Experience, Harvard, Cambridge ; tr. fr. par I. Joseph et P. Joseph, Les Cadres de l’expérience, Paris, Minuit, 1991.

Gosselin, Laurent (2010), Les Modalités en français. La validation des représentations, Amsterdam - New York, Rodopi.

Greimas, Algirdas Julien (1983), Du sens II. Essais sémiotiques, Paris, PUF.

Ingold, Tim (2013), Walking with Dragons: An Anthropological Excursion on the Wild Side, London, Bloomsbury ; tr.fr. Marcher avec les dragons, Bruxelles, Zones sensibles, 2018.

Jullien, François (2016), Près d’elle. Présence opaque, présence intime, Paris, Galilée.

Klinkenberg, Jean-Marie (2020), « Pour une grammaire générale de la relation texte-image », in A. Leclaire-Halté & L. Maisonneuve (dirs), Pratiques. Linguistique, littérature, didactique, nn. 185-186, disponible en ligne : https://journals.openedition.org/pratiques/8436.

Latour, Bruno (2012), Enquête sur les modes d’existence. Une anthropologie des Modernes, Paris, La Découverte.

Latour, Bruno (2015), « Sur un livre d’Étienne Souriau : Les différents modes d’existence », in F. Courtois-L’Heureux & A. Wiame (dirs), Étienne Souriau. Une ontologie de l’instauration, Paris, Vrin, pp. 17-53.

Leenhardt, Maurice (1947), Do kamo. La personne et le mythe dans le monde mélanésien, nouv. éd. Paris, Gallimard, 1985.

Leroi-Gourhan, André (1964), Le Geste et la Parole, tome 1 Technique et langage, Paris, Albin Michel.

Lévinas, Emmanuel (1995), Altérité et transcendance, Montpellier, Fata Morgana.

Mauss, Marcel (1902), Esquisse d’une théorie générale de la magie, nouv. éd. J.-M. Tremblay (dir.), Université de Chicoutimi, https://doi.org/10.1522/cla.mam.esq.

Nølke, Henning (2013), Le Regard du locuteur : Pour une linguistique des traces énonciatives, Paris, Kimé.

Perrin, Laurent (2008), « Le sens montré n’est pas dit », in M. Birkelund, M.-B. Mosegaard Hansen & C. Norén (éds), L’Énonciation dans tous ses états, Berne, Peter Lang, pp. 157-187.

Rieger Martin et al. (1994), Grammaire méthodique du français, Paris, PUF, nouv. éd. 2014.

Sartre, Jean-Paul (1948), Visages, Paris, Seghers.

Souriau, Étienne ([1943] 2009), Les Différents Modes d’existence, Paris, PUF.

Zilberberg, Claude (1981), Essai sur les modalités tensives, Amsterdam, John Benjamins.

Zilberberg, Claude (2016), La structure tensive, suivi de Note sur la structure des paradigmes et de Sur la dualité de la poétique, Liège, Presses Universitaires de Liège.

D’autres références bibliographiques mobilisées dans la recherche

Adam, Jean-Michel (2001), « Types de textes ou genres de discours ? Comment classer les textes qui disent de et comment faire ? », Langages, No 141, pp. 10-27. DOI : https://doi.org/10.3406/lgge.2001.872.

Bally, Charles (1942), « Syntaxe de la modalité explicite », Cahiers Ferdinand de Saussure, II, pp. 3-13.

Basso Fossali, Pierluigi (2015), « L’interprétation dans son espace phénoménologique : jeux de langage et implémentation publique », Metodo, vol. 3, No 1, pp. 113-138. http://metodo-rivista.eu/pub-137525.

Basso Fossali, Pierluigi (dir., 2020), Langue française, No 126, « Incitation à l’action et genres de discours programmateurs ». URL : https://www.cairn.info/revue-langue-francaise-2020-2.htm.

Benveniste, Émile (1966), Problèmes de linguistique générale, Tome 1, Paris, Gallimard.

Benveniste, Émile (1974), Problèmes de linguistique générale, Tome 2, Paris, Gallimard.

Bertrand, Denis et Coquet, Jean-Claude (dirs, 2011), « Comment dire le sensible ? Recherches sémiotiques », Littérature, 163.

Brandt, Per Aage ([1988] 1992), La Charpente modale du sens. Pour une sémio-linguistique morphogénétique et dynamique, Aarhus, Aarhus University Press.

Colas-Blaise, Marion (2010), « L’énonciation à la croisée des approches. Comment faire dialoguer la linguistique et la sémiotique ? », Signata, No 1, pp. 39-89. DOI : https://doi.org/10.4000/signata.283.

Combettes, Bernard (2006), « Du niveau textuel au niveau énonciatif dans la grammaticalisation », Langue française, No 149, pp. 48-60. DOI : https://doi.org/10.3917/lf.149.0048.

Culioli, Antoine (1990), Pour une linguistique de l’énonciation, tome 1, Paris-Gap, Ophrys.

Dubois, Jean (1969), « Énoncé et énonciation », Langages, No 13, pp. 100-110. DOI : https://doi.org/10.3406/lgge.1969.2511.

Ducrot, Oswald (1994), « À quoi sert le concept de modalité ? », in N. Dittmar & A. Reich (éds), Modalité et Acquisition des Langues, Berlin, De Gruyter, pp. 111-129.

Eco, Umberto (1979), Lector in fabula, Milano, Bompiani; tr. fr. Lector in fabula. Le rôle du lecteur ou la coopération interprétative dans les textes narratifs, Paris, Grasset, 1985.

Fabbri, Paolo & Latour, Bruno (2000), « The Rhetoric of Science: Authority and Duty in an Article from the Exact Sciences », Technostyle, vol. 16, No 1, pp. 91-138.

Fontanille, Jacques (1989), (2007a), « Paysages, expérience et existence. Pour une sémiotique du monde naturel », in I. Marcos (dir.), Dynamiques de la ville. Essais de sémiotique de l’espace, Paris, L’Harmattan.

Fontanille, Jacques (2007), « Avant-propos : émotion et sémiose », Semiotica, 163, pp. 1–9.

Genette, Gérard (1972), « Du mode », Figures III, Paris, Seuil, pp. 183-224.

Gévaudan, Paul (2013), « Les rapports entre la modalité et la polyphonie linguistique », in P. Gévaudan, U. Detges & V. Atayan (dirs), Modalität und Polyphonie. Modalité et polyphonie. Modalidad y polifonía, Tübingen, Stauffenburg, pp. 39–59.

Goodman, Nelson (1984), Of Mind and Other Matters, Cambridge, Harvard University Press.

Greimas, Algirdas Julien & Courtés, Joseph (dirs, 1986), Sémiotique. Dictionnaire raisonné de la théorie du langage, II, Paris, Hachette.

Grize, Jean-Blaise (1996), Logique naturelle et communication, Paris, PUF.

Halliday, M.A.K (1967a), « Notes on Transitivity and Theme in English: Part 1 », Journal of Linguistics, vol. 3, No 1, pp. 37-81.

Halliday, M.A.K (1967b), « Notes on Transitivity and Theme in English: Part 2 », Journal of Linguistics, vol. 3, No 2, pp. 199-244.

Halliday, M.A.K (1994), Introduction to functional grammar, London, Edward Arnold.

Kerbrat-Orecchioni, Catherine (1980), L’Énonciation. De la subjectivité dans le langage, Paris, Armand Colin.

Kress, Gunther & van Leeuwen, Theo (2006), « Modality: designing models of reality », Reading Images. The Grammar of Visual Design, London, Routledge, pp. 154-174.

Le Querler, Nicole (1996), Typologie des modalités, Caen, Presses universitaires de Caen.

Lewis, David (1973), Counterfactuals, Cambridge, Harvard University Press.

Maingueneau, Dominique (1991), L’Analyse du discours : introduction aux lectures de l’archive, Paris, Hachette.

Meunier, André (1974), « Modalités et communication », Langue française, No 21, pp. 8-25. DOI : https://doi.org/10.3406/lfr.1974.5662.

Mondada, Lorenza (2018), « Questions on the move. The ecology and temporality of question/answers in mobility settings », in A. Deppermann & J. Streeck (dirs), Modalities and temporalities, Amsterdam, Benjamins, pp. 161-202.

Monte, Michèle (2011), « Modalités et modalisation : peut-on sortir des embarras typologiques ? », Modèles linguistiques, No 64, pp. 85-101. DOI : https://doi.org/10.4000/ml.353.

Parret, Herman (1983), « La mise en discours en tant que déictisation et modalisation », Langages, No 70, pp. 8397. DOI : https://doi.org/10.3406/lgge.1983.1154.

Perrin, Laurent (2012), « Modalisateurs, connecteurs, et autres formules énonciatives », Arts et Savoirs [En ligne], URL : http://journals.openedition.org/aes/500 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aes.500.

Petitot, Jean (1989), « Modèles morphodynamiques pour la Grammaire cognitive et la Sémiotique modale », RSSI (Canadian Semiotic Association), vol. 9, No 1-2-3, pp. 17-51.

Rabatel, Alain (2005), « Les postures énonciatives dans la co-construction dialogique des points de vue : coénonciation, surénonciation, sousénonciation », in J. Bres, P.-P. Haillet, S. Mellet, H. Nølke & L. Rosier (dirs), Dialogisme et polyphonie. Approches linguistiques, Bruxelles, De Boeck & Larcier, pp. 95–110.

Rastier, François (2006), « Formes sémantiques et textualité », Langages, No 163, pp. 99-114. DOI : https://doi.org/10.3917/lang.163.0099.

Rocci, Andrea (2017), Modality in Argumentation: A Semantic Investigation of the Role of Modalities in the Structure of Arguments with an Application to Italian Modal Expressions, Dordrecht, Springer.

Saussure, Louis de, Moeschler, Jacques, & Puskas, Genoveva (dirs), 2007, Tense, Mood and Aspect: Theoretical and Descriptive Issues (Cahiers Chronos), vol. 17, Amsterdam, Rodopi.

Sidnell, Jack & Stivers, Tanya (2013), The Handbook of Conversation Analysis, Chichester, Wiley-Blackwell.

Strick, Robert (1971), « Quelques problèmes posés par une description de surface des modalités en français », Langue française, No 12, pp. 112-125. DOI : https://doi.org/10.3406/lfr.1971.5564.

Sulkunen, Pekka & Törrönen, Jukka (1997), « The production of values: The concept of modality in textual discourse analysis », Semiotica, vol. 113, No 1-2, pp. 43-70.

Thiburce, Julien (à paraître), « “Là c’est ici hein”. La deixis entre interactions in vivo et médiations tierces de la ville », in A. Biglari et M. Colas-Blaise (dirs), Les Déictiques à l’épreuve des discours et des pratiques, Paris, Classiques Garnier.

Vérine, Bertrand & Détrie, Catherine (2003), « Dialogisme et narrativité : la production de sens dans Les Fées de Charles Perrault », Nouveaux Actes Sémiotiques, No 88, Limoges, PULIM.

Vion, Robert (2001), « Modalités, modalisations et activités langagières », Marges Linguistiques, vol. 2, pp. 209-231. DOI : https://doi.org/10.3406/lgge.2004.966.

Vion, Robert (2004), « Modalités, modalisations et discours représentés », Langages, No 156, pp. 96-110. DOI : https://doi.org/10.3917/lang.156.0096.

Vion, Robert (2006), « Les dimensions polyphonique et dialogique de la modalisation », Le Français moderne, vol. 74, No 1, pp. 1-10.

Haut de page

Notes

1 En sémiotique du discours, la question de la représentation est traitée comme une déclinaison figurative qui s’interpose entre prédication et assomption (ou rejet) des valeurs afin de garantir des effets modalisants dans le dispositif énonciatif même.

2 « L’espace modal ne peut pas, à notre sens, être autre chose, qu’un espace inter-modal de part en part » (Zilberberg 1981, p. 36).

3 « L’actant est donc un lieu de combinatoire modal » (Coquet 1984, p. 11).

4 Voir Fontanille & Zilberberg (1998, p. 178).

5 La destinalité est l’extension maximale de chaque enjeu de sens selon une inflexion événementielle, ou en tout cas selon l’indétermination créée par la confluence des initiatives prises par des acteurs autonomes. Ainsi, l’horizon destinal offre une scénarisation alternative par rapport aux enjeux narratifs polémiques ou contractuels qui caractérisent le présent et ses tensions téléologiques. La distinction entre téléologie et horizon destinal est utile pour aborder les modalités car ce qui motive une initiative (par ex. appliquer une théorie pour une exploitation technologique) entre en tension avec l’ouverture à de nouvelles conditions de motivation (par ex. la réfutation possible de la théorie à travers des manifestations initialement considérées comme fortement improbables). Voir Basso Fossali (2017).

6 Cf. Basso Fossali (2013). La modalisation a deux autonomisations par rapport à l’ancrage figuratif (côté imaginatif) : (i) l’homogénéisation concessive de l’espace psychologique et de l’espace social (modalisations endogènes et exogènes) ; (ii) la temporalisation des relations (modalisations rétrospectives ou prospectives).

7 On peut profiter ici des apports majeurs de la microsociologie d’Erving Goffman sur la « modalisation » (keying), qui constitue un des deux types de « transformations » de normes et de conventions attendues, à côté de la « fabrication » (fabrication). La modalisation est une interprétation personnelle de rôles sociaux selon un « mode » (key) défini comme « the set of conventions by which a given activity, one already meaningful in terms of some primary framework, is transformed by the participants to be something quite else » (Goffman 1974, p. 43). Aussi, si la modalisation est une transformation reconnue par l’ensemble des participants à l’interaction, il n’en va pas de même pour la fabrication, qui est « the intentional effort of one or more individuals to manage activity so that a party of one or more others will be induced to have a false belief about what it is that is actually going on » (Goffman 1974, p. 83). En linguistique et en sémiotique, il est ainsi précieux de prêter attention aux dynamiques pragmatiques selon lesquelles s’ajustent et s’enchâssement des plans micro-interactionnel — conditions spécifiques d’une pratique — et macro-interactionnel — (dé)stabilisation de normes effectivement ou supposément partagées. En tout cas, le terme goffmanien « keying » mériterait d’être traduit « transposition de clé », comme en musique ; cela permettrait de ne pas confondre les termes (keying/modalization) sans perdre de vue les connexions théoriques ici rappelées.

8 La notion de rentrée ou re-entry correspond, dans la théorie des systèmes, à la réintroduction des distinctions fondatrices au sein du système qui en a déjà bénéficié, avec le résultat qualitatif paradoxal d’une prise de distance progressive par rapport à ce qui était au fondement (par ex. une paralyse décisionnelle créée par l’objectivation progressive des limites décisionnelles et des effets secondaires). Au lieu de bloquer la règle, la ré-application d’une règle (par ex. une distinction catégorielle) à ce que l’on pourrait croire déjà réglé provoque une sorte d’insolvabilité d’un apport de sens qui était apparemment déjà garanti. L’hypothèse est que chaque ostension énonciative d’une modalité se prête à des phénomènes de rentrée (par ex., l’affirmation péremptoire d’un pouvoir faire absolu et unilatéral est potentiellement un abyme sceptique qui entame la conscience du roi, ou au moins des personnages shakespeariens…).

9 Voir Nølke (2013, p. 246).

10 Voir Fontanille & Couégnas (2018).

11 Voir Colas-Blaise (2020).

12 De fait, le paragraphe précédent (à savoir, l’introduction) correspond à l’argumentaire publié sur le site de Signata en 2020 et envoyé aux auteurs.

13 Les majuscules renvoient aux articles que les auteurs en question ont publiés dans le présent numéro de Signata.

14 Pour la question de la syntaxe modale voir les contributions de BASSO FOSSALI, COLAS-BLAISE et GUILLÉN.

15 Sur l’impossibilité de séparer nettement le dictum et le modus, voir aussi la contribution de Santiago GUILLÉN.

16 Cette deuxième conception est compatible avec la position d’Alain RABATEL qui définit la modalisation comme « exploitation discursive des modalités ».

17 L’axe trois sur les modalités et les mondes possibles a reçu une série riche de problématisations dans les volumes : voir les contributions de Jacques FONTANILLE, Santiago GUILLÉN, Pierluigi BASSO FOSSALI et surtout de Marion COLAS-BLAISE.

18 Laurent Gosselin (2010) retravaille cette opposition en s’interrogeant, dans une perspective sémantico-pragmatique, sur le caractère exclusivement subjectif ou objectif du modus et du dictum.

19 Après la lecture du livre d’hommage À même le sens (2021), Fontanille propose cette suite : [Phorie > Proto-modalisation > Modalisations de l’être].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierluigi Basso Fossali, Marion Colas-Blaise et Julien Thiburce, « Le modal au prisme des sciences du langage »Signata [En ligne], 13 | 2022, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 02 juin 2023. URL : http://journals.openedition.org/signata/4001 ; DOI : https://doi.org/10.4000/signata.4001

Haut de page

Auteurs

Pierluigi Basso Fossali

Université Lumière Lyon 2 / UMR 5191 ICAR – ENS de Lyon

Articles du même auteur

Marion Colas-Blaise

Université du Luxembourg

Articles du même auteur

Julien Thiburce

UMR 5191 ICAR – ENS de Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search